Articles

DronePortal 2017 door Drone-Racing Belgium

,

Na een geweldige editie van het DronePortal evenement in 2016, pakte Drone-racing Belgium dit jaar uit met een nog straffere versie van hun indoorspectakel. De leden van Drone-racing Belgium waren zeker niet aan hun proefstuk toe. In de twee jaar dat ze actief zijn, hebben ze alles uit de kast gehaald om het FPV drone-racen vorm te geven in België. Met hun website (www.droneracingbelgium.be) bieden ze een ideaal platform om mensen samen te brengen, ideëen uit te wisselen en events te organiseren. Op het moment van schrijven staat de teller op 75 openbare events en 463 geregistreerde piloten. Door hun inzet en samen met de steun van de FPV-racing community zelf zijn er al vele mooie zaken gerealiseerd waaronder periodieke trainingssessies in de parkeergarage van C-Mine te Genk, een digitaal draadloos timing-systeem, enz.

DronePortal 2017 logo

Voor deze editie van DronePortal zijn er maar liefst 64 piloten uit 7 verschillende landen afgereisd naar DronePort te Brustem om het tegen elkaar op te nemen op een adembenemende indoor track. Net zoals vorig jaar was er veel aandacht besteed aan de racetrack, met dit keer als wereldprimeur volledig computergestuurde RGB LED-gates. Meer dan 50 verlichte trackonderdelen, 250 meter LEDstrip (goed voor 15000 LEDs), 1200 meter kabels en 5 DMX-controllers werden gebruikt om de track vorm te geven. De toeschouwers konden ook volop genieten van de races met een volledig zicht op de track én live-video die op grote schermen in de publieksruimte opgesteld stonden.

DronePortal 2017 badges

Deze keer ging het evenement door op zaterdag en zondag. Zaterdag stond volledig in het teken van kwalificatie. De snelste 12 piloten waren zeker van een kwalificatie voor de finalereeksen op zondag en mochten ’s avonds extra oefenheats vliegen op de in het donker verlichte track. De overige 4 piloten voor de finalereeksen werden op zondag door 3 extra kwalificatieheats geselecteerd.

Na de registratie, het uitdelen van de pilootbadges en de technische controle van de quadcopters, werd er een algemene pilotenbriefing gehouden waarin de regels voor iedereen duidelijk werden opgelijst. Het opzet van de kwalificaties was simpel: 4 heats van 3 minuten waarin je zoveel mogelijk rondjes moest zien te vervolledigen. Het slechtste resultaat werd geschrapt en de overige heats werden samengeteld tot een eindresultaat van de dag. Hieruit kwamen dan de eerste 12 gekwalificeerde piloten.

DronePortal 2017 public fpv screen

Doorheen de dag verliepen de heats quasi vlekkeloos. De enkele problemen met videosignalen waren dan ook meestal te wijten aan kapotte videozenders door crashes in vorige heats. De organisatie had ervoor gezorgd dat iedereen gebruik kon maken van een ground-station (de ontvanger van het videosignaal) met ClearView ontvangers. Deze ontvangers voorzien een beter videosignaal in moeilijke omgevingen zoals indoor en waren dus de perfecte keuze voor dit evenement.

Doorheen het evenement konden het publiek en de piloten ook genieten van een hapje en drankje. De hamburgers en pasta waren de perfecte toevoeging aan een reeds geslaagd weekend.

DronePortal 2017 snacks and drinks

DronePortal 2017 final line-up

Op zondag kwamen de overige piloten samen om te strijden voor de laatste 4 plekjes voor de finalereeksen. Rond de middag waren de 16 gekwalificeerde piloten gekend en kon er worden overgegaan naar de finalereeksen. Deze reeksen werden afgewerkt in een dubbel eleminatie toernooi format zodat één crash nog niet perse betekent dat je uit het toernooi ligt.

De buitenlandse piloten kwamen uiteraard niet voor een plekje in de middenmoot en dat zagen we ook in de 4 overgebleven piloten voor de laatste finalerace: twee nederlanders, een rus en een duitser streden om de podiumplaatsen. Tijdens de finale werd niet strategisch gevlogen maar meteen op de limiet geraced voor de eerste plaats. De nederlander Dino Joghi pakte (opnieuw) de overwinning! De winnaar van de editie van vorig jaar verlengde zijn titel als nummer één van DronePortal met een sterke reeks in de finale. Op nummer 2 kwam Bor (Gleb Shirshov), nummer 3 was Fullstick FPV (Martijn De Kemp).

DronePortal 2017 winner Dino Joghi

Een bloedstollend einde van een geweldig evenement!

Aftermovie door JaZzMaN251:

 

SaveSave

DronePortal 2017 by Drone-Racing Belgium

,

After a great edition of the DronePortal event in 2016, Drone-racing Belgium presents an even greater version of their indoor spectacle. The members of Drone-Racing Belgium aren’t just testing the waters. In the two years they are active, they gave everything they’ve got to shape the FPV drone-racing in Belgium. Their website (www.droneracingbelgium.be) offers an ideal platform to get people together, to share ideas and to organise events. At the time of writing, the counter is at 75 public events and 463 registered pilots. Because of their commitment and together with the support of the FPV-racing community, a lot of things have been accomplished including periodical trainingsessions in the parking lot of C-Mine in Genk, a wireless timing system, etc.

DronePortal 2017 logo

For this edition of Droneportal, a whopping 64 pilots from 7 different countries have travelled to Droneport in Brustem to compete against each other on a breath taking indoor track. Just like last year, a lot of attention has been paid to the racetrack, which featured worlds first computerized RGB LED-gates. More than 50 illuminated track objects, 250 meters of LEDstrips (around 15000 LEDs), 1200 meters of cable and 5 DMX-controllers were used to shape the track. The public could enjoy the races with a full view of the track and live-video feeds on big screens that were set up all around.

DronePortal 2017 badges

This time the event was held on saturday and sunday. Saturday was all about qualification. The fastest 12 pilotes were sure of a spot in the finals on sunday and got the chance in the evening to do extra practice heats on the night track. The other 4 qualified pilots were selected on sunday, where 3 extra qualifying heats were held.

After registration, handing out the pilot badges and technical inspection of the quads, a general briefing was held were the rules were clearly listed. The qualification format was easy: 4 heats of 3 minutes were pilots tried to fly as many complete laps as possible. The worst result got cancelled and the other heats were add up to an endresult. These results lead to the first 12 qualified pilots.

DronePortal 2017 public fpv screen

Throughout the day, running the heats went almost flawless. The few problems that arose were mostly due to faulty video transmitters from crashes in previous heats. The organisation provided groundstations (the receivers of the video signal) for every pilot with ClearView receivers. These receivers provide a better video signal in rough environments like indoors and were the perfect choice for this event.

Throughout the event the public and pilots could enjoy drinks and snacks. The burgers and pasta were a perfect match for this great weekend!

DronePortal 2017 snacks and drinks

DronePortal 2017 final line-up

On Sunday, the remaining pilots gathered to fight for the last 4 spots in the finals. Around noon, all 16 qualified pilots were known and the finals could take off! These heats were flown in a double elemination tournament scheme, so that one crash doesn’t mean you’re out of the tournament.
The foreign pilots apperantly didn’t travel that far for a position in the midfield. The final four contenders were from The Netherlands, Russia and Germany. During the final race there was no room for tactics. Everyone flew to the limit from start to end. Dutch pilot Dino Joghi (again) took 1st place! The winner from last years edition extended his title as the number one of DronePortal with a perfect final race! 2nd place went to Bor (Gleb Shirshov), in 3rd was Fullstick FPV (Martijn De Kemp).

DronePortal 2017 winner Dino Joghi

An exiting end of an amazing event!

Aftermovie by JaZzMan251:

SaveSave

SaveSave

SaveSave

Emax NightHawk PRO 200, entrez dans la course.

Review du Emax Nighthawk PRO 200

Nous avons reçu du super shop Belge ERC MARKET un exemplaire RTF du petit drone de course made by EMAX.

Petit moment pub pour ERC MARKET qui nous l’a quand même généreusement offert.

**** JINGLE DE DEBUT ****
Ne manquez pas d’aller découvrir le point de vente situé du côté d’Overijse à l’entrée de Bruxelles, une équipe dynamique et terriblement sympathique vous y accueillera.
Si vous habitez trop loin ou n’avez pas le temps de faire le détour par le point de vente, sachez qu’ils ont un webshop en ligne très bien fourni et remplis de nouveautés à des prix concurrentiels.. à découvrir ou redécouvrir !!!
**** JINGLE DE FIN ****

Caractéristiques techniques

Emax Nighthawk Pro 200 PNP FPV Racing Drone ready to bind comes with BetaFlight Installed .
Fpv Camera , RS2205 Race Motors, VTX, leds, and Props. A great kit for getting into the racing drone scene.Features Highlight
The Nighthawk Pro 200 PNP Racing Drone, comes installed with the latest in drone racing technology, it allows new pilots in the hobby to progressively fly like the professionals. The Nighthawk Pro 200 features a great price, amazing value, and technology compared to competitor’s products.​​​​​​

  • Race ready motors right out of the box. The RS2205 motors are the Champion’s choice for competition. Now you can get the best!
  • Modular design with the ability to switch out main components without having to solder to small connectors.
  • Full LED coverage to help gauge orientation in the brightest of days and darkest of nights.
  • Easy access port to switch off motor mount LED’s
  • Plastic molded motor guards and bottom shell for increased durability and protection of electronics in the event of a crash.
  • High quality 3k Carbon fiber mainframe for maximum structural integrity.
  • CCD Camera for high quality image through FPV.
  • Adjustable for different lighting conditions.
  • 25-200mw switchable Video Transmitter with 48 Channels of frequency.
  • Digital LED display for easy view of current channel setting.
  • Integrated Power Distribution Board (PDB) to supply regulated power for all electronic components.
  • 2mm Socket Button Head Screws are standard.
  • Adjustable camera mount to suit faster (high camera angle) or more stable (low camera angle) flights.
  • Top cover to accommodate an HD camera.

Unboxing

L’unboxing va être vite fait car il est livré dans une pochette de transport super pratique, qui le protégera parfaitement.
La pochette, descendue de l’étagère de ERC MARKET était elle même emballée dans un film plastique transparent.. mais comme on était impatient de découvrir l’engin je n’ai pas fait la première photo :p

L’écrin noir, en tissu mais relativement rigide, dans lequel se cache le NightHawk, entouré d’une fermeture éclair rouge.. aux couleurs de la marque.
 

On ouvre la fermeture éclair qui soit dit en passant respire la qualité.
On découvre le manuel d’utilisation A LIRE IMPERATIVEMENT !!! (comme tous les manuels quoi…)

Sous le manuel, on découvre un sachet dans lequel se trouve les hélices.
Des tripales jaunes… qui iront parfaitement avec le look de la bestiole… vous verrez plus loin.

On déplace le sachet délicatement… trop impatient de découvrir ce qu’il y a en dessous.
Le voilààààààà……
Sur le côté droit, emballée dans un petit sachet se trouve une antenne Emax Pagoda (la nouvelle hype).
N’oubliez pas de placer l’antenne sur la machine AVANT de brancher la lipo sinon vous risquez fortement de dire bye bye a votre émetteur vidéo.

On regarde ce qu’il y a en dessous?
Plus rien :p
Mais remarquez la large zone en mousse dense qui protégera votre petit bébé pendant les transports… Là dedans il ne craindra rien.
Située dans le couvercle, une pochette à fermeture éclair est elle aussi disponible pour y ranger quelques petits objets pas trop volumineux comme une clef allen, un câble usb ou le manuel.

En parlant de la petite pochette, voici ce qu’il y avait dedans.
Un petit sachet zip contenant le câble usb, du velcro double face et un câble de réglage pour l’OSD de la caméra.

 

Tour d’horizon

Je vous propose qu’on regarde tout ça plus en détail et en profondeur.

Dans l’ensemble il a de la gueule !

Vue de face, dans sa robe jaune il en impose même si c’est un petit format.

Vue de côté, remarquez le peu d’ouvertures. Au moins on ne devra pas passer notre temps à nettoyer après une session un peu crade. Un coup de loque suffira pour lui rendre son éclat d’origine !

La plaque du dessus de la machine, tout en carbone est lisse et douce au touché comme la peau d’un bébé.

 

Vue de l’autre côté, sous la sangle on trouve le port usb qui servira à la configuration comme on le verra un peu plus loin dans cet article.

  

Sur le dessus de l’appareil, situé vers l’avant de cette machine, derrière la caméra, se trouve une fiche de type “servo” sur laquelle viendra se connecter votre récepteur de télécommande. On y retrouve dans l’ordre standard: noir=gnd, rouge=+5v, orange=sbus/ppm.

   

Sur l’arrière de l’appareil sont situées deux plots transparents qui renferment chacun une LED RGB programmable via votre interface betaflight ou cleanflight.
Vous pourrez choisir votre couleur à l’arrière afin d’un peu le personnaliser 🙂
Entre les deux leds se trouvent des petits trous cachant un buzzer que vous pourrez assigner à un interrupteur (encore une fois dans l’interface betaflight ou cleanflight) afin de le déclencher pour le localiser… ce buzzer servira aussi à vous avertir en cas de tension batterie faible ou pour signaler un autre problème de fonctionnement de la carte de vol.
 

Également sur l’arrière de l’engin, près du passage des câbles d’alimentation avec le XT60 sur lequel on raccordera la batterie se trouve un petit capuchon rouge.
Sous ce capuchon rouge est situé le connecteur SMA de l’antenne (à ne surtout pas oublier de monter avant de brancher la batterie).
Sont aussi visibles, près du connecteur d’antenne, un petit display qui vous renseignera le canal et la bande de fréquence sur laquelle est calé votre émetteur vidéo (à gauche sur la photo) et en face de ce display se trouve un petit bouton qui permettra de paramétrer le canal ou la bande de fréquence (à droite sur la photo).
Vous pourrez ainsi facilement changer de canal pour vous accorder avec les autres pilotes lorsque vous volez à plusieurs.
L’émetteur vidéo est configuré d’origine en 25mW pour être conforme aux normes Européennes, mais vous pouvez facilement le basculer en 200mW… pour cela il vous faudra accéder à l’intérieur du drone et basculer un microswitch présent sur le côté de l’émetteur vidéo.
  

Sur le côté gauche du drone, dans la partie en plastique jaune abs, se trouve le connecteur micro usb qui permettra de le configurer sous betaflight (notez qu’il est aussi compatible cleanflight).

L’application betaflight est disponible sous le navigateur Google Chrome.

  

Vue sur les superbes, bien connus pour leur rendement et puissants moteurs EMAX RS2205 !
Grâce à ce combo de moteurs et avec les hélices 5050 bullnose vous ne manquerez pas de puissance.
En 4S ça promet d’envoyer !!!
Sous le moteur est judicieusement placé une partie plastique semi transparente qui enveloppe partiellement le moteur pour le protéger des chocs; de plus elle intègre aussi des leds qui illumineront votre multi au bout de ses 4 bras.
Petit bémol c’est le passage de câbles moteur au travers du bras en carbone. J’ai peur qu’avec le temps et les crashs le carbone ne vienne sectionner ou entailler la gaine des câble et faire court circuit ce qui entrainera une destruction de l’esc relié.
   

La caméra de type CCD est intégrée dans un boitier type HS1177 en ABS de couleur jaune pour être intégrée parfaitement au look du drone.
La caméra est placée sur un support à charnière (de couleur rouge) qui vous permettra de donner l’angle adapté à votre type de vol.
Droit devant pour la promenade, avec beaucoup d’inclinaison pour la race ou les vols agressifs.
  

On retourne la bestiole tel une tortue sur sa carapace pour analyser sa coque en abs jaune flashy.. Avec celle là, on ne risquera pas de le manquer lors d’une recherche suite à un crash; combiné au buzzer et aux leds ce sera juste impeccable !

La coque est tout à fait lisse, seules quelques ouvertures sont créées pour le refroidissement des esc, pour le port usb ou encore pour un microswitch qui permet de désactiver les leds sous les moteurs, situé sur le bras avant, près de la grille de refroidissement esc, du côté du connecteur usb.

Vous vous demandez sûrement si la coque est solide et supportera les crashs!? Elle est suffisante pour absorber les chocs, supporter les crashs standards lors des sessions,  mais ne résistera sûrement pas à un poteau en béton lors d’une session en parking :p

Le bout du bras, sous un moteur, en plastique transparent qui laisse distinguer deux leds haute luminosité qui illumineront l’appareil pour distinguer son orientation. Notez que les leds sous les moteurs ne sont pas programmables !

L’antenne fournie pour l’émetteur vidéo est une antenne de type pagoda en version 2.
A l’heure actuelle c’est ce qui se fait de mieux en terme de qualité de réception, couverture du signal, dans les antennes vidéo 5.8GHz.
L’antenne est livrée en connectique SMA.
 

Vue sur les hélices tripales 5050BN de couleur jaune transparente.
Avec ça c’est certain qu’on aura un max de pêche !

Un 200.. Du 5”.. Ça passe ? C’est juste, mais ce combo fonctionne parfaitement 🙂

 

Dans le ventre de la bête.

Pour ouvrir le ventre de la bête c’ est super facile.. Il suffit de dévisser les 6 vis au format allen: 2 situées à l’arrière sur le dessus de l’appareil près de l’émetteur vidéo et en 4 en dessous situées à l’avant sous la caméra qui permettent de libérer cette dernière et son support.. Ensuite exercez un légère pression sur la coque en plastique pour la libérer car elle est glissée de 2mm sous les supports transparents.

L’épaisseur du carbone fait environ 3.6mm ce qui assure un certaine rigidité, robustesse, tout en restant léger.

Est ce du vrai carbone? la réponse est oui… preuve avec le test à l’ohmmètre qui affiche un court circuit car le carbone est un excellent conducteur d’électricité.

Petit zoom sur la connexion du récepteur: soit vous utilisez le connecteur  fourni, soit vous pouvez utiliser les pads de l’uart3. En fait le test a l’ohmetre prouve que c’est connecté ensemble. Donc ppm/s bus sur uart3 !

   

 

 

Vue sur la platine électronique qui contient le buzzer et les deux leds programmables située à l’arrière du racer.

Le vtx est un 5.8ghz 25/200mw. Configuré d’origine en 25mw pour coller à la législation européenne, il est néanmoins débridable par glissement d’un petit microswitch situé à l’intérieur de la machine sur le côté de l’émetteur.. On l’aperçoit ici, le petit point blanc situé à droite de l’émetteur sur la photo.


Sous les moteurs sont placées des leds de signalisation. Bien que non programmables comme déjà annoncé, elles sont néanmoins bien visible pour repérer le cul-cul de la tê-tête lorsqu’on débute en vol à vue.

Vue sur les esc qui sont presque de dernière génération en blheli_s.

Les captures d’écran faites ici sont réalisées d’origine. J’ai néanmoins procédé à une mise à jour de ces derniers ainsi qu’à une mise à jour du contrôleur de vol avant le premier décollage afin de bénéficier des dernières évolutions et corrections de bugs.

Attention qu’il faudra reconfigurer totalement et aussi recalibrer votre machine après mise à jour !!

    

Quelques captures d’écran de betaflight d’origine en version ………. (programme du contrôleur de vol), application disponible sous Google Chrome, avant sa mise à jour.

Un dump, ainsi qu’un fichier backup, sont disponibles à la fin de cet article.

       

En vidéo

Malheureusement je n’aurai pas eu le temps de faire une vidéo.. Lors de son premier vol (Maiden) de test j’ai oublié de mettre en route le dvr (enregistreur) de mes lunettes et suite à un esc défectueux il s’est écrasé au bout de 20s de vol, provoquant la destruction d’un bras carbone sur la plaque unibody et révélant ainsi le point de faiblesse de celui ci.

 

Cependant j’ai pris plaisir durant ces 20s de vol vraiment douces et coulées (smooth comme dans du beurre) et vraiment bien locké (calé) sur ses axes ou lors de la négociation des virages. Je n’aurais pas eu un esc défectueux il aurait sévèrement enchaîné les batteries.

Ça arrive…

Conclusion

Bien qu’il fasse un peu jouet au premier abord, on se rend vite compte, une fois pris en main, que ce dernier est un vrai racer à part entière. Composé de carbone et d’abs, son look se distingue clairement des autres machines.. Doté de composants presque dernières génération, on a encore du temps devant sois pour continuer à surfer sur la vague “hype”.

Il faudra néanmoins quelques connaissances ou un ami doué pour ajouter, binder et configurer son récepteur de télécommande et sa télécommande. (il n’y a que 3 fils à connecter via connecteur servo et un peu de configuration à effectuer mais ça peut rebuter les débutants)

Bien équilibré et très agréable à piloter, cet appareil est aussi bien conçu pour le vol smooth comme pour la race pure !

Pas spécialement adapté pour un débutant, à moins de s’accrocher et suivre des tutos disponibles sur le Web, qui sera vite perdu dans les milliers de réglages de betaflight (bien que partiellement configuré d’origine), il ravira cependant les pilotes intermédiaires comme les expérimentés.

Attention néanmoins que lors d’un crash cet appareil comporte des points de faiblesse sur sa plaque carbone unibody comme nous avons pu malheureusement nous en apercevoir. 🙁

Photos supplémentaires

Liens utiles

Le manuel du drone

Le fichier dump de configuration d’origine

Le fichier backup de configuration d’origine

Le lien vers le produit sur le shop d’ERC MARKET

Versus Quad One, taillé pour la race

Avec la venue du Versus Quad One, les petits constructeurs de Frame ont encore, je le pense de beaux jours devant eux.

L’expérience familiale et artisanale de Versus Quad est un exemple de réussite. C’est la raison pour laquelle nous encourageons ce genre d’initiative et que nous en parlons sur le site.

Présentation

Packaging simple et efficace pour le Versus Quad One.

Versus Quad One unboxing

On a des bras en 4mm, la taille fait 210mm et le poids est de 92g.

Versus Quad One bras

Pour le montage, il faut d’abord monter la croix avec les deux plaques de renforts.

Versus Quad One montage bras

Veillez à garder un peu de jeu.

Versus Quad One montage bras 2

Il faudra monter le module avant et arrière indépendamment.

Versus Quad One cellule 1

La Runcam Eagle passe sans soucis.

Versus Quad One cellule 2

Un idée du montage à blanc. Ça permet toujours de voir dans quelle direction on va aller.

Versus Quad One montage à blanc

Un exemple à ne pas reproduire, j’avais prévu une Runcam Split mais avec la carte de vol au dessus ça ne passe pas!

Versus Quad One Runcam Split

Montage

Les composants retenus :

Frame : Versus One

Carte de vol et PDB : Armattan CL 4 Racing sous Betaflight 3.2

ESC : Littlebee Bheli 32 Summer 35A

Moteurs : X-foot 2207-2600kv

Caméra : Runcam Eagle

VTX : Immersion Tramp V2

Antenne : Menace RC Stubby

RX : FRSKY XM+

Pour le montage j’ai enregistré une vidéo, où chaque étape est détaillée.

Build Versus quad One

Build Live de la frame VersusQuad One, un petit coucou en passant 😉 matos de chez Drone FPV Racer, carte cl4 Armattan, littlebee summer 35a dshot 1200, RunCam Fpv eagle, ImmersionRC Ltd. tramp, moteurs X-Foot

Publié par Pimousse.be sur mercredi 2 août 2017

Le build fini en vue de face.

Versus Quad One vue face

Et sur le côté…

Versus Quad One vue latérale

Vidéo

Maiden dans le jardin 😉

Photos

Versus Quad One low riding

Versus Quad One vue face enghien

Versus Quad One vue latérale enghien

Conclusion

Au niveau du look, rien à redire, lors de sa première sortie le Versus One a attiré la plupart des regards des pilotes. L’alliage de carbone est standard et le temps nous dira si il est solide ou pas. Du moins pour le moment, avec quelques gamelles sur l’herbe, je n’ai rien eu comme sinistre à déclarer.

Pour le montage, je vous invite à bien réfléchir lorsque vous choisirez votre carte de vol et votre VTX.

Bons vols.

Réalisez vous même un Splitscreen pour vos courses!

Cette idée m’est venue l’année passée, lors de la course FPV à Bexbach. J’avais envie de construire pour les prochains événements un FPV Splitscreen pour suivre la course comme si j’étais un pilote.

Malheureusement, je n’ai pas pu terminer à temps mon projet pour le grand festival FPV Friedewalde. A Nördlingen, j’ai pu embarquer mon premier prototype et m’extasier devant son fonctionnement. Depuis que j’ai posté les premières photos sur Facebook, j’ai reçu pas mal de demandes, raison pour laquelle j’ai décidé d’écrire cet article.

Prenez plaisir à lire et à construire vous-même!

Qu’avons nous besoin?

Avant tout, j’ai construit le FPV Splitscreen pour mes copains de Infinity Spin, Egodrift et RAM Racer Lüneburg, vu qu’on se rendait régulièrement ensemble à des événements. Ma première idée était de monter plusieurs écrans 7 ou 10 pouces ensemble sur une plaque mais je l’ai rapidement abandonnée à cause de son coût.

Premier essai – Analogue

J’ai d’abord acheté un analog video quad splitter. Malheureusement j’ai été déçu par la qualité. Je n’avais pas pensé que convertir 4 signaux analogues en un seul signal qui serait mis à l’échelle en full HD n’était pas la meilleure façon de faire. Le résultat était flou, pixelisé, noir et blanc et inutilisable.

Seconde essai – Enregistreur FullHD CCTV 

 

En fait, j’était déjà en bonne voie de me procurer un splitter de l’industrie CCTV. Grâce à un peu d’aide de la communauté et des recherches Google, j’ai trouvé un CCTV DVR receiver bon marché appelé KKmoon. Les receivers sont disponibles avec jusqu’à 16 entrées vidéo analogiques.

J’ai décidé d’utiliser le modèle à 8 canaux mais à l’avenir je pense que j’utiliserai probablement le modèle à 16 canaux, je vous donnerai plus tard d’autres infos à ce sujet.

En utilisant la télécommande vous pouvez installer différents layouts.

  

Le récepteur peut évidemment être utilisé comme un DVR. Pour le directeur de course, c’est une fonction précieuse pour repérer plus facilement certaines anomalies comme des passages de portes manqué ou des transmetteurs vidéo perturbés et, en cas de doute, pour les prouver.

Les récepteurs vidéos

J’ai décidé d’acheter des récepteurs Eachine RC832 Boscam bon marché. Ces récepteurs nécessitent approximativement 200mA à 12 Volts et ont 48 canaux (y compris le Raceband). Le rapport qualité-prix est excellent pour cet appareil.

Les antennes

Vu que j’ai toujours plein de PCB Pagoda pour souder les antennes à la maison, j’ai opté pour des antennes Pagoda. A la course à Nördlingen j’avais obtenu une image extrêmement claire et stable de tous les 25mW.

Norbert von Fluyduino avait une image moins bonne avec ses antennes linéaires et était content d’avoir quelques Pagodas.

Les accessoires

Dans les passages suivants, je traite des accessoires qui peuvent être nécessaires pour le Splitscreen FPV

Adaptateur RCA BNC 

Vu que le KKmoon a des connecteurs BNC, on a besoin de ces adaptateurs: BNC to Chinch adapter (alternative Amazon).

Rallonge Chinch 

 

Pour pouvoir placer le récepteur un peu plus loin du moniteur, j’ai acheté plusieurs câbles chinch de 5 m et je les ai placés dans un tube en spirale.

Attention, cette opération nécessite des heures de travail et des nerfs solides 😉

Step Down

   

Pour l’alimentation en Volts du récepteur vidéo, j’ai utilisé le LM2596 voltage converter 3A (alternative Amazon). Le bon voltage devrait être obtenu en tournant et en ajustant la roue. Un écran indique l’entrée et la sortie du voltage sur demande.

Tripod

 

Un tripode Hama maintien le tout à une bonne hauteur. Ce tripode possède un crochet qui vous permet d’accrocher du poids de façon à ce qu’il ne se fasse pas renverser par le vent (comme à Nördlingen)

Impression 3D en PETG du support pour les récepteurs vidéos

 

Bien sûr, pour ce montage simple j’ai créé un réceptacle pour le récepteur et il a été imprimé en 3D dans du PETG noir.

Il peut être téléchargé ici.

Rovaflex Softbinder

Avec le Rovaflex Softbinder, j’ai monté tous les récepteurs sur la partie imprimée en 3D. Ils se trouvent dans le bas, sur un bord étroit de la pièce imprimée et sont maintenus en place grâce à deux liens souples.

Le disque dur

J’ai acheté un récepteur sans le disque dur. Malheureusement, je n’ai pas réussi à connecter mon disque dur au récepteur. J’ai formaté le disque dur en NTSF de façon à ce que le KKmoon puisse le reconnaître dans le fichier système du DVR. Donc, si vous voulez utiliser la fonction enregistrement du KKmoon et que vous voulez enregistrer tous les canaux individuellement, vous devrez utiliser le modèle avec disque dur intégré. Je vais maintenant utiliser un  enregistreur HDMI pour enregistrer entièrement le FPV Splitscreen dans un fichier (voir plus bas).

Le point d’accès Wifi

Via le point d’accès TP-link N300, vous pouvez créer votre propre réseau WLAN dans lequel vous pouvez visualiser le signal. Pour cela vous avez besoin de l’application XME-eye sur tous les clients. Le retard est très important et la qualité du signal est mauvaise. Pour moi c’est plutôt une chouette astuce car vous ne pouvez pas réellement faire une course sinon.

L’enregistrement HD 

Comme je n’ai pas pu faire tourner le disque dur interne, j’ai utilisé un HDMI recorder à la place. Il attrape le signal presque sans retard et il enregistre le signal HDMI tout entier sur un disque dur externe ou une clé USB. Je trouve que cette fonction d’enregistrement est idéale, spécialement pour les directeurs de courses des événements  FPV.

Le partage du signal du FPV Splitscreen

Pourquoi dépenser de l’argent inutilement? J’ai un HDMI splitter 5volts qui peut dupliquer le signal HDMI. Emmenez simplement votre télé et un câble HDMI au prochain event FPV et vous pourrez vous connecter à mon splitter pour autant qu’il y ait un port de libre . Vous pouvez évidemment aussi  connecter un autre splitter et étendre le signal.

Améliorations possibles – FPV Splitscreen

Diversity

Le récepteur Eachine RC832 Boscam receiver allié aux antennes Pagoda fonctionne vraiment bien. A la course de Nördlingen, j’avais toujours une super image et seulement peu de décrochages. Bien sûr, on peu améliorer tout le système en utilisant un récepteur diversity. Ceci permet de connecter  8 patch antennas supplémentaires de façon à éviter tout décrochage et à augmenter la portée.

Malheureusement la plupart des récepteurs Diversity sont chers et ça aurait augmenté le coût de mon 8 node FPV Splitscreen. mon idée maintenant c’est de construire mes propres récepteurs d’après le projet Github. C’est pourquoi, à l’avenir, je construirai probablement un PCB. Comme alternative, vous pouvez utilisez les modules diversity de chez Eachine pour retirer les mêmes bénéfices que ceux de Diversity. Pour cela je créerai aussi un PCB sur lequel les modules se fixeront.

Anti Blackscreen Mod

Un gros inconvénient est que le récepteur KKmoon donne une image noire (appelée bluescreen) quand le signal  est faible. En vol ça donne des coupure et des pertes de signals. pour éviter ça je créerai un PCB pour 8 MinimOSDs. Le signal vidéo passera par eux et sera édité.

Par exemple, le canal de chaque récepteur peut-être placé dans le coin de chaque vidéo. Je créerai la plaque OSD de façon à ce que j’ai accès complet aux MinimOSDs et que je puisse les contrôler avec un disque dur externe si nécessaire.

L’idée est de pouvoir montrer plusieurs choses interactivement, comme par exemple:

le temps réel,

la position dans la course,

vous avez d’autres idées?

Bien sûr ça dépend du fait d’avoir un API pour avoir accès aux données des chronos 😉

 

Les caméras sur les pilotes et le circuit

 

Pensons aussi aux spectateurs. Il n’y avait malheureusement aucun moniteur disponible  à Nördlingen pour les spectateurs qui auraient pu suivre la course depuis le point de vue des pilotes. Certains spectateurs sont venus dans ma tente déjà surpeuplée pour regarder la course sur mon Splitscreen. C’est pourquoi je pense maintenant à étendre le Splitscreen  par piste ou par caméra du pilote pour rendre la course encore plus excitante.

Malheureusement, j’ai acheté la version à “seulement” 8 canaux. Je pense qu’en achetant la version à 16 canaux ( ou une deuxième à 8 canaux) et en équipant la piste de caméras ou en installant une caméra devant chaque poste de pilotage qui peut être vu sur le splitscreen en-dessous de l’image FPV. comme ça, on verrait aussi les réactions des pilotes.

CONCLUSION

 

Le but de ce projet était de construire un splitscreen bon marché pour rendre les courses FPV intéressantes pour les spectateurs. A la course FPV de Nördlingen, les spectateurs étaient très contents du splitscreen que j’avais fabriqué. Nos deux tentes-abris pour l’événement étaient toujours bondées et les tentes environnantes regardaient également la course sur le Splitscreen.

Si vous fabriquez un splitscreen vous-même, je serais ravi que vous m’envoyiez des photos que je pourrais publier ici sur mon blog.

Credits: Samsung Screen Mockup Designed by Freepik

Article traduit et reproduit avec l’autorisation de Philipp Seidel

Lien de l’article original : https://blog.seidel-philipp.de/diy-fpv-splitscreen-for-racing-events/

DemonRC – Fury : Libérez la bête qui sommeille en vous !

Hello ami(e)s pilotes.
Un châssis que nous tenons à vous faire absolument découvrir: le DemonRC Fury 5X.
Une frame 5 pouces aussi polyvalente que pratique, légère mais solide, qui ne manquera pas de vous faire frissonner de plaisir !

Unboxing

Les colis de chez DemonRc arrivent toujours bien emballés, depuis la Pologne, dans une grande enveloppe à bulles.
DemonRC Fury 5X unboxing

Dans l’enveloppe, les pièces sont enfermées dans une boite en carton au logo de de la boite.
Perso les boites je les garde toutes pour ranger les petites pièces au labo.. en plus le logo est vachement sympa !
DemonRC Fury 5X box

Ouverture de la boite, tout est proprement emballé et étiqueté.
En plus… bonheur.. une petite pochette contenant du spare ! 🙂 Merci DemonRC !!!
 

Dans le paquet principal contenant le châssis, pleins de petits paquets…
Tout est vraiment super bien protégé.
 

Dans un petit paquet nous retrouvons les 4 bras.
Design atypique, ça nous change un peu des traditionnel bras style ZMR.

Dans un autre petit paquet nous retrouvons les deux côtés (pod) du châssis, ainsi que toute la visserie dans un sachet zip,

Dans le troisième petit paquet nous avons les bottom (plaques du dessous) et top plate (plaque du dessus), ainsi que des renforts pour la partie supérieure.

Au total, voici toutes les pièces qui composent ce splendide châssis:

Qu’avons nous reçu en “spare”? un bras et de la visserie supplémentaire (pratique vu les bourrins que nous sommes)
 

Tour du propriétaire

Commençons par les pièces qui composent la structure du châssis:

La plaque du dessus aussi appelée “top plate” fait 1.6mm d’épaisseur.
Les specs la donnent à 1.5mm, on est tout près !

L’une des plaques du dessous aussi appelé “bottom plate”; il y en a deux qui prennent les bras en sandwichs.
Aussi donnée à 1.5mm, on est encore une fois tout proche !

Pareil pour la deuxième plaque du dessous.

Composition du pod supérieur et visserie alu.
Notez que la visserie en aluminium anodisé bleu (grade 7075 T6) fournie en suffisance est très légère et comme déjà remarqué dans les builds précédents parfois trop légère et tendre au point de rompre lors d’un simple serrage à la main.
En revanche les entretoises aluminium noir sont d’excellente qualité… on préfère largement ces entretoises à celles en nylon bien moins résistantes 🙂

Épaisseur du carbone qui compose les parties latérales du POD.

Au niveau des bras super design, il y en a 4… encore heureux pour un QUADRIcoptère 😉

Les bras sont donnés dans les specs à 4mm, encore une fois c’est tout à fait respecté !
 

Le carbone 3K est d’excellente qualité et résistera sans mal aux vilains crashs.
Le poids réel de cette V1 est mesuré à 78,4g sans l’électronique (toute visserie incluse)

On remarque tout de suite le côté pratique de ce châssis qui accueille un support tilté pour caméra sportive d’enregistrement (une runcam HD2 se fixe parfaitement dessus).
Des emplacements pour loger votre électronique est disponible en de nombreux endroits.

Matériel utilisé pour le build

Montage

Vu que je ne trouve pas les informations présente dans le manuel de montage très explicites au niveau du montage des plaques du dessous, voici comme j’ai procédé.

J’ai placé la première plaque du dessous qui compose le sandwich avec les bras.
J’ai fait passer 4 vis alu pour maintenir l’ensemble et j’ai disposé les 4 bras.
Attention que les bras ont un sens de placement sinon les trous ne correspondent pas !!!

J’ai ensuite déposé la deuxième plaque du dessous pour terminer le sandwich et j’ai visé l’ensemble.

Les 4 vis qui se placent au centre du châssis sont un peu plus longue que celles situées sur les extérieur.
Ces 4 plus longues vissent vont maintenir les entretoises qui servent à fixer le contrôleur de vol et éventuellement l’ESC 4 en 1.

Petite astuce pour le POD.
Afin de le libérer facilement pour entretien, réparation ou nettoyage, sans démonter toute l’électronique qui est dessus, j’ai opté pour l’ajout d’un connecteur male/femelle type servo.

Autre astuce: comme mon ESC 4 en 1 cicada ne possède pas de bec 5V intégré, j’ai utilisé la sortie 5V de mon émetteur vidéo pour alimenter le contrôleur de vol.

Une astuce de plus du côté contrôleur de vol: j’ai utilisé des o-ring pour amortir les vibrations qui pourraient se transmettre à ce dernier via les entretoises nylon.
Pour un amortissement maximum, j’ai limé les premiers millimètres du filet des entretoises pour que le filet des entretoises ne vienne pas toucher le bord des trous de fixation du contrôleur de vol et j’ai pris le contrôleur en sandwich entre les o-ring.

Plus que satisfait du poids tout équipé!

Vidéo

Ce petit bébé développe un max de puissance et se révèle hyper agile et très sain dans son comportement en vol.
Je Kifffff !!!!
Notez que les PID sont ceux d’origine de BF 3.1.7 (pas encore pris le temps de faire les réglages optimum) et que je l’ai fait voler en 4S… en 5S c’est encore plus une tuerie :p

Conclusion

Ce châssis est un réel petit bijou.
Il offre un design différent tout en ayant un côté pratique.
Il est léger mais résistant grâce a un carbone d’excellente qualité et une conception bien étudiée.
Tout rentre facilement dedans sans grande prise de tête.
L’ajustage des pièce est parfait et sans bavures (certains devraient en prendre de la graine)…
On peut donner l’angle désiré à la caméra en fonction du style de vol que l’on souhaite adopter et le modifier à sa guise.

Point négatif, qui est mon appréciation personnelle, je trouve toujours ces visseries alu anodisées bien trop fragile !

Liens utiles

Le manuel de montage

Le produit sur la boutique DemonRc

DemonRC NOX5R XL – Le Build made in EU

,

DemonRC NOX5R XL – Le build made in EU ou presque…

Salut les pottos,
Aujourd’hui je vais vous présenter un autre superbe build conçu pour le racing, le low-riding ou encore le freestyle.
Sa spécificité suprême est qu’il est presque entièrement Européen !
En effet, il n’y a pas que le châssis carbone qui est fabriqué en Europe mais aussi le contrôleur de vol et la plaque de distribution d’alimentation avec régulation et filtres intégrés.

Faites la “ola” au NOX5R XL produit par DEMONRC.

Spécifications constructeur pour ce châssis

Châssis carbone de 215mm moteur à moteur.
Poids de 80g
Bras en carbone 3k de 4mm
Tout le reste du châssis est en carbone 3k de 1,5mm

Liste des composants

Pour ce build j’ai utilisé la liste de composant suivante (clickez sur les composants pour être lié avec le site d’achat):

Unboxing du châssis

Le châssis arrive dans une enveloppe matelassée qui fait le taf !
Ne craignez pas les dégâts.. tout est bien emballé comme il se doit.

Dans l’enveloppe, une boite imprimée au logo du concepteur.

On ouvre la boite par dépliage…
Un petit sac noir, fermement scellé et des auto-collants.
On aime recevoir les petits plus comme des auto-collants du matos dédié à notre passion; perso j’en colle partout sur mes box à lipos.

Dans le petit sac noir, on retrouve nos pièces carbone parfaitement usinées et un petit sachet contenant toute la visserie nécessaire.

Une vue un peu mieux rangée du matos fourni.

Tout ensemble sur la balance voici ce que ça donne.
Le constructeur renseigne 80g, ici il faudra décompter le sachet zip qui emballe la visserie et la visserie supplémentaire qui a été ajoutée… bon on y est presque.

Tour du propriétaire

J’assemble le tout et je vous présente la bestiole…

Quelques heures plus tard, naissance de la bestiole.
Cela n’a pas été sans mal car j’ai du un peu adapter, il y a quelques petites aberrations dans le design de ce châssis.. hooo pas d’inquiétudes cela se corrige très facilement ! Je reviendrais sur ces corrections un peu plus tard…
Mais, y a pas à dire, elle est aussi jolie que sur la photo officielle.

Si vous souhaitez la version avec canopy, sachez que le .stl du canopy est disponible gratuitement au téléchargement sur la page produit de la frame. Il ne vous restera qu’à l’imprimer en 3D et de la monter.

Vue de devant, la caméra (ici une runcam eagle) est maintenue de part et d’autre par une vis de chaque côté.
La caméra vient en butée sur la plaque inférieur du châssis ce qui fait qu’il y a un peu d’angle d’origine… ce n’est pas plus mal car si la caméra redescend avec les vibrations, elle ne pointera jamais vers le bas.
Avec l’angle de vision offert par la caméra eagle, pas de soucis, même avec un peu de tilt d’origine on voit clairement l’horizon devant nous.
Les vis de part et d’autre permettent de donner plus d’angle à la caméra et ainsi la faire pointer directement vers le ciel si vous avez l’envie de voler comme une bête.

Une petite vue sexy prise en côté plongé :p
L’ensemble de la frame tient par des entretoises nylon et visserie alu.
Jusqu’ici je n’ai pas encore cassé mais je craint qu’avec un choc un peu violent le châssis se disloque.
Le jour où ça arrive, je passerai les entretoises en version aluminium.

Le cul cul de la bête.

Vue sur le bout de bras profilé et sur le moteur brotherhobby 2205 2800kv… ça va hurler sévère en 5S !
L’hélice montée ici est une dalprop 4×5045.

Le sandwich électronique.
Demon core en dessous (PDB filtré avec becs) et demon soul F4 au dessus.
En dessous et au dessus de la demon soul F4, sur les 4 vis de fixation, j’ai placé des petits joints o-ring afin de filtrer les éventuelles vibrations.

Vue de l’autre côté de la PDB, de gauche à droite j’ai placé alimentation caméra (12V) , alimentation émetteur vidéo (12V), un pont entre vidéo in et vidéo out car je n’ai pas d’OSD et alimentation contrôleur de vol (5V)

Les bras étaient renseignés en carbone de 4mm, il font 4mm.
Le carbone est de bonne qualité, bien usiné.

La top plate fait 1,5mm d’épaisseur comme renseigné.

Idem pour la bottom plate..
Félicitations, données constructeur respectées ! 🙂

Le châssis fait environ 36mm de haut (de la tête de vis top plate à la tête de vis bottom plate).

Mon build pèse 337g hors LiPo.
C’est dans la bonne moyenne.

Contraintes et Modifications

Première contrainte c’est l’emplacement de la batterie si on souhaite la placer en dessous du châssis pour abaisser le centre de gravité (sur le dessus il n’y a pas de problèmes).
Sous le châssis on retrouve bien deux passages pour la sangle batterie, mais le passage est bloqué par les bras…
Si on veut le faire passer un peu plus haut, par le dessus du sandwich bottom plate/bras/middle plate, il n’y a pas eu d’ouvertures usinées.
Pour fixer la batterie en dessous, il faudra simplement glisser la sangle batterie sous la PDB (si on en a une) ou sous le contrôleur de vol si il est seul dans le châssis.
 

La visserie alu bleu a beau être super légère et du plus bel effet, elle est aussi très fragile.
Un coup de clef en trop et c’est la casse assurée ! En général, il y a une vis supplémentaire en remplacement dans le sachet donc soyez tout doux sur le serrage !
Faites attention à utiliser la bonne clef de serrage car le centre de la tête allen (où l’on place la clef) a tendance à s’arrondir très très facilement.

Sur le centre du châssis, là où l’on place l’électronique ils ont aussi placé des entretoises nylon pour solidifier un peu le châssis qui tient qu’avec des entretoises nylon.

Seulement une fois que l’on a installé son électronique les entretoises sont bien trop grande et font bomber le top plate.
Il vous faudra délicatement couper les entretoises pour ajuster la top plate bien à plat.
Une autre astuce consiste à placer à l’avant et à l’arrière du châssis 4 entretoises aluminium de 30mm en remplacement des entretoises nylon, histoire d’être bien solide, et de supprimer les 4 entretoises centrales.

Un autre désavantage de tant d’entretoises et d’une telle prise en sandwich du contrôleur de vol, c’est que les vibrations seront beaucoup plus facilement transmises au contrôleur de vol!
J’ai donc monté le contrôleur de vol sur joints o-ring afin d’atténuer les vibrations.

Vous remarquerez également en analysant la photo que j’ai placé un filtre fpv supplémentaire sur l’alimentation caméra et émetteur vidéo (c’est le truc emballé dans la gaine bleue).
En fait, bien que le PDB soit déjà filtré, j’ai une tonne de parasites dans le flux vidéo dès que j’active les moteurs.. la vidéo est inexploitable si j’augmente les gaz.
Le placement d’un filtre dans la ligne d’alimentation FPV a supprimé les parasites définitivement !

A propos de l’électronique

J’ai choisis pour ce build de tester leur contrôleur de vol F4 appelé DEMON SOUL F4.
Il s’agit d’un contrôleur de vol haute performance aux calculs ultra rapide ce qui se traduit par une superbe tenue en vol et des réactions très rapides aux diverses sollicitations.
Compatible raceflight et betaflight, vous aurez l’embarras du choix pour faire vos essais.
Perso j’ai adopté betaflight car je ne m’y retrouvais pas avec raceflight (certaines incompatibilités entre le gui disponible sous chrome et le firmware proposé) .
Ce FC au format 36 x 36mm (30,5mm x 30,5mm pour les trous de fixation) pour 2mm d’apaisseur, possède un processeur F4 dernière génération cadencé à 192MHz, un gyro MPU6000 en SPI et toutes les entrées/sorties nécessaires (3 uarts, ppm/sbus, buzzer, vbat, etc…)

Voici le schéma de câblage de ce dernier.
La sérigraphie présente de part et d’autre du contrôleur de vol facilite la mise en place.

Franchement, c’est un contrôleur de vol que je recommande, j’apprécie vraiment beaucoup ses incroyables performances en vol et cerise sur le gâteau il est moins cher que la plupart des contrôleurs de vol haut de gamme.
Ne vous fiez pas au prix, ici on est aussi dans le très haut de gamme !

J’en ai profité pour, en même temps, tester le demon core v2.3.
PDB haut de gamme (plaque de distribution de l’alimentation), cette platine électronique facilitera le câblage des alimentations de la machine.
Ce PDB intègre aussi un bec 12v (600mA) disponible à partir d’une utilisation en minimum 4S, un bec 5v (400mA) disponible à partir de 2S et des filtres sur les alimentations.
De plus il permet aussi la connexion facile d’un OSD.
Il est protégé contre l’inversion de polarité, supporte de 2S jusque 8S, est au dimensions standard 36×36 pour 4,5mm d’épaisseur, ne pèse que 7g et supporte 120A en continu (180A en pic).

Le Demon Core v2.3 est présenté dans un sachet zip antistatique.
 

Vue du dessus et des composants qui le compose, on remarque pleins de condensateurs pour le filtrage des alimentations, deux régulateurs pour le 12V et 5V et une self.

Vue de derrière. La sérigraphie est présente sur les deux faces, c’est bien pensé et super pratique !

Un poids de 8g.

Voici les mesures réelles.
La PDB fait 36mm x 47mm, les trous de montage font 30,5mm x 30,5mm.
La hauteur totale de ce PDB avec l’épaisseur des composants comprise fait 4,3mm , mais le PCB de base ne fait que 1mm !
 

 

Notez que les courant de sortie disponible sur les becs diminuent avec l’augmentation de la tension d’alimentation, référez vous au tableau dans le manuel d’utilisation pour connaitre le niveau de charge acceptable à votre tension d’utilisation.
Faites un rapide calcul de votre consommation et assurez vous qu’elle soit acceptée par les becs !

Le manuel d’utilisation du pdb est ici

Ma petite contribution

Comme je souhaitais un support runcam pour faire une vidéo à bord, j’en ai rapidement modélisé un.
Au plus simple, au mieux et 40 degrés d’inclinaison !

Le fichier .STL de ce support.

Vidéo de vol

Premier vol d’essai du NOX5R XL pour voir le comportement de cette nouvelle machine en vol…

Conclusion

J’ai été séduit par le design de ce châssis, tout comme sa légèreté et sa modularité.
Il souffre de quelques petits défauts comme une visserie aluminium un peu trop fragile, des entretoises nylon qu’il faut raboter ou le manque d’une sangle batterie, mais ces petites défauts sont vite pardonnés une fois les modifications effectuées et le châssis mis en vol.
On appréciera la possibilité de télécharger un canopy ou des supports caméras au format .stl pour l’imprimer en 3d, mais on regrettera de ne pas en avoir un canopy fourni  de base avec le châssis.
Une fois en vol c’est époustouflant! les trajectoires sont fluides et naturelles, la machine est hyper réactive aux demandes et je n’ai pas constaté de comportement étrange sur les dizaines de LiPo qu’il a déjà absorbées.

Concernant l’électronique:
Vous pouvez acheter le “DEMON SOUL F4” et le “DEMON CORE PDB” les yeux fermés, vous serez séduit par les performances de ce contrôleur de vol et de cette carte de distribution d’alimentation très haut de gamme !

BIG UP au gestionnaire de DemonRC qui est très réactif et à l’écoute de ses clients !!!
Mes quelques requêtes envoyées au travers de facebook ont eu réponse et trouvé solution immédiatement (ou du moins très rapidement car j’envoie parfois des messages hors plage horaire).

Liens utiles

Le châssis chez DemonRC

Le manuel de montage du châssis

L’accès aux différents fichiers est disponible sur le site de DemonRC (supports gopro, canopy, etc…)

Le contrôleur de vol DEMON SOUL F4

Le pdb DEMON CORE 2.3

DemonRC sur facebook