Articles

G601 – 360 camera : La Theta killer !

G601 – 360 panoramic camera : La Theta killer !

Salut les potes,
Pour changer de tous les tests RC et parce qu’on aime les choses hors standard, je vous propose un petit test d’une super caméra panoramique.
J’ai toujours beaucoup de plaisir à tester ces caméras hors norme, qui permettent de saisir chaque instant où qu’il soit autour de nous.
Je suis en possession de pas mal de caméras 360° panoramique et celle ci vaut vraiment le coup d’oeil.
Facile à emporter, d’une qualité d’image très convenable, au fonctionnement intuitif et au look très inspiré de la Ricoh Theta… elle a tout pour plaire et surtout détrôner cette Theta (surtout son prix 4 à 5x plus faible).

Alors “Let’s go…” faisons le tour de cette super petite caméra sportive panoramique au 360 sphérique.

Fiche Technique

Type de caméra: Full sphérique 720°
Capteur: CMOS (OV4689)
FOV des objectifs: 210° par objectif (2 objectifs)
Qualité d’image (HD 720p):
– photo: 5Mpix (3040 x 1520 ); 2Mpix (1920 x 960)
– vidéo: 1440 x 720 30FPS; 1472 x 736 60FPS
6 modes de prises de vue
Microphone avec réduction du bruit
CPU: INFOTM C23 (sous Linux)
Batterie intégrée: 1400mAh Lithium
Autonomie: plus de 2h d’enregistrement vidéo
Recharge et connection: micro USB (câble fourni, chargeur non fourni)
Wifi:  2.4GHz 802.11b/g/n (mot de passe initial 88888888) – AP6212
Paramétrages via application pour Android (720pano sur playstore) et IOS — les code QR a scanner sont dans le manuel d’utilisation
Partage des photos  et vidéos (Facebook / Youtube, avec intégration des métadatas) via l’application disponible sur Android et IOS
Support d’enregistrement: Micro SD (max 128G)
Buzzer intégré
Couleurs disponibles: Orange ou Noir
Dimensions: 127 x 44 x 27mm

Unboxing

On ne déroge pas à la tradition de l’emballage sac poubelle… On en a tellement l’habitude que le jour où ils changeront l’emballage on sera tout perdu.

La boite noire avec le design blanc.. sobre, net et élégant !
Seul un petit point de couleur orange se distingue sur la boite, il est là pour connaitre la couleur du boitier de la caméra contenue dans la boite.

Ouverture de la boite en glissant le couvercle vers le haut comme une boite à tartines, la caméra est bien coincée dans un écrin de mousse assez dense.
Une découpe a été faite dans cette mousse, qui épouse les formes de la caméra afin qu’elle reste bien coincée et protégée.

Lorsqu’on retire la caméra, on remarque qu’une couche supplémentaire de mousse a été placée afin de bien soutenir et protéger.
Sous la mousse une carton découpé et plié renferme le manuel d’utilisation.

Le long de l’écrin de mousse se trouve une longue boite en carton noir qui renferme le câble USB vers micro USB permettant la recharge.

Tour d’horizon

Toute vêtue de plastique au touché agréable, nous avons opté pour la couleur orange.
La caméra est malgré tout entourée d’une finition “aluminium anthracite” mais juste de couleur car elle aussi est en plastique.
A la prise en main on a l’impression d’avoir un produit de qualité et bien fini.

Sur la face avant de la caméra on retrouve des icones qui permettent de savoir, en s’illuminant, quel mode est activé; ainsi que le bouton qui permet de déclencher photo ou enregistrement vidéo.
Sur la tranche anthracite, on distingue discrètement le bouton de mise en service, d’activation du wifi et de sélection du mode photo/vidéo.

Prise en main elle ne parait pas immense. Un plastique noir glossy entoure l’objectif pour parfaire le design.

Même en la saisissant fermement (on la prend rarement comme cela), les deux objectifs restent bien dégagés  ce qui n’est pas le cas sur beaucoup de caméras panoramique !

Vue de plus près de l’un des deux objectifs.
Une vue large de 210° saisira tout ce qu’il se passe dans la demi sphère face a l’objectif.
Vu qu’il y en a un autre de l’autre coté qui saisira une autre demi sphère, la caméra reconstituera d’elle même une sphère complète… saisissant ainsi TOUT ce qu’il se passe autour de vous ! 😀

L’autre face de la caméra, nue de tout boutons… avec son second objectif (l’exacte copie de celui situé en face avant).

Un autre vue de la prise en main.

Zoom sur la tranche pour montrer le double objectif.
Ils ne ressortent que de +-5mm chacuns mais comme ils sont légèrement encastrés ils ne ressortent effectivement que de +-3mm de la partie la plus large, ce n’est pas énorme et ça laisse une impression globale de minceur à cette caméra.

Vue sur la tranche en plastique de couleur anthracite/aluminium avec tous ses petits trous.. je suppose que c’est pour permettre une bonne ventilation car on le verra plus loin que cette caméra chauffe un petit peu lors de l’utilisation.

Petit zoom sur les boutons cachés sur la tranche de la caméra.
Le bouton du dessus permet la mise en marche et l’arrêt, le bouton du milieu permet d’activer / désactiver le wifi et le bouton du dessous permet de passer du mode photo au mode vidéo.

Sous la caméra nous retrouvons de gauche à droite, le slot pour ajouter une carte micro SD, le filet 1/4 de pouce qui permettra de la fixer sur toutes sortes d’accessoires et le slot micro usb qui permet de recharger la caméra.
Remarque: l’usb ne sert actuellement qu’à recharger la caméra !

Utilisation & application

On reste appuyé 3 secondes sur le bouton de marche/arrêt présent sur la tranche de la caméra et elle se met en mode démarrage.
Il faudra attendre environ 9 à 10 secondes pour qu’elle soit opérationelle et prête à faire de l’imagerie.
Un double bip de confirmation, généré par un buzzer interne, se fait entendre dès que la caméra est prête à être utilisée.
Lorsque la caméra s’allume / est allumée, le bouton de marche/arrêt sur la tranche s’illumine en bleu ainsi que l’icone de mode photo ou vidéo dans lequel la caméra se trouve.

De base, une fois initialisée la caméra est pleinement fonctionnelle, mais pour utiliser son plein potentiel il faudra la connecter à l’application dédiée sous Android ou IOS.
Cette application permettra aussi de faire tous les réglages comme la qualité des photos et vidéos que l’on ne pourra malheureusement pas sélectionner sur la caméra elle même.
Les captures d’écran suivantes seront prises sous Android car je ne dispose pas de périphérique IOS !!!
Pour connecter la caméra à votre périphérique android procédez comme suit:
– initialiser votre caméra
– démarrer le wifi sur la caméra en appuyant sur la touche wifi présente sur la tranche (le bouton du milieu)… une fois le wifi démarré, l’icone wifi qui se trouve en dessous du bouton de capture sur l’avant de la caméra s’illuminera (clignotera) en bleu
– allumez votre dispositif android et démarrez le wifi de votre dispositif. (l’application “720pano” doit être préalablement installée et est disponible sur le playstore)
– connectez le point wifi nommé “Pano720-eaff”

– un code d’appairage sera demandé, introduisez le code “88888888” (8×8)
– démarrez l’application “720pano”, appuyez sur l’icone avec un petit appareil photo en haut à droite et BIMMMM on peut jouer 🙂

Par défaut, à l’ouverture du programme, on tombe sur les images sauvegardées dans la galerie du dispositif android sur lequel est installé le programme “720Pano”.

NOTE IMPORTANTE: l’application Android 720Pano est en anglais/chinois… pour le moment une grande partie des menus n’ont pas été traduits et sont toujours en chinois… difficile de savoir parfois à quoi ils servent!
Espérons qu’au minimum une version toute en anglais soit disponible rapidement :/

Dans l’écran principal en forme de bulle, faites glisser votre doigt pour vous déplacer dans l’image et explorez le monde qui se trouve autour de vous.

En bas à droite, l’icone permettant de rentrer dans le menus des réglages.
Comme averti ci plus haut, la majorité des menus ne sont pas encore traduits en anglais et sont toujours en chinois… difficile de comprendre la fonctionnalité de certains menus.

Voici tous les menus, beaucoup de réglages sont possibles !

Tout en haut à droite, une icone renseigne l’état de la batterie interne de la caméra.
Le petit chiffre situé à côté renseigne le nombre de fichiers disponible dans la mémoire de la caméra.

En bas à gauche de l’écran principal, une icone en forme de sphère permet d’ouvrir le menu des différents modes de vues.

Littleplanet, réalité virtuelle (a utiliser avec un masque style cardboard), sphère étendue,… quelques modes sympas sont disponibles!

Cette icone en haut à droite permet de passer d’un objectif à l’autre dans le mode de fonctionnement normal.
La bulle affichée est celle produite par un seul objectif; pour passer sur l’autre il faudra clicker dessus

Cette icone en haut à gauche permet de renverser l’image (tête en bas); Utile si on monte la caméra à l’envers comme par exemple sous un drone.

Cette icone permet de passer dans le menu “galerie”.

Le menu “galerie” permet d’accéder à la mémoire de la caméra mais aussi à celle du dispositif android que vous utilisez.
On peut sauvegarder les images/vidéos de la caméra vers la mémoire du dispositif android.

A l’ouverture du programme, ou si on revient en arrière après avoir accédé à la caméra, on peut aller dans les réglages propres destinés au programme.

Dans ce menu on peut choisir sa méthode de connexion (ici on utilis ele wifi), effacer le cache de l’application pour sauvegarder un peu de mémoire sur son dispositif android, vérifier si un nouveau firmware est disponible pour la caméra ou voir les informations relatives au programme lui même.

Pour arrêter la caméra, appuyez 3 secondes sur le bouton de marche/arrêt présent sur la tranche, deux bips se font entendre confirmant que la mise à l’arrêt de la caméra a été enclenchée.. elle s’éteint presque immédiatement.

Le manuel d’utilisation… il y a peu d’informations à l’intérieur mais l’utilisation étant très intuitive on a pas besoin de masses d’informations.

Autonomie

On connecte le cable USB / micro USB à la caméra d’un côté (micro USB), à un chargeur de smartphone/tablette ou à un PC de l’autre coté et cette dernière passe en mode charge. Pour avertir qu’elle est en charge, le bouton de marche/arrêt s’illumine en rouge.

Lorsque la caméra est complètement chargée, le bouton marche arrête s’illumine en vert.

Après une charge complète, j’ai allumé la caméra et démarré un enregistrement…
J’ai attendu, attendu, attendu et après 1h41 la caméra a fait 2 bips de clôture de l’enregistrement avant de s’éteindre.

Le test d’autonomie donne une idée.
Il a été réalisé wifi éteint et la caméra enregistrait sur une micro SD de 64Gb classe 10.

Poids et dimensions

Renseignée à 144 x 44 x 27 dans la fiche technique, voyons si ces informations se vérifient.
Nous avons mesurés 127 x 44 (parfaiiiiiit !!!) x 20mm
Pourquoi 20mm de large et pas 27mm ? car nous n’avons pas pris en compte le débordement des objectifs lors de notre mesure 😉

Tir corrigé et effectivement en prenant en compte l’objectif on est bien à 27mm de large !

Le poids n’était pas renseigné mais nous avons mesuré.
126g ! pas mal quand on prend en compte que la batterie est intégrée dans la caméra.

Ca chauffe !

Lors de l’utilisation on se rend compte que la caméra chauffe un petit peu.
C’est d’ailleurs surement pour cela que sur toute la tranche de la caméra (côtés et au dessus) est percée de petits trous… j’ose supposer que ces petits trous sont présent pour faciliter la circulation de l’air afin de favoriser l’évacuation de la chaleur.
Bon ça chauffe.. mais pas de quoi se brûler les doigts non plus…

Cette image thermique a été prise après 30min de fonctionnement en enregistrement.
 

Photo

Pour extraire les fichiers de la caméra vous devez soit passer par l’application Android/IOS, soit retirer la carte micro SD de la caméra pour la placer sur un autre dispositif tel qu’un PC.

Dans les paramètres de la caméra (disponibles via l’application), 2 résolutions d’image sont disponibles en mode photo.

Les images produites sont sauvegardées en .jpg
Comptez environ 1,64Mo par fichier image.

Exemple d’image prise en 3040×1520 soit au format 2:1

Chargée sur facebook ou en direct ça donne ceci (vous pouvez déplacer l’image avec votre souris):

Il faut suivre ce >>> LIEN <<<

 

 Vidéo

Dans les paramètres de la caméra (disponibles via l’application), 4 résolutions différents sont disponibles pour le mode vidéo.
1 mode proche du VGA (tout en bas), 2 modes HD (à vitesses de capture différentes) et un mode HD+ qui se retrouve entre la HD et la full HD.

Info: par défaut, la caméra scinde les enregistrements par tranche de 30 minutes !

Comptez 2,2Go par tranche de 30 minutes en 1920×960 30fps.
Soit +-78Mo la minute


.
Concernant le codec vidéo:
La caméra enregistre en Mp4.


La vidéo enregistrée fait 1920 x 960 au complet, soit les deux bulles dans l’image de cette taille.
L’image est donc en format 2:1 dans cette résolution.

Exemple de vidéo uploadée par l’application sur youtube.
L’application fait le stitching (recomposition et ajour de metadatas) pour youtube ou facebook directement, ça met du temps mais ça fonctionne très bien !

Partage des fichiers sur facebook / Youtube

Opération facile à effectuer depuis l’application et en quelques clicks seulement.

1. rendez vous dans la galerie de la caméra.
  
2. choisissez et ouvrez la vidéo que vous souhaitez partager.
3. téléchargez la sur votre dispositif.

4. déconnectez le wifi de la caméra et passez sur votre connexion internet.

5. rendez vous, cette fois, dans la galerie de votre dispositif.

6. choisissez et ouvrez la vidéo que vous souhaitez partager.
7. clickez sur l’option de partage.

8. Lancez la conversion et le partage (ça peut mettre du temps) en clickant sur “start to share”.

9. choisissez où vous souhaitez partager
 

Conclusion

Cette caméra est vraiment très fun à utiliser.
Sa bonne tenue en main, ses objectifs dégagés et sa relativement bonne qualité d’image en font un périphérique très appréciable à emmener un peu partout.
Grâce à cette caméra panoramique vous ne manquerez aucun moment, aucune action, où qu’elle se trouve autour de vous.

Juste génial pour capturer un panorama ou un environnement spécifique.
Prenez une photo d’un seul click et à la maison utilisez un masque VR pour vous immerger à nouveau dans ce lieu spécial que vous avez capturé… grâce au masque VR tourner la tête et regardez autour de vous comme si vous étiez sur place !

Embarquez la sur un drone pour vous sentir tel un oiseau à pouvoir regarder partout autour de vous lors du vol (grâce à la VR).

INFO: J’ai cru voir qu’une version full HD de cette caméra allait bientôt arriver :p

Liens intéressants

Le manuel d’utilisation

Le produit disponible sur le shop Banggood

Photos supplémentaires

 
 
 
 

MenaceRC Invader : une antenne patch qui vaut le coup d’oeil !

Découverte de l’antenne patch MenaceRC Invader.
La MenaceRC Invader est une petite antenne de type “patch” destinée à la réception vidéo de nos drones.
Pour moi, c’est de loin la meilleur antenne patch que j’ai pu tester jusque ici !
Elle est petite, légère, a un look sympa et offre de superbes performances.

Les antennes patch concentrent leur faisceau de réception droit devant, offrant un taux de réjection élevé derrière et sur les côtés.
Cela veux dire que l’on va très bien recevoir les signaux devant l’antenne (fort et loin), beaucoup moins fort les signaux se trouvant sur les côtés et encore moins fort les signaux situés derrière l’antenne.

Pour vous donner une idée dans la pratique: avec un émetteur 200mW, on l’entendra encore à 1,6km si il est situé devant l’antenne et seulement à 150m si il est situé derrière l’antenne.

En règle général on couple, sur un récepteur diversity, une antenne patch et une antenne clover leaf.
Cela permet d’utiliser la clover leaf pour les signaux proches situés tout autour de nous et d’utiliser l’antenne patch pour recevoir les signaux lointains (ou faibles) droit devant.

 

Spécification du constructeur:

Gamme de fréquences: 5645 – 5945 Mhz
Gain: 6.5 dBi
Polarisation droite ou gauche (LHCP ou RHCP) – choix de la polarisation lors de la commande
Connecteur SMA (directement compatible fatshark et skyzone)
Dimensions: 45mm x 41mm x 16mm
Poids: 11grams

 

Tour d’horizon

Vue de devant, le design est sympa et change de la traditionnelle patch au format carré.

Vue de derrière et de son connecteur SMA qui se connecte sans adaptateur sur fatshark et skyzone.

41mm de large (comme indiqué par le constructeur)

45mm de long (comme indiqué par le constructeur)

14mm (16mm indiqué par le constructeur) mais je n’ai pas tenu compte de la hauteur du point de soudure central sur l’antenne donc la taille est respectée.

Épaisseur du pcb: 1.6mm

Poids également respecté à 0,8g près

 

Comparatif

Je possède une antenne patch aomway, une eachine, une TBS et celle ci.. comparativement entre elles, la MenaceRC Invader est l’antenne qui m’offre les meilleurs performances.

Théoriquement elle offre 1.5dBi de plus qu’une TBS et 0.5dBi de plus que la eachine ou aomway.
Pratiquement j’ai, à distance équivalente entre l’émetteur et l’antenne, moins de glitchs avec l’antenne patch Invader !

Le jour où je reçois un appareil de mesure pour les antennes, je ne manquerai pas de faire des mesures comparative stricte pour démontrer réellement la différence plutôt que donner un avis personnel.

Liens utiles

Le produit sur la boutique MenaceRc

 

 

Review du Eachine Goggle TWO: une version deux encore mieux !

Eachine Goggle TWO Banner

Salut les fous de l’immersion,

Nous avons eu la chance de recevoir un exemplaire du nouveau Eachine Goggle Two par notre partenaire banggood, masque FPV par excellence.
Ayant été conquis par la première version (le Eachine Goggle One), nous sommes ravi de pouvoir tester ce nouvel exemplaire.01

Le goggle one avait quelques défauts que Eachine nous a promis avoir amélioré dans cette nouvelle version.

Soit… nous sommes impatient de tester ce nouveau joujou.

Je vous propose donc de suivre avec nous l’avancement des tests réalisés et je vous invite à éventuellement nous poser des questions sur le fonctionnement, nous mettrons tout en oeuvre pour répondre à vos questions le plus rapidement possible.

Comme les autres articles, et comme nous découvrons des fonctionnalités au fil du temps, l’article est amené à évoluer et à s’étoffer.

N’hésitez pas à le consulter de temps en temps pour voir si de nouvelles choses sont à découvrir 😉

Un, deux, trois… testez !

Unboxing

Eachine nous offre un packaging tape à l’oeil avec des couleurs justement dosées.
On a directement une idée à quoi ça ressemble, tape à l’oeil !
 

Sur la boite on trouve également un descriptif du produit… il sera un bon point de commencement pour les comparaisons et les tests.
 

Vous voulez un accès rapide au site de eachine? scannez le QR code

On sort tout ce qu’il y a dans la boite.

Vue sur les mousses livrés avec le masque; deux textures laissées à l’appréciation pour votre plus grand confort.

Une mousse peu épaisse.

Une mousse plus épaisse.

Tour du propriétaire

Vue du dessus, la claaaassseeee !
Contrairement à l’ancien goggle one, Eachine a décidé d’abandonner la coque plastique qui entourait le masque.
Bon point car dans la version 1, le plastique se déformait au soleil.
En EPP noir, léger et élégant, revêtu de stickers rouge au chouette design, le casque est vraiment très sympa au regard.
Le masque possède deux antennes car il intègre un récepteur 5.8GHz 40 canaux DIVERSITY.
Le récepteur scrute les signaux reçus par les deux antennes et choisis l’antenne qui a le plus fort signal.
Une antenne patch pour capter un signal loin devant, une antenne clover leaf pour capter dans toutes les directions mais moins loin en avant que la patch.

Vue du côté gauche, rien de ce côté mais on a de la surface vierge à personnaliser!
Pour décrire un peu plus, la taille du masque fait environ 22cm x 16cm x 11,5cm (16,5cm si on compte l’ergot qui vient se loger sur notre front).

Vue de devant avec son logo stylé

Vue du côté droit sur lequel on retrouve le panneau de contrôle et la connectique.
Nous reviendrons sur ce panneau de contrôle un peu plus loin dans l’article.

Vue du dessous, sur l’avant du masque (comme sur le dessus du masque), les ouvertures d’aération pour la ventilation de l’électronique.

Vue de l’entrée (je n’ai pas encore collé les mousses).
A mis chemin entre nos yeux et l’écran se trouve une lentille de fresnel en plastique augmentant la taille de l’image.
A savoir que la lentille est à focale fixe (comme sur le goggle One), il n’est pas possible de la déplacer pour régler la focale comme sur un quanum. Perso ça ne me dérange pas, l’image est clair et net (sur quanum j’ai toujours eu une image floue même en déplacant la lentille)

Pour bien se fixer sur notre tête et l’empêcher de bouger, Eachine a placé une sangle 3 points.
Sur l’arrière du crane, on retrouve un velcro permettant d’y placer la batterie fournie avec le masque.

Au niveau du poids,
On est à 345g sans batterie mais avec les antennes..
On ajoutera 93g de batterie, cela reste relativement léger et pas trop contraignant à porter même pendant de longues sessions de FPV.

En comparaison au Goggle One, on gagne plus de 50g.

En comparaison avec le goggle ONE, ils ont la même taille à un poil de couille près.


Et sur la tête ça donne quoi?

Je me suis prêté au jeu, voilà à quoi on ressemble !




La batterie

La batterie de 7,4V 2200mAh fournie avec le casque est créé grâce a deux batteries  de type 18650 mises en série.
Les 18650 sont des batteries LiPo à haut pouvoir de décharge, elle permettra certainement de l’utiliser pendant un long moment avant de devoir la recharger.
Pour votre information, avec ce type de batterie, on peut descendre jusque 3V par élément soit une tension minimale de 6Vdc.
C’est la nouvelle mode l’utilisation de ces piles, et ce n’est pas pour nous déplaire quand on connait leurs caractéristiques et leur super autonomie pour un poids convenable mais surtout une taille compact.

Notez que le connecteur est aussi compatible avec les goggle ONE et les fatshark et skyzone.
Le connecteur est relié à la batterie par un cordon de 6,5cm.
Le positif se trouve au centre du connecteur tandis que le négatif se trouve sur le contour du connecteur.
Donc si vous avez besoin d’un pack backup pas cher et super efficace… on sait trouver juste le pack batterie ici sur la boutique.

Le poids reste tout à fait convenable et nous l’avons mesurés à +-93g pour des dimensions qui font 66x36x19mm

Pour comparer avec la batterie du Goggle One, voici cette dernière à la pesée.
A tenir en compte: la batterie du Goggle One est de moindre capacité et n’utilise pas la même technologie.

Le chargeur est aussi fourni, il permet de recharger la batterie directement sur le secteur.
Pas de chance, il est aux fourni avec une connectique US et donc pas enfichable dans nos prises EU.
Il faudra passer par un petit convertisseur qui malheureusement n’est pas fourni (pas de problèmes pour moi j’en ai pleins qui traînent… collectés au fil du temps)
Le convertisseur US vers EU est fourni hors packaging, il se trouve dans le fond de l’emballage type “sac poubelle” dans lequel la boite vous a été envoyée. (un grand merci à Alexandre Queinnec qui m’a dit où le trouver)


Les spécifications du chargeur en sortie: 8,4V 1000mA.
Positif au centre du connecteur, négatif sur le contour du connecteur.

Notez qu’on pourra aussi l’utiliser pour charger nos batteries de fatshark 😉

Les antennes

Deux antennes sont fournies avec le masque.
Une antenne de type clover et une antenne de type patch.

Les deux antennes sont en connectique RP-SMA.

Le câble coaxial qui relie le connecteur au haut de l’antenne fait 7cm.
Il est rigide et de bonne facture.
Sa rigidité relative permet de le plier dans l’angle souhaité et qu’il garde la courbure donnée.

En ce qui concerne l’antenne cloverleaf, elle est enfermée dans son écrin noir.
En faisant sauter le couvercle, on retrouve une antenne de type RHCP avec 4 lobes (leaf) en cuivre.

L’antenne Patch fait 45x45mm et est annoncée à 6dBi


Fonctionnement & menus

On place les deux antennes sur le dessus (la place n’a aucune importance).
On connecte la batterie, on compte jusque 3 et le masque est démarré.. une petite led rouge sur le panneau de contrôle indique qu’il est en fonction.
Notez que contrairement au Goggle One, il n’y a aucun bruit de ventilateur, on dénéficie d’une ventilation passive.
De la neige apparaît sur l’écran 5 pouces… reste à trouver une canal vidéo en fonction pour afficher une image.
Un rapide appui sur le bouton “scan” et quelques secondes plus tard…

On remarque directement que des inscription en rouge sont présentes en OSD dans le bas de l’écran.

En bas à gauche se trouve le niveau de tension de votre batterie.

En bas à droite on retrouve la fréquence (en Giga Hertz) sur laquelle le récepteur est calé.

La qualité de l’image est vraiment excellente, tout comme son prédécesseur le goggle one.
Un rendu exceptionnel, un superbe piqué, une finesse du détail, un très beau rendu de couleurs et un FOV impressionnant (78° d’après le constructeur) !
J’aime beaucoup les masques PFV pour l’exploration en immersion, ils permettent d’avoir un chouette rendu des détails et de faire des vols super immersifs.
Malheureusement leur taille et leur poids sont souvent des facteurs contraignants qui fait que je les laisse au labo.
C’est plus aisé de se balader avec une paire de lunettes d’immersion sur le nez qu’avec une énorme caisson d’immersion sur la tête 🙂

Vue sur le panneau de contrôle.. à quoi servent les boutons?

On y va de gauche à droite pour plus de facilité.

1. la led rouge qui permet de savoir si le masque est en fonction ou pas.
Allumée = en fonction, éteinte = hors fonction

2. le bouton “scan” avec le triangle dessiné, comme son nom l’indique permet de lancer un scan de la bande vidéo afin de détecter un signal vidéo. Lorsqu’un signal est détecté par le masque le scan s’arrête.
Malheureusement il n’affiche pas dans l’osd l’état d’avancement du scan et où il se trouve.. on ne sait donc pas suivre réellement le scan même si on connait à l’avance sa fréquence d’émission… Il n’affichera la fréquence de son récepteur qu’une fois le scan terminé.

3. le bouton HD/AV avec le rond dessiné : permet de changer la source vidéo entre AV (le récepteur FPV), AV in (l’entrée vidéo analogique) et HDMI (l’entrée vidéo numérique)

4. le bouton “enter” avec le carré dessiné: permet d’entrer dans les menus et de valider les valeurs.

5. le bouton “+” : permet de monter en fréquence ou de naviguer dans les menus/augmenter les valeurs.

6. le bouton “-” : permet de descendre en fréquence ou de naviguer dans les menus/diminuer les valeurs.

7. à droite en haut se trouve le connecteur mini hdmi (entrée vidéo numérique 1080p)
Un câble mini hdmi vers hdmi est aussi fourni avec le masque.

8. en bas à droite se trouve le connecteur analogique typer jack.
Il permet de brancher des écouteurs si on veut profiter du son OU de bénéficier d’une entrée vidéo analogique pour par exemple connecter un autre récepteur vidéo.

Le câble pour connecter une source vidéo analogique externe sur la prise jack écouteur du masque est fourni dans le paquet.
Il fait environ 14cm de long hors connecteurs.

On rentre dans les menus?
Touche “carré” et “+” “-” pour naviguer…

Menu 1: réglages les plus utilisés !

Menu 2: réglage PAL/NTSC et les pages sont les 5 bandes du récepteur !

Menu 3: réglages de l’affichage OSD de l’écran

Vous ne comprenez pas l’anglais? pas de soucis, il y a des traductions !

Menu 4: les fonctions.
On peut utiliser du 16:9 ou 4:3.. tout le monde sera content !

Menu 5: réglage du volume écouteurs.

Test de réception et comparatif avec d’autres récepteurs

Pour effectuer un test, j’ai fait comme à l’habitude :
A l’aide d’une petite caméra Eachine MC01 AIO (dont on a fait le review ici) de 25mW placée deux étages plus haut, dans le labo, j’ai testé divers récepteurs pour effectuer une comparaison.

J’ai d’abord testé le Eachine Goggle Two avec QUE l’antenne clover.

J’ai ensuite testé le Eachine goggle Two avec QUE l’antenne Patch pointée devant elle et donc pas du tout pointée vers l’émetteur en fonction.
On notera que je n’ai ni black, ni blue screen à la perte de signal.
Sans antenne, évidement plus de signal… mais aussitôt qu’on replace l’antenne sur le masque l’image revient instantanément !

J’ai pointé l’antenne patch (antenne clover déconnectée) dans la direction de l’émetteur et miracle, une image limpide réapparaît. l’antenne patch est très directive !

Lorsque l’on place sa main dans le champ de vision de l’antenne patch et bim, l’image disparaît ou s’atténue très fortement!
Gare aux obstacles avec la patch !

J’ai ensuite connecté un CT580 (un petit rx super sensible dont j’ai fait le test ici) sur l’entrée vidéo analogique du masque Eachine Goggle Two.
Aussitôt avoir basculé sur l’entrée vidéo “AV in” j’ai eu l’image de mon récepteur externe.
L’entrée vidéo analogique est belle et bien fonctionelle contrairement au Goggle One (j’ai testé le cable du goggle two sur le goggle one et ça ne fonctionne pas… pour ceux qui se demanderaient)

Image qui provient du CT580, le rx externe connecté au Eachnine Goggle Two

Ensuite j’ai connecté le Eachine Goggle One pour comparer.

CONCLUSION des tests:

le diversity est très efficace et switch immédiatement sur l’antenne qui reçoit le meilleur signal sans interruption de flux vidéo. La sensibilité est plus que correcte et offre des performance légèrement supérieure à mon récepteur externe déjà très sensible -93dB.
Reste à voir comment il se comportera sur le terrain; les conditions hivernales actuelles ne me permettent pas de tester en extérieur.

Test de l’entrée HDMI

Pas de surprise, ça fonctionne au top !
La preuve en image, connecté à la X-box 😀

Conclusion

Si vous êtes à la recherche d’un masque d’immersion de bonne qualité, relativement léger, avec un superbe rendu d’image, le Eachine Goggle TWO est fait pour vous.
Il surpasse jusque là tous les masques que j’ai pu tester.
Sa sensibilité en réception vidéo est très bonne, le diversity est efficace et bascule immédiatement sur l’antenne qui reçoit le meilleur signal vidéo.
Pas de black/blue screen en cas de perte de signal et l’image réapparaît immédiatement dès qu’on a retrouvé un soupçon de signal.
Performant et pas cher il a tout pour plaire !
Dans l’état des choses actuel, comme il est tout récent, je ne sais pas comment il se vieillira et se comportera dans le temps… ça restera à voir mais d’ici à ce qu’il se décompose on l’aura sans doute remplacé depuis longtemps.

Par contre, il n’offre pas de DVR et aucune SORTIE vidéo numérique ou analogique permettant d’y connecter un DVR externe ou tout autre dispositif de capture.
Il reste relativement encombrant (bien que ce soit le défaut de tous les masques) tout en maintenant un poids acceptable.

Liens utiles:

Le eachine Goggle TWO sur la boutique banggood

CT580 un récepteur vidéo 5.8GHz très pratique.

Salut les pitchounes !

Aujourd’hui j’ai enfin réussi à être enfin un peu productif et à sortir ce review que je tenais tant à vous partager.

Nous allons tester un petit récepteur vidéo 5.8GHz hyper pratique (perso je l’appelle le couteau suisse), qui couvre presque tous les canaux standard: le CT580 (il n’y a pas de marque, c’est seulement CT580).
Je dis bien presque car, bien qu’étant compatible avec les 40 canaux traditionnels, il lui manque malheureusement les 8 nouveaux canaux (et même bientôt 32 nouveaux canaux)… soit, ces canaux additionnels sont de toutes façons illégaux dans nos contrées donc ce n’est pas grave!

En gros, on a un récepteur relativement sensible (-93dB donnée constructeur) qui couvre pas moins de 300MHz (de 5645MHz à 5945MHz) avec écran tactile et analyse du spectre radiofréquence.
Ce petit joujou s’alimente de 7 à 27Vdc (2S à 6S) possède une sortie vidéo (tant qu’à faire vu que c’est sa fonction principale) et est capable d’être mis en série avec 7 autres de ses congénères afin de créer jusqu’à un OCTOversity !!! (pas de bol sur ce coup là je ne possède qu’une seule unité donc je ne pourrai pas essayer).

On reste dans la norme des reviews… on déballe, on tourne autour et on test…

Unboxing (ou LE déballage du bidule)

On reçoit dans l’emballage sac poubelle habituel, un autre sac rempli de trucs.

ct580-7

Pressé comme tout de découvrir l’engin, on éventre le paquet et on retourne tout sur la table.
A ma grande surprise une antenne cloverleaf est fournie avec alors que la fiche produit de chez banggood disait que c’était vendu SANS antenne.. bonne surprise!

ct580-8

Dans le sac on retrouve :

  • un câble sortie vidéo jack 3.5mm stéréo vers cinch mâle jaune (vidéo) rouge (audio Right) blanc (audio Left)
  • un câble entrée vidéo jack 3.5mm stéréo vers cinch femelle jaune (vidéo) rouge (audio R) blanc (audio L)
  • un câble d’alimentation (sans aucune fiche côté batterie)
  • un câble USB type A vers mini USB
  • un sachet avec le mode d’emploi en chinois incompréhensible
  • une antenne cloverleaf
  • le récepteur CT580 (pas de marque)

ct580-9

Tour du propriétaire

Le récepteur est en plastique noir commun, il n’y a pas de protection anti-griffes sur l’écran.
Aucun bouton à l’horizon tout se fait avec l’écran tactile de type résistif.

ct580-14

Sur le côté droit on trouve le connecteur d’antenne RP-SMA.

ct580-1

Sur le côté gauche on retrouve les principale connexions:

  • AV OUT: d’où sortira le signal vidéo
  • AV IN: sert à brancher d’autres récepteurs CT580 en série (pour faire du DI, TRI, QUADRI,… OCTOversity)
  • USB: pour la mise à jour du récepteur
  • DC 7V-27V: pour l’alimentation du récepteur

On notera qu’il n’y a pas de slot SD donc pas de DVR intégré (mais de toutes manières ce n’était pas prévu dans la fiche technique… dommage)

ct580-13

Sur le dos de l’appareil… il n’y a rien !

ct580-12

 

Mise en route

Pour ma part, la majorité de mes batterie LiPo sont en XT60, c’est naturellement que j’ai soudé ce type de connecteur sur le câble d’alimentation fourni.

ct580_1-1

On connecte l’antenne fournie sur le côté droit, le câble de sortie vidéo sur le connecteur AV OUT et le câble d’alimentation.
Personnellement je trouve que le choix de l’antenne sur le côté de l’appareil n’est pas un choix judicieux, en effet j’aurais plutôt souhaité la retrouver sur le haut de l’appareil pour une meilleur prise en main; de plus ce n’est pas la place qui manque.
Malgré tout, l’antenne livrée possède un câble semi rigide qui permet de la plier afin de l’orienter au mieux selon la position de l’appareil.
Je pense lui placer un petit connecteur RP-SMA / RP-SMA coudé à 90 degrés afin de placer au mieux l’antenne selon mes besoins… et tant pis pour la perte d’insertion ! car oui, rajouter des connecteurs ajoutera des pertes de quelques dB à la réception du signal.

ct580-2

On branche la LiPo, l’appareil démarre.
Il ne lui faut pas plus de 1 seconde pour démarrer.
Notez que l’appareil « garde en mémoire » la dernière fréquence sur laquelle il était arrêté avant de l’éteindre.

ct580-3

Qu’avons nous à l’affichage?

  • dans le coin supérieur gauche on retrouve le numéro attribué au récepteur, cela ne servira que si on possède plusieurs récepteurs liés ensemble.
  • au milieu en haut de l’écran on retrouve la fréquence sur laquelle on se trouve.
  • dans le coin supérieur droit on retrouve la tension d’alimentation du récepteur (permet de surveiller l’état de sa LiPo mais il n’y a pas d’alarme programmable en cas de batterie faible)
  • ensuite on a une zone dans laquelle s’affiche l’analyse spectrale étalée sur 300MHz (300 canaux au pas de 1MHz)
  • sous l’analyseur on retrouve le bouton de retour en arrière (passer à la fréquence précédente), le bouton SCAN/STOP pour lancer un scan automatique sur les 300MHz par pas de 1MHz, le bouton d’avance qui permet de passer à la fréquence suivante.
    Notez que lorsque l’appareil est démarré et que vous appuyez brièvement de manière répétée sur le bouton d’avance, vous aller faire sauter les canaux par pas de 1MHz, laissez votre doigt appuyé dessus et il sautera rapidement de 10MHz en 10MHz
  • en dessous des boutons est affiché le signal reçu par les récepteurs (dans le cas où plusieurs récepteurs sont liés entre eux). Dans notre cas seul le récepteur No1 est utile, vu qu’on en a qu’un seul, et celui ci affichera en pourcentage la quantité de signal reçu sur une échelle de 0 à 100%.

Dommage qu’on ne puisse pas configurer librement l’écran pour par exemple effacer les 7 récepteurs inutiles ou faire une rotation de 90 degrés de l’écran.

ct580_1-4

Petit zoom pour revenir au saut de fréquence par pas de 10MHz parlé ici plus haut.
Appuyez brièvement et de manière successive sur le bouton d’avance et le récepteur fera des bonds de 10MHz et les affichera sur son écran.

ct580-4_2

 

Analyse en profondeur

« Un analyseur sachant analyser est un bon analyseur » à dire 10x à haute voix et le plus vite possible.

Petite comparaison avec un meilleur analyseur de spectre (attention il n’a pas les même réglages, pas la même sensibilité et pas la même antenne, je dois recommencer le test), on constate qu’il détecte bien un signal d’émission de type porteuse et que la fréquence de cette porteuse est correcte. On note aussi sur l’écran du CT580 que dans le fond du spectre il y a une autre porteuse non présente sur le RF explorer. Ceci est très certainement du à un manque de filtrage du CT580.

ct580-6

Niveau consommation c’est très correct, alimenté en 3S (12,1V dans la batterie), je mesure 165mA… c’est quand même 45mA de plus que ce que le constructeur renseignait (12v – 120mA donnée constructeur)
Ce qui fait qu’on peut facilement tenir 4h, j’y ai compté une marge de sécurité, avec une petite 1000mAh (attention que l’alimentation supplémentaire d’un écran pour visioner l’image produite par le récepteur diminuera fortement l’autonomie de votre petite LiPo)

ct580_1-2

ct580_1-3

Une analyse spectrale complète de la bande mets environ 13,5 secondes.
J’ai démarré le chrono en même temps que le scan (fréquence de départ 5800MHz) et j’ai créé un point chrono au moment où le scan est repassé par 5800MHz.
J’ai recommencé 3x la mesure et ai mesuré ce même temps avec une marge d’erreur de 100ms.

img_3951

 

Qualité d’image:

La restitution de l’image et des couleurs sont fidèles, mais la qualité de la caméra et de sa lentille y sont pour beaucoup dans le retour vidéo !
il faudra veiller à bien placer le curseur sur la fréquence que vous utilisez pour avoir le meilleur rendu vidéo.
Si vous êtes un peu à coté de la fréquence réelle, la qualité de l’image risque de se voire diminuée.

 

Qualité de réception:

Je n’ai pas encore eu l’occasion de le tester sur de longues distances, la météo actuellement me limite à des tests en intérieur..

Je me suis planqué un petit émetteur vidéo 25mW deux étages plus haut dans le labo et ai comparer les signaux reçus entre le CT580, le Rf explorer et un récepteur skyzone RD40.
Pour ce test, l’antenne fournie avec le CT580 a été utilisée sur les 3 appareils afin d’offrir le même niveau de performance.
Les appareils ont été placés les uns après les autres exactement au même endroit lors du test.

Test 1 avec le CT580.

ct580_2-6 ct580_2-8

Test 2 avec le skyzone DR40.

skyzonerd40 ct580_2-9
Comme le RD40 est un diversity, je n’ai volontairement placé l’antenne que sur l’entrée 1 et laissé l’entrée 2 libre de toute antenne afin de ne permettre la réception que sur un seul récepteur.

Test 3 avec le RF explorer.

ct580_2-7
On remarque que le signal n’apparaît même pas sur le Rf eplorer.

Conclusion de ce test:
La qualité et la sensibilité de réception du CT580 (-93dB) est largement supérieure au RD40 (-90dB) et vraiment excellente !
Je ne doute pas une seconde de sa superiorité et de ses performances sur le terrain !

 

Port USB

Le récepteur est fourni avec un câble USB dont je cherche encore l’utilité.
Sous Windows 10 le récepteur n’est pas détecté, de plus l’alimentation USB fournie depuis le netbook ne semble pas suffisante pour le démarrer.. l’écran s’allume mais reste blanc… je dois d’abord l’alimenter depuis une source externe si je souhaite qu’il soit démarré avant branchement USB.
Le constructeur parle d’un fichier texte présent sur l’appareil à ne pas effacer car il contient la calibration… encore faut il arriver à se connecter dessus !
A essayer depuis une autre station 🙂

 

En vidéo

vidéo test à venir

 

Utilisation pour recherche et localisation par triangulation

Une des application possible et super pratique de ce petit récepteur c’est la possibilité d’effectuer une localisation rapide d’un appareil égaré (à condition que la batterie soit toujours connectée sur l’émetteur et qu’il soit encore à portée de réception).
Pour ce faire, placez une antenne directionnelle sur le récepteur (exemple une antenne patch).
Balayez autour de vous, dès que vous avez un pic de réception de signal c’est que vous êtes dans l’axe de l’émetteur.
Il suffit de vous diriger dans la direction donnée par l’antenne patch et de suivre le signal jusqu’à retrouver l’émetteur.
Si toutefois vous pensez être dans la zone toute proche de l’émetteur mais que vous ne voyez toujours pas votre machine, retirer l’antenne du récepteur pour une atténuation maximum.. le signal n’augmentera que quand vous serrez vraiment très très proche de l’émetteur!

ct580_2-3

 

Liens utiles

lien vers le produit sur la boutique

le manuel en chinois incompréhensible