Articles

AKK FX2 Dominator – La puissance à l’état brut !

Salut la compagnie !
J’ai eu de nouveau plaisir à recevoir un émetteur vidéo analogique de la marque AKK, le fameux et controversé AKK FX2 DOMINATOR.
Un émetteur vidéo qui ne sort pas moins de 2W !!! (oui oui vous lisez bien) Afin de garantir un signal vidéo puissant et clair sur de bonnes distances.
Je vais éplucher l’émetteur pour vous, et le soumettre au banc de test habituel et utilisant les même paramètres que pour les émetteurs vidéos précédemment testés.

Rappel à la loi et mise en garde

L’utilisation d’un émetteur vidéo 5.8GHz de plus de 25mW est strictement interdite en Belgique/France.
L’utilisation en dehors des normes et des règles vous expose, en cas de contrôle, à de fortes amendes voir à une peine de prison.
Il en est de même pour un émetteur vidéo dont la puissance est sélectionnable par l’utilisateur.. si l’émetteur est capable de monter au delà de la puissance autorisée par la norme (dans notre cas 25mW) celui ci est considéré comme non conforme et hors la loi.

Fiche technique

Type de matériel: émetteur vidéo
Gamme de fréquences: 5.8GHz
Nombre de canaux: 37
Puissance d’émission: 250mW / 500mW / 1000mW / 2000mW
Tension de fonctionnement: 7Vdc à 26Vdc
Consommation: de @ 12Vdc (consommation différente selon la puissance)
Portée vidéo: NC
Connexion d’antenne: MMCX
Connexion de l’émetteur: câbles siliconés JST 6pins
Dimensions: 36 x 36mm (carte), 30,5 x 30,5 mm (trous de fixation)
Poids: 20g sans antenne
Fonctionnalités supplémentaires: sortie 5Vdc 500mA , micro, smart audio, pit mode.

Unboxing

Fidèle à l’habitude AKK nous fournit son émetteur dans une petites boite en carton assez costaud.
Sur le couvercle se retrouve le logo de la marque.

Sous la boite se trouve, collé sur le plastique d’emballage, un autocollant renseignant le modèle, le site web de la marque et un code QR qui renvoie vers la page facebook de AKK.
Malheureusement cet autocollant est collé sur le plastique d’emballage et non sur la boite; au déballage on perd l’information… et pour peu qu’on ai acheté quelques émetteurs en prévision, au stockage on est vite perdu dans les boi-boites !

Une fois l’emballage plastique scellant le produit retiré, on se retrouve avec une boite sobre.

On fait sauter le couvercle, par glissement vers le haut, pour découvrir notre émetteur vidéo sagement calé dans une mousse dense permettant d’absorber les chocs du transport.
Qu’il est beau!!! Il semble proprement soudé et son refroidisseur en aluminium attire tout de suite l’attention sur lui.
On sait que ça va chauffer et pomper des watts :p

On retire l’AKK FX2 DOMINATOR de son logement et on découvre qu’il est posé sur un lit cartonné percé d’un trou.

On glisse le doigt dans le trou en poussant un petit cri de joie, on tire, on lache… et on découvre les câbles fournis et le manuel d’utilisation.

Un câble rallonge SMA/MMCX pour l’antenne et une tresse de câble silicone pour l’interconnexion à l’alimentation et aux périphériques à associer (caméra, contrôleur de vol,…) sont fournis.
On remarque que AKK ne fournit plus jamais d’antenne 5.8GHz avec ses émetteurs, à vous d’en acheter une. Dans un sens ce n’est pas plus mal car cela diminue le prix, vous en avez certainement pleins les tiroirs de toutes manières et cela vous laisse libre choix pour choisir le matériel adapté qui vous donnera le meilleur de votre émetteur.

Voilà à quoi ressemble l’émetteur sorti de sa boite.

Tour d’horizon et mesures

Prenons la face avant.
Dans le coin supérieur droit on retrouve l’afficheur à 1 digit qui renseignera alternativement la bande de fréquence, le canal et le niveau de puissance sélectionné.
A côté de lui se trouve le connecteur MMCX dans lequel on enfichera la rallonge fournie.
Juste après (toujours dans le haut de l’image) le micro bouton poussoir qui permettra de faire les réglages sur l’émetteur.
En dessous de ces éléments on retrouve le radiateur aluminium servant à diffuser la chaleur produite par l’étage actif de puissance, celui ci prend une place importante sur la platine.
Dans la partie inférieur, sur la gauche se situe le connecteur d’entrée/sortie dans lequel se logera la rallonge de câbles siliconés (pour l’alim, etc…)
A côté de celui ci on distingue une petite pièce ronde et argentée, il s’agit du microphone permettant de diffuser, avec le flux analogique vidéo, le son ambiant autour de l’émetteur.

Sur la face arrière de l’émetteur, tout est recouvert par un grand radiateur aluminium.. Autant dire qu’avec ces précautions prises le refroidissement devrait être optimal.

Pour les mesures, nous avons une platine qui fait 36x36mm

Attention qu’avec le débord du connecteur MMCX on rajoute 1 petit millimètre.

En épaisseur nous avons 14mm.

L’empattement des trous de fixation est de 30,5×30,5, un standard.

Le poids de l’émetteur est tout à fait convenable compte tenu des performances annoncées: 19g d’extrême puissance 🙂

La rallonge MMCX vers SMA fournie fait tout juste 8 cm.

8 cm c’est bien mais la partie utile et flexible ne fait que 4cm.

Pour avoir une idée du poids que cette rallonge pourrait amener, je l’ai mesurée à 4,6g.

La mesure du câble au revêtement silicone permettant d’alimenter notre émetteur et de le connecter à des périphériques externes tels que caméra ou contrôleur de vol, fait environ 11cm qu’on ramènera à 10cm vraiment utiles.

L’ensemble, tout câbles compris, ajoutera presque 25g à votre build.

Manuel d’utilisation

On ne change pas les bonnes habitudes: je vous ai mis une photo du tout petit livret fourni dans la boite. Il est en anglais mais facile à comprendre même sans connaissance de la langue de Shakespeare!

Tests

Nous voilà venu au moment des tests sur le banc.
J’ai connecté mes multimètres pour avoir la tension d’alimentation, le courant consommé et la puissance délivrée.
Pour garantir des tests en bonne et due forme, j’ai alimenté de manière stabilisé à environ 12V notre émetteur vidéo (l’utilisation d’une batterie externe aurait fait lentement chuter la tension et aurait potentiellement faussé nos tests).
J’ai également placé un ventilateur de PC soufflant l’air à température ambiante vers la platine pour garantir un refroidissement efficace.

NOTE importante: Lors de ce test, j’ai placé un atténuateur de 20dB entre le wattmètre IRC et l’émetteur car l’appareil de mesure d’ImmersionRC n’est prévu que pour mesurer des émetteurs allant jusque 1W! Si vous utilisez des émetteurs plus puissants comme dans notre cas, vous risquez de détériorer votre appareil de mesure… et il n’affichera pas la bonne mesure.
Dans le cas ou vous utilisez comme moi un atténuateur, n’oubliez pas de le renseigner dans le menu de votre appareil de mesure pour qu’il tienne compte de l’atténuation.

Test à 250mW théorique: On mesure réellement 200mW pour une consommation de 278mA @ 12,1V.
Soit 50mW de moins que prévu… pas bien !

Test à 500mW théorique: On mesure réellement 366mW pour une consommation de 340mA @ 12,1V.
Soit 134mW de moins que prévu… pas bien !

Test à 1000mW (1W) théorique: On mesure 665mW pour une consommation de 429mA @ 12,1V.
Soit 335mW de moins que prévu… ça commence à faire beaucoup 1/3 de puissance en moins !

Test à 2000mw (2W) théorique: on mesure 1,9W pour une consommation de 704mA @ 12,05V.
Soit 100mW de différence avec la puissance théorique, ce qui est mieux que les mesures précédentes.

Lors de mes nombreux tests, à fond de puissance, il a souvent été le cas que je mesure une valeur proche de 2W (1,99W)

Besoin de ventilation ou pas?

Test de l’émetteur avec et sans ventilation forcée.
J’ai placé un ventilateur de PC en 12V qui souffle l’air de la pièce sur l’émetteur vidéo.
L’émetteur est dans les meilleures conditions et sort le maximum de sa puissance (mesurée à 1,99W).

J’ai coupé la ventilation forcée et attendu environ 2 minutes, on voit clairement une chute de la puissance.
Plus l’émetteur chauffait, plus la puissance diminuait.

J’ai remis en fonction la ventilation forcée et ai constaté que la puissance remontait tout doucement.
Au bout de 2 minutes on était presque revenu au maximum de puissance émise.

En conclusion de ce test, il est clair et évident qu’une bonne ventilation de l’émetteur est nécessaire pour garantir d’excellentes performances.

Note additionnelle: les canaux E4, E7 et E8 ne sont pas disponibles pour des raisons de régulation FCC (merci les US)

Quelques mesures supplémentaires

L’AKK FX2 DOMINATOR a été passé à l’analyseur de specte (RF explorer) pour avoir une idée des pertubations qu’ils pourrait engendrer sur une large bande passante.
Un atténuateur de 60dB a été ajouter afin de protéger l’analyseur de spectre.
Aucune caméra n’a été ajoutée donc le signal ne reçoit aucune modulation.
Ici, le test a été effectué à 250mW théorique (puissance niveau 1) avec une bande passante de 100MHz 5750-5850 avec le signal utile sur 5800MHz).
Le signal est propre et tout ce qu’il y a de plus normal.

Même test que précédement mais avec une bande passante de 300MHz (5650-5950 avec le signal utile sur 5800MHz)

Quelques autres vues de ces mêmes signaux.

Conclusion

Cet émetteur AKK FX2 Dominator se révèle être un monstre de puissance.
Permettant de garder un signal vidéo fort et clair sur de longues distances, gardez en tête que ses performances seront directement influencées par une alimentation stable et filtrée, une excellente ventilation contrôlée, une antenne de qualité associée, son environnement direct (présence d’obstacles, d’immeubles, de perturbations électromagnétiques,…).
Il vous faudra dompter et maîtriser cette bête sauvage pour tirer le meilleur parti de ses performances.

Le mauvais côté de cet émetteur est que la puissance n’est pas vraiment bien contrôlée et qu’il y a dans la sélection des puissances basses une grande différence entre la théorie et la réalité.
Les canaux E4, E7 et E8 ne sont pas disponibles pour des raisons de lois US (FCC).

Pour conclure, as t on vraiment besoin de tant de puissance? Honnêtement je ne pense pas; à part perturber votre voisinage et être irradié par des micro ondes cela ne sert à rien. Si vous voulez faire de la longue distance en FPV, optez pour un système de transmission vidéo dans des fréquences plus basses avec un meilleur taux de pénétration dans l’environnement.
Maintenant, ce dispositif pourrait convenir parfaitement pour des transmissions vidéo analogique dans l’industrie.

Liens intéressants

Le produit AKK FX2 DOMINATOR sur la boutique de AKK

IRangeX – iRX4 lite, rendez votre Frsky X-lite multi-protocoles

IRangeX – iRX4 lite, rendez votre Frsky X-lite multi-protocoles

Qui n’a pas un tas de récepteurs radio de toutes sortes/marques au fond de ses tiroirs? vous ne saviez pas quoi en faire? j’ai la solution ! Recyclez les dans vos builds.
La marque IRangeX qui se fait doucement connaitre dans le hobby surtout pour ses radio multi-protocoles, nous a développé un petit module, le IRangeX iRX4 lite, basé sur le projet opensource disponible sur github “DIY-Multiprotocol-TX-Module“.
Ce petit module est capable de s’appairer (binder) sur une très large gamme de récepteurs disponible sur le marché.
Que vous ayez un récepteur orangerx, lemonrx, devo, hubsan, syma, flysky, frysky, et j’en passe… vous pourrez le recycler et l’utiliser à nouveau, avec votre taranis x-lite, sur votre prochain projet.
C’est pas super top génial méga dance ça?!?!?!

Spécifications technique

Marque: IRangeX
Tension de fonctionnement:5-9V
Courant de fonctionnement: <=180mA
Fréquences utiliées: 2.4GHz ISM band
Puissance RF (radio): +22dBm (+-158mW)
MCU: STM32F103CBT6(128K ROM, 20K RAM)
Poids: 32g

Unboxing

Il a fallu le temps mais il est arrivé (on remerciera d’ailleurs l’inefficacité de la poste Belge pour avoir gardé mon colis 17 jours avant de me le livrer).
Dans une petite boite en carton toute simple… heureusement je savais ce qu’elle était censée contenir :p


J’ouvre délicatement la boite et je découvre le module, mis sous vide, dans un sachet plastique antistatique.

Je retire le module et découvre le mode d’emploi en anglais, plié en 4 et emballé dans un sachet transparent à fermeture zip.

Tour du propriétaire

Un petit coup de cutter au travers du sachet antistatique et hop, on en sort le beau module tout frais tout neuf et son antenne bâton.

Vue de face: le module présente quelques moulures qui lui donnent un aspect high-tech.. c’est plus sympa qu’un truc tout lisse.
Sur le connecteur d’antenne a été placé un petit capuchon rouge pour attirer le regard et vous faire penser qu’il ne faut pas le brancher sans y avoir vissé l’antenne.
Juste derrière l’annotation iRX4 lite se trouve une toute petite fenêtre rectangulaire sous laquelle se cache une led qui donnera l’état de fonctionnement du module.

Sur son autre face rien de spécial, c’est ce côté ci qui se logera dans l’emplacement module externe de votre frsky taranis x-lite.
4 vis cruciforme ferment le boitier autour de la platine électronique.
Cette platine électronique comprend 4 puces radiofréquence permettant l’accès à une très large gamme de protocoles radio servant à piloter les récepteurs de nos modèles réduits.
La platine est basée sur un microcontrôleur à base de STM32 et possède les puces radio CC2500, NRF24L01+, A7105, CYRF6936… soit, les plus courantes.

Sous le petit capuchon rouge se trouve le connecteur RP-SMA destiné à recevoir l’antenne bâton fournie.

En dessous du module se trouve un connecteur micro usb destiné à recevoir les futures mises à jour.

Il n’est pas très grand mais à une taille standard de module pour la X-lite… identique à un R9M lite.

IRangeX – iRX4 lite, rendez votre Frsky X-lite multi-protocoles

Renseigné dans le mode d’emploi à 32g, j’ai fait la mesure pour comparer.
Ma première mesure diffère, je suppose qu’ils ont comptés le poids total avec l’antenne.
Pour vous donner une idée du poids sans l’antenne (24g):

Avec l’antenne, on se rapproche du poids annoncé.
Rajoutez y le manuel et on y est :p

Question de faire les choses à fond, je l’ai mesuré sous toutes les coutures.
+-63,5mm de long hors connecteur d’antenne

72mm de long avec le connecteur d’antenne.

30mm de large.

+-15mm d’épaisseur au plus gros du module.

L’antenne

L’antenne RP-SMA fournie avec le module ressemble très fort aux antennes bâton fournies avec les émetteurs vidéo 5.8GHz.
Ne les mélangez pas! Ici nous sommes dans la gamme de fréquence 2.4GHz… ce n’est pas la même chose et elles ne sont pas compatibles entre elles.
Pensez donc à faire une marque sur l’antenne pour la distinguer des autres qui traîneraient éventuellement sur votre poste de travail.

Mesurée à 108mm connecteur compris.
La base de l’antenne est pliable, ainsi vous pourrez l’orienter comme bon vous semble et déterminer la meilleur position de fonctionnement.

Pour le fun j’ai mesuré le poids.. on est à 7g.

Histoire de vérifier la qualité de conception j’ai passé l’antenne à l’analyseur.
L’accord est très bon et on a un taux d’onde stationnaire (SWR) impeccable en 2.4GHz.
La mesure ici a été prise avec l’antenne toute droite.

IRangeX – iRX4 lite, rendez votre Frsky X-lite multi-protocoles

Même mesure sur l’antenne, mais celle ci a été pliée à 90°.
La courbe de SWR change légèrement, influencée par l’environnement.

Le manuel

Vous savez bien que je ne suis pas un adepte du scanner…
Photos du manuel en anglais fourni avec le module.

De l’autre côté de la feuille on retrouve la liste de tous les protocoles compatibles… cette liste n’est pas définitive et peut encore évoluer.

Malgré tout je vous ai trouvé le manuel en anglais au format .doc

Installer le module sur votre X-lite

Pour le placer rien de plus facile, ôtez le plastique de protection de la baie du module externe, situé à l’arrière de votre x-lite, par coulissement vers le haut.
Déposez le module à l’endroit prévu et faites le coulisser vers le bas pour le verrouiller.
vissez l’antenne sur le module.
Fini !

NOTE: n’oubliez jamais de placer l’antenne sur le module avant de l’alimenter car il y a un risque non négligeable de destruction de l’étage de puissance en sortie du module… comme pour tout émetteur radio !

Configurer le module

Avant de pouvoir profiter du module multi-protocoles, il faut l’activer dans la configuration de votre x-lite.
Pour cela il faut ouvrir le programme “companion” sur votre ordinateur.
“Companion” est le programme qui sert à paramétrer ou mettre a jour votre x-lite.


Allez dans le menu “Réglages” – “Préférences”

Une fenêtre s’ouvre, cochez la case multimode.

Allumez votre radio en mode “bootloader”.
Pour ce faire, appuyez en plein milieu de la croix et faites un appui bref sur le bouton pour allumer votre radio.

Choisissez “Write Firmware”

Connectez le câble USB entre votre pc et la radio.
Allez dans le menu “Transfert” – “Transférer le firmware à la radio”

Injecter le nouveau firmware dans la radio.

Une fois que c’est fini, éteignez votre radio, déconnectez le câble usb et allumez votre radio x-lite à nouveau.
Choisissez votre modèle, allez dans le menu de configuration de votre récepteur.
Sous l’option “Internal RF” choisissez “Mode = OFF” : ceci déconnectera l’émetteur 2.4GHz interne de votre x-lite.
Sous l’option “External RF” choisissez “Mode = MULT” : ceci activera le module externe IRangeX iRX4 lite.
A côté de “MULT” vous pouvez choisir le protocole.
Dans cet exemple c’est le protocole “FlySky” qui a été sélectionné.

Ca y est, votre module est prêt à fonctionner 🙂

Premier test

Pour un premier test j’ai choisis d’utiliser un vieux Syma x12 qui traine depuis quelques années dans le fond d’un tiroir.
J’ai sélectionné le protocole SymaX, j’ai coché l’autobind pour éviter de devoir rebinder à chaque mise sous tension.

IRangeX – iRX4 lite, rendez votre Frsky X-lite multi-protocoles

J’ai allumé mon petit Syma x12 et lancer un premier bind manuellement.
Hop, instantanément il s’est bindé sur la radio.
J’ai fait un premier décollage de cet énorme drone de course… les voies semblent inversées… ma radio est en TAER et il lui faut un map AETR.
Je modifie le map dans les réglages du modèle… presque bon… la voie Ail fonctionne en inverse… Je modifie son sens de fonctionnement.
Me voilà fin prêt au départ 🙂

Pour les prochains vols il faudra allumer le petit Syma x12 en premier, attendre la fin de sa calibration gyro et ensuite allumer la x-lite pour que l’autobind fonctionne.

Tests de puissance

Annoncé dans les spécifications à une puissance d’environ 158mW, nous allons vérifier cela.
J’ai de fameux doutes… comme le module contient plusieurs puces RF, il me parait peu probable qu’elles développent toutes la même puissance de fonctionnement.
Voyons donc cela…
Sur la photo qui suit on retrouve la puissance développée dans le protocole “symax”.. on est loin des 158mW.. on tourne plutôt aux environs de 89mW.. ici c’était un pic de puissance a l’instant où j’ai capturé la photo.

Quelques autres mesures avec le IRC V2

J’ai fait quelques mesures avec les protocoles les plus courants.
Voici les résultats :

Protocole FLYSKY – Puissance 130mW
Protocole SymaX – Puissance 89mW
Protocole DEVO – Puissance 66mW
Protocole DSM – Puissance 138mW
Protocole FRSKY – Puissance 73mW
protocole HUBSAN – Puissance 142mW

Notez qu’avec certains protocoles, tel que le cx10, on est même en dessous d’1mW (+- 800µW).

Test de portée (range test)

Ayant tout juste reçu le module, je n’ai pas encore eu l’occasion de l’essayer en extérieur et sur de longues distances.
Je reviendrai vers vous aussitôt les tests effectués.

J’ai l’intention d’essayer le module IRangeX iRX4 lite sous le protocole “frsky”, “devo”, “dsm2”.

Mise à jour:
21/10/2018 : Test du protocole DSM2 avec un OrangeRX R710 – 400m sans problèmes en champ dégagé.

Conclusion

IRangeX nous a sorti un super petit module qui vient compléter efficacement les multiples possibilités de la frsky x-lite.
Grâce à lui, la multitude de récepteurs traînant dans les fonds de vos tiroirs feront (re)prendre vie à de nouveaux projets.
Vous pourrez utiliser votre x-lite avec presque toutes les marques et même appairer dessus certains petits jouets télécommandés.

Point négatif: Une puissance qui n’est pas constante selon le protocole utilisé.

Liens utiles

Le produit sur la boutique

Le manuel en anglais au format .doc