Articles

HOOT 3D VR camera: Entrez dans la 3e dimension.

HOOT 3D VR camera, de la 3D à portée de main.

Hello tout le monde,

Pour un peu changer des tests de matériel RC, je vous propose aujourd’hui un petit tour d’une caméra sportive un peu particulière: la HOOT 3D VR camera.
Une caméra simplement géniale qui ajoutera enfin une 3ème dimension à vos films.
Entrez dans l’ère de l’imagerie 3D avec cette petite caméra sportive peu encombrante et terriblement efficace.

Notez que pour pouvoir utiliser a pleine puissance le rendu des images, vous devez posséder un périphérique capable de lire les vidéos ou photos “side by side”. Un smartphone dans un cardboard avec le programme ad-hoc, des lunettes de réalité virtuelle ou un écran avec ses lunettes de rendu 3D feront parfaitement l’affaire !

Caractéristiques technique

Capteurs: 2x CMOS
Nombre de pixels: 2M
Angle de vue (FOV): 160 degrés (F2.8)
Format vidéo: MP4
Résolution vidéo: 1080P (1920 x 1080)
Microphone intégré
Nombres d’images: 30 fps
Format photo: JPG
Rendu 3D: side by side
Type de mémoire: interne
Taille de mémoire: 64Gb (58Gb utilisables)
Mode de connection, réglages et contrôle via Wifi (app “HOOT camera” sur Google Play
Batterie intégrée Li-Ion de 1200mAh
Moyen de recharge: USB
Résistance à l’eau: IP67
Possibilité de shooter en 2D ou 3D

Unboxing

Comme à chaque review, on passe par une phase déballage du produit.
Emballée dans son sac poubelle traditionnel, rien ne laisse transparaitre qu’une super caméra se trouve à l’intérieur.

Arrachage comme il se doit, on constate qu’elle est emballée de manière standard dans la feuille de mousse qu’on a maintenant l’habitude de retrouver.
 

On pèle le fruit, pour trouver un sac plastique supplémentaire qui recouvre la boite.
Quelques auto-collants nous ont été livrés avec 🙂 chic, lors des prochains events il va y avoir du collage un peu partout :p
 

On découvre une boite rectangulaire qui ne laisse plus de doute sur ce qui est contenu à l’intérieur.

On ouvre la boite comme un tirroir en tirant sur la lichette qui dépasse.

A l’ouverture de la boite on retrouve directement le manuel d’utilisation à lire impérativement!

Sous le manuel sont dissimulés: la caméra proprement emballée dans un petit sachet tout doux, le câble USB de rechargement et un adaptateur pour fixer votre caméra sur les supports type gopro.
 

Tour d’horizon

La caméra vue de devant en contre plongée, sur le dessus un simple bouton, qui sera entouré d’un halo lumineux renseignant l’état de fonctionnement, permet d’allumer la caméra et de déclencher/arrêter l’enregistrement.
Devant, le double objectif permettant de filmer en 3D protégé par une vitre (sur laquelle est aposée un plastique de protection à retirer avant utilisation).
La caméra est enrobée d’une très fine couche de plastique caoutchoutée au touché de velours.
Elle est disponible dans les coloris blanc ou noir.

Sur les côtés des grips en caoutchouc.

L’autre côté avec l’autre grip en caoutchouc.

A l’arrière on retrouve le port usb qui servira à la recharge et à télécharger les films et photos présents dans la mémoire interne.
Le port usb est protégé par une protection en caoutchouc qui vient s’enficher dans le trou pour étanchéifier.
 

Posée sur le dos, telle une tortue, on découvre le pas de vis qui permettra de la fixer sur différents supports ou utiliser l’adaptateur fourni avec.
Le pas de vis est standard aux accessoires photos en 1/4 de pouce.
On retrouve aussi un cercle en caoutchouc qui empêchera le glissement sur certains accesoires.
 

Vue sur l’adaptateur 1/4 de pouce vers accessoire type gopro.

Le câble Usb fourni qui sert à recharger la caméra ou télécharger la mémoire de la caméra

Plus en détails

Taille:

Renseignée à 93 x 77 x 46mm dans sa fiche technique, voyons si c’est réel?
Nous avons mesurés +-92.6mm x 73.9mm x 45.2mm soit légèrement plus petite que les renseignements.. on ne va pas se plaindre :p

 

La distance inter-caméra pour le rendu 3D est mesuré à 42mm

Poids:

Le poids est donné à 171g dans la fiche technique.. c’est respecté et convenable d’autant que tout est intégré.

Mise en route de la caméra:

On appuie 1 seconde sur le seul bouton présent sur la caméra (au dessus) et elle démarre.

Le bouton s’illumine alors d’un halo lumineux pulsé de couleur rouge durant environ 9 secondes avant de passer au vert fixe pour dire que la caméra est prête à être utilisée.
 
Un nouvel appui, bref cette fois, sur le bouton déclenche l’enregistrement vidéo 3D, le bouton s’entoure alors d’un halo vert pulsé.
Un nouvel appui bref sur le bouton arrête l’enregistrement et le halo lumineux repasse au vert fixe.
Alors qu’un appui long (2 secondes) sur le bouton provoquera la mise à l’arrêt complet de la caméra.

Utilisation de l’app android:

Pour vous donner une petite idée de ce qu’il y a moyen de faire et régler avec l’application android que vous pourrez télécharger gratuitement via le playstore (cherchez “HOOT CAMERA INTERNATIONAL”), voici quelques captures d’écran qui parlent d’elles mêmes…
Lorsque vous démarrez la caméra, le wifi de celle ci démarre en même temps.. impossible de le désactiver (note à savoir)… il suffira d’y appairer votre smartphone et c’est parti (le code d’appairage est 66666666).

Le mode vidéo par défaut qui nous donne le choix de filmer en 2D ou 3D ou le mode photo qui permet les photos en 2D et 3D.
 

Les différents menus de réglage.
Par défaut la ligne “Filigrane temporel” est cochée ce qui vous sur-imprime en haut à gauche la date et l’heure dans l’image de la vidéo.
  

Le mode scène de la caméra (jour ou nuit) et le réglage d’arrêt automatique
 

En mode lecture de la mémoire, le halo autour du bouton de la caméra devient bleu.
 

Le wifi:

La tâche n’est pas aisée tant l’environnement du labo est perturbé par une tonne de signaux wifi parasites mais il semble que la caméra ouvre son accès wifi sur le canal 6.

Qualité du waterproof:
Comme on le sait, waterproof en chine n’est pas spécialement waterproof en Europe.
La caméra est annoncée IP67 ce qui veut dire que la caméra est protégée de la poussière et est capable de subir une immersion dans un niveau d’eau d’eau compris en 15cm et 1m de profondeur pendant 30min.
Est ce vrai?

Hé ben malheureusement NON !
Oui elle est protégée de la poussière mais loin d’être étanche… un tour dans le toboggan, une immersion de 2 secondes dans l’eau (la profondeur du bassin était de 80cm et je tenais la caméra en main le plus haut possible) a quand même fait rentrer de l’eau derrière le carreau.
 

Heureusement, étant en vacances dans un superbe endroit chaud et ensoleillé, j’ai mis la caméra à sécher au soleil…
Au bout de quelques dizaines de minutes placée dans tous les sens l’eau infiltrée a fini par disparaître, mais un des caoutchouc grip présent sur le côté s’est décollé avec la chaleur…

Photos

Photo en 2D et ses détails.

  

 

Photo en 3D et ses détails.

     

 

Vidéo

En 3D:

Pour vous donner une idée sur les fichiers enregistrer et la qualité, voici deux captures d’écran des propriété des fichiers vidéo “side-by-side” (3D) produits.
Comptez environ 2Mb la seconde d’enregistrement; soit environ 120Mb la minute.
Un fichiers vidéo n’est pas spécialement continu, il est découpé toutes les 15 minutes.


en 2D:

c’est kif-kif mais il n’y a qu’une seule image en full HD 30fps, l’écran full HD n’est pas partagé par les images générées par les deux caméras.

Conclusion

Si vous voulez rajouter de la profondeur (réellement) à vos photos et vidéos, si vous souhaiter aborder l’imagerie 3D tout en douceur, cette caméra est faite pour vous !
On oubliera le fait qu’elle est annoncée waterproof et on replacera plutôt ce terme par “life proof” bien plus adapté (résistante à la poussière et aux projections d’eau de la vie courante).
Le fait que tout soit intégré est pratique car on ne risque rien d’oublier mais alourdi l’ensemble.
La mémoire interne de 64Gb m’a fait un peu peur au départ mais on se rend vite compte que c’est plus que suffisant pour réaliser de nombreux shoots.
Le rendu des images est impeccable et on ne se lasse pas d’imaginer de chouettes petits scénarios a reproduire en 3D 🙂
Une petite caméra qui sort enfin un peu des sentiers battus et toujours tracé des caméras sportives traditionnelles.
Personnellement je l’apprécie et j’ai hâte de trouver le moyen de faire un live en 3d sur les médias sociaux.

Liens utiles

Le manuel d’utilisation de la HOOT 3D VR camera

Le lien vers le produit sur la boutique

AKK A3 – s’équiper FPV sans bricoler !

AKK A3 – s’équiper FPV sans bricoler !

Nous avons reçu en test de la part de AKK la petite caméra AIO (All In One) AKK A3.
Une petite caméra vraiment pas cher qui intègre un émetteur FPV 5.8GHz 40 canaux avec puissance switchable en 0  / 25mW / 50mW ou 200mW et équipé d’une antenne clover leaf RHCP à 4 lobes.
Pas besoin de souder, bricoler, s’énerver pour monter le FPV sur son modèle.. on connecte l’alimentation et c’est parti !!!

Caractéristiques technique

Type de caméra: caméra AIO (caméra + émetteur vidéo + antenne intégrés)
Capteur: 1/3″ CMOS
Format d’image: NTSC
Résolution d’image: 600TVL
Angle de vue (FOV): 120° horizontal / 150° diagonale
Illumination minimum: 1 lux
Tension d’entrée: 3,2 à 5,5v (1S)
Nombre de canaux: 40
Fréquence de l’émtteur: 5.8GHz
Audio: NON
Puissance de l’émetteur: 0 / 25 / 50 / 200mW (sélectionnable)
Antenne: clover leaf à 4 lobes en polarisation circulaire RHCP
Dimensions: 19,5 x 14mm
Poids: 5g

Unboxing

Nous avons reçu une petite boite noire, peu d’inscriptions sont disponibles dessus mais quelle importance? C’est le contenu qui compte 🙂
Quoi qu’il en soit, on sait ce qui se trouve à l’intérieur… packaging simple et efficace !
 

On ouvre la boite avec précaution et nous découvrons bien emballé dans son mousse une toute petite caméra pourvue d’une antenne.

En retirant la caméra de sa boite, dans le fond, une seconde couche de mousse protectrice laissant dévoiler un manuel d’utilisation (A LIRE!) et un câble de rallonge pour l’alimentation.

Vue rapprochée de ce qui se trouve en dessous de la deuxième couche de mousse.

Tour d’horizon

La micro caméra vue de face (oui je sais, j’ai laissé le capuchon de protection sur la lentille!)

Une vue d’un peu plus près, on voit bien l’antenne clover leaf à 4 lobes reliée à l’émetteur par un tout petit bout de coax (petit bout = moins de poids).
Les lobes de l’antenne sont assez fin mais je ne doute pas une seconde de l’efficacité vu la qualité de réalisation.
En exerçant une petite pression sur les lobes on remarque ils ne se déforment que très peu, ça respire la qualité.

La caméra AKK A3 AIO vu de dos.
On remarque directement un petit affichage alphanumérique led sur la droite de la photo, il servira à visualiser les réglages.

Vue de dos d’un peu plus près…

Vue du dessus.
discrètement placé en haut à gauche, au dessus de l’affichage alphanumérique, un micro bouton poussoir qui permettra de paramétrer la caméra.

Vue de côté.

Vue de l’autre côté.

Vue en contre plongée pour plus de détails sur le bouton de paramétrage.

Comme je suis un grand tête en l’air et qu’il y a 90% de chance que je perde le manuel d’utilisation, voici des photos qui permettront de laisser une trace numérique de celui ci (clickez pour zoomer, comme sur toutes les photos du site).

Mesures

Les dimensions dans le manuel étaient renseignées à 19,5 x 14mm pour 5g; vérifions la fiabilité des renseignements.
19,5 x 35,5 x 18,5mm au total du volume et antenne comprise.
Mais bel et bien 19,5 x 13,5mm sans compter l’antenne :p

Le poids est lui aussi parfaitement respecté et mesuré à 5,0g auquel vient se rajouter une petite chique si on utilise la rallonge d’alimentation.

utilisation

On branche une LiPo 1S (pour cela il faut utiliser la rallonge d’alimentation)et c’est parti.
Par défaut la caméra est paramétrée sur 0mW donc elle n’émet rien du tout !

Un appui d’environ 2 secondes sur le petit bouton situé au dessus de la caméra permet de rentrer dans le menu pour le choix du canal vidéo (la canal clignote). Une fois paramétré, si on ne touche plus, le canal arrête de clignoter et est paramétré.

Un autre appui de 2 secondes sur le petit bouton permet de rentrer dans le menu du choix de la bande de fréquence (5 bandes disponibles A – B – E – F – R (raceband). Une fois paramétré, si on n’y touche plus, la bande de fréquence arrête de clignoter et est paramétrée.

Un appui plus long +-5 secondes nous fait rentrer dans le menu du choix de la puissance.
Pour la valider, on ne touche plus à rien et l’écran arrête de clignoter.
0 : émetteur coupé (OFF)
– : 25mW
= : 50mW
3 barres : 200mW

Quand on est sorti de tout les paramètres, la caméra fait défiler les réglages.

Si on débranche l’alimentation de la caméra et qu’on la rebranche par la suite, la caméra garde les réglages en mémoire.
Donc, pour ne pas perturber les copains lorsqu’on vol à plusieurs, pensez à passer la puissance sur “0” – OFF avant de couper l’alimentation !

Qualité d’image

Franchement pour une micro caméra comme celle là l’image n’est pas mauvaise du tout.
Le FOV est grand et déforme légèrement l’image mais comme beaucoup d’autres caméras de ce genre.

Le changement de luminosité est très rapide ce qui est parfait pour évoluer en intérieur.

Mesures

J’ai réglé l’émetteur sur la fréquence 5820MHz (soit le canal F5 pour fatshark 5) avec une puissance de 50mW.
J’utilise toujours le même canal aussi bien pour voler que pour faire mes tests, question d’habitude !
Voici quelques captures de l’analyseur de spectre.
Avec un zoom sur le signal, on ne voit pas de porteuse audio (vu qu’il n’y en a pas).

Vue élargie sur toute la bande FPV.
On voit clairement qu’il n’y a pas de signaux parasites.. le signal est propre !

Vue 3D.

Une capture de plus avec marqueur.

Après deux ou trois petites minutes de fonctionnement, la caméra monte vite en température.
Notez qu’elle est simplement posée sur la table, aucune ventilation n’est effectuée.. par ocntre sur vos modèles elle sera plus facilement ventilée.

Consommation

Quelques mesures de consommation.
L’autonomie, quand à elle, dépendra de la Lipo que vous placerez pour alimenter…

Test de consommation avec l’émetteur sur “0” – OFF.
116mA avec une Lipo à — V (j’ai oublié de mesurer la tension)
Nouvelle mesure: 124mA @ 3,48V

Test de consommation avec l’émetteur sur 25mW.
340mA avec une Lipo à — V (j’ai oublié de mesurer la tension)
Nouvelle mesure: 375mA @ 3,4V

Test de consommation avec l’émetteur sur 50mW.
425mA avec une Lipo à — V (j’ai oublié de mesurer la tension)
Nouvelle mesure: 500mA @ 3,3V

Test de consommation avec l’émetteur sur 200mW.
600mA avec une Lipo à — V (j’ai oublié de mesurer la tension)
Nouvelle mesure: 800mA @ 3,2V

Le courant consommé par la caméra AIO sera fonction de la tension d’alimentation (soit la tension délivrée par votre LiPo). N’ayant pas mesuré la mienne avant le test (bhouuuuu pas bien!!), je l’ai estimée à environ 3.8Vdc.
Le constructeur affiche la consommation suivante dans ses spécifications technique:
– 0mW = Non communiqué
– 25mW = 250 à 510mA
– 50mW = 270 à 640mA
– 200mW = 330 à 740mA

Difficile de mesurer car la tension, la stabilité de la source d’alimentation sont très importantes et je ne dispose pas d’une alimentation de laboratoire (il va falloir que j’investisse du coup :/)

Conclusion

Toute petite et très légère, doté de puissance réglables, cette petite caméra AKK A3 AIO est super pratique, facile à monter sur tout type de modèles que l’on souhaiterait transformer en modèle FPV et s’adaptera à toutes conditions de vol (vol seul ou à plusieurs, de proximité ou à plus longue distance).
En lui ajoutant une petite batterie 1S ou en vous connectant à un élément de vote LiPo via la prise d’équilibrage, vous pourrez facilement la placer un peu partout.
Cette caméra est un must have à posséder dans sa trousse FPV !

Liens utiles

Le manuel d’utilisation de la caméra

Le lien vers le shop de AKK

VTX & Caméra AKKTEK

Nous avons été contacté par le fabricant Chinois AKKTEK qui propose des produits dédiés au FPV a des tarifs abordables.

Il dispose d’une gamme de produits assez complète.

Vous pouvez trouver leur site internet ICI

j’ai choisi de tester 3 produits.

1/ la caméra AKK CA20 disponible ici au tarif de 19.32€ hors frais de port.

2/ Le vtx AKK X1 disponible ici au tarif de 14.17€ hors frais de port.

3/ Le vtx AKK X1 P disponible ici au tarif de 15.45€ hors frais de port.

 

La caméra AKK CA20

En tout point semblable à une HS1177, vous ne serez pas dépaysé en ouvrant le packaging.

Il comporte la même chose que dans l’emballage d’une Foxeer a savoir

  • la caméra montée en lentille 2.8MM
  • le câblage nécessaire au raccordement
  • le câble permettant d’accéder a l’osd de la caméra et de modifier les réglages
  • le support classique fournit permettant de la fixée.

Son poids est de 12 gr et elle est disponible en Pal ou en Ntsc.

Voici les spécifications:

Specifications:

CCD: 1/3” Sony SUPER HAD II CCD

Pixel: NTSC: 768(H)×494(V)

On Screen Display: OSD

TV System: NTSC

Resolution: 650TVL(b/w), 600tvl(color)

Synchronization : internal synchronize

Shutter Speed: (CCD IRIS) NTSC: 1/60~1/100000 sec

Noise: > 60 (AGC OFF)

Video Out: 75ohm, synchronize

Min. Illumination: 0.01Lux

Auto Gain: Off/Low/Mid/High

Back Light Compensation (BLC): Off /Back light

compensation/ Strong light suppression

Private shading (PRIVACY): 1~8 private shading area

Motion Detection (MD): On/ Off (Multi level sensitivity settable)

Auto White Balance: Manual / Auto / Auto track

Mirror: Horizontal Mirror optional

Negative: Positive / Negative optional

Color to B&W: Auto

DNR: 2DNR; WDR: D-WDR

Day / Night Shift: Auto/ Color/ B&W

Menu (OSD): English menu

White Dot Repair: Support

Image Adjustment: Support

Camera Title: Support

Power Requirement: DC5V~22V

Working Temperature: -10 ℃ ~ +50 ℃

Working Humidity: 20~80%

Storage Temperature: -40 ℃ ~ +60 ℃

Storage Humidity: 20~95%

Dimensions(mm): 25X25(W*L)

Power Consumption: 70mA

Voici un DVR  vtx utilisé dans le DVR est le X1P avec le Pigtail en 25 MW – Caméra CA 20 :

La gestion de la lumière est très correcte, l’osd intégré permet d’ajuster quelques réglages, mais n’est pas le même que sur une HS1177,

il n’y a pas la partie color gain par exemple donc je ne suis pas arrivé a améliorer les couleurs qui sont assez fades d’origine.

Pas possible d’améliorer la netteté non plus qui je trouve fait défaut a moyenne et longue distance malgré la mise au point faite sur la lentille.

Pour le tarif proposé, cela reste une caméra qui fait ce que l’on lui demande et qui donnera des résultats satisfaisant lors de journée ensoleillée.

 

Les VTX X1 & X1 P

Les spécifications sont identiques pour les 2 modèles a l’exception des antennes.

– 40 canaux

– Pal & Ntsc

– 25 – 200 – 600 mw réglable via le bouton

– 7/24volts (2s – 6s)

– Connecteur RP-SMA

– Il gère l’audio

– Dimension 28.5X20X8mm

Conclusion :

AKKTEK nous propose une gamme de produits de fabrication soignée à des pris très correct.

Je n’ai pas été convaincu de la caméra qui est quand même en dessous des caméras les plus utilisées

à l’heure actuelle sur le marché mais pour un tarif parfois double.

Le vtx utilisé dans le DVR est le X1P avec le Pigtail en 25 MW.

Bon vols.

Moka Jadina, beauté et efficacité!!

Présentation

C’est avec plaisir que je vous présente le Moka Jadina by Mokaframe, fabricant qui nous vient du Canada pour ceux qui l’ignoraient. Quad au format X de 220 mm que vous pourrez trouver dispo en Belgique sur le site ZoneFPV51

Le packaging est classique de l’extérieur et la boite est bien résistante.Votre machine arrivera en état impeccable!

Il en est tout autre pour l’intérieur qui protège au top le Jadina avec une mousse dense découpée avec soin! Je vous laisse en juger par vous même 😉

Alors….c’est beau hein… 😀

Petite attention de la part de Mokaframe avec en cadeau avec la frame un porte clé à l’effigie du logo de la marque.

Specs

  • Chassis au format X de 220 mm
  • Carbone finition glossy de 5mm d’épaisseur pour les bras, 3mm pour les supports moteur et 1,5mm pour les plates.
  • Partie centrale en aluminium anodisé ( 2 parties )
  • Inclinaison des supports moteur réglable ( 2 positions ) et ce pour les bras avant et arrière.

J’avoues avoir pris plaisir à prendre les photos tellement je trouve la machine belle! Ça change complètement des machines que l’on rencontre au quotidien et ça, ça fait du bien! L’idée m’est même venue de le mettre en vitrine lol.

Allez, on assemble le tout et voyons de quoi ça a l’air…

 

Allez…avouez le, vous vous êtes au moins dit une fois : oh pu…rée!

Sur la photo qui suit vous pourrez voir les percements qui sont sur les bras et qui, vous permettrons de fixer la cale du support moteur plus bas pour l’avant et plus haut pour l’arrière et ce afin pouvoir incliner les moteurs.

Voici une photo détaillée des bras pour vous montrer le système de fixation du support moteur sur le bras.

Pour ceux qui s’interrogent de savoir si ce systeme de fixation est résistant je l’invite à regarder la vidéo en fin de review 😉

Matos choisit pour le build

Cette config est vraiment très agréable à voler pour un poid final de 360 grammes

Voilà donc le Jadina prêt!!!

Sur la photo qui suit vous pouvez vous rendre compte de la position des moteurs arrière par rapport aux moteurs avant. Ce type de montage est effectué sur quad appelé V-Tail. Ce positionnement permet d’obtenir une réactivité accrue sur l’axe du lacet ( yaw )

Le vol

Allez, c’est parti, on branche la lipo et Go!!

J ai effectué les 1ers vols en laissant les supports moteurs à leur emplacement initial. La machine est très saine en vol et je me rend compte de la réactivité du Yaw ( ca m’a d’ailleurs rappelé un peu mon hunter v-tail 400 Dialfonzo pour ceux qui connaisent )

J’ai également testé en inclinant seulement les moteurs arrière, et la….waouh, la prise de vitesse est vraiment bcp plus flagrante. De part l’inclinaison, on obtient un effet de push. Meme en restant à mi-gaz, la machine prend de la vitesse mais sans pour autant incliner. C’est très agréable!

Prochains test pour moi, incliner également les moteurs avant et voir le résultat.

Vidéo du vol

Conclusion

Une fois de plus MokaFrame à réalisé une machine qui sort de l’ordinaire, d’excellente qualité et au design innovant.

Et avouons le, une machine hyper sexy!

Je vais poursuivre mes tests avec les inclinaisons moteur, c’est vraiment plaisant de modifier complètement le comportement d’une machine rien qu’en déplaçant 2 vis 😀

Bons vols!

Redeos.

Emax NightHawk PRO 200, entrez dans la course.

Review du Emax Nighthawk PRO 200

Nous avons reçu du super shop Belge ERC MARKET un exemplaire RTF du petit drone de course made by EMAX.

Petit moment pub pour ERC MARKET qui nous l’a quand même généreusement offert.

**** JINGLE DE DEBUT ****
Ne manquez pas d’aller découvrir le point de vente situé du côté d’Overijse à l’entrée de Bruxelles, une équipe dynamique et terriblement sympathique vous y accueillera.
Si vous habitez trop loin ou n’avez pas le temps de faire le détour par le point de vente, sachez qu’ils ont un webshop en ligne très bien fourni et remplis de nouveautés à des prix concurrentiels.. à découvrir ou redécouvrir !!!
**** JINGLE DE FIN ****

Caractéristiques techniques

Emax Nighthawk Pro 200 PNP FPV Racing Drone ready to bind comes with BetaFlight Installed .
Fpv Camera , RS2205 Race Motors, VTX, leds, and Props. A great kit for getting into the racing drone scene.Features Highlight
The Nighthawk Pro 200 PNP Racing Drone, comes installed with the latest in drone racing technology, it allows new pilots in the hobby to progressively fly like the professionals. The Nighthawk Pro 200 features a great price, amazing value, and technology compared to competitor’s products.​​​​​​

  • Race ready motors right out of the box. The RS2205 motors are the Champion’s choice for competition. Now you can get the best!
  • Modular design with the ability to switch out main components without having to solder to small connectors.
  • Full LED coverage to help gauge orientation in the brightest of days and darkest of nights.
  • Easy access port to switch off motor mount LED’s
  • Plastic molded motor guards and bottom shell for increased durability and protection of electronics in the event of a crash.
  • High quality 3k Carbon fiber mainframe for maximum structural integrity.
  • CCD Camera for high quality image through FPV.
  • Adjustable for different lighting conditions.
  • 25-200mw switchable Video Transmitter with 48 Channels of frequency.
  • Digital LED display for easy view of current channel setting.
  • Integrated Power Distribution Board (PDB) to supply regulated power for all electronic components.
  • 2mm Socket Button Head Screws are standard.
  • Adjustable camera mount to suit faster (high camera angle) or more stable (low camera angle) flights.
  • Top cover to accommodate an HD camera.

Unboxing

L’unboxing va être vite fait car il est livré dans une pochette de transport super pratique, qui le protégera parfaitement.
La pochette, descendue de l’étagère de ERC MARKET était elle même emballée dans un film plastique transparent.. mais comme on était impatient de découvrir l’engin je n’ai pas fait la première photo :p

L’écrin noir, en tissu mais relativement rigide, dans lequel se cache le NightHawk, entouré d’une fermeture éclair rouge.. aux couleurs de la marque.
 

On ouvre la fermeture éclair qui soit dit en passant respire la qualité.
On découvre le manuel d’utilisation A LIRE IMPERATIVEMENT !!! (comme tous les manuels quoi…)

Sous le manuel, on découvre un sachet dans lequel se trouve les hélices.
Des tripales jaunes… qui iront parfaitement avec le look de la bestiole… vous verrez plus loin.

On déplace le sachet délicatement… trop impatient de découvrir ce qu’il y a en dessous.
Le voilààààààà……
Sur le côté droit, emballée dans un petit sachet se trouve une antenne Emax Pagoda (la nouvelle hype).
N’oubliez pas de placer l’antenne sur la machine AVANT de brancher la lipo sinon vous risquez fortement de dire bye bye a votre émetteur vidéo.

On regarde ce qu’il y a en dessous?
Plus rien :p
Mais remarquez la large zone en mousse dense qui protégera votre petit bébé pendant les transports… Là dedans il ne craindra rien.
Située dans le couvercle, une pochette à fermeture éclair est elle aussi disponible pour y ranger quelques petits objets pas trop volumineux comme une clef allen, un câble usb ou le manuel.

En parlant de la petite pochette, voici ce qu’il y avait dedans.
Un petit sachet zip contenant le câble usb, du velcro double face et un câble de réglage pour l’OSD de la caméra.

 

Tour d’horizon

Je vous propose qu’on regarde tout ça plus en détail et en profondeur.

Dans l’ensemble il a de la gueule !

Vue de face, dans sa robe jaune il en impose même si c’est un petit format.

Vue de côté, remarquez le peu d’ouvertures. Au moins on ne devra pas passer notre temps à nettoyer après une session un peu crade. Un coup de loque suffira pour lui rendre son éclat d’origine !

La plaque du dessus de la machine, tout en carbone est lisse et douce au touché comme la peau d’un bébé.

 

Vue de l’autre côté, sous la sangle on trouve le port usb qui servira à la configuration comme on le verra un peu plus loin dans cet article.

  

Sur le dessus de l’appareil, situé vers l’avant de cette machine, derrière la caméra, se trouve une fiche de type “servo” sur laquelle viendra se connecter votre récepteur de télécommande. On y retrouve dans l’ordre standard: noir=gnd, rouge=+5v, orange=sbus/ppm.

   

Sur l’arrière de l’appareil sont situées deux plots transparents qui renferment chacun une LED RGB programmable via votre interface betaflight ou cleanflight.
Vous pourrez choisir votre couleur à l’arrière afin d’un peu le personnaliser 🙂
Entre les deux leds se trouvent des petits trous cachant un buzzer que vous pourrez assigner à un interrupteur (encore une fois dans l’interface betaflight ou cleanflight) afin de le déclencher pour le localiser… ce buzzer servira aussi à vous avertir en cas de tension batterie faible ou pour signaler un autre problème de fonctionnement de la carte de vol.
 

Également sur l’arrière de l’engin, près du passage des câbles d’alimentation avec le XT60 sur lequel on raccordera la batterie se trouve un petit capuchon rouge.
Sous ce capuchon rouge est situé le connecteur SMA de l’antenne (à ne surtout pas oublier de monter avant de brancher la batterie).
Sont aussi visibles, près du connecteur d’antenne, un petit display qui vous renseignera le canal et la bande de fréquence sur laquelle est calé votre émetteur vidéo (à gauche sur la photo) et en face de ce display se trouve un petit bouton qui permettra de paramétrer le canal ou la bande de fréquence (à droite sur la photo).
Vous pourrez ainsi facilement changer de canal pour vous accorder avec les autres pilotes lorsque vous volez à plusieurs.
L’émetteur vidéo est configuré d’origine en 25mW pour être conforme aux normes Européennes, mais vous pouvez facilement le basculer en 200mW… pour cela il vous faudra accéder à l’intérieur du drone et basculer un microswitch présent sur le côté de l’émetteur vidéo.
  

Sur le côté gauche du drone, dans la partie en plastique jaune abs, se trouve le connecteur micro usb qui permettra de le configurer sous betaflight (notez qu’il est aussi compatible cleanflight).

L’application betaflight est disponible sous le navigateur Google Chrome.

  

Vue sur les superbes, bien connus pour leur rendement et puissants moteurs EMAX RS2205 !
Grâce à ce combo de moteurs et avec les hélices 5050 bullnose vous ne manquerez pas de puissance.
En 4S ça promet d’envoyer !!!
Sous le moteur est judicieusement placé une partie plastique semi transparente qui enveloppe partiellement le moteur pour le protéger des chocs; de plus elle intègre aussi des leds qui illumineront votre multi au bout de ses 4 bras.
Petit bémol c’est le passage de câbles moteur au travers du bras en carbone. J’ai peur qu’avec le temps et les crashs le carbone ne vienne sectionner ou entailler la gaine des câble et faire court circuit ce qui entrainera une destruction de l’esc relié.
   

La caméra de type CCD est intégrée dans un boitier type HS1177 en ABS de couleur jaune pour être intégrée parfaitement au look du drone.
La caméra est placée sur un support à charnière (de couleur rouge) qui vous permettra de donner l’angle adapté à votre type de vol.
Droit devant pour la promenade, avec beaucoup d’inclinaison pour la race ou les vols agressifs.
  

On retourne la bestiole tel une tortue sur sa carapace pour analyser sa coque en abs jaune flashy.. Avec celle là, on ne risquera pas de le manquer lors d’une recherche suite à un crash; combiné au buzzer et aux leds ce sera juste impeccable !

La coque est tout à fait lisse, seules quelques ouvertures sont créées pour le refroidissement des esc, pour le port usb ou encore pour un microswitch qui permet de désactiver les leds sous les moteurs, situé sur le bras avant, près de la grille de refroidissement esc, du côté du connecteur usb.

Vous vous demandez sûrement si la coque est solide et supportera les crashs!? Elle est suffisante pour absorber les chocs, supporter les crashs standards lors des sessions,  mais ne résistera sûrement pas à un poteau en béton lors d’une session en parking :p

Le bout du bras, sous un moteur, en plastique transparent qui laisse distinguer deux leds haute luminosité qui illumineront l’appareil pour distinguer son orientation. Notez que les leds sous les moteurs ne sont pas programmables !

L’antenne fournie pour l’émetteur vidéo est une antenne de type pagoda en version 2.
A l’heure actuelle c’est ce qui se fait de mieux en terme de qualité de réception, couverture du signal, dans les antennes vidéo 5.8GHz.
L’antenne est livrée en connectique SMA.
 

Vue sur les hélices tripales 5050BN de couleur jaune transparente.
Avec ça c’est certain qu’on aura un max de pêche !

Un 200.. Du 5”.. Ça passe ? C’est juste, mais ce combo fonctionne parfaitement 🙂

 

Dans le ventre de la bête.

Pour ouvrir le ventre de la bête c’ est super facile.. Il suffit de dévisser les 6 vis au format allen: 2 situées à l’arrière sur le dessus de l’appareil près de l’émetteur vidéo et en 4 en dessous situées à l’avant sous la caméra qui permettent de libérer cette dernière et son support.. Ensuite exercez un légère pression sur la coque en plastique pour la libérer car elle est glissée de 2mm sous les supports transparents.

L’épaisseur du carbone fait environ 3.6mm ce qui assure un certaine rigidité, robustesse, tout en restant léger.

Est ce du vrai carbone? la réponse est oui… preuve avec le test à l’ohmmètre qui affiche un court circuit car le carbone est un excellent conducteur d’électricité.

Petit zoom sur la connexion du récepteur: soit vous utilisez le connecteur  fourni, soit vous pouvez utiliser les pads de l’uart3. En fait le test a l’ohmetre prouve que c’est connecté ensemble. Donc ppm/s bus sur uart3 !

   

 

 

Vue sur la platine électronique qui contient le buzzer et les deux leds programmables située à l’arrière du racer.

Le vtx est un 5.8ghz 25/200mw. Configuré d’origine en 25mw pour coller à la législation européenne, il est néanmoins débridable par glissement d’un petit microswitch situé à l’intérieur de la machine sur le côté de l’émetteur.. On l’aperçoit ici, le petit point blanc situé à droite de l’émetteur sur la photo.


Sous les moteurs sont placées des leds de signalisation. Bien que non programmables comme déjà annoncé, elles sont néanmoins bien visible pour repérer le cul-cul de la tê-tête lorsqu’on débute en vol à vue.

Vue sur les esc qui sont presque de dernière génération en blheli_s.

Les captures d’écran faites ici sont réalisées d’origine. J’ai néanmoins procédé à une mise à jour de ces derniers ainsi qu’à une mise à jour du contrôleur de vol avant le premier décollage afin de bénéficier des dernières évolutions et corrections de bugs.

Attention qu’il faudra reconfigurer totalement et aussi recalibrer votre machine après mise à jour !!

    

Quelques captures d’écran de betaflight d’origine en version ………. (programme du contrôleur de vol), application disponible sous Google Chrome, avant sa mise à jour.

Un dump, ainsi qu’un fichier backup, sont disponibles à la fin de cet article.

       

En vidéo

Malheureusement je n’aurai pas eu le temps de faire une vidéo.. Lors de son premier vol (Maiden) de test j’ai oublié de mettre en route le dvr (enregistreur) de mes lunettes et suite à un esc défectueux il s’est écrasé au bout de 20s de vol, provoquant la destruction d’un bras carbone sur la plaque unibody et révélant ainsi le point de faiblesse de celui ci.

 

Cependant j’ai pris plaisir durant ces 20s de vol vraiment douces et coulées (smooth comme dans du beurre) et vraiment bien locké (calé) sur ses axes ou lors de la négociation des virages. Je n’aurais pas eu un esc défectueux il aurait sévèrement enchaîné les batteries.

Ça arrive…

Conclusion

Bien qu’il fasse un peu jouet au premier abord, on se rend vite compte, une fois pris en main, que ce dernier est un vrai racer à part entière. Composé de carbone et d’abs, son look se distingue clairement des autres machines.. Doté de composants presque dernières génération, on a encore du temps devant sois pour continuer à surfer sur la vague “hype”.

Il faudra néanmoins quelques connaissances ou un ami doué pour ajouter, binder et configurer son récepteur de télécommande et sa télécommande. (il n’y a que 3 fils à connecter via connecteur servo et un peu de configuration à effectuer mais ça peut rebuter les débutants)

Bien équilibré et très agréable à piloter, cet appareil est aussi bien conçu pour le vol smooth comme pour la race pure !

Pas spécialement adapté pour un débutant, à moins de s’accrocher et suivre des tutos disponibles sur le Web, qui sera vite perdu dans les milliers de réglages de betaflight (bien que partiellement configuré d’origine), il ravira cependant les pilotes intermédiaires comme les expérimentés.

Attention néanmoins que lors d’un crash cet appareil comporte des points de faiblesse sur sa plaque carbone unibody comme nous avons pu malheureusement nous en apercevoir. 🙁

Photos supplémentaires

Liens utiles

Le manuel du drone

Le fichier dump de configuration d’origine

Le fichier backup de configuration d’origine

Le lien vers le produit sur le shop d’ERC MARKET

DJI Spark Unboxing & first impressions

DJI Spark – Unboxing and first impressions

Why I bought it?

Being active in the fpv-racing part of the hobby, most people will find this a surprising purchase. Why in the world would I buy a DJI Spark? If you check out my YouTube channel, you’ll find out that there are a lot of aftermovies of fpv-racing events I attend. For me, capturing the event is part of the fun the fpv-racing hobby has to offer. With the purchase of the Spark, I am hoping to find a decent platform to add some aerial shots to my videos. I want to be able to do this without the long preparation some other platforms require and without the risk people getting upset (or in the worst case even hurt).

DJI Spark

DJI Spark Fly More Combo

What’s in the box?

Running through the specs of the Spark, I decided to go for the Fly More Combo.
This pack features the following items:

The first thing in the cardboard box is a 16Gb MicroSD-card that DJI included as a gift in the Fly More Combo. It’s a Sandisk Ultra 16Gb card . Then there is the surprisingly small box the Spark Fly More Combo comes in. DJI clearly took a lesson from Apple as the packaging style is almost identical. In the box are two things: the travelling bag and a molded case, together with some documentation.

The molded case holds the Spark, together with the extra Intelligent Flight Battery and spare set of propellers. When seeing the Spark in person, it’s amazing how small it actually is. Although it’s a small aircraft, it looks very decent in build quality.

DJI Spark unboxed

DJI Spark apres unboxing

Out of the travelling bag comes the RC Remote Controller, a bit smaller than the one of the Mavic Pro. Compared to the Futaba T14SG I usually fly, this tiny transmitter feels a bit awkward at first, but I must say it does a really good job controlling the Spark. Then there is the charger with the charging hub which charges up to 3 batteries in less than 1.5 hours (55 minutes for 2 batteries, 50 for 1 battery). The charger also has two USB outputs to charge the RC Remote Controller (USB->MicroUSB cable included) and, if you like, a 4th battery through Micro USB on the Spark itself. The last items are the propeller guards that clip on in under 30 seconds to provide extra safety in situations where needed. They do add 38 grams to the Spark in total.

DJI Spark overview

DJI Spark overview

After unboxing all the items, there is not much more to do than charge the batteries and RC Remote Controller and get ready to get flying!

How does it fly?

First of all, despite its size, it’s amazing how stable the Spark is when flying, even in steady winds. I must say this really impressed me as I didn’t think a small aircraft of 300 grams would handle wind to good.

DJI Spark hovering

I like to take you through some modes and features that got my attention during the first uses of the Spark.

The first is Tripod Mode, which lowers the rates of the controls to make very slow movements. Also, the gimbal control is set to a lower rate to allow precise movements. The ability to lower the gimbal rate outside the Tripod Mode would be a welcome addition as it feels a bit to fast in general.

Active Track is another great feature that tracks and follows a person or object without the need of manual control. It can even automaticaly circle around the person or object while following. Adding the Obstacle Avoidance feature into the mix, this feature is quite safe to use if you keep its limitations in mind. The Obstacle Avoidance feature only sees what’s in front of the Spark. So when  you set it up to follow a subject sideways, keep in mind that won’t stop when an obstacle is on the left or right of it.

DJI Spark RC Remote

In Sport Mode you get a lot more speed out of the Spark, which is nice when shooting footage in a big area in a small amount of time. Sport Mode is easily selected by sliding the Sport slider on the RC Remote Controller to the right. The gimbal will follow the roll input when cornering, but stays level when moving straight forward or backward. When you can’t take-off in the proximity of your subject, Sport Mode can get you fast to your destination. You can then quickly change back to normal mode and shoot at a lower flying speed.

The Quickshot Modes are nice if you don’t want to waste time to manually shoot your footage. You can simply select a person or subject, tap the type of Quickshot you want (Dronie, Circle, Helix, Rocket) and press Go! The Spark will start the selected Quickshot and create a 10-second clip and return to the starting point automatically. Although I didn’t think I would use these automated shots, they come in quite handy.

The last feature I really like is the possibility to point the camera straight down and take top-down shots like this one. This might not sound like an amazing feature, but considering the size of the Spark and its gimbal, it’s really nice that it tilts all the way down to make top-down shots.

Those are the 5 features I like the most about the Spark so far.

I will continue to use the Spark for different projects and will report back with an update after some more experiences with this great little machine.

 

Moka Simplex 155 – Mini Rikiki Mimi

Un nouveau build pour cet article avec la frame de chez Moka, le Simplex 155.

C’est le petit frère du Simplex 215 dont nous vous parlions ici https://pimousse.be/index.php/2016/11/26/simplex-moka-build-custom-skin/.

Le concept reste le même avec ses moteurs arrière surélevés et sa frame composé de deux morceaux de carbone T700 en 3mm d’épaisseur.

La frame à nu pèse 75g. Le Simplex 155 autorise les hélices en 3 pouces maximum.

Simplex 155 Vue ISO nu

Listing des composants :

Frame : Moka Simplex 155

Carte de vol : F4 V5PRO Flight Controller 5.8G 40CH 0/25/200/600mW Switchable FPV Transmitte w/ 5V BEC OSD PDB

ESC : Favourite FVT LittleBee-Spring 20Ax4 20A 4 in 1 BB2 Blheli_S 2-4S ESC with 5V 12V BEC Support D-Shot

Moteurs : RCX H1707 3200KV Micro Outrunner Brushless Motor

Caméra : Runcam Eagle 800TVL DC 5-17V FOV 130° Global WDR 16:9 CMOS

RX : Frsky XM+ Micro D16 SBUS

Antenne VTX : ANTENNES FL 5.8 TERRYBUILD – LA FABRIQUE CIRCULAIRE

Accessoires : Matek LED Tail light WS2512B with Loud Buzzer

Hélices : RACEKRAFT 3076 TCS TRIPALES

Montage :

Le montage a commencé par une protection des câbles moteurs à l’aide gaine tressée haute densité.

Simplex 155 montage 1

Les câbles seront maintenus à la frame par des mini colsons noirs.

Simplex 155 montage 2

Lors de la mise en place de l’ESC 4 en 1, je me suis décidé de passer les câbles par en dessous afin d’éviter toute blessure éventuelle lors d’un crash latéral.

Les ESC seront paramétrés sous le protocole DSHOT 600.

Simplex 155 montage 3

Le choix s’est porté sur une F4 v5 pro avec son VTX intégré. L’avenir nous dira si le composant est fiable en plus d’être pratique.

Simplex 155 F4 v5 pro

Voici d’ailleurs comment la câbler et régler le VTX :

Face avant

F4 V5 Pro face avant

Face arrière

F4 V5 Pro face arrière

Pour le VTX, voici la table des fréquences.

F4 V5 Pro table fréquences VTX

Pour la Top plate, j’utilise le même principe de protection.

Simplex 155 montage 4

Un petit accessoire très sympa, qui ira se placer presque pile poil à l’arrière c’est H LED avec Buzzer.

Simplex 155 montage 5

Pour ce build, j’utilise du XT30. La XT60 ne passant pas avec cette carte. La plupart des LIPO 4s, en moins de 1000mAh, sont en XT30. Ça tombe bien!

Simplex 155 montage 6

Une fois l’assemblage fini on peut passer aux tests.

Simplex 155 montage 7

Sur la balance, une fois assemblé et testé. 195g tout mouillé!

Simplex 155 poids

Simplex 155 vue haut

Simplex 155 vue à droite

Simplex 155 vue de gauche

Simplex 155 vue derrière

Simplex 155 vue dessous

Vidéo :

Conclusion :

Le Simplex 155 est très chouette à assembler et se glissera dans votre sac à dos sans soucis. Il répond à une demande des utilisateurs du fabricant Moka, à savoir, un mini original et qui résume bien la philosophie du constructeur. “Strength, speed, and value”

Il n’offrira certes par de longues sessions de vols, mais il vous permettra d’assouvir vos envies de voler en immersion et ce un peu partout. A vous de voir les composants en fonction de vos attentes et de vos envies.

Bons vols!

karma gopro

GoPro Karma : Le test

Voici venu le temps du Gopro Karma! Vous vous souvenez de ce drone lancé mi 2016 et rappelé aussi vite chez le fabricant?

Le Gopro Karma que nous allons vous présentez a été mis à disposition par Studiosport.

Présentation

Accessoires :

Nous avons reçu la version avec la Gopro Hero 5. Le tout tient dans une valise de transport.

La valise s’est avérée ergonomique et sympa à porter.

Il y a une attache sur une sangle pour y fixer votre grip pendant que vous marchez.

A l’intérieur, vous trouverez tout ce dont vous aurez besoin pour vous lancer dans UNE séance de captation. Je dis bien UNE car il n’y a de la place que pour une batterie. A 12 min le vol, c’est chiche!

Drone :

L’appareil est un engin à bras repliables. Ce qui réduit bien entendu son encombrement.

Pour les dimensions et caractéristiques :

  • Bras repliés :  36,5 x 22,4 x 8,9 cm
  • Déplié : 30,3 x 41,1 x 11,7cm
  • Poids 1,006kg (sans caméra)
  • Temps de vol 20 minutes annoncé par le constructeur
  • Hélices 25,4 cm (10 pouces)
  • Vitesse maximale 15 m/s 
  • Vitesse max. sur les différents axes 10m/s
  • Altitude max. de vol 4500 m 
  • Portée 1000 m 

Télécommande :

La télécommande est pour nous le petit bijou de cet appareil. Simple et efficace, elle rappelle un peu les jeux vidéos Nintendo portable des années 80.

L’écran a une bonne résolution et le rapport luminosité/contraste permet de pouvoir encore voler avec pas mal de lumière.

Les modes de vols

DRONIE – Améliore la qualité des selfies en s’éloignant progressivement 
Avec Dronie, le drone se dirige vers le contrôleur, puis prend de la hauteur tout en s’éloignant de votre position, à une vitesse constante. Au cours de ce mouvement, vous pouvez tourner la molette d’inclinaison de la caméra sur le contrôleur afin de régler l’angle d’inclinaison.

Le drone vole jusqu’à la distance choisie, puis revient au point de départ. Vous pouvez toujours stopper ou annuler le mouvement si nécessaire.

Caméra sur câble – Définit deux points et vole en ligne droite entre ces derniers
Avec Caméra sur câble, le Karma Drone vole automatiquement entre deux points. Au cours de la configuration de cette prise, volez jusqu’au premier point, marquez-le, puis volez jusqu’au deuxième point et marquez-le.

Vous pouvez régler la vitesse et la position verticale du drone pendant cette manœuvre. Cette trajectoire auto est continue et ne se termine que lorsque vous l’annulez ou que vous appuyez sur le bouton Atterrir.

PANORAMA – Vole droit devant, tout en inclinant la caméra en direction de l’horizon
Avec Panorama, le drone vole d’un point à un autre. Vous configurez l’inclinaison de la caméra aux points de départ et d’arrivée, afin que la caméra révèle graduellement un paysage au fur et à mesure du déplacement.

Les joysticks sont désactivés au cours de cette trajectoire afin de garantir une ligne de vol stable.

ORBITE – Vole en effectuant un cercle parfait, tout en maintenant le sujet au centre du cadre
Avec Orbite, le drone vole de façon circulaire autour d’un point déterminé. Pour déterminer le point central, faites voler le drone directement au-dessus du point d’intérêt et marquez-le sur l’écran tactile. Ensuite, éloignez-vous d’au moins 5 m du point central et définissez le rayon.

Une fois que cette trajectoire auto commence, vous pouvez faire pivoter le drone à 90° dans les deux sens, régler l’altitude, et augmenter ou réduire le rayon du cercle. Vous pouvez aussi régler la vitesse globale du drone ainsi que sa direction.

Vidéo

Test du GoPro Karma fournit par studioSPORT

Publié par Pimousse.be sur lundi 26 juin 2017

Conclusion

Le Gopro Karma n’est certes pas le dernier né! Il suffit de regarder à la concurrence, ce qui est disponible avec toute la technologie à jour et à prix équivalent!

De plus son poids de 2kg sera pénalisant pour une utilisation de type privée sur le territoire belge.

Techniquement le produit est simple et la GoPro sort des images juste bluffante. La venue du grip est une très bonne chose et évite de devoir en racheter un en plus.

La télécommande est très bien pensée et pas mal de constructeurs feraient mieux d’en prendre de la graine. L’image que j’ai pu observer dedans par très beau temps ensoleillé m’est juste apparue comme bien supérieure à celle de mon Iphone 6 sur le Mavic par exemple.

On dirait que le Karma a loupé une guerre et de fait, il arrive bien trop tard.

Si je devais faire un vœux, ce serait que DJI et Gopro se mettent ensemble pour faire un drone de moins de 1kg!

Lien utile :

Gopro Karma

Bons vols!

DemonRC – Fury : Libérez la bête qui sommeille en vous !

Hello ami(e)s pilotes.
Un châssis que nous tenons à vous faire absolument découvrir: le DemonRC Fury 5X.
Une frame 5 pouces aussi polyvalente que pratique, légère mais solide, qui ne manquera pas de vous faire frissonner de plaisir !

Unboxing

Les colis de chez DemonRc arrivent toujours bien emballés, depuis la Pologne, dans une grande enveloppe à bulles.
DemonRC Fury 5X unboxing

Dans l’enveloppe, les pièces sont enfermées dans une boite en carton au logo de de la boite.
Perso les boites je les garde toutes pour ranger les petites pièces au labo.. en plus le logo est vachement sympa !
DemonRC Fury 5X box

Ouverture de la boite, tout est proprement emballé et étiqueté.
En plus… bonheur.. une petite pochette contenant du spare ! 🙂 Merci DemonRC !!!
 

Dans le paquet principal contenant le châssis, pleins de petits paquets…
Tout est vraiment super bien protégé.
 

Dans un petit paquet nous retrouvons les 4 bras.
Design atypique, ça nous change un peu des traditionnel bras style ZMR.

Dans un autre petit paquet nous retrouvons les deux côtés (pod) du châssis, ainsi que toute la visserie dans un sachet zip,

Dans le troisième petit paquet nous avons les bottom (plaques du dessous) et top plate (plaque du dessus), ainsi que des renforts pour la partie supérieure.

Au total, voici toutes les pièces qui composent ce splendide châssis:

Qu’avons nous reçu en “spare”? un bras et de la visserie supplémentaire (pratique vu les bourrins que nous sommes)
 

Tour du propriétaire

Commençons par les pièces qui composent la structure du châssis:

La plaque du dessus aussi appelée “top plate” fait 1.6mm d’épaisseur.
Les specs la donnent à 1.5mm, on est tout près !

L’une des plaques du dessous aussi appelé “bottom plate”; il y en a deux qui prennent les bras en sandwichs.
Aussi donnée à 1.5mm, on est encore une fois tout proche !

Pareil pour la deuxième plaque du dessous.

Composition du pod supérieur et visserie alu.
Notez que la visserie en aluminium anodisé bleu (grade 7075 T6) fournie en suffisance est très légère et comme déjà remarqué dans les builds précédents parfois trop légère et tendre au point de rompre lors d’un simple serrage à la main.
En revanche les entretoises aluminium noir sont d’excellente qualité… on préfère largement ces entretoises à celles en nylon bien moins résistantes 🙂

Épaisseur du carbone qui compose les parties latérales du POD.

Au niveau des bras super design, il y en a 4… encore heureux pour un QUADRIcoptère 😉

Les bras sont donnés dans les specs à 4mm, encore une fois c’est tout à fait respecté !
 

Le carbone 3K est d’excellente qualité et résistera sans mal aux vilains crashs.
Le poids réel de cette V1 est mesuré à 78,4g sans l’électronique (toute visserie incluse)

On remarque tout de suite le côté pratique de ce châssis qui accueille un support tilté pour caméra sportive d’enregistrement (une runcam HD2 se fixe parfaitement dessus).
Des emplacements pour loger votre électronique est disponible en de nombreux endroits.

Matériel utilisé pour le build

Montage

Vu que je ne trouve pas les informations présente dans le manuel de montage très explicites au niveau du montage des plaques du dessous, voici comme j’ai procédé.

J’ai placé la première plaque du dessous qui compose le sandwich avec les bras.
J’ai fait passer 4 vis alu pour maintenir l’ensemble et j’ai disposé les 4 bras.
Attention que les bras ont un sens de placement sinon les trous ne correspondent pas !!!

J’ai ensuite déposé la deuxième plaque du dessous pour terminer le sandwich et j’ai visé l’ensemble.

Les 4 vis qui se placent au centre du châssis sont un peu plus longue que celles situées sur les extérieur.
Ces 4 plus longues vissent vont maintenir les entretoises qui servent à fixer le contrôleur de vol et éventuellement l’ESC 4 en 1.

Petite astuce pour le POD.
Afin de le libérer facilement pour entretien, réparation ou nettoyage, sans démonter toute l’électronique qui est dessus, j’ai opté pour l’ajout d’un connecteur male/femelle type servo.

Autre astuce: comme mon ESC 4 en 1 cicada ne possède pas de bec 5V intégré, j’ai utilisé la sortie 5V de mon émetteur vidéo pour alimenter le contrôleur de vol.

Une astuce de plus du côté contrôleur de vol: j’ai utilisé des o-ring pour amortir les vibrations qui pourraient se transmettre à ce dernier via les entretoises nylon.
Pour un amortissement maximum, j’ai limé les premiers millimètres du filet des entretoises pour que le filet des entretoises ne vienne pas toucher le bord des trous de fixation du contrôleur de vol et j’ai pris le contrôleur en sandwich entre les o-ring.

Plus que satisfait du poids tout équipé!

Vidéo

Ce petit bébé développe un max de puissance et se révèle hyper agile et très sain dans son comportement en vol.
Je Kifffff !!!!
Notez que les PID sont ceux d’origine de BF 3.1.7 (pas encore pris le temps de faire les réglages optimum) et que je l’ai fait voler en 4S… en 5S c’est encore plus une tuerie :p

Conclusion

Ce châssis est un réel petit bijou.
Il offre un design différent tout en ayant un côté pratique.
Il est léger mais résistant grâce a un carbone d’excellente qualité et une conception bien étudiée.
Tout rentre facilement dedans sans grande prise de tête.
L’ajustage des pièce est parfait et sans bavures (certains devraient en prendre de la graine)…
On peut donner l’angle désiré à la caméra en fonction du style de vol que l’on souhaite adopter et le modifier à sa guise.

Point négatif, qui est mon appréciation personnelle, je trouve toujours ces visseries alu anodisées bien trop fragile !

Liens utiles

Le manuel de montage

Le produit sur la boutique DemonRc

Ragg-e Wbx5. Prêt pour l'URBEX!

Ragg-e Wbx5. Prêt pour l’URBEX!

Introduction au Ragg-e WBX5:

Qui n’a jamais rêvé d’un châssis qui supporterait les moindres chocs, un sérieux plus lors des séances d’exploration URBEX avec nos quads.

Et bien on peut dire que grâce au fabricant Ragg-e, c’est désormais une autre approche qui est proposée pour le FPV freestyle.

Le châssis Ragg-e Wbx5 est un pod directement réalisé en PEHD. En polyéthylène haute densité fraisé dans la masse. Il fait 152g à nu.

Il fait 205 mm de diagonale et peut recevoir des hélices en 5 pouces.

Listing des composants :

Frame : Ragg-e WBX5

Carte de vol : Betaflight F3

Moteurs :  Emax RS2306 2400kv

ESC : Littlebee Spring 40A

VTX : IRC tramp

Caméra : Runcam Swift 2

Accessoires : Buzzer 5v  LED Lumenier programmable

Le montage:

La notice sur le site du fabricant est assez explicite.

Les Emax en blanc se fondent à merveille dans les inserts. Vous trouverez le test des moteurs ici http://www.miniquadtestbench.com/emax-rs2306-2400kv.html

Il vous faudra du M3x4 et de la Loctite bleue pour fixer les moteurs au châssis.

Le montage se passe à l’envers, les ESC la PDB prennent place en dessous des bras.

Il faut bien visualiser la manière dont vous aller monter vos composants avant de couper dans tous les câbles.

Comme les ESC seront des 40A, la section est plus importante et de ce fait, il faudra penser à agrandir les passages de câbles dans la trappe inférieure.

Veillez à glisser vos câbles de commandes d’ESC en dessous du câble roue ou du câble noir. Vous éviterez ma mésaventure de câble blessé par la longue vis qui viendra se glisser pour fixer la trappe inférieure.

Comme mentionné plus haut, il faudra agrandir les trous pour les câbles.

Dans cette configuration, j’ai préféré faire sortir directement le câble d’alimentation en bas.

Il ne faudra pas oublier de placer son strap Lipo avant de visser le couvercle du bas.

On peut s’attaquer à la carte de vol, en préparant son câblage.

La F3 Betaflight

Vous pourrez encore rajouter un buzzer ou des LED.

Le tramp se fixe au colson à la top plate. Le connecteur d’antenne est fixé à l’extrémité du châssis. Ce dernier peut aussi se mettre à l’intérieur et dans l’idée on ne ferait ressortir que la tige et la coupole de l’antenne, à vous de voir ce que vous préférez.

ou

Il faudra dégager un peu au dessus du tramp pour le laisser respirer.

ou

 

Vue intérieure canopy avec la Swift 2 et le senseur du Tramp.

On peut envisager sans soucis de venir avec fixer avec un strap, une caméra de type Runcam 3 ou Gopro Session.

Petit rajout des LED programmables.

Mise au frais du VTX

Sur la balance, rien ne vas plus !

Vidéo :

Le premier vol inaugural.

Le Zero stab Crew en Ragg-e.

Conclusion :

Le Ragg-e WBX5 est une frame facile à monter. Elle apparaît comme étant solide et devra dans ce cas ci encore le démontrer lors de séances de vols en URBEX. Pour les plus avertis, vous aurez remarqué ma bourde lors du montage et finalisation de la carte de vol. Je l’avais mise à l’envers par rapport au sens de vol. J’ai du faire un 180° dans le logiciel Betaflight et un remappage des moteurs.

Les moteurs m’ont réellement impressionnés. Ils ont pas mal de poussée et la consommation reste maîtrisée. A voir aussi sur la longueur dans le temps, vu les nombreux retours sur des aimants décollés avec cette série RS chez EMAX.

La carte de vol est franchement très agréable à travailler. Avec le XM+, le RSSI est récupéré par la voie 16 et apparaît en haut de votre OSD. Au top!

Seul point négatif de la carte, ce sont les soudures qui ne tiennent pas sur tous les GND et les -. Un problème connu qui n’est pas encore résolu. Pour pouvoir souder il vous faudra passer un sur autre mélange de soudure.

Bons vols!