Egodrift BlackpearlPRO Long-X - Un nouveau standard pour les courses?

Egodrift BlackpearlPRO Long-X – Un nouveau standard pour les courses?

Cela faisait un petit temps que je n’avais pas eu l’occasion de faire un build. Dans cet article je vais vous parler du BlackpearlPro Long-X de chez Egodrift. le build, je l’ai commencé en avril 2018. Pour une fois je voulais le tester sur la longueur et en parler après l’avoir testé quelques mois.

Il sagit ici du jumeau de L’Egodrift BlackpearlPRO, sauf qu’il est en version longue. 215 mm de diagonale. Les spacers font 30 mm de haut.

Il possède toutes les nouvelles caractéristiques et optimisations déjà mises en œuvre et éprouvées dans sa version Wide-X twin : A savoir une stabilité améliorée, les bords chanfreinés (arrondis !)

On notera aussi les emplacements de montage dédiés pour le système vidéo CONNEX. le système DJI Occusync Air System peut aussi s’y adapter.

Poids : seulement 93 g (avec vis en acier)

4 mm d’épaisseur pour la base de la frame.

2 mm pour le top de la frame.

Enfin,  le strap, étirable, pour protéger votre électronique et sans poids supplémentaire.

Liste des composants

Pour ce build, j’ai utilisé les composants suivants :

FRAME : BLACKPEARLPRO UNIBODY LONG-X

MOTEUR : Moteur Emax LS2206 – 2550 Kv – Black

COMBO ESC/CARTE DE VOL : HOBBYWING – XROTOR F4 ESC 40A (plus produit)

VTX : HOBBYWING – XROTOR MICRO VT1 – VTX 5.8GHZ

CAMERA : RUNCAM EAGLE

ANTENNE FPV : Lumenier Antenne AXII MMCX 5.8GHz – RHCP

RX : FRSKY XM+

BUZZER

GAINE : GAINE EXTENSIBLE COULEUR 8MM EN 1 MÉTRE

Montage

Le coup du crayon pour y loger les câbles!

Il suffit après de faire glisser lentement les câbles à la suite du crayon.

Présentation des câbles des moteurs avant de les couper à la bonne longueur.

Egodrift BlackpearlPRO Long-X - Un nouveau standard pour les courses?

17! c’est le nombre de soudures nécessaires!

Egodrift BlackpearlPRO Long-X - Un nouveau standard pour les courses?

La caméra vient s’enficher directement sur le VTX.

Egodrift BlackpearlPRO Long-X - Un nouveau standard pour les courses?

Les antennes ProDrone sont optimisées pour une certaine gamme de fréquences.

Egodrift BlackpearlPRO Long-X - Un nouveau standard pour les courses?

Pour fixer l’antenne j’ai utilisé un amortisseur en caoutchouc.

Egodrift BlackpearlPRO Long-X - Un nouveau standard pour les courses?

Intégration parfaite et bien aérée.

Egodrift BlackpearlPRO Long-X - Un nouveau standard pour les courses?

312g c’est le poids final de l’engin.

Egodrift BlackpearlPRO Long-X - Un nouveau standard pour les courses?

Vidéos

Conclusion

La frame est de très bonne facture. Même si le prix est élevé, on a en face de nous une réelle impression de solidité et surtout un produit bien fini.

Le concept qui fait que ce produit est vraiment particulier et intéressant, c’est l’agencement facile, les proportions généreuse mais aussi le strap qui fait le tour de la frame pour bien protéger l’électronique.

Le fabricant est à l’écoute des ses clients et assez disponible sur les divers réseaux sociaux, ce qui bien entendu fait la différence entre un artisan et une entreprise chinoise.

Quant au matériel utilisé, lors de ces derniers mois d’utilisation, j’ai eu un crash qui a explosé la carte ESC et la fiche XT60. Le VTX n’a pas tenu longtemps et il a du être remplacé par un VTX neuf à cause d’un défaut de production. Il n’est pas pilotable par OSD via smart port ou via l’audio, un comble pour un Stack aussi facile à assembler!

L’antenne du VTX a été aussi remplacée par une Lumenier AXII MMCX, plus esthétique.

Les hélices ont été remplacées par des bipales 5152 qui ont un meilleur appui et qui sont par la même occasion moins énergivores.

Merci à Vincent Offenbeck pour sa confiance et sa patience!

Bons vols!

Micro Buggy 1/32

Micro Buggy 1/32 à 10€

L’indoor bat son plein et c’est l’occasion de vous présenter la Micro Buggy 1/32.

L’envie m’est venue d’en acquérir en voyant le fils d’un ami jouer avec cette petite voiture lors de nos sessions FPV en salle.

La commande effectuée et les 14 jours de délai de livraison qui se sont écoulé, la voici enfin!

La traditionnelle boite en carton.

Micro Buggy 1/32 à 25km/h

Aie l’antenne est pliée durant la phase d’emballage, et on verra à la longue si il peut y avoir un soucis.

Micro Buggy 1/32 à 25km/h

La boite contient :

  • Le micro Buggy 1/32
  • La télécommande en 2.4 Ghz
  • Le chargeur en USB
  • Le mode d’emploi en anglais
Micro Buggy 1/32 à 25km/h

Il vous faudra 2 x piles AA pour la télécommande et un tournevis en croix pour avoir accès au logement de piles.

Micro Buggy 1/32 à 25km/h

L’axe 0 de la direction est ajustable, ce qui peut aider quand les axes sont un peu faussés.

Micro Buggy 1/32 à 25km/h

En dessous il y a un switch on-off juste à côté de la connectique pour recharger la batterie. Par contre pas d’accès à la batterie.

Micro Buggy 1/32 à 25km/h

En cas de crash il est facile de refixer les pièces.

Micro Buggy 1/32 à 25km/h

La canopy s’enlève très facilement.

Micro Buggy 1/32 à 25km/h

En attendant, une vidéo des tests en situation réelle je glisse ici la vidéo promotionnelle.

Une seule voiture coûte moins de 10€ et vous pourrez le trouver via le lien :

Micro Buggy 1/32

Bon amusement !

DJI présente une radiocommande intelligente avec écran intégré au CES 2019

8 janvier 2018 – DJI, le leader mondial des drones civils et de la technologie d’imagerie aérienne, poursuit son engagement à rendre la technologie aérienne accessible à tous en dévoilant une radiocommande haute technologie au CES 2019. Le Smart Controller dispose d’un écran ultra-lumineux et de fonctionnalités optimisées pour les drones DJI, permettant aux utilisateurs de piloter les drones les plus récents sans utiliser un smartphone ou une tablette. DJI exposera également sa gamme complète de drones grand public et de nacelles portables, y compris l’Osmo Pocket, sa nouvelle caméra stabilisée, dans son stand du CES 2019. Les visiteurs pourront retrouver DJI dans le South Hall du Las Vegas Convention Center, au stand 25602 qui abritera également des ateliers passionnants, des démonstrations pratiques de produits et bien d’autres activités.

Le Smart Controller multiplie les options du pilote

Le Smart Controller de DJI élargit l’écosystème d’accessoires construits autour de la technologie de drones DJI. Grâce à un écran de 5,5 pouces intégré, le Smart Controller permet aux pilotes de faire décoller leur drone en quelques secondes sans avoir besoin d’utiliser un appareil mobile. Il est compatible avec les tout derniers drones de DJI, y compris le Mavic 2 Zoom et le Mavic 2 Pro qui intègrent OcuSync 2.0, le système de transmission vidéo de DJI qui permet d’afficher des images de qualité exceptionnelle en Full HD. Ultra-compacte et portable, le Smart Controller est optimisée pour une utilisation en plein soleil. Il dispose d’un écran d’une luminosité de 1000 cd/m2, soit deux fois plus lumineux que les écrans des smartphones ordinaires. Par ailleurs, le Smart Controller est dotée d’un système Android personnalisable qui prend en charge DJI GO 4, DJI Pilot, ainsi que diverses applications tierces telles que des logiciels de montage. L’application DJI GO 4 propose également plusieurs nouvelles fonctionnalités, notamment SkyTalk qui permet aux pilotes de diffuser en direct les images de la caméra du drone sur les réseaux sociaux tels que Facebook, Instagram et WeChat, afin que tout le monde puisse vivre l’émotion et les sensations que procurent le pilotage d’un drone. Une autre nouveauté est la fonctionnalité DJI Go Share qui permet le transfert facile et rapide des images du Smart Controller vers votre appareil mobile. Le Smart Controller de DJI garantit une meilleure fiabilité en vol, avec 2,5 heures d’autonomie de la batterie et la possibilité de fonctionner dans des températures allant de -20 °C à 40 °C.

Prix et disponibilité Le nouveau Smart Controller sera disponible à l’achat à partir du 8 janvier 2019, au prix de 649 €. Des packs comprenant une radiocommande + un Mavic 2 Zoom ou un Mavic 2 Pro seront également disponibles.

AKK Oscar’s backpack Vtx – review, test et avis

Bonjour à toutes et à tous !
J’ai eu l’occasion d’avoir entre les mimines le fameux émetteur vidéo de chez AKK développé en collaboration avec Oscar Liang, célèbre testeur et reviewer Anglais … qui est au passage super sympa et bien calé en électronique !
Cet émetteur a tout simplement été dénommé Oscar’s Backpack VTX car il se place en “sac à dos” à l’arrière d’une caméra.
Ni une, ni deux j’ai lancé ma salve de tests sur le produit.
Quelques Clic Clac Kodak, coups de tournevis et réglages divers plus tard… voici les résultats des tests mis en forme dans un petit article.

Le produit testé dans cet article se trouve ici >> Oscar’s Backpack VTX <<

Fiche technique

Type de matériel: émetteur vidéo
Gamme de fréquences: 5.8GHz
Nombre de canaux: 37
Puissance d’émission: 25mW / 200mW
Tension de fonctionnement: 5Vdc
Consommation: non communiqué
Portée vidéo: non communiqué
Connexion d’antenne: MMCX (adaptateur rallonge MMCX vers SMA fourni)
Connexion de l’émetteur via câbles pré-soudés
Dimensions: 19 x 19mm
Poids: 2,8g sans antenne
Fonctionnalités supplémentaires: SMART Audio, Pitmode, sortie 5Vdc 300mA , micro à bord

Unboxing

Arrivé dans une enveloppe de protection à bulles d’air pour prévenir des chocs, le Oscar’s Backpack VTX est contenu dans un petit sachet antistatique à fermeture ZIP.
Sur le sachet on retrouve un auto-collant qui renseigne du contenu et sur lequel on retrouve un code QR qui renvoie vers le facebook d’AKK.
Cela nous change des jolies boites en carton épais auxquelles nous nous étions habitués.. probablement dans un soucis de prix car le packaging carton coûte plus cher que ces petits sachets zip.

De l’autre côté on ne retrouve rien.

Dans le sachet à fermeture zip on retrouve le nécessaire.
L’émetteur vidéo sur lequel a été pré-câblé des fils de cuivre recouvert d’une gaine silicone.

Un petit sachet transparent à fermeture zip contenant 3 entretoises laiton et 3 petites vis M2 qui serviront à fixer l’émetteur à l’arrière d’une micro caméra au format 19x19mm.
Dans la pratique on n’a besoin que de 2 entretoises et 2 vis, il y a donc 1 entretoise et 1 vis en remplacement… bien nécessaire car à ces petites tailles c’est vite, très vite égaré !

Une rallonge d’antenne munie d’un connecteur MMCX d’un côté, et de l’autre côté un connecteur SMA.

Un manuel d’utilisation en Anglais

Manuel d’utilisation

Mes habituelles photos du manuel d’utilisation en Anglais.

L’utilisation n’est pas compliquée (encore moins si on le fait via SMART audio) mais dans le doute venez jeter un coup d’oeil.
Si vous être une nouille en Anglais, vous pouvez toujours utiliser l’application android “google traduction” qui traduit en live grâce à la caméra de votre smartphone tout texte présent à l’image 😉
Notez que certaines fréquences ne sont pas disponibles à cause des normes US ! ben oui, on a beau pas être américain, on doit subir aussi leurs lois :/

Tour d’horizon

L’émetteur côté pile, c’est à dire côté du bouton de configuration, des leds de signalisation et du micro.

Vue Zoomée sur l’émetteur.
A gauche le connecteur MMCX qui permet la connexion directe d’une antenne MMCX ou de la rallonge d’antenne fournie (MMCX vers SMA).
Au dessus, derrière le connecteur d’antenne, le bouton de réglages… appui court, appui long dépendant de ce que vous souhaitez régler.
Situées à côté du bouton de sélection, on distingue 7 micros leds qui renseignerons les réglages.
En bas à gauche on remarque la pastile de microphone qui diffusera le son environnant dans le flux analogique.
Sur la droite de l’émetteur sont pré-soudés les câbles de raccord vers les périphériques externes.
La sérigraphie sur la carte parle d’elle même (sauf peut être le pad TBS qui est la norme de SMART audio à sélectionner dans betaflight)

L’autre côté de l’émetteur vidéo.

Zoom sur cette partie de l’émetteur.
Ce qui nous intéresse surtout dans cette vue c’est la puce radio utilisée.
Ici la RTC6705 qui est le coeur de l’émetteur 5.8GHz (pour les curieux: le datasheet se trouve ici)

La platine électronique est toute fine, seul le connecteur MMCX reste la partie la plus imposante de cet émetteur.

Mesures

Quelques mesures dimensionnelles pour commencer en douceur.
Renseigné à 19mm x 19mm dans la fiche technique, ces valeurs sont respectées

La carte électronique n’est pas carrée, une découpe a été judicieusement pensée pour que le connecteur se trouvant sur la caméra, à laquelle on viendra se fixer, ne vienne pas gêner lors du montage.
Ce sera plus parlant plus loin dans cet article quand je placerai l’émetteur sur une caméra pour la démo.

Le connecteur MMCX dépasse un peu de la carte.

Pour information, on nous a laissé 8cm de mou sur les câbles siliconés pré-soudés. de quoi satisfaire à la plupart des montages.

Renseignée 2,8g dans sa fiche technique (hors antenne), on peut dire que c’est respecté.
Ici mesurée à 3g hors antenne.

La rallonge d’antenne MMCX vers SMA fournie fait quand à elle 8cm au total.

Cependant, dans la pratique, seul moins de 3,6cm seront vraiment exploitables par manque de flexibilité.
Très honnêtement la rallonge sera plus un handicap qu’autre chose, privilégiez la connexion directe d’une antenne à la connectique MMCX. gain de poids, moins de pertes, moins de contraintes…

La rallonge d’antenne fait 4,5g

Pour ceux qui n’ont pas envie de se lancer dans de savants calculs d’ingénieurs: la rallonge d’antenne + l’émetteur font +-7,4g au total

Si on veut pousser le vice: la rallonge + l’émetteur + 2 vis et 2 entretoises donneront un total de 8,2g

Tests

Bim Bam Boum, on lance la salve de tests sur le banc.
J’ai réglé l’alimentation de laboratoire sur 5V, réglé l’émetteur sur une fréquence de 5800MHz (soit le canal Fatshark 4) SANS signal vidéo pour ne pas l’influencer et j’ai mis deux multimètres calibrés dans la ligne; celui de gauche est en voltmètre et celui de droite en ampèremètre.
J’ai connecté au pc du labo l’analyseur de spectre RF explorer pour avoir une vue graphique du fonctionnement de l’émetteur.
Un wattmètre ImmersionRc v2 est connecté à la sortie de l’émetteur pour mesurer sa puissance de sortie.
Note: Pour garder une stabilité de fonctionnement de l’émetteur, j’ai mis en service un ventilateur qui refroidit l’émetteur car quand l’émetteur chauffe (et il chauffe fort) la puissance de sortie diminue.

Attention: l’alimentation de cet émetteur est de 5Vdc uniquement !!!
Passez par un bec dédié (et de préférence filtré) pour éviter tout problème.
N’utilisez pas cet émetteur en direct sur votre LiPo sous peine de le voir détruit irrémédiablement.
Il en va de même pour le mettre en fonctionnement sans antenne… n’allumez JAMAIS votre émetteur sans y connecter une antenne appropriée sous peine de le détruire de manière irréversible.

Test de l’émetteur Oscar’s Backpack VTX à 25mW
En réalité il émet une puissance de 43,84mW et consomme 192mA.
Soit l’émetteur sort une puissance quasi double !

On étend la vue de l’analyseur de spectre à 200MHz (soit toute la bande vidéo 5.8hz).
A 25mW tout se passe bien, pas d’émissions fantôme.

On agrandit la vue à 20MHz, les porteuses sont nettes et ne bavent pas.
Au centre la vidéo avec les porteuses audio de part et d’autre.

A 200mW sélectionné, on mesure 464mW !!! soit plus du double de la puissance sélectionnée.
A cette puissance la consommation augmente à 415mA.

En haute puissance, le signal vidéo se dégrade nettement et provoque de nombreuses perturbations dont une 87MHz plus loin que la porteuse vidéo.

Etendu à 35MHz de bande passante, on remarque nettement les perturbations induites.
Dans la pratique cela se traduira par des râles et les pleurs de tous les camarades volant en FPV autour de vous !

A basse puissance l’émetteur chauffe mais cela reste correct.
Il ne faut pas nécessairement refroidir.

A haute puissance, l’émetteur chauffe de plus en plus.
Provoquant une chute de la puissance de sortie.
Si vous comptez l’utiliser à plein potentiel, pensez à forcer un refroidissement via une bonne ventilation si vous souhaiter garder des performances optimales.

Montage sur micro caméra

J’ai justement une foxeer micro sous la main, voyons ce que ce sac à dos donne au cul-cul de ma caméra.
On constate que la rallonge d’antenne pourra rapidement gêner dans un montage, à moins de donner beaucoup d’angle (vers le haut à la caméra)
En dessous de la caméra on distingue une longue barbe de fils de connexion.
L’émetteur a été conçu pour les micro caméra uniquement, ne comptez pas l’utiliser au dos d’ une caméra aux dimensions standard cela ne fonctionnera pas au niveau des trous de fixation! Cependant vous pouvez très bien le connecter électroniquement à une caméra standard, c’est tout à fait compatible mais il vous faudra le loger ailleurs dans votre build (et là, encore une fois, les trous de fixations ne vous aiderons pas)

Les entretoises permettent de laisser un espace entre l’émetteur et la caméra. Cet espace est surtout utile à une bonne ventilation de l’émetteur.

Conclusion

Ce petit émetteur super léger qui se place en “sac à dos” sur une micro caméra au format 19×19 peut satisfaire les pilotes qui souhaitent optimiser au maximum la place disponible dans leur build.

Cependant, même si j’apprécie beaucoup Oscar Liang et respecte la valeur de son travail, je n’ai pas du tout apprécié cet émetteur pour plusieurs raisons:
1. le format n’est compatible qu’avec les micros caméras et pas les caméras standards.
2. la connectique MMCX et sa rallonge d’antenne donnent un débord énorme et non négligeable qui n’est, en réalité, pas du tout pratique lors du placement dans un build.
3. les câble pré-soudés ne permettent pas une installation plug n’ play qui pourrait permettre de rapidement faire un échange sur le terrain.
De plus ces câbles sont nombreux ce qui ne facilite pas le placement de l’émetteur et fait brouillon dans le build.
4. les puissances déclarées ne sont pas respectées (même si dans la pratique personne ne s’en plaindra).
5. en haute puissance on provoquera des émissions fantômes sur le spectre; ce qui dans la pratique gênera probablement tous les copains qui volent aux alentours.
6. En haute puissance il faudra veiller à bien refroidir l’émetteur sans quoi la puissance de sortie se verra affectée et revue à la baisse.

Liens intéressants

L’émetteur Oscar’s Backpack VTX sur la boutique de AKK.

Frsky Super 8, l’antenne directionnelle à la mode

Salut les poulets !
Comme la hype est à l’antenne super 8 pour équiper nos émetteurs R9M / R9M lite (868MHz Eu) qui équipent nos radios, j’ai directement sauté sur le “add to cart” quand c’est apparu sur Banggood… Depuis, cette antenne a été déclinée en 2 autres versions que j’expliquerai plus loin; mais qu’à cela ne tienne on va tester et commenter la version reçue !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Super_8_Antenna_Frsky_Review-18-150x150.jpg.

>> Lien vers l’article testé dans cet article << … Attention c’est le modème FCC testé dans cet article!!!
le modèle EU se trouve >> ici <<

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Super_8_Antenna_Frsky_Review-17-150x150.jpg.

Unboxing

Commandée il y a déjà un moment, j’ai reçu l’antenne proprement emballée dans une enveloppe jaune.
Elle faisait partie d’un envoi contenant plusieurs produits… l’ensemble était emballé dans une fine feuille de mousse, elle même empaquetée dans le traditionnel sac poubelle noir.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Super_8_Antenna_Frsky_Review-2-300x300.jpg.

L’enveloppe est munie à l’intérieur d’une protection bulles d’air.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Super_8_Antenna_Frsky_Review-3-300x300.jpg.

Tour d’horizon

L’antenne est faite de plastique noir moulé, les brins de l’antenne sont en, je suppose, acier chromé. Un morceau de câble coaxial noir semi rigide relie l’antenne à son connecteur RP-SMA.
Un bout de gaine thermorétractable entoure la base de l’antenne, servant d’indication pour connaitre sa version de gamme de fréquence.
On peut remarquer le joli logo de frsky imprimé au centre de l’antenne.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Super_8_Antenna_Frsky_Review-11-1024x1024.jpg.

Comme je l’ai indiqué dans l’introduction de l’article, 3 versions de cette antenne existent.
Une version avec une bague rouge (en gaine thermorétractable) qui est censée être le modèle FCC 915MHz (pas de bol pour moi je suis en version EU).
Une version avec une bague jaune qui est censée être le modèle EU 868MHz.
Une version sans aucune bague qui est censée être un compromis entre EU et FCC soit centré sur 900MHz

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Super_8_Antenna_Frsky_Review-10-1024x1024.jpg.

Le morceau de câble coaxial noir semi rigide qui relire l’antenne à son connecteur RP-SMA fait 3,85cm.
Quand je parle de semi rigide, c’est qu’on peut plier le câble pour donner un angle d’attaque à l’antenne.
NB: Ne le pliez pas trop souvent pour ne pas abîmer le conducteur en cuivre ou le blindage interne !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Super_8_Antenna_Frsky_Review-5-300x300.jpg.

La largeur totale de l’antenne fait 96,6mm.
Cette taille dépendra de votre version; en effet en version FCC (celle ci) la longueur d’onde est plus courte qu’en version EU… donc en version EU votre antenne risque d’être un poil de cul plus grande que celle que j’ai.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Super_8_Antenna_Frsky_Review-6-300x300.jpg.

La largeur de l’antenne fait 2cm.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Super_8_Antenna_Frsky_Review-7-300x300.jpg.

Le conducteur acier, ici utilisé, fait un diamètre de +-2mm… c’est du costaud !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Super_8_Antenna_Frsky_Review-8-300x300.jpg.

Le connecteur utilisé avec le module R9M / R9M lite est de type RP-SMA.
Le connecteur est doré, offrant la meilleure conductivité possible.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Super_8_Antenna_Frsky_Review-9-300x300.jpg.

Le poids de l’ensemble a été mesuré à 10,8g

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Super_8_Antenna_Frsky_Review-4-300x300.jpg.

Mesures

Afin de connaître les caractéristiques de mon antenne, j’ai décidé de la passer sur l’analyseur d’antenne.
Le montage est simple et efficace, j’ai juste dû placer un petit convertisseur de connectique pour la connecter sur l’analyseur… L’influence sur les mesures de ce convertisseur est négligeable.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Super_8_Antenna_Frsky_Review-12-634x1024.jpg.

La première mesure a été effectuée à la fréquence que j’utilise sur mes modules R9M et R9M lite.. Soit le 868MHz, fréquence de la norme EUropéenne.
Le (v)SWR doit être le plus proche de 1, l’impédance le plus proche de 50Ohm.
Ici on peut voir que le SWR est légèrement supérieur à 2, ce qui n’est pas génial pour la bande européenne. C’est à la limite de l’acceptable et cela induira surtout des pertes de puissance; donc des performances moindres qu’avec une antenne accordée.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Super_8_Antenna_Frsky_Review-13-300x300.jpg.

J’ai procédé à une analyse de la bande passante de l’antenne, voici le résultat.
Le test a été fait entre 830MHz et 930MHz.
L’antenne est accordée sur 894MHz (le fond de la cuvette) et offre un SWR de 1.5 à cette fréquence de résonance.
On a donc une antenne qui est accordée à mi chemi entre la norme EU 868 et FCC 915.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Super_8_Antenna_Frsky_Review-14-300x300.jpg.

J’ai placé mon curseur sur 868MHz pour vous montrer où cela se trouve dans le tracé de la courbe (SWR 1.988)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Super_8_Antenna_Frsky_Review-15-300x300.jpg.

Ensuite j’ai déplacé le curseur sur 915MHz pour référence (SWR 1.7)
Cette antenne est donc clairement plus adaptée pour un module R9M flashé en norme FCC (non EU – 915MHz)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Super_8_Antenna_Frsky_Review-16-300x300.jpg.

Mise à jour avec le modèle EU

16/12/2018 : J’ai vu mon ami Pimousse qui m’a laissé mesurer son antenne modèle EU (celui à la bague jaune).
Vous allez être surpris des résultats qui ne sont que de l’ordre de l’acceptable sans être excellent.

Pour comparatif j’ai procédé à la mesure au pied à coulisse.
Nous avions mesurés 96,61mm sur le modèle FCC qui doit être plus court que le modèle EU (du à une longueur d’onde plus courte en FCC que en EU).
Ici nous mesurons 97,26mm donc effectivement elle est un peu plus grande que le modèle FCC.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Super8_EU_Review-10-1024x576.jpg.

La largeur reste quand à elle approximativement la même, nous avions mesurés 20,12mm et nous avons ici 20,19mm

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Super8_EU_Review-1-1024x576.jpg.

Le diamètre du conducteur était de 1,95mm (soit 2mm de diamètre) et il nous avons 1,9mm soit aussi un conducteur de 2mm. Le contraire m’aurait étonné, pourquoi changer de conducteur?!?

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Super8_EU_Review-2-1024x576.jpg.

On passe l’antenne modèle EU à la bague jaune à l’analyseur d’antenne, comme on l’a fait avec le modèle FCC.
Seul un adaptateur de connecteur a été placé entre l’antenne et l’appareil de mesure.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Super8_EU_Review-3-576x1024.jpg.

Mesure globale sur 868MHz, on remarque tout de suite un SWR de 1.7 ce qui n’est pas vraiment excellent pour une antenne censée être taillée pour la fréquence EU

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Super8_EU_Review-9-1024x1024.jpg.

Voici la courbe de bande passante de l’antenne entre 840MHz et 920MHz.
Effectivement le point bas de la courbe de SWR se situe bien vers la fréquence 868MHz et remonte fort vers le 900MHz.
Environ 1.7 à 868Mhz ; là où se trouve le pointeur.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Super8_EU_Review-6-1024x1024.jpg.

Et on remarque clairement que l’antenne n’est pas accordée pour le FCC, avec un SWR de 2.7 à 915MHz (là où se trouve le pointeur) 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Super8_EU_Review-7-1024x1024.jpg.

Rayonnement de cette antenne

Ce diagramme n’est pas de moi mais trouvé sur internet.
Il est très intéressant car il montre le diagramme de rayonnement de l’antenne dans tous ses axes.
Plus c’est rouge, plus ça rayonne bien.. plus c’est vert moins ça rayonne bien… Vous pourrez de ce fait orienter au mieux votre antenne pour avoir le meilleur rendement possible.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Frsky_super_8_radiation.jpg.

Conclusion

L’antenne frsky super 8 est de très bonne qualité de construction et offre de supers performances sur le terrain.
Veillez juste à choisir la bonne version d’antenne en fonction de la fréquence (norme) utilisée sur vos modules R9M !!!

Liens intéressants

L’antenne Super 8 version EU sur Banggood
L’antenne Super 8 version FCC sur Banggood

AKK FX3 Ultimate – Sous la loupe

Salut les pilotes !
Un petit test de l’émetteur vidéo FX3 Ultimate de chez AKK ça vous dit?
Comme vous le savez j’apprécie les tests d’émetteurs vidéos…. et d’émetteurs tout court d’ailleurs… autant continuer dans cette voie et rendre publique mes tests, cela pourra bénéficier à certains ou influencer l’achat ou non de tel ou tel émetteur en fonction des performances attendues sur votre build.
Ces derniers jours j’en ai testé quelques uns mais il faudra le temps que je mette en page tous ces résultats. Il y a du bon, du moins bon et du non fiable, donc restez à l’écoute 😉
Voici donc mon avis personnel, agrémenté de tests technique sur l’émetteur AKK FX3 Utimate.

Lien du produit testé dans cet article >> AKK FX3 Ultimate <<

Fiche technique

Type de matériel: émetteur vidéo
Gamme de fréquences: 5.8GHz
Nombre de canaux: 37
Puissance d’émission: 25mW / 200mW / 400mW / 600mW
Tension de fonctionnement: 7Vdc à 24Vdc
Consommation: de 100mA à 320mA @ 12Vdc (consommation différente selon la puissance)
Portée vidéo: plus de 2km avec une antenne omnidirectionnelle RHCP
Connexion d’antenne à l’émetteur: MMCX ou UFL
Connexion d’antenne au bout de la rallonge: SMA ou RP-SMA (en option à l’achat)
Connexion de l’émetteur via câbles pré-soudés
Dimensions: 26 x 26mm (carte), 20 x 20mm (trous de fixation)
Poids: 5,4g sans antenne
Fonctionnalités supplémentaires: SMART Audio, Pitmode, sortie 5Vdc 300mA , micro

Unboxing

L’émetteur AKK FX3 ultimate est arrivé dans une enveloppe à bulles.
C’est relativement bien protégé et discret compte tenu que l’émetteur est lui même empaqueté dans sa propre boite.
Le packaging AKK reste identique à la majorité de ses émetteurs: une petite boite en carton avec le logo de la société sur le couvercle.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est AKK_FX3_ULTIMATE_Review_Part1-2-300x300.jpg.

De l’autre côté de la boite en carton on retrouve le matériel empaqueté sans autres indications.
Une étiquette toute délavée munie d’un code QR qui nous renvoie sur le facebook du fabricant AKK.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est AKK_FX3_ULTIMATE_Review_Part1-3-300x300.jpg.

On retire le couvercle en carton pour découvrir notre émetteur, bien protégé dans sa loge prédécoupée dans une mousse blanche antichoc relativement dense.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est AKK_FX3_ULTIMATE_Review_Part1-5-300x300.jpg.

Première chose qui m’a directement sauté aux yeux c’est que tous les fils nécessaires à son fonctionnement sont pré-soudés.. Adieu le connecteur qui permet de rapidement faire un échange de matériel sur le terrain!

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est AKK_FX3_ULTIMATE_Review_Part1-6-300x300.jpg.

On retire l’émetteur entouré de sa couche de mousse antichoc pour se voir dévoilé un carton perforé d’un gros trou en son centre (dans lequel passait au travers les fils pré-soudés sur l’émetteur)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est AKK_FX3_ULTIMATE_Review_Part1-7-300x300.jpg.

Sous ce carton se trouvent la rallonge d’antenne MMCX vers SMA (ou RP-SMA selon votre préférence à l’achat) et le petit manuel d’utilisation en Anglais.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est AKK_FX3_ULTIMATE_Review_Part1-9-300x300.jpg.

Manuel d’utilisation

Personne n’a envie de m’offrir un scanner?
En attendant et comme d’hab, je vous mets les photos prise du manuel d’utilisateur en ANGLAIS.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est AKK_FX3_ULTIMATE_Review_Part1-10-1024x576.jpg.

Le fonctionnement est simple mais en cas d’hésitation n’hésitez pas à vous référer au manuel.
Par exemple on notera qu’une led verte s’allumera en mode 25mW et seulement en mode 25mW !!! on ne saura pas sur quelle autre puissance on est est configuré sans devoir refaire toute la séquence de sélection au moyen du petit bouton de sélection (ou via l’OSD si on utilise le SMART audio)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est AKK_FX3_ULTIMATE_Review_Part1-11-1024x576.jpg.

Tour d’horizon

Le gros plan est réussi non? merci mon Xiaomi Mi Note 3 avec son zoom optique 2x :p
Que peut on voir à l’image?
A gauche, là où sont soudés les fils de connexion on pourra se référer à la sérigraphie si toutefois on casse un fil.
Ces fils sont en cuivre entouré de silicone, cela résiste bien à la température et c’est de bonne qualité… un bon point pour cet émetteur.
Les pads parlent d’eux même à part éventuellement le pad TBS qui est le pad SMART audio à la norme TBS (sélection à faire dans betaflight).
Sur la droite de la photo :
En haut – le micro qui renverra le son environnant dans le flux analogique descendant vers un récepteur compatible 5.8GHz.
Sur la partie tout à fait à droite supérieure – Le bouton de configuration et ses 7 micros LEDs à sa gauche.
Sur la partie tout à fait à droite inférieure – Les connecteurs d’antenne : soit UFL (mais aucune rallonge n’est fournie) soit le connecteur MMCX (une rallonge est fournie)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est AKK_FX3_ULTIMATE_Review_Part1-12-1024x1024.jpg.

De l’autre côté de la platine on retrouve l’électronique de gestion dont la puce RTC6705 qui est l’émetteur 5.8Ghz proprement dit (le datasheet est ici pour les curieux).
On remarquera que l’électronique n’est ni protégée, ni blindée au moyen du traditionnel capot métallique comme sur les autres émetteurs. Est ce justifié? aucune idée et je n’ai pas poussé mes tests jusqu’à voir l’influence des perturbations électromagnétique sur l’ensemble de l’électronique environnante à cet émetteur.
Sur la gauche de la photo on peut distinguer un rappel des fonctions des pads de connexion grâce a une sérigraphie présente sur les deux côtés.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est AKK_FX3_ULTIMATE_Review_Part1-14-1024x1024.jpg.

Mesures

Renseigné à 26×26 dans la fiche technique, les dimensions sont respectées.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est AKK_FX3_ULTIMATE_Review_Part1-16-300x300.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est AKK_FX3_ULTIMATE_Review_Part1-19-300x300.jpg.

On notera que le connecteur MMCX d’antenne déborde un tout petit peu mais ça ne change rien car on doit quand même y connecter la rallonge d’antenne.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est AKK_FX3_ULTIMATE_Review_Part1-17-300x300.jpg.

Les câbles de connexion en silicone pré-soudés font 8cm de long, ce qui laisse assez de mou pour la plupart des builds.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est AKK_FX3_ULTIMATE_Review_Part1-15-300x300.jpg.

La rallonge d’antenne MMCX vers SMA (ou RP-SMA) est standard chez AKK et fait un peu moins de 8cm de boût à boût.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est AKK_FX3_ULTIMATE_Review_Part1-20-300x169.jpg.

Attention qu’avec cette rallonge seuls un peu moins de 5cm sont vraiment exploitables car non rigide.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est AKK_FX3_ULTIMATE_Review_Part1-21-300x169.jpg.

On nous l’avait annoncé à 5,4g sans rallonge/antenne dans la fiche technique et nous l’avons mesuré à 5,7g… bon… on ne va rien dire pour cette fois

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est AKK_FX3_ULTIMATE_Review_Part1-22-169x300.jpg.

Avec la rallonge d’antenne on est pile poile à 10g.
Soit, cela fait 4,3g pour la rallonge d’antenne.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est AKK_FX3_ULTIMATE_Review_Part1-23-169x300.jpg.

Tests sur le banc

Passons aux choses sérieuses et voyons ce que cet émetteur a sous le capot (bien qu’il en soit dépourvu).
J’ai réglé l’alimentation de laboratoire sur 12V, réglé l’émetteur sur une fréquence de 5800MHz (soit le canal Fatshark 4) SANS signal vidéo pour ne pas l’influencer et j’ai mis deux multimètres calibrés dans la ligne; celui de gauche est en voltmètre et celui de droite en ampèremètre.
J’ai connecté au pc du labo l’analyseur de spectre RF explorer pour avoir une vue graphique du fonctionnement de l’émetteur.
Un wattmètre ImmersionRc v2 est connecté à la sortie de l’émetteur pour mesurer sa puissance de sortie.
Note: Pour garder une stabilité de fonctionnement de l’émetteur, j’ai mis en service un ventilateur qui refroidit l’émetteur car quand l’émetteur chauffe (et il chauffe fort) la puissance de sortie diminue.

Attention et Rappel: n’allumez JAMAIS votre émetteur sans y connecter une antenne appropriée sous peine de le détruire de manière irréversible.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est FX3_ULTIMATE_test-1024x576.jpg.

En mode 25mW il est censé consommer 100mA.
Nous mesurons 91mA de consommation pour 36,6mW de sortie.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est FX3_ULTIMATE_test_25-1024x576.jpg.

Pour voir si l’émission est propre sur tout le spectre standard vidéo, j’ai agrandi la bande passante de l’analyseur de spectre à 200MHz.
C’est OK !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est FX3-ultimate_25mw_200Mbp-1024x576.jpg.

On réduit la bande passante à 20MHz pour voir la tête des porteuses.
Vidéo au centre, audio à gauche et à droite.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est FX3-ultimate_25mw_20Mbp-1024x576.jpg.

En mode 200mW il est censé consommer 200mA.
Nous mesurons 168mA de consommation pour 268,6mW de sortie.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est FX3_ULTIMATE_test_200-1024x576.jpg.

Le spectre reste propre, on pourra voler à plusieurs sans se gêner!

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est FX3-ultimate_200mw_200Mbp-1024x577.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est FX3-ultimate_200mw_20Mbp-1024x578.jpg.

En mode 400mW il est censé consommer 250mA.
Nous mesurons 200mA de consommation pour 378,5mW de sortie.
On est un peu en dessous en consommation et en émission, pour les quelques 20mW on ne va rien dire; on ne verra pas la différence à l’utilisation.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est FX3_ULTIMATE_test_400-1024x576.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est FX3-ultimate_400mw_200Mbp-1024x578.jpg.

La puissance monte, la porteuse vidéo s’élargit… à l’utilisation on ne remarquera rien.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est FX3-ultimate_400mw_20Mbp-1024x576.jpg.

En mode 600mW il est censé consommer 320mA.
Nous mesurons 301mA de consommation pour 546,5mW de sortie.
On est un peu en dessous en consommation et en émission, pour les quelques 55mW on ne va rien dire; on ne verra pas vraiment la différence à l’utilisation.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est FX3_ULTIMATE_test_600-1024x576.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est FX3-ultimate_600mw_200Mbp-1024x579.jpg.

Plus on gagne en puissance, plus la bande passante de la porteuse vidéo s’élargit.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est FX3-ultimate_600mw_20Mbp-1024x578.jpg.

Quelques graphiques supplémentaire à 600mW pour se faire une idée.
La bande passante de l’analyseur de spectre est réglée sur 20MHz

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est FX3-ultimate_600mw_20Mbp_p2-1024x402.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est FX3-ultimate_600mw_200Mbp_waterfall-1024x391.jpg.

Du côté des températures l’émetteur chauffe assez fort.
Ici la mesure a été prise après une trentaine de secondes, émetteur sur 600mW.
la photo montre le côté pile (du côté du bouton et des leds)
77°C et ça monte !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est FX3-ultimate_no_ventil.jpg.

Côté face ou celui de l’électronique (puce RF)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est FX3-ultimate_no_ventil_back.jpg.

Après avoir forcé le refroidissement grâce au ventilateur, on retombe dans des valeurs bien plus raisonnables (51°C) et surtout on gagne à avoir une puissance de sortie stable et à son maximum.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est FX3_ULTIMATE_ventil_600.jpg.

Conclusion

Adapté pour un build qui utilise de l’électronique au format 20×20 cet émetteur vidéo se révèle vraiment pratique si on l’utilise par le SMART audio.
Léger, il n’influencera que très peu le poids de votre build.
Le vaste choix de connectique d’antenne laissé à l’utilisateur est un plus non négligeable (MMCX – SMA, MMCX – RP-SMA, UFL – SMA, UFL – RP-SMA, MMCX direct antenna, UFL direct antenna).
La large gamme de puissance de sortie conviendra à tous les usages.

Par contre je n’ai pas apprécié les fils pré-soudés (bien que de qualité) car ils ne permettent pas un échange de matériel rapide sur le terrain ou pour des essais, mais cela évite un éventuel débranchement du connecteur en vol.
Si vous comptez l’utiliser en dehors de la législation qui fixe la puissance à 25mW maximum, il vous faudra penser à bien le ventiler, voir à forcer son refroidissement par un petit radiateur aluminium ou un micro ventilateur SI vous voulez garder une sortie de puissance stable et maximum car plus il chauffe fort, moins la puissance de sortie est élevée.

Liens intéressants

L’émetteur vidéo AKK FX3 Ultimate sur la boutique AKK

Eachine Trashcan - Vive l'indoor

Eachine Trashcan – Vive l’indoor

L’Eachine Trashcan est annoncé sur par mal de sites et il arrive enfin! 

Eachine Trashcan - Vive l'indoor

Rien que les caractéristiques font rêver :

Eachine Trashcan - Vive l'indoor

Une carte F4 avec ESC 6A et PDB intégrée

Eachine Trashcan - Vive l'indoor

Une réglette LED pour les courses avec les copains

Eachine Trashcan - Vive l'indoor

Le kit semble complet en plus dès le départ, pas besoin de chercher sur  le net après les accessoires :

Eachine Trashcan - Vive l'indoor

Pour le commander au prix de 85€ c’est ici :

Lien unique : Eachine Trashcan

Code de réduction : e2bcea

On a hâte de l’avoir, d’ailleurs Shunt du site Papy.RC (le blog du papy connecté) en fera une review très complète d’ici peu puisqu’il a reçu en primeur l’engin!

Bons vols!

IRangeX – iRX4 lite, rendez votre Frsky X-lite multi-protocoles

IRangeX – iRX4 lite, rendez votre Frsky X-lite multi-protocoles

Qui n’a pas un tas de récepteurs radio de toutes sortes/marques au fond de ses tiroirs? vous ne saviez pas quoi en faire? j’ai la solution ! Recyclez les dans vos builds.
La marque IRangeX qui se fait doucement connaitre dans le hobby surtout pour ses radio multi-protocoles, nous a développé un petit module, le IRangeX iRX4 lite, basé sur le projet opensource disponible sur github “DIY-Multiprotocol-TX-Module“.
Ce petit module est capable de s’appairer (binder) sur une très large gamme de récepteurs disponible sur le marché.
Que vous ayez un récepteur orangerx, lemonrx, devo, hubsan, syma, flysky, frysky, et j’en passe… vous pourrez le recycler et l’utiliser à nouveau, avec votre taranis x-lite, sur votre prochain projet.
C’est pas super top génial méga dance ça?!?!?!

Spécifications technique

Marque: IRangeX
Tension de fonctionnement:5-9V
Courant de fonctionnement: <=180mA
Fréquences utiliées: 2.4GHz ISM band
Puissance RF (radio): +22dBm (+-158mW)
MCU: STM32F103CBT6(128K ROM, 20K RAM)
Poids: 32g

Unboxing

Il a fallu le temps mais il est arrivé (on remerciera d’ailleurs l’inefficacité de la poste Belge pour avoir gardé mon colis 17 jours avant de me le livrer).
Dans une petite boite en carton toute simple… heureusement je savais ce qu’elle était censée contenir :p


J’ouvre délicatement la boite et je découvre le module, mis sous vide, dans un sachet plastique antistatique.

Je retire le module et découvre le mode d’emploi en anglais, plié en 4 et emballé dans un sachet transparent à fermeture zip.

Tour du propriétaire

Un petit coup de cutter au travers du sachet antistatique et hop, on en sort le beau module tout frais tout neuf et son antenne bâton.

Vue de face: le module présente quelques moulures qui lui donnent un aspect high-tech.. c’est plus sympa qu’un truc tout lisse.
Sur le connecteur d’antenne a été placé un petit capuchon rouge pour attirer le regard et vous faire penser qu’il ne faut pas le brancher sans y avoir vissé l’antenne.
Juste derrière l’annotation iRX4 lite se trouve une toute petite fenêtre rectangulaire sous laquelle se cache une led qui donnera l’état de fonctionnement du module.

Sur son autre face rien de spécial, c’est ce côté ci qui se logera dans l’emplacement module externe de votre frsky taranis x-lite.
4 vis cruciforme ferment le boitier autour de la platine électronique.
Cette platine électronique comprend 4 puces radiofréquence permettant l’accès à une très large gamme de protocoles radio servant à piloter les récepteurs de nos modèles réduits.
La platine est basée sur un microcontrôleur à base de STM32 et possède les puces radio CC2500, NRF24L01+, A7105, CYRF6936… soit, les plus courantes.

Sous le petit capuchon rouge se trouve le connecteur RP-SMA destiné à recevoir l’antenne bâton fournie.

En dessous du module se trouve un connecteur micro usb destiné à recevoir les futures mises à jour.

Il n’est pas très grand mais à une taille standard de module pour la X-lite… identique à un R9M lite.

IRangeX – iRX4 lite, rendez votre Frsky X-lite multi-protocoles

Renseigné dans le mode d’emploi à 32g, j’ai fait la mesure pour comparer.
Ma première mesure diffère, je suppose qu’ils ont comptés le poids total avec l’antenne.
Pour vous donner une idée du poids sans l’antenne (24g):

Avec l’antenne, on se rapproche du poids annoncé.
Rajoutez y le manuel et on y est :p

Question de faire les choses à fond, je l’ai mesuré sous toutes les coutures.
+-63,5mm de long hors connecteur d’antenne

72mm de long avec le connecteur d’antenne.

30mm de large.

+-15mm d’épaisseur au plus gros du module.

L’antenne

L’antenne RP-SMA fournie avec le module ressemble très fort aux antennes bâton fournies avec les émetteurs vidéo 5.8GHz.
Ne les mélangez pas! Ici nous sommes dans la gamme de fréquence 2.4GHz… ce n’est pas la même chose et elles ne sont pas compatibles entre elles.
Pensez donc à faire une marque sur l’antenne pour la distinguer des autres qui traîneraient éventuellement sur votre poste de travail.

Mesurée à 108mm connecteur compris.
La base de l’antenne est pliable, ainsi vous pourrez l’orienter comme bon vous semble et déterminer la meilleur position de fonctionnement.

Pour le fun j’ai mesuré le poids.. on est à 7g.

Histoire de vérifier la qualité de conception j’ai passé l’antenne à l’analyseur.
L’accord est très bon et on a un taux d’onde stationnaire (SWR) impeccable en 2.4GHz.
La mesure ici a été prise avec l’antenne toute droite.

IRangeX – iRX4 lite, rendez votre Frsky X-lite multi-protocoles

Même mesure sur l’antenne, mais celle ci a été pliée à 90°.
La courbe de SWR change légèrement, influencée par l’environnement.

Le manuel

Vous savez bien que je ne suis pas un adepte du scanner…
Photos du manuel en anglais fourni avec le module.

De l’autre côté de la feuille on retrouve la liste de tous les protocoles compatibles… cette liste n’est pas définitive et peut encore évoluer.

Malgré tout je vous ai trouvé le manuel en anglais au format .doc

Installer le module sur votre X-lite

Pour le placer rien de plus facile, ôtez le plastique de protection de la baie du module externe, situé à l’arrière de votre x-lite, par coulissement vers le haut.
Déposez le module à l’endroit prévu et faites le coulisser vers le bas pour le verrouiller.
vissez l’antenne sur le module.
Fini !

NOTE: n’oubliez jamais de placer l’antenne sur le module avant de l’alimenter car il y a un risque non négligeable de destruction de l’étage de puissance en sortie du module… comme pour tout émetteur radio !

Configurer le module

Avant de pouvoir profiter du module multi-protocoles, il faut l’activer dans la configuration de votre x-lite.
Pour cela il faut ouvrir le programme “companion” sur votre ordinateur.
“Companion” est le programme qui sert à paramétrer ou mettre a jour votre x-lite.


Allez dans le menu “Réglages” – “Préférences”

Une fenêtre s’ouvre, cochez la case multimode.

Allumez votre radio en mode “bootloader”.
Pour ce faire, appuyez en plein milieu de la croix et faites un appui bref sur le bouton pour allumer votre radio.

Choisissez “Write Firmware”

Connectez le câble USB entre votre pc et la radio.
Allez dans le menu “Transfert” – “Transférer le firmware à la radio”

Injecter le nouveau firmware dans la radio.

Une fois que c’est fini, éteignez votre radio, déconnectez le câble usb et allumez votre radio x-lite à nouveau.
Choisissez votre modèle, allez dans le menu de configuration de votre récepteur.
Sous l’option “Internal RF” choisissez “Mode = OFF” : ceci déconnectera l’émetteur 2.4GHz interne de votre x-lite.
Sous l’option “External RF” choisissez “Mode = MULT” : ceci activera le module externe IRangeX iRX4 lite.
A côté de “MULT” vous pouvez choisir le protocole.
Dans cet exemple c’est le protocole “FlySky” qui a été sélectionné.

Ca y est, votre module est prêt à fonctionner 🙂

Premier test

Pour un premier test j’ai choisis d’utiliser un vieux Syma x12 qui traine depuis quelques années dans le fond d’un tiroir.
J’ai sélectionné le protocole SymaX, j’ai coché l’autobind pour éviter de devoir rebinder à chaque mise sous tension.

IRangeX – iRX4 lite, rendez votre Frsky X-lite multi-protocoles

J’ai allumé mon petit Syma x12 et lancer un premier bind manuellement.
Hop, instantanément il s’est bindé sur la radio.
J’ai fait un premier décollage de cet énorme drone de course… les voies semblent inversées… ma radio est en TAER et il lui faut un map AETR.
Je modifie le map dans les réglages du modèle… presque bon… la voie Ail fonctionne en inverse… Je modifie son sens de fonctionnement.
Me voilà fin prêt au départ 🙂

Pour les prochains vols il faudra allumer le petit Syma x12 en premier, attendre la fin de sa calibration gyro et ensuite allumer la x-lite pour que l’autobind fonctionne.

Tests de puissance

Annoncé dans les spécifications à une puissance d’environ 158mW, nous allons vérifier cela.
J’ai de fameux doutes… comme le module contient plusieurs puces RF, il me parait peu probable qu’elles développent toutes la même puissance de fonctionnement.
Voyons donc cela…
Sur la photo qui suit on retrouve la puissance développée dans le protocole “symax”.. on est loin des 158mW.. on tourne plutôt aux environs de 89mW.. ici c’était un pic de puissance a l’instant où j’ai capturé la photo.

Quelques autres mesures avec le IRC V2

J’ai fait quelques mesures avec les protocoles les plus courants.
Voici les résultats :

Protocole FLYSKY – Puissance 130mW
Protocole SymaX – Puissance 89mW
Protocole DEVO – Puissance 66mW
Protocole DSM – Puissance 138mW
Protocole FRSKY – Puissance 73mW
protocole HUBSAN – Puissance 142mW

Notez qu’avec certains protocoles, tel que le cx10, on est même en dessous d’1mW (+- 800µW).

Test de portée (range test)

Ayant tout juste reçu le module, je n’ai pas encore eu l’occasion de l’essayer en extérieur et sur de longues distances.
Je reviendrai vers vous aussitôt les tests effectués.

J’ai l’intention d’essayer le module IRangeX iRX4 lite sous le protocole “frsky”, “devo”, “dsm2”.

Mise à jour:
21/10/2018 : Test du protocole DSM2 avec un OrangeRX R710 – 400m sans problèmes en champ dégagé.

Conclusion

IRangeX nous a sorti un super petit module qui vient compléter efficacement les multiples possibilités de la frsky x-lite.
Grâce à lui, la multitude de récepteurs traînant dans les fonds de vos tiroirs feront (re)prendre vie à de nouveaux projets.
Vous pourrez utiliser votre x-lite avec presque toutes les marques et même appairer dessus certains petits jouets télécommandés.

Point négatif: Une puissance qui n’est pas constante selon le protocole utilisé.

Liens utiles

Le produit sur la boutique

Le manuel en anglais au format .doc

Contrôleur de vol Yupi F7

Contrôleur de vol Yupi F7 – L’évolution et la performance !

Présentation:

Les contrôleurs de vols Yupi sont connus et renommés sur la scène FPV et particulièrement mis en avant pour le pilote d’essai Remi Remco.

Il s’agit d’un contrôleur Made in France conçus par la start-up Copperyu composée de Thierry Gaiffe et Francois Dufourniaud.

Ils ont déjà a leurs actifs, une f4 RACE et une F4 mini disponible via ce lien

Nous avons reçu 2 exemplaires de la nouvelle Yupi F7 pour tests et nous les remercions sincèrement.

Contrôleur de vol Yupi F7

Unboxing:

Contrôleur de vol Yupi F7

Le packaging est très qualitatif et respire le haut de gamme.

Contrôleur de vol Yupi F7

Un condensateur 35v 330uf est fourni afin de protéger le contrôleur des pics de tension.

Contrôleur de vol Yupi F7

On trouve également 2 stickers Yupi et un manuel d’utilisation extrêmement bien réalisé !

Contrôleur de vol Yupi F7

Ce manuel permettra un montage aisé pour un débutant, un réel effort a été fait dans le manuel pour simplifier le jargon habituel.

Vous pouvez d’ailleurs, retrouvez divers schémas de câblage suivant votre configuration via ce lien.

Particularité de ce contrôleur, il dispose d’une sortie contrôle osd caméra fonctionnant sans ajout de composant.

Il suffit de raccorder les fils ou le joystick habituellement fourni avec les caméras vient se raccorder.

Fonction franchement pratique, car il peut être nécessaire selon l’environnement ou l’on vole de modifier

Les modes scène présents sur les dernières caméras modernes.

Contrôleur de vol Yupi F7

On remarque immédiatement la qualité des composants et surtout celle du PDB.

Elle dispose également d’une sortie lipo filtrée fort pratique pour le branchement d’un vtx en disposant

d’une alimentation dénuée de parasite.

Les soft mount sont intégrés au contrôleur !

Contrôleur de vol Yupi F7

Le buzzer est intégré à la carte et est aussi puissant que ceux que j’ai sur d’autres builds.

Spécifications du contrôleur:

  • Microcontroleur F7
  • Nouvelle génération de Gyroscope
  • Soft mount intégrés à la carte
  • Tension d’entrée Lipo 3s – 6s
  • Mesure de tension Vbat intégrée
  • Capteur de courant 140A intégré
  • Entrée de mesure RSSI
  • Port USB (VCP) et 4 UARTs avec inverseurs intégrés
  • Pilotage de 4 Moteurs
  • Distribution (PDB)
  • Nouveau BEC 5v 2A
  • Sortie Lipo filtrée par filtre LC
  • Diode de protection TVS
  • PPM, Sbus(signal sur RX UART 6), Spektrum, Crossfire…
  • Bouton Boot
  • Buzzer intégré plus puissant que sur YupiF4
  • OSD intégré compatible Betaflight
  • Circuit de pilotage OSD camera intégré sans ajout de composant
  • Pilotage de LED possible
  • Mémoire flash 16MB pour enregistrement Blackbox
  • Taille : 38mm x 38mm
  • Perçages standards: 30,5mm x 30,5mm
  • OneShot / MultiShot / DShot
  • Flashage direct des ESC
  • Prise extension pour branchement d’un GPS / Magnétomètre / Baromètre (cable non fourni)
  • Support inav pour les ailes volantes.

Avantages  d’une F7:

L’avantage principal est la puissance de calcul du processeur qui permet de gérer beaucoup plus d’informations

en même temps sans pour autant atteindre des taux de charge CPU trop élevés qui pourrait par exemple empêcher l’armement

ou provoquer des desync en vol. Il est possible d’activer beaucoup de fonctions nécessitant un pourcentage important de ressources tout en gérant en parallèle des UART, SOFT SERIAL & autres.

Elle offre également la possibilité d’utiliser des taux de rafraîchissement de 32k/32k pour la lecture du gyro et pour le refresh de la boucle PID avant que les informations soient traitées par les moteurs.

Bien entendu ces performances ne peuvent être atteintes avec des composants classiques !

Pour pleinement en profiter, des esc dernières générations sont nécessaires et dans mon cas j’ai choisi un 4/1 Airbot Typhoon32 35amp.

Il autorise le Dshot1200 en Blheli32, mais d’autres modèles conviendront également, mais autant jouer la carte des performances jusqu’au bout.

>>Désavantages<<:

Une  sensibilité accrue au bruit électronique(en 32k) qui peut être causée par diverses raisons:

  • Un montage trop rigide du contrôleur (soft mount indispensable) et serrez les vis modérément.
  • Des moteurs vibrant beaucoup
  • Des hélices mal équilibrées.
  • De la résonance dans le carbon
  • Des composants de mauvaise qualité…

Quelques précautions de base à prendre:

Au niveau du montage, il est facile et peut coûteux de prendre de simples précautions afin de minimiser le risque de vibration pouvant affecter le gyro et ainsi maximiser les performances initiales avec les PID de base.

Contrôleur de vol Yupi F7

Le système de fixation de la carte :

Celui destiné à la Fortini F4 est pas mal, il permet un ajustage précis et ne se dévisse pas et il est disponible chez DFR ici 

Contrôleur de vol Yupi F7

Soft mount sur les moteurs:

Contrôleur de vol Yupi F7

Il y a beaucoup de modèles disponibles sur thingiverse, j’ai imprimé ceux-ci en TPU sainsmart.

Pareil ici, il n’est pas nécessaire de serrer le moteur comme fou en compressant les soft mount,

Il suffit de mettre du frein filet et d’attendre qu’il sèche.

 

Utiliser un condensateur:

Un modèle de 330uf 35v est fourni.

J’ai remplacé celui-ci par un modèle panasonic low esr de 680 uf pour augmenter le filtrage et protéger l’électronique.

Contrôleur de vol Yupi F7

Le Build:

Disposant d’un xbee T assez light acceptant le 5 pouces, la f7 se retrouva montée quelques heures plus tard !

Contrôleur de vol Yupi F7

Pour le reste du set-up:

  • Brother Hobby tornado 2205-2800kv
  • 4/1 Airbot Typhoon32 35amp
  • Helices HQ 5×4,5×3 v3 / Gemfan windancer 5042×3
  • runcam swift 2
  • fr sky xsr
  • vtx 03
  • antenne prodrone.pl
  • Xbee T – 240 Gr sans lipos
  • lipo 1550 tattu square 95c

Maiden PID full stock betaflight 3.3

Petit vol d’essai afin de récolter des données pour la blackbox en Dshot 1200 32k/16k car en 32/32 la carte refusait de s’armer.

Comme presque sur chaque configuration betaflight en pid / rate stock, il faut apporter de nombreuses modifications pour obtenir une machine performante en vol ! Personnellement, je ne suis pas convaincu du maiden avec ces réglages, beaucoup de rebonds, il est assez mou a piloté et pas très verrouillé.

Après passage vers Betaflight 3.5 dont le code est beaucoup plus optimisé pour les processeurs F7, on obtient une fois les PID corrigés, une machine complètement différente à tout niveau.

Vu les disponibilités presque inexistantes pour voler ,mes PID ne sont pas encore parfaits, mais il ne reste plus beaucoup de correction à faire pour que ce châssis me convienne.

De plus les nouvelles possibilités de réglage de la version 3.5 sont très intéressantes et surtout le feed forward sur les PID.

Betaflight 3.5 

Conclusions:

Cette F7 offre vraiment une expérience de vol très intéressante et est d’une conception vraiment qualitative et comporte énormément de qualités, de possibilité d’utilisation et d’évolutions.

Je pense qu’il faut simplement sélectionner des composants de dernière génération pour en exploiter le plein potentiel.

Je tiens encore à remercier Thierry & François de m’avoir donné cette opportunité.

Bons vols.

 

 

 

DJI présente le Mavic 2 Pro et le Mavic 2 Zoom

Une nouvelle ère pour les drones-caméra

Le Mavic 2 dispose d’un design emblématique pliable, de puissantes options de caméra, de nouvelles fonctionnalités intelligentes et de capteurs multidirectionnels pour une expérience de vol plus sûre et agréable.

DJI, le leader mondial des drones civils et de la technologie d’imagerie aérienne, a inauguré ce jour une nouvelle ère pour les drones à caméra avec l’ajout de deux nouveaux produits à sa célèbre gamme Mavic : le Mavic 2 Pro et le Mavic 2 Zoom. Le Mavic 2 est le drone DJI le plus évolué jamais conçu. Il est surtout destiné aux professionnels, aux photographes aériens ainsi qu’aux créateurs de contenu vidéo et photo. Incorporant le design pliable emblématique du très réputé  Mavic Pro, le Mavic 2 est une plateforme puissante dotée de nouvelles caméras-nacelles et de fonctionnalités intelligentes avancées comme Hyperlapse et ActiveTrack, pour une narration plus facile et plus dynamique. Le nouveau système de détection multidirectionnelle d’obstacles permet au Mavic 2 d’analyser son environnement et d’éviter les obstacles afin que l’opérateur puisse se concentrer sur la prise de vue.

« Lorsque le Mavic Pro a été lancé il y a deux ans, il a redéfini la façon dont les gens perçoivent le drone et a élargi les possibilités pour les créateurs du monde entier », a déclaré Roger Luo, Président de DJI. « Aujourd’hui, nous entrons dans une nouvelle ère de la photographie aérienne avec l’avènement du nouveau produit phare de DJI, le Mavic 2. Le Mavic 2 Pro et le Mavic 2 Zoom permettront aux photographes et vidéastes d’exprimer rapidement leurs inspirations et d’élever leurs idées créatives vers de nouveaux sommets », a-t-il ajouté.

Fruit d’une collaboration soutenue entre DJI et Hasselblad, le leader mondial de la photographie moyen format, le Mavic 2 Pro est le tout premier drone au monde à embarquer une caméra Hasselblad, ce qui se traduit par une qualité d’image exceptionnelle et des performances inédites en termes de lumière et de couleurs. Avec un capteur CMOS de 1 pouce et un profil couleur de 10 bits, la caméra saisit quatre fois plus de niveaux de couleur par canal que le Mavic Pro, offrant ainsi un maximum de flexibilité pour le montage photo et vidéo. Le Mavic 2 Pro peut prendre des photos aériennes de 20 mégapixels avec une précision de couleurs optimale grâce à la technologie Hasselblad Natural Color Solution (HNCS), tandis qu’une ouverture réglable f/2,8-f/11 offre plus de contrôle dans une grande variété de conditions d’éclairage.

Mavic 2 Zoom : Zoom optique et zoom numérique pour une perspective dynamique

Doté d’un capteur CMOS de 1/2,3 pouces, le Mavic 2 Zoom est le premier drone de loisir de DJI avec objectif zoom, offrant une perspective dynamique qui ouvre une nouvelle ère de narration créative. Les utilisateurs du Mavic 2 Zoom peuvent prendre des photos éclatantes de 12 mégapixels ou profiter de la nouvelle fonctionnalité Super Résolution qui utilise le zoom optique pour réaliser et assembler automatiquement neuf photos en une image très détaillée de 48 mégapixels, ce qui en fait l’option idéale pour la photographie de paysage. Avec le Mavic 2 Zoom, vous pouvez vous rapprocher de votre sujet à tout moment, en combinant le zoom optique 2x (24-48 mm) et le zoom numérique 2x pour atteindre un niveau de zoom comparable à celui d’un téléobjectif de 96 mm qui fait des vidéos Full HD sans perte.

Exclusif au Mavic 2 Zoom, Dolly Zoom, un nouveau mode de Quickshot, crée un nouveau langage visuel pour la narration et offre au grand public une fonctionnalité jusque là réservée aux directeurs de la photographie. Il crée une perspective déformée révolutionnaire en zoomant automatiquement à mesure qu’il s’éloigne de son sujet, gardant la taille du sujet intacte pendant que l’arrière-plan de la scène est révélé.

Mavic 2 : Le nouveau drone grand public phare de DJI

 

Nouveaux outils intelligents pour des plans épiques et cinématographiques

Grâce à ses nouveaux modes de vol intelligent qui permettent de réaliser des résultats de qualité professionnelle presque sans effort, le Mavic 2 est l’outil ultime pour la création de photos et vidéos aériennes. Une nouvelle fonctionnalité Hyperlapse permet de réaliser des plans qui montrent l’écoulement du temps [1]. Choisissez entre les modes Cercle, Course Lock, Waypoint ou Libre pour créer des vidéos en timelapse en appuyant simplement sur un bouton dans l’application mobile DJI GO 4 :

  • Libre— permet de piloter le drone manuellement pendant l’enregistrement d’une vidéo Hyperlapse.

  • Cercle— permet de faire voler le drone automatiquement en cercle autour d’un sujet que vous sélectionnez pour créer une vidéo en timelapse qui saisit l’action.

  • Course Lock— garde la caméra fixée sur le sujet pendant que le drone vole pour créer une perspective unique.

 

  • Waypoint— planifie une trajectoire de vol complexe basée à la fois sur l’altitude et les coordonnées GPS pour réaliser des plans complexes.

Grâce à ActiveTrack 2.0, garder un sujet mobile dans le cadre est plus facile que jamais. Cette fonctionnalité de suivi automatique améliorée offre une puissante combinaison de capacités de suivi autonome et d’évitement d’obstacles jamais  vue auparavant dans un drone DJI. À l’aide de la caméra principale et des capteurs optiques avant, le Mavic 2 crée une carte 3D de son environnement immédiat et utilise de nouveaux algorithmes de trajectoire pour analyser le mouvement et prédire le déplacement du sujet sur une durée de 3 secondes. Lorsqu’il suit un sujet, le Mavic 2 peut détecter les obstacles et les éviter tout en filmant le sujet sans interruption. Il peut resté focalisé sur le sujet, même si celui-ci passe momentanément derrière un obstacle, et il peut suivre le sujet à des vitesses très élevées (jusqu’à 72 km/h). [2]

Les deux caméras filment des vidéos 4K ultra haute définition avec des détails extrêmement précis, enregistrant à un débit binaire maximum de 100 mégabits par seconde à l’aide du codec de compression H.265, afin d’offrir à l’utilisateur un degré exceptionnel de latitude pendant le post-traitement. Pour les photographes, les fonctionnalités HDR améliorées combinent une séquence de photos pour une plage dynamique élevée et sans effet de traînée, donnant une plage dynamique impressionnante de 14 diaphragmes sur le Mavic 2 Pro et jusqu’a 13 diaphragmes sur le Mavic 2 Zoom.

Vols plus sûrs, plus intelligents et plus stables

Le Mavic 2 offre des capacités de vol autonome qui aident à réaliser photos et vidéos avec toujours plus d’aisance et de sécurité dans des environnements complexes. Le système FlightAutonomy qui a été optimisé transmet continuellement les données à un processeur central plus puissant pour un évitement d’obstacles plus efficace et un vol plus sûr. Le Mavic 2, le tout premier drone DJI doté de capteurs sur tous les côtés, détecte automatiquement les obstacles sur sa trajectoire et prévient les collisions permettant ainsi à l’utilisateur de se concentrer sur les prises de vue. [3]

La nouvelle version du système APAS (système d’assistance avancée au pilote) utilise 8 capteurs pour permettre au drone d’analyser son environnement et d’éviter automatiquement les obstacles sans s’arrêter. De plus, le Mavic 2 dispose d’une lampe inférieure qui s’allume automatiquement pour garantir sécurité et précision lorsqu’il atterrit dans un environnement peu éclairé.

Un nouveau système de transmission vidéo OcuSync 2.0 permet une connexion plus stable entre le drone et sa radiocommande. OcuSync 2.0 assure une plus grande résistance aux interférences et offre des capacités de commutation automatique qui prennent en charge les bandes de fréquences de 2,4 GHz et de 5,8 GHz, avec la possibilité d’utiliser des fréquences différentes pour les flux de données montant et descendant. En outre, OcuSync 2.0 fournit un flux de transmission vidéo 1080p sur une distance allant jusqu’à 8 km [4], ce qui permet d’éditer et de publier instantanément des vidéos Full HD directement depuis le cache vidéo de l’application DJI GO 4. Les photos originales en JPEG peuvent être sauvegardées directement sur smartphone, offrant ainsi à l’utilisateur la possibilité de partager immédiatement ses créations sans avoir besoin de transférer des fichiers depuis la carte micro SD du drone.

Design aérodynamique, temps de vol plus long et capacité de stockage plus grande

Le corps redessiné et plus aérodynamique du Mavic 2 réduit la traînée de 19% par rapport au Mavic Pro, permettant au Mavic 2 de voler à des vitesses allant jusqu’à 72 km/h en mode Sport. Combiné à un système de propulsion plus efficace et plus silencieux et à des hélices à faible bruit, le Mavic 2 assure un temps de vol maximum de 31 minutes.

Pour garantir des photos nettes ainsi que des vidéos totalement fluides, le Mavic 2 embarque une nacelle mécanique 3 axes ultra-précise qui stabilise parfaitement la caméra, même lors de vols à grande vitesse. Les photos et les vidéos peuvent être sauvegardées directement sur le drone grâce à l’espace de stockage interne de 8 Go ainsi qu’aux 128 Go de capacité de stockage supplémentaire fournis par une carte micro SD amovible. Fidèle à son engagement à protéger les données de ses clients, DJI donne aux utilisateurs le contrôle sur la façon dont leurs données sont stockées et gérées lorsqu’ils utilisent les produits DJI.

La radiocommande au design repensé possède des joysticks de contrôle détachables pour faciliter son rangement et son transport. Le Mavic 2 est compatible avec la gamme DJI Goggles, et son mode Head Tracking qui offre un contrôle (panoramique) de la nacelle avec la tête allant de -75° à +75°, procurant  ainsi aux utilisateurs une expérience de vol FPV plus immersive.[5]

Prix 

Le prix de vente d’un Mavic 2 Pro (drone, batterie, radiocommande, chargeur et quatre paires d’hélices) est de 1 449 EUROS. Le prix de vente d’un Mavic 2 Zoom (drone, batterie, radiocommande, chargeur et quatre paires d’hélices) est de 1 249 EUROS. Un kit Fly More, comprenant deux batteries supplémentaires, une station de charge de batterie, un chargeur allume-cigare, un adaptateur pour batterie externe, deux paires d’hélices et un sac de transport, se vend à 319 EUROS .

[1]Une autre fonctionnalité « Bibliothèque de tâches », qui enregistre la trajectoire de vol afin de répéter des plans et de filmer du contenu unique à différents moments de la journée, sera bientôt disponible.

[2] Lorsque la détection d’obstacles est désactivée

[3]La détection d’obstacles pour les directions gauche/droite n’est disponible qu’en modes ActiveTrack 2.0 et Trépied.

[4]Sans obstacle ni interférence, conforme à la norme FCC.

[5]Les DJI Goggles prennent en charge uniquement une bande de fréquence de 2,4 GHz, tandis que les DJI Goggles RE prennent en charge à la fois les bandes de fréquence de 2,4/5,8 GHz et la commutation automatique en temps réel pour de meilleures performances. L’assistance d’un observateur est indispensable lors de l’utilisation des DJI Goggles ou des DJI Goggles RE. L’appareil ne doit pas voler au-delà du champ de vision de l’observateur.