Contrôleur de vol Yupi F7

Contrôleur de vol Yupi F7 – L’évolution et la performance !

Présentation:

Les contrôleurs de vols Yupi sont connus et renommés sur la scène FPV et particulièrement mis en avant pour le pilote d’essai Remi Remco.

Il s’agit d’un contrôleur Made in France conçus par la start-up Copperyu composée de Thierry Gaiffe et Francois Dufourniaud.

Ils ont déjà a leurs actifs, une f4 RACE et une F4 mini disponible via ce lien

Nous avons reçu 2 exemplaires de la nouvelle Yupi F7 pour tests et nous les remercions sincèrement.

Contrôleur de vol Yupi F7

Unboxing:

Contrôleur de vol Yupi F7

Le packaging est très qualitatif et respire le haut de gamme.

Contrôleur de vol Yupi F7

Un condensateur 35v 330uf est fourni afin de protéger le contrôleur des pics de tension.

Contrôleur de vol Yupi F7

On trouve également 2 stickers Yupi et un manuel d’utilisation extrêmement bien réalisé !

Contrôleur de vol Yupi F7

Ce manuel permettra un montage aisé pour un débutant, un réel effort a été fait dans le manuel pour simplifier le jargon habituel.

Vous pouvez d’ailleurs, retrouvez divers schémas de câblage suivant votre configuration via ce lien.

Particularité de ce contrôleur, il dispose d’une sortie contrôle osd caméra fonctionnant sans ajout de composant.

Il suffit de raccorder les fils ou le joystick habituellement fourni avec les caméras vient se raccorder.

Fonction franchement pratique, car il peut être nécessaire selon l’environnement ou l’on vole de modifier

Les modes scène présents sur les dernières caméras modernes.

Contrôleur de vol Yupi F7

On remarque immédiatement la qualité des composants et surtout celle du PDB.

Elle dispose également d’une sortie lipo filtrée fort pratique pour le branchement d’un vtx en disposant

d’une alimentation dénuée de parasite.

Les soft mount sont intégrés au contrôleur !

Contrôleur de vol Yupi F7

Le buzzer est intégré à la carte et est aussi puissant que ceux que j’ai sur d’autres builds.

Spécifications du contrôleur:

  • Microcontroleur F7
  • Nouvelle génération de Gyroscope
  • Soft mount intégrés à la carte
  • Tension d’entrée Lipo 3s – 6s
  • Mesure de tension Vbat intégrée
  • Capteur de courant 140A intégré
  • Entrée de mesure RSSI
  • Port USB (VCP) et 4 UARTs avec inverseurs intégrés
  • Pilotage de 4 Moteurs
  • Distribution (PDB)
  • Nouveau BEC 5v 2A
  • Sortie Lipo filtrée par filtre LC
  • Diode de protection TVS
  • PPM, Sbus(signal sur RX UART 6), Spektrum, Crossfire…
  • Bouton Boot
  • Buzzer intégré plus puissant que sur YupiF4
  • OSD intégré compatible Betaflight
  • Circuit de pilotage OSD camera intégré sans ajout de composant
  • Pilotage de LED possible
  • Mémoire flash 16MB pour enregistrement Blackbox
  • Taille : 38mm x 38mm
  • Perçages standards: 30,5mm x 30,5mm
  • OneShot / MultiShot / DShot
  • Flashage direct des ESC
  • Prise extension pour branchement d’un GPS / Magnétomètre / Baromètre (cable non fourni)
  • Support inav pour les ailes volantes.

Avantages  d’une F7:

L’avantage principal est la puissance de calcul du processeur qui permet de gérer beaucoup plus d’informations

en même temps sans pour autant atteindre des taux de charge CPU trop élevés qui pourrait par exemple empêcher l’armement

ou provoquer des desync en vol. Il est possible d’activer beaucoup de fonctions nécessitant un pourcentage important de ressources tout en gérant en parallèle des UART, SOFT SERIAL & autres.

Elle offre également la possibilité d’utiliser des taux de rafraîchissement de 32k/32k pour la lecture du gyro et pour le refresh de la boucle PID avant que les informations soient traitées par les moteurs.

Bien entendu ces performances ne peuvent être atteintes avec des composants classiques !

Pour pleinement en profiter, des esc dernières générations sont nécessaires et dans mon cas j’ai choisi un 4/1 Airbot Typhoon32 35amp.

Il autorise le Dshot1200 en Blheli32, mais d’autres modèles conviendront également, mais autant jouer la carte des performances jusqu’au bout.

>>Désavantages<<:

Une  sensibilité accrue au bruit électronique(en 32k) qui peut être causée par diverses raisons:

  • Un montage trop rigide du contrôleur (soft mount indispensable) et serrez les vis modérément.
  • Des moteurs vibrant beaucoup
  • Des hélices mal équilibrées.
  • De la résonance dans le carbon
  • Des composants de mauvaise qualité…

Quelques précautions de base à prendre:

Au niveau du montage, il est facile et peut coûteux de prendre de simples précautions afin de minimiser le risque de vibration pouvant affecter le gyro et ainsi maximiser les performances initiales avec les PID de base.

Contrôleur de vol Yupi F7

Le système de fixation de la carte :

Celui destiné à la Fortini F4 est pas mal, il permet un ajustage précis et ne se dévisse pas et il est disponible chez DFR ici 

Contrôleur de vol Yupi F7

Soft mount sur les moteurs:

Contrôleur de vol Yupi F7

Il y a beaucoup de modèles disponibles sur thingiverse, j’ai imprimé ceux-ci en TPU sainsmart.

Pareil ici, il n’est pas nécessaire de serrer le moteur comme fou en compressant les soft mount,

Il suffit de mettre du frein filet et d’attendre qu’il sèche.

 

Utiliser un condensateur:

Un modèle de 330uf 35v est fourni.

J’ai remplacé celui-ci par un modèle panasonic low esr de 680 uf pour augmenter le filtrage et protéger l’électronique.

Contrôleur de vol Yupi F7

Le Build:

Disposant d’un xbee T assez light acceptant le 5 pouces, la f7 se retrouva montée quelques heures plus tard !

Contrôleur de vol Yupi F7

Pour le reste du set-up:

  • Brother Hobby tornado 2205-2800kv
  • 4/1 Airbot Typhoon32 35amp
  • Helices HQ 5×4,5×3 v3 / Gemfan windancer 5042×3
  • runcam swift 2
  • fr sky xsr
  • vtx 03
  • antenne prodrone.pl
  • Xbee T – 240 Gr sans lipos
  • lipo 1550 tattu square 95c

Maiden PID full stock betaflight 3.3

Petit vol d’essai afin de récolter des données pour la blackbox en Dshot 1200 32k/16k car en 32/32 la carte refusait de s’armer.

Comme presque sur chaque configuration betaflight en pid / rate stock, il faut apporter de nombreuses modifications pour obtenir une machine performante en vol ! Personnellement, je ne suis pas convaincu du maiden avec ces réglages, beaucoup de rebonds, il est assez mou a piloté et pas très verrouillé.

Après passage vers Betaflight 3.5 dont le code est beaucoup plus optimisé pour les processeurs F7, on obtient une fois les PID corrigés, une machine complètement différente à tout niveau.

Vu les disponibilités presque inexistantes pour voler ,mes PID ne sont pas encore parfaits, mais il ne reste plus beaucoup de correction à faire pour que ce châssis me convienne.

De plus les nouvelles possibilités de réglage de la version 3.5 sont très intéressantes et surtout le feed forward sur les PID.

Betaflight 3.5 

Conclusions:

Cette F7 offre vraiment une expérience de vol très intéressante et est d’une conception vraiment qualitative et comporte énormément de qualités, de possibilité d’utilisation et d’évolutions.

Je pense qu’il faut simplement sélectionner des composants de dernière génération pour en exploiter le plein potentiel.

Je tiens encore à remercier Thierry & François de m’avoir donné cette opportunité.

Bons vols.

 

 

 

Parrot Disco - Le mod 4g

Parrot Disco – Le mod 4g

La Parrot Disco est une aile qui est facile à utiliser. Sa portée est par contre limitée. Il existe à titre expérimental un mod 4g qui permet de faire transiter le signal de votre Disco via les réseaux GSM plutôt que par la liaison classique “appareil” et radiocommande. Ce projet s’appelle UAVPAL et est disponible ici Github Uavpal Disco 4g. L’article qui suit est une adaptation en français avec quelques ajouts de documentation de ma part.

Message d’avertissement :

Cette modification est à titre expérimental et la responsabilité de l’auteur ne pourra être engagée en cas de perte, destruction de matériel ou encore de non respect des règles de vols en vigueur dans votre pays.

Liste du matériel

Laptop avec connexion WIFI

Modem 4G Huawei E3372h-153 dispo ici HUAWEI E3372 E3372h-153

Câble OTG coudé en version UP dispo ici Micro USB Mâle à USB 2.0 Femelle OTG

Carte SIM taille normale avec forfait Data

Parrot Disco avec la version 1.4.1, 1.7.0, 1.7.1,

Télécommande Parrot Skycontroller 2 avec le firmware 1.0.7

Iphone ou Smartphone Android avec partage de connexion data

Pistolet à colle chaude

L’installation du modem

La configuration

Il y a pas mal d’étapes à respecter pour que l’installation se passe correctement.

1.Création des comptes applications

Pour suivre en temps réel votre Disco via le GPS

Créez un compte Glympse Developer gratuit sur https://developer.glympse.com/account/create

Remplissez le formulaire en utilisant une adresse e-mail valide.
Une fois l’e-mail de vérification envoyé, cliquez sur le lien “Vérifier l’inscription” à l’intérieur.
Vous verrez “Votre compte a été vérifié. Bienvenue à bord !”
Cliquez sur “MON COMPTE” en haut à droite et sur “Mes applications”.
Cliquez sur “Nouvelle application (+)”.
Nom de l’application : uavpal softmod
Plate-forme : API Web
OS : Autre
Cliquez sur “Créer”.


Vous devriez voir la clé API nouvellement générée maintenant (20 caractères), notez-la au fur et à mesure que nous en aurons besoin plus tard.

Télécharger l’application Glympse pour votre téléphone portable.

Pour établir une liaison entre votre Disco et votre Skycontroller 2 via le réseau GSM

Créez un compte ZeroTier gratuit à l’adresse suivante : https://my.zerotier.com

Cliquez sur “Créer un compte”.
Saisissez une adresse e-mail valide et choisissez un mot de passe.
Cliquez sur “Créer un compte”.
Aller à “Network” en haut de page
Cliquez sur “Create” pour créer un nouveau réseau.
Cliquez sur le réseau nouvellement créé
Vous devriez voir l’ID réseau  généré en haut (16 caractères), notez-le car nous en aurons besoin plus tard.

2.Modification du software

Vous allez avoir besoin de votre laptop ici.

Téléchargez la dernière version du softmod ici

Dézipper là sur votre bureau en gardant le folder “disco4g-master”

Utilisez un éditeur de texte (par ex. Windows Notepad ou macOS TextEdit) pour modifier les fichiers de configuration suivants.

Pour chacun des fichiers, lisez la description à l’intérieur du fichier et remplacez l’exemple de la première ligne par votre propre réglage.

disco/uavpal/conf/glympse_apikey (nécessaire uniquement pour le suivi GPS via Glympse)
disco/uavpal/conf/numéro de téléphone (nécessaire uniquement pour le suivi GPS via Glympse)
disco/uavpal/conf/conf/pushbullet (requis uniquement pour le suivi GPS via Glympse)
disco/uavpal/conf/apn (pas nécessaire pour les modems E3372 avec firmware 22.x)
disco/uavpal/conf/zt_networkid_networkid
skycontroller2/uavpal/conf/wpa
skycontroller2/uavpal/conf/ssid/ssid
skycontroller2/uavpal/conf/zt_networkid_networkid

ssid correspond au nom de reseau que vous aurez créé avec le partage de connexion. Par exemple “iPhone de PIM”

wpa correspond au mot de passe pour se connecter à votre réseau.

Assurez-vous qu’il y a suffisamment d’espace de stockage disponible sur le Disco.

Ce softmod ne nécessite que 10 Mo, mais il ne fonctionnera pas si 100% du stockage interne est utilisé par les vidéos. Pensez à vider vos médias avant de passer au step suivant.
Allumez votre Disco avec le modem USB 4G/LTE branché. Le modem doit avoir une carte SIM à l’intérieur.
Assurez-vous qu’aucun appareil n’est branché dans le Skycontroller 2 via le câble USB.
Allumez le Skycontroller 2 et attendez qu’il soit connecté au Disco via Wi-Fi (LED verte).
Connectez le Wi-Fi de votre Laptop au Disco (par ex. DISCO-123456).

Utilisez un outil FTP (par exemple FileZilla) pour télécharger le softmod sur votre Disco.

Vous devez définir le type de transfert sur Binaire (pas ASCII). Dans FileZilla sous Edit → Settings…. → Transfers → FTP : File Types → FTP : File Types → Default transfer type → changez de Auto à Binary.

Connexion par FTP à 192.168.42.1 (aucun nom d’utilisateur/mot de passe requis)

Transférer le dossier “disco4g-master” dans le dossier “/internal_000” de la Disco.

Sur Disco firmware 1.7.0 et plus récent : Appuyez deux fois sur le bouton d’alimentation du Disco pour activer le serveur telnet.

Ouvrez une Invite de commandes (Windows)/Terminal (macOS/Linux) et copiez/collez manuellement les commandes suivantes pour installer le softmod.

telnet 192.168.42.1

Si vous obtenez une erreur sous Windows, assurez-vous que le client Telnet est installé

Pour activer Telnet sur votre machine

Une fois l’opération effectuée on reprends la programmation

mv /data/ftp/internal_000/disco4g-* /tmp/disco4g
chmod +x /tmp/disco4g/*/*_install.sh
/tmp/disco4g/disco/disco_install.sh (installation avant de passer au point suivant)
/tmp/disco4g/skycontroller2/skycontroller2_install.sh (installation avant de passer au point suivant)
reboot

Si vous n’obtenez pas un résultat comme l’écran ci-dessus, il faut recommencer depuis l’upload avec filezilla.

J’ai par exemple l’install de la disco qui a bien fonctionné et puis celle du skycontroller 2 qui n’a pas marchée. message d’erreur -not found

Il m’a fallu m’y reprendre à trois fois et donc recommencer depuis le début.

Désactiver manuellement le Skycontroller 2

Le modem USB 4G/LTE du Disco doit afficher une LED fixe (indiquant la connexion Internet) après environ une minute.

Le Disco s’enregistrera en tant que nouveau membre de ZeroTier (sur la base de l’ID réseau fourni dans zt_networkid).

Utilisez votre PC et connectez-vous à https://my.zerotier.com :
Sous l’onglet “Network”, cliquez sur votre ID réseau s’il n’est pas encore ouvert et faites défiler vers le bas jusqu’à “Members”.
Vous devriez voir un nouveau membre ici, votre Disco.

Autorisez-le à utiliser votre Network ID (cochez la case “Auth “), n’hésitez pas à lui attribuer un nom court (par exemple “disco”).
Cliquez sur l’icône de la clé de mécano et activez “Allow Ethernet Bridging”.

Allumez le Skycontroller 2 et attendez qu’il soit connecté au Disco via Wi-Fi (LED verte) – vous n’avez pas besoin de connecter un appareil mobile via USB au Skycontroller 2 pour le moment.

Activez la connexion sur votre appareil mobile (iOS : “Personal Hotspot” ou Android : “Portable WLAN hotspot”), assurez-vous que le nom du réseau (SSID) et la phrase de passe (WPA Key) correspondent aux fichiers de configuration ssid et wpa du dessus.

Appuyez deux fois sur le bouton Réglages du Skycontroller 2 (appuyez fermement et attendez environ une seconde avant d’appuyer à nouveau).

Attendre que la LED du Skycontroller 2 clignote en bleu. Elle passera au magenta en mode recherche de réseaux.

Le Skycontroller 2 s’enregistrera en tant que nouveau membre de ZeroTier (sur la base de l’ID réseau fourni dans zt_networkid). Même process que pour la disco

Autorisez-le à utiliser votre Network ID (cochez la case “Auth “), n’hésitez pas à lui attribuer un nom court (par exemple “Sky”).
Cliquez sur l’icône de la clé de mécano et activez “Allow Ethernet Bridging”.

On éteint tous une fois l’opération finie.

La consommation de data

Pour le premier vol voici les données de vol et de consommation de data.

Plus ou moins 328mb de data consommé pour 1/4h de vol.

Pour le second vol, j’ai essayé d’aller un peu plus loin dans l’utilisation de la batterie.

 

Pour ce deuxième vol j’ai consommé 365mb de data, uniquement pour le modem.

Vidéo

Conclusion

Le mod 4g est certainement une terrible application. Il permet d’évoluer au delà des limites techniques du système d’émission présent sur les appareils d’origines. On comprendra dès lors que Parrot ne souhaite pas engager sa responsabilité sur ce type de modification.

L’usage de la 4g impose que vous disposiez d’un forfait illimité en data. Impossible pour un belge! Dans mon cas j’ai pris une carte pré payée à 10€ (500mb) avec 50€ de recharge (2500mb) chez l’opérateur (pré)historique Belge. Les français auront plus de chance car il existe des forfaits illimités pour pas grand chose. Attention que le partage de connexion doit être activé sur votre smartphone pour recevoir le flux vidéo. le câble ne sert qu’à se connecter à l’application Parrot.

L’appareil ne signale pas à mi-chemin qu’il est temps de rentrer car votre batterie ne sera peut être pas suffisante pour effectuer la manœuvre. Le RTH ne fonctionne qu’en cas de perte de signal.

Il est à noter que légalement, l’avion doit rester à vue de son pilote ou de son second en toute circonstance, pensez y avant de vous lancer

Bons vols!

Tente Pop-Up - Pilotez par tous les temps

Tente Pop-Up – Pilotez par tous les temps

Tente Pop-Up, pilotez par tous les temps !

Quand je l’ai vue arriver en stock, j’ai craqué..
Ici en Belgique, il est connu et reconnu que notre météo nationale est assez mauvaise.. Il “drache” tout le temps !
Il n’y a pas d’échappatoire à ce piquant vent du nord.
Mais on a peut être enfin trouvé la solution, la tente POP-UP !

Même si on vol en immersion quasi 100% de notre temps, immergé dans notre casque vidéo, il est quand même pratique d’avoir une vue sur l’extérieur, cette tente répond à nos exigence car elle dispose de deux fenêtres transparentes. Génial !?!

Caractéristiques

Matériel utilisé: 190T Taffeta Fabric + PVC(Polyvinyl Chloride)
Dimensions: Approximativement 100 x 100 x 160 cm
Poids: 1767g

Unboxing

Rapide c’est rapide… à peine commandée que déjà arrivée…
Je l’ai reçue par dhl express, au départ de la chine, en 3 jours seulement !
Arrivée rapidement et surtout sans aucun dommage.
Elle a été placée dans une boite en carton repliée, gain de place assuré 🙂

La tente est livrée dans pliée dans son sac de transport.

Tour d’horizon

La tente est fournie pliée dans son sac de transport.
Le diamètre du sac est d’environ 50cm

Pour éviter qu’elle s’ouvre durant la livraison, ils ont soigneusement (ou pas) pris le temps de l’entourer de papier collant.

La fermeture éclair du sac semble de bonne facture.
Le sac de transport en “tissu plastique” est bleu, tirette noire, l’intérieur est gris métallisé.. tout est aux couleurs de la tente elle même.

La bande auto-collante qu’ils ont placé autour du sac de transport laisse de vilaines marques de colle sur le tissu.. on aurait préféré qu’ils s’abstiennent de la placer finalement… emballée comme elle était cela pouvait mal de s’ouvrir.

Dans un sachet “zip”, 4 crochets de fixation (aussi appelés “sardines”) d’environ 16cm sont également fournis pour fixer ferment la tente au sol et ainsi éviter son décollage par temps venteux.

On ouvre le sac de transport, on sort la tente pop-up de son sac.

Pensez à maintenir la tente lors de son déballage car elle porte bien son nom de “pop-up” … elle essaie directement de se déplier !

Une fois décompressée, il faut encore la déplier.
Bonne surprise, une toile plastique de fond noire se distingue… je ne m’y attendais pas car beaucoup de tentes de ce genre sont livrées sans fond !
très utile ce fond de tente sera en cas d’humidité ascendante du tôt matin ou du début de soirée.
La tente est faite en un genre de tissu plastique imperméable, de couleur extérieur bleue et d’intérieur gris argenté, les fermetures éclair sont blanches. Les fenêtres en PVC transparent sont également pourvues de fermetures éclair de couleur blanches.

Ouvrez la en deux comme une huître, attraper la jonction au milieu et tirer vers l’extérieur.
La tente prend forme.

Une fois dépliée, il ne vous restera qu’à la fixer au sol au moyen des sardines fournies ou simplement la lester à l’intérieur avec par exemple votre chaise de camping, votre frigo box ou votre demi tonne de lipos.

On ouvre la tirette de la porte, mais quelle porte? En fait il y en a deux !
Cela permet de choisir, de rentrer par un coté pour sortir de l’autre ou provoquer de grandes aérations.
Bon ici je ne l’ai pas fait, mais comme la plupart des tentes, il faut rouler le tissu de la porte façon “boudin” et le faire tenir au moyen de petites lichettes via de beaux petits noeuds (si vous ne savez pas faire de noeud, demandez à votre femme de vous expliquer)
Le fond en plastique noir est scellé à la tente et fait intégralement partie de celle ci, bonne idée.

De part et d’autre de la tente, sur chaque côté, deux larges baies transparentes font entrer la lumière.
Ces fenêtres sont aussi pourvues d’une fermeture éclair.
C’est un bon point car si le soleil pointe le bout de son nez, la température va surement vite augmenter à l’intérieur.
Très bon moyen aussi de réguler l’humidité à l’intérieur, car par temps de pluie, enfermé dans notre tente, le niveau d’humidité va surement rapidement augmenter et la buée va apparaître. On l’évacuera grâce à une légère aération.

On l’annonce à environ 1m x 1m sur 1,6m de haut, je l’ai mesurée à 100cm (longueur) x 100cm (largeur) x 163cm (hauteur)
Pour vous donner une idée de sa taille, la voici a côté de notre mannequin qui mesure 1,72m

Son poids est donné pour 1767g (c’est précis)… nous ne l’avons pas encore pesée mais elle semble effectivement être en dessous des 2kg.

Par contre, lorsque vous la dépliez, n’oubliez pas d’utiliser les sardines pour la fixer au sol afin de la tenir bien dépliée car une petit coup de vent la fait se pencher rapidement.
Photo prise SANS avoir placé les crochets de fixation !

Une fois assis confortablement dans votre siège, vous disposez d’une hauteur de plafond bien appréciable.

Conclusion

Même si à ce jour je suis encore le seul à avoir acheté cette tente, je suis certain qu’elle devrait en intéresser plus d’un !

La qualité semble au rendez vous, les coutures sont correctement réalisées, les fermetures ont l’air robustes, le plastique semble de bonne qualité.
Cependant j’attends de voir comment elle se comportera dans le temps, sous un afflux massif d’UV.
Très facile à transporter, à emmener sur le terrain et à déplier pour la mise en service.
Coupe vent par excellence, elle vous protégera des humeurs de la météo ainsi que votre matériel.

Idéale pour les amateurs de FPV mais un peu moins pour faire du vol à vue, en effet même si les fenêtres sont transparentes, elle auront quand même un très très léger effet opacifiant et les inévitables plis dans le plastique déformeront la vision du modèle que vous souhaitez suivre.

Ce qu’on aurait apprécié c’est une petite note explicative sur comment replier facilement la tente car, une fois venu le moment de remballer, c’est un réel défi de la ranger dans son sac de transport si on a pas l’habitude ! (il faut la tordre en 3 parties)

Liens utiles

La tente pop-up sur la boutique

E-flite Opterra, la reine des airs.

E-flite Opterra, la reine des airs.

Présentation

Enfin, la météo m’a permis d’en profiter, majestueuse, efficace, polyvalente et très saine, voici l’Opterra de chez E-flite! Et quelle belle réussite. J’en ai fait l’acquisition chez MCM Skyshop (merci pour les Stickers 😀 )

Cette aile est disponible en 2 versions, BNF ( recepteur  spektrum As3x ), ou PNP ( vous installez votre propre récepteur)

La motorisation d’origine fonctionne en 3s d’après E-Flite, avec un esc de 40A. Certains ont essayés de voler en 4s, sans aucun soucis, alors que notre ami Alex lui a brûlé le moteur. Pour ma part je préfère donc voler en 3s.

D’une envergure de 2 mètres,elle est très sympa et souple en vol et permet, en fonction de certaines modifications apportées, de voler avec du 2200mah 3s comme avec du 5000mah 3s voir plus.

Sur la photo si dessus, l’aile était donc complètement d’origine. Elle est donc capable de voler avec une lipo a partir de 2200mah 3s étant donné les 250 grammes de plomb présent dans le nez et sur l avant de l’aile. Dans le kit, vous trouverez plusieurs pièces,afin de pouvoir remplacer le nez noir d’origine. Vous pourrez donc y monter ,par exemple,une caméra fpv ou une Gopro.

 

Pour vous donner une idée de la taille voici la boite de l’Opterra a coté de la Parrot Disco…..

Bien que la boite d’origine permet de tout ranger correctement à l’intérieur, à l’utilisation, à terme, elle s’abîme et n’est plus si pratique. La petite astuce consiste à se servir d’un sac de protection d’ailes utilisé pour les avions. Beaucoup plus pratique et surtout moins encombrant,et le prix est très raisonnable! Vous la trouverez ICI.

Eh oui….tout est dedans 😀 Cool n’est-ce pas?

Liste du matériel utilisé

Première modification : FPV 1

Pour les premiers vols en fpv, j’avais opté pour une solution assez simple a monter/modifier histoire de pouvoir mettre la bête en vol au plus vite ( oui oui, nous sommes tous comme ça hein lol )

J’ai donc imprimé un petit support en tpu que j’ai installé a l’aide de scratch collant, pour un montage/démontage facile sur lequel j’ai installé la caméra et le vtx.

Ce montage fonctionne parfaitement, cependant, le nez noir est légèrement visible dans la bas de la caméra une fois en FPV. Et il faut avouer que ce n’est pas le plus esthétique. Allez go je vais changer tout ça rapidement 😉

Deuxième modification : FPV 2

Je décide donc de remplacer la partie frontale de l’aile, afin d’y monter la caméra fpv a l’intérieur. L’emplacement supérieur ayant été libéré, je peux donc y monter ma Hero 5 session afin de profiter de belles et longues vidéos en hd des vols.

En retirant le nez d’origine+les 3 plombs restants dans le devant de l’aile, le gain de poids est énorme : plus de 250 grammes!! Les 3 plombs dans l’avant de l’aile correspondent parfaitement au poids de la Gopro.

A 3,4 grammes près….

N’hésitez donc pas à retirer les plombs présent afin de pouvoir remplacer cette charge inutile par de la charge utile( plus grosse lipo, gopro ) .Ce qui vous apportera beaucoup plus de temps de vol.

Pour le montage du vtx ( irc tramp ) j’ai décidé de l’installer dans l’aile a l’aide du connecteur d’origine et d’une pièce imprimée 3d afin de savoir le monter fermement dans la matière.

Une petite goutte de pattex 100% sur chaque pointe avant montage et le tour est joué. Grace à cette pièce,aucun risque que le connecteur d’origine pivote lors du montage de l’antenne.

Sur cette photo ci dessus, vous avez un aperçu de l’emplacement disponible dans l’aile….et en effet, de la place, il y en a!!!!!!!

Troisième modification : un peu de couleur.

Etant donné qu’avec plusieurs amis nous comptons voler ensemble, une meilleure visibilité est un gros plus! Je décide donc de peindre les bouts d’aile et les winglets en rouge/orange fluo. J’ai pour cela utilisé de la peinture Multiplex Elapor achetée également chez MCM Skyshop. Si vous effectuez l’opération, pensez à bien dégraisser les parties à peindre(personnellement j’utilise une éponge et du produit vaisselle,je frotte avec la partie abrasive très délicatement)

 

Pensez à vraiment bien secouer la bombe, bien plus que les 2 minutes mentionnées au risque de boucher le pulvérisateur.

Et voila le résultat sur les pièces 😀 plutôt satisfait!

La magnifique Opterra modifiée 😀 J’avoue être fan.

Et vous remarquez que je ne suis pas seul 😀

En parlant de couleur j’ai également installé sur l’arrière de l’aile 2 barres LED pour le vols en fin de journée.

 

Et en vol…

Arrivé sur le terrain, on sort l’aile de sa belle housse de protection,le montage complet ne prends pas plus de 3 minutes. Allumage de la radio, branchement de la lipo, vérification du bon sens de fonctionnement des gouvernes ( ne pas oublier que les élevons doivent être relevé d’un bon mm en position neutre ) vérification du cg vite fait…..Bon beh,il n’y a plus qu’à!

La prise en main est parfaite pour le lancé grâce aux encoches présentes sur la partie inférieure. On se met face au vent, entre mi gaz et 3/4 gaz , un geste franc et hop….la voila posée dans les airs. Il ne vous faudra pas longtemps pour vous rendre compte que cette aile est juste sublime. On se sent en confiance et ce même a basse vitesse. Le comportement est vraiment agréable. Vraiment rien à voir avec les autres ailes de petite taille que j’ai pu tester. Grace à son envergure, elle est vraiment bien posée et stable en l’air. Elle pourrait même parfaitement servir de machine d’initiation au vol!!

Elle plane également vraiment pas mal, si bien que lorsque vous faites votre approche pour l’atterrissage, vous pouvez vous permettre d’arriver gaz coupé bien avant et la laisser descendre paisiblement.

J’y ai installé une stabilisation de vol Eagle Tree Vector pour profiter d’un RTH en cas de soucis de liaison radio/vidéo et de pouvoir profiter d’informations précises via l’osd qui est juste génial sur cette carte.

Je pense également remplacer la runcam swift par une Foxeer Predator V2 (les couleurs sont magnifiques)

Conclusion

Si vous souhaitez vous initier ou même vous amuser entre potes à faire du vol en formation cette aile Opterra est vraiment le top. La plage de vitesse allant de 35 à 90 km/h elle est vraiment polyvalente. Je ne peux que vous conseiller de l’acheter!!!! C’est réellement un véritable coup de cœur me concernant. D’ailleurs suite à quelques vols que certains membres du club ont suivis, ils ont, eux aussi succombé. Les sessions s’annoncent épiques 😀

Merci à tous de nous suivre et bons vols!!!!

CADDX US Turbo EOS1 - caméra mini rikiki au rendu maous costaud

CADDX US Turbo EOS1 – caméra mini rikiki au rendu maous costaud

CADDX US Turbo EOS1

Salut les amis,
Comme quoi, parfois, les concours “giveway” fonctionnent… J’ai eu l’occasion de participer à un super concours organisé par caddx.us ,fabricant de plus en plus connu et reconnu de caméras de tout types, et j’ai eu la joie de gagner un exemplaire de leur dernier produit.. la CADDX US Turbo EOS1 !
Quelques semaines se sont écoulées avant de recevoir l’exemplaire dans la boite, mais chose promise chose due, elle est arrivée au labo 🙂

Fiche technique

Type de capteur: CMOS
Taille du capteur: 1/3″
Nombre de lignes: 1200TVL
Normes: PAL ou NTSC (à choisir à la commande – ici reçue en PAL)
Rapport d’image: 16:9
Sortie vidéo: CVBS (analogique)
Lentille: 2.1mm
Rapport Signal bruit: >52db (AGC OFF)
Eclairage minimum requis: 0,001 lux (@F1.2)
Contrôle automatique du gain: OUI
BLC: OUI
WDR: Global
DNR: 2 DNR
Dimensions: 14x14x16mm
Poids: 3,5g (câbles exclus)
Tension de fonctionnement: 3,3Vdc à 9Vdc
Consommation: — mA (non communiqué)

Unboxing

Arrivée d’une petite enveloppe matelassée.. Youhouuuuu !!! elle est là …

Ouverture délicate de l’enveloppe et découverte d’une petite boite noire au logo qui ne m’est pas inconnu.

Tout en élégance, pour du matériel de qualité.
Sur la tranche de la boite, imprimé sur l’étiquette, on retrouve les informations de la société.

En dessous de la boite nous pouvons trouver les différentes options choisies.
Dans mon cas j’ai reçu le modèle PAL, en 16:9, avec objectif 2.1mm.
La plage de tension de fonctionnement est également visible, ça tombe bien car c’est une information somme toute utile que nous ne retrouverons malheureusement nulle part ailleurs.

On fait sauter le petit scellé qui prouve que la caméra est bien neuve de chez neuve et on déboîte tout doucement le couvercle.
On retrouve une caméra bien soutenue dans une mousse tendre, ainsi qu’une petite fiche informative.

Vue de la fiche informative recto-verso. Au début je pensais que c’était la fiche technique de la caméra mais il n’en est rien… c’est juste un peu de pub pour la société.
Aucune fiche technique n’est fournie avec la caméra même si on n’en pas vraiment besoin et que ça fini en général au fond de la poubelle.

La caméra fermement maintenue dans sa mousse de protection.
On retire la mousse de la boite et c’est là qu’on se rend vraiment compte de la taille mini rikiki de cette caméra !!!
 

Caméra retirée de la mousse.
Une tresse de câbles pourvue de 3 fils siliconés et muni à son boût d’un petit connecteur à 3 broches.
Le code de couleur utilisé est standard et conforme à la règle.
Jaune = signal vidéo
Rouge = Fil d’alimentation positive
Noir = Fil d’alimentation négative (soit le GND)

Tour du propriétaire

C’est une fois prise entre nos gros doigts potelés qu’on distingue bien sa taille.

Ils ont même pensé à protéger la lentille par un capuchon de protection.

On retire le capuchon pour découvrir notre lentille.
Voyez comme elle est petite, même l’électronique est à peine plus grande que le diamètre de la lentille.

Sur la tranche de la caméra on retrouve le logo du fabricant.

Sur l’arrière de la caméra est présent un petit bout de vinyle estampillé de la marque et du modèle de caméra qui servira surtout de protection pour l’électronique.
Deux petites vis, dans les coins supérieur gauche et inférieur droit, maintiennent le boitier plastique de protection du capteur sur lequel est fixé la lentille.

Dimensions

La fiche technique dit 14x14mm, on a mesuré de légères différences vraiment minimes.

Renseignée à 16mm de profondeur, on a mesuré à peine peu plus avec près de 16,7mm

Donnée à 3,5g hors câbles, j’ai mesuré ici 4,3g avec les câbles (et même le capuchon de protection lentille… j’ai oublié de le retirer pour la mesure :p )

Voilà la même mesure sans le capuchon de lentille.. cette fois on mesure 3,8g

Mesures

La consommation n’étant pas renseignée, j’ai pris la peine de la mesurer.
La plage de fonctionnement allant de 3,3Vdc à 9Vdc, j’ai pris la peine de faire 3 mesures distinctes.

A 3,3Vdc la consommation est de 140mA

A 5Vdc la consommation est de 144mA

A 9Vdc la consommation est de 145mA

Soit la consommation reste assez stable sur toute la plage de tension acceptée par la caméra.

Cependant j’ai remarqué un très net échauffement de la partie électronique de la caméra… au point de ne plus savoir poser les doigts sur le vinyle situé à l’arrière…
Hop, on dégaine la caméra thermique et on vérifie…

Première mesure à 5V laissée en fonctionnement pendant 2 bonnes minutes:
On mesure pas moins de 71°C au plus chaud !

Deuxième mesure à 9V après 2 minutes:
On mesure pas moins de 99°C, gaffe à vos doigts !!!

Qualité d’image

Une image vaut mieux que milles mots, j’ai fait un comparatif entre une caméra générique de même taille (ancienne génération) et notre CADDX US Turbo EOS1… y a pas photo ! (c’est le cas de le dire)

Caméra générique capturée via une carte de capture usb style easycap connecté en OTG sur ma tablette.
On perd un peu en définition à cause de la conversion et de la compression mais étant donné que les deux tests ont été effectué dans les mêmes conditions, la dégradation d’image est identique sur les deux.

Et ci après la CADDX Turbo EOS1.
L’image est plus nette, plus détaillée, les couleurs sont plus vives et moins passées et les contrastes bien mieux gérés.

Et la réactivité dans tout ça?
J’ai fait les tests vidéo en plaçant une petite boite noire autour de la caméra et en la retirant rapidement… elle passe ainsi du noir à une forte luminosité en un instant, cela permet de voir sa vitesse de réaction en passant de l’ombre à la lumière.

La caméra générique ancienne génération

La CADDX Turbo EOS1 en action

Conclusion

Cette toute petite caméra révèle au final d’excellentes performances… Comme quoi ce n’est pas la taille qui compte ! 😉
Avec un rendu de couleur vraiment très bon et une superbe rapidité lors des changements de luminosité, cette caméra trouvera une place de choix sur un multicoptère ou une aile volante FPV.
Qui dit petite taille dit aussi poids réduit et effectivement, grâce à elle, vous gagnerez de précieux grammes comparé à une caméra standard.

Côté négatif, il manque peut être un connecteur pour pouvoir détacher les câbles d’alimentation et vidéo de la caméra rapidement.
D’expérience les soudures ne tiennent jamais bien longtemps avec les vibrations on les bricolages réguliers que l’on opère sur nos drones.
Il vous faudra également créer un support adapté pour pouvoir la fixer en lieu et place d’une caméra standard.

Liens intéressants

La caméra CADDX US TURBO EOS1 sur la boutique banggood

AKK FX2 ULTIMATE - Décadence de puissance

AKK FX2 ULTIMATE – Décadence de puissance

AKK FX2 ULTIMATE – Décadence de puissance

Hello amis fans de technologie,

Encore une fois AKK nous a comblé de plaisir électronique en nous envoyant un échantillon de leur dernier bébé né, le AKK FX2 ULTIMATE.
Vous vous souvenez sans doute du AKK FX2 que nous avions précédemment testé, il s’agit ici de son frère légèrement modifié et amélioré comme on le verrait dans un bon film de science-fiction.
Tout droit sorti des laboratoires AKK, voici l’émetteur ULTIME doté d’une puissance décadente qui ravira les plus aguerris d’entre vous qui se risqueraient au mid-range ou long-range.

Sans plus attendre voici le monstre !
Ps: Plissez légèrement les yeux, avec 1200mW, ça risque de piquer 😉

Fiche technique

Type de matériel: émetteur vidéo
Gamme de fréquences: 5.8GHz
Nombre de canaux: 40
Puissance d’émission: 25mW / 200mW / 600mW / 1200mW (oui oui vous lisez bien)
Tension de fonctionnement: 7Vdc à 26Vdc
Consommation: Non communiqué
Portée vidéo: Non communiqué
Connection d’antenne: MMCX
Connexion de l’émetteur via JST 6pins
Dimensions: 36 x 36mm (carte), 30,5 x 30,5mm (trous de fixation)
Poids: 9,6g sans antenne
Fonctionnalités supplémentaires: SMART Audio, sortie 5Vdc 500mA

Unboxing

Comme d’habitude, AKK fait dans le design épuré.
Simple, efficace et sans traces…
Remarque: cette boite est légèrement plus petite que celles des émetteurs FX2 et X2P

Sur le dessous on retrouve le tableau des fréquences.
Prenez en compte que les canaux E4, E7 et E8 ont volontairement été désactivé à cause du règlement FCC aux états-unis… ils n’ont pas tenu compte des utilisateurs partout ailleurs dans le monde. :/

Sur la tranche, le code QR qui vous mènera tout droit sur le facebook de AKK

Par contre une fois le film plastique thermoformé retiré, les informations utiles disparaissent avec lui.
AKK devrait plutôt penser à coller les informations avant d’emballer :p
Heureusement, un petit manuel en anglais est inclus dans la boite et in retrouve toutes les informations dans celui ci.

On retire délicatement le couvercle de la boite, cet émetteur splendide se dévoile à nos yeux remplis de larme tellement c’est beau, tellement c’est propre.

Zoom sur l’électronique bien calée dans un écrin de mousse dense qui le protégera comme il le mérite lors de son long transport.

Tout est tellement clair qu’on en pleure presque.
Un display à 1 digit indiquera canal, bande de fréquence et puissance de manière alternée.
Un connecteur MMCX plaqué OR accueillera la rallonge d’antenne (en haut au milieu).
A la droite du connecteur d’antenne se trouve le bouton pour effectuer les réglages en mode manuel.
Au milieu à droite, le gros pavé c’est le cœur de notre émetteur.
En bas à gauche, le connecteur blanc servira à connecter alimentation caméra, contrôleur de vol.
Discrètement à la droite du connecteur blanc on retrouve un petit rond muni de trous, il s’agit d’un microphone pour capter le son environnant.

On le retire délicatement de son écrin.
On aperçoit des trucs dans le fond de la boite.

 

Dans le fond de la boite, câbles de raccord, rallonge d’antenne et manuel sont à disposition.
Notez qu’encore une fois, aucune antenne même bâton n’est fournie avec l’émetteur.
REMARQUE IMPORTANTE: Ne branchez JAMAIS votre émetteur sans y avoir connecté une antenne adaptée sans quoi vous détruirez de manière irréversible votre émetteur vidéo !!!

Tour d’horizon

Vous souhaitez avoir une idée de la taille?
Le voici au creux de ma petite main… Il est au format 36×36 soit le même format qu’un contrôleur de vol standard.
Il viendra idéalement se fixer au dessus du contrôleur de vol via un set d’entretoises (non fourni)

Il est beau hein?!

Vue sur le connecteur MMCX.

Vue de tranche.. ultra fin ! On le mesurera un peu plus loin 😉

L’arrière tout net et vernis pour éviter les court circuits (ça rime en plus)

Dimensions

Comme annoncé plus haut, l’implantation des composants a été effectuée sur un format standard et souvent utilisé de 36mmx36mm.

On remarque sur la photo ci après qu’on est à 37mm, en effet le connecteur MMCX dépasse légèrement de la carte.
J’ai donc repris la mesure sans tenir compte du débordement du connecteur.

 

L’épaisseur de la carte est impressionnante !
Et dire qu’autant de puissance tient dans un si petit espace.

On ne voit pas bien, mais émetteur + connecteurs et câbles = 15,3g seulement

Pesé indépendamment, on obtient 9,5g pour l’émetteur seul (annoncé à 9,6g dans les spécifications technique) et 4,3g rien que pour la rallonge d’antenne.

Connectique

Parlons un peu de la connectique:

Le câble d’alimentation comme le câble de connection entre la caméra/controleur de vol sont en fil tressés silicone.
L’utilisation de câble recouvert de silicone démontre encore une nouvelle fois que akk ne lésine pas sur la qualité.
Au bout du câble d’alimentation on retrouve un connecteur JST mâle , tandis qu’au bout du câble de connexion vers la caméra/contrôleur de vol on retrouve un connecteur JST 4 pins.
Le connecteur qui s’enfiche sur l’émetteur ultimate est un JST 6 pins

Au niveau du mesurage, ça peut être pratique d’avoir l’information, le câble d’alimentation comme le câble de connexion vers la caméra/controleur de vol font 10cm.

La rallonge d’antenne fournie avec l’émetteur.
SMA du côté antenne, MMCX pour la connexion à l’émetteur.

Vue du côté MMCX mâle (vers le vtx) et du côté SMA femelle (vers l’antenne)

 

Au niveau des dimensions on mesure 54mm de câble de rallonge et si on prend en compte les connecteurs dans la mesure cela nous fait une rallonge totale de 78mm.

Manuel d’utilisation

Comme d’habitude quelques photos du manuel en anglais fourni dans le colis, dans le cas où on viendrait à le perdre…

Note a moi même (que je ne relirai probablement jamais): il serait temps de m’acheter un scanner pour fournir une version numérique plus propre des manuels :p

Mesures

Vue panoramique sur une bande passante de 600MHz, comme vous pouvez le remarquer il n’y a pas d’harmoniques ou d’émission fantôme aux abords.

Zoom sur la porteuse vidéo.

Test de puissance et consommation.
J’ai effectué une mesures sur les 4 niveaux de puissance que nous offre cet émetteur en utilisant une source de tension stable et réglée sur 12Vdc.

L’image de gauche est le relevé de la puissance à l’analyseur de spectre.
La photo à droite est la mesure de la consommation (désolé pour la qualité, j’ai mal paramétré l’appareil photo…) nous avons la tension sur le multimètre de gauche et le courant sur le multimètre de droite.

En 25mW @ 12Vdc nous émettons réellement 23,5mW et nous consommons 102mA

 

En 200mW @ 12Vdc nous émettons réellement 213mW et nous consommons 183mA

 

En 600mW @ 12Vdc nous émettons réellement 600mW et nous consommons 288mA

 

En 1200mW @ 12Vdc nous émettons réellement 1300mW et nous consommons 416mA

 

J’ai même obtenu des mesures à 1600mW !

Petite analyse spectrale, on voit clairement une belle porteuse vidéo et ses canaux audio

Mêmes mesures mais en affichage 3D

Notre signal est bien propre !

J’ai aussi fait une petite analyse thermique .
Pour ce test j’ai d’abord configuré l’émetteur en 25mW et je l’ai laisser en fonctionnement pendant 2 minutes sans refroidissement forcé (juste posé sur le banc de test).
Au bout des 2 minutes (chrono) j’ai capturé une image thermique au moyen d’une caméra spéciale.
Nous voyons clairement les points de chauffe (les zones les plus blanches)… on mesure 44°C sur le point le plus chaud.

Ensuite j’ai configuré l’émetteur en 1200mW et je l’ai laisser à nouveau en fonctionnement pendant 2 minutes sans refroidissement forcé (juste posé sur le banc de test).
Au bout des 2 autres minutes (chrono) j’ai capturé une image thermique.
La température est grimpée rapidement et continuait à grimper… on mesure 80°C sur le point le plus chaud.
Conclusion de ce test: Si vous compter l’exploiter à pleine puissance il vous faudra impérativement lui rajouter un petit refroidisseur.
Ca tombe bien, AKK en a souvent dans les stocks 🙂 –> refroidisseur aluminium AKK
Mais quel que soit votre manière de l’utiliser, laissez le toujours bien dégagé et prévoyez toujours une bonne ventilation .

SMART AUDIO

Et le smart audio dans tout ça?
Kesako le smart audio? il s’agit de piloter l’émetteur vidéo (changer la fréquence: canal-bande, puissance) au travers le l’osd d’un contrôleur de vol.

Conclusion

AKK n’arête pas le progrès et nous dote encore d’une superbe petit bijoux de technologie qui sera idéal pour combler les besoins intenses en FPV.
Que vous comptiez voler à proximité ou en mi-range voir long-range, vous avez toutes les puissances disponible au boit de votre doigt.
Le Vtx offre également les dernières innovations tel que le contrôle smart audio pour le configurer au travers d’un contrôleur de vol (vous pouvez par exemple le contrôler avec l’osd de votre contrôleur de vol ou via un script LUA sur votre radio frsky taranis)

Ses points négatifs sont:
– le manque d’antenne fournie, mais on est habitué  maintenant et de toutes façons qui utilise l’antenne d’origine?
J’en profite pour rappeler qu’il faut TOUJOURS brancher une antenne avant d’allumer sous peine de détruire irrémédiablement l’émetteur !!!
– Le manque d’un pitmode (le pitmode est un mode qui place l’émetteur à très très faible puissance (habituellement 1mW) cela permet de faire ses réglages sans gêner les autres pilotes aux abords.
– Le manque d’un bon refroidisseur fourni avec l’émetteur car ce dernier chauffe vite très fort quand il est configuré en haute puissance.

Mis à part cela, il faut bien avouer que pour 24€ / pièce on en a plus que pour notre argent !!! (prix au 16/05/2018)

ATTENTION : Ne traînez pas trop à commander vos émetteur ultimate, AKK a annoncé que pour des raisons de réglementations aux USA (normes FCC) ils allaient très bientôt limiter la puissance des AKK FX2 ULTIMATE à 1W (1000mW)
Cependant ils réfléchissent aussi à faire peut être deux versions de cet émetteur, une version FCC et une version débridée.

Liens utiles

Le AKK FX2 ULTIMATE

Le refroidisseur aluminium AKK

Le shop de AKK

Oversky Atlas-450 : Le test

Oversky Atlas-450 : Le test

L’Atlas-450 de chez Oversky est une mini aile destinée au FPV. Ça tombe bien j’étais en recherche d’un modèle à emmener partout.

Description:

L: 230 mm
ENVERGURE: 450 mm
H: 43 mm
POIDS: 67g (incluant 500mAh / 2S / 25C)
AUTONOMIE: 20 minutes
PORTEE: 250 ~ 300 mètres

MOTEUR: moteur brushless MX-T 1103 (6400KV)
HELICE: MX-P2425 (60mm)

Le scratch pour la LIPO déjà installé.

CAM: 600TVL, grand angle 120 degrés, CMOS PAL
VTX: commutable depuis la radio en 2 puissances (25mw / 150mw), 40CH
RX: DSMX  ou  Futaba-SFHSS ou  FrSky-D8 ou FS-AFHDS -2A

Les LED indiquent

A = 25mw

B= 150mw

C=Stab enclenché ou non

La portée peut être augmentée en laissant un peu d’air à l’antenne, mais aussi en connectant un RX externe sur la carte de vol.

J’ai changé l’antenne et mis une ProDrone dessus. J’ai creusé dans la structure pour la faire sortir sur le coté. En effet en cas de crash de l’Atlas-450 si vous la faites passer par la canopy, celle-ci aura tendance à se détacher en même temps et aura pour conséquences de griller votre VTX.

ESC: MU-3A

Les Winglets doivent être collés au risque de les voir se détacher en vol.

Pour les LIPO j’ai pris ce modèle chez HK, dispo ici Turnigy nano-tech 300mAh 2S 35 ~ 70C Lipo

Je justifie mon choix par de nombreux essais qui n’ont jamais été concluant sur la hauteur de la LIPO qui empêchait à chaque fois de fermer de manière sécurisante la canopy.

Oversky Atlas-450 : Le test

Vidéo

Conclusion

L’Atlas-420 est une petite aile fort bien sympathique, qui s’emmène vraiment partout.

La carte de vol est un bon produit même si on rêve clairement d’une meilleur image et d’un bon VTX. Celui-ci offrait des retours très aléatoires peut importe la puissance d’émission.

L’utilisation du mode Stab est intéressante au décollage, sinon elle ne sert à rien sur une aile de cette taille.

On a clairement envie de faire de l’accro et rien d’autres.

Le prix pique un peu pour une si petite aile.

J’attends pour ma part que l’électronique claque pour y loger une autre configuration.

Exemple de ce qu’il est possible de réaliser sur la seule base de l’aile (crédits: Brad Wiliamson)

Portée accrue avec le crossfire

RTH possible avec la carte de vol sous INAV

Set up:

Runcam Micro
Fullspeed 25/200 VTX
DYS 1104-7500kv
T-Motor 6A ESC
HQProp 1.9x3x3 3-blade
TBS Crossfire Nano RX
Omnibus F4 Nano FC w/INAV 1.9
HGLRC M8N GPS

Oversky Atlas-450 : Le test

Oversky Atlas-450 : Le test

Oversky Atlas-450 : Le test

Oversky Atlas-450 : Le test 

Oversky Atlas-450 : Le test

Lien utile : Oversky Atlas-450

Le mode d’emploi en anglais : Mode d’emploi Oversky Atlas-450

Bons vols!

Review : VTX AKK X2P

Review : VTX AKK X2P

Hello la compagnie,

La marque AKK a décidé de nous faire confiance en nous envoyant en test quelques échantillons de ses produits.
Nous avons eu le plaisir de recevoir quelques modèles de VTX (émetteurs vidéo), voici le test d’un premier modèle le AKK X2P.
Bien que reçu gracieusement par la marque, nous testerons ce produit comme si nous l’avions acheté… rien ne sera caché, rien ne sera pardonné 😉

Voyons cela de plus près…

Fiche technique

Type de matériel: émetteur vidéo
Gamme de fréquences: 5.8GHz
Nombre de canaux: 40
Puissance d’émission: 25mW / 200mW / 500mW / 800mW
Tension de fonctionnement: 7Vdc à 24Vdc
Consommation: de 100mA à 300mA @ 12Vdc (consommation différente selon la puissance)
Portée vidéo: plus de 4km avec une antenne omnidirectionelle
Connection d’antenne: SMA / SMA pigtail (celle de notre test) / MMCX
Connexion de l’émetteur via JST 6pins
Dimensions: 28,5 x 20mm
Poids: 6,8g sans antenne
Fonctionnalités supplémentaires: SMART Audio, Pitmode, sortie 5Vdc 300mA

Unboxing

Une petite boite en carton épais, comportant le logo de la marque.
La boite est scellée par un fil plastique thermosoudé qui l’entoure entièrement, gage que le produit n’a jamais été déballé.


A l’arrière de la boite, un étiquette renseignant le modèle et ses options.
Ca reste simple, sobre, impeccable.

On déballe, on ouvre la boite par glissement vers le bas et là se dévoile notre émetteur vidéo.
Dans notre cas nous avons reçu la version SMA pigtail, c’est à dire avec le connecteur SMA déporté par un cable coaxial.
L’émetteur est entouré d’une mousse dense qui l’a protégé des chocs tout le long de son long parcours du fabricant à notre labo.

Vue de plus près de l’émetteur et de ses connexions.
SmartAudio/ Bec 5V pour l’alimentation d’une caméra, on a un full option sur cet émetteur.
Remarquez également que ce dernier peut aller de 25mW jusqu’à une puissance énorme de 800mW !!!
Tout est réunis pour couvrir une large gamme de besoins;

On retire la couche “émetteur” qui cache un pliage carton sous lequel se dissimule des choses 🙂

Sous la couche de carton on retrouve la câble d’alimentation et le manuel d’utilisation.
Attention, Aucune antenne n’est fournie avec l’émetteur… pensez à avoir du stock !

De plus près

Difficile de se rendre compte de la taille sur une photo, voici a quoi cela ressemble tenu dans ma petite main.
C’est petit, c’est propre, ça respire la qualité.
Cette photo montre l’arrière du vtx, sur l’étiquette apposée dessus nous avons toutes les informations nécessaires renseignées, connaitre la signification des ports de sortie est toujours très pratique et évite des heures de recherches.

Côté avant de l’émetteur, un petit affichage d’1 digit (à gauche de la photo) renseignera la bande de fréquence utilisée, le canal utilisé et la puissance utilisée.
Un petit bouton poussoir rectangulaire blanc (à droite de la photo) permettra d’opérer les réglages de l’émetteur.
En dessous, le grand connecteur blanc femelle accueillera le câble de connexion vers la caméra, l’alimentation, le smartaudio (optionnel).
On distingue, au dessus de l’afficheur 1 digit, un petit microphone qui permettra de renvoyer de l’audio en plus de la vidéo !
WAW!!! c’est le grand luxe cet émetteur… rien ne manque !

L’émetteur est entièrement entouré d’une gaine thermorétractable transparente…
Notez que si vous souhaitez utiliser le son embarqué via le microphone, pensez à dégager la gaine thermorétractable qui le recouvre sous peine d’avoir un son étouffé. Une fois la gaine dégagée autour du microphone, vous pouvez toujours placer un petit morceau de mousse acoustique pour diminuer l’effet de souffle du vent lorsque vous volerez à toute allure.

Nous avons reçu la version avec le connecteur SMA pigtail, c’est à dire déporté de l’émetteur via un bout de cable coaxial.
La prise sma femelle comporte deux trous de part et d’autre qui pourrons accueillir des vis de fixation.

Le câble qui relie l’émetteur aux différents éléments (caméra/alimentation/..) est pourvu d’une languette de sécurité qui empêche les arrachages ou déconnexions intempestives.

A l’autre bout du câble on retrouve un connecteur JST pour l’alimentation et une fiche JST qui pourra s’enficher sur un contrôleur de vol compatible (ou vers la caméra).
Les fils électrique qui compose cette allonge de câble sont en silicone!

Dimensions

Renseigné dans sa fiche technique à 28,5mm par 20mm, vérifions par nous même :
Bingo.. les dimensions sont respectées 🙂

 
La fiche technique ne renseigne pas la taille du coax pigtail reliant le connecteur d’antenne à l’émetteur, pallions à ce problème en mesurant par nous même :  57mm

Renseigné à 6,8g sans antenne, nous avons mesurés 8,4g pour la version pigtail sans le câble de raccordement et 10g avec celui ci.

Tests (un peu plus loin dans son fonctionnement)

Improvisons un petit banc de test.
Une alimentation de laboratoire stabilisée nous délivrera une tension constante pour nos test ce qui est bien meilleur qu’une batterie LiPo qui dérive en tension dans le temps du à sa décharge.
Un analyseur de spectre RF explorer pour analyser signaux et puissance (au travers d’un réducteur de puissance de 60dB).
Un petit wattmètre capable de monter à 8GHz alimenté par un powerbank (que j’ai fini par écarté du test car les mesures n’était pas probantes).
Notre caméra thermique.

NOTE IMPORTANTE: ne branchez jamais votre émetteur sans antenne ou charge fictive adaptée sur le connecteur d’antenne sous peine de le voir partir en fumée.


Analyse de spectre de la porteuse sur 5820MHz (canal F5).
Prenez en compte qu’aucune caméra n’a été connectée pour avoir une belle porteuse non modulée.

Suivi par quelques vue en chute d’eau sur 3 axes (fréquence/puissance/temps)

La porteuse 5820MHz est affichée sur une vue de 300MHz de large.
Le signal est propre, aucun pic d’émission fantôme n’est repéré sur l’entièreté de la bande FPV.

Puissance Vs Consommation

Petit relevé de la consommation mesurée en fonction des différentes puissances sélectionnées sur l’émetteur.
Le test a été effectué à 12Vdc pour comparer avec les renseignements fournis sur la fiche technique.

NOTE IMPORTANTE: ne branchez jamais votre émetteur sans antenne ou charge fictive adaptée sur le connecteur d’antenne sous peine de le voir partir en fumée.

79mA mesuré à 25mW  -> la fiche technique renseigne 100mA pour cette puissance

156mA mesuré à 200mW (ici on mesure même 317mW au lieu de 200mW) -> la fiche technique renseigne 180mA pour cette puissance

205mA mesuré avec 500mW sélectionné (600mW mesuré) -> la fiche technique renseigne 250mA pour cette puissance

223mA mesuré avec 800mW sélectionné sur notre émetteur (800mW mesuré) -> la fiche technique renseigne 300mA pour cette puissance

La consommation reste tout à fait correcte même à forte puissance et nous sommes chaques fois en dessous de la consommation renseignée sur la fiche technique.

Mesure thermique

Comme tout émetteur vidéo qui fonctionne, en émission ça dégage de la chaleur… beaucoup de chaleur!
Cependant j’ai été surpris de ne pas avoir eu des valeurs très élevées sans aucun flux d’air apporté (un drone en mouvement provoque un flux d’air qui refroidit le vtx et dans mon cas le vtx était juste posé sur le banc de test sans apport de ventillation)

Test de température @25mW.
L’émetteur a été placé en 25mW pendant 2 minutes… on tourne aux alentours de 40°C sans refroidissement.

Test de température @800mW.
L’émetteur a été placé en 800mW pendant 1 minute… on tourne aux alentours de 60°C sans refroidissement.

Manuel d’exploitation

En cas de perte ou si il est manquant dans la boite, une photo du manuel reste toujours utile :p

Je ne vais pas refaire une explication du fonctionnement de l’émetteur en français. C’est très facile à utiliser et très intuitif… appui court sur le bouton pour sélectionner le canal, long pour sélectionner la bande ou très long pour sélectionner la puissance.

Il restera à tester le PITMODE et le SMARTAUDIO… mais pour cela je dois trouver un controleur de vol avec OSD sous betaflight disponible. (à suivre…)

Conclusion

Ce petit émetteur compact est fabuleux tant par ses fonctions que par sa qualité de fabrication.
Il comporte toutes les options intéressantes qui sont à la mode à ce jour.
Il dispose d’une couverture standard en fréquence, d’une excellente stabilité, d’un spectre d’émission épuré, d’une consommation très correcte, de plusieurs puissances sélectionnable pour ravir tous les types de vols (à plusieurs, en race ou seul en longue distance)
Un combo parfait à placer dans vos racers, plateformes vidéo ou avions et ailes volantes).

Seuls “défauts” à lui reprocher (faut bien trouver quelque chose) c’est la gaine thermo qui recouvre le microphone embarqué et surtout le manque d’une bonne antenne FPV livrée avec ce dernier car si vous le branchez sans antenne, vous pourrez rapidement lui dire adieu !

Mais franchement… pour 16€ (prix au 23/03/2018) il serait difficile de se plaindre d’un produit d’une telle qualité empaquetant autant d’options !!!!

Liens intéressants

Lien vers le shop de AKK

Lien vers le produit (AKK X2P) sur le shop de AKK

TBS OBLIVION - Un nouveau venu dans le FPV Racing

TBS OBLIVION – Un nouveau venu dans le FPV Racing

120 km/h? 11 minutes de vol? Est-ce possible en 2018?

Et bien oui, du moins sur le papier avec le TBS Oblivion.

Bien que delà l’alourdit, il est conçu pour porter une caméra HD GoPro session ou un Hero 6. Il est livré avec deux supports différents.

On sort complétement du cadre habituel de Team BlackSheep et l’Oblivion est assez différent des Gemini et autre Vendetta.

TBS le vend comme un “ultra crash proof”, ce qui est certainement audacieux!

La structure du quad fait appel à un polymère composite injecté à la place de la fibre de carbone plus traditionnelle. Cela en fait un quad durable et facile à construire.

TBS OBLIVION - Un nouveau venu dans le FPV Racing

Le prix ? Le TBS Oblivion coûte environ 299€ en PNP.

TBS OBLIVION - Un nouveau venu dans le FPV Racing

La frame pèse 110g à nu et sera aussi disponible seule.

TBS OBLIVION - Un nouveau venu dans le FPV Racing

La version ready-to-fly (RTF) inclut une batterie, un chargeur, un TBS Tango, une mallette de transport et même quelques outils. Le coût est alors de 599€.

L’Oblivion accepte les modules de carte de type 20*20 ou 36*36.

En résumé pour la technique :

TBS OBLIVION - Un nouveau venu dans le FPV Racing

Temps de vol: 3-4 minutes typique, jusqu’à 11 minutes avec 1300mAh 4S.
Poids: 315g sans batterie
Moteurs: Custom Cobra CT-2205-2400kV
Batterie: 4S LiPo 1300mAh – 2200mAh
Hélice: Hélices HQ 5 × 4.5 × 3 V3 Tri-Blade
Contrôleur de vol: TBS Colibri F3 avec BetaFlight 3.3
ESC: BLHeli-S Multishot TBS PowerCube 20A 6S ESC
Caméra FPV: Caméra TBS Oblivion 650TVL FPV
Compatibilité du récepteur: compatible CRSF, S-Bus, Spektrum ™

Vidéo

Lien : Team Black Sheep

DJI Mavic Air : Le test

DJI Mavic Air : Le test

Une nouveau né dans la famille des Mavic, c’est le DJI Mavic Air!

J’ai bien dit la famille des Mavic car celui-ci n’est pas un Spark amélioré, mais un appareil à bras repliables comme les autres Mavic.

Présentation

Packaging nickel comme d’habitude chez DJI.

On y retrouve à l’intérieur :

  • La télécommande
  • La housse avec le DJI Mavic Air
  • La boite avec les modes d’emploi et les protections d’hélices
  • La boite des accessoires

La boites des accessoires contient :

  • Le chargeur et son câble aux normes EU
  • Un câble USB plat vers micro USB
  • Un jeu de stick de rechange
  • Le set de câbles pour votre télécommande afin d’y raccorder votre interface mobile

Caractéristiques

Poids net au décollage 433 g
Dimensions Plié:
168×83×49 mm (L×l×H)
Déplié:
168×184×64 mm (L×l×H)
Diagonale moteur à moteur 213 mm
Vitesse maximale en montée 4 m/s (S – mode)
2 m/s (P – mode)
2 m/s (Wi-Fi mode)
Vitesse maximale en descente 3 m/s (S – mode)
1.5 m/s (P – mode)
1 m/s (Wi-Fi mode)
Vitesse maximale 68.4 km/h (S – mode)
28.8 km/h (P – mode)
28.8 km/h (Wi-Fi mode)
Altitude maximale de service 5000 m
Temps maximum en vol 21 minutes
Distance de parcours maximale 10 km
Résistance au vent maximale 29 – 38 km/h
Angle maximum 35° (S – mode)
15° (P – mode)
Température autorisée de fonctionnement 0°C – 40°C
Fréquence d’utilisation 2.400 – 2.4835 GHz
5.725 – 5.850 GHz
Puissance de transmission 2.400 – 2.4835 GHz
CE: ≤19 dBm
5.725 – 5.850 GHz
CE: ≤14 dBm
Type de GPS GPS + GLONASS
Précision Verticale:
±0.1 m (avec système de Vision)
±0.5 m (avec GPS)Horizontale:
±0.1 m (avec système de Vision)
±1.5 m (avec GPS)
Mémoire interne 8 GB

NB : L’appareil en ordre de vol ne dépasse pas les 433g. L’appareil correspond bien à la classe des drones récréatifs.

Système de senseurs

Avant Précision : 0.5 – 12 m
Détection : 0.5 – 24 m
Vitesse de réaction: ≤ 8 m/s
Champ de vision (FOV): Horizontal 50°, Vertical ±19°
Arrière Précision : 0.5 – 10 m
Detection : 0.5 – 20 m
Vitesse de réaction: ≤ 8 m/s
Champ de vision (FOV): Horizontal 50°, Vertical ±19°
En-dessous Altitude : 0.1 – 8 m
Gamme de fonctionnement: 0.5 – 30 m
Conditions d’éclairage minimum Avant: Surface claire avec lumière minimale  (lux > 15)

Arrière: Surface claire avec lumière minimale (lux > 15)

En-dessous: Surface claire avec lumière minimale (lux>15) et réflexion (>20%)

Télécommande

Fréquences d’utilisation 2.400 – 2.4835 GHz
5.725 – 5.850 GHz
Distance maximale d’utilisation (Champ dégagé et pas de perturbations électromagnétiques) 2.400 – 2.4835 GHz:
CE: 2000 m
5.725 – 5.850 GHz:
CE: 500 m
Température de fonctionnement 0℃ – 40℃
Puissance d’émission 2.400 – 2.4835 GHz:
CE: ≤18 dBm
5.725 – 5.850 GHz:
CE: ≤14 dBm
Batterie 2970 mAh
Puissance de charge 1400 mA ⎓ 3.7 V (Android)
750 mA ⎓ 3.7 V (iOS)
Taille de l’interface maximale Max : 160 mm
Epaisseur: 6.5-8.5 mm
Type d’USB supportés Lightning, Micro USB (Type-B), USB-C

Une nouveauté sur la télécommande est l’insert des deux sticks dans le châssis.

Les sticks viennent se visser un à un.

Je n’ose imaginer si le stick glisse de mes doigts pour se retrouver dans l’herbe. Avec cette couleur quais impossible de le retrouver.

A noter aussi que votre GSM peux se charge via la télécommande mais très lentement pour un Iphone et normalement pour un Android.

 

CHARGEUR

Entrée 100 – 240 V, 50/60 Hz, 1.4 A
Sortie Main: 13.2 V ⎓ 3.79 A
USB: 5 V ⎓ 2 A
Voltage 13.2 V
Consommation 50 W

APP

Système de transmission vidéo Wi-Fi amélioré
Nom DJI GO 4
Qualités disponibles en direct Téélcommande:
720p@30fps
DJI Goggles:
720p@30fps
Latence 170 – 240 ms

Test

Pour ce test les conditions de vol devaient toutes être remplies. J’utilise l’application UAV Forecast pour me donner les infos d’après l’endroit où je me rends.

Retour vidéo

54m de distance à 1.2m du sol, image nickel.

518m de distance et 10 m de haut, retour vidéo sans soucis.

Fonctions

Pour vous représenter au mieux les fonctions, j’ai créer plusieurs mini clips. La qualité est brute sans retouche et vous avez la possibilité de les voir en 4K.

Quickshot

Les fonctions incluent dans le le Quickshot mode sont justes bluffantes!

Le mode Dronie : l’appareil s’en va en arrière vers le haut. L’altitude de fin est modifiable en cliquant sur l’icone de la fonction.

Le mode cercle : l’appareil tourne autour du sujet, ici à la distance minimale.

Le mode Spirale : l’appareil tourne autour du sujet et s’en écarte au fur et à mesure.

Le mode Rocket : l’appareil s’en va en ligne droite au dessus du sujet.

Le mode Boomerang : la plus réussie des fonctions, l’appareil s’en va et revient tout en conservant le sujet dans l’axe.

Le mode asteroid : pour moi un gadget, mais impressionnant. L’appareil fait un dronie puis arrivé à l’altitude de fin il prend des photos de l’environnent sous tous les axes.

Gesture

Ici avec ce mode vous avez la possibilité de piloter votre appareil avec vos mains. J en’ai testé que le mode déplacement avec la main.

Follow me

D’une simplicité étonnante et avec un mouvement très coulé, le DJI Mavic Air vous suit.

Vol

Le vol est sans surprise, il est très sain. La résistance au vent est plus que correcte. Je trouve néanmoins qu’en vol de proximité le Mavic Air est trop vif. J’entends par là, une distance de 3m à 1.5m d’altitude.

La vitesse est plus que satisfaisante. Certains étourdis l’enverrons même dans le décor si ils se font distraire par un tiers!

Mon bémol, l’autonomie, une fois en l’air on a envie d’utiliser toute les fonctions et de réaliser en un vol toutes les séquences du montage! Je vous conseille vraiment de partir sur un combo si vous décidez de l’acheter.

Conclusion

Au toucher j’ai été un peu refroidi par le côté très plastique du DJI Mavic Air. En volant avec l’appréhension a totalement disparue. C’est une terrible machine qui mérite de l’attention. Les fonctions sont très complètes et la qualité de l’image comblera le vidéaste amateur qui aura envie de professionnaliser son activité. L’encombrement en fait un partenaire privilégié pour les chasses à l’image.

L’appareil a été acheté ici en Belgique chez ZoneFPV51.com

Bons Vols!