Articles

RaGG-e 3inch Titch

RaGG-e 3inch Titch

Ragg-e est une marque anglaise destiné à ceux qui demandent : solidité et personnalisation. Le Ragg-e Titch répond néanmoins à une demande du public d’avoir un appareil plus léger que le WBX5, fleuron de la marque.

Ce build est destiné à ceux qui se posaient des questions. Nous avons franchis le pas pour vous en achetant un exemplaire.

Liste du matériel

Frame : RaGG-e Titch

Moteurs : Emax 1306/4000kv

Combo ESC/F4/VTX : HGLRC XJB F428-TX20 V2 Omnibus F4 Flight Controller 28A 2-4S Blheli_S ESC 25/100/200/350mW VTX

Caméra : Runcam Micro Swift

RX : FRSKY XM+

Présentation

145mm c’est sa taille en diagonale. On est toujours sur du HDPE (Polyéthylène haute densité).

Le poids reste raisonnable avec 56g.

La première version

Je suis parti sur un kit Emax avec leur F3 Magnum mini et des moteurs 1306-4000kv de la même marque.

Désenchantement total avec les moteurs, il va falloir rallonger les câbles.

Une fois les cables rallongés, j’ai un peu du chassîs pour y placer la fiche XT30e j’ai soudé au combo.

L’idée était de placer un VTX TX25 au cul de la Micro swift. Il impossible de tilter la caméra car elle se heurte à la F3 mini magnum.

Il m’a fallu découper dans le châssis car il n’est pas possible d’y placer correctement la lyre de la caméra Runcam Micro swift.

Après 2 exemplaires foireux de la F3 mini magnum, je suis parti sur un combo HGLRC avec VTX.

Le montage va beaucoup plus vite. Déception pour mon XT30 que j’aurai voulu souder à même l’ESC 4/1. Pas de bol, il est de l’autre côté de ma découpe.

Une petite découpe pour afficher le digit du VTX et une autre pour l’antenne.

Le changement de fréquences se fait par l’OSD

Vidéo

Conclusion

Sur le dernier Ragg-e nous avions été bluffé par la place et la manière dont les choses sont pensées. Sur ce dernier on se demande avec quels typse de composants le fabricant a été pensé cette frame. Car la liste qui est détaillée sur la fiche produit, ne correspond pas.

La caméra se retrouve à notre avis fort exposée. pour le reste, il faudra penser à ventiler au mieux le vtx. Pour le changement de fréquences ce modèle permets le changement par l’OSD via le combo choisit, un must!

Bons vols!

Emax Babyhawk-R : Le test

Emax Babyhawk-R : Le test

Emax m’a toujours bluffé avec ses moteurs. ses cartes de vols un peu moins. J’ai franchi le pas d’un énième micro quad en achetant le Babyhawk-R. Je me suis à la place de utilisateur moyen découvrant une machine accessible au niveau prix mais facile à mettre en route.

Présentation correcte, la boite ne casse pas la baraque, mais moi ce qui m’intéresse c’est ce qui a dedans 😉

Par contre, je remarque qu’une version en 3p existe et que différents coloris sont possibles pour la canopy. A voir dans le temps! Pour ma part j’ai pris la version à binder directement sur ma Taranis, la BNF.

On retrouve dans le kit du Babyhawk-R :

1x Frame Emax Babyhawk-R 112MM
4x Emax RS1106 6000KV
1x Contrôleur de vol F3 Magnum F3
1x 12A BLheli_S 4 dans 1 ESC
4x EMAX AVAN Micro 2 Inch Propeller
1x Récepteur Frsky
1x 650TVL mini caméra
1x 5.8G 40CH 25 / 200mW VTX
1x Mode d’emploi en anglais pour le Babyhawk-R et ses composants
1x Mode d’emploi Foxeer micro Cam

Caractéristiques du Babyhawk-R:

  • Matériau de la frame: fibre de carbone
  • Empattement: 112mm
  • Épaisseur de bras: 3mm
  • Poids: 82g (sans batterie)

Electronique :

Contrôleur de vol & ESC: Emax F3 Magnum FC & 12A 4 en 1 ESC mini Flytower
Moteur: Emax RS1106 6000KV
Hélice: Emax Avan Micro 2 pouces à 4 pales
VTX: 5.8G 40CH 25 / 200mW VTX commutable
Cam FPV: Foxeer Micro Arrow  CCD Micro 650D

C’est là qu’on rigole un peu jaune quand on imagine qu’on te vends un truc pas très droit. Ici le VTX est penché pour suivre les courbes de la canopy. Mettre des connecteurs à hauteur, aurait été visuellement plus pro.

Réglages :

La cam

Le DWDR n’est pas activé par défaut. Laissez le mode cam en manual.

Les valeurs par défaut des voies ne sont pas bonnes, et il faut configurer tout ça dans Betaflight avant de pouvoir armer votre quad! C’est là qu’on se dit qu’un novice aura vite fait de se tirer les cheveux.

Idem pour la radio.

J’ai tenu moins de 2 min 30 avec une 3s 650mAh Tattu avec les quadripales livrés avec.

Limite déception je suis!

Pour les hélices, je compte me tourner un autre modèle moins énergivore : les Gemfan hulkie 2040-3

A la question : Je suis allergique à la micro Foxeer et je souhaite y mettre ma Runcam Sparrow, la réponse est non! Même pas en rêve cousin! Elle est trop grande de quelques mm.

Vidéo :

Le résultat de la bonne gamelle par un temps de merde, ben c’est la merde 🙂

Conclusion

Le micro Emax Babyhawk-R n’est pas un quad de débutant! Il faut pouvoir être capable de régler soi-même sa carte de vol et sa radio.

Il faudra surveiller la tower F3 mini magnum, car pour ma part, elle n’est pas fiable, j’ai du la remplacer par 2 fois sur un autre build.

Avec ma touchette à la fin du vol, le système d’alimentation n’était plus capable de délivrer la tension nécessaire à l’électronique pour fonctionner.

Les quelques minutes où j’ai pu en profiter m’ont laissé une chouette impression en vol et la prise en main est sympa.

J’attends le modèle de remplacement.

Lien utile : Emax Babyhawk-R

Moka Berserker : l'atypiquement génial.

Moka Berserker : l’atypiquement génial.

Salut les copains!

Aujourd’hui nous faisons un petit tour de l’un des derniers châssis sorti de l’imagination des atelier MOKA Frames –> le MOKA Berserker.

Un châssis au format classique (268mm moteur à moteur, soit un format 270) mais à la forme atypique qui m’a directement séduit.
Un 6” low profile qui ressemble de loin à un armattan chameleon tout en offrant beaucoup de place pour le montage de l’électronique. Wawwww !!!

Unboxing

Arrivée sans encombre en quelques jours seulement, bien au chaud emballé dans son enveloppe matelassée.
 

On arrache rapidement l’enveloppe pour voir qui s’y cache…
Un Moka berserker en kit, emballé sous vide.

Tout est proprement séparé, il n’y a pas beaucoup de pièces.. il me tarde de l’assembler.

Si vous vous demandez de quelle contrée provient ce châssis, ne cherchez plus… du Canada bien évidemment !
Ici un gros plan sur les pièces en aluminium usiné qui serviront de maintient et d’entretoises pour le corps de l’engin.
Notez quand même la délicate attention, la visserie est déjà présentée sur les pièces, nul besoin de savoir quel vis va où.


Les bras, emballés deux par deux

Une partie du pod caméra, la bottom et la top plate qui composeront le corps.
Je remarque qu’il n’y a pas une seule poussière de de carbone empaquetée avec les pièces.. tout est propre de chez propre.
MOKA ne laisse rien au hasard !

La suite du POD caméra. Ici aussi la visserie est déjà présentée sur les entretoises.

Petite pesée du colis sur la balance… à chaud et sans déballer… cela semble prometteur n’est il pas?

Tour d’horizon et Mesures

On sors toutes les pièces mises sous vide pour qu’elles respirent un peu après ce long voyage.
Je vous l’avais dit.. peu de pièces composent ce châssis, des bras que l’on pourra facilement remplacer en cas de casse, des pièces en aluminium superbement usinées. Cette frame respire la qualité !

Prise en main de la top plate qui nous dévoile le super logo MOKA Frames.
Pas un seul défaut, des découpes parfaites, aucun grain de poussière de carbone.
On peut le crier haut et fort: “propre, net et sans bavures” ça a tout son sens dans ce cas.

Prise de mesures au pied à coulisse. 1,6mm de carbone de qualité.
La mesure est répétée, le carbone est uniforme.

 

Même constat pour la bottom plate. Rien à déclarer !

Au pied à coulisse on est proche de la top plate soit presque 1,6mm

Prenons entre les doigts un renfort du pod caméra.

En carbone de 4mm d’épaisseur, il sera là pour encaisser les éventuels chocs et protéger votre caméra FPV.

Les bras de ce châssis sont en carbone de 4mm d’épaisseur.
Idéal pour des moteurs 2xxx.
En boût de bras on retrouve un trou de passage pour les câbles du moteur qui y sera fixé (qui pourra se révéler utile selon la configuration de montage choisie).


 
 

Dans les petits sachets zip on retrouve quelques entretoises et carbone usiné qui servirons à monter le pod caméra.


 

Concernant les grosses pièces en alu qui maintiendront les bras et servirons d’entretoises au corps principal, c’est relativement massif mais très léger.. voyez par vous même ! 6,5g AVEC la visserie.
Solide comme le rock 😉 il faudra vraiment le vouloir avant de plier ce châssis.

Montage

Impatient je suis.. j’ai directement commencé à assembler.
NOTE: j’ai choisis de monter ce châssis en restant fidèle au design du simplex soit les deux bras avant en bas et les deux bras arrière relevés.
Mais vous pouvez choisir de mettre les 4 bras en bas ou les 4 bras en haut.. à votre guise. l’opération est la même.
1 châssis, 3 possibilités !

Premièrement les bras qui se situerons à l’avant de la machine.
Comme il n’y a pas de plan de montage, référez vous à ces images.
Placez le bras entre la “top” ou “bottom” plate et la pièce alu.
Les 3 points de fixation de la pièce en aluminium regardent le bras.

 

Ensuite on place le deuxième bras avant et les deux bras arrières.
Comme je vous l’avais dit je souhaitais rester dans le design à la mode simplex soit les deux bras arrière plus haut que les deux bras avant.

Une autre vue, ça permet de bien voir comment placer les différents éléments.

Au centre de la bête viendront se placer les éléments électronique.
De la place il y en a plus qu’en suffisance malgré son profil très compact.

Petite vue par en dessous.
Quand on choisis de placer les bras en haut du châssis, pensez à retourner la pièce alu.. les 3 trous de fixations regardent toujours le bras en carbone.

Il est pas beau ce châssis?
Même sans le pod caméra je le kiff déjà !

Voyez le bel espace disponible à l’arrière pour un émetteur vidéo.
Placé à cet endroit il sera parfaitement ventilé et il existe même un trou de passage prévu pour un connecteur d’antenne si vous disposez d’un émetteur qui a le connecteur au bout d’une petite rallonge coaxiale.

 

Montage du POD caméra.
Commencez par assembler les pièces comme la photo ci dessous.
La plat dans le renfort carbone de 4mm sera mis vers le haut (il sert a maintenir un caméra sportive).
Placez le plat de renfort entre les entretoises et la pièce de support de votre caméra FPV.
Concernant la pièce de support de votre caméra fpv, des entailles sont présentes pour la visserie de cette dernière. Toute caméra genre HS1177, runcam swift 1/2, eagle, owl, foxeer, etc… sont compatibles.

Faites un mirroir avec les autres pièces (renfort 4mm et support caméra).
Placez aussi le système de charnière qui permettra d’incliner le POD fixé à votre châssis comme dans l’exemple ci après.
 

Vissez le tout mais pas trop fermement pour ne pas abîmer les filets, ne placez pas encore de gel type “loctite” pour empêcher qu’elles se dévissent avec les vibration car à cet instant il vous faudra encore lâcher un peu la visserie pour y placer votre caméra FPV.

Autre vue du pod pour plus de détails.

Hop… on monte le pod, à l’avant du châssis (il y a des encoches carrées étoilées prévues dans le top et bottom plate).
Le pod se fixe par prise en sandwich entre la top et bottom plate (plaque du dessus et du dessous).
Ca CLAQUE !!!! <3

Sous tous les angles

Il est tellement beau qu’on l’admire sous tous les angles…
Le POD caméra est inclinable à souhait.
Nous seulement vous pouvez incliner le pod vers le haut ou le bas, mais aussi la caméra qui se trouve dedans.. bref si vous ne trouvez pas l’angle qui vous convient on ne vous croira pas !

Vue à plat. Vivement d’y retrouver l’électronique pour un petit vol.. ou deux.. ou 3..4..5…

 

Vue de côté et de toute la place disponible.
Dites vous aussi que la caméra se trouve dans le pod donc celle ci n’utilise pas de place a l’intérieur du châssis comme sur les autres.

Tout monté et hors de son emballage il ne pèse plus que 135,5g.
On pourra encore grappiller un petit peu si on passe la visserie traditionnelle en version titane. Mais est ce bien utile?


 

Un 6 pouces qui ne manque pas de gueule !

Je vous avais prévenu… sous tous les angles j’ai dit !

Par devant.

Par dessous.

De côté.

Si j’affiche autant de photos c’est surtout pour vous aider à l’assemblage. Car même si il y a peu de pièces on héste parfois à savoir comment bien les placer.

Et BIM.. le châssis est assemblé, il ne reste qu’à judicieusement choisir l’électronique qui le fera décoller pour de longs moments de plaisir intense et soutenu.

La configuration que j’ai choisie

Pour animer cette bestiole, j’ai préféré opter pour une configuration qui a fait ses preuves, adaptée aux 6” fluide, passe partout, mais qui aura aussi des ressources disponibles si nécessaires.

Contrôleur de vol: DYS F4 pro AIO
ESC: DYS 30A 4 en 1 (qui vient s’enficher directement sous le contrôleur de vol)
Moteurs: 4x Emax RS2205 2300kv
Caméra: Runcam swift 2
Emetteur vidéo: Eachine TX526 – 5.8GHz 25/200/600mW
Récepteur radio: Frsky XSR
Barre avec 2 leds et buzzer intégré.
Antenne aomway rp-sma clover 4 leaf

Un mot, un geste.. shunt fait le reste… le voilà déjà prêt à passer sur le banc de programmation.

Note: j’ai du modifier le montage des bras arrière et les passer en versions basses (façon châssis standard) car les fils de mes moteurs n’étaient pas adaptés (trop rigides) aux trous de passage prévus pour les câbles… bref mon build était moche et comme je suis un tantinet maniaque j’ai préféré changé d’optique de montage.

En vidéo

A venir…

Conclusion

Ce châssis est non seulement beau, de qualité, très bien étudié mais aussi superbement usiné.
N’hésitez pas une seconde à passer par l’achat vous ne serrez pas déçu.
Il est propre en vol avec un comportement très sain.
Sa large place disponible pour y stocker toute l’électronique est super pratique, la possibilité de modeler ses bras selon vos envies est vraiment génial.

Si j’ai une chose à trouver pour améliorer cette bestiole, c’est probablement de chanfreiner légèrement les arrêtes du carbone (mais sur ce point il y a deux écoles et c’est discutable).

Depuis sa sortie un second pod pour caméra a été conçu et des fichiers pour l’impression 3D sont disponible gratuitement sur thingiverse.

Liens intéressants

Le châssis berserker sur la boutique MOKA Frame

Les fichiers sur thingiverse pour l’impression 3D de pièces supplémentaires

Moka Mikro - La guerre en Indoor est déclarée

Moka Mikro – La guerre en Indoor est déclarée

Introduction

Le fabricant Moka a toujours une idée cachée dans son sac. Pour l’hiver, Rida, le concepteur des frames Moka a décidé de sortir le Moka Mikro. Ça tombe bien, la salle est réservée pour nos séances d’Indoor avec les potes!

Liste du matériel

Je préfère donner de l’argent à un fabricant de frame artisanal comme Moka. En signe de reconnaissance de son boulot et pour la partie d’écoute qu’il accorde à ses clients lors de chaque phase de la conception.

Pour l’équipement la plupart des webshops en Europe se fournissant en Chine, j’ai préféré acheter mes composants là-bas directement.

Pour ce build j’ai sélectionné des éléments faciles à assembler :

Frame : Moka Mikro

Moteurs : 4 x EMAX RS1106 4500KV Micro Brushless Motor CW Thread for RC FPV Racing Drone

ESC/Carte de vol/Récepteur : Eachine Minicube Flytower 20x20mm Compatible Frsky RX F3 ESC

Caméra : RunCam Micro Sparrow WDR 700TVL 1/3 CMOS 2.1mm FOV 145 Degree 16:9 FPV Camera NTSC/PAL Switchable

VTX : FullSpeed FSD-TX200 5.8G 48CH Raceband 25/200mw Switchable Transmitter for Micro Swift Micro Swift2

Hélices : 4 Pairs Gemfan Hulkie 2040 2.0X4.0 PC 3-blade Propeller CW CCW for 0806-1105 Motor RC FPV Racing Drone

Lipo : Eachine Lizard95 FPV Racing RC Drone Spare Part 11.1V 550MAH 40/80C LiPO Battery

Montage

Le tressage des câbles moteurs est un éléments clé du build. il lui donne une  finition agréable à regarder.

Moka Micro Emax

Le combo VTX/CAM prend sa source à la Lipo directement.

Moka Micro vue haut

Moka Micro vue droite

Moka Micro vue gauche

Moka Micro gemfan hulkie

Le print 3D

Le Moka Mikro est livré d’origine avec un support pour votre caméra. Pour ma part j’ai du un peu le modifier pour pouvoir répondre à mon set-up.

Il a été réalisé en tenant compte de la hauteur du stack Cube de chez Eachine. on arrive donc à 25mm de haut.

Les entretoises sont en 2mm pour éviter de casser le support et de permettre à la Runcam Micro de passer.

Moka Micro print 3D

Attention au connecteur d’antenne du VTX, il faut bien l’incliner pour ne pas toucher. Dans la version finale, la frame a été allongée de 3mm pour palier à ce genre de soucis.

Moka Micro vtx probleme antenne

Quelques photos

Moka Micro vue latérale

Moka Micro en main

Le poids est de 84g tout mouillé.

Moka Micro poids

 

Vidéo

Conclusion

Le produit est sympa et ultralight. La salle était limite au niveau de la taille. Je vais devoir m’entraîner à piloter de manière plus chirurgicale si je veux passer dans les gates et suivre le tracé.

Après mon premier crash sur l’unique poteau au milieu de la salle j’ai effectué les modifications suivantes:

Ré-imprimer un nouveau support caméra, histoire d’avoir du spare

Acheter un pack de 5 antennes RX comme celles-ci 5PCS Eachine 2.4G Receiver Original Antenna For Minicube Compatible Frsky Flysky DSM2 DSMX Receiver

Modifier les hélices par celles-ci 10 Pairs Racerstar 2435PRO 2.4inch PC 4-blade Propeller 1.5mm Mounting Hole for RC Drone FPV Racing

Moka Mikro - La guerre en Indoor est déclarée

Ajouter un point de colle chaude sur l’antenne du VTX

Moka Mikro - La guerre en Indoor est déclarée

Récupérer le signal OSD sur le cube pour pouvoir surveiller la tension de manière visuelle, bien que le beeper intégré au cube me l’annonce aussi.

Moka Mikro - La guerre en Indoor est déclarée

Pour le reste, l’ensemble me convient. les Emax m’apportent assez de puissance (4500kv) et ne chauffent pas. A vous de voir, selon votre style pilotage, si les modèles avec plus de KV supporteront vos LIPO 3s.

Bons vols!

DJI Phantom micro – Vive la 3D!

Pour ce build de DJI Phantom micro je me suis intéressé à  un concept qui existait sur Thingiverse.

L’impression 3D a été confiée à un ami de la Gustar team.

Pour ce build, il faut avoir le soucis du détail et pouvoir souder sur de très petits composants.

Le matériel :

EMAX F3 Femto 6A Bullet BLHeli_S ESC RS1104 5250KV Motor T2345 Propeller Power System Combo

Eachine TX01 NTSC Super Mini AIO 5.8G 40CH 25MW VTX 600TVL 1/4 Cmos FPV Camera

DJI PHANTOM 95mm FPV Frame by Gophy

Montage

Le pack Femto de chez Emax me semblait être un bon compromis au niveau du prix. Pas besoin de longues sessions de surf pour trouver le matériel had hoc, tout est dans la boite.

Les ESC sont des 6A en 2S. J’ai testé sans les avoir flashé et ils supportent le 3S le temps d’une LIPO. Les moteurs en gris sans inscriptions sont parfaits et rappelle les modèles originaux. La carte SPracing EVO F3 ira se fixer sur les deux hauteurs de double face livrés avec.

Un morceau de double face permettra de fixer l’ESC à la canopy.

Le matériel est en place on va pouvoir déguster le spaghetti 🙂

Ça rentre tout juste.

Le XM+ est le plus petit récepteur en ma possession et il va se fixer à l’aide d’un double face sur la carte de vol.

Les pieds sont collés à l’aide Cyano verte.

Bien vérifier la taille de votre LIPO avant de fixer vos pieds.

Pour fermer la canopy j’ai pris des colsons vert et rouge pour rappeler les LED originelles.

Le look est sympa, on s’y croirait.

Avec les hélices Emax.

Le Velcro indispensable pour votre LIPO.

Poids sans LIPO = 66g

FPV

Pour ajouter du Fun, j’ai mis une cam AIO pour voler en immersion.

Le support a été crée pour elle. Le modèle TX01.

Il faudra par contre faire attention lorsque vous visserez car la structure est très fragile.

Quelques photos

Vidéo

 

Emax NightHawk PRO 200, entrez dans la course.

Review du Emax Nighthawk PRO 200

Nous avons reçu du super shop Belge ERC MARKET un exemplaire RTF du petit drone de course made by EMAX.

Petit moment pub pour ERC MARKET qui nous l’a quand même généreusement offert.

**** JINGLE DE DEBUT ****
Ne manquez pas d’aller découvrir le point de vente situé du côté d’Overijse à l’entrée de Bruxelles, une équipe dynamique et terriblement sympathique vous y accueillera.
Si vous habitez trop loin ou n’avez pas le temps de faire le détour par le point de vente, sachez qu’ils ont un webshop en ligne très bien fourni et remplis de nouveautés à des prix concurrentiels.. à découvrir ou redécouvrir !!!
**** JINGLE DE FIN ****

Caractéristiques techniques

Emax Nighthawk Pro 200 PNP FPV Racing Drone ready to bind comes with BetaFlight Installed .
Fpv Camera , RS2205 Race Motors, VTX, leds, and Props. A great kit for getting into the racing drone scene.Features Highlight
The Nighthawk Pro 200 PNP Racing Drone, comes installed with the latest in drone racing technology, it allows new pilots in the hobby to progressively fly like the professionals. The Nighthawk Pro 200 features a great price, amazing value, and technology compared to competitor’s products.​​​​​​

  • Race ready motors right out of the box. The RS2205 motors are the Champion’s choice for competition. Now you can get the best!
  • Modular design with the ability to switch out main components without having to solder to small connectors.
  • Full LED coverage to help gauge orientation in the brightest of days and darkest of nights.
  • Easy access port to switch off motor mount LED’s
  • Plastic molded motor guards and bottom shell for increased durability and protection of electronics in the event of a crash.
  • High quality 3k Carbon fiber mainframe for maximum structural integrity.
  • CCD Camera for high quality image through FPV.
  • Adjustable for different lighting conditions.
  • 25-200mw switchable Video Transmitter with 48 Channels of frequency.
  • Digital LED display for easy view of current channel setting.
  • Integrated Power Distribution Board (PDB) to supply regulated power for all electronic components.
  • 2mm Socket Button Head Screws are standard.
  • Adjustable camera mount to suit faster (high camera angle) or more stable (low camera angle) flights.
  • Top cover to accommodate an HD camera.

Unboxing

L’unboxing va être vite fait car il est livré dans une pochette de transport super pratique, qui le protégera parfaitement.
La pochette, descendue de l’étagère de ERC MARKET était elle même emballée dans un film plastique transparent.. mais comme on était impatient de découvrir l’engin je n’ai pas fait la première photo :p

L’écrin noir, en tissu mais relativement rigide, dans lequel se cache le NightHawk, entouré d’une fermeture éclair rouge.. aux couleurs de la marque.
 

On ouvre la fermeture éclair qui soit dit en passant respire la qualité.
On découvre le manuel d’utilisation A LIRE IMPERATIVEMENT !!! (comme tous les manuels quoi…)

Sous le manuel, on découvre un sachet dans lequel se trouve les hélices.
Des tripales jaunes… qui iront parfaitement avec le look de la bestiole… vous verrez plus loin.

On déplace le sachet délicatement… trop impatient de découvrir ce qu’il y a en dessous.
Le voilààààààà……
Sur le côté droit, emballée dans un petit sachet se trouve une antenne Emax Pagoda (la nouvelle hype).
N’oubliez pas de placer l’antenne sur la machine AVANT de brancher la lipo sinon vous risquez fortement de dire bye bye a votre émetteur vidéo.

On regarde ce qu’il y a en dessous?
Plus rien :p
Mais remarquez la large zone en mousse dense qui protégera votre petit bébé pendant les transports… Là dedans il ne craindra rien.
Située dans le couvercle, une pochette à fermeture éclair est elle aussi disponible pour y ranger quelques petits objets pas trop volumineux comme une clef allen, un câble usb ou le manuel.

En parlant de la petite pochette, voici ce qu’il y avait dedans.
Un petit sachet zip contenant le câble usb, du velcro double face et un câble de réglage pour l’OSD de la caméra.

 

Tour d’horizon

Je vous propose qu’on regarde tout ça plus en détail et en profondeur.

Dans l’ensemble il a de la gueule !

Vue de face, dans sa robe jaune il en impose même si c’est un petit format.

Vue de côté, remarquez le peu d’ouvertures. Au moins on ne devra pas passer notre temps à nettoyer après une session un peu crade. Un coup de loque suffira pour lui rendre son éclat d’origine !

La plaque du dessus de la machine, tout en carbone est lisse et douce au touché comme la peau d’un bébé.

 

Vue de l’autre côté, sous la sangle on trouve le port usb qui servira à la configuration comme on le verra un peu plus loin dans cet article.

  

Sur le dessus de l’appareil, situé vers l’avant de cette machine, derrière la caméra, se trouve une fiche de type “servo” sur laquelle viendra se connecter votre récepteur de télécommande. On y retrouve dans l’ordre standard: noir=gnd, rouge=+5v, orange=sbus/ppm.

   

Sur l’arrière de l’appareil sont situées deux plots transparents qui renferment chacun une LED RGB programmable via votre interface betaflight ou cleanflight.
Vous pourrez choisir votre couleur à l’arrière afin d’un peu le personnaliser 🙂
Entre les deux leds se trouvent des petits trous cachant un buzzer que vous pourrez assigner à un interrupteur (encore une fois dans l’interface betaflight ou cleanflight) afin de le déclencher pour le localiser… ce buzzer servira aussi à vous avertir en cas de tension batterie faible ou pour signaler un autre problème de fonctionnement de la carte de vol.
 

Également sur l’arrière de l’engin, près du passage des câbles d’alimentation avec le XT60 sur lequel on raccordera la batterie se trouve un petit capuchon rouge.
Sous ce capuchon rouge est situé le connecteur SMA de l’antenne (à ne surtout pas oublier de monter avant de brancher la batterie).
Sont aussi visibles, près du connecteur d’antenne, un petit display qui vous renseignera le canal et la bande de fréquence sur laquelle est calé votre émetteur vidéo (à gauche sur la photo) et en face de ce display se trouve un petit bouton qui permettra de paramétrer le canal ou la bande de fréquence (à droite sur la photo).
Vous pourrez ainsi facilement changer de canal pour vous accorder avec les autres pilotes lorsque vous volez à plusieurs.
L’émetteur vidéo est configuré d’origine en 25mW pour être conforme aux normes Européennes, mais vous pouvez facilement le basculer en 200mW… pour cela il vous faudra accéder à l’intérieur du drone et basculer un microswitch présent sur le côté de l’émetteur vidéo.
  

Sur le côté gauche du drone, dans la partie en plastique jaune abs, se trouve le connecteur micro usb qui permettra de le configurer sous betaflight (notez qu’il est aussi compatible cleanflight).

L’application betaflight est disponible sous le navigateur Google Chrome.

  

Vue sur les superbes, bien connus pour leur rendement et puissants moteurs EMAX RS2205 !
Grâce à ce combo de moteurs et avec les hélices 5050 bullnose vous ne manquerez pas de puissance.
En 4S ça promet d’envoyer !!!
Sous le moteur est judicieusement placé une partie plastique semi transparente qui enveloppe partiellement le moteur pour le protéger des chocs; de plus elle intègre aussi des leds qui illumineront votre multi au bout de ses 4 bras.
Petit bémol c’est le passage de câbles moteur au travers du bras en carbone. J’ai peur qu’avec le temps et les crashs le carbone ne vienne sectionner ou entailler la gaine des câble et faire court circuit ce qui entrainera une destruction de l’esc relié.
   

La caméra de type CCD est intégrée dans un boitier type HS1177 en ABS de couleur jaune pour être intégrée parfaitement au look du drone.
La caméra est placée sur un support à charnière (de couleur rouge) qui vous permettra de donner l’angle adapté à votre type de vol.
Droit devant pour la promenade, avec beaucoup d’inclinaison pour la race ou les vols agressifs.
  

On retourne la bestiole tel une tortue sur sa carapace pour analyser sa coque en abs jaune flashy.. Avec celle là, on ne risquera pas de le manquer lors d’une recherche suite à un crash; combiné au buzzer et aux leds ce sera juste impeccable !

La coque est tout à fait lisse, seules quelques ouvertures sont créées pour le refroidissement des esc, pour le port usb ou encore pour un microswitch qui permet de désactiver les leds sous les moteurs, situé sur le bras avant, près de la grille de refroidissement esc, du côté du connecteur usb.

Vous vous demandez sûrement si la coque est solide et supportera les crashs!? Elle est suffisante pour absorber les chocs, supporter les crashs standards lors des sessions,  mais ne résistera sûrement pas à un poteau en béton lors d’une session en parking :p

Le bout du bras, sous un moteur, en plastique transparent qui laisse distinguer deux leds haute luminosité qui illumineront l’appareil pour distinguer son orientation. Notez que les leds sous les moteurs ne sont pas programmables !

L’antenne fournie pour l’émetteur vidéo est une antenne de type pagoda en version 2.
A l’heure actuelle c’est ce qui se fait de mieux en terme de qualité de réception, couverture du signal, dans les antennes vidéo 5.8GHz.
L’antenne est livrée en connectique SMA.
 

Vue sur les hélices tripales 5050BN de couleur jaune transparente.
Avec ça c’est certain qu’on aura un max de pêche !

Un 200.. Du 5”.. Ça passe ? C’est juste, mais ce combo fonctionne parfaitement 🙂

 

Dans le ventre de la bête.

Pour ouvrir le ventre de la bête c’ est super facile.. Il suffit de dévisser les 6 vis au format allen: 2 situées à l’arrière sur le dessus de l’appareil près de l’émetteur vidéo et en 4 en dessous situées à l’avant sous la caméra qui permettent de libérer cette dernière et son support.. Ensuite exercez un légère pression sur la coque en plastique pour la libérer car elle est glissée de 2mm sous les supports transparents.

L’épaisseur du carbone fait environ 3.6mm ce qui assure un certaine rigidité, robustesse, tout en restant léger.

Est ce du vrai carbone? la réponse est oui… preuve avec le test à l’ohmmètre qui affiche un court circuit car le carbone est un excellent conducteur d’électricité.

Petit zoom sur la connexion du récepteur: soit vous utilisez le connecteur  fourni, soit vous pouvez utiliser les pads de l’uart3. En fait le test a l’ohmetre prouve que c’est connecté ensemble. Donc ppm/s bus sur uart3 !

   

 

 

Vue sur la platine électronique qui contient le buzzer et les deux leds programmables située à l’arrière du racer.

Le vtx est un 5.8ghz 25/200mw. Configuré d’origine en 25mw pour coller à la législation européenne, il est néanmoins débridable par glissement d’un petit microswitch situé à l’intérieur de la machine sur le côté de l’émetteur.. On l’aperçoit ici, le petit point blanc situé à droite de l’émetteur sur la photo.


Sous les moteurs sont placées des leds de signalisation. Bien que non programmables comme déjà annoncé, elles sont néanmoins bien visible pour repérer le cul-cul de la tê-tête lorsqu’on débute en vol à vue.

Vue sur les esc qui sont presque de dernière génération en blheli_s.

Les captures d’écran faites ici sont réalisées d’origine. J’ai néanmoins procédé à une mise à jour de ces derniers ainsi qu’à une mise à jour du contrôleur de vol avant le premier décollage afin de bénéficier des dernières évolutions et corrections de bugs.

Attention qu’il faudra reconfigurer totalement et aussi recalibrer votre machine après mise à jour !!

    

Quelques captures d’écran de betaflight d’origine en version ………. (programme du contrôleur de vol), application disponible sous Google Chrome, avant sa mise à jour.

Un dump, ainsi qu’un fichier backup, sont disponibles à la fin de cet article.

       

En vidéo

Malheureusement je n’aurai pas eu le temps de faire une vidéo.. Lors de son premier vol (Maiden) de test j’ai oublié de mettre en route le dvr (enregistreur) de mes lunettes et suite à un esc défectueux il s’est écrasé au bout de 20s de vol, provoquant la destruction d’un bras carbone sur la plaque unibody et révélant ainsi le point de faiblesse de celui ci.

 

Cependant j’ai pris plaisir durant ces 20s de vol vraiment douces et coulées (smooth comme dans du beurre) et vraiment bien locké (calé) sur ses axes ou lors de la négociation des virages. Je n’aurais pas eu un esc défectueux il aurait sévèrement enchaîné les batteries.

Ça arrive…

Conclusion

Bien qu’il fasse un peu jouet au premier abord, on se rend vite compte, une fois pris en main, que ce dernier est un vrai racer à part entière. Composé de carbone et d’abs, son look se distingue clairement des autres machines.. Doté de composants presque dernières génération, on a encore du temps devant sois pour continuer à surfer sur la vague “hype”.

Il faudra néanmoins quelques connaissances ou un ami doué pour ajouter, binder et configurer son récepteur de télécommande et sa télécommande. (il n’y a que 3 fils à connecter via connecteur servo et un peu de configuration à effectuer mais ça peut rebuter les débutants)

Bien équilibré et très agréable à piloter, cet appareil est aussi bien conçu pour le vol smooth comme pour la race pure !

Pas spécialement adapté pour un débutant, à moins de s’accrocher et suivre des tutos disponibles sur le Web, qui sera vite perdu dans les milliers de réglages de betaflight (bien que partiellement configuré d’origine), il ravira cependant les pilotes intermédiaires comme les expérimentés.

Attention néanmoins que lors d’un crash cet appareil comporte des points de faiblesse sur sa plaque carbone unibody comme nous avons pu malheureusement nous en apercevoir. 🙁

Photos supplémentaires

Liens utiles

Le manuel du drone

Le fichier dump de configuration d’origine

Le fichier backup de configuration d’origine

Le lien vers le produit sur le shop d’ERC MARKET

Ragg-e Wbx5. Prêt pour l'URBEX!

Ragg-e Wbx5. Prêt pour l’URBEX!

Introduction au Ragg-e WBX5:

Qui n’a jamais rêvé d’un châssis qui supporterait les moindres chocs, un sérieux plus lors des séances d’exploration URBEX avec nos quads.

Et bien on peut dire que grâce au fabricant Ragg-e, c’est désormais une autre approche qui est proposée pour le FPV freestyle.

Le châssis Ragg-e Wbx5 est un pod directement réalisé en PEHD. En polyéthylène haute densité fraisé dans la masse. Il fait 152g à nu.

Il fait 205 mm de diagonale et peut recevoir des hélices en 5 pouces.

Listing des composants :

Frame : Ragg-e WBX5

Carte de vol : Betaflight F3

Moteurs :  Emax RS2306 2400kv

ESC : Littlebee Spring 40A

VTX : IRC tramp

Caméra : Runcam Swift 2

Accessoires : Buzzer 5v  LED Lumenier programmable

Le montage:

La notice sur le site du fabricant est assez explicite.

Les Emax en blanc se fondent à merveille dans les inserts. Vous trouverez le test des moteurs ici http://www.miniquadtestbench.com/emax-rs2306-2400kv.html

Il vous faudra du M3x4 et de la Loctite bleue pour fixer les moteurs au châssis.

Le montage se passe à l’envers, les ESC la PDB prennent place en dessous des bras.

Il faut bien visualiser la manière dont vous aller monter vos composants avant de couper dans tous les câbles.

Comme les ESC seront des 40A, la section est plus importante et de ce fait, il faudra penser à agrandir les passages de câbles dans la trappe inférieure.

Veillez à glisser vos câbles de commandes d’ESC en dessous du câble roue ou du câble noir. Vous éviterez ma mésaventure de câble blessé par la longue vis qui viendra se glisser pour fixer la trappe inférieure.

Comme mentionné plus haut, il faudra agrandir les trous pour les câbles.

Dans cette configuration, j’ai préféré faire sortir directement le câble d’alimentation en bas.

Il ne faudra pas oublier de placer son strap Lipo avant de visser le couvercle du bas.

On peut s’attaquer à la carte de vol, en préparant son câblage.

La F3 Betaflight

Vous pourrez encore rajouter un buzzer ou des LED.

Le tramp se fixe au colson à la top plate. Le connecteur d’antenne est fixé à l’extrémité du châssis. Ce dernier peut aussi se mettre à l’intérieur et dans l’idée on ne ferait ressortir que la tige et la coupole de l’antenne, à vous de voir ce que vous préférez.

ou

Il faudra dégager un peu au dessus du tramp pour le laisser respirer.

ou

 

Vue intérieure canopy avec la Swift 2 et le senseur du Tramp.

On peut envisager sans soucis de venir avec fixer avec un strap, une caméra de type Runcam 3 ou Gopro Session.

Petit rajout des LED programmables.

Mise au frais du VTX

Sur la balance, rien ne vas plus !

Vidéo :

Le premier vol inaugural.

Le Zero stab Crew en Ragg-e.

Conclusion :

Le Ragg-e WBX5 est une frame facile à monter. Elle apparaît comme étant solide et devra dans ce cas ci encore le démontrer lors de séances de vols en URBEX. Pour les plus avertis, vous aurez remarqué ma bourde lors du montage et finalisation de la carte de vol. Je l’avais mise à l’envers par rapport au sens de vol. J’ai du faire un 180° dans le logiciel Betaflight et un remappage des moteurs.

Les moteurs m’ont réellement impressionnés. Ils ont pas mal de poussée et la consommation reste maîtrisée. A voir aussi sur la longueur dans le temps, vu les nombreux retours sur des aimants décollés avec cette série RS chez EMAX.

La carte de vol est franchement très agréable à travailler. Avec le XM+, le RSSI est récupéré par la voie 16 et apparaît en haut de votre OSD. Au top!

Seul point négatif de la carte, ce sont les soudures qui ne tiennent pas sur tous les GND et les -. Un problème connu qui n’est pas encore résolu. Pour pouvoir souder il vous faudra passer un sur autre mélange de soudure.

Bons vols!