Articles

G601 – 360 camera : La Theta killer !

G601 – 360 panoramic camera : La Theta killer !

Salut les potes,
Pour changer de tous les tests RC et parce qu’on aime les choses hors standard, je vous propose un petit test d’une super caméra panoramique.
J’ai toujours beaucoup de plaisir à tester ces caméras hors norme, qui permettent de saisir chaque instant où qu’il soit autour de nous.
Je suis en possession de pas mal de caméras 360° panoramique et celle ci vaut vraiment le coup d’oeil.
Facile à emporter, d’une qualité d’image très convenable, au fonctionnement intuitif et au look très inspiré de la Ricoh Theta… elle a tout pour plaire et surtout détrôner cette Theta (surtout son prix 4 à 5x plus faible).

Alors “Let’s go…” faisons le tour de cette super petite caméra sportive panoramique au 360 sphérique.

Fiche Technique

Type de caméra: Full sphérique 720°
Capteur: CMOS (OV4689)
FOV des objectifs: 210° par objectif (2 objectifs)
Qualité d’image (HD 720p):
– photo: 5Mpix (3040 x 1520 ); 2Mpix (1920 x 960)
– vidéo: 1440 x 720 30FPS; 1472 x 736 60FPS
6 modes de prises de vue
Microphone avec réduction du bruit
CPU: INFOTM C23 (sous Linux)
Batterie intégrée: 1400mAh Lithium
Autonomie: plus de 2h d’enregistrement vidéo
Recharge et connection: micro USB (câble fourni, chargeur non fourni)
Wifi:  2.4GHz 802.11b/g/n (mot de passe initial 88888888) – AP6212
Paramétrages via application pour Android (720pano sur playstore) et IOS — les code QR a scanner sont dans le manuel d’utilisation
Partage des photos  et vidéos (Facebook / Youtube, avec intégration des métadatas) via l’application disponible sur Android et IOS
Support d’enregistrement: Micro SD (max 128G)
Buzzer intégré
Couleurs disponibles: Orange ou Noir
Dimensions: 127 x 44 x 27mm

Unboxing

On ne déroge pas à la tradition de l’emballage sac poubelle… On en a tellement l’habitude que le jour où ils changeront l’emballage on sera tout perdu.

La boite noire avec le design blanc.. sobre, net et élégant !
Seul un petit point de couleur orange se distingue sur la boite, il est là pour connaitre la couleur du boitier de la caméra contenue dans la boite.

Ouverture de la boite en glissant le couvercle vers le haut comme une boite à tartines, la caméra est bien coincée dans un écrin de mousse assez dense.
Une découpe a été faite dans cette mousse, qui épouse les formes de la caméra afin qu’elle reste bien coincée et protégée.

Lorsqu’on retire la caméra, on remarque qu’une couche supplémentaire de mousse a été placée afin de bien soutenir et protéger.
Sous la mousse une carton découpé et plié renferme le manuel d’utilisation.

Le long de l’écrin de mousse se trouve une longue boite en carton noir qui renferme le câble USB vers micro USB permettant la recharge.

Tour d’horizon

Toute vêtue de plastique au touché agréable, nous avons opté pour la couleur orange.
La caméra est malgré tout entourée d’une finition “aluminium anthracite” mais juste de couleur car elle aussi est en plastique.
A la prise en main on a l’impression d’avoir un produit de qualité et bien fini.

Sur la face avant de la caméra on retrouve des icones qui permettent de savoir, en s’illuminant, quel mode est activé; ainsi que le bouton qui permet de déclencher photo ou enregistrement vidéo.
Sur la tranche anthracite, on distingue discrètement le bouton de mise en service, d’activation du wifi et de sélection du mode photo/vidéo.

Prise en main elle ne parait pas immense. Un plastique noir glossy entoure l’objectif pour parfaire le design.

Même en la saisissant fermement (on la prend rarement comme cela), les deux objectifs restent bien dégagés  ce qui n’est pas le cas sur beaucoup de caméras panoramique !

Vue de plus près de l’un des deux objectifs.
Une vue large de 210° saisira tout ce qu’il se passe dans la demi sphère face a l’objectif.
Vu qu’il y en a un autre de l’autre coté qui saisira une autre demi sphère, la caméra reconstituera d’elle même une sphère complète… saisissant ainsi TOUT ce qu’il se passe autour de vous ! 😀

L’autre face de la caméra, nue de tout boutons… avec son second objectif (l’exacte copie de celui situé en face avant).

Un autre vue de la prise en main.

Zoom sur la tranche pour montrer le double objectif.
Ils ne ressortent que de +-5mm chacuns mais comme ils sont légèrement encastrés ils ne ressortent effectivement que de +-3mm de la partie la plus large, ce n’est pas énorme et ça laisse une impression globale de minceur à cette caméra.

Vue sur la tranche en plastique de couleur anthracite/aluminium avec tous ses petits trous.. je suppose que c’est pour permettre une bonne ventilation car on le verra plus loin que cette caméra chauffe un petit peu lors de l’utilisation.

Petit zoom sur les boutons cachés sur la tranche de la caméra.
Le bouton du dessus permet la mise en marche et l’arrêt, le bouton du milieu permet d’activer / désactiver le wifi et le bouton du dessous permet de passer du mode photo au mode vidéo.

Sous la caméra nous retrouvons de gauche à droite, le slot pour ajouter une carte micro SD, le filet 1/4 de pouce qui permettra de la fixer sur toutes sortes d’accessoires et le slot micro usb qui permet de recharger la caméra.
Remarque: l’usb ne sert actuellement qu’à recharger la caméra !

Utilisation & application

On reste appuyé 3 secondes sur le bouton de marche/arrêt présent sur la tranche de la caméra et elle se met en mode démarrage.
Il faudra attendre environ 9 à 10 secondes pour qu’elle soit opérationelle et prête à faire de l’imagerie.
Un double bip de confirmation, généré par un buzzer interne, se fait entendre dès que la caméra est prête à être utilisée.
Lorsque la caméra s’allume / est allumée, le bouton de marche/arrêt sur la tranche s’illumine en bleu ainsi que l’icone de mode photo ou vidéo dans lequel la caméra se trouve.

De base, une fois initialisée la caméra est pleinement fonctionnelle, mais pour utiliser son plein potentiel il faudra la connecter à l’application dédiée sous Android ou IOS.
Cette application permettra aussi de faire tous les réglages comme la qualité des photos et vidéos que l’on ne pourra malheureusement pas sélectionner sur la caméra elle même.
Les captures d’écran suivantes seront prises sous Android car je ne dispose pas de périphérique IOS !!!
Pour connecter la caméra à votre périphérique android procédez comme suit:
– initialiser votre caméra
– démarrer le wifi sur la caméra en appuyant sur la touche wifi présente sur la tranche (le bouton du milieu)… une fois le wifi démarré, l’icone wifi qui se trouve en dessous du bouton de capture sur l’avant de la caméra s’illuminera (clignotera) en bleu
– allumez votre dispositif android et démarrez le wifi de votre dispositif. (l’application “720pano” doit être préalablement installée et est disponible sur le playstore)
– connectez le point wifi nommé “Pano720-eaff”

– un code d’appairage sera demandé, introduisez le code “88888888” (8×8)
– démarrez l’application “720pano”, appuyez sur l’icone avec un petit appareil photo en haut à droite et BIMMMM on peut jouer 🙂

Par défaut, à l’ouverture du programme, on tombe sur les images sauvegardées dans la galerie du dispositif android sur lequel est installé le programme “720Pano”.

NOTE IMPORTANTE: l’application Android 720Pano est en anglais/chinois… pour le moment une grande partie des menus n’ont pas été traduits et sont toujours en chinois… difficile de savoir parfois à quoi ils servent!
Espérons qu’au minimum une version toute en anglais soit disponible rapidement :/

Dans l’écran principal en forme de bulle, faites glisser votre doigt pour vous déplacer dans l’image et explorez le monde qui se trouve autour de vous.

En bas à droite, l’icone permettant de rentrer dans le menus des réglages.
Comme averti ci plus haut, la majorité des menus ne sont pas encore traduits en anglais et sont toujours en chinois… difficile de comprendre la fonctionnalité de certains menus.

Voici tous les menus, beaucoup de réglages sont possibles !

Tout en haut à droite, une icone renseigne l’état de la batterie interne de la caméra.
Le petit chiffre situé à côté renseigne le nombre de fichiers disponible dans la mémoire de la caméra.

En bas à gauche de l’écran principal, une icone en forme de sphère permet d’ouvrir le menu des différents modes de vues.

Littleplanet, réalité virtuelle (a utiliser avec un masque style cardboard), sphère étendue,… quelques modes sympas sont disponibles!

Cette icone en haut à droite permet de passer d’un objectif à l’autre dans le mode de fonctionnement normal.
La bulle affichée est celle produite par un seul objectif; pour passer sur l’autre il faudra clicker dessus

Cette icone en haut à gauche permet de renverser l’image (tête en bas); Utile si on monte la caméra à l’envers comme par exemple sous un drone.

Cette icone permet de passer dans le menu “galerie”.

Le menu “galerie” permet d’accéder à la mémoire de la caméra mais aussi à celle du dispositif android que vous utilisez.
On peut sauvegarder les images/vidéos de la caméra vers la mémoire du dispositif android.

A l’ouverture du programme, ou si on revient en arrière après avoir accédé à la caméra, on peut aller dans les réglages propres destinés au programme.

Dans ce menu on peut choisir sa méthode de connexion (ici on utilis ele wifi), effacer le cache de l’application pour sauvegarder un peu de mémoire sur son dispositif android, vérifier si un nouveau firmware est disponible pour la caméra ou voir les informations relatives au programme lui même.

Pour arrêter la caméra, appuyez 3 secondes sur le bouton de marche/arrêt présent sur la tranche, deux bips se font entendre confirmant que la mise à l’arrêt de la caméra a été enclenchée.. elle s’éteint presque immédiatement.

Le manuel d’utilisation… il y a peu d’informations à l’intérieur mais l’utilisation étant très intuitive on a pas besoin de masses d’informations.

Autonomie

On connecte le cable USB / micro USB à la caméra d’un côté (micro USB), à un chargeur de smartphone/tablette ou à un PC de l’autre coté et cette dernière passe en mode charge. Pour avertir qu’elle est en charge, le bouton de marche/arrêt s’illumine en rouge.

Lorsque la caméra est complètement chargée, le bouton marche arrête s’illumine en vert.

Après une charge complète, j’ai allumé la caméra et démarré un enregistrement…
J’ai attendu, attendu, attendu et après 1h41 la caméra a fait 2 bips de clôture de l’enregistrement avant de s’éteindre.

Le test d’autonomie donne une idée.
Il a été réalisé wifi éteint et la caméra enregistrait sur une micro SD de 64Gb classe 10.

Poids et dimensions

Renseignée à 144 x 44 x 27 dans la fiche technique, voyons si ces informations se vérifient.
Nous avons mesurés 127 x 44 (parfaiiiiiit !!!) x 20mm
Pourquoi 20mm de large et pas 27mm ? car nous n’avons pas pris en compte le débordement des objectifs lors de notre mesure 😉

Tir corrigé et effectivement en prenant en compte l’objectif on est bien à 27mm de large !

Le poids n’était pas renseigné mais nous avons mesuré.
126g ! pas mal quand on prend en compte que la batterie est intégrée dans la caméra.

Ca chauffe !

Lors de l’utilisation on se rend compte que la caméra chauffe un petit peu.
C’est d’ailleurs surement pour cela que sur toute la tranche de la caméra (côtés et au dessus) est percée de petits trous… j’ose supposer que ces petits trous sont présent pour faciliter la circulation de l’air afin de favoriser l’évacuation de la chaleur.
Bon ça chauffe.. mais pas de quoi se brûler les doigts non plus…

Cette image thermique a été prise après 30min de fonctionnement en enregistrement.
 

Photo

Pour extraire les fichiers de la caméra vous devez soit passer par l’application Android/IOS, soit retirer la carte micro SD de la caméra pour la placer sur un autre dispositif tel qu’un PC.

Dans les paramètres de la caméra (disponibles via l’application), 2 résolutions d’image sont disponibles en mode photo.

Les images produites sont sauvegardées en .jpg
Comptez environ 1,64Mo par fichier image.

Exemple d’image prise en 3040×1520 soit au format 2:1

Chargée sur facebook ou en direct ça donne ceci (vous pouvez déplacer l’image avec votre souris):

Il faut suivre ce >>> LIEN <<<

 

 Vidéo

Dans les paramètres de la caméra (disponibles via l’application), 4 résolutions différents sont disponibles pour le mode vidéo.
1 mode proche du VGA (tout en bas), 2 modes HD (à vitesses de capture différentes) et un mode HD+ qui se retrouve entre la HD et la full HD.

Info: par défaut, la caméra scinde les enregistrements par tranche de 30 minutes !

Comptez 2,2Go par tranche de 30 minutes en 1920×960 30fps.
Soit +-78Mo la minute


.
Concernant le codec vidéo:
La caméra enregistre en Mp4.


La vidéo enregistrée fait 1920 x 960 au complet, soit les deux bulles dans l’image de cette taille.
L’image est donc en format 2:1 dans cette résolution.

Exemple de vidéo uploadée par l’application sur youtube.
L’application fait le stitching (recomposition et ajour de metadatas) pour youtube ou facebook directement, ça met du temps mais ça fonctionne très bien !

Partage des fichiers sur facebook / Youtube

Opération facile à effectuer depuis l’application et en quelques clicks seulement.

1. rendez vous dans la galerie de la caméra.
  
2. choisissez et ouvrez la vidéo que vous souhaitez partager.
3. téléchargez la sur votre dispositif.

4. déconnectez le wifi de la caméra et passez sur votre connexion internet.

5. rendez vous, cette fois, dans la galerie de votre dispositif.

6. choisissez et ouvrez la vidéo que vous souhaitez partager.
7. clickez sur l’option de partage.

8. Lancez la conversion et le partage (ça peut mettre du temps) en clickant sur “start to share”.

9. choisissez où vous souhaitez partager
 

Conclusion

Cette caméra est vraiment très fun à utiliser.
Sa bonne tenue en main, ses objectifs dégagés et sa relativement bonne qualité d’image en font un périphérique très appréciable à emmener un peu partout.
Grâce à cette caméra panoramique vous ne manquerez aucun moment, aucune action, où qu’elle se trouve autour de vous.

Juste génial pour capturer un panorama ou un environnement spécifique.
Prenez une photo d’un seul click et à la maison utilisez un masque VR pour vous immerger à nouveau dans ce lieu spécial que vous avez capturé… grâce au masque VR tourner la tête et regardez autour de vous comme si vous étiez sur place !

Embarquez la sur un drone pour vous sentir tel un oiseau à pouvoir regarder partout autour de vous lors du vol (grâce à la VR).

INFO: J’ai cru voir qu’une version full HD de cette caméra allait bientôt arriver :p

Liens intéressants

Le manuel d’utilisation

Le produit disponible sur le shop Banggood

Photos supplémentaires

 
 
 
 

HOOT 3D VR camera: Entrez dans la 3e dimension.

HOOT 3D VR camera, de la 3D à portée de main.

Hello tout le monde,

Pour un peu changer des tests de matériel RC, je vous propose aujourd’hui un petit tour d’une caméra sportive un peu particulière: la HOOT 3D VR camera.
Une caméra simplement géniale qui ajoutera enfin une 3ème dimension à vos films.
Entrez dans l’ère de l’imagerie 3D avec cette petite caméra sportive peu encombrante et terriblement efficace.

Notez que pour pouvoir utiliser a pleine puissance le rendu des images, vous devez posséder un périphérique capable de lire les vidéos ou photos “side by side”. Un smartphone dans un cardboard avec le programme ad-hoc, des lunettes de réalité virtuelle ou un écran avec ses lunettes de rendu 3D feront parfaitement l’affaire !

Caractéristiques technique

Capteurs: 2x CMOS
Nombre de pixels: 2M
Angle de vue (FOV): 160 degrés (F2.8)
Format vidéo: MP4
Résolution vidéo: 1080P (1920 x 1080)
Microphone intégré
Nombres d’images: 30 fps
Format photo: JPG
Rendu 3D: side by side
Type de mémoire: interne
Taille de mémoire: 64Gb (58Gb utilisables)
Mode de connection, réglages et contrôle via Wifi (app “HOOT camera” sur Google Play
Batterie intégrée Li-Ion de 1200mAh
Moyen de recharge: USB
Résistance à l’eau: IP67
Possibilité de shooter en 2D ou 3D

Unboxing

Comme à chaque review, on passe par une phase déballage du produit.
Emballée dans son sac poubelle traditionnel, rien ne laisse transparaitre qu’une super caméra se trouve à l’intérieur.

Arrachage comme il se doit, on constate qu’elle est emballée de manière standard dans la feuille de mousse qu’on a maintenant l’habitude de retrouver.
 

On pèle le fruit, pour trouver un sac plastique supplémentaire qui recouvre la boite.
Quelques auto-collants nous ont été livrés avec 🙂 chic, lors des prochains events il va y avoir du collage un peu partout :p
 

On découvre une boite rectangulaire qui ne laisse plus de doute sur ce qui est contenu à l’intérieur.

On ouvre la boite comme un tirroir en tirant sur la lichette qui dépasse.

A l’ouverture de la boite on retrouve directement le manuel d’utilisation à lire impérativement!

Sous le manuel sont dissimulés: la caméra proprement emballée dans un petit sachet tout doux, le câble USB de rechargement et un adaptateur pour fixer votre caméra sur les supports type gopro.
 

Tour d’horizon

La caméra vue de devant en contre plongée, sur le dessus un simple bouton, qui sera entouré d’un halo lumineux renseignant l’état de fonctionnement, permet d’allumer la caméra et de déclencher/arrêter l’enregistrement.
Devant, le double objectif permettant de filmer en 3D protégé par une vitre (sur laquelle est aposée un plastique de protection à retirer avant utilisation).
La caméra est enrobée d’une très fine couche de plastique caoutchoutée au touché de velours.
Elle est disponible dans les coloris blanc ou noir.

Sur les côtés des grips en caoutchouc.

L’autre côté avec l’autre grip en caoutchouc.

A l’arrière on retrouve le port usb qui servira à la recharge et à télécharger les films et photos présents dans la mémoire interne.
Le port usb est protégé par une protection en caoutchouc qui vient s’enficher dans le trou pour étanchéifier.
 

Posée sur le dos, telle une tortue, on découvre le pas de vis qui permettra de la fixer sur différents supports ou utiliser l’adaptateur fourni avec.
Le pas de vis est standard aux accessoires photos en 1/4 de pouce.
On retrouve aussi un cercle en caoutchouc qui empêchera le glissement sur certains accesoires.
 

Vue sur l’adaptateur 1/4 de pouce vers accessoire type gopro.

Le câble Usb fourni qui sert à recharger la caméra ou télécharger la mémoire de la caméra

Plus en détails

Taille:

Renseignée à 93 x 77 x 46mm dans sa fiche technique, voyons si c’est réel?
Nous avons mesurés +-92.6mm x 73.9mm x 45.2mm soit légèrement plus petite que les renseignements.. on ne va pas se plaindre :p

 

La distance inter-caméra pour le rendu 3D est mesuré à 42mm

Poids:

Le poids est donné à 171g dans la fiche technique.. c’est respecté et convenable d’autant que tout est intégré.

Mise en route de la caméra:

On appuie 1 seconde sur le seul bouton présent sur la caméra (au dessus) et elle démarre.

Le bouton s’illumine alors d’un halo lumineux pulsé de couleur rouge durant environ 9 secondes avant de passer au vert fixe pour dire que la caméra est prête à être utilisée.
 
Un nouvel appui, bref cette fois, sur le bouton déclenche l’enregistrement vidéo 3D, le bouton s’entoure alors d’un halo vert pulsé.
Un nouvel appui bref sur le bouton arrête l’enregistrement et le halo lumineux repasse au vert fixe.
Alors qu’un appui long (2 secondes) sur le bouton provoquera la mise à l’arrêt complet de la caméra.

Utilisation de l’app android:

Pour vous donner une petite idée de ce qu’il y a moyen de faire et régler avec l’application android que vous pourrez télécharger gratuitement via le playstore (cherchez “HOOT CAMERA INTERNATIONAL”), voici quelques captures d’écran qui parlent d’elles mêmes…
Lorsque vous démarrez la caméra, le wifi de celle ci démarre en même temps.. impossible de le désactiver (note à savoir)… il suffira d’y appairer votre smartphone et c’est parti (le code d’appairage est 66666666).

Le mode vidéo par défaut qui nous donne le choix de filmer en 2D ou 3D ou le mode photo qui permet les photos en 2D et 3D.
 

Les différents menus de réglage.
Par défaut la ligne “Filigrane temporel” est cochée ce qui vous sur-imprime en haut à gauche la date et l’heure dans l’image de la vidéo.
  

Le mode scène de la caméra (jour ou nuit) et le réglage d’arrêt automatique
 

En mode lecture de la mémoire, le halo autour du bouton de la caméra devient bleu.
 

Le wifi:

La tâche n’est pas aisée tant l’environnement du labo est perturbé par une tonne de signaux wifi parasites mais il semble que la caméra ouvre son accès wifi sur le canal 6.

Qualité du waterproof:
Comme on le sait, waterproof en chine n’est pas spécialement waterproof en Europe.
La caméra est annoncée IP67 ce qui veut dire que la caméra est protégée de la poussière et est capable de subir une immersion dans un niveau d’eau d’eau compris en 15cm et 1m de profondeur pendant 30min.
Est ce vrai?

Hé ben malheureusement NON !
Oui elle est protégée de la poussière mais loin d’être étanche… un tour dans le toboggan, une immersion de 2 secondes dans l’eau (la profondeur du bassin était de 80cm et je tenais la caméra en main le plus haut possible) a quand même fait rentrer de l’eau derrière le carreau.
 

Heureusement, étant en vacances dans un superbe endroit chaud et ensoleillé, j’ai mis la caméra à sécher au soleil…
Au bout de quelques dizaines de minutes placée dans tous les sens l’eau infiltrée a fini par disparaître, mais un des caoutchouc grip présent sur le côté s’est décollé avec la chaleur…

Photos

Photo en 2D et ses détails.

  

 

Photo en 3D et ses détails.

     

 

Vidéo

En 3D:

Pour vous donner une idée sur les fichiers enregistrer et la qualité, voici deux captures d’écran des propriété des fichiers vidéo “side-by-side” (3D) produits.
Comptez environ 2Mb la seconde d’enregistrement; soit environ 120Mb la minute.
Un fichiers vidéo n’est pas spécialement continu, il est découpé toutes les 15 minutes.


en 2D:

c’est kif-kif mais il n’y a qu’une seule image en full HD 30fps, l’écran full HD n’est pas partagé par les images générées par les deux caméras.

Conclusion

Si vous voulez rajouter de la profondeur (réellement) à vos photos et vidéos, si vous souhaiter aborder l’imagerie 3D tout en douceur, cette caméra est faite pour vous !
On oubliera le fait qu’elle est annoncée waterproof et on replacera plutôt ce terme par “life proof” bien plus adapté (résistante à la poussière et aux projections d’eau de la vie courante).
Le fait que tout soit intégré est pratique car on ne risque rien d’oublier mais alourdi l’ensemble.
La mémoire interne de 64Gb m’a fait un peu peur au départ mais on se rend vite compte que c’est plus que suffisant pour réaliser de nombreux shoots.
Le rendu des images est impeccable et on ne se lasse pas d’imaginer de chouettes petits scénarios a reproduire en 3D 🙂
Une petite caméra qui sort enfin un peu des sentiers battus et toujours tracé des caméras sportives traditionnelles.
Personnellement je l’apprécie et j’ai hâte de trouver le moyen de faire un live en 3d sur les médias sociaux.

Liens utiles

Le manuel d’utilisation de la HOOT 3D VR camera

Le lien vers le produit sur la boutique

Eachine VR D2 PRO : l’un des derniers né d’Eachine

Eachine VR D2 PRO le nouveau masque d’Eachine a presque tout pour vous séduire !
Outre son prix ridiculement bas, il intègre tout ce dont on attend d’un masque d’immersion.. du diversity (double récepteur) avec affichage osd de la quantité de signal reçu sur chaque récepteur, du large écran lumineux qui donnera une sensation d’immersion intense, au DVR pour enregistrer nos vols.. Eachine a pensé à tout pour nous séduire <3

Je vous propose un petit tour complet de ce nouveau bébé…

Spécifications

Type: masque
Taille d’écran: 5 pouces
Résolution: 800 x 480
Enregistreur intégré: oui
Qualité d’enregistrement: VGA(640*480) ou D1(720*480) ou HD(1280*480)
Supporte des cartes de maximum 64Go
Sangle de tête: 3 points
Alimentation: 2S (7,4V – 8,4V)
Consommation: 600-680mA
Récepteur: double (diversity)
Fréquences: 5.8GHz 40 canaux
Sensibilité: -95dBm
Connectique d’antenne: RP-SMA
Poids: 285g sans antennes
Dimensions: 150 x 152 x 96
Dimensions intérieur: 139 x 89,6

Unboxing

Arrivée dans son emballage sac poubelle habituel…

Dans le sac poubelle, la boite est bien protégée.
Attention qu’un adaptateur US/EU est glissé dans le sac… n’oubliez pas de le sortir avant de jeter l’emballage 😉

La boite sortie de ses couches protectrices.
Eachine reste fidèle à son packaging… tout est déjà bien renseigné sur la boite.

 
Elles sont appelées VR D2 PRO et on y retrouve la mention “upgrade” sur la boite… pourquoi? je suppose que c’est pour dire que c’est une amélioration de la VR D2 classique.
 
On ne manquera pas de remarquer l’étiquette apposée qui signale que ce n’est pas un jouet ! et que ce n’est pas adapté pour les enfants en dessous de 14 ans.
Les masques, lunettes et autres dispositifs d’immersion ont tendance à abîmer/fatiguer les yeux… surtout de nos enfants en plein développement.
 
A l’ouverture de la boite, première couche, se dévoile le manuel. A LIRE impérativement bien entendu !!!

Seconde couche, en soulevant le carton situé sous le manuel, se trouvent les mousses qu’il faudra coller sur le contour du masque.
Ils ne sont pas collés d’office pour vous laisser le choix entre deux textures différentes.
On retrouve égallement un espèce de velours auto-collant qui se collera au niveau de la découpe du nez.


 
Situé sous les mousses à appliquer, se trouve notre bébé bien emballé, ainsi que ses accessoires.

Dans le sachet zip contenant la batterie il y a aussi les antennes pour le masque (une patch et une clover leaf) et des lingettes nettoyantes (une imprégnée de lotion nettoyante et une sèche pour terminer le job de nettoyage).
 

Tour d’horizon

Vue frontale du masque.
Situé sur l’avant du masque dans la partie centrale du dessus, le câble d’alimentation sur lequel on viendra connecter la batterie.
Juste derrière celui ci on distingue l’ouverture dans laquelle on viendra insérer une carte micro sd.
La micro sd n’est pas fournie avec le VR D2 PRO; c’est à vous de la fournir.

Le panneau de contrôle du masque est situé devant.
Avec un petit peu de pratique on arrive facilement à naviguer/activer les options sans devoir ôter le masque.
Comme deux petites cornes, sur le dessus et de chaque côté, on retrouve les connecteurs d’antennes en RP-SMA.

Vue du côté gauche du masque.
On y retrouve, comme sur le côté droit, le réglage qui permet d’avancer ou reculer la lentille pour adapter au mieux l’image à votre vue.

Vue du côté droit du masque avec le même réglage de lentille.

Vue de l’arrière du masque.
Le câble qui permet de connecter la batterie est maintenu dans un passage du bandeau de tête, cela évite qu’il se promène un peu partout comme sur certains masques.
C’est ici derrière qu’il faudra coller les mousses reçus pour un meilleur confort de portage et occultation de la lumière.

Vue du dessous du masque.
Il y a un pas de vis, au format standard 1/4 de pouce, qui permet de le fixer sur un trépied.
Si on veut pousser un peu la déconne, avec un adaptateur 1/4 de pouce vers gopro, on pourrait facilement s’amuser à monter une caméra sportive ou tout autre dispositif en dessous du masque.

Le transformateur reçu pour recharger la batterie est reçu en connectique au standard US.
D’où l’intérêt de faire attention à ne pas jeter l’adaptateur US/EU qui a été placé dans l’emballage principal.
La plage de fonctionnement en tension est très large ce qui permet de l’utiliser aussi bien en US qu’en EU.
 
Voici les spécifications du transformateur.
Chargeur Li-ion avec sortie 8,4V 1000mA (1A).
Le + est au centre du connecteur, le – est sur le pourtour du connecteur.

La batterie fournie, la même que celle du masque Eachine Goggle TWO, est de type 18650 de 2200mAh.
C’est simplement 2x batteries 18650 de 2200mAh mises en série.
Elle offrira un maximum d’autonomie au masque mais n’oubliez pas que un grand écran lumineux et un récepteur diversity ça tutte des ampères 😉
 
L’antenne clover leaf et l’antenne patch fournie sont les mêmes que celles du Eachine Goggle TWO.
Elles sont simplement… très efficaces 🙂
 

 

 
Les antennes n’ont pas de place spécifique vous pouvez les changer de place à votre convenance.
Si vous démarrez votre masque sans les antennes, pas de panique.. c’est l’équivalent d’un poste de radio, ça ne craint rien !
Par contre n’oubliez jamais de monter une antenne sur un émetteur vidéo sans quoi il risque de faire une petite fumée magique et/ou d’être endommagé de manière irréversible…

 
Sur la sangle de tête, qui est fixée sur 3 points pour un maintient optimum,à l’arrière, se trouve une zone élastique sous laquelle on viendra glisser la batterie.
L’élastique la maintient fermement… pour le moment… à voir si dans le temps ce dernier ne va pas “se laisser aller” et laisser s’échapper la batterie.
 
A gauche les mousses qui viendront se placer sur le contour du masque, à droite les velours qui viendront se placer à la place du nez.
 
Pour les mousses il existe deux textures, vous placerez celle qui vous conviendra le mieux.
Personnellement j’ai opté pour la plus épaisse qui assure un meilleur confort de portage et offre une meilleure isolation à la lumière ambiante.
En ce qui concerne le velours qui se place à hauteur du nez, ce sont les deux mêmes donc l’un ou l’autre conviendra parfaitement.
 

Le port est relativement agréable, le poids est correct et ne fatigue pas trop la nuque.
Mais on a pas spécialement mis à notre avantage en portant ce masque :p
 

Du coté des menus

On branche la Li-Ion, on compte jusque 4 et le masque est prêt à fonctionner !

Un appui sur la touche “MENU” ouvre un OSD.
On se déplace avec les touches “+” et “-“, on valide (rentre dans un menu) via la touche “MENU”, on quitte via la touche “CAM/DVR/QUIT”

Le premier onglet permet de faire les corrections de base sur l’image perçue dans l’écran.
Situé dans la bande tout en bas, on retrouve la norme d’affichage actuellement utilisée et la version du firmware (moi je suis en PAL)

Le deuxième onglet permet de changer la norme d’affichage en PAL ou NTSC, les pages A-B-C-D-E sont des entrées rapide vers les différentes bandes du récepteur.
5 x 8 canaux = 40 canaux.. Accès facile et rapide si vous connaissez votre fréquence et pour la retrouver du premier coup d’oeil.
En dehors du menu de réglages, vous pouvez rechercher votre fréquence avec les touches “+” ou “-” .. ou lancer un “SCAN”
 

 

 

Le troisième onglet est celui qui permet de faire les réglages sur l’OSD.
Si vous préférez avoir les menus en français, c’est dans l’option “Language”
 

Le quatrième menu nommé “RSSI” permet de sélectionner le mode de réception ou le récepteur.
En effet, il vous est possible de ne choisir que le récepteur 1 ou le récepteur 2 et ainsi ne pas utiliser le diversity.
C’est aussi dans ce menu que vous devrez lancer la calibration du RSSI (important pour avoir un affichage correct et réaliste des signaux RSSI)
On y trouve dans la dernière option la possibilité de lancer un scan de tous les canaux et de le visualiser par un affichage à la manière analyseur de spectre (et il nous donne la fréquence sur laquelle on reçoit le plus fort signal)
 

Un scan de la bande (analyse de spectre) prends 25sec.

Dernier onglet: les fonctions.
Permet de faire une remise a zéro des paramètres, choisir la manière dont on souhaite afficher (en 16:9 ou 4:3), etc..

Si vous voulez avoir un aperçu un peu plus clair des menus, cela se trouve bien détaillé dans le manuel.
 

Le DVR

Un appui sur la touche de menu “CAM/DVR/QUIT” passe le masque en mode DVR; c’est à dire que vous avez toujours l’affichage comme en mode standard mais vous pouvez enregistrer en même temps ce que vous visualisez.
Attention que dans ce mode je constate un latence non négligeable !!!
Si vous appuyez maintenant sur la touche “+” le masque se met en enregistrement.
Un nouvel appui sur la touche “+” arrêtera l’enregistrement.
Une alternative pour ne pas être gêné par le lag pendant le vol est de passer le masque en mode DVR, lancer l’enregistrement et repasser en mode caméra… une fois le vol terminé il faut repasser en mode DVR et arrêter l’enregistrement.

Pour rentrer dans le menu du DVR, il faut rester appuyer longuement sur la touche “DVR MENU”.
Attention qu’un appui sur la touche “MENU” affichera l’OSD de réglages en parallèle (il faut différenciez “MENU” de “DVR MENU”.
Premier onglet les réglages de base du DVR avec le mode d’enregistrement (qualité) qui sera soit:

  • VGA : 640 x 480
    autonomie d’enregistrement 02h19m44s avec une carte de 4GB
  • D1 : 720 x 480
    autonomie d’enregistrement 01h22m24s avec une carte de 4GB
  • HD : 1280 x 720
    autonomie d’enregistrement 01h11m25s avec une carte de 4GB

La qualité d’enregistrement est vraiment plus que correcte pour de l’enregistrement analogique… à condition d’avoir une bonne caméra 😉
Voici un petit échantillon avec une runcam swift 2 en attendant une vidéo d’un vol embarqué.
[youtube]https://youtu.be/79QiUsjAB5s[/youtube]

L’option REC Sound permet d’enregistrer le son avec la vidéo (si vous possédez un micro à bord de la caméra ou de l’émetteur)
L’option Video Time séquencera la vidéo par tranche de temps choisie. 

Restez appuyer sur la touche “DVR MENU” encore un long moment et vous afficherez le deuxième onglet.
Cet onglet permet de choisir l’option pour formater sa carte micro SD, la langue dans laquelle on souhaite afficher les informations DVR, permet de faire une remise à zéro des options du DVR (remise a zéro d’usine), permet de sélectionner la fréquence de scintillement de la lumière artificielle qui est la fréquence secteur utilisée dans nos contrées (chez nous choisir 50Hz) et le format de sortie PAL ou NTSC (le mieux est de le mettre en accord avec le mode choisis dans vos réglages de base du casque).

Pour revoir vos rushs, restez appuyer longuement sur la touche “-” et vous passerez le masque en mode playback.

Calibration des récepteurs

Attention cette partie est très importante pour un fonctionnement optimal de votre diversity et surtout de l’affichage du niveau de signal (RSSI) affiché dans l’osd de votre masque.
Il faudra impérativement calibrer les récepteurs à la première utilisation (ou à la suivante, mais il faudra le faire !!!)

Pour votre information voici comment sont disposé les récepteurs en fonction de leur affichage.
Le récepteur A est à gauche quand on a le masque face à soi.
Le récepteur B est à droite quand on a le masque face à soi.

Pour la calibration, allez dans le menu RSSI.
Retirez les deux antennes du masque.
Allumez votre émetteur vidéo et placez le à quelques mètres du masque.
Choisissez “Calibrate RSSI” (pour les menus en anglais).

Une analyse spectrale se lance pour le récepteur A et serra suivie d’une analyse spectrale pour le récepteur B.
Ca prend un peu de temps (+- 25s par récepteur soit un peu plus de 50s pour que la calibration soit effectuée)

Conclusion

Si vous voulez découvrir le FPV sans vous ruiner ou souhaitez avoir un masque relativement complet comme masque de backup ou pour prendre des passagers avec vous durant vos runs, ce masque est fait pour vous.
Cependant, si vous en avez la possibilité, je vous conseil tout de même de l’essayer avant de l’acheter car bien que la lentille soit réglable pour ajuster l’image au mieux à votre vision, pour certains (comme moi) il n’y a pas encore assez de recul pour avoir une image bien nette.. en effet, personnellement, je dois reculer le masque d’encore un bon centimètre pour avoir un confort de vision optimale sans quoi j’ai l’impression de loucher quand je regarde l’image.
On regrettera le manque de connectique (complètement absente) tant en entrée qu’en sortie, que ce soit en analogique (SVIDEO) ou numérique (HDMI).
Se promener dans les menus n’est pas des plus facile mais les différents menus en surimpression sont clairs et avec un peu de pratique on jonglera sans soucis entre ceux ci.
L’enregistrement DVR est très pratique mais introduit une latence (lag) non négligeable dans l’affichage que l’on pourra facilement contourner en effectuat la petite manip expliquée rapidement dans la partie DVR de cet article.
Autrement c’est un excellent masque d’entrée de gamme avec une très bonne sensibilité de réception !

Questions / Réponses

  1. Q: Peut on utiliser des lunettes de vue avec ce masque?
    R: Non. Le masque est trop étroit pour accepter des lunettes de vue.
  2. Q: En cas de perte de réception, dois je m’attendre au fameux “blue screen” qui apparait d’un coup?
    R: Non. Le masque gère très bien la perte de signal et si vous ne faites pas attention à la diminution de vos signaux RSSI, la neige apparaîtra progressivement à l’écran.

Liens utiles

Le masque Eachine VR D2 PRO sur la boutique banggood

Le manuel d’utilisation (en anglais)