Articles

Imprimer en 3D sans prise de tête avec une I3

Avec nos hobbies, que ce soit le multicoptère ou les voilures fixes, nous rencontrons souvent le besoin de modifier nos machines, soit pour les renforcer, les améliorer et simplement les mettre à notre goût.

Ayant créé plusieurs châssis de racer, j’ai très vite adopté l’impression 3D. Ne trouvant pas facilement à l’époque de machines autre que l’excellente prusa I3, je me suis décidé d’en monter une moi-même avec différentes pièces venant d’un peu partout, aussi bien d’Europe que de Chine.

Ensuite j’ai testé un peu de tout dont une Anycubic Kossel, qui n’est pas une imprimante cartésienne comme les Prusa mais delta. J’ai vraiment été impressionné par la qualité de la machine et de son impression, par contre c’est de nouveau un kit qui prend du temps à assembler et à régler.

Après plusieurs demandes d’amis facebook sur le choix d’une imprimante facile et pas chère j’ai voulu testé l’Anycubic I3 Mega pour savoir quoi leur conseiller. J’étais tellement satisfait de la Kossel du même fabriquant que j’ai fait rapidement le pas. En plus avec les promos du pré Black Friday ça valait vraiment la peine.
Elle a été livrée en moins de 10 jours.

Qu’est-ce qu’il y a dans la boîte ?

L’emballage est solide et tous les éléments sont bien protégés dans de la mousse.

A l’ouverture on trouve une grosse boîte noire qui est en fait la base de l’imprimante et son cœur, toute l’électronique s’y trouve ainsi qu’un bel écran couleur et tactile. On y voit aussi les câbles et les outils.

Au deuxième étage, on y retrouve la partie verticale de l’imprimante ainsi qu’une bobine de filament PLA noir.

Le kit est extrêmement complet, câble usb, câble d’alimentation, pince, clés, tournevis, support pour le filament, spatule, une tête (hotend) complète en plus, etc.

L’assemblage des deux partie ne prend que 2 minutes, il n’y a que quelques vis à mettre et 3 connecteurs à brancher.
Ça m’a pris plus de temps à retirer la protection qu’ils avaient mis sur le plexiglas du porte filament qu’à monter la machine.

Pensez à utiliser les gants fournis pour éviter de vous graisser les mains avec les axes.

Elle fait son poids, on sent que le châssis est robuste (il est en acier) et qu’il ne bougera pas dans le temps.

 

Et ça imprime bien ?

Premier allumage, waow joli l’écran ! Petite animation au démarrage de la machine. J’insère la carte SD fournie, fais un préchauffage de la machine, insère le filament et lance l’impression du fichier présent sur la SD, après avoir fait un calibrage manuel du plateau (réalisé en 1 min).

Première impression au top, je suis surpris, je ne m’attendais pas à cette qualité sortie de boîte pour une machine à ce prix. Je la trouve bien meilleure que mon ancienne Wanhao à presque 1000€ ou mon XYZ…

Rapide paramétrage sur le pc et je lance une petite impression de calibration (le cali cat, vu que ma compagne aime les chats, j’ai pensé à elle). De nouveau impressionné, l’impression est propre et régulière. Depuis j’ai lancé plusieurs impressions pour améliorer mes ailes et aucune pièce sortie de cette machine m’a déçu.

Et quoi ?

Ben je la conseille ! De plus on trouve, sur facebook et sur des forums, des groupes d’entraide sur cette machine. Les retours sont positifs là aussi, en plus ils proposent des upgrades pour encore l’améliorer.

En parlant d’amélioration, je pense modifier les ventilateurs de la machine pour les remplacer par des silencieux pour pc. Facile et pas cher. Je l’ai déjà fait sur d’autres machines et le gain est impressionnant.

Je ne lui vois aucun défaut dans l’immédiat après plusieurs impressions, donc je ne lui changerai rien d’autre.  J’ai toujours été adepte de la tête d’impression E3D V6 originale (pas une copie chinoise), je la mettais toujours sur mes prusa, mais pour le moment celle fournie est vraiment très bonne, pas certain que la E3D changera beaucoup la qualité.

C’est la version 2 de cette imprimante, la première avait un autre plateau qui nécessitait de mettre de la laque, colle ou autre technique pour faire adhérer lors de l’impression, ici le plateau à un traitement spéciale qui permet aux pièces de tenir lors du print.

Elle possède aussi un capteur de détection du filament, ça vous servira lorsque la bobine est vide, l’imprimante se mettra en pause. En cas de panne d’électricité, il est aussi également possible de relancer l’impression là où elle s’est arrêtée (il faut ajouter la commande G5 dans le GCode). Un autre gros plus de cette V2, c’est quelle possède 2 fin de course sur l’axe Z, ce qui permet d’avoir l’axe X bien horizontal. Par contre la version 1 avait un capteur pour calibrer le plateau automatiquement. Perso je fais mes calibrations avec une feuille de papier, c’est rapide et ça va très bien, donc ça ne me dérange pas.

Donc voilà, je suis comblé avec cette imprimante et je la conseille vivement à qui veut se lancer dans l’impression 3D sans passer par la case assemblage et réglage.

Voici quelques vidéos du fabricant qui pourront vous aidez à voir la machine sous différents angles, attention la première montre la version 1.

Voici la méthode pour calibrer le plateau

Ce que j’ai aimé

  • Le prix
  • La qualité de l’impression
  • Le revêtement du plateau
  • Le capteur de fin de filament
  • Le montage en 5 minutes
  • La qualité de l’imprimante
  • L’écran couleur et tactile, ça en jette
  • Les 2 fins de course en Z

Ce que j’ai pas aimé

  • Rien après plusieurs heures d’impression. Peut-être le bruit des ventilateurs, mais je chipote …

On trouve ça où ?

 

HOOT 3D VR camera: Entrez dans la 3e dimension.

HOOT 3D VR camera, de la 3D à portée de main.

Hello tout le monde,

Pour un peu changer des tests de matériel RC, je vous propose aujourd’hui un petit tour d’une caméra sportive un peu particulière: la HOOT 3D VR camera.
Une caméra simplement géniale qui ajoutera enfin une 3ème dimension à vos films.
Entrez dans l’ère de l’imagerie 3D avec cette petite caméra sportive peu encombrante et terriblement efficace.

Notez que pour pouvoir utiliser a pleine puissance le rendu des images, vous devez posséder un périphérique capable de lire les vidéos ou photos “side by side”. Un smartphone dans un cardboard avec le programme ad-hoc, des lunettes de réalité virtuelle ou un écran avec ses lunettes de rendu 3D feront parfaitement l’affaire !

Caractéristiques technique

Capteurs: 2x CMOS
Nombre de pixels: 2M
Angle de vue (FOV): 160 degrés (F2.8)
Format vidéo: MP4
Résolution vidéo: 1080P (1920 x 1080)
Microphone intégré
Nombres d’images: 30 fps
Format photo: JPG
Rendu 3D: side by side
Type de mémoire: interne
Taille de mémoire: 64Gb (58Gb utilisables)
Mode de connection, réglages et contrôle via Wifi (app “HOOT camera” sur Google Play
Batterie intégrée Li-Ion de 1200mAh
Moyen de recharge: USB
Résistance à l’eau: IP67
Possibilité de shooter en 2D ou 3D

Unboxing

Comme à chaque review, on passe par une phase déballage du produit.
Emballée dans son sac poubelle traditionnel, rien ne laisse transparaitre qu’une super caméra se trouve à l’intérieur.

Arrachage comme il se doit, on constate qu’elle est emballée de manière standard dans la feuille de mousse qu’on a maintenant l’habitude de retrouver.
 

On pèle le fruit, pour trouver un sac plastique supplémentaire qui recouvre la boite.
Quelques auto-collants nous ont été livrés avec 🙂 chic, lors des prochains events il va y avoir du collage un peu partout :p
 

On découvre une boite rectangulaire qui ne laisse plus de doute sur ce qui est contenu à l’intérieur.

On ouvre la boite comme un tirroir en tirant sur la lichette qui dépasse.

A l’ouverture de la boite on retrouve directement le manuel d’utilisation à lire impérativement!

Sous le manuel sont dissimulés: la caméra proprement emballée dans un petit sachet tout doux, le câble USB de rechargement et un adaptateur pour fixer votre caméra sur les supports type gopro.
 

Tour d’horizon

La caméra vue de devant en contre plongée, sur le dessus un simple bouton, qui sera entouré d’un halo lumineux renseignant l’état de fonctionnement, permet d’allumer la caméra et de déclencher/arrêter l’enregistrement.
Devant, le double objectif permettant de filmer en 3D protégé par une vitre (sur laquelle est aposée un plastique de protection à retirer avant utilisation).
La caméra est enrobée d’une très fine couche de plastique caoutchoutée au touché de velours.
Elle est disponible dans les coloris blanc ou noir.

Sur les côtés des grips en caoutchouc.

L’autre côté avec l’autre grip en caoutchouc.

A l’arrière on retrouve le port usb qui servira à la recharge et à télécharger les films et photos présents dans la mémoire interne.
Le port usb est protégé par une protection en caoutchouc qui vient s’enficher dans le trou pour étanchéifier.
 

Posée sur le dos, telle une tortue, on découvre le pas de vis qui permettra de la fixer sur différents supports ou utiliser l’adaptateur fourni avec.
Le pas de vis est standard aux accessoires photos en 1/4 de pouce.
On retrouve aussi un cercle en caoutchouc qui empêchera le glissement sur certains accesoires.
 

Vue sur l’adaptateur 1/4 de pouce vers accessoire type gopro.

Le câble Usb fourni qui sert à recharger la caméra ou télécharger la mémoire de la caméra

Plus en détails

Taille:

Renseignée à 93 x 77 x 46mm dans sa fiche technique, voyons si c’est réel?
Nous avons mesurés +-92.6mm x 73.9mm x 45.2mm soit légèrement plus petite que les renseignements.. on ne va pas se plaindre :p

 

La distance inter-caméra pour le rendu 3D est mesuré à 42mm

Poids:

Le poids est donné à 171g dans la fiche technique.. c’est respecté et convenable d’autant que tout est intégré.

Mise en route de la caméra:

On appuie 1 seconde sur le seul bouton présent sur la caméra (au dessus) et elle démarre.

Le bouton s’illumine alors d’un halo lumineux pulsé de couleur rouge durant environ 9 secondes avant de passer au vert fixe pour dire que la caméra est prête à être utilisée.
 
Un nouvel appui, bref cette fois, sur le bouton déclenche l’enregistrement vidéo 3D, le bouton s’entoure alors d’un halo vert pulsé.
Un nouvel appui bref sur le bouton arrête l’enregistrement et le halo lumineux repasse au vert fixe.
Alors qu’un appui long (2 secondes) sur le bouton provoquera la mise à l’arrêt complet de la caméra.

Utilisation de l’app android:

Pour vous donner une petite idée de ce qu’il y a moyen de faire et régler avec l’application android que vous pourrez télécharger gratuitement via le playstore (cherchez “HOOT CAMERA INTERNATIONAL”), voici quelques captures d’écran qui parlent d’elles mêmes…
Lorsque vous démarrez la caméra, le wifi de celle ci démarre en même temps.. impossible de le désactiver (note à savoir)… il suffira d’y appairer votre smartphone et c’est parti (le code d’appairage est 66666666).

Le mode vidéo par défaut qui nous donne le choix de filmer en 2D ou 3D ou le mode photo qui permet les photos en 2D et 3D.
 

Les différents menus de réglage.
Par défaut la ligne “Filigrane temporel” est cochée ce qui vous sur-imprime en haut à gauche la date et l’heure dans l’image de la vidéo.
  

Le mode scène de la caméra (jour ou nuit) et le réglage d’arrêt automatique
 

En mode lecture de la mémoire, le halo autour du bouton de la caméra devient bleu.
 

Le wifi:

La tâche n’est pas aisée tant l’environnement du labo est perturbé par une tonne de signaux wifi parasites mais il semble que la caméra ouvre son accès wifi sur le canal 6.

Qualité du waterproof:
Comme on le sait, waterproof en chine n’est pas spécialement waterproof en Europe.
La caméra est annoncée IP67 ce qui veut dire que la caméra est protégée de la poussière et est capable de subir une immersion dans un niveau d’eau d’eau compris en 15cm et 1m de profondeur pendant 30min.
Est ce vrai?

Hé ben malheureusement NON !
Oui elle est protégée de la poussière mais loin d’être étanche… un tour dans le toboggan, une immersion de 2 secondes dans l’eau (la profondeur du bassin était de 80cm et je tenais la caméra en main le plus haut possible) a quand même fait rentrer de l’eau derrière le carreau.
 

Heureusement, étant en vacances dans un superbe endroit chaud et ensoleillé, j’ai mis la caméra à sécher au soleil…
Au bout de quelques dizaines de minutes placée dans tous les sens l’eau infiltrée a fini par disparaître, mais un des caoutchouc grip présent sur le côté s’est décollé avec la chaleur…

Photos

Photo en 2D et ses détails.

  

 

Photo en 3D et ses détails.

     

 

Vidéo

En 3D:

Pour vous donner une idée sur les fichiers enregistrer et la qualité, voici deux captures d’écran des propriété des fichiers vidéo “side-by-side” (3D) produits.
Comptez environ 2Mb la seconde d’enregistrement; soit environ 120Mb la minute.
Un fichiers vidéo n’est pas spécialement continu, il est découpé toutes les 15 minutes.


en 2D:

c’est kif-kif mais il n’y a qu’une seule image en full HD 30fps, l’écran full HD n’est pas partagé par les images générées par les deux caméras.

Conclusion

Si vous voulez rajouter de la profondeur (réellement) à vos photos et vidéos, si vous souhaiter aborder l’imagerie 3D tout en douceur, cette caméra est faite pour vous !
On oubliera le fait qu’elle est annoncée waterproof et on replacera plutôt ce terme par “life proof” bien plus adapté (résistante à la poussière et aux projections d’eau de la vie courante).
Le fait que tout soit intégré est pratique car on ne risque rien d’oublier mais alourdi l’ensemble.
La mémoire interne de 64Gb m’a fait un peu peur au départ mais on se rend vite compte que c’est plus que suffisant pour réaliser de nombreux shoots.
Le rendu des images est impeccable et on ne se lasse pas d’imaginer de chouettes petits scénarios a reproduire en 3D 🙂
Une petite caméra qui sort enfin un peu des sentiers battus et toujours tracé des caméras sportives traditionnelles.
Personnellement je l’apprécie et j’ai hâte de trouver le moyen de faire un live en 3d sur les médias sociaux.

Liens utiles

Le manuel d’utilisation de la HOOT 3D VR camera

Le lien vers le produit sur la boutique

Shendrones Rapture

Shendrones Rapture Vue haut

shendrones rapture banner

le Shendrones Rapture est un cadre étroit de 250 x 180 mm avec un canopy imprimée en 3D. La base est faites de carbone de 3 mm, et la canopy est imprimée soit en nylon Taulman blanc 645, soit en nylon noir HP Fusion.

Shendrones Rapture Vue haut

Shendrones Rapture Vue iso

Shendrones Rapture Vue face

Shendrones rapture vue face

 

Les deux impressions ont une résistance similaire, mais le toit HP est plus élevé pour un poids plus léger et une esthétique supérieure (vous pouvez voir la différence dans l’image ci-dessous).

Les bras du Rapture sont étroits et simplifiés pour maximiser la poussée des hélices, et son corps principal est aérodynamique pour minimiser la traînée. Selon la configuration, les bras du Rapture peuvent économiser jusqu’à 240 grammes de poussée.

Le poids du cadre est de 98 g pour HP noir, 102 g pour le Taulman blanc 645.

Shendrones Rapture Vue blanc

Le Shendrones Rapture accepte un ESC 4 en 1 au format 36 mm. Un vtx avec pigtail mais aussi avec des capacités de controles à distance est recommandé.

Shendrones Rapture Vue montée

Le support caméra est conçu pour les caméras de type HS1177 avec des lentilles 2.1 ou 2.5. Les angles pour la caméra sont à 30, 45 et 60 degrés.

Vous pouvez imprimer vos propres protections moteurs ou commander la frame avec les protections .

Indiquez votre choix de couleur dans les commentaires (rouge / bleu / orange / vert). Le fichier est ici .

Vous pouvez trouver ici , un article en anglais sur son développement.

Disponible en pré-order ici  au tarif de 100$ sans les frais de ports et les taxes..

 

Crédits photos et texte par Andy Shen

Modification du Eachine QX90 – Pièces 3D

Hello les pitchounes !

Aujourd’hui je vous propose une petite modification à apporter sur votre Eachine QX90.
A la réception de celui ci, j’ai constaté que la caméra d’origine ne tenait que grâce à un simple élastique… autant dire que ça ne tient pas…
Ni une, ni deux, j’ai directement modélisé et imprimé en 3D un petit support pour cette caméra.
Mon ami Pimousse ayant un autre style de caméra (Eachine EF-01 AIO 800TVL), j’en ai profité pour modéliser un support pour la sienne aussi (je parle toujours de la caméra hein!).

Ci joint le fichier 3D_SUPPORT_QX90.zip avec les deux fichiers .STL de supports caméra.

En gros ça ressemble à ceci, je n’ai volontairement pas mis de tilt caméra sur le support.

Le support pour la caméra d’origine 600TVL, qui remplace la plaque du dessus du QX90.

composant_support_camera_qx90_600tvl_origine

Le support pour la caméra 800TVL, qui remplace la plaque du dessus du QX90.
Comme Pimousse n’utilisait pas le récepteur frsky, je ne lui ai pas placé le support d’antenne pour gagner un peu de poids.

composant_support_camera_qx90_800tvl

Il ne vous reste plus qu’à imprimer maintenant.

Stars Wars meet the racers

, ,

Quand des fans des Star Wars rencontrent des pilotes de racers, il ne manque plus qu’un pote ou deux pour faire de la 3D. le résultat est juste bluffant.

Les images de bases sont celles de racers FPV pilotés par le Rotor Riot Team.

Le créa digitale est de Corridor Digital.

Voici la vidéo

Et si vous êtes encore plus curieux voici le making of