Lizard 95 + Runcam micro mod

Lizard 95 + Runcam micro mod

Présentation

L’hiver a déjà pointé le bout de son nez depuis un petit moment….L’envie de s’équiper d’une machine qui ne sera dédiée qu’à l’indoor vous empêche de passer la cap…..Alors le Lizard 95 est LA machine qu’il vous faut!

Ce petit quad survitaminé est un excellent choix, que cela soit pour vous faire la bourre lors de session entre potes en indoor, ou lors de session de vols de proximité aussi bien racing que freestyle.

Vous pourrez le commander ici sur le site banggood : Lizard 95

Déballage

Le lizard arrive dans une boite a la finition agréable( et ce malgré que le colis ait été malmené ) est très bien protégé dans la mousse.

Dans le kit reçu vous trouverez les éléments suivant:

  • Le lizard complètement monté ( ici en version frsky )
  • Une batterie lipo de 550 mah en 3s 40c ( connectique xt30 )
  • Un manuel très bien fait qui vous expliquera vraiment tout pour la mise en route
  • Le câble permettant la programmation sur betaflight
  • Des hélices de rechange
  • Un petit tournevis et une clé a 6 pans

Caractéristiques

  • Chassis format X de 95mm en 2,5 mm d’épaisseur
  • Protection caméra en carbone de 1,5 mm
  • Fc omnibus F3 avec osd
  • Esc 4 en 1 de 10A
  • Moteur brushless 1104 6000kv
  • Combo cam/vtx 48 ch 25/100 mw ( ne pas oublier que nous sommes soumis à une puissance de 25mw maximum )
  • Hélices 5 pales 1935
  • Barre de 4 leds programmables via betaflight
  • Poids sans lipo : 67,9 grammes

Les premiers vols

Après une petite session sur betaflight pour régler mes inter pour les modes de vols, le Lizard est fin prêt a prendre son envol.

Les toutes premières sensations confortent mon attente….il y a de la puissance!!!! Et pas qu’un peu!!

En étant doux sur le manche des gaz, ce petit 95 est vraiment très doux et souple.

Un petit full trothle pour monter un peu…GO! euh….pour infos j’ai coupé le manche après à peine 2 secondes parce que j’étais déjà bien haut 😀

Le vtx en 25 mw quand à lui retransmet parfaitement l’image sans glitch.

La lipo permet de tenir 4 minutes ce qui est vraiment pas mal.

Très rapidement je me suis senti à l’aise avec la machine. Cependant, quelque chose me dérange rapidement : la qualité de la caméra. Un manque de détail assez flagrant comme ci il y avait un léger flou. Cela est parfaitement volable mais l’envie de rendre cette machine au top me pousse à effectuer une petite modif…

Runcam micro mod

Ayant sous la main un combo runcam micro swift avec son vtx en 25 mw, je n’ai pu résister longtemp avant d’entamer les travaux. En effet, ce petit mod demande quelques modifications légères du Lizard et une petite impression 3D

On commence par le démontage de la partie qui protège l’électronique ainsi que le combo cam/vtx, l’operation est assez simple, il suffit de déconnecter la caméra et de démonter les 2 entretoises en nylon qui se situent en dessous du chassis.

Une fois le combo cam/vtx retiré, penses bien a recuperer la petite pièce en alu ( vous allez comprendre pourquoi juste en dessous )

Nous allons maintenant utiliser notre dremel pour couper le carbone afin de savoir venir fixer notre impression 3d.

Ensuite, il faudra couper le support caméra d’origine en alu pour en faire 2 entretoises qui seront nécessaires pour le montage.

Durant le temps de la modification, je décide de lancer mon imprimante 3d pour réaliser les pièces qui serviront à effectuer le mod. Voici donc les pièces terminées et prêtes au montage.

Mise en place des impressions en utilisant les entretoises nylon

Concernant l’impression 3d, voici le lien qui vous permettra de télécharger les fichiers ( plusieurs modèles disponibles ) : https://www.thingiverse.com/thing:2478706

Concernant l’imprimante utilisée, c’est une Wanhao duplicator i3+. Je ne suis pas un pro de l’impression 3d et je souhaitait quelque chose de simple, robuste et fiable et je ne suis parfaitement satisfait et heureux de mon achat.

Pour ceux que cela intéresserait, je l’ai commandée sur le site : http://www.3dxtd.be/

Le site est également dispo avec un dépôt en France : http://www.3dxtd.fr/

J’ai vraiment eu un très bon contact et suivi avec un des patrons. Je conseille donc cette imprimante et ce shop à ceux qui souhaiteraient passer le cap et s’équiper 😉

Bon,revenons à nos moutons…

Pour le mod voici donc la petite runcam micro swift et son vtx. Disponible également en combo ici. Depuis la micro swift 2 est sortie et vaut d’autant plus la peine, d’autant plus que le combo est encore meilleur marché 😉

Pour le placement sur la pièce 3d, je vais désolidariser le vtx de la caméra et souder le câblage avec celui d’origine du Lizard

Et voila, tout est prêt! L assemblage se fait aisément et très rapidement. Pour fixer l’ensemble nous allons utiliser les 2 entretoises an alu réalisées avec le support caméra. J’ai fixé le vtx avec 2 gouttes de colle chaude.Le résultat est plutôt joli je trouve. Je vous laisse en juger :

J’ai également changé les hélices par des kingkong 1935 que je trouve un peu plus résistantes. Celles d’origine plient assez facilement en cas de crash. Et en plus elles sont assorties a l’impression 3d 😀

N’ayant pas d’autres lipo de ce format j’ai commandé des tattu 450 mah en 3s pour pouvoir poursuivre le plaisir.

Le mod effectué a fait prendre presque 7 grammes à la machine mais cela en vaut vraiment la peine!

Pensez cependant à placer votre antenne vtx correctement, elle reste assez exposée en cas de crash.

Vidéo

Conclusion

Pour ma part, totalement séduit par ce petit bolide. Une fois le mod effectué on se trouve a bord d’une vraie machine racing, et la seule chose que l’on souhaite est de pouvoir enchainer les lipos 😀

Je penses cependant essayer d’autres hélices afin de voir les différences de comportement et la résistance.

Rapport qualité prix/performance au top pour ce Lizard 95.

Excellent début d’année à tous , à très bientot et bons vols!!

Redeos.

Moka Berserker : l'atypiquement génial.

Moka Berserker : l’atypiquement génial.

Salut les copains!

Aujourd’hui nous faisons un petit tour de l’un des derniers châssis sorti de l’imagination des atelier MOKA Frames –> le MOKA Berserker.

Un châssis au format classique (268mm moteur à moteur, soit un format 270) mais à la forme atypique qui m’a directement séduit.
Un 6” low profile qui ressemble de loin à un armattan chameleon tout en offrant beaucoup de place pour le montage de l’électronique. Wawwww !!!

Unboxing

Arrivée sans encombre en quelques jours seulement, bien au chaud emballé dans son enveloppe matelassée.
 

On arrache rapidement l’enveloppe pour voir qui s’y cache…
Un Moka berserker en kit, emballé sous vide.

Tout est proprement séparé, il n’y a pas beaucoup de pièces.. il me tarde de l’assembler.

Si vous vous demandez de quelle contrée provient ce châssis, ne cherchez plus… du Canada bien évidemment !
Ici un gros plan sur les pièces en aluminium usiné qui serviront de maintient et d’entretoises pour le corps de l’engin.
Notez quand même la délicate attention, la visserie est déjà présentée sur les pièces, nul besoin de savoir quel vis va où.


Les bras, emballés deux par deux

Une partie du pod caméra, la bottom et la top plate qui composeront le corps.
Je remarque qu’il n’y a pas une seule poussière de de carbone empaquetée avec les pièces.. tout est propre de chez propre.
MOKA ne laisse rien au hasard !

La suite du POD caméra. Ici aussi la visserie est déjà présentée sur les entretoises.

Petite pesée du colis sur la balance… à chaud et sans déballer… cela semble prometteur n’est il pas?

Tour d’horizon et Mesures

On sors toutes les pièces mises sous vide pour qu’elles respirent un peu après ce long voyage.
Je vous l’avais dit.. peu de pièces composent ce châssis, des bras que l’on pourra facilement remplacer en cas de casse, des pièces en aluminium superbement usinées. Cette frame respire la qualité !

Prise en main de la top plate qui nous dévoile le super logo MOKA Frames.
Pas un seul défaut, des découpes parfaites, aucun grain de poussière de carbone.
On peut le crier haut et fort: “propre, net et sans bavures” ça a tout son sens dans ce cas.

Prise de mesures au pied à coulisse. 1,6mm de carbone de qualité.
La mesure est répétée, le carbone est uniforme.

 

Même constat pour la bottom plate. Rien à déclarer !

Au pied à coulisse on est proche de la top plate soit presque 1,6mm

Prenons entre les doigts un renfort du pod caméra.

En carbone de 4mm d’épaisseur, il sera là pour encaisser les éventuels chocs et protéger votre caméra FPV.

Les bras de ce châssis sont en carbone de 4mm d’épaisseur.
Idéal pour des moteurs 2xxx.
En boût de bras on retrouve un trou de passage pour les câbles du moteur qui y sera fixé (qui pourra se révéler utile selon la configuration de montage choisie).


 
 

Dans les petits sachets zip on retrouve quelques entretoises et carbone usiné qui servirons à monter le pod caméra.


 

Concernant les grosses pièces en alu qui maintiendront les bras et servirons d’entretoises au corps principal, c’est relativement massif mais très léger.. voyez par vous même ! 6,5g AVEC la visserie.
Solide comme le rock 😉 il faudra vraiment le vouloir avant de plier ce châssis.

Montage

Impatient je suis.. j’ai directement commencé à assembler.
NOTE: j’ai choisis de monter ce châssis en restant fidèle au design du simplex soit les deux bras avant en bas et les deux bras arrière relevés.
Mais vous pouvez choisir de mettre les 4 bras en bas ou les 4 bras en haut.. à votre guise. l’opération est la même.
1 châssis, 3 possibilités !

Premièrement les bras qui se situerons à l’avant de la machine.
Comme il n’y a pas de plan de montage, référez vous à ces images.
Placez le bras entre la “top” ou “bottom” plate et la pièce alu.
Les 3 points de fixation de la pièce en aluminium regardent le bras.

 

Ensuite on place le deuxième bras avant et les deux bras arrières.
Comme je vous l’avais dit je souhaitais rester dans le design à la mode simplex soit les deux bras arrière plus haut que les deux bras avant.

Une autre vue, ça permet de bien voir comment placer les différents éléments.

Au centre de la bête viendront se placer les éléments électronique.
De la place il y en a plus qu’en suffisance malgré son profil très compact.

Petite vue par en dessous.
Quand on choisis de placer les bras en haut du châssis, pensez à retourner la pièce alu.. les 3 trous de fixations regardent toujours le bras en carbone.

Il est pas beau ce châssis?
Même sans le pod caméra je le kiff déjà !

Voyez le bel espace disponible à l’arrière pour un émetteur vidéo.
Placé à cet endroit il sera parfaitement ventilé et il existe même un trou de passage prévu pour un connecteur d’antenne si vous disposez d’un émetteur qui a le connecteur au bout d’une petite rallonge coaxiale.

 

Montage du POD caméra.
Commencez par assembler les pièces comme la photo ci dessous.
La plat dans le renfort carbone de 4mm sera mis vers le haut (il sert a maintenir un caméra sportive).
Placez le plat de renfort entre les entretoises et la pièce de support de votre caméra FPV.
Concernant la pièce de support de votre caméra fpv, des entailles sont présentes pour la visserie de cette dernière. Toute caméra genre HS1177, runcam swift 1/2, eagle, owl, foxeer, etc… sont compatibles.

Faites un mirroir avec les autres pièces (renfort 4mm et support caméra).
Placez aussi le système de charnière qui permettra d’incliner le POD fixé à votre châssis comme dans l’exemple ci après.
 

Vissez le tout mais pas trop fermement pour ne pas abîmer les filets, ne placez pas encore de gel type “loctite” pour empêcher qu’elles se dévissent avec les vibration car à cet instant il vous faudra encore lâcher un peu la visserie pour y placer votre caméra FPV.

Autre vue du pod pour plus de détails.

Hop… on monte le pod, à l’avant du châssis (il y a des encoches carrées étoilées prévues dans le top et bottom plate).
Le pod se fixe par prise en sandwich entre la top et bottom plate (plaque du dessus et du dessous).
Ca CLAQUE !!!! <3

Sous tous les angles

Il est tellement beau qu’on l’admire sous tous les angles…
Le POD caméra est inclinable à souhait.
Nous seulement vous pouvez incliner le pod vers le haut ou le bas, mais aussi la caméra qui se trouve dedans.. bref si vous ne trouvez pas l’angle qui vous convient on ne vous croira pas !

Vue à plat. Vivement d’y retrouver l’électronique pour un petit vol.. ou deux.. ou 3..4..5…

 

Vue de côté et de toute la place disponible.
Dites vous aussi que la caméra se trouve dans le pod donc celle ci n’utilise pas de place a l’intérieur du châssis comme sur les autres.

Tout monté et hors de son emballage il ne pèse plus que 135,5g.
On pourra encore grappiller un petit peu si on passe la visserie traditionnelle en version titane. Mais est ce bien utile?


 

Un 6 pouces qui ne manque pas de gueule !

Je vous avais prévenu… sous tous les angles j’ai dit !

Par devant.

Par dessous.

De côté.

Si j’affiche autant de photos c’est surtout pour vous aider à l’assemblage. Car même si il y a peu de pièces on héste parfois à savoir comment bien les placer.

Et BIM.. le châssis est assemblé, il ne reste qu’à judicieusement choisir l’électronique qui le fera décoller pour de longs moments de plaisir intense et soutenu.

La configuration que j’ai choisie

Pour animer cette bestiole, j’ai préféré opter pour une configuration qui a fait ses preuves, adaptée aux 6” fluide, passe partout, mais qui aura aussi des ressources disponibles si nécessaires.

Contrôleur de vol: DYS F4 pro AIO
ESC: DYS 30A 4 en 1 (qui vient s’enficher directement sous le contrôleur de vol)
Moteurs: 4x Emax RS2205 2300kv
Caméra: Runcam swift 2
Emetteur vidéo: Eachine TX526 – 5.8GHz 25/200/600mW
Récepteur radio: Frsky XSR
Barre avec 2 leds et buzzer intégré.
Antenne aomway rp-sma clover 4 leaf

Un mot, un geste.. shunt fait le reste… le voilà déjà prêt à passer sur le banc de programmation.

Note: j’ai du modifier le montage des bras arrière et les passer en versions basses (façon châssis standard) car les fils de mes moteurs n’étaient pas adaptés (trop rigides) aux trous de passage prévus pour les câbles… bref mon build était moche et comme je suis un tantinet maniaque j’ai préféré changé d’optique de montage.

En vidéo

A venir…

Conclusion

Ce châssis est non seulement beau, de qualité, très bien étudié mais aussi superbement usiné.
N’hésitez pas une seconde à passer par l’achat vous ne serrez pas déçu.
Il est propre en vol avec un comportement très sain.
Sa large place disponible pour y stocker toute l’électronique est super pratique, la possibilité de modeler ses bras selon vos envies est vraiment génial.

Si j’ai une chose à trouver pour améliorer cette bestiole, c’est probablement de chanfreiner légèrement les arrêtes du carbone (mais sur ce point il y a deux écoles et c’est discutable).

Depuis sa sortie un second pod pour caméra a été conçu et des fichiers pour l’impression 3D sont disponible gratuitement sur thingiverse.

Liens intéressants

Le châssis berserker sur la boutique MOKA Frame

Les fichiers sur thingiverse pour l’impression 3D de pièces supplémentaires

Lunettes FPV Eachine EV100 - Le test

Lunettes FPV Eachine EV100 – Le test

Coucou les pilotes ou futurs pilotes,
Depuis l’annonce de la marque Eachine sur le commercialisation de sa nouvelle paire de lunettes EV100, les passions se sont déchaînées, les rumeurs se sont acharnées… à l’arrive des premiers exemplaires la désillusion à fait place au sentiment d’émerveillement…
Certains ont vanté tous les mérites mais était ce justifié?
J’ai sauté sur l’occasion pour me prendre un exemplaire chez mon ami d’addiction banggood.. ai attendu… attendu… attendu que ça arrive dans ma boite… et voici mon avis 🙂

Données technique

Résolution: 720 x 540
FOV (angle de vue): 28 degrés
Affichage: 4:3
OSD intégré
Racing mode
Debug mode
Focale ajustable
IPD (distance inter pupillaire) ajustable de 58 à 68mm
Entrée/ Sortie Vidéo (via jack 3.5mm)
Récepteur: 5.8GHz 72 canaux
Sensibilité: -93dB
Double antenne en RP-SMA (impédance 50ohm, Gain 3dBi)
Recherche automatique
Format vidéo PAL/NTSC
Ventilateur incorporé
Sortie audio (via jack 3.5mm)
Tension de fonctionnement: 7.4v (2s) avec alarme batterie faible à 6.8Vdc
Connexion USB pour mise a jour ou utilisation en tant que powerbank
Dimensions: 165 x 76 x 30
Poids: 221g

Unboxing

Arrivée du célèbre sac poubelle tout droit venu de chine.

A l’intérieur le produit dans sa boite est bien protégé dans un film de mousse.

Le packaging est pas mal foutu, bleu couleur hi-tech !

Sur le coté de la boite on a tout ce qu’elle est censée contenir.
 

De l’autre coté de la boite on est averti sur la couleur contenue… ça tombe bien c’est blanc que j’ai demandé !

La tranche de la boite nous dévoile toutes les fonctionnalités principales

un code QR est présent sous la boite.. scannez vous serrez redirigés :p

Prêt à suivre le déballage? 3… 2 … 1… c’est parti !

On ouvre délicatement la boite pour y découvrir le manuel.
Vous savez ce bout de papier que vous ne lisez jamais ou qui contient pourtant majorité des réponses à vos questions.

Sous le manuel une trappe en carton.. vite, vite, soulevons !

La voilààààà… précieuse tant attendue.
J’en ai l’eau à la bouche.

On retire les lunettes et??? c’est tout?? mais non !

De part et d’autre se trouvent des petites boites contenant le petit matériel.

Ouvrons la boite de droite.
Elle contient les deux antennes 3dBi, un câble usb et un strap velcro pour bien harnacher la batterie.

La boite de gauche contient la batterie, emballée de surcroît dans un sachet zip.

Tour d’horizon

Un peu plus de détails ça vous dit?
Prise en main.
Tout en plastique lisse, elle sont relativement légères.
Le sentiment à la prise en main est assez convaincant, ça ne fait pas lunettes bon marché.
Sur l’avant est imprimé la marque qu’on tentera de dissimuler sous un bel auto-collant.

Vue du dessus, on retrouve de chaque côté un connecteur RP-SMA sur lesquels viendront se visser les antennes batons reçues.
Au milieu un petit grillage en plastique sous lequel est dissimulé le ventilateur.
Et de part et d’autre du ventilateur se trouvent les boutons de réglages.

 
Vue de derrière et de la double optique.
Chaque oeil possède son écran.
Un mousse, peu dense, est déjà collé sur le contour; il augmente le confort lors du port et atténue fortement la lumière rendant le sentiment d’immersion plus prononcé.
Un bandeau de tête élastique et réglable est aussi présent permettant de maintenir les lunettes sur nos grosses têtes.

Sur le dessous on retrouve les réglages pour la distance inter pupillaire (des tirettes en plastique), les réglages focale (des petites molettes en plastique) et un interrupteur qui permet de mettre en route ou couper le ventilateur.
Notez que le réglage de la focale est une option qu’on ne retrouve jamais sur les lunettes habituelles… elle permet aux porteurs de lunettes d’appliquer directement la bonne correction à leur vue 🙂

 
Sur le coté gauche, le connecteur usb servant aux mises à jour et le connecteur jack 3.5mm pour l’audio.

Sur le côté droit, le connecteur d’alimentation et le connecteur jack 3.5mm servant à l’entrée/sortie vidéo analogique (CVBS)

On visse les antennes bâtons sur les connecteurs RP-SMA et voilà ce que ça donne.
Sexy !
Mais ce le sera encore plus avec une antenne pagoda et une antenne patch.

Petite vue en contre plongée de l’ensemble complet avec sa batterie.

La batterie

La batterie fournie avec les lunettes a un look sympa.
C’est une Li-Po 7.4V (2S) de 1000mAh.
Elle est moulée avec des encoches qui la maintiendrons un peu mieux dans le bandeau de tête.
Elle contient un petit module qui permet de savoir son niveau de charge en appuyant sur un bouton.


Le connecteur à brancher sur les lunettes et une prise d’équilibrage pour la mettre a charger dans votre chargeur de batterie préféré.

Vue d’un peu plus près du module qui permet d’estimer le niveau de charge restante dans la batterie.

Les précautions d’usage sont notées sur un côté de la batterie.
On ne rigole pas avec la sécurité, surtout à l’utilisation de batterie LiPo

Besoin d’un chargeur dédié pour cette batterie?
Néni hein! ça se charge aussi en USB !

Le Test

On branche, on revêt et… on pleure !
Première réaction “MAIS c’est TOUT PETIT l’image là dedans”…
ha ouais un FOV de 28 degrés c’est déjà pas grand mais là c’est vraiment pas grand.

On chipote un peu avec les boutons et le téton présent sur le dessus des lunettes.
Il faut un peu de temps pour s’y faire, appui court, appui long, gauche, droite, haut, bas, étoile, carré… heureusement l’osd permet de savoir un peu ce que l’on fait.. seulement un peu car certaines actions ne sont pas affichées (comme le réglage contraste ou luminosité avec le téton gauche/droite/haut/bas).

On ne voit pas très bien mais c’est le band scanning qui est lancé et il est long… trèèèèès long !!!

Bim bam boum, recherche d’un signal vidéo.. ça tombe bien je trouve le mien et affiche ma super image de caméra runcam swift 2
J’ai dis ma super image? sur un autre masque ou lunettes dans ce cas car ici l’image est terne et fade, le rendu des détail est peu présent.. c’est pas beau !!!

Côté qualité de réception du signal vidé ça reste correct.. sans plus..
Il lui manque un bon vrai récepteur diversity.
En effet ici on a deux antennes mais un seul récepteur. Il choisit quelle antenne reçoit le meilleur signal et switch dessus.

Points positifs car il y en a quand même, c’est le réglage de l’IPD et de la focale.
Bien que le réglage IPD est disponible sur les grandes marques et est devenu une option de série, le réglage de la focale lui n’est jamais présent. Chez les autres il faut jouer avec l’ajout de verres correcteurs entre l’oeil et l’écran des lunettes. Ici on tourne une petite molette et la correction s’opère.
GENIAL pour ceux qui portent des lunettes, elles pourrons corriger directement et adapter les lunettes au mieux à leur vue.

Mesures

Parlons du poids.. important quand on les a sur le pif.
Il reste très correct à 174g sans la batterie

Et 231,5g avec la batterie.

Les dimensions des lunettes sont d’environ 17cm de largeur sur 7,5cm de profondeur

Parlons de la batterie:
Elle pèse 58g.

Ses dimension sont à peu près 65mm x 32mm x 22mm.

Un petit test supplémentaire

J’ai placé un périphérique de capture vidéo/USB sur la sortie vidéo des lunettes.

L’image est nettement meilleure que celle affichée.
La restitution des couleurs est bien plus fidèle et la netteté enfin présente.

Image de l’écran des lunettes.

Image du périphérique de capture vidéo.
NB: on notera que l’osd des lunettes n’est pas transmis dans le flux vidéo de sortie.

Conclusion

Même si ça semble bien conçu et respire la confiance à la prise en main, on est rapidement déçu lorsqu’on allume les lunettes pour afficher un signal vidéo.
Ecran trop petit qui donne l’impression d’être au dernier siège de la dernière rangée d’un immense cinéma.
Qualité de réception moyenne, image terne et peu détaillée, c’est même limite difficile à utiliser pour un habitué du FPV.
En oûtre on aurait au moins apprécié recevoir un petit sac de rangement avec celles ci.

Si vous n’avez pas le budget.. épargnez encore un peu et achetez une paire qui donnera une meilleure expérience.
Si vous profitez d’une super ristourne avec des réductions supplémentaire et que vous avez envie de flamber.. ok prenez les pour dire que vous aussi vous les possédez ou pour les prêter aux personnes souhaitant vous accompagner en vol (mais franchement je n’oserais pas afficher ma discipline aux travers de cette vision décevante)

Liens intéressants

Les lunettes Eachine EV100 disponible sur la boutique

Moka Mikro - La guerre en Indoor est déclarée

Moka Mikro – La guerre en Indoor est déclarée

Introduction

Le fabricant Moka a toujours une idée cachée dans son sac. Pour l’hiver, Rida, le concepteur des frames Moka a décidé de sortir le Moka Mikro. Ça tombe bien, la salle est réservée pour nos séances d’Indoor avec les potes!

Liste du matériel

Je préfère donner de l’argent à un fabricant de frame artisanal comme Moka. En signe de reconnaissance de son boulot et pour la partie d’écoute qu’il accorde à ses clients lors de chaque phase de la conception.

Pour l’équipement la plupart des webshops en Europe se fournissant en Chine, j’ai préféré acheter mes composants là-bas directement.

Pour ce build j’ai sélectionné des éléments faciles à assembler :

Frame : Moka Mikro

Moteurs : 4 x EMAX RS1106 4500KV Micro Brushless Motor CW Thread for RC FPV Racing Drone

ESC/Carte de vol/Récepteur : Eachine Minicube Flytower 20x20mm Compatible Frsky RX F3 ESC

Caméra : RunCam Micro Sparrow WDR 700TVL 1/3 CMOS 2.1mm FOV 145 Degree 16:9 FPV Camera NTSC/PAL Switchable

VTX : FullSpeed FSD-TX200 5.8G 48CH Raceband 25/200mw Switchable Transmitter for Micro Swift Micro Swift2

Hélices : 4 Pairs Gemfan Hulkie 2040 2.0X4.0 PC 3-blade Propeller CW CCW for 0806-1105 Motor RC FPV Racing Drone

Lipo : Eachine Lizard95 FPV Racing RC Drone Spare Part 11.1V 550MAH 40/80C LiPO Battery

Montage

Le tressage des câbles moteurs est un éléments clé du build. il lui donne une  finition agréable à regarder.

Moka Micro Emax

Le combo VTX/CAM prend sa source à la Lipo directement.

Moka Micro vue haut

Moka Micro vue droite

Moka Micro vue gauche

Moka Micro gemfan hulkie

Le print 3D

Le Moka Mikro est livré d’origine avec un support pour votre caméra. Pour ma part j’ai du un peu le modifier pour pouvoir répondre à mon set-up.

Il a été réalisé en tenant compte de la hauteur du stack Cube de chez Eachine. on arrive donc à 25mm de haut.

Les entretoises sont en 2mm pour éviter de casser le support et de permettre à la Runcam Micro de passer.

Moka Micro print 3D

Attention au connecteur d’antenne du VTX, il faut bien l’incliner pour ne pas toucher. Dans la version finale, la frame a été allongée de 3mm pour palier à ce genre de soucis.

Moka Micro vtx probleme antenne

Quelques photos

Moka Micro vue latérale

Moka Micro en main

Le poids est de 84g tout mouillé.

Moka Micro poids

 

Vidéo

Conclusion

Le produit est sympa et ultralight. La salle était limite au niveau de la taille. Je vais devoir m’entraîner à piloter de manière plus chirurgicale si je veux passer dans les gates et suivre le tracé.

Après mon premier crash sur l’unique poteau au milieu de la salle j’ai effectué les modifications suivantes:

Ré-imprimer un nouveau support caméra, histoire d’avoir du spare

Acheter un pack de 5 antennes RX comme celles-ci 5PCS Eachine 2.4G Receiver Original Antenna For Minicube Compatible Frsky Flysky DSM2 DSMX Receiver

Modifier les hélices par celles-ci 10 Pairs Racerstar 2435PRO 2.4inch PC 4-blade Propeller 1.5mm Mounting Hole for RC Drone FPV Racing

Moka Mikro - La guerre en Indoor est déclarée

Ajouter un point de colle chaude sur l’antenne du VTX

Moka Mikro - La guerre en Indoor est déclarée

Récupérer le signal OSD sur le cube pour pouvoir surveiller la tension de manière visuelle, bien que le beeper intégré au cube me l’annonce aussi.

Moka Mikro - La guerre en Indoor est déclarée

Pour le reste, l’ensemble me convient. les Emax m’apportent assez de puissance (4500kv) et ne chauffent pas. A vous de voir, selon votre style pilotage, si les modèles avec plus de KV supporteront vos LIPO 3s.

Bons vols!

Eachine BlackWing

Eachine BlackWing

Qui n’a jamais rêvé d’une petite machine à emporter partout? La laisser dans le coffre de la voiture et profiter de son temps de midi pour aller voler.
C’est mon cas, je me suis même offert une petit radio premier prix, la FlySky FS-i6x qui reste dans mon coffre sans peur de l’abimer avec mes anciennes Fatshark, de plus les récepteurs ne coûtent rien.

J’ai pris pour une fois la version PNP pour gagner un peu de temps et voir la qualité de l’équipement proposé. Habituellement je préfère tout monter moi-même mais vu la différence de prix par rapport au kit, je ne prenais pas trop de risque.

Contenu de la boite

  • 2 demi-ailes en EPO noir équipées de servo 9g
  • 2 winglets
  • Fuselage équipé d’un moteur Racerstar 1806 KV2400 et d’un esc Hobbywing 12A
  • Jonc de carbon qui servira à renforcer l’aile
  • Hélice 4141
  • Chape de rechange
  • Support camera HD en vois
  • Capot pour ceux qui ne voudront pour mettre la caméra HD
  • Planche d’autocollants

Ils ne se sont pas foulés pour l’envois… mais tout est arrivé en bon état. Chaque élément est placé dans des autres boîtes.

Caractéristiques

  • Envergure : 68 cm
  • Longueur : entre 35 cm
  • Poids en ordre de vol :

Configuration

J’ai laissé l’équipement d’origine dans un premier temps.
Pour l’équipement FPV :
• Caméra HS1177
• VTx Eachine TX526
• Runcam 2pour filmer les vols
Comme récepteur j’ai utilisé un petit Flysky X6B qui à l’avantage de faire PWM avec une petite modification du cablage pour pouvoir brancher les servos (au besoin je peux faire un petit tuto).
Niveau batterie, je reste sur une configuration légère donc ça sera une 3S 1300mAh. Elle passera certainement en 4S mais je lui mettrai un autre esc.

Montage

N’ayant que peu de temps, je me suis orienté vers de la colle cyanoacrylate + accélérateur.
Il ne faut pas oublier de poncer légèrement les surfaces à coller ainsi que le jonc de carbon.
Je n’ai pas rencontré de difficultés particulières, bien que l’ajustement des deux demies ailes sur le fuselage n’est pas aligné avec l’assise des dérives, mais ça ne les empêchera pas de bien tenir.
Pour la caméra, j’ai creusé dans la matière pour la loger ainsi que pour placer mon VTx.

J’ai préféré coller le petit “capot” avec le reste du fuselage.


Concernant le dégagement pour l’hélice, je pense raboter un peu de mousse…

En moins de 2 heures elle était prête à voler.

Premier vol

L’ensemble 1806 2400kV, la petite hélice 4.1×4.1 ainsi que l’arrière du fuselage qui est prédominent me faisaient un peu peur.

Lors du lancé dans son élément, j’ai dû resté plein gaz durant toute la durée du vol. Étant habitué aux machines rapides, j’ai eu beaucoup de mal car c’est lent.

L’aile est stable mais le manque de puissance se fait trop ressentir, quelques modifications seront à faire.

Modifications partie 1

Ajouter de quoi faire circuler de l’air dans le fuselage. Mon VTx est refroidi pour un petit radiateur alu, donc aucun soucis pour lui, mais l’esc étant à l’intérieur, c’est pas jojo pour lui.

Vous pourrez télécharger une petite prise d’air style NACA ici.

Retailler un peu les protubérances du fuselage pour laisser l’hélice mordre un peu plus l’air.

Suite à quelques tests de consommation, je suis parti sur une plus grande hélice, ça vole déjà mieux, mais ce n’est pas une machine qui avance. L’esc est limite pour mon type de vol et donc chauffe beaucoup.

Modifications partie 2

Adepte de la vitesse et même si ce profil à forte cambrure privilégie plus les vols stables que très rapides, je suis passé à un moteur SunnySky x2204 2300kV qu’il me restait dans mon stock.

Niveau ESC je lui ai mis un 20A ainsi qu’une hélice BN 5040.

Je n’ai pas encore testé en vol, ça avancera déjà plus, ça c’est certain, c’est une config que j’utilise sur la petite X1 de 600mm d’envergure.

Lien utiles

Bilan

Ce que j’ai aimé :

  • Le prix (et encore)
  • La rapidité d’assemblage

Ce que j’ai moins aimé :

  • La config de base qui est pour moi anémique
  • Pas de circulation d’air dans le fuselage sans quelques modifications

C’est un peu un review à la va vite (bien que je l’ai commencé fin août, je suis passer à d’autres ailes car elle ne me motivait pas), je n’ai pas trouvé de temps pour lui donner une seconde chance, je vois que certain en sont contents, donc ça me motive à aller plus loin avec, quitte à la modifier un peu plus encore (tailler plus le fuselage).

Bref si vous voulez voler vite, passer votre chemin, prenez la eachine fury qui marche fort en PNP (review disponible ici) ou encore la Sonicmodel F1.

Je reviendrai sur cet article au printemps, l’hiver me permettra de préparer mes ailes pour la bonne saison et elle y passera aussi.

Exversa Juno – Le design ultime ?

Présentation

Il est temps de vous parler d’une frame avec un design et une conception hors du commun.

Nous sommes tombé sur un post Facebook présentant le Exversa Juno.

La page Facebook est disponible ici et le site web exversa design ici

En ce qui me concerne, je suis resté sans voix devant la finition et l’aboutissement du résultat final, inutile de préciser que le coup de coeur fut immédiat 🙂 !

Nous avons donc pris la décision de commander un exemplaire avec les bras 5 et 6 pouces pour vous le présenter (ici en 6 pouces).

Il est disponible en 5 pouces (220 mm) pour 78 grammes ou en 6 pouces (250mm) pour 85 grammes.

Le kit Exversa Juno complet comprend

  • Le pod complet avec les tubes d’antenne et les embouts de tubes( les découpes permettent d’utiliser toutes les caméras HD).
  • la main plate en 6mm
  • 2 plates de 2mm venant prendre en sandwich la main plate de 6mm et servant de fixation pour la carte de vol.
  • 6 bras du format choisis à la commande en 6 mm
  • un kit de fixation pour la carte de vol
  • 20 vis M3 x 12mm en titane
  • une clef 6 pans 2mm permettant de monter le châssis
  • un outil en carbon pour le changement d’hélices.
  • un porte clef Exversa assez classe.

La frame dispose d’un système de changement de bras rapide à (3 vis), il faut 5 min pour changer un bras.

Un système simple et éfficace permet d’augmenter la résistance en cas de choc sur les bras, ils viennent épouser la forme de la main plate une fois fixés.

ici le système de verrouillage des bras(v1)

Et voici la v2 plus solide

 

 

 

 

 

 

Le design de ce châssis en nid d’abeille apporte plusieurs avantages :

  • Il permet une fois en vol, d’optimiser la pénétration dans l’air et de mieux refroidir les composants.
  • l’aérodynamique est optimal, car l’air passe a travers le châssis.
  • le gain de poids
  • la résistance structurelle accrue
  • la répartition des forces en cas de choc violent

Le Pod

Le pod est en nylon injecté, il est très solide et disponible depuis peut également en blanc et en rose.

Il se fixe par le bas de la main plate a l’aide de 4 vis et permet de fixer toutes les caméras HD fréquemment utilisée en FPV.

La Caméra se fixe par la lentille et cela ne pose pas de problème particulier.

Par contre, on est obligé d’utiliser un esc 4 en 1 sur cette frame.

Le montage

J’ai choisi pour ce montage les composants suivants pour la version 5 pouces :

– Moteurs : X-Foot(sunnysky) 2207-2600kv disponible ici

– Carte de vol : Racestar F3S Full AIO – ESC 30amp – Osd / Bec –  disponible ici

– Caméra : Foxeer Xat 600m HS 1177 –  disponible ici 

– VTX : VTX03 25MW- 50MW -200MW disponible ici

– RX : FRSKY xm+ Disponible ici

Cette carte de vol permet un montage propre, simple et rapide en simplifiant au maximum le câblage pour un tarif imbattable.

Il suffira de raccorder la XT 60, les 4 moteurs, la caméra, le rx et le vtx alimenté en 5 volts par le bec intégré.

Elle gère le Dshot 600 d’origine et les réglages esc son correct à l’exception des Min & Max de série qui sont inadaptés au Dshot.

L’osd de la carte est entièrement configurable dans BETAFLIGHT.

Elle dispose également d’un capteur de courant.

J’ai ajouté un condensateur 25v de 1000uf pour filtrer l’ensemble.

Le poids en ordre de vol sans lipo est de 289 grammes.

Les 2207 – 2600 kv apportent un couple énorme avec les hélices adaptées

Le build terminé

La video du Maiden

Conclusion

Cette frame conviendra mieux pour du freeride et du freestyle en 5 ou 6 pouces, elle est très rigide et a une très bonne inertie,

il serait préférable d’avoir le pod en tpu pour la longévité même si celui d’origine encaisse bien les chocs.

Le verrouillage des bras dans sa 2eme version apporte encore une rigidité supplémentaire.

Bons vols

Test du mini quadcopter Eachine E013

Test du mini quadcopter Eachine E013

Introduction

La saison Indoor va recommencer et c’est l’occasion de vous présenter le Eachine E013.  Je cherchais un modèle pas trop cher et qui puisse s’adapter aussi bien dans mes mains que dans celles d’un novice.

Présentation

La boite inspire la confiance et pour une fois, elle n’est pas arrivée défoncée.

Eachine E013 Box

Le tout est bien protégé pour le transport, je pense que je m’en servirais par la suite pour aller à la salle.

Eachine E013 unboxing

Le contenu est complet pour effectuer un premier vol:

  • Le Eachine E013 et sa LIPO
  • Le mode d’emploi( en anglais et en chinois),
  • La télécommande avec ses sticks qui rappellent furieusement ceux d’une grande,
  • Un set d’accessoires avec un mini tournevis, hélices de rechange, chargeur USB
  • Un jeu de décalcomanie à apposer sur votre Eachine E013

Eachine E013 Contenu

La télécommande fonctionne avec 3 piles de type AAA.

Eachine E013 piles

Au niveau de l’électronique, il n’y a pas d’accès possible aux paramètres de la carte de vol. Les fréquences vidéos sont changeables depuis le bouton situé à fleur de la canopy.

La caméra est de type AIO, simplement fixée avec un bout de 3M double face sur la carte de vol.

Eachine E013 Carte de vol

Vidéo

Conclusion

J’ai trouvé dans cette appareil un compagnon pour assouvir mon besoin de voler rapidement et dans des endroits sympas. Il aura aussi une fonction d’apprentissage car pour initier quelqu’un cette machine permets déjà de faire des vols assez sympa.

Le vol en extérieur n’est pas son fort, seulement par temps calme.

Lien : Eachine E013

Bons Vols!

Eachine Fury - L'attaque des clones

Eachine Fury – L’attaque des clones

Après le test de la Miniracewing de Flybot, j’ai voulu tester la Eachine Fury, un des clones de cette superbe aile.. Connaissant déjà la marque Eachine pour ses multicoptères, je me suis commandé la Black Wing (test à paraître sur pimousse) et la Fury.

Elle utilise un fuselage en carbon du même style que la MRW ou les deux dernières ailes de TechOne.

Je suis parti du kit et non de la version PNP, mais ai utilisé la même motorisation (il y avait une belle promo sur le kit).

Déballage

L’ensemble est dans une jolie boîte en carton montrant le modèle. Elle pourra être utilisée pour son transport.

Eachine Fury unboxing

Contenu du kit

  • 2 demi-ailes en EPO
  • 2 winglets démontables
  • 1 fuselage en carbon déjà assemblé
  • 1 clé d’aile en carbon
  • De la tringlerie
  • 1 planche d’autocollants
  • 1 notice pour les réglages

Eachine Fury kit

Eachine Fury frame

Eachine Fury frame 2

Caractéristiques

  • Envergure : 103 cm
  • Longueur : environ 40 cm
  • Poids en ordre de vol sans la lipo et la cam HD : 533g

Configuration

J’ai choisi d’utiliser le kit moteur/esc disponible avec l’ensemble PNP.

  • Moteur : Racerstar 2216 2000kV
  • ESC : 40A (ZTW AL Beatles)
  • Hélice : 6×4 mais remplacée par une 7×4 pour plus vitesse
  • Servos : TowerPro SG92R
  • Caméra fpv : Foxeer HS1177
  • Caméra HD : Runcam 2
  • Émetteur vidéo : Eachine TX526
  • LiPo : 1800mAh 4S Turnigy Graphene

Comme sur toutes mes ailes, je mets un OSD avec GPS (voir tuto ici).

Montage

Rien de bien compliqué ici, j’ai mis 4h30 pour la préparer avec l’installation FPV.

J’ai commencé par fixer le moteur au châssis, mis l’esc en lui soudant 2 fils pour l’alimentation du BEC 10V, qui servira pour la caméra et le VTx, ainsi qu’un BEC 5V pour pour l’OSD. J’ai fait confiance (à voir dans le temps) à l’UBEC de l’ESC pour alimenter les servos.

Eachine Fury moteur

Ensuite, j’ai collé les servos dans les ailes en ayant au préalable centré ceux-ci avec la radio et visé le palonnier.

J’ai utilisé une radio FlySky i6x avec un petit rx X6B sur lequel j’ai directement soudé les allonges pour les servos et l’ESC. Je l’ai collé à l’arrière du fuselage.

Un petit trou a été percé à l’avant pour fixer le berceau de la caméra HS1177. Le micro minimosd sera collé près de la caméra, après l’avoir entouré de gaine thermorétractable pour éviter les courts-jus.

Eachine Fury frame 3

Le  VTx est fixé à l’avant sur le côté dans un premier temps, à voir s’il résistera aux possibles crashes. Comme toujours, je lui mets un petit refroidisseur en alu pour l’aider à dissiper la chaleur.

Le GPS est fixé à l’arrière sur un petit support fait en plastique et collé.

Je n’ai pas encore mis de servos dans les dérives, j’ai un doute sur un réel bénéfice.

Eachine Fury aile

Le profil a une épaisseur relative plus grosse que sur la miniracewing, il faudra plus de Watt pour arriver à la même vitesse.

Eachine Fury aile 2

Premiers vols

J’ai mis quelques crans de trim à cabré pour faciliter le lancer.

Après un rapide check du sens de débattement, j’attrape l’aile par le bord d’attaque, pousse les gaz à 2/3 environ et lance l’aile dans son élément.

Waow, elle part tout droit. Impressionnant pour un premier vol !

Je teste immédiatement quelques tonneaux, vol dos (qui tient en poussant très légèrement le stick de profondeur à piqué), pseudo décrochage avec élevons braqués à fond. Elle est bien gentille, pas vicieuse.

Moteur à fond ça avance bien mais il y a moyen de faire beaucoup mieux avec une hélice APC 7×4 (elles sont commandées).

Je ne vois pas le temps passé, porte aucune attention à mon OSD et hop plus de batterie. Atterissage avec coupure du retour vidéo à moins d’un mètre du sol. Je vais chercher la bête, ouf elle n’a rien et je remets une lipo et c’est reparti.

Toujours une grande facilité au lancement en l’attrapant par le bord d’attaque. Elle part tout droit dans son élément. Je décide de prendre un peu d’altitude pour voir son comportement et lâche les sticks avec environ 1/3 de gaz. L’aile vole toute seul pendant bien 10 secondes, sans tendance à partir d’un côté et piquer.

Le calage moteur me semble parfait tout comme le centrage qui est pas mauvais en étant sur le milieu voire l’arrière des repères.

Hâte de recevoir les hélices pour voir la vitesse qu’elle peut atteindre. Ici on arrive dans les 120/130 km/h pleins gaz.

Vidéo du premier vol avec hélice 6×4:

Vols suivants

Passage à une hélice APC 7×4… Dès qu’on pousse les gaz, le couple se ressent plus qu’avec l’ancienne hélice, elle a tendance à légèrement partir, mais rien de gênant, un mixage résoudra le problème ou un calage du moteur. Niveau vitesse c’est autre chose, en début de Lipo j’arrive proche des 180km/h, bref j’ai la banane.

J’ai enchaîné environ 15 vols, testé la solidité en prenant un arbre. Bilan les deux demi ailes se sont déboîtées, l’EPO a été marqué par les branches et une faiblesse apparaît (j’y reviendrai plus bas).

Bilan

Si vous voulez la voir bien vieillir, laminez la! Comme toutes les ailes en EPO, les branches et autres marquent facilement la matière.

Faites au moins le bord d’attaque et surtout la zone où se trouve le fourreau de clé d’ailes car c’est le seul point fragile que j’ai rencontré lors de mon crash.

J’ai vraiment été agréablement surpris par la qualité de l’ensemble, je pense en prendre une deuxième pour l’équiper d’un moteur et esc plus léger.

Je ne la conseillerais pas à un débutant car elle aime voler vite, bien qu’avec une configuration plus légère ça devrait le faire et pourquoi pas s’aider d’une carte de gestion de vol avec inav par exemple ou simplement un module de stabilisation voir même un récepteur avec stabilisation comme FrSky, entre autre, le fait.

Ce que j’ai aimé :

  • La qualité de l’ensemble
  • La possibilité de mettre des servos pour avoir des volets de dérive (à voir si utile)
  • Le prix tout doux
  • La possibilité de régler facilement le centrage en bougeant le support moteur
  • Aile démontable
  • Très stable et vol tendu

Ce que j’ai moins aimé :

  • Rien à dire pour le moment si vous laminez au moins la zone des fourreaux de clé d’ailes.

Lien utiles

G601 – 360 camera : La Theta killer !

G601 – 360 panoramic camera : La Theta killer !

Salut les potes,
Pour changer de tous les tests RC et parce qu’on aime les choses hors standard, je vous propose un petit test d’une super caméra panoramique.
J’ai toujours beaucoup de plaisir à tester ces caméras hors norme, qui permettent de saisir chaque instant où qu’il soit autour de nous.
Je suis en possession de pas mal de caméras 360° panoramique et celle ci vaut vraiment le coup d’oeil.
Facile à emporter, d’une qualité d’image très convenable, au fonctionnement intuitif et au look très inspiré de la Ricoh Theta… elle a tout pour plaire et surtout détrôner cette Theta (surtout son prix 4 à 5x plus faible).

Alors “Let’s go…” faisons le tour de cette super petite caméra sportive panoramique au 360 sphérique.

Fiche Technique

Type de caméra: Full sphérique 720°
Capteur: CMOS (OV4689)
FOV des objectifs: 210° par objectif (2 objectifs)
Qualité d’image (HD 720p):
– photo: 5Mpix (3040 x 1520 ); 2Mpix (1920 x 960)
– vidéo: 1440 x 720 30FPS; 1472 x 736 60FPS
6 modes de prises de vue
Microphone avec réduction du bruit
CPU: INFOTM C23 (sous Linux)
Batterie intégrée: 1400mAh Lithium
Autonomie: plus de 2h d’enregistrement vidéo
Recharge et connection: micro USB (câble fourni, chargeur non fourni)
Wifi:  2.4GHz 802.11b/g/n (mot de passe initial 88888888) – AP6212
Paramétrages via application pour Android (720pano sur playstore) et IOS — les code QR a scanner sont dans le manuel d’utilisation
Partage des photos  et vidéos (Facebook / Youtube, avec intégration des métadatas) via l’application disponible sur Android et IOS
Support d’enregistrement: Micro SD (max 128G)
Buzzer intégré
Couleurs disponibles: Orange ou Noir
Dimensions: 127 x 44 x 27mm

Unboxing

On ne déroge pas à la tradition de l’emballage sac poubelle… On en a tellement l’habitude que le jour où ils changeront l’emballage on sera tout perdu.

La boite noire avec le design blanc.. sobre, net et élégant !
Seul un petit point de couleur orange se distingue sur la boite, il est là pour connaitre la couleur du boitier de la caméra contenue dans la boite.

Ouverture de la boite en glissant le couvercle vers le haut comme une boite à tartines, la caméra est bien coincée dans un écrin de mousse assez dense.
Une découpe a été faite dans cette mousse, qui épouse les formes de la caméra afin qu’elle reste bien coincée et protégée.

Lorsqu’on retire la caméra, on remarque qu’une couche supplémentaire de mousse a été placée afin de bien soutenir et protéger.
Sous la mousse une carton découpé et plié renferme le manuel d’utilisation.

Le long de l’écrin de mousse se trouve une longue boite en carton noir qui renferme le câble USB vers micro USB permettant la recharge.

Tour d’horizon

Toute vêtue de plastique au touché agréable, nous avons opté pour la couleur orange.
La caméra est malgré tout entourée d’une finition “aluminium anthracite” mais juste de couleur car elle aussi est en plastique.
A la prise en main on a l’impression d’avoir un produit de qualité et bien fini.

Sur la face avant de la caméra on retrouve des icones qui permettent de savoir, en s’illuminant, quel mode est activé; ainsi que le bouton qui permet de déclencher photo ou enregistrement vidéo.
Sur la tranche anthracite, on distingue discrètement le bouton de mise en service, d’activation du wifi et de sélection du mode photo/vidéo.

Prise en main elle ne parait pas immense. Un plastique noir glossy entoure l’objectif pour parfaire le design.

Même en la saisissant fermement (on la prend rarement comme cela), les deux objectifs restent bien dégagés  ce qui n’est pas le cas sur beaucoup de caméras panoramique !

Vue de plus près de l’un des deux objectifs.
Une vue large de 210° saisira tout ce qu’il se passe dans la demi sphère face a l’objectif.
Vu qu’il y en a un autre de l’autre coté qui saisira une autre demi sphère, la caméra reconstituera d’elle même une sphère complète… saisissant ainsi TOUT ce qu’il se passe autour de vous ! 😀

L’autre face de la caméra, nue de tout boutons… avec son second objectif (l’exacte copie de celui situé en face avant).

Un autre vue de la prise en main.

Zoom sur la tranche pour montrer le double objectif.
Ils ne ressortent que de +-5mm chacuns mais comme ils sont légèrement encastrés ils ne ressortent effectivement que de +-3mm de la partie la plus large, ce n’est pas énorme et ça laisse une impression globale de minceur à cette caméra.

Vue sur la tranche en plastique de couleur anthracite/aluminium avec tous ses petits trous.. je suppose que c’est pour permettre une bonne ventilation car on le verra plus loin que cette caméra chauffe un petit peu lors de l’utilisation.

Petit zoom sur les boutons cachés sur la tranche de la caméra.
Le bouton du dessus permet la mise en marche et l’arrêt, le bouton du milieu permet d’activer / désactiver le wifi et le bouton du dessous permet de passer du mode photo au mode vidéo.

Sous la caméra nous retrouvons de gauche à droite, le slot pour ajouter une carte micro SD, le filet 1/4 de pouce qui permettra de la fixer sur toutes sortes d’accessoires et le slot micro usb qui permet de recharger la caméra.
Remarque: l’usb ne sert actuellement qu’à recharger la caméra !

Utilisation & application

On reste appuyé 3 secondes sur le bouton de marche/arrêt présent sur la tranche de la caméra et elle se met en mode démarrage.
Il faudra attendre environ 9 à 10 secondes pour qu’elle soit opérationelle et prête à faire de l’imagerie.
Un double bip de confirmation, généré par un buzzer interne, se fait entendre dès que la caméra est prête à être utilisée.
Lorsque la caméra s’allume / est allumée, le bouton de marche/arrêt sur la tranche s’illumine en bleu ainsi que l’icone de mode photo ou vidéo dans lequel la caméra se trouve.

De base, une fois initialisée la caméra est pleinement fonctionnelle, mais pour utiliser son plein potentiel il faudra la connecter à l’application dédiée sous Android ou IOS.
Cette application permettra aussi de faire tous les réglages comme la qualité des photos et vidéos que l’on ne pourra malheureusement pas sélectionner sur la caméra elle même.
Les captures d’écran suivantes seront prises sous Android car je ne dispose pas de périphérique IOS !!!
Pour connecter la caméra à votre périphérique android procédez comme suit:
– initialiser votre caméra
– démarrer le wifi sur la caméra en appuyant sur la touche wifi présente sur la tranche (le bouton du milieu)… une fois le wifi démarré, l’icone wifi qui se trouve en dessous du bouton de capture sur l’avant de la caméra s’illuminera (clignotera) en bleu
– allumez votre dispositif android et démarrez le wifi de votre dispositif. (l’application “720pano” doit être préalablement installée et est disponible sur le playstore)
– connectez le point wifi nommé “Pano720-eaff”

– un code d’appairage sera demandé, introduisez le code “88888888” (8×8)
– démarrez l’application “720pano”, appuyez sur l’icone avec un petit appareil photo en haut à droite et BIMMMM on peut jouer 🙂

Par défaut, à l’ouverture du programme, on tombe sur les images sauvegardées dans la galerie du dispositif android sur lequel est installé le programme “720Pano”.

NOTE IMPORTANTE: l’application Android 720Pano est en anglais/chinois… pour le moment une grande partie des menus n’ont pas été traduits et sont toujours en chinois… difficile de savoir parfois à quoi ils servent!
Espérons qu’au minimum une version toute en anglais soit disponible rapidement :/

Dans l’écran principal en forme de bulle, faites glisser votre doigt pour vous déplacer dans l’image et explorez le monde qui se trouve autour de vous.

En bas à droite, l’icone permettant de rentrer dans le menus des réglages.
Comme averti ci plus haut, la majorité des menus ne sont pas encore traduits en anglais et sont toujours en chinois… difficile de comprendre la fonctionnalité de certains menus.

Voici tous les menus, beaucoup de réglages sont possibles !

Tout en haut à droite, une icone renseigne l’état de la batterie interne de la caméra.
Le petit chiffre situé à côté renseigne le nombre de fichiers disponible dans la mémoire de la caméra.

En bas à gauche de l’écran principal, une icone en forme de sphère permet d’ouvrir le menu des différents modes de vues.

Littleplanet, réalité virtuelle (a utiliser avec un masque style cardboard), sphère étendue,… quelques modes sympas sont disponibles!

Cette icone en haut à droite permet de passer d’un objectif à l’autre dans le mode de fonctionnement normal.
La bulle affichée est celle produite par un seul objectif; pour passer sur l’autre il faudra clicker dessus

Cette icone en haut à gauche permet de renverser l’image (tête en bas); Utile si on monte la caméra à l’envers comme par exemple sous un drone.

Cette icone permet de passer dans le menu “galerie”.

Le menu “galerie” permet d’accéder à la mémoire de la caméra mais aussi à celle du dispositif android que vous utilisez.
On peut sauvegarder les images/vidéos de la caméra vers la mémoire du dispositif android.

A l’ouverture du programme, ou si on revient en arrière après avoir accédé à la caméra, on peut aller dans les réglages propres destinés au programme.

Dans ce menu on peut choisir sa méthode de connexion (ici on utilis ele wifi), effacer le cache de l’application pour sauvegarder un peu de mémoire sur son dispositif android, vérifier si un nouveau firmware est disponible pour la caméra ou voir les informations relatives au programme lui même.

Pour arrêter la caméra, appuyez 3 secondes sur le bouton de marche/arrêt présent sur la tranche, deux bips se font entendre confirmant que la mise à l’arrêt de la caméra a été enclenchée.. elle s’éteint presque immédiatement.

Le manuel d’utilisation… il y a peu d’informations à l’intérieur mais l’utilisation étant très intuitive on a pas besoin de masses d’informations.

Autonomie

On connecte le cable USB / micro USB à la caméra d’un côté (micro USB), à un chargeur de smartphone/tablette ou à un PC de l’autre coté et cette dernière passe en mode charge. Pour avertir qu’elle est en charge, le bouton de marche/arrêt s’illumine en rouge.

Lorsque la caméra est complètement chargée, le bouton marche arrête s’illumine en vert.

Après une charge complète, j’ai allumé la caméra et démarré un enregistrement…
J’ai attendu, attendu, attendu et après 1h41 la caméra a fait 2 bips de clôture de l’enregistrement avant de s’éteindre.

Le test d’autonomie donne une idée.
Il a été réalisé wifi éteint et la caméra enregistrait sur une micro SD de 64Gb classe 10.

Poids et dimensions

Renseignée à 144 x 44 x 27 dans la fiche technique, voyons si ces informations se vérifient.
Nous avons mesurés 127 x 44 (parfaiiiiiit !!!) x 20mm
Pourquoi 20mm de large et pas 27mm ? car nous n’avons pas pris en compte le débordement des objectifs lors de notre mesure 😉

Tir corrigé et effectivement en prenant en compte l’objectif on est bien à 27mm de large !

Le poids n’était pas renseigné mais nous avons mesuré.
126g ! pas mal quand on prend en compte que la batterie est intégrée dans la caméra.

Ca chauffe !

Lors de l’utilisation on se rend compte que la caméra chauffe un petit peu.
C’est d’ailleurs surement pour cela que sur toute la tranche de la caméra (côtés et au dessus) est percée de petits trous… j’ose supposer que ces petits trous sont présent pour faciliter la circulation de l’air afin de favoriser l’évacuation de la chaleur.
Bon ça chauffe.. mais pas de quoi se brûler les doigts non plus…

Cette image thermique a été prise après 30min de fonctionnement en enregistrement.
 

Photo

Pour extraire les fichiers de la caméra vous devez soit passer par l’application Android/IOS, soit retirer la carte micro SD de la caméra pour la placer sur un autre dispositif tel qu’un PC.

Dans les paramètres de la caméra (disponibles via l’application), 2 résolutions d’image sont disponibles en mode photo.

Les images produites sont sauvegardées en .jpg
Comptez environ 1,64Mo par fichier image.

Exemple d’image prise en 3040×1520 soit au format 2:1

Chargée sur facebook ou en direct ça donne ceci (vous pouvez déplacer l’image avec votre souris):

Il faut suivre ce >>> LIEN <<<

 

 Vidéo

Dans les paramètres de la caméra (disponibles via l’application), 4 résolutions différents sont disponibles pour le mode vidéo.
1 mode proche du VGA (tout en bas), 2 modes HD (à vitesses de capture différentes) et un mode HD+ qui se retrouve entre la HD et la full HD.

Info: par défaut, la caméra scinde les enregistrements par tranche de 30 minutes !

Comptez 2,2Go par tranche de 30 minutes en 1920×960 30fps.
Soit +-78Mo la minute


.
Concernant le codec vidéo:
La caméra enregistre en Mp4.


La vidéo enregistrée fait 1920 x 960 au complet, soit les deux bulles dans l’image de cette taille.
L’image est donc en format 2:1 dans cette résolution.

Exemple de vidéo uploadée par l’application sur youtube.
L’application fait le stitching (recomposition et ajour de metadatas) pour youtube ou facebook directement, ça met du temps mais ça fonctionne très bien !

Partage des fichiers sur facebook / Youtube

Opération facile à effectuer depuis l’application et en quelques clicks seulement.

1. rendez vous dans la galerie de la caméra.
  
2. choisissez et ouvrez la vidéo que vous souhaitez partager.
3. téléchargez la sur votre dispositif.

4. déconnectez le wifi de la caméra et passez sur votre connexion internet.

5. rendez vous, cette fois, dans la galerie de votre dispositif.

6. choisissez et ouvrez la vidéo que vous souhaitez partager.
7. clickez sur l’option de partage.

8. Lancez la conversion et le partage (ça peut mettre du temps) en clickant sur “start to share”.

9. choisissez où vous souhaitez partager
 

Conclusion

Cette caméra est vraiment très fun à utiliser.
Sa bonne tenue en main, ses objectifs dégagés et sa relativement bonne qualité d’image en font un périphérique très appréciable à emmener un peu partout.
Grâce à cette caméra panoramique vous ne manquerez aucun moment, aucune action, où qu’elle se trouve autour de vous.

Juste génial pour capturer un panorama ou un environnement spécifique.
Prenez une photo d’un seul click et à la maison utilisez un masque VR pour vous immerger à nouveau dans ce lieu spécial que vous avez capturé… grâce au masque VR tourner la tête et regardez autour de vous comme si vous étiez sur place !

Embarquez la sur un drone pour vous sentir tel un oiseau à pouvoir regarder partout autour de vous lors du vol (grâce à la VR).

INFO: J’ai cru voir qu’une version full HD de cette caméra allait bientôt arriver :p

Liens intéressants

Le manuel d’utilisation

Le produit disponible sur le shop Banggood

Photos supplémentaires

 
 
 
 

Armattan CL Racing F4, une réelle alternative à la Betaflight F4 Boris B?

Introduction

L’arrivée en toute discrétion de la CL RACING F4 AIO BY ARMATTAN sur le marché est une habitude de communication pour Armattan. Si ça marche les gens en feront la pub! Et bien j’ai décidé de vous parler car j’équipe depuis deux bons mois tous mes builds avec cette carte.

J’ai monté pas mal de F3 Betaflight de Boris B et à chaque fois, cette carte qui s’annonçait un grand standard m’a déçu. Notamment aux niveaux des soudures sur les GND.

J’ai aussi essayé las Matek 405 et il manquait un truc. De plus, elles sont reparties en SAV suite à des défauts de composants, chose que je n’avais jamais eu sur une carte de vol.

Les HGLRC F4 v5 pro ne tenaient pas la route non plus en course, car le VTX n’est pas autorisé vu son absence d’homologation CE.

C’est en me baladant sur le site de Drone FPV racer, un shop Français pas trop loin des contrées Belges que j’ai trouvé la CL RACING F4 AIO BY ARMATTAN

Présentation

cl racing wiring

Caractéristiques

  • CPU – STM32F405RGT6  (F4)
  • MPU-6000
  • SD card slot
  • Bec 5v 1.2A
  • Bec 7.6v 1.2A
  • OSD betaflight intégré
  • Current Sensor intégré
  • 3 UARTS + USB
  • 5V LED Strip
  • 4 moteurs sur chaque coins
  • SBUS inverter
  • PPM et sat_rx séparé
  • Support du Smart Audio et TP pour VTX
  • Dshot Ready
  • VCP dédié

 

cl racing dessous

Vidéo

En Anglais, une courte présentation.

Les builds

Le Versus Quad One publié ici https://pimousse.be/index.php/2017/08/13/versus-quad-one-taille-race/

Le Simplex Ultralight, pas publié

Par contre le BEC de la carte ne suffira pas à votre Runcam Split, attention donc 😉

Conclusion

En fait, La carte de vol est en avance sur Betaflight, dans ce cas, car elle est conçue pour être entièrement fonctionnelle lorsque Betaflight 3.2  officiel sera publié.

Le buzzer fonctionne  depuis la première beta 3.2 et c’est un micro buzzer programmable.

Armattan n’a jamais essayé de monétiser les ventes des contrôleurs de vol. Donc, si vous vous demandez pourquoi le prix est si bas, c’est pour cela.

“C’est sympa d’avoir une petite marge, mais à la fin de la journée, nous sommes des constructeurs quad qualifiés. Les FC sont un produit simple pour nous, mais ils sont une marchandise très importante. Nous avons besoin de quelque chose de solide pour nos constructions et c’est tout.  Celle ci a été soigneusement testée et nous avons passé beaucoup de temps à mettre au point ce contrôleur de vol. ”

Il y a des rumeurs selon lesquelles le concepteur, Cheng Lin, a passé des mois en isolement complet sur ce design sur les montagnes tibétaines. Quand il est revenu, il avait une longue barbe, des ongles de pieds sales et rien que des chiffons pour vêtements. Mais il arborait aussi un grand sourire. À ce jour, Cheng n’a jamais parlé de ses moments isolés. Il semble imminent qu’il se prépare à un autre hiatus. On peut certainement s’attendre à voir de beaux designs à l’avenir, à mesure que la discipline évolue évolue, comme celui-ci.

Le lien : CL RACING F4 AIO BY ARMATTAN

Bons builds!