Eachine RatingKing, le buggy FPV que vous allez adorer !

Eachine RatingKing, une voiture FPV pas comme les autres…

Coucou les amis.
Nous avons eu le plaisir de recevoir un exemplaire à tester de la nouvelle voiture RC Eachine distribuée par Banggood.
Sous la forme d’un Buggy 4×4 format 1:14 assez rapide, il a surtout une chouette particularité; celle d’être déjà entièrement équipé pour le FPV.

Je vous propose un petit review comme on a l’habitude de faire, ici, au labo !

Ce buggy est RTR (ready to ride) c’est à dire que tout est compris dans la boite… Voiture, radio, lipo, accus, chargeur, caméras,… tout est inclus !

Caractéristiques technique

Type de véhicule: Buggy 4×4
Echelle 1:14
Dimesions: 333 x 200 x 200mm
Poids: environ 988g
Hauteur de caisse: 25mm
Taille des pneus: 74 x 30mm
Taille des roues: 56 x 28,5mm
Moteur: Brushed 390
Esc: Brushed 320A
Fréquence de réception 2.4GHz (télécommande)
Fréquence d’émission 5.8GHz 40 canaux (vidéo)
Puissance d’émission 25mW (vidéo)
Caméra CCD 1000TVL avec ouverture de 110 degrés
OSD avec temps écoulé, tension batterie, fréquence vidéo.
Alimentation par batterie LiPo 2S de 1500mAh
Vitesse max: 35 km/h
Led haute luminosité RGB (7 couleurs disponibles)

Unboxing

Une énorme boite m’est parvenue avec un peu de retard sur l’horaire prévu… merci la douane !

Dans l’emballage “sac poubelle” noir, on trouve une sous couche matelassée qui emballe notre produit tant attendu.

Un quart de seconde plus tard, trop pressé de découvrir la Eachine RatingKing, l’emballage est arraché.
Le packaging est fidèle à Eachine.. on voit déjà des trucs qui font briller les yeux.. un superbe buggy avec sa télécommande et une vitesse annoncée à 35 km/h.

Je vous ai fait quelques photos de la boite sous tous les angles, libre à vous de cliquer sur les images pour agrandir (petit rappel: toutes les images de ce review, comme des autres reviews, sont cliquables pour agrandir)

On ouvre cette belle boite et … hoooo !!!! la voiture est là, convenablement calée et protégée par un pliage judicieux du carton. 

En voyant ça on a qu’une envie.. la prendre en main, l’allumer et l’essayer… patience…

Sous la voiture vous trouverez le manuel d’utilisation (blablabla.. à lire absolument !)

On retire la couche dans laquelle était coincée la voiture pour découvrir deux boites en carton supplémentaires.

L’une des boites en carton contient la télécommande.

Un petit zoom sur la télécommande typique aux voitures RC.

Dans l’autre boite en carton on retrouve les auto-collants pour personnaliser sa RatingKing, un tube rouge pour éviter que l’antenne de l’émetteur vidéo traine au sol, un sachet zip avec le chargeur de batterie, un autre sachet zip avec une caméra d’enregistrement??? mais OUI ! en plus de la caméra FPV déjà embarquée sur la voiture, on reçoit une caméra HD pour enregistrer ses runs ! SUPER !

Tour d’horizon

L’unboxing c’est bien mais allons voir le produit d’un peu plus près.
J’ai glissé le tube rouge sur l’antenne de l’émetteur vidéo, ça se loge parfaitement et facilement.
La connectique batterie fournie d’origine est de type T dean; personnellement toutes mes lipos sont en XT60 , j’ai donc modifié les connecteurs sur la voiture et sur la lipo dans le but d’uniformiser l’utilisation.

Vue d’un coté, j’ai volontairement laissé la pellicule plastifiée de protection sur la carrosserie.. un tantinet maniaque ça évitera les premières griffes :p

Vue de l’autre coté de la voiture.
On distingue vers le centre les connecteurs rouge qui permettent de brancher l’émetteur vidéo.

La voiture vue du cul-cul. Pare choc arrière et une LED à l’arrière de l’émetteur vidéo.
Cette LED haute luminosité est de type RGB (rouge-vert-bleu, soit multicolores), vous pourrez changer sa couleur, pour vous distinguer lorsque vous roulez à plusieurs ou juste pour avoir la couleur qui vous va bien, en modifiant la position des micro switchs présents sur la gauche de la led.

Vue du dessus de la voiture. C’est beauuuuu !

Vue du dessous de la voiture, entièrement protégée par une coque synthétique super solide.

Vue sur la caméra FPV présente dans l’habitacle.
C’est une caméra Eachine 1000TVL.
Cette caméra ne m’est pas inconnu car je l’utilise souvent dans mes ailes volantes au vue de son prix bas, de son encombrement minime et de son rendu d’image claire et détaillée.

Vue de face de la caméra (avec son cache de protection).
Comme vous pouvez aussi le voir, une batterie LiPo est déjà installée dans le véhicule.
C’est une batterie 2S de 1500mAh.. ça s’annonce plutôt bien tout ça 🙂

Vue plongeante dans l’habitacle, depuis l’arrière de la voiture.

En détails

Dans le ventre de la bête on trouve.
Un esc pour moteur brushed, un moteur brushed, un switch ON/OFF (qui ne sert pas à grand chose), un récepteur PWM et le servo de direction.

Comme vous pouvez le remarquer, j’ai déjà modifier le connecteur de l’esc pour utiliser une connectique XT60.

L’antenne qui dépasse à la verticale de la voiture est l’antenne du récepteur de télécommande.
D’origine cette antenne est placée au centre, le long du renfort en plastique.
Pensez à la dégager de là et la placer à la verticale, faites la sortir par un des cotés du carrosserire, votre portée sera grandement améliorée !!!

Pour solidement attacher la batterie, un bac de maintient et deux sangles à velcro ont été placées.
Vous avez besoin de connaitre la taille des batteries qui peuvent rentrer dedans?
Elle fait +- 90 x 35 x 15mm (c’est une 2S 1500mAh 30C)
Le bac qui accueil la LiPo fait environ 104 de long et est volontairement plus grand pour que les câble de la LiPo restent dedans.

L’esc pour moteur brushed et ses ailettes de refroidissement en aluminium.
Il faudra bien ça pour dissiper la chaleur générée par l’utilisation intensive du moteur et des ampères qui passeront au travers.
On distingue aussi le switch ON/OFF. Perso je trouve qu’il ne sert à rien car brancher/débrancher la batterie va tout aussi vite qu’aller activer le switch.

Vue sur le moteur brushed.
Veuillez constater que toutes le connections sur les câbles sont protégées par une gaine en plastique transparent qui bloquera la poussière, légères projections d’eau ou évitera simplement de provoquer des courts-circuits.

Attention ! Comme vous pouvez le voir sur l’auto-collant, le moteur brushed devient très très chaud bouillant pendant l’utilisation. Evitez d’y toucher directement au risque de sévèrement vous brûler !

Vue de près du récepteur de télécommande 3 voies PWM de Eachine.
Seules 2 voies sont utilisées: l’une est connectée à l’esc qui pilotera le moteur, l’autre est connectée au servo-moteur qui pilotera la direction du véhicule.
Tout est déjà bindé d’origine.. y a rien à faire 🙂

Zoom sur le servo moteur de direction et ses axes en aluminium.
Tout est proprement installé.
Cependant pensez à remettre un petit coup de tournevis partout dans la voiture par sécurité.

Vue de près sur les suspensions à ressort des roues, des barres de maintient et des arbres de propulsion.
Chaque roue est indépendante. C’est un vrai 4×4 !

La roue et ses dessins vue de plus près.
L’accroche est bonne sur route, un peu légère dans les graviers ou la terre.

Vue sur l’avant de la voiture qui laisse dévoiler son pare choc en plastique.
Notez que beaucoup de pièces sont en métal mais sont souvent serties dans des supports en plastique.
Bien que ce plastique est solide et de qualité, ne maltraitez pas trop la bestiole car ça risque de se fendre/casser.
Perso j’ai déjà pas mal maltraité ma RatingKing et n’ai encore rien cassé !

Petite info supplémentaire le pignon du moteur brushed est en métal, le reste est en plastique/Nylon/Je sais pas trop.

Il y a 4 agrafes de maintient à retirer (2 devant, 2 derrières) et vous pouvez retirer la carrosserie de votre voiture.

Comme la caméra et l’émetteur vidéo sont fixés sur la carrosserie, Eachine a eu la super idée de placer un connecteur JST pour connecter/déconnecter rapidement le combo lorsque l’on souhaite enlever la carrosserie.

Vue du dessous de la caméra. Rien de spécial.
3 fils y sont connecté au travers d’un connecteur. Jaune (signal vidéo), rouge (alimentation positive), noir (masse GND)

Quelques autres vues de ce qu’il y a sous le capot 😉

L’émetteur vidéo est placé sur l’arrière de la carrosserire, solidement fixé en dessous au moyen de deux vis.
Sur le dessus de ce dernier on distingue un petit bouton rouge. Il sert à configurer l’émetteur vidéo au travers de l’osd, changer de canal vidéo/bande de fréquence.
 

Comme déjà annoncé plus haut, sur l’arrière du boitier émetteur vidéo, se trouve une led multicolore haute luminosité. les micros switchs présents à coté permettent de changer sa couleur en mixant le Rouge/Vert/Bleu.

quelques vues supplémentaire de la voiture:

La radio

La radio est fournie avec la RatingKing.
Elle est toutes en plastique et il faut l’avouer, même si elle fait bien son travail, elle fait terriblement bon marché !

On retrouve tous les réglages standards d’une télécommande de voiture RC.
Trims et ajustements se font via des touts petits potentiomètres.
Un switch est également présent pour procéder l’inversion des voies.
Il ne faudra pas trop tirer sur la gâchette de gaz car elle est un peu légère. (notez que tirer la gâchette fait avancer le véhicule et pousser sur la gâchette le fait reculer)
Pour la direction, il faudra tourner la jante qui est du plus bel effet (hum hum)

En dessous de la télécommande on retrouve le logement pour les piles/accus.
4 accus rechargeables NiMh de 2400mAh sont déjà placés dans la télécommande (ils ont vraiment pensé à tout !)

Autres vues de la télécommande.

Options fournies

Dans l’un des sachets zip fourni (se trouve dans l’une des boites présente dans le fond de la caisse) on retrouve quelques accessoires.
Une batterie LiPo 1S (3.7V) de 250mAh qui servira à alimenter la caméra HD d’enregistrement qui se trouve dans l’autre sachet zip, deux coleçons pour attacher des trucs comme votre copine histoire de pimenter le jeu et de vite vous tirer rouler avec votre voiture fpv, de l’autocollant 3M pour fixer la caméra HD sur la voiture et un chargeur LiPo 2S via USB pour recharger votre batterie 1500mAh (installée dans la voiture) — perso le chargeur je ne l’ai pas utilisé car je préfère largement utiliser un vrai chargeur LiPo de qualité pour que ça aille surtout plus vite à recharger et pas 3 jours de charge en USB.

Vue sur le chargeur 2S USB pour recharger la batterie de la voiture.

Le tube rouge que l’on place sur l’antenne de l’émetteur vidéo situé à l’arrière de la voiture.

Un super auto-collant à surtout ne pas oublier de placer sur le but du tube en plastique rouge.
Ca vous fera un petit drapeau du plus bel effet.

Une planche d’auto-collants divers pour personnaliser votre véhicule et qu’il ne ressemble à personne d’autre.

Un peu de spare, il s’agit d’une attache qui permet de verrouiller la carrosserie sur le corps de la voiture.

Dans l’autre sachet zip antistatique, on trouve une toute petite caméra HD pour enregistrer nos runs et un petit cable de rallonge pour connecter la caméra à la LiPo 1S 250mAh déballée ici plus haut.

La caméra vue sous tous les angles.
Sur le côté on a un bouton pour démarrer/stopper l’enregistrement.
A l’arrière le slot pour une carte micro SD et un connecteur pour y brancher la batterie.
Je détaillerai plus tard le fonctionnement de la caméra car pour le moment je ne l’ai pas encore testée.

La caméra est vraiment toute petite, on pourra même l’utiliser un peu partout.

Peur du poids que ça pourrait rajouter? la voiture ne la sentira même pas !
Par contre sur nos minis drones ou ailes volantes ça pourrait être sympa à utiliser… voilà une idée de ce que ça rajoutera en poids.

Autonomie

Tout dépendra de votre utilisation et de la nature du terrain.
En usage standard (pas tout le temps à fond), sur sol plat type route, on tient entre 15 et 20min. Largement de quoi vous rassasier !

Calibration de l’esc

A venir …

En vidéo

DVR dans mon jardin

Keychain HD dans l’herbe

Keychain HD dans les bois

Conclusion

En une simple réaction: “On l’aime, on l’adore, on ne s’en passe plus !”

Voilà, tout est dit !
Solide, elle encaissera vos rides les plus fous.
Entièrement équipée FPV: l’image est claire et limpide, l’osd pratique, le signal reçu stable et disponible sur une large distance.
Rapide: affichée à 35km/h, elle ne manquera pas de vous surprendre.
4×4: elle passe partout.
Autonomie: impressionnante avec sa lipo 2S de 1500mAh
Prête à rider: on la sort de la boite, on charge les batteries et on est parti pour des runs de dingue 🙂

Liens utiles

Le manuel d’utilisation de la Eachine RatingKing

Le lien vers le produit sur la boutique Banggood

Emax NightHawk PRO 200, entrez dans la course.

Review du Emax Nighthawk PRO 200

Nous avons reçu du super shop Belge ERC MARKET un exemplaire RTF du petit drone de course made by EMAX.

Petit moment pub pour ERC MARKET qui nous l’a quand même généreusement offert.

**** JINGLE DE DEBUT ****
Ne manquez pas d’aller découvrir le point de vente situé du côté d’Overijse à l’entrée de Bruxelles, une équipe dynamique et terriblement sympathique vous y accueillera.
Si vous habitez trop loin ou n’avez pas le temps de faire le détour par le point de vente, sachez qu’ils ont un webshop en ligne très bien fourni et remplis de nouveautés à des prix concurrentiels.. à découvrir ou redécouvrir !!!
**** JINGLE DE FIN ****

Caractéristiques techniques

Emax Nighthawk Pro 200 PNP FPV Racing Drone ready to bind comes with BetaFlight Installed .
Fpv Camera , RS2205 Race Motors, VTX, leds, and Props. A great kit for getting into the racing drone scene.Features Highlight
The Nighthawk Pro 200 PNP Racing Drone, comes installed with the latest in drone racing technology, it allows new pilots in the hobby to progressively fly like the professionals. The Nighthawk Pro 200 features a great price, amazing value, and technology compared to competitor’s products.​​​​​​

  • Race ready motors right out of the box. The RS2205 motors are the Champion’s choice for competition. Now you can get the best!
  • Modular design with the ability to switch out main components without having to solder to small connectors.
  • Full LED coverage to help gauge orientation in the brightest of days and darkest of nights.
  • Easy access port to switch off motor mount LED’s
  • Plastic molded motor guards and bottom shell for increased durability and protection of electronics in the event of a crash.
  • High quality 3k Carbon fiber mainframe for maximum structural integrity.
  • CCD Camera for high quality image through FPV.
  • Adjustable for different lighting conditions.
  • 25-200mw switchable Video Transmitter with 48 Channels of frequency.
  • Digital LED display for easy view of current channel setting.
  • Integrated Power Distribution Board (PDB) to supply regulated power for all electronic components.
  • 2mm Socket Button Head Screws are standard.
  • Adjustable camera mount to suit faster (high camera angle) or more stable (low camera angle) flights.
  • Top cover to accommodate an HD camera.

Unboxing

L’unboxing va être vite fait car il est livré dans une pochette de transport super pratique, qui le protégera parfaitement.
La pochette, descendue de l’étagère de ERC MARKET était elle même emballée dans un film plastique transparent.. mais comme on était impatient de découvrir l’engin je n’ai pas fait la première photo :p

L’écrin noir, en tissu mais relativement rigide, dans lequel se cache le NightHawk, entouré d’une fermeture éclair rouge.. aux couleurs de la marque.
 

On ouvre la fermeture éclair qui soit dit en passant respire la qualité.
On découvre le manuel d’utilisation A LIRE IMPERATIVEMENT !!! (comme tous les manuels quoi…)

Sous le manuel, on découvre un sachet dans lequel se trouve les hélices.
Des tripales jaunes… qui iront parfaitement avec le look de la bestiole… vous verrez plus loin.

On déplace le sachet délicatement… trop impatient de découvrir ce qu’il y a en dessous.
Le voilààààààà……
Sur le côté droit, emballée dans un petit sachet se trouve une antenne Emax Pagoda (la nouvelle hype).
N’oubliez pas de placer l’antenne sur la machine AVANT de brancher la lipo sinon vous risquez fortement de dire bye bye a votre émetteur vidéo.

On regarde ce qu’il y a en dessous?
Plus rien :p
Mais remarquez la large zone en mousse dense qui protégera votre petit bébé pendant les transports… Là dedans il ne craindra rien.
Située dans le couvercle, une pochette à fermeture éclair est elle aussi disponible pour y ranger quelques petits objets pas trop volumineux comme une clef allen, un câble usb ou le manuel.

En parlant de la petite pochette, voici ce qu’il y avait dedans.
Un petit sachet zip contenant le câble usb, du velcro double face et un câble de réglage pour l’OSD de la caméra.

 

Tour d’horizon

Je vous propose qu’on regarde tout ça plus en détail et en profondeur.

Dans l’ensemble il a de la gueule !

Vue de face, dans sa robe jaune il en impose même si c’est un petit format.

Vue de côté, remarquez le peu d’ouvertures. Au moins on ne devra pas passer notre temps à nettoyer après une session un peu crade. Un coup de loque suffira pour lui rendre son éclat d’origine !

La plaque du dessus de la machine, tout en carbone est lisse et douce au touché comme la peau d’un bébé.

 

Vue de l’autre côté, sous la sangle on trouve le port usb qui servira à la configuration comme on le verra un peu plus loin dans cet article.

  

Sur le dessus de l’appareil, situé vers l’avant de cette machine, derrière la caméra, se trouve une fiche de type “servo” sur laquelle viendra se connecter votre récepteur de télécommande. On y retrouve dans l’ordre standard: noir=gnd, rouge=+5v, orange=sbus/ppm.

   

Sur l’arrière de l’appareil sont situées deux plots transparents qui renferment chacun une LED RGB programmable via votre interface betaflight ou cleanflight.
Vous pourrez choisir votre couleur à l’arrière afin d’un peu le personnaliser 🙂
Entre les deux leds se trouvent des petits trous cachant un buzzer que vous pourrez assigner à un interrupteur (encore une fois dans l’interface betaflight ou cleanflight) afin de le déclencher pour le localiser… ce buzzer servira aussi à vous avertir en cas de tension batterie faible ou pour signaler un autre problème de fonctionnement de la carte de vol.
 

Également sur l’arrière de l’engin, près du passage des câbles d’alimentation avec le XT60 sur lequel on raccordera la batterie se trouve un petit capuchon rouge.
Sous ce capuchon rouge est situé le connecteur SMA de l’antenne (à ne surtout pas oublier de monter avant de brancher la batterie).
Sont aussi visibles, près du connecteur d’antenne, un petit display qui vous renseignera le canal et la bande de fréquence sur laquelle est calé votre émetteur vidéo (à gauche sur la photo) et en face de ce display se trouve un petit bouton qui permettra de paramétrer le canal ou la bande de fréquence (à droite sur la photo).
Vous pourrez ainsi facilement changer de canal pour vous accorder avec les autres pilotes lorsque vous volez à plusieurs.
L’émetteur vidéo est configuré d’origine en 25mW pour être conforme aux normes Européennes, mais vous pouvez facilement le basculer en 200mW… pour cela il vous faudra accéder à l’intérieur du drone et basculer un microswitch présent sur le côté de l’émetteur vidéo.
  

Sur le côté gauche du drone, dans la partie en plastique jaune abs, se trouve le connecteur micro usb qui permettra de le configurer sous betaflight (notez qu’il est aussi compatible cleanflight).

L’application betaflight est disponible sous le navigateur Google Chrome.

  

Vue sur les superbes, bien connus pour leur rendement et puissants moteurs EMAX RS2205 !
Grâce à ce combo de moteurs et avec les hélices 5050 bullnose vous ne manquerez pas de puissance.
En 4S ça promet d’envoyer !!!
Sous le moteur est judicieusement placé une partie plastique semi transparente qui enveloppe partiellement le moteur pour le protéger des chocs; de plus elle intègre aussi des leds qui illumineront votre multi au bout de ses 4 bras.
Petit bémol c’est le passage de câbles moteur au travers du bras en carbone. J’ai peur qu’avec le temps et les crashs le carbone ne vienne sectionner ou entailler la gaine des câble et faire court circuit ce qui entrainera une destruction de l’esc relié.
   

La caméra de type CCD est intégrée dans un boitier type HS1177 en ABS de couleur jaune pour être intégrée parfaitement au look du drone.
La caméra est placée sur un support à charnière (de couleur rouge) qui vous permettra de donner l’angle adapté à votre type de vol.
Droit devant pour la promenade, avec beaucoup d’inclinaison pour la race ou les vols agressifs.
  

On retourne la bestiole tel une tortue sur sa carapace pour analyser sa coque en abs jaune flashy.. Avec celle là, on ne risquera pas de le manquer lors d’une recherche suite à un crash; combiné au buzzer et aux leds ce sera juste impeccable !

La coque est tout à fait lisse, seules quelques ouvertures sont créées pour le refroidissement des esc, pour le port usb ou encore pour un microswitch qui permet de désactiver les leds sous les moteurs, situé sur le bras avant, près de la grille de refroidissement esc, du côté du connecteur usb.

Vous vous demandez sûrement si la coque est solide et supportera les crashs!? Elle est suffisante pour absorber les chocs, supporter les crashs standards lors des sessions,  mais ne résistera sûrement pas à un poteau en béton lors d’une session en parking :p

Le bout du bras, sous un moteur, en plastique transparent qui laisse distinguer deux leds haute luminosité qui illumineront l’appareil pour distinguer son orientation. Notez que les leds sous les moteurs ne sont pas programmables !

L’antenne fournie pour l’émetteur vidéo est une antenne de type pagoda en version 2.
A l’heure actuelle c’est ce qui se fait de mieux en terme de qualité de réception, couverture du signal, dans les antennes vidéo 5.8GHz.
L’antenne est livrée en connectique SMA.
 

Vue sur les hélices tripales 5050BN de couleur jaune transparente.
Avec ça c’est certain qu’on aura un max de pêche !

Un 200.. Du 5”.. Ça passe ? C’est juste, mais ce combo fonctionne parfaitement 🙂

 

Dans le ventre de la bête.

Pour ouvrir le ventre de la bête c’ est super facile.. Il suffit de dévisser les 6 vis au format allen: 2 situées à l’arrière sur le dessus de l’appareil près de l’émetteur vidéo et en 4 en dessous situées à l’avant sous la caméra qui permettent de libérer cette dernière et son support.. Ensuite exercez un légère pression sur la coque en plastique pour la libérer car elle est glissée de 2mm sous les supports transparents.

L’épaisseur du carbone fait environ 3.6mm ce qui assure un certaine rigidité, robustesse, tout en restant léger.

Est ce du vrai carbone? la réponse est oui… preuve avec le test à l’ohmmètre qui affiche un court circuit car le carbone est un excellent conducteur d’électricité.

Petit zoom sur la connexion du récepteur: soit vous utilisez le connecteur  fourni, soit vous pouvez utiliser les pads de l’uart3. En fait le test a l’ohmetre prouve que c’est connecté ensemble. Donc ppm/s bus sur uart3 !

   

 

 

Vue sur la platine électronique qui contient le buzzer et les deux leds programmables située à l’arrière du racer.

Le vtx est un 5.8ghz 25/200mw. Configuré d’origine en 25mw pour coller à la législation européenne, il est néanmoins débridable par glissement d’un petit microswitch situé à l’intérieur de la machine sur le côté de l’émetteur.. On l’aperçoit ici, le petit point blanc situé à droite de l’émetteur sur la photo.


Sous les moteurs sont placées des leds de signalisation. Bien que non programmables comme déjà annoncé, elles sont néanmoins bien visible pour repérer le cul-cul de la tê-tête lorsqu’on débute en vol à vue.

Vue sur les esc qui sont presque de dernière génération en blheli_s.

Les captures d’écran faites ici sont réalisées d’origine. J’ai néanmoins procédé à une mise à jour de ces derniers ainsi qu’à une mise à jour du contrôleur de vol avant le premier décollage afin de bénéficier des dernières évolutions et corrections de bugs.

Attention qu’il faudra reconfigurer totalement et aussi recalibrer votre machine après mise à jour !!

    

Quelques captures d’écran de betaflight d’origine en version ………. (programme du contrôleur de vol), application disponible sous Google Chrome, avant sa mise à jour.

Un dump, ainsi qu’un fichier backup, sont disponibles à la fin de cet article.

       

En vidéo

Malheureusement je n’aurai pas eu le temps de faire une vidéo.. Lors de son premier vol (Maiden) de test j’ai oublié de mettre en route le dvr (enregistreur) de mes lunettes et suite à un esc défectueux il s’est écrasé au bout de 20s de vol, provoquant la destruction d’un bras carbone sur la plaque unibody et révélant ainsi le point de faiblesse de celui ci.

 

Cependant j’ai pris plaisir durant ces 20s de vol vraiment douces et coulées (smooth comme dans du beurre) et vraiment bien locké (calé) sur ses axes ou lors de la négociation des virages. Je n’aurais pas eu un esc défectueux il aurait sévèrement enchaîné les batteries.

Ça arrive…

Conclusion

Bien qu’il fasse un peu jouet au premier abord, on se rend vite compte, une fois pris en main, que ce dernier est un vrai racer à part entière. Composé de carbone et d’abs, son look se distingue clairement des autres machines.. Doté de composants presque dernières génération, on a encore du temps devant sois pour continuer à surfer sur la vague “hype”.

Il faudra néanmoins quelques connaissances ou un ami doué pour ajouter, binder et configurer son récepteur de télécommande et sa télécommande. (il n’y a que 3 fils à connecter via connecteur servo et un peu de configuration à effectuer mais ça peut rebuter les débutants)

Bien équilibré et très agréable à piloter, cet appareil est aussi bien conçu pour le vol smooth comme pour la race pure !

Pas spécialement adapté pour un débutant, à moins de s’accrocher et suivre des tutos disponibles sur le Web, qui sera vite perdu dans les milliers de réglages de betaflight (bien que partiellement configuré d’origine), il ravira cependant les pilotes intermédiaires comme les expérimentés.

Attention néanmoins que lors d’un crash cet appareil comporte des points de faiblesse sur sa plaque carbone unibody comme nous avons pu malheureusement nous en apercevoir. 🙁

Photos supplémentaires

Liens utiles

Le manuel du drone

Le fichier dump de configuration d’origine

Le fichier backup de configuration d’origine

Le lien vers le produit sur le shop d’ERC MARKET

Versus Quad One, taillé pour la race

Avec la venue du Versus Quad One, les petits constructeurs de Frame ont encore, je le pense de beaux jours devant eux.

L’expérience familiale et artisanale de Versus Quad est un exemple de réussite. C’est la raison pour laquelle nous encourageons ce genre d’initiative et que nous en parlons sur le site.

Présentation

Packaging simple et efficace pour le Versus Quad One.

Versus Quad One unboxing

On a des bras en 4mm, la taille fait 210mm et le poids est de 92g.

Versus Quad One bras

Pour le montage, il faut d’abord monter la croix avec les deux plaques de renforts.

Versus Quad One montage bras

Veillez à garder un peu de jeu.

Versus Quad One montage bras 2

Il faudra monter le module avant et arrière indépendamment.

Versus Quad One cellule 1

La Runcam Eagle passe sans soucis.

Versus Quad One cellule 2

Un idée du montage à blanc. Ça permet toujours de voir dans quelle direction on va aller.

Versus Quad One montage à blanc

Un exemple à ne pas reproduire, j’avais prévu une Runcam Split mais avec la carte de vol au dessus ça ne passe pas!

Versus Quad One Runcam Split

Montage

Les composants retenus :

Frame : Versus One

Carte de vol et PDB : Armattan CL 4 Racing sous Betaflight 3.2

ESC : Littlebee Bheli 32 Summer 35A

Moteurs : X-foot 2207-2600kv

Caméra : Runcam Eagle

VTX : Immersion Tramp V2

Antenne : Menace RC Stubby

RX : FRSKY XM+

Pour le montage j’ai enregistré une vidéo, où chaque étape est détaillée.

Build Versus quad One

Build Live de la frame VersusQuad One, un petit coucou en passant 😉 matos de chez Drone FPV Racer, carte cl4 Armattan, littlebee summer 35a dshot 1200, RunCam Fpv eagle, ImmersionRC Ltd. tramp, moteurs X-Foot

Publié par Pimousse.be sur mercredi 2 août 2017

Le build fini en vue de face.

Versus Quad One vue face

Et sur le côté…

Versus Quad One vue latérale

Vidéo

Maiden dans le jardin 😉

Photos

Versus Quad One low riding

Versus Quad One vue face enghien

Versus Quad One vue latérale enghien

Conclusion

Au niveau du look, rien à redire, lors de sa première sortie le Versus One a attiré la plupart des regards des pilotes. L’alliage de carbone est standard et le temps nous dira si il est solide ou pas. Du moins pour le moment, avec quelques gamelles sur l’herbe, je n’ai rien eu comme sinistre à déclarer.

Pour le montage, je vous invite à bien réfléchir lorsque vous choisirez votre carte de vol et votre VTX.

Bons vols.

Kran 140 FPV racer

Le Kran 140 est une nouvelle frame qui vient de chez nos amis français. On peut remarquer d’ailleurs que ces derniers sont hyper actifs dans la production et la réalisation de frame pour le FPV racing.

En parcourant les forums, je suis tombés dessus et j’ai pris contact avec Christophe et Marko pour leur en acheter une et réaliser un build à ma sauce.

Toutes mes excuses d’ailleurs à ces derniers, vu le temps qu’a pris la review. La faute à pas de chance avec les composants!

Présentation

Le packaging est très propre et présente bien. Un petit rappel des fréquences en 5,8ghz.

Kran 140 packaging

A l’intérieur du sac en plastique on y retrouve tous les éléments indispensables au montage dont la notice.

Kran 140 notice

L’assemblage des pieds et des supports moteurs en Polyflex se fait par simple insertion à fond des éléments imprimés en 3D. Par après, ils seront fixés par la suite à l’aide d’une vis sur le bras.

Kran 140 pied

La bottom plate est en 2 mm. il faut y glisser un à un les entretoises en 3D qui seront destinées à accueillir les pieds.

Kran 140 bottom plate

Les pieds viennents simplement se déposer dans les inserts et seront plus tard soutenus par la top plate.

Cela présente aussi un autre avantage, c’est qu’ils font aussi office de soft mount.

Kran 140 assemblage bottom et pieds

La top plate est en 1,5mm et reçoit aussi des inserts en 3D.

Kran 140 top plate

Le montage à blanc va pouvoir commencer. On distingue nettement où seront les ponts importants à ne pas négliger lors du montage.

Je pense à la fixation caméra et au placement des ESC.

Une fois assemblée, les bras ont une légère flexibilité due au système de fixation

Cela n’affecte en rien le comportement en vol et sera salutaire pour disperser les forces lors des impacts.

Kran 140 montage à blanc

j’ai mesuré un poids de 35g montés avec vis et entretoise alu. Ce qui promets d’être léger!

Kran 140 Poids

Listing des composants

Pour les composants j’ai pris au plus simple et au meilleur rapport qualité prix.

Carte de vol : Omnibus F4 nano v3

ESC: Racerstar Dark18A 18A 2-4S 4 In 1 BLHeli_S 20x20mm DSHOT600

Moteurs : RCX H1407 (V2) 3800KV Micro Outrunner Brushless Motor

VTX : VTX03 Super Mini 5.8G 72CH 0/25mW/50mw/200mW

Caméra : RunCam Micro Swift 600TVL 2.1mm/2.3mm IR Blocked 1/3 CCD FPV Camera

Hélices : RACEKRAFT 3041 Q4CS

Lipo : DYNOGY 4S 600MAH

Montage

Le Racestar prend place sur des entretoises de 2mm.

kran 140 ESC

Il vous faudra choisir des vis M2*5mm pour pouvoir y fixer vos moteurs. Celles d’origine ne sont pas assez longues.

kran 140 polyflex

J’ai choisi de la tresse haute densité pour bien protéger, avoir une propre finition et donner un look sympa au Kran.

kran 140 tresse

kran 140 tresse

Le support de la Runcam est réalisé par une imprimante 3D. Marko de chez Kran peut vous en fournir un.

kran 140 3d print cam

ISO 1

kran 140 iso 1

Vue dessus

kran 140 vue face

ISO 2

kran 140 iso 2

Vue gauche

kran 140 vue laterale

Vue arrière

kran 140 vue arrière

Le build fini affiche 135 gr, c’est qui est un excellent rapport pour ce format !

kran 140 poids final

D’autres photos:

kran 140 fini vue face

kran 140 vue face fini

kran 140 vue haut fini

kran 140 vue latérale

kran 140 vue face fini 2

kran 140 vue face fini 3

kran 140 vue face fini 4

Vidéo du maiden(dvr fatshark dom v2)

Conclusion:

Ce châssis assemblé avec les composants listés dans l’article apporte vraiment des performances assez impressionnantes pour ce format, la carte Airbot f4 donne vraiment un comportement très sain même avec les PID  de base de Betaflight 3.2 ( dynamic filter activé).

Évidemment la conception apporte aussi un avantage indéniable, l’absorption optimale des vibrations grâce aux jonctions en polyflex !

J’avais des doutes sur la solidité lors d’impact important, mais mes doutes ont été estompé lors d’un méga crash ou j’ai juste du changer une hélice avant de repartir.

Le montage (souple) des bras ne se ressent pas du tout en vol par contre il faudra prévoir de remplacer les print 3d permettant de bloquer les bras dès que le moindre jeu est constaté.

Après +- 15 vols en 600 mah 4s la batterie suffit, mais ne suis pas sur les vols engagés 🙂 une 850 par contre apporte vraiment l’ampérage nécessaire, mais ajoute du poids et modifie le comportement du châssis.

Le temps de vol moyen en 600 mah est 2 min 30 et de 4 min en 850, a vous de choisir 🙂

Vous savez ce qu’il vous reste à faire…

Bons vols!

Flybot MiniRaceWing : le test par Ozcopter

Miniracewing banner

L’aile FPV, déjà fort présente sur le continent Américain, arrivent chez nous. On voit fleurir les fabricants qui nous proposent généralement une structure entièrement en EPP / EPO.

Les voilures fixes et surtout les ailes sont mon dada, je préfère ce type de vol qui me donne plus de liberté et de sensations que le quad, mais c’est une affaire de gout.

J’ai découvert le projet de cette MiniRaceWing sur kickstarter, j’ai de suite aimé cette possibilité de pouvoir tester facilement différentes configurations et de pouvoir tester d’autres profils (pour ceux ayant accès à un fil chaud pour découper ses propres ailes).

Le point noir, c’est que ce genre d’ailes seront refusées en compétition, si on se base sur le même règlement qu’aux USA/Canada, à cause de la structure en carbon.

Contenu du kit

  • 2 demi-ailes en EPO très denses
  • 2 élevons en balsa qu’il faudra entoiler
  • 2 winglets démontables avec les vis de fixation
  • 1 fuselage en carbon semblable à un châssis de quad fpv avec différentes fixations pour la caméra
  • Des joncs de carbon qui serviront à renforcer l’aile ainsi que de clé d’aile
  • Des pièces en plastique pour fixer les ailes ensemble
  • 1 support moteur
  • 2 strap
  • 2 allonges pour les servos
  • Des spacers nylon et de la visserie de qualité en inox (Torx T10)
  • Des chapes à boule Kavan ainsi que de la corde à piano pour commander les élevons
  • Du vinyle de décoration
  • Un petit paquet de Haribo

Miniracewing unboxing

Miniracewing unboxing 2

Caractéristiques

Envergure : 95 cm

Longueur : entre 35 et 40 cm (possibilité de reculer ou avancer le moteur pour facilité le centrage)

Poids en ordre de vol : 500g – 800g (700g avec ma configuration)

Configuration

J’ai choisi, dans un premier temps, de suivre la configuration préconisée par le concepteur au niveau du groupe de propulsion. D’après eux, cette config est capable d’atteindre les 200 km/h.

  • Moteur : T-Motor – F80 2500KV
  • ESC : 60A (BlueSeries de chez Hobbyking)
  • Hélice : Graupner – CAM Speed Prop 5,5 x 5,5
  • Servos : Corona 929MG
  • Caméra fpv : Runcam Eagle
  • Caméra HD : Runcam 2
  • Émetteur vidéo : Eachine
  • LiPo : 1800mAh 4S

Comme sur toutes mes ailes, je mets un OSD avec GPS (voir tuto ici).

Montage

Pour cette étape je vous renvoie au manuel qui est très bien fait. Aucune difficulté n’a été rencontré et l’ensemble se monte en 2 soirées en prenant son temps.

Je vous conseille d’acheter un tournevis Torx T10 (disponible sur le site flybot ou chez bricomachin).

Tous les collages sont faits à la cyano, pensez à passer un coup de papier de verre sur le carbon ainsi que sur l’epo avant de coller.

J’ai utilisé du film de laminage papier (trouvé chez Lidl) appliqué avec un fer à repasser, pour faire les différents renforts (page 14). C’est solide, rigide et ça colle fort). Mais tout autre scotch renforcé fera l’affaire.

Presque toute l’électronique est logée dans le fuselage, l’ESC, bien que gros rentre tout juste, il est placé tout devant. Seul le gps est pour des raisons évidentes à l’extérieur.

Miniracewing vue iso

J’ai placé le VTX sur le coté, à voir s’il résistera aux possibles crashes, mais j’ai dû découper un peu de matière pour le loger.

Miniracewing vtx

Premier vol

Après un rapide check du sens de débattement, j’attrape l’aile par le bord d’attaque, pousse les gaz à 2/3 environ et lance l’aile dans son élément.

Elle part légèrement sur la droite, je prends de l’altitude, quelques coups de trim et c’est bon.

Mon tout premier ressenti est qu’elle est stable et on se croirait guidé par un rail, malgré le vent elle se fait que très peu chahuter.

Petit moment de stress, mon retour vidéo est catastrophique, je suis en plein milieu des champs mais où… mon GPS ne me donne aucune info (le GPS s’est décroché en vol, pour le retour vidéo le soucis venait du nouveau firmware de mon Vrx). Je tourne en rond, essaie de prendre des repaires sur ce spot que je ne connais pas, tout en ayant une image de très mauvaise qualité. Par chance le son du moteur me permet de revenir vers moi.

Après ce long moment de solitude,  je descends le stick de gaz, waow, elle accepte de voler très très lentement, j’évolue à raz du sol, à faible vitesse, elle est vraiment saine. D’autres ailes comme la bien connue Z-84 aurait décroché.

Avec cette hélice 5×5 le vol ne me semblait pas si rapide, bon ça vol vite mais je m’attendais à plus.

Bref pour un premier vol, je suis impressionné par cette aile qui n’est pas vicieuse pour un sous, limite un débutant, ayant déjà volé avec un autre avion pour avoir les bases, pourrait voler avec sans se faire peur, même si elle est capable de voler vite. De plus rien n’empêche de mettre une config plus gentille comme le propose Flybot sur son site.

Le crash test

Ben oui, fallait bien essayer, je dois avouer que je n’ai pas fait un crash violent, mais j’ai quand même percuter la terre à belle vitesse… Le système fusible à fait son boulot et hormis une trace d’hélice au bord de fuite de l’aile, rien n’était abîmé.

Les vols suivants

Après un nouveau covering fluo de l’aile, je pars refaire un autre vol avec une hélice graupner 5,5×5,5. Ça pousse déjà plus. J’ai toujours cette sensation de rail malgré le vent très fort. J’ai remis un peu plus de débattements que ce que préconise la notice et elle me plait encore plus car plus vive.

Elle est très précise aux commandes, le moteur donne un très bon compromis poids/puissance.

Bref je regrette d’avoir écourté mon dernier vol car l’esc ne voulait plus répondre, sinon j’étais parti pour vider des lipo toutes l’après-midi.

Lien utiles

Bilan

Ce que j’ai aimé :

  • Le carbon de qualité, pas un ersatz chinois
  • Le fraisage précis, tout tombe bien.
  • Visserie de qualité et des chapes à boules
  • L’EPO dense et solide bien qu’un peu lourd
  • La possibilité de régler facilement le centrage en bougeant le moteur ou en déplaçant le fuselage
  • La possibilité de régler facilement le calage moteur
  • Superbe plateforme pour étudier différents profils ou même configurations
  • Aile démontable
  • Le choix du profil
  • La stabilité, elle est vraiment pas vicieuse

Ce que j’ai moins aimé :

  • La fixation des winglets, j’ai peur que ça vieillisse mal et entraîne un flutter, mais pour le moment ça tient très bien. Au pire on trouve ce matériau dans les bricomachin et c’est assez simple d’en refaire ou simplement faire une ouverture et coller un écrou.

Miniracewing yellow

Je reviendrai rapidement avec une vidéo d’un vol complet avec des mesures de vitesse et en secouant la bête.

 

DJI Spark – Unboxing and first impressions

,
DJI Spark Unboxing & first impressions

Why I bought it?

Being active in the fpv-racing part of the hobby, most people will find this a surprising purchase. Why in the world would I buy a DJI Spark? If you check out my YouTube channel, you’ll find out that there are a lot of aftermovies of fpv-racing events I attend. For me, capturing the event is part of the fun the fpv-racing hobby has to offer. With the purchase of the Spark, I am hoping to find a decent platform to add some aerial shots to my videos. I want to be able to do this without the long preparation some other platforms require and without the risk people getting upset (or in the worst case even hurt).

DJI Spark

DJI Spark Fly More Combo

What’s in the box?

Running through the specs of the Spark, I decided to go for the Fly More Combo.
This pack features the following items:

The first thing in the cardboard box is a 16Gb MicroSD-card that DJI included as a gift in the Fly More Combo. It’s a Sandisk Ultra 16Gb card . Then there is the surprisingly small box the Spark Fly More Combo comes in. DJI clearly took a lesson from Apple as the packaging style is almost identical. In the box are two things: the travelling bag and a molded case, together with some documentation.

The molded case holds the Spark, together with the extra Intelligent Flight Battery and spare set of propellers. When seeing the Spark in person, it’s amazing how small it actually is. Although it’s a small aircraft, it looks very decent in build quality.

DJI Spark unboxed

DJI Spark apres unboxing

Out of the travelling bag comes the RC Remote Controller, a bit smaller than the one of the Mavic Pro. Compared to the Futaba T14SG I usually fly, this tiny transmitter feels a bit awkward at first, but I must say it does a really good job controlling the Spark. Then there is the charger with the charging hub which charges up to 3 batteries in less than 1.5 hours (55 minutes for 2 batteries, 50 for 1 battery). The charger also has two USB outputs to charge the RC Remote Controller (USB->MicroUSB cable included) and, if you like, a 4th battery through Micro USB on the Spark itself. The last items are the propeller guards that clip on in under 30 seconds to provide extra safety in situations where needed. They do add 38 grams to the Spark in total.

DJI Spark overview

DJI Spark overview

After unboxing all the items, there is not much more to do than charge the batteries and RC Remote Controller and get ready to get flying!

How does it fly?

First of all, despite its size, it’s amazing how stable the Spark is when flying, even in steady winds. I must say this really impressed me as I didn’t think a small aircraft of 300 grams would handle wind to good.

DJI Spark hovering

I like to take you through some modes and features that got my attention during the first uses of the Spark.

The first is Tripod Mode, which lowers the rates of the controls to make very slow movements. Also, the gimbal control is set to a lower rate to allow precise movements. The ability to lower the gimbal rate outside the Tripod Mode would be a welcome addition as it feels a bit to fast in general.

Active Track is another great feature that tracks and follows a person or object without the need of manual control. It can even automaticaly circle around the person or object while following. Adding the Obstacle Avoidance feature into the mix, this feature is quite safe to use if you keep its limitations in mind. The Obstacle Avoidance feature only sees what’s in front of the Spark. So when  you set it up to follow a subject sideways, keep in mind that won’t stop when an obstacle is on the left or right of it.

DJI Spark RC Remote

In Sport Mode you get a lot more speed out of the Spark, which is nice when shooting footage in a big area in a small amount of time. Sport Mode is easily selected by sliding the Sport slider on the RC Remote Controller to the right. The gimbal will follow the roll input when cornering, but stays level when moving straight forward or backward. When you can’t take-off in the proximity of your subject, Sport Mode can get you fast to your destination. You can then quickly change back to normal mode and shoot at a lower flying speed.

The Quickshot Modes are nice if you don’t want to waste time to manually shoot your footage. You can simply select a person or subject, tap the type of Quickshot you want (Dronie, Circle, Helix, Rocket) and press Go! The Spark will start the selected Quickshot and create a 10-second clip and return to the starting point automatically. Although I didn’t think I would use these automated shots, they come in quite handy.

The last feature I really like is the possibility to point the camera straight down and take top-down shots like this one. This might not sound like an amazing feature, but considering the size of the Spark and its gimbal, it’s really nice that it tilts all the way down to make top-down shots.

Those are the 5 features I like the most about the Spark so far.

I will continue to use the Spark for different projects and will report back with an update after some more experiences with this great little machine.

 

TechOne FPV Wing 900, le mix entre l’aile et le racer

La techOne FPV Wing 900 est un savant mélange entre le monde du FPV racing et celui des ailes. Le kit ici est un kit complet avec la motorisation.

Unboxing

TechOne FPV Wing 900 shipping

La boite fait 65 cm de long, 30 cm de large et 7 cm de haut.

TechOne FPV Wing 900 box

C’est un kit complet avec motorisation, servos, tringlerie et accessoires de montage.

TechOne FPV Wing 900 unboxing

Le moteur est un F80 en 2500KV de chez T-motor.

TechOne FPV Wing 900 f80

Montage

Pour le montage j’ai suivi la vidéo du fabricant. La colle utilisée était de l’Epoxy 5 minutes. L’installation a duré une heure grand max pour l’assemblage.

Pour la partie du châssis, j’ai eu quelques surprises.

D’abord, on a entre les mains une espèce de carbone très fin et pas très solide. j’ai fêlé plusieurs fois certains ergots juste en ouvrant et en refermant la plaque supérieure.

La structure des ailes semble solide.

TechOne FPV Wing 900 montage

Les aimants de la structure se baladaient dans car ils étaient mal fixés au départ du fournisseur. Faites attention à bien retester le sens des aimants avant de les fixer car ils ont des sens opposés en fonction de leur position avant ou arrière.

TechOne FPV Wing 900 aimant

Comme set up FPV, j’ai sélectionné une Runcam Eagle V1 et un 25/200/600mW pour minimiser les coûts si un crash viendrait s’intercaler dans la partie du Maiden. J’ai ajouté après le Maiden un micro-osd pour la tension.

TechOne FPV Wing 900 micro osd

En final je compte bien installer une Runcam split (avec lentille gopro) et un VTX sélectionnable en 25/200/600mW.

TechOne FPV Wing 900 runcam split

L’ESC est un modèle fourni avec un BEC soudé dessus qui débite du 6v continu. J’ai alimenté le rx D4R Frsky (il supporte de 3.5v à 10v)avec ce dernier. Pour le reste j’ai installé une mini PDB avec Bec 5V. La mini PDB s’occupera d’alimenter le kit FPV.

TechOne FPV Wing 900 PDB

Au 3e vol, la PDB a claqué (trop cheap), emportant avec elle le VTX, Je vais la remplacer par un autre modèle.

L’hélice fournie est une Lumenier 5*5*3R que vous garderez sur le côté car elle ne donne aucun résultat avec le F80. Une simple Bipale 5*5 a nettement fait la différence.

TechOne FPV Wing 900 Hélice lumenier

Vidéo

Vol en 3s puis à 4’00 vol en 4s.

ps : La zone de vol pour le maiden est un zoning inoccupé. Je ne me suis pas amusé à jouer à de la haute voltige (+de 30m) car le modèle n’est pas destiné à cela.  Les véhicules y passant sont des gens qui apprennent à conduire 😉

Conclusion

La s900 est une aile destiné au Racing, c’est clair! Elle sera jouette en 4S et procurera énormément de fun aux pilotes. La structure est à 3 pièces est une bonne idée et elle jouera certes un rôle de fusible en cas de crash. Pour le moment, je n’ai pas encore crashé l’aile, je ne saurais démontrer la solidité ou la facilité d’intervention.

La LIPO sera facilement déplaçable pour vous permettre d’obtenir le meilleur équilibrage par rapport au centre de gravité.

Elle peut être envisagée comme deuxième aile, à condition d’avoir déjà pratiqué les avions auparavant. Un novice venant du monde du FPV Racing risque de s’y perdre assurément!

Les coûts sont maîtrisés et libre à vous de l’équiper à votre guise, on ne dépasse pas au final la barre des 200€.

Il serait intéressant d’organiser des courses chez nous, en Europe, avec ce type d’aile et de développer un peu les modèles, en gardant la même idée des 3 éléments.

Lien

TechOne FPV Wing 900

Runcam Split

Bons vols!

Moka Simplex 155 – Mini Rikiki Mimi

Moka Simplex 155

Un nouveau build pour cet article avec la frame de chez Moka, le Simplex 155.

C’est le petit frère du Simplex 215 dont nous vous parlions ici https://pimousse.be/index.php/2016/11/26/simplex-moka-build-custom-skin/.

Le concept reste le même avec ses moteurs arrière surélevés et sa frame composé de deux morceaux de carbone T700 en 3mm d’épaisseur.

La frame à nu pèse 75g. Le Simplex 155 autorise les hélices en 3 pouces maximum.

Simplex 155 Vue ISO nu

Listing des composants :

Frame : Moka Simplex 155

Carte de vol : F4 V5PRO Flight Controller 5.8G 40CH 0/25/200/600mW Switchable FPV Transmitte w/ 5V BEC OSD PDB

ESC : Favourite FVT LittleBee-Spring 20Ax4 20A 4 in 1 BB2 Blheli_S 2-4S ESC with 5V 12V BEC Support D-Shot

Moteurs : RCX H1707 3200KV Micro Outrunner Brushless Motor

Caméra : Runcam Eagle 800TVL DC 5-17V FOV 130° Global WDR 16:9 CMOS

RX : Frsky XM+ Micro D16 SBUS

Antenne VTX : ANTENNES FL 5.8 TERRYBUILD – LA FABRIQUE CIRCULAIRE

Accessoires : Matek LED Tail light WS2512B with Loud Buzzer

Hélices : RACEKRAFT 3076 TCS TRIPALES

Montage :

Le montage a commencé par une protection des câbles moteurs à l’aide gaine tressée haute densité.

Simplex 155 montage 1

Les câbles seront maintenus à la frame par des mini colsons noirs.

Simplex 155 montage 2

Lors de la mise en place de l’ESC 4 en 1, je me suis décidé de passer les câbles par en dessous afin d’éviter toute blessure éventuelle lors d’un crash latéral.

Les ESC seront paramétrés sous le protocole DSHOT 600.

Simplex 155 montage 3

Le choix s’est porté sur une F4 v5 pro avec son VTX intégré. L’avenir nous dira si le composant est fiable en plus d’être pratique.

Simplex 155 F4 v5 pro

Voici d’ailleurs comment la câbler et régler le VTX :

Face avant

F4 V5 Pro face avant

Face arrière

F4 V5 Pro face arrière

Pour le VTX, voici la table des fréquences.

F4 V5 Pro table fréquences VTX

Pour la Top plate, j’utilise le même principe de protection.

Simplex 155 montage 4

Un petit accessoire très sympa, qui ira se placer presque pile poil à l’arrière c’est H LED avec Buzzer.

Simplex 155 montage 5

Pour ce build, j’utilise du XT30. La XT60 ne passant pas avec cette carte. La plupart des LIPO 4s, en moins de 1000mAh, sont en XT30. Ça tombe bien!

Simplex 155 montage 6

Une fois l’assemblage fini on peut passer aux tests.

Simplex 155 montage 7

Sur la balance, une fois assemblé et testé. 195g tout mouillé!

Simplex 155 poids

Moka Simplex 155 vue ISO

Simplex 155 vue haut

Simplex 155 vue à droite

Simplex 155 vue de gauche

Simplex 155 vue derrière

Simplex 155 vue dessous

Vidéo :

Conclusion :

Le Simplex 155 est très chouette à assembler et se glissera dans votre sac à dos sans soucis. Il répond à une demande des utilisateurs du fabricant Moka, à savoir, un mini original et qui résume bien la philosophie du constructeur. “Strength, speed, and value”

Il n’offrira certes par de longues sessions de vols, mais il vous permettra d’assouvir vos envies de voler en immersion et ce un peu partout. A vous de voir les composants en fonction de vos attentes et de vos envies.

Bons vols!

Eachine VR D2 PRO : l’un des derniers né d’Eachine

Eachine VR D2 PRO le nouveau masque d’Eachine a presque tout pour vous séduire !
Outre son prix ridiculement bas, il intègre tout ce dont on attend d’un masque d’immersion.. du diversity (double récepteur) avec affichage osd de la quantité de signal reçu sur chaque récepteur, du large écran lumineux qui donnera une sensation d’immersion intense, au DVR pour enregistrer nos vols.. Eachine a pensé à tout pour nous séduire <3

Je vous propose un petit tour complet de ce nouveau bébé…

Spécifications

Type: masque
Taille d’écran: 5 pouces
Résolution: 800 x 480
Enregistreur intégré: oui
Qualité d’enregistrement: VGA(640*480) ou D1(720*480) ou HD(1280*480)
Supporte des cartes de maximum 64Go
Sangle de tête: 3 points
Alimentation: 2S (7,4V – 8,4V)
Consommation: 600-680mA
Récepteur: double (diversity)
Fréquences: 5.8GHz 40 canaux
Sensibilité: -95dBm
Connectique d’antenne: RP-SMA
Poids: 285g sans antennes
Dimensions: 150 x 152 x 96
Dimensions intérieur: 139 x 89,6

Unboxing

Arrivée dans son emballage sac poubelle habituel…

Dans le sac poubelle, la boite est bien protégée.
Attention qu’un adaptateur US/EU est glissé dans le sac… n’oubliez pas de le sortir avant de jeter l’emballage 😉

La boite sortie de ses couches protectrices.
Eachine reste fidèle à son packaging… tout est déjà bien renseigné sur la boite.

 
Elles sont appelées VR D2 PRO et on y retrouve la mention “upgrade” sur la boite… pourquoi? je suppose que c’est pour dire que c’est une amélioration de la VR D2 classique.
 
On ne manquera pas de remarquer l’étiquette apposée qui signale que ce n’est pas un jouet ! et que ce n’est pas adapté pour les enfants en dessous de 14 ans.
Les masques, lunettes et autres dispositifs d’immersion ont tendance à abîmer/fatiguer les yeux… surtout de nos enfants en plein développement.
 
A l’ouverture de la boite, première couche, se dévoile le manuel. A LIRE impérativement bien entendu !!!

Seconde couche, en soulevant le carton situé sous le manuel, se trouvent les mousses qu’il faudra coller sur le contour du masque.
Ils ne sont pas collés d’office pour vous laisser le choix entre deux textures différentes.
On retrouve égallement un espèce de velours auto-collant qui se collera au niveau de la découpe du nez.


 
Situé sous les mousses à appliquer, se trouve notre bébé bien emballé, ainsi que ses accessoires.

Dans le sachet zip contenant la batterie il y a aussi les antennes pour le masque (une patch et une clover leaf) et des lingettes nettoyantes (une imprégnée de lotion nettoyante et une sèche pour terminer le job de nettoyage).
 

Tour d’horizon

Vue frontale du masque.
Situé sur l’avant du masque dans la partie centrale du dessus, le câble d’alimentation sur lequel on viendra connecter la batterie.
Juste derrière celui ci on distingue l’ouverture dans laquelle on viendra insérer une carte micro sd.
La micro sd n’est pas fournie avec le VR D2 PRO; c’est à vous de la fournir.

Le panneau de contrôle du masque est situé devant.
Avec un petit peu de pratique on arrive facilement à naviguer/activer les options sans devoir ôter le masque.
Comme deux petites cornes, sur le dessus et de chaque côté, on retrouve les connecteurs d’antennes en RP-SMA.

Vue du côté gauche du masque.
On y retrouve, comme sur le côté droit, le réglage qui permet d’avancer ou reculer la lentille pour adapter au mieux l’image à votre vue.

Vue du côté droit du masque avec le même réglage de lentille.

Vue de l’arrière du masque.
Le câble qui permet de connecter la batterie est maintenu dans un passage du bandeau de tête, cela évite qu’il se promène un peu partout comme sur certains masques.
C’est ici derrière qu’il faudra coller les mousses reçus pour un meilleur confort de portage et occultation de la lumière.

Vue du dessous du masque.
Il y a un pas de vis, au format standard 1/4 de pouce, qui permet de le fixer sur un trépied.
Si on veut pousser un peu la déconne, avec un adaptateur 1/4 de pouce vers gopro, on pourrait facilement s’amuser à monter une caméra sportive ou tout autre dispositif en dessous du masque.

Le transformateur reçu pour recharger la batterie est reçu en connectique au standard US.
D’où l’intérêt de faire attention à ne pas jeter l’adaptateur US/EU qui a été placé dans l’emballage principal.
La plage de fonctionnement en tension est très large ce qui permet de l’utiliser aussi bien en US qu’en EU.
 
Voici les spécifications du transformateur.
Chargeur Li-ion avec sortie 8,4V 1000mA (1A).
Le + est au centre du connecteur, le – est sur le pourtour du connecteur.

La batterie fournie, la même que celle du masque Eachine Goggle TWO, est de type 18650 de 2200mAh.
C’est simplement 2x batteries 18650 de 2200mAh mises en série.
Elle offrira un maximum d’autonomie au masque mais n’oubliez pas que un grand écran lumineux et un récepteur diversity ça tutte des ampères 😉
 
L’antenne clover leaf et l’antenne patch fournie sont les mêmes que celles du Eachine Goggle TWO.
Elles sont simplement… très efficaces 🙂
 

 

 
Les antennes n’ont pas de place spécifique vous pouvez les changer de place à votre convenance.
Si vous démarrez votre masque sans les antennes, pas de panique.. c’est l’équivalent d’un poste de radio, ça ne craint rien !
Par contre n’oubliez jamais de monter une antenne sur un émetteur vidéo sans quoi il risque de faire une petite fumée magique et/ou d’être endommagé de manière irréversible…

 
Sur la sangle de tête, qui est fixée sur 3 points pour un maintient optimum,à l’arrière, se trouve une zone élastique sous laquelle on viendra glisser la batterie.
L’élastique la maintient fermement… pour le moment… à voir si dans le temps ce dernier ne va pas “se laisser aller” et laisser s’échapper la batterie.
 
A gauche les mousses qui viendront se placer sur le contour du masque, à droite les velours qui viendront se placer à la place du nez.
 
Pour les mousses il existe deux textures, vous placerez celle qui vous conviendra le mieux.
Personnellement j’ai opté pour la plus épaisse qui assure un meilleur confort de portage et offre une meilleure isolation à la lumière ambiante.
En ce qui concerne le velours qui se place à hauteur du nez, ce sont les deux mêmes donc l’un ou l’autre conviendra parfaitement.
 

Le port est relativement agréable, le poids est correct et ne fatigue pas trop la nuque.
Mais on a pas spécialement mis à notre avantage en portant ce masque :p
 

Du coté des menus

On branche la Li-Ion, on compte jusque 4 et le masque est prêt à fonctionner !

Un appui sur la touche “MENU” ouvre un OSD.
On se déplace avec les touches “+” et “-“, on valide (rentre dans un menu) via la touche “MENU”, on quitte via la touche “CAM/DVR/QUIT”

Le premier onglet permet de faire les corrections de base sur l’image perçue dans l’écran.
Situé dans la bande tout en bas, on retrouve la norme d’affichage actuellement utilisée et la version du firmware (moi je suis en PAL)

Le deuxième onglet permet de changer la norme d’affichage en PAL ou NTSC, les pages A-B-C-D-E sont des entrées rapide vers les différentes bandes du récepteur.
5 x 8 canaux = 40 canaux.. Accès facile et rapide si vous connaissez votre fréquence et pour la retrouver du premier coup d’oeil.
En dehors du menu de réglages, vous pouvez rechercher votre fréquence avec les touches “+” ou “-” .. ou lancer un “SCAN”
 

 

 

Le troisième onglet est celui qui permet de faire les réglages sur l’OSD.
Si vous préférez avoir les menus en français, c’est dans l’option “Language”
 

Le quatrième menu nommé “RSSI” permet de sélectionner le mode de réception ou le récepteur.
En effet, il vous est possible de ne choisir que le récepteur 1 ou le récepteur 2 et ainsi ne pas utiliser le diversity.
C’est aussi dans ce menu que vous devrez lancer la calibration du RSSI (important pour avoir un affichage correct et réaliste des signaux RSSI)
On y trouve dans la dernière option la possibilité de lancer un scan de tous les canaux et de le visualiser par un affichage à la manière analyseur de spectre (et il nous donne la fréquence sur laquelle on reçoit le plus fort signal)
 

Un scan de la bande (analyse de spectre) prends 25sec.

Dernier onglet: les fonctions.
Permet de faire une remise a zéro des paramètres, choisir la manière dont on souhaite afficher (en 16:9 ou 4:3), etc..

Si vous voulez avoir un aperçu un peu plus clair des menus, cela se trouve bien détaillé dans le manuel.
 

Le DVR

Un appui sur la touche de menu “CAM/DVR/QUIT” passe le masque en mode DVR; c’est à dire que vous avez toujours l’affichage comme en mode standard mais vous pouvez enregistrer en même temps ce que vous visualisez.
Attention que dans ce mode je constate un latence non négligeable !!!
Si vous appuyez maintenant sur la touche “+” le masque se met en enregistrement.
Un nouvel appui sur la touche “+” arrêtera l’enregistrement.
Une alternative pour ne pas être gêné par le lag pendant le vol est de passer le masque en mode DVR, lancer l’enregistrement et repasser en mode caméra… une fois le vol terminé il faut repasser en mode DVR et arrêter l’enregistrement.

Pour rentrer dans le menu du DVR, il faut rester appuyer longuement sur la touche “DVR MENU”.
Attention qu’un appui sur la touche “MENU” affichera l’OSD de réglages en parallèle (il faut différenciez “MENU” de “DVR MENU”.
Premier onglet les réglages de base du DVR avec le mode d’enregistrement (qualité) qui sera soit:

  • VGA : 640 x 480
    autonomie d’enregistrement 02h19m44s avec une carte de 4GB
  • D1 : 720 x 480
    autonomie d’enregistrement 01h22m24s avec une carte de 4GB
  • HD : 1280 x 720
    autonomie d’enregistrement 01h11m25s avec une carte de 4GB

La qualité d’enregistrement est vraiment plus que correcte pour de l’enregistrement analogique… à condition d’avoir une bonne caméra 😉
Voici un petit échantillon avec une runcam swift 2 en attendant une vidéo d’un vol embarqué.
[youtube]https://youtu.be/79QiUsjAB5s[/youtube]

L’option REC Sound permet d’enregistrer le son avec la vidéo (si vous possédez un micro à bord de la caméra ou de l’émetteur)
L’option Video Time séquencera la vidéo par tranche de temps choisie. 

Restez appuyer sur la touche “DVR MENU” encore un long moment et vous afficherez le deuxième onglet.
Cet onglet permet de choisir l’option pour formater sa carte micro SD, la langue dans laquelle on souhaite afficher les informations DVR, permet de faire une remise à zéro des options du DVR (remise a zéro d’usine), permet de sélectionner la fréquence de scintillement de la lumière artificielle qui est la fréquence secteur utilisée dans nos contrées (chez nous choisir 50Hz) et le format de sortie PAL ou NTSC (le mieux est de le mettre en accord avec le mode choisis dans vos réglages de base du casque).

Pour revoir vos rushs, restez appuyer longuement sur la touche “-” et vous passerez le masque en mode playback.

Calibration des récepteurs

Attention cette partie est très importante pour un fonctionnement optimal de votre diversity et surtout de l’affichage du niveau de signal (RSSI) affiché dans l’osd de votre masque.
Il faudra impérativement calibrer les récepteurs à la première utilisation (ou à la suivante, mais il faudra le faire !!!)

Pour votre information voici comment sont disposé les récepteurs en fonction de leur affichage.
Le récepteur A est à gauche quand on a le masque face à soi.
Le récepteur B est à droite quand on a le masque face à soi.

Pour la calibration, allez dans le menu RSSI.
Retirez les deux antennes du masque.
Allumez votre émetteur vidéo et placez le à quelques mètres du masque.
Choisissez “Calibrate RSSI” (pour les menus en anglais).

Une analyse spectrale se lance pour le récepteur A et serra suivie d’une analyse spectrale pour le récepteur B.
Ca prend un peu de temps (+- 25s par récepteur soit un peu plus de 50s pour que la calibration soit effectuée)

Conclusion

Si vous voulez découvrir le FPV sans vous ruiner ou souhaitez avoir un masque relativement complet comme masque de backup ou pour prendre des passagers avec vous durant vos runs, ce masque est fait pour vous.
Cependant, si vous en avez la possibilité, je vous conseil tout de même de l’essayer avant de l’acheter car bien que la lentille soit réglable pour ajuster l’image au mieux à votre vision, pour certains (comme moi) il n’y a pas encore assez de recul pour avoir une image bien nette.. en effet, personnellement, je dois reculer le masque d’encore un bon centimètre pour avoir un confort de vision optimale sans quoi j’ai l’impression de loucher quand je regarde l’image.
On regrettera le manque de connectique (complètement absente) tant en entrée qu’en sortie, que ce soit en analogique (SVIDEO) ou numérique (HDMI).
Se promener dans les menus n’est pas des plus facile mais les différents menus en surimpression sont clairs et avec un peu de pratique on jonglera sans soucis entre ceux ci.
L’enregistrement DVR est très pratique mais introduit une latence (lag) non négligeable dans l’affichage que l’on pourra facilement contourner en effectuat la petite manip expliquée rapidement dans la partie DVR de cet article.
Autrement c’est un excellent masque d’entrée de gamme avec une très bonne sensibilité de réception !

Questions / Réponses

  1. Q: Peut on utiliser des lunettes de vue avec ce masque?
    R: Non. Le masque est trop étroit pour accepter des lunettes de vue.
  2. Q: En cas de perte de réception, dois je m’attendre au fameux “blue screen” qui apparait d’un coup?
    R: Non. Le masque gère très bien la perte de signal et si vous ne faites pas attention à la diminution de vos signaux RSSI, la neige apparaîtra progressivement à l’écran.

Liens utiles

Le masque Eachine VR D2 PRO sur la boutique banggood

Le manuel d’utilisation (en anglais)

Shendrones Rapture

Shendrones Rapture Vue haut

shendrones rapture banner

le Shendrones Rapture est un cadre étroit de 250 x 180 mm avec un canopy imprimée en 3D. La base est faites de carbone de 3 mm, et la canopy est imprimée soit en nylon Taulman blanc 645, soit en nylon noir HP Fusion.

Shendrones Rapture Vue haut

Shendrones Rapture Vue iso

Shendrones Rapture Vue face

Shendrones rapture vue face

 

Les deux impressions ont une résistance similaire, mais le toit HP est plus élevé pour un poids plus léger et une esthétique supérieure (vous pouvez voir la différence dans l’image ci-dessous).

Les bras du Rapture sont étroits et simplifiés pour maximiser la poussée des hélices, et son corps principal est aérodynamique pour minimiser la traînée. Selon la configuration, les bras du Rapture peuvent économiser jusqu’à 240 grammes de poussée.

Le poids du cadre est de 98 g pour HP noir, 102 g pour le Taulman blanc 645.

Shendrones Rapture Vue blanc

Le Shendrones Rapture accepte un ESC 4 en 1 au format 36 mm. Un vtx avec pigtail mais aussi avec des capacités de controles à distance est recommandé.

Shendrones Rapture Vue montée

Le support caméra est conçu pour les caméras de type HS1177 avec des lentilles 2.1 ou 2.5. Les angles pour la caméra sont à 30, 45 et 60 degrés.

Vous pouvez imprimer vos propres protections moteurs ou commander la frame avec les protections .

Indiquez votre choix de couleur dans les commentaires (rouge / bleu / orange / vert). Le fichier est ici .

Vous pouvez trouver ici , un article en anglais sur son développement.

Disponible en pré-order ici  au tarif de 100$ sans les frais de ports et les taxes..

 

Crédits photos et texte par Andy Shen