Articles

Eachine VR D2 PRO : l’un des derniers né d’Eachine

Eachine VR D2 PRO le nouveau masque d’Eachine a presque tout pour vous séduire !
Outre son prix ridiculement bas, il intègre tout ce dont on attend d’un masque d’immersion.. du diversity (double récepteur) avec affichage osd de la quantité de signal reçu sur chaque récepteur, du large écran lumineux qui donnera une sensation d’immersion intense, au DVR pour enregistrer nos vols.. Eachine a pensé à tout pour nous séduire <3

Je vous propose un petit tour complet de ce nouveau bébé…

Spécifications

Type: masque
Taille d’écran: 5 pouces
Résolution: 800 x 480
Enregistreur intégré: oui
Qualité d’enregistrement: VGA(640*480) ou D1(720*480) ou HD(1280*480)
Supporte des cartes de maximum 64Go
Sangle de tête: 3 points
Alimentation: 2S (7,4V – 8,4V)
Consommation: 600-680mA
Récepteur: double (diversity)
Fréquences: 5.8GHz 40 canaux
Sensibilité: -95dBm
Connectique d’antenne: RP-SMA
Poids: 285g sans antennes
Dimensions: 150 x 152 x 96
Dimensions intérieur: 139 x 89,6

Unboxing

Arrivée dans son emballage sac poubelle habituel…

Dans le sac poubelle, la boite est bien protégée.
Attention qu’un adaptateur US/EU est glissé dans le sac… n’oubliez pas de le sortir avant de jeter l’emballage 😉

La boite sortie de ses couches protectrices.
Eachine reste fidèle à son packaging… tout est déjà bien renseigné sur la boite.

 
Elles sont appelées VR D2 PRO et on y retrouve la mention “upgrade” sur la boite… pourquoi? je suppose que c’est pour dire que c’est une amélioration de la VR D2 classique.
 
On ne manquera pas de remarquer l’étiquette apposée qui signale que ce n’est pas un jouet ! et que ce n’est pas adapté pour les enfants en dessous de 14 ans.
Les masques, lunettes et autres dispositifs d’immersion ont tendance à abîmer/fatiguer les yeux… surtout de nos enfants en plein développement.
 
A l’ouverture de la boite, première couche, se dévoile le manuel. A LIRE impérativement bien entendu !!!

Seconde couche, en soulevant le carton situé sous le manuel, se trouvent les mousses qu’il faudra coller sur le contour du masque.
Ils ne sont pas collés d’office pour vous laisser le choix entre deux textures différentes.
On retrouve égallement un espèce de velours auto-collant qui se collera au niveau de la découpe du nez.


 
Situé sous les mousses à appliquer, se trouve notre bébé bien emballé, ainsi que ses accessoires.

Dans le sachet zip contenant la batterie il y a aussi les antennes pour le masque (une patch et une clover leaf) et des lingettes nettoyantes (une imprégnée de lotion nettoyante et une sèche pour terminer le job de nettoyage).
 

Tour d’horizon

Vue frontale du masque.
Situé sur l’avant du masque dans la partie centrale du dessus, le câble d’alimentation sur lequel on viendra connecter la batterie.
Juste derrière celui ci on distingue l’ouverture dans laquelle on viendra insérer une carte micro sd.
La micro sd n’est pas fournie avec le VR D2 PRO; c’est à vous de la fournir.

Le panneau de contrôle du masque est situé devant.
Avec un petit peu de pratique on arrive facilement à naviguer/activer les options sans devoir ôter le masque.
Comme deux petites cornes, sur le dessus et de chaque côté, on retrouve les connecteurs d’antennes en RP-SMA.

Vue du côté gauche du masque.
On y retrouve, comme sur le côté droit, le réglage qui permet d’avancer ou reculer la lentille pour adapter au mieux l’image à votre vue.

Vue du côté droit du masque avec le même réglage de lentille.

Vue de l’arrière du masque.
Le câble qui permet de connecter la batterie est maintenu dans un passage du bandeau de tête, cela évite qu’il se promène un peu partout comme sur certains masques.
C’est ici derrière qu’il faudra coller les mousses reçus pour un meilleur confort de portage et occultation de la lumière.

Vue du dessous du masque.
Il y a un pas de vis, au format standard 1/4 de pouce, qui permet de le fixer sur un trépied.
Si on veut pousser un peu la déconne, avec un adaptateur 1/4 de pouce vers gopro, on pourrait facilement s’amuser à monter une caméra sportive ou tout autre dispositif en dessous du masque.

Le transformateur reçu pour recharger la batterie est reçu en connectique au standard US.
D’où l’intérêt de faire attention à ne pas jeter l’adaptateur US/EU qui a été placé dans l’emballage principal.
La plage de fonctionnement en tension est très large ce qui permet de l’utiliser aussi bien en US qu’en EU.
 
Voici les spécifications du transformateur.
Chargeur Li-ion avec sortie 8,4V 1000mA (1A).
Le + est au centre du connecteur, le – est sur le pourtour du connecteur.

La batterie fournie, la même que celle du masque Eachine Goggle TWO, est de type 18650 de 2200mAh.
C’est simplement 2x batteries 18650 de 2200mAh mises en série.
Elle offrira un maximum d’autonomie au masque mais n’oubliez pas que un grand écran lumineux et un récepteur diversity ça tutte des ampères 😉
 
L’antenne clover leaf et l’antenne patch fournie sont les mêmes que celles du Eachine Goggle TWO.
Elles sont simplement… très efficaces 🙂
 

 

 
Les antennes n’ont pas de place spécifique vous pouvez les changer de place à votre convenance.
Si vous démarrez votre masque sans les antennes, pas de panique.. c’est l’équivalent d’un poste de radio, ça ne craint rien !
Par contre n’oubliez jamais de monter une antenne sur un émetteur vidéo sans quoi il risque de faire une petite fumée magique et/ou d’être endommagé de manière irréversible…

 
Sur la sangle de tête, qui est fixée sur 3 points pour un maintient optimum,à l’arrière, se trouve une zone élastique sous laquelle on viendra glisser la batterie.
L’élastique la maintient fermement… pour le moment… à voir si dans le temps ce dernier ne va pas “se laisser aller” et laisser s’échapper la batterie.
 
A gauche les mousses qui viendront se placer sur le contour du masque, à droite les velours qui viendront se placer à la place du nez.
 
Pour les mousses il existe deux textures, vous placerez celle qui vous conviendra le mieux.
Personnellement j’ai opté pour la plus épaisse qui assure un meilleur confort de portage et offre une meilleure isolation à la lumière ambiante.
En ce qui concerne le velours qui se place à hauteur du nez, ce sont les deux mêmes donc l’un ou l’autre conviendra parfaitement.
 

Le port est relativement agréable, le poids est correct et ne fatigue pas trop la nuque.
Mais on a pas spécialement mis à notre avantage en portant ce masque :p
 

Du coté des menus

On branche la Li-Ion, on compte jusque 4 et le masque est prêt à fonctionner !

Un appui sur la touche “MENU” ouvre un OSD.
On se déplace avec les touches “+” et “-“, on valide (rentre dans un menu) via la touche “MENU”, on quitte via la touche “CAM/DVR/QUIT”

Le premier onglet permet de faire les corrections de base sur l’image perçue dans l’écran.
Situé dans la bande tout en bas, on retrouve la norme d’affichage actuellement utilisée et la version du firmware (moi je suis en PAL)

Le deuxième onglet permet de changer la norme d’affichage en PAL ou NTSC, les pages A-B-C-D-E sont des entrées rapide vers les différentes bandes du récepteur.
5 x 8 canaux = 40 canaux.. Accès facile et rapide si vous connaissez votre fréquence et pour la retrouver du premier coup d’oeil.
En dehors du menu de réglages, vous pouvez rechercher votre fréquence avec les touches “+” ou “-” .. ou lancer un “SCAN”
 

 

 

Le troisième onglet est celui qui permet de faire les réglages sur l’OSD.
Si vous préférez avoir les menus en français, c’est dans l’option “Language”
 

Le quatrième menu nommé “RSSI” permet de sélectionner le mode de réception ou le récepteur.
En effet, il vous est possible de ne choisir que le récepteur 1 ou le récepteur 2 et ainsi ne pas utiliser le diversity.
C’est aussi dans ce menu que vous devrez lancer la calibration du RSSI (important pour avoir un affichage correct et réaliste des signaux RSSI)
On y trouve dans la dernière option la possibilité de lancer un scan de tous les canaux et de le visualiser par un affichage à la manière analyseur de spectre (et il nous donne la fréquence sur laquelle on reçoit le plus fort signal)
 

Un scan de la bande (analyse de spectre) prends 25sec.

Dernier onglet: les fonctions.
Permet de faire une remise a zéro des paramètres, choisir la manière dont on souhaite afficher (en 16:9 ou 4:3), etc..

Si vous voulez avoir un aperçu un peu plus clair des menus, cela se trouve bien détaillé dans le manuel.
 

Le DVR

Un appui sur la touche de menu “CAM/DVR/QUIT” passe le masque en mode DVR; c’est à dire que vous avez toujours l’affichage comme en mode standard mais vous pouvez enregistrer en même temps ce que vous visualisez.
Attention que dans ce mode je constate un latence non négligeable !!!
Si vous appuyez maintenant sur la touche “+” le masque se met en enregistrement.
Un nouvel appui sur la touche “+” arrêtera l’enregistrement.
Une alternative pour ne pas être gêné par le lag pendant le vol est de passer le masque en mode DVR, lancer l’enregistrement et repasser en mode caméra… une fois le vol terminé il faut repasser en mode DVR et arrêter l’enregistrement.

Pour rentrer dans le menu du DVR, il faut rester appuyer longuement sur la touche “DVR MENU”.
Attention qu’un appui sur la touche “MENU” affichera l’OSD de réglages en parallèle (il faut différenciez “MENU” de “DVR MENU”.
Premier onglet les réglages de base du DVR avec le mode d’enregistrement (qualité) qui sera soit:

  • VGA : 640 x 480
    autonomie d’enregistrement 02h19m44s avec une carte de 4GB
  • D1 : 720 x 480
    autonomie d’enregistrement 01h22m24s avec une carte de 4GB
  • HD : 1280 x 720
    autonomie d’enregistrement 01h11m25s avec une carte de 4GB

La qualité d’enregistrement est vraiment plus que correcte pour de l’enregistrement analogique… à condition d’avoir une bonne caméra 😉
Voici un petit échantillon avec une runcam swift 2 en attendant une vidéo d’un vol embarqué.
[youtube]https://youtu.be/79QiUsjAB5s[/youtube]

L’option REC Sound permet d’enregistrer le son avec la vidéo (si vous possédez un micro à bord de la caméra ou de l’émetteur)
L’option Video Time séquencera la vidéo par tranche de temps choisie. 

Restez appuyer sur la touche “DVR MENU” encore un long moment et vous afficherez le deuxième onglet.
Cet onglet permet de choisir l’option pour formater sa carte micro SD, la langue dans laquelle on souhaite afficher les informations DVR, permet de faire une remise à zéro des options du DVR (remise a zéro d’usine), permet de sélectionner la fréquence de scintillement de la lumière artificielle qui est la fréquence secteur utilisée dans nos contrées (chez nous choisir 50Hz) et le format de sortie PAL ou NTSC (le mieux est de le mettre en accord avec le mode choisis dans vos réglages de base du casque).

Pour revoir vos rushs, restez appuyer longuement sur la touche “-” et vous passerez le masque en mode playback.

Calibration des récepteurs

Attention cette partie est très importante pour un fonctionnement optimal de votre diversity et surtout de l’affichage du niveau de signal (RSSI) affiché dans l’osd de votre masque.
Il faudra impérativement calibrer les récepteurs à la première utilisation (ou à la suivante, mais il faudra le faire !!!)

Pour votre information voici comment sont disposé les récepteurs en fonction de leur affichage.
Le récepteur A est à gauche quand on a le masque face à soi.
Le récepteur B est à droite quand on a le masque face à soi.

Pour la calibration, allez dans le menu RSSI.
Retirez les deux antennes du masque.
Allumez votre émetteur vidéo et placez le à quelques mètres du masque.
Choisissez “Calibrate RSSI” (pour les menus en anglais).

Une analyse spectrale se lance pour le récepteur A et serra suivie d’une analyse spectrale pour le récepteur B.
Ca prend un peu de temps (+- 25s par récepteur soit un peu plus de 50s pour que la calibration soit effectuée)

Conclusion

Si vous voulez découvrir le FPV sans vous ruiner ou souhaitez avoir un masque relativement complet comme masque de backup ou pour prendre des passagers avec vous durant vos runs, ce masque est fait pour vous.
Cependant, si vous en avez la possibilité, je vous conseil tout de même de l’essayer avant de l’acheter car bien que la lentille soit réglable pour ajuster l’image au mieux à votre vision, pour certains (comme moi) il n’y a pas encore assez de recul pour avoir une image bien nette.. en effet, personnellement, je dois reculer le masque d’encore un bon centimètre pour avoir un confort de vision optimale sans quoi j’ai l’impression de loucher quand je regarde l’image.
On regrettera le manque de connectique (complètement absente) tant en entrée qu’en sortie, que ce soit en analogique (SVIDEO) ou numérique (HDMI).
Se promener dans les menus n’est pas des plus facile mais les différents menus en surimpression sont clairs et avec un peu de pratique on jonglera sans soucis entre ceux ci.
L’enregistrement DVR est très pratique mais introduit une latence (lag) non négligeable dans l’affichage que l’on pourra facilement contourner en effectuat la petite manip expliquée rapidement dans la partie DVR de cet article.
Autrement c’est un excellent masque d’entrée de gamme avec une très bonne sensibilité de réception !

Questions / Réponses

  1. Q: Peut on utiliser des lunettes de vue avec ce masque?
    R: Non. Le masque est trop étroit pour accepter des lunettes de vue.
  2. Q: En cas de perte de réception, dois je m’attendre au fameux “blue screen” qui apparait d’un coup?
    R: Non. Le masque gère très bien la perte de signal et si vous ne faites pas attention à la diminution de vos signaux RSSI, la neige apparaîtra progressivement à l’écran.

Liens utiles

Le masque Eachine VR D2 PRO sur la boutique banggood

Le manuel d’utilisation (en anglais)

MenaceRC Invader : une antenne patch qui vaut le coup d’oeil !

Découverte de l’antenne patch MenaceRC Invader.
La MenaceRC Invader est une petite antenne de type “patch” destinée à la réception vidéo de nos drones.
Pour moi, c’est de loin la meilleur antenne patch que j’ai pu tester jusque ici !
Elle est petite, légère, a un look sympa et offre de superbes performances.

Les antennes patch concentrent leur faisceau de réception droit devant, offrant un taux de réjection élevé derrière et sur les côtés.
Cela veux dire que l’on va très bien recevoir les signaux devant l’antenne (fort et loin), beaucoup moins fort les signaux se trouvant sur les côtés et encore moins fort les signaux situés derrière l’antenne.

Pour vous donner une idée dans la pratique: avec un émetteur 200mW, on l’entendra encore à 1,6km si il est situé devant l’antenne et seulement à 150m si il est situé derrière l’antenne.

En règle général on couple, sur un récepteur diversity, une antenne patch et une antenne clover leaf.
Cela permet d’utiliser la clover leaf pour les signaux proches situés tout autour de nous et d’utiliser l’antenne patch pour recevoir les signaux lointains (ou faibles) droit devant.

 

Spécification du constructeur:

Gamme de fréquences: 5645 – 5945 Mhz
Gain: 6.5 dBi
Polarisation droite ou gauche (LHCP ou RHCP) – choix de la polarisation lors de la commande
Connecteur SMA (directement compatible fatshark et skyzone)
Dimensions: 45mm x 41mm x 16mm
Poids: 11grams

 

Tour d’horizon

Vue de devant, le design est sympa et change de la traditionnelle patch au format carré.

Vue de derrière et de son connecteur SMA qui se connecte sans adaptateur sur fatshark et skyzone.

41mm de large (comme indiqué par le constructeur)

45mm de long (comme indiqué par le constructeur)

14mm (16mm indiqué par le constructeur) mais je n’ai pas tenu compte de la hauteur du point de soudure central sur l’antenne donc la taille est respectée.

Épaisseur du pcb: 1.6mm

Poids également respecté à 0,8g près

 

Comparatif

Je possède une antenne patch aomway, une eachine, une TBS et celle ci.. comparativement entre elles, la MenaceRC Invader est l’antenne qui m’offre les meilleurs performances.

Théoriquement elle offre 1.5dBi de plus qu’une TBS et 0.5dBi de plus que la eachine ou aomway.
Pratiquement j’ai, à distance équivalente entre l’émetteur et l’antenne, moins de glitchs avec l’antenne patch Invader !

Le jour où je reçois un appareil de mesure pour les antennes, je ne manquerai pas de faire des mesures comparative stricte pour démontrer réellement la différence plutôt que donner un avis personnel.

Liens utiles

Le produit sur la boutique MenaceRc

 

 

CT580 un récepteur vidéo 5.8GHz très pratique.

Salut les pitchounes !

Aujourd’hui j’ai enfin réussi à être enfin un peu productif et à sortir ce review que je tenais tant à vous partager.

Nous allons tester un petit récepteur vidéo 5.8GHz hyper pratique (perso je l’appelle le couteau suisse), qui couvre presque tous les canaux standard: le CT580 (il n’y a pas de marque, c’est seulement CT580).
Je dis bien presque car, bien qu’étant compatible avec les 40 canaux traditionnels, il lui manque malheureusement les 8 nouveaux canaux (et même bientôt 32 nouveaux canaux)… soit, ces canaux additionnels sont de toutes façons illégaux dans nos contrées donc ce n’est pas grave!

En gros, on a un récepteur relativement sensible (-93dB donnée constructeur) qui couvre pas moins de 300MHz (de 5645MHz à 5945MHz) avec écran tactile et analyse du spectre radiofréquence.
Ce petit joujou s’alimente de 7 à 27Vdc (2S à 6S) possède une sortie vidéo (tant qu’à faire vu que c’est sa fonction principale) et est capable d’être mis en série avec 7 autres de ses congénères afin de créer jusqu’à un OCTOversity !!! (pas de bol sur ce coup là je ne possède qu’une seule unité donc je ne pourrai pas essayer).

On reste dans la norme des reviews… on déballe, on tourne autour et on test…

Unboxing (ou LE déballage du bidule)

On reçoit dans l’emballage sac poubelle habituel, un autre sac rempli de trucs.

ct580-7

Pressé comme tout de découvrir l’engin, on éventre le paquet et on retourne tout sur la table.
A ma grande surprise une antenne cloverleaf est fournie avec alors que la fiche produit de chez banggood disait que c’était vendu SANS antenne.. bonne surprise!

ct580-8

Dans le sac on retrouve :

  • un câble sortie vidéo jack 3.5mm stéréo vers cinch mâle jaune (vidéo) rouge (audio Right) blanc (audio Left)
  • un câble entrée vidéo jack 3.5mm stéréo vers cinch femelle jaune (vidéo) rouge (audio R) blanc (audio L)
  • un câble d’alimentation (sans aucune fiche côté batterie)
  • un câble USB type A vers mini USB
  • un sachet avec le mode d’emploi en chinois incompréhensible
  • une antenne cloverleaf
  • le récepteur CT580 (pas de marque)

ct580-9

Tour du propriétaire

Le récepteur est en plastique noir commun, il n’y a pas de protection anti-griffes sur l’écran.
Aucun bouton à l’horizon tout se fait avec l’écran tactile de type résistif.

ct580-14

Sur le côté droit on trouve le connecteur d’antenne RP-SMA.

ct580-1

Sur le côté gauche on retrouve les principale connexions:

  • AV OUT: d’où sortira le signal vidéo
  • AV IN: sert à brancher d’autres récepteurs CT580 en série (pour faire du DI, TRI, QUADRI,… OCTOversity)
  • USB: pour la mise à jour du récepteur
  • DC 7V-27V: pour l’alimentation du récepteur

On notera qu’il n’y a pas de slot SD donc pas de DVR intégré (mais de toutes manières ce n’était pas prévu dans la fiche technique… dommage)

ct580-13

Sur le dos de l’appareil… il n’y a rien !

ct580-12

 

Mise en route

Pour ma part, la majorité de mes batterie LiPo sont en XT60, c’est naturellement que j’ai soudé ce type de connecteur sur le câble d’alimentation fourni.

ct580_1-1

On connecte l’antenne fournie sur le côté droit, le câble de sortie vidéo sur le connecteur AV OUT et le câble d’alimentation.
Personnellement je trouve que le choix de l’antenne sur le côté de l’appareil n’est pas un choix judicieux, en effet j’aurais plutôt souhaité la retrouver sur le haut de l’appareil pour une meilleur prise en main; de plus ce n’est pas la place qui manque.
Malgré tout, l’antenne livrée possède un câble semi rigide qui permet de la plier afin de l’orienter au mieux selon la position de l’appareil.
Je pense lui placer un petit connecteur RP-SMA / RP-SMA coudé à 90 degrés afin de placer au mieux l’antenne selon mes besoins… et tant pis pour la perte d’insertion ! car oui, rajouter des connecteurs ajoutera des pertes de quelques dB à la réception du signal.

ct580-2

On branche la LiPo, l’appareil démarre.
Il ne lui faut pas plus de 1 seconde pour démarrer.
Notez que l’appareil « garde en mémoire » la dernière fréquence sur laquelle il était arrêté avant de l’éteindre.

ct580-3

Qu’avons nous à l’affichage?

  • dans le coin supérieur gauche on retrouve le numéro attribué au récepteur, cela ne servira que si on possède plusieurs récepteurs liés ensemble.
  • au milieu en haut de l’écran on retrouve la fréquence sur laquelle on se trouve.
  • dans le coin supérieur droit on retrouve la tension d’alimentation du récepteur (permet de surveiller l’état de sa LiPo mais il n’y a pas d’alarme programmable en cas de batterie faible)
  • ensuite on a une zone dans laquelle s’affiche l’analyse spectrale étalée sur 300MHz (300 canaux au pas de 1MHz)
  • sous l’analyseur on retrouve le bouton de retour en arrière (passer à la fréquence précédente), le bouton SCAN/STOP pour lancer un scan automatique sur les 300MHz par pas de 1MHz, le bouton d’avance qui permet de passer à la fréquence suivante.
    Notez que lorsque l’appareil est démarré et que vous appuyez brièvement de manière répétée sur le bouton d’avance, vous aller faire sauter les canaux par pas de 1MHz, laissez votre doigt appuyé dessus et il sautera rapidement de 10MHz en 10MHz
  • en dessous des boutons est affiché le signal reçu par les récepteurs (dans le cas où plusieurs récepteurs sont liés entre eux). Dans notre cas seul le récepteur No1 est utile, vu qu’on en a qu’un seul, et celui ci affichera en pourcentage la quantité de signal reçu sur une échelle de 0 à 100%.

Dommage qu’on ne puisse pas configurer librement l’écran pour par exemple effacer les 7 récepteurs inutiles ou faire une rotation de 90 degrés de l’écran.

ct580_1-4

Petit zoom pour revenir au saut de fréquence par pas de 10MHz parlé ici plus haut.
Appuyez brièvement et de manière successive sur le bouton d’avance et le récepteur fera des bonds de 10MHz et les affichera sur son écran.

ct580-4_2

 

Analyse en profondeur

« Un analyseur sachant analyser est un bon analyseur » à dire 10x à haute voix et le plus vite possible.

Petite comparaison avec un meilleur analyseur de spectre (attention il n’a pas les même réglages, pas la même sensibilité et pas la même antenne, je dois recommencer le test), on constate qu’il détecte bien un signal d’émission de type porteuse et que la fréquence de cette porteuse est correcte. On note aussi sur l’écran du CT580 que dans le fond du spectre il y a une autre porteuse non présente sur le RF explorer. Ceci est très certainement du à un manque de filtrage du CT580.

ct580-6

Niveau consommation c’est très correct, alimenté en 3S (12,1V dans la batterie), je mesure 165mA… c’est quand même 45mA de plus que ce que le constructeur renseignait (12v – 120mA donnée constructeur)
Ce qui fait qu’on peut facilement tenir 4h, j’y ai compté une marge de sécurité, avec une petite 1000mAh (attention que l’alimentation supplémentaire d’un écran pour visioner l’image produite par le récepteur diminuera fortement l’autonomie de votre petite LiPo)

ct580_1-2

ct580_1-3

Une analyse spectrale complète de la bande mets environ 13,5 secondes.
J’ai démarré le chrono en même temps que le scan (fréquence de départ 5800MHz) et j’ai créé un point chrono au moment où le scan est repassé par 5800MHz.
J’ai recommencé 3x la mesure et ai mesuré ce même temps avec une marge d’erreur de 100ms.

img_3951

 

Qualité d’image:

La restitution de l’image et des couleurs sont fidèles, mais la qualité de la caméra et de sa lentille y sont pour beaucoup dans le retour vidéo !
il faudra veiller à bien placer le curseur sur la fréquence que vous utilisez pour avoir le meilleur rendu vidéo.
Si vous êtes un peu à coté de la fréquence réelle, la qualité de l’image risque de se voire diminuée.

 

Qualité de réception:

Je n’ai pas encore eu l’occasion de le tester sur de longues distances, la météo actuellement me limite à des tests en intérieur..

Je me suis planqué un petit émetteur vidéo 25mW deux étages plus haut dans le labo et ai comparer les signaux reçus entre le CT580, le Rf explorer et un récepteur skyzone RD40.
Pour ce test, l’antenne fournie avec le CT580 a été utilisée sur les 3 appareils afin d’offrir le même niveau de performance.
Les appareils ont été placés les uns après les autres exactement au même endroit lors du test.

Test 1 avec le CT580.

ct580_2-6 ct580_2-8

Test 2 avec le skyzone DR40.

skyzonerd40 ct580_2-9
Comme le RD40 est un diversity, je n’ai volontairement placé l’antenne que sur l’entrée 1 et laissé l’entrée 2 libre de toute antenne afin de ne permettre la réception que sur un seul récepteur.

Test 3 avec le RF explorer.

ct580_2-7
On remarque que le signal n’apparaît même pas sur le Rf eplorer.

Conclusion de ce test:
La qualité et la sensibilité de réception du CT580 (-93dB) est largement supérieure au RD40 (-90dB) et vraiment excellente !
Je ne doute pas une seconde de sa superiorité et de ses performances sur le terrain !

 

Port USB

Le récepteur est fourni avec un câble USB dont je cherche encore l’utilité.
Sous Windows 10 le récepteur n’est pas détecté, de plus l’alimentation USB fournie depuis le netbook ne semble pas suffisante pour le démarrer.. l’écran s’allume mais reste blanc… je dois d’abord l’alimenter depuis une source externe si je souhaite qu’il soit démarré avant branchement USB.
Le constructeur parle d’un fichier texte présent sur l’appareil à ne pas effacer car il contient la calibration… encore faut il arriver à se connecter dessus !
A essayer depuis une autre station 🙂

 

En vidéo

vidéo test à venir

 

Utilisation pour recherche et localisation par triangulation

Une des application possible et super pratique de ce petit récepteur c’est la possibilité d’effectuer une localisation rapide d’un appareil égaré (à condition que la batterie soit toujours connectée sur l’émetteur et qu’il soit encore à portée de réception).
Pour ce faire, placez une antenne directionnelle sur le récepteur (exemple une antenne patch).
Balayez autour de vous, dès que vous avez un pic de réception de signal c’est que vous êtes dans l’axe de l’émetteur.
Il suffit de vous diriger dans la direction donnée par l’antenne patch et de suivre le signal jusqu’à retrouver l’émetteur.
Si toutefois vous pensez être dans la zone toute proche de l’émetteur mais que vous ne voyez toujours pas votre machine, retirer l’antenne du récepteur pour une atténuation maximum.. le signal n’augmentera que quand vous serrez vraiment très très proche de l’émetteur!

ct580_2-3

 

Liens utiles

lien vers le produit sur la boutique

le manuel en chinois incompréhensible