BornTo crash Banner

Portrait : Bornto Crash Pilote en FPV freeride

Anthony Boutolleau, alias Bornto Crash a 31 ans et vit à Orléans.

BornTo crash Profil

Il a toujours été à fond dans tout ce qui est high tech et les gadgets dernier cri.

C’est un bricoleur né.

Par contre, il n’avait jamais fait de modélisme auparavant.

C’est en décembre 2013, suite à la lecture d’un article dans une revue, qu’Anthony s’est décidé à  construire son propre drone. Imaginez, à l’époque, il n’y avait pas encore de groupe Facebook pour s’entraider et on ne parlait sûrement pas de fpv racing…

Les vieux chibanes savoyards devaient déjà s’entraîner dans leur petite forêt! 🙂

C’est en parcourant les forums, à la recherche de conseils (il y a d’ailleurs croisé les papayous 🙂  ) qu’il a monté par la suite son premier 330 avec une carte KK2.

On ne parlait, à l’époque, que de vol à vue, tout seul dans un champs, un espace bien dégagé, sans arbre.

BornTo crash 450

Son côté bricoleur l’a poussé à monter par la suite un 450 avec GPS et nacelle. La gestion était confiée à une FLIP32. C’était son premier drone en FPV, mais sur un écran.

Bornto crash 330

Comme nous tous, il a volé, réglé, cassé, perdu, volé, réglé…

Il a arrêté vers le mois d’octobre 2014. Ce fut une interruption de 6 mois. Avant de tomber sur des vidéos de la yaute (Airgonay).

Voir ces mecs tracer dans les bois a provoqué un déclic. Il a immédiatemment acheté un vortex 285 (qui était en précommande à l’époque). Grâce à cela, il fit partie du premier batch et il s’est équipé d’une paire de lunettes.

BornTo crash Vortex

Au bout de quelques sessions en solo, il a très vite commencé à s’ennuyer. Il a alors fait le tour des clubs d’aéromodélisme, mais personne ne pratiquait.

Il a alors décidé de créer le groupe FPV racer du 45.

BornTo crash 45

Via le bon coin, il a mis une annonce dans le but de rencontrer des collègues autour de chez lui.

Ayant posté son annonce, il s’est rendu compte qu’ils étaient 4 à pratiquer dans le coin.

Ses deux autres compères pratiquaient au Rcmco (club d’aéromodélisme à coté d’Orléans) et le troisième (Flyingont) pratiquait pas très loin d’Orléans.

Encore aujourd’hui, tous les mercredis vers 17h, ils se rejoignent pour voler.

Ensemble, au mois de juin 2015, ils ont pu participer à la première course à Chartres.

Ils y sont allés tous les quatre. Deux pilotes et deux accompagnateurs. Anthony y était comme accompagnateur et cela lui a permis de rencontrer pas mal de gens pour la première fois!!!

En revenant, gonflés à bloc par ce qu’ils avaient vécus, les entraînements en forêt se sont succédés à une vitesse folle. Il y eut beaucoup de casse et d’argent dépensé 🙂

Avec le temps, pas mal de personnes se sont fait connaitre, et Anthony a mis au point un parcours dedié au FPV racing dans son club.

Aujourd’hui, ils ont leur place à part entière au sein du club .

L’évolution des machines a été très vite et pour les bricoleurs et passionnés comme lui, il fallait toujours être à la page!

Bornto crash soudure

Démonter, remonter, chercher, buter sur un problème.

Il se dit très maniaque et il aime avoir des montages très propres et personnalisés de ses machines.

Bornto crash multi

Quand il bute sur un problème, à défaut d’avoir pu trouver la solution lui-même, il fait appel aux autres pour l’aider. Il a d’ailleurs, grâce à ça, fait la connaissance virtuellement de beaucoup de personnes. Dont Mikel FPV qui est aujourd’hui un de ses amis, ainsi que Flyngont. Ils s’organisaient régulièrement des sessions Skype, des genres de réunions où ils abordaient l’évolution du matos et où ils discutaient majoritairement multirotor.

BornTo crash People

Actuellement, entre son boulot qui l’envoie aux quatre coins de la France et l’arrivée imminente de son petit bout, il n’a plus du tout le temps de se consacrer à la compétition.

Il vole fun, détente totale, avec, comme toujours, l’envie de partager et de rigoler.

Anthony voit l’avenir du FPV évoluer à une vitesse fulgurante. Il suffit de regarder ce qui s’est passé depuis 2 ans.

Pour sûr, il va y avoir deux types de rencontres : les compétitions et les rencontres amicales. Et l’écart va se creuser de plus en plus, mais il n’y voit aucun inconvénient.

Le FPV racing va de plus en plus se démocratiser et Eurosport va diffuser des courses FPV à la télévision. Il y aura clairement deux mondes. Celui des compétiteurs et celui des passionnés.

Au niveau de l’évolution technologique, il est difficile de dire de quoi demain sera fait, vu la vitesse à laquelle les changements s’opèrent. Pour Anthony, nos futures machines seront toutes équipées HD et feront moins de 200g sans lipo. Clairement, l’autonomie va aussi s’améliorer.

Bornto crash Schubkraft

Anthony voit aussi la naissance de nouvelles catégories autres que la race et le freestyle. Il imagine des combats ou des départs arrêtés par exemple.

La course de Futurapolis à Toulouse, par exemple, a permis de démocratiser également le petit format.

Son seul regret, c’est de ne pas pouvoir rencontrer tous les gars avec qui il échange sur les réseaux sociaux, parce qu’il n’en n’a pas le temps. Mais bon c’est la vie et il en sourit 🙂

Merci Anthony.

Portrait : RaphX pilote en FPV racing

Dans ce portrait, je suis parti à la rencontre de Raphaël Rousseau alias RaphX.

Il a 27 ans et il est diplômé en école de Commerce. Il a obtenu son Master en 2015. Aujourd’hui, il a créé sa société de communication.

Le modélisme l’attire depuis son plus jeune âge. Il a commencé avec des voitures, des bateaux, des ailes volantes, des petits hélicos,… et, depuis fin 2014, il est passé au drone. Il a commencé avec un mini drone dans son appartement où il s’amusait à passer sous les meubles. Il se voyait même monter des “pseudo” parcours, mais ça n’a pas duré très longtemps et il a vite voulu passer au modèle supérieur. Il a acheté un DJI 450 avec lequel il faisait des vidéos de prise de vues, ça le fascinait.

RaphX dji 450

Il a découvert le racer en 2015, il le pratique depuis avril 2015.

RaphX club

Juste avant la course de Chartres en 2015 il a rencontré un membre du Club de modélisme de La Ciotat . Il s’est donc inscrit dans ce club dès ses débuts .

Ils étaient un petit groupe de 5 personnes à pratiquer le drone racer et ils avaient décidé de monter une team pour le fun la “Team Mistral FPV“. L’objectif était ainsi de participer à des courses tous ensemble.

Raphx Team Mistral FPV

Dernièrement, il a préféré quitter la Team et continuer son chemin seul.

Il a pratiqué de nombreux sports mais le Racer est devenu une réelle passion. Sa première course a été celle de Chartres en juin 2015.

Il y a malheureusement rencontré beaucoup de problèmes techniques et n’a donc pas pu aller au-delà des qualifications.

A ce moment-là, il était encore étudiant et il avait beaucoup de temps libre. Il a donc intensifié ses entraînements et participé à d’autres courses.
Il y a eu le Planet à côté d’Aix en Provence où il a terminé 8ème français, puis les courses en Espagne, Italie, Suisse et celle de Chartres en 2016 où il a enfin pu faire son premier podium et où il a pu prendre sa revanche sur 2015 en terminant deuxième au classement final.

Raphx podium Chartres

Il trouve le FPV racing juste bluffant :

” Les sensations que l’on éprouve lors d’une race sont géniales, on est pris par l’adrénaline. Pour moi qui pratique aussi de la motocross, je retrouve les mêmes sensations fortes.”


C’est excitant de voir comment ce loisir a évolué en peu de temps ces dernières années.

Depuis l’organisation de race à l’internationale, les organisateurs jouent à celui qui trouvera l’astuce la plus folle et la plus fun du racing. Une concurrence très rude s’est d’ailleurs développée depuis Dubaï.

Actuellement, il consacre beaucoup de son temps à la création de sa société, mais en parallèle, il ne cesse de s’entraîner tous les jours sans exception. Son but étant de faire le plus de courses possible.

RaphX vous conseille, à vous les débutants qui nous lisez, de commencer doucement mais sûrement.

Ne pas être trop gourmand sur le matériel et commencer avec une programmation abordable dite « stabilisée » pour bien prendre en main la machine.

Beaucoup de pilotes sont présents sur les forums et groupes Facebook pour des conseils. Lui-même peut vous répondre directement.

Son profil est dispo en cliquant sur la photo.

RaphX photo fb profile

Portrait : Team speed l’école belge du FPV Racing

Le milieu du FPV racing évolue très vite. Il n’y a pas, à ce jour, d’école ou de structure à grande échelle qui pourrait encadrer les futurs pilotes. En Belgique, il existe néanmoins une petite équipe animée par des passionnés. Cette team est encadrée par des mamans et des papas qui n’ont que le soucis de l’épanouissement personnel de leur enfant. Un endroit où il fait bon vivre. Une équipe avec un esprit familial où tout un chacun pourra évoluer en toute sécurité et à son rythme.

Les pilotes

 

 

Facchin Florian,

15 ans

Etudiant en 4ème secondaire en sciences

 

 

 

 

 

A l’âge de 5 ans, il reçoit sa première voiture radio commandée qu’il fait évoluer dans le club que ses parents avaient mis en place . A 10 ans, il est consacré champion de Belgique dans la catégorie 1/18ème «Jeunes» et à 12 ans vice-champion de Belgique dans la catégorie  «Adultes».

Cette discipline lui a permis d’apprendre à mécaniser, à souder, à régler et à entretenir une voiture radio commandée.

C’est en mars 2016, en voyant la compétition de drones à Dubaï (où son papa était team manager d’une équipe belge qui a terminé en 7ème position), qu’il s’est vraiment  intéressé de plus près à cette discipline. Il a donc fait ses premiers essais juste avant de commencer le championnat de Belgique en FPV racer qui débutait en avril 2016 (dans la catégorie “débutants” bien évidemment). C’est à ce moment qu’il a intégré la Team Speed.

Dans la pratique du drone, il retrouve un peu les aspects mécaniques qui existent en voiture RC (amortisseurs, pneus, châssis à régler). Il y a, en fait, beaucoup d’électronique à apprendre et à gérer. C’est donc un nouveau challenge pour lui.

Même le pilotage est assez différent puisqu’en voiture on pilote à vue en 2 dimensions alors qu’en drone nous pilotons en FPV avec une 3ème dimension en plus à gérer.
Il est membre du club de Havay (MCH).
Il est convaincu que le monde du racing va continuer à grandir dans les années à venir grâce aux médias et à toute la publicité qui tourne autour du drone.
Dans un futur proche, il aimerait réussir à être plus régulier lors des courses, monter de « niveau » et continuer à s’améliorer dans le FPV racer.
A tous ceux qui souhaitent se lancer,  il conseille de ne pas avoir peur de poser des questions aux personnes expérimentées lors de courses, d’événements ou sur les  forums et sites.

Il faut apprendre l’anglais (ou du moins, savoir se débrouiller) car la plupart des « meilleurs » forums et explications sont en anglais. Puis, cela permet aussi de pouvoir parler avec tout le monde sur internet ou dans la vie. 🙂

 

 

 

Pellichero Maximilien

13 ans

Etudiant en 3ème année générale option sciences

 

 

 

 

Il a commencé le modélisme à l’âge de 6 ou 7 ans. Son papa avait des avions qui traînaient et il voulait les faire voler. C’est Marc, un ami de son père, qui lui a appris à voler en électrique et thermique.

Un jour, ils ont rencontré Quentin de FlyXcopter qui faisait une démo de FPV racing. Il a regardé son papa et celui-ci a compris tout de suite.

Il a accepté d’en acheter un parce qu’il était aussi emballé que lui  Il y a maintenant environ 1 an et demi qu’il s’amuse vraiment avec ses potes du FPV.

Il est membre de 2 clubs : Model  Club Havay et Model Club Chaufour.

De son point de vue, Max pense que les jeunes vont commencer à apprécier de plus en plus ce genre de sport. La technologie évolue tout le temps et les vitesses vont encore s’améliorer, il faudra voir si les réflexes suivront

Pour le futur, il compte s’améliorer en étudiant les bonnes trajectoires par exemple. Il aimerait également s’entraîner plus pour avoir des trajectoires plus fluides.

Il rêve en secret de participer, par exemple, à une course comme celle qui a eu lieu à Dubaï.

Comme conseil pour les débutants, Max suggère de ne pas toujours faire la course. Il y a d’autres moyens de s’amuser et d’apprendre à piloter avec les racers.  Il vient de commencer l’accro en free style et il trouve ça super cool !

Il vous conseille de faire la connaissance de Looping (Dominique Butera), il trouve ce gars vraiment génial !

Le coach :

 

 

 

Pellichero Nicolas

41 ans

Indépendant depuis environ 5 ans après 15 ans d’informatique.

 

 

 

 

Nico est membre du Model Club Havay et du Model Club Chaufour.

Il a découvert dans ce milieu un monde de passionnés qui ne regardent pas à la dépense. Des pratiquants prêts à aider des débutants. Il y a même découvert des pilotes de renommée mondiale qui n’ont pas hésité, aussi bien en Belgique au championnat ou en France à Chartres à donner de bons conseils à son fils, Maximilien. Cela l’a fort impressionné !

Difficile, parfois, dans certaines disciplines, de donner des tuyaux à des “concurrents” et pourtant.  Il faut dire qu’à Chartres, ils ne connaissaient pas grand monde … Difficile aussi de conseiller son fils quand on ne connait rien ou pas grand chose au monde du FPV.

Quand Maximilien est arrivé au 1/8 de finale, comment gérer les quarts, attaquer dès le début et risquer de chuter, ou calmer et ensuite foncer, aucune idée précise…

C’est là que Nico est allé voir Vincbee pour avoir son avis sur la question.

Et là, des conseils, des explications,… sur le pourquoi du comment…il croise l’un ou l’autre pilote qui ont du entendre et qui eux aussi donnent leur avis…

Il est clair qu’ils sont allé à Chartres pour voir l’ambiance à l’internationale et voir des pilotes connus voler…

L’objectif, ne pas être dernier et essayer de se qualifier  Ils en rêvaient de se qualifier !

Dans la voiture, il discutait avec Max, t’imagines… tu te qualifies… la réponse du fils à son père fut : “Ouais ce serait cool

Quelle joie quand aux premières épreuves qualificatives il fait 1 min 13, il le voit déjà qualifié… le rêve est devenu réalité ! Il passe en quart, puis demi, et … finale, là c’est trop!

Max, 13 ans, il est serein. Nico en a 41, il est mort de trouille, il stresse de lui dire une bêtise pendant la finale.

Max comprend ce qui lui arrive et dit à son papa : “Tu me donnes juste ma position en fin de 2ème tour, je tenterai le tout pour le tout pour être sur le podium”.

Fin de deuxième tour, Nico lui annonce qu’il est 3ème, un concurrent le dépasse quelques secondes plus tard, Max est “furax”, il tente le tout pour le tout pour être sur le podium, il repasse premier avant l’entrée dans le bois, là où il a fait une faute au deuxième tour !

La tension monte chez Nico et il imagine le déclenchement du plan catastrophe, Max va chuter dans le bois, et bien non ça passe, il est toujours devant et termine 3ème. Exceptionnel! La journaliste vient le chercher sur sa chaise, elle m’entend dire 3ème à Max et me dit non, il est premier ! Nico doit être au bord de la crise 🙂 Le juge lui confirme, il est premier !

Le papa n’en revient pas, il a fait une erreur monumentale, il lui a dit qu’il était 3ème alors qu’il était premier… Heureusement qu’il n’a pas chuté, il l’aurait certainement entendu … 🙂

Il rêvait de se qualifier, il a gagné ! Le rêve…

Et bien voilà, c’est comme cela que Nicolas aimerait que le monde du FPV reste, du rêve, du rêve de voler, du rêve de gagner.

Il consacrera d’ailleurs son temps à faire profiter d’autres jeunes des connaissances qu’il a acquises.

Nicolas recommande de commencer par une machine fiable, solide, déjà montée et testée, histoire de ne pas se décourager. Une fois que le virus a opéré, tenter de monter une machine. N’ayez pas peur de poser vos questions sur des forums ou autres … Montez et apprenez sans le vouloir

Par ailleurs, beaucoup de parents disent que leurs enfants passent beaucoup de temps sur leur console, investissez dans le FPV racing.

Non seulement, ils quitteront leur console mais ils apprendront une multitude de choses !

Bons Vols!

diabolox banner

Portrait : DiaboloX pilote en FPV freeride

Dans ce portrait, je vais vous parler de Jérémy Schmidt alias DiaboloX.

Jérémy a 29 ans et il est coach sportif.

Pendant un repas de famille, son beau-frère lui parla de drones. Il fut immédiatement fasciné et très curieux.

Trois semaines plus tard, il se commandait un Phantom.

Il ne connaissait pas encore le FPV et il s’amusait avec son Phantom. Il essayait de descendre le plus près possible du sol, le plus vite possible, de remonter, de faire des boucles et de frôler les arbres… Bref, le freeride et le freestyle étaient déjà en lui.
Ensuite, comme beaucoup, il a vu sur Gameone le reportage sur le FPV. Et là, son Phantom ne l’a plus intéressé du tout. Il lui fallait un racer taillé pour le freestyle et le vol en immersion.
Il a monté sa première machine en février 2016 et a commencé à piloter (à vue) en mars. Une semaine après, il recevait ses lunettes et se mettait au FPV. Boom! Il était accro.
Il n’a jamais arrêté depuis.

Il a progressé grâce au Vortex de ImmersionRC qui pardonne beaucoup d’erreurs grâce à sa solidité.

Ça fait 7 mois aujourd’hui qu’il pilote et il sent qu’il progresse après chaque Lipo.
Il a créé une team qui s’appelle Fly For Fun. Le but premier de cette team est de prendre un maximum de plaisir sans se prendre la tête. Cela ne veut pas dire qu’ils ne feront pas parler d’eux, ils ont tous de l’ambition…

Il a monté de nombreuses machines.

DiaboloX atelier 1 DiaboloX atelier 2

Voici une partie de la DiaboloX’s collection:

QAV-R 5″

Kiss FC
Kiss 24A
Lumenier 2206 2350kv
HQ 5x4x4
Cam Fatshark CCD 90TVL
VTX Lumenier 200mW
TBS Triumph
XSR FrSky
PDB Matek
Buzzer

DiaboloX QAV 5

Mokaframe Berserker

Mokaframe Berserker 210
Xnova 2204 2300Kv
ESC littlebee 20A
cam Lumenier 650TVL
VTX Lumenier TX5Gpro 200mW
Naze32
D4r-II
HQ 5x4x3 Skitzo Edition

DiaboloX Beerseker

QAV-X Charpu

Lumenier QAV-X
Kiss FC
Kiss 24A
Lumenier 2204 2500 Skitzo
Lumenier VTX 25mW
TBS Triumph
Fatshark 900 TVL

DiaboloX Charpu

En ce qui le concerne, il n’est pas du tout branché “Race”. Ils viennent de participer récemment à leur première race officielle et il n’a absolument pas pu canaliser son stress.

14470857_300008733716846_472893285_n

Il avait l’impression de devoir réapprendre à piloter. Il refera certainement d’autres rencontres de ce genre car il a adoré parler avec tous ces gens.

14483387_300008730383513_842802294_n

Mais il aimerait d’avantage participer à des concours freestyle et aimerait que cela se développe. Jouer avec le relief, les dimensions, et avoir vraiment la sensation de voler… C’est ça qu’il aime car finalement, en race, on ressent très peu la verticalité. Sinon, son plus grand plaisir dans cette discipline c’est d’être seul (à la rigueur avec 1 ami) et se retrouver dans des paysages ou décors nouveaux et de composer avec son imagination à chaque fois. Là, il se sent libre et il oublie tout le reste.

En projet perso, il compte bien évidement continuer encore et encore à s’améliorer et à prendre du plaisir.

Le conseil qu’il pourrait donner aux personnes qui débutent est le meilleur conseil qu’on lui ait un jour donné: “Commence directement en mode accro”.

L’accro est un mode obligatoire si on veut maîtriser vraiment son quad, et commencer en horizon est une perte de temps qui fait acquérir beaucoup de mauvaises habitudes. Si vous commencez en horizon, essayez quand-même de passer le plus vite possible en accro. Il rajoute que tout est possible, quand on aime, on peut progresser très vite.

Pour vous abonner à la chaine de DiaboloX, il suffit de cliquer sur l’image

13934660_268995480151505_3216977857252120824_n

Rêver de FPV peut beaucoup aider, ça permet de s’entraîner même quand on dort 🙂

Portrait : Riddhi Fpv pilote en FPV racing

Si vous cherchez une personnalité attachante, celle de Riddhi FPV ne vous laissera pas de marbre. De son vrai nom Clément Ribes, Riddhi est présent sur pas mal de manifestations de FPV racing.

Ce grand gaillard de 27 ans est technicien informatique dans la vie de tous les jours.

Clément est tombé dans le monde du FPV, comme pas mal de gens, en visionnant la vidéo de Airgonay.

Lorsque Clément a vu cette vidéo, il s’est directement dit:

«Ok, début 2015, j’achète tout le matériel!».

Aussi tôt dit, aussi tôt fait ! Ayant fait de la compétition en voiture RC 1/24ème (Mini-Z) et du 1/10ème (Tout-Terrain 4×2), les prix ne l’ont pas choqué plus que cela.

Riddhi FPV ma-voiture1

Dès qu’il fut équipé, il a commencé à voler dans LE spot « Mythique » d’Ile de France (AMR) le lieu dit V2 , ce qui lui a permis de rencontrer beaucoup de grandes figures du FPV racing d’aujourd’hui :D.

Membre d’un club? Il prévoit de rejoindre le club de La Croix du Sud au Perray en Yvelines (78), où le terrain et les horaires sont parfaits (tous les samedi et dimanche matin), ce qui lui permet d’allier FPV et vie de famille.

Riddhi FPV terrainduperraygoogleearth
Ensuite est arrivée la création de son ancienne équipe la « Team Further » où plaisir et compétition étaient de la partie. Au fil des mois, la direction que prenait l’équipe ne correspondait plus à ses attentes. Il a donc décidé de la quitter.

Riddhi FPV further
Actuellement il est pilote pour son propre plaisir. Cette passion, il la partage avec son frère 😀

Riddhi FPV frére

Le FPV Racing reste une discipline underground pour Clément, malgré une évolution fulgurante en 1 an (2015 à 2016). Il y a  plusieurs types de pilotes. Ceux qui aiment voler à plusieurs pour faire de la race, ceux qui font du FPV dans leur coin pour du freestyle, et ceux qui allient les 2 :D.

Chacun peut trouver en lui sa définition du FPV.

Pour lui, c’est avant tout le plaisir d’être entre amis et de partager des connaissances.
Le FPV Racing arrive à un moment où les choses doivent évoluer afin de réussir à combiner plaisir et compétition.

Après avoir parlé avec beaucoup de monde, le débat est lancé. Actuellement, faire une course n’est pas vraiment intéressant. Car pour les moins bons pilotes si tu voles 10 à 15 minutes sur 48 heures d’événements, c’est beaucoup. Alors que, lors des sorties entre amis, les packs de Lipo déchargés ne se comptent plus.

Pour les débutants qui nous lisent et souhaitent évoluer, Riddhi conseille de commencer en 3S, de ne pas partir pas sur des machines ultra-puissantes qui vous dégoutteront au premier crash fatal.

Prennez le temps d’appréhender les réactions de votre machine, et commencez en Accro ! Au risque de voir le passage de vol stabilisé vers Accro très compliqué!

Essayez de ne pas voler tout seul! Trouvez un club proche de chez vous pour avoir des conseils!

Tournez-vous vers les réseaux sociaux, et posez-y vos questions. Vous aurez toujours la possibilité, notamment grâce aux divers groupes Facebook, de rencontrer vos futurs amis pilotes.

14322427_1075656015863640_7896695185403134699_n
Pour 2016, Riddhi a pas mal enchaîné. Il totalise 8 courses officielles.

Il compte s’en éloigner un peu pour le restant de l’année et préfère améliorer son niveau, profiter de ses amis et prendre beaucoup de plaisir 😀 surtout!

moi-et-mon-quad
Dans l’actualité de Riddhi FPV, on notera qu’il a lancé sa chaine Youtube. Il suffit de cliquer sur son logo pour vous y abonner.

Riddhi FPV logo

Un doux mélange de Racer250 et de TinyWhoop 😀

“Winter is coming guys ! Préparez vos TinyWhoop!”

Il y prévoit aussi quelques tests à la sauce Riddhi.

Un savant mélange de « décalé » et de « pro ».

Il a d’ailleurs dédicacé un mash up à pimousse.be 🙂

 

Da Ou Banner

Portrait : Da Ou pilote en FPV freeride

Aujourd’hui je vais vous parler d’un pilote du nord de la France à savoir David Depaix alias Da Ou.

David a 34 ans. Il est travailleur indépendant comme graphiste, infographiste et cadreur vidéo.

Da Ou Cadreur

Il a d’ailleurs sa propre boîte nommée Pixellulose et réalise des vidéos.

Il est arrivé dans le monde du racer par la grande porte, en s’intéressant aux machines de cadrage aérien. N’y connaissant rien, il a commencé avec un Phantom 2 et, par la suite, l’envie lui est venue d’assembler sa propre machine pour un petit budget.

Da Ou Dji Phantom

De là, il est tombé sur les premiers racers qui ne coûtaient pas trop cher. Il ne connaissait pas du tout les vols en immersion.

Vous connaissez cette sensation où, une fois que l’on porte des lunettes FPV, il est très difficile de les reposer et d’oublier cette première expérience.

Etre à la place d’un oiseau capable de se faufiler partout.

Depuis un an et demi, il vole souvent en Freeride solo et depuis quelques mois avec de très bons pilotes qui ont rejoint la team C’est du Prop.

c'est du prop logo banner

Le lancement d’une association de drone FPV (FPV Lille) est prévue pour la rentrée.

Pour développer sa passion et partager ses créations de châssis, il a décidé de les commercialiser via un réseau de producteurs et revendeurs fiables, dont la réputation n’est plus à faire dans le milieu.

Il n’est pas membre d’un club d’aéromodélisme. Il attend la rentrée et la création de leur asso’ FPV Lille.

Sa vision du monde du racing ?

Les approches du multi-rotors se nuancent de plus en plus avec différentes catégories comme les courses, le freestyle et le freeride.

Il ne voit pas les choses du coté racing. Il préfère prendre plaisir à parcourir des lieux comme les friches à l’abandon, les sites en construction, les espaces forestiers et j’en passe !

C’est une extension de soi-même qui nous permet de découvrir des lieux bien au-delà de ce que nous sommes capables d’atteindre physiquement.

On peut appeler ça de l’URBEX 2.0.

Les vols en Freeride ne veulent pas dire que nous survolons le public !

Il choisit des sites dont les trajectoires sont à l’écart de ce type de danger.

#safe comme on dit dans l’jargon !

L’évolution selon Da Ou?

Il voit un réel intérêt d’évoluer vers de la HD comme avec le Prosight de chez Connex.

On ne se rend pas compte de l’investissement à faire pour lancer un projet aussi ambitieux: trouver des investisseurs, produire le prototypage, faire des tests, tenir compte des retours de la part des pros, fixer le prix et encaisser la critique du public.

La R&D ça coûte très cher (et à tout niveau), c’est hyper long et on n’est jamais sûr que la sortie se fera à la bonne époque.

Le particulier qui investit dans ce genre de budget n’a aucun retour sur investissement au final. Pas comme un Lightbridge destiné à vendre de l’image aérienne, par exemple.

Là où David se démarque des autres pilotes, pour paraphraser Pablo Seth Sotes dans un commentaire laissé sur FB suite à une publication de Da Ou :

“Bravo ! Avec tous les outils numériques qu’on a, je suis toujours autant surpris de voir les gens attendre les sorties des frames! On peut tous faire son propre modèle, ce n’est vraiment pas sorcier

Concernant ses projets perso, il continue de développer les châssis RBX avec son premier bébé tout simplement appelé le RBX210, clin d’œil à la ville de Roubaix.

Da Ou RBX 210 Full render

Caractéristiques de la frame :

Full carbon
Top plate : 3mm ou 2mm
Bottom plate : 3mm ou 2mm
Bras : démontables en 5 et 6 pouces 3 ou 4 mm
Plaque de renfort des bras en 2mm 3D parts full PLA :
Support pour Cam Foxeer 1177
Pare-buffle avant et support incliné pour Xiao ou GoPro
Support antennes TX vidéo

Bientôt en option la protection pour Xiaomi « Xiara-kiri »!

Da Ou RBX 210 vue cam

Da Ou RBX 210 Vue bras

La liste des composants retenus :

Flyduino – KISS Fc, dispo ici http://goo.gl/mHzgE2 pour 37,90€
Little Bee 30A, dispo ici http://goo.gl/otM65A pour 16€
Matek v3 PDB, dispo ici http://goo.gl/DTbqdO pour 10,90€
Emax RS 2206/2600kv, dispo ici http://goo.gl/ZpGQd0 pour 18,80€
Foxeer XATM600, dispo ici http://goo.gl/L8p2b8 pour 39,90€
FX795t 25/600mw, dispo ici http://goo.gl/Of16dL pour 38€
FR Sky d4RII, dispo ici http://goo.gl/q5K0yC pour 29,90€
TBS Triumph RP-SMA, dispo ici http://goo.gl/bDn3St pour 39€

Voici une vidéo du projet de Da Ou

David souhaite en faire un job à temps plein, puisque cela prend du temps pour penser aux idées, dessiner les plans, trouver les bonnes compétences en découpe de carbone et d’impressions 3D, faire les tests en vol, apporter des modifications, faire le shooting photo, le graphisme, la com’, répondre aux interviews de Pimousse ^^, trouver le bon statut (bienvenue dans les complexités administratives françaises !) et surtout d’y investir ses maigres économies, mais il s’ accroche!

Un second châssis verra le jour sous le nom de Suicide Quad pour la rentrée.

Il prend le temps de trouver de bons partenaires qui soutiennent ses projets.

Si vous souhaitez le contacter vous pouvez passer par ici http://invader-drones.com/

Da ou rbx 210 logo

 

 

MikeL FPV et Pyro-Drone 2204 3050kv

Hello, Voici un build avec des moteurs Pyro-Drone 2204 3050kv.

Dans la jungle des composants, il est parfois difficile de trouver chaussure à son pied et de se démarquer, tant les grandes marques nous imposent leurs standards.

Un pilote l’a bien compris et chasse les composants rares et qui valent la peine.

Michael Leroy alias Mikel FPV est un électro-mécanicien/carrossier de formation et aéromodéliste passionné depuis 2010.

Il a décidé, en 2009, après avoir suivi des études d’infographiste, de monter sa société car il avait en lui cette envie de proposer aux gens la possibilité de personnaliser leurs motos et quads selon leurs propres goûts.

Rapidement, le lettrage et l’impression sur tout support sont venus s’ajouter aux premières idées.

Après avoir découvert le FPV, l’idée lui est venue naturellement d’appliquer les mêmes principes de personnalisation sur un maximum de produits destinés aux pilotes afin de les rendre uniques. En effet, à nouveau, il ne trouvait pas sur le marché ce qu’il voulait.

Michael habite à Bastogne en Belgique. Il est l’un des deux fondateurs de la société o3-Fpv.be.

logo O3 fpv noir orange fond blanc

Mikel a utilisé pour ce build:

Frame QAV 210, dispo ici http://goo.gl/VR2mO7 pour 87€
Pack Kiss FC + 4 ESC, dispo ici http://goo.gl/e0LD9n pour 129€
Hélices TRI HQ METAL DANNY 5X4X3, dispo ici http://goo.gl/TzOhwb pour 1,60$
Moteurs 2204 3050KV Pyro Drone, dispo ici http://goo.gl/UEGbt3 pour 21$ la pièce
Lipo bonka 1300 75C, dispo ici http://goo.gl/yJ5GZi pour 31€
VTX FX796 200mw dispo ici http://goo.gl/iCrKdC pour 23€
Cam xat 600 FOXEER hs1177, dispo ici http://goo.gl/YEJlfF pour 33€

La puissance dégagée par ces moteurs est juste bluffante!

Pour suivre Mikel FPV, vous pouvez cliquer sur le logo ci-dessous

 

 

 

Zero Stab Crew : Le Fpv entre potes

Dans le flux toujours plus important des réseaux sociaux, je suis tombé sur une vidéo qui m’a donné envie de parler d’eux, la team Zero Stab Crew.

Ils sont de Bruxelles, en Belgique, pour la plupart.

Echte Brusseleir, comme on dit en Belgique!

De vrais Bruxellois, si je traduis pour nos lecteurs francophones.

Ils arpentent des zones, tantôt aux tracés rapides, tantôt totalement abandonnées et inédites.

Chacun dans la team a ses préférences de vol et son propre choix de matériel mais cela reste une bande de potes . Avec une passion commune et surtout pas de prise de tête, c’est ça un hobby comme le FPV .

Ne restez pas dans votre coin, derrière votre build mal engagé, ou derrière votre PC avec le dernier simulateur à la mode. Rencontrez des gens qui partagent la même passion que vous. Ils vous aideront à évoluer plus vite que vous le pensez et en toute sécurité.

La team est composée de:

Anatole

Mr thiby

Luca sky walker

Chewbacca

Chuck

Ramon

Psykopat

Trinity

Looping

 

Voici LA vidéo qui m’a donné envie de parler d’eux:

Si vous souhaitez en savoir plus sur le château Miranda vous pouvez voir ici 

Pour les suivre dans leurs aventures, vous pouvez cliquer sur leur logo ci-dessous:

Logo Zero Stab Crew

Portrait : Max B pilote de FPV Racing

Maxime Bastin alias Max B est un pilote belge de FPV racing originaire de Liège en Belgique.

En parallèle à sa carrière de conseiller indépendant en prévention et sécurité, il participe régulièrement à de grandes courses dans le milieu du FPV racing.

Depuis 6 ans, il évolue dans le monde des drones.

Sur son site https://multiwiicopter.wordpress.com/ , on peut retrouver les divers travaux qu’il a pu faire pendant son temps libre. La programmation c’est vraiment le truc qui le botte.

Lors de la sortie du DJI Phantom il s’est lancé dans le long range, dans le but d’établir des records de distance.

Il s’est essayé à la photogramétrie et à fondé en 2013, avec un ami, une société de prises de vue qui n’a jamais décollé faute de statut juridique entourant la prise de vue à l’aide de drone.

Par la suite, début 2015, Maxime a décidé de dessiner ses propres machines sous Sketch Up jusqu’à leur réalisation. Cette année fut pour lui une année riche en rencontres, en entraînements et en tests.

Début 2016, avec l’aide d’Alexandre Steifer de la société O3-FPV, il réalise le Pivert, petite machine légère et détonnante avec ses composants top niveau.

Pivert Max B O3

Les séances d’entraînement s’enchaînent dans les parkings pu dans les champs, avec son ami Vincebee, autre pilote bien connu dans le monde du FPV racing.

C’est ce qui va permettre à Maxime d’évoluer très vite: voler entre potes et suivre le meilleur d’entre-eux, le plus rapide et échanger aussi bien le matériel que les nouveautés.

Il est licencié au club d’Hanneffe, en région Liégeoise.

Maxime a l’esprit de compétition depuis son plus jeune âge, lorsqu’il pratiquait le cyclisme. Lorsque je lui ai posé la question de savoir comment on devenait un bon pilote en FPV racing, la réponse fut structurée et très claire:

Max B profile

Lorsque vous entendez qu’il y a une course organisée quelque part, même si vous vous trouvez nul, il faut participer, car c’est en situation réelle que vous apprendrez à évoluer sur un circuit.

S’entrainer à raison de 2 à 3 fois par semaine. Une Lipo dure 3 minutes avec Maxime 🙂

Prévoir une séance d’une heure à chaque fois, installation des gates et des cônes pour le tracé inclus.

Le matos, avec ce que, par exemple, vous pouvez trouver autour de vous ou dans un Décathlon. Des éléments de tentes, des morceaux d’isolation de chauffage, des cônes,…

Pour la partie concernant votre quad, n’espérez pas démarcher une grande marque afin d’obtenir un sponsor au début de votre carrière.

Vous devrez payer votre voyage ainsi que les frais de participation et les récompenses, si vous arrivez dans le top 3, seront limitées à une frame. Imaginez la participation de Maxime à cette compétition au Portugal: billet d’avion, hôtel, repas, frais d’inscription,… Comptez au minimum 350€!

A force de participations, de travail régulier sur vos publications dans les réseaux sociaux et de réalisations de vos propres vidéos, vous pourrez, au mieux,  obtenir un solide réduction lors de vos achats pour vos composants. Obtenir du matériel gratuit d’une marque est très rare et demande que vous soyez au top niveau sur l’échelle internationale.

Ce n’est que le début de cette discipline sportive et Maxime espère bien, avec d’autres, la propulser sur le devant de la scène publique. Ce qui permettra aux pilotes d’en vivre un peu.

Maxime vole avec Zigogne, A2pro et Dal Props.

Si vous souhaitez suivre Max B vous pouvez cliquer sur son logo:

Max B logo

Pour suivre Maxime sur Facebook c’est ici

 

 

 

 

Portrait : Jazzman251 Pilote Belge en FPV racing

Nick Puylaert alias Jazzman251 est un pilote belge de F3u FPV Racing. J’ai eu la chance de le rencontrer et de discuter un peu avec lui et c’est tout naturellement qu’il s’est livré sur ce qu’il est, comment il en est venu là et dans quelle direction il souhaiterait porter le FPV racing dans le futur.

Nick a 30 ans et vit près d’Anvers en Belgique.

Il est prof de musique dans l’enseignement secondaire et dans une académie de musique. Il a fait le conservatoire de musique d’Anvers en section piano Jazz, d’où le nom Jazzman251. Il a toujours été passionné de musique et il est très vite entré dans une académie pour l’apprendre. A l’âge de 15 ans, il a quitté l’enseignement traditionnel pour suivre des études à l’Académie des Beaux-Arts d’Anvers. À partir de là, il s’est vraiment plongé dans la musique jazz et il est rentré au conservatoire.

En parallèle, il se fabriquait et jouait avec des voitures rc à essence pour la route et tout terrain. Ce n’est qu’il y a 4 ans qu’il a reçu un Blade Nano QX pour son anniversaire. Il a très vite contracté le virus et, un mois à peine après avoir reçu ce cadeau, il investissait dans le FPV avec un Hoverthings Flip FPV de 450mm.

Nick est licencié en club, le Wase Model Helicopter club de Belsele, parce que l’AAM impose cette règle aux pilotes qui veulent participer aux compétitions officielles.

Il vole aussi avec des avions mais les garde pour l’été et adore profiter des vols en planeurs qu’il trouve relaxants.

Quand je lui ai demandé, comment on faisait pour en arriver là, il m’a fait un grand sourire :). Première chose, être prêt à dépenser de l’argent. La meilleure option est de commencer avec un quad pas trop puissant, de préférence en 3s et, par après, voler sur du 4s. Une frame de 220mm avec des moteurs 2300kv, des hélices en 5×4 ou des tripales. En 3s c’est très correct comme configuration. Et ne négligez pas la qualité de vos composants, cela vous coûtera le même prix, en définitif, que si vous volez avec du pas cher.

Genk Nick Puylaert Jazzman251

Il ne faut pas paniquer quant au fait que vous monterez votre quad vous-même. Il y a un tonne de vidéos et de tutos sur internet faits par des personnes qui sont passées par-là. Prendre son temps pour le montage déterminera de vous si vous êtes apte à voler en quad ou pas. Les gens pressés ne font que passer.

Un set up FPV simple? Une cam HS1177 et un VTX Immersion RC. Ce sont les composants les plus répandus, et en cas de problème il vous sera facile de trouver de l’aide.

Sky-Hero et Dys sont ses partenaires du moment.

Se retrouver partenaire de plusieurs grandes marques qui te soutiennent n’est pas évident et demande pas mal d’investissement personnel et de travail. Les réseaux sociaux, les forums, les vidéos en ligne,… Il faut se faire remarquer et atteindre une certaine notoriété. Démarcher les marques est vain et vous enlèvera tout le fun de cette discipline.

Pour le moment Nick rêve de participer à des évènements  internationaux, pour ressentir l’excitation et rencontrer d’autres pilotes qu’il suit en ligne depuis des années.

Il participe pour l’instant au lancement du Lap Timer (produit d’Alexander Bierbrauer de la société Airbirds.de ). Il s’agit d’une révolution dans le monde du FPV Racing, je vous invite à regarder la vidéo ci-dessous.

Idéaliste, Nick veut pousser le monde du FPV Racing aussi haut que possible, rendre les courses aussi attractives que des courses de F1. Qu’il y ait un maximum de spectateurs dans le futur. Ici on le voit lors de la conférence Devoxx en 2015.

Prenez du plaisir à voler, en course avec des potes comme en compétition, c’est la clé de la réussite. Même si ce n’est pas toujours évident de garder cela en tête, le fun avant tout!

.

 

Pour suivre la chaîne de Jazzman251, il suffit de cliquer sur son logo ci-dessous.

Jazzman251 logo