FLYKIT – La première station mobile pour le FPV

Introduction

Qui n’a jamais rêvé de piloter son modèle RC avec un vrai manche à balais et un manette des gaz originale? Et si le système est mobile en plus? Ça changera des séances de simulateur à la maison!

Et bien le miracle est arrivé, et nous le devons à la firme Polonaise Nuavion.

Présentation

Le FLYKIT est un Kit mobile qui peut être utilisé pour contrôler un drone, un avion RC ou un simulateur de vol.

Le kit comprend le manche à balais, les pédales, la manette des gaz et le siège du pilote.

Avec un tel système, vous pouvez contrôler comme si vous étiez dans un avion ou un hélicoptère, au lieu d’un contrôle des doigts.

Le FLYKIT s’utilise de deux manières :

  • Sans modification avec votre émetteur RC via le Trainer port
  • Avec un module d’émission intégré JR/TURNIGY et FUTABA

Le contrôleur est compatible avec les derniers firmware OpenTx et Ersky9x.

L’ensemble se range dans un sac spécial et peut être pris partout où vous prévoyez de voler.
 Au-dessus de l’écran LCD, à partir de la gauche:
  • ID 0/1/2 interrupteur à bascule 3-pos,
  • Bouton dual-stable TRAINER,
  • GEAR interrupteur à 2 positions,
  • Interrupteur rotatif à 6 positions,
  • Interrupteur à genouillère AIL double-rate 2-pos,
  • Commutateur à genouillère double vitesse à 2 pôles ELV,
  • Interrupteur à bascule RUD double-rate 2-pos,

FLYKIT Switch

Près des boutons de réglage, il y aura un joystick – 2 axes avec un bouton-poussoir (p. Ex. Pour un contrôle cardan) et un potentiomètre coulissant de 100 mm de long placé sur le côté du boîtier du levier de poussée (p. Ex. Freins à air ou volets). En plus, nous avons mis deux boutons-poussoirs sur le levier de poussée, et un sur le manche de commande.

FLYKIT_MULTI-VIEW_V2.1

Vidéo

Conclusion

FLYKIT est une bonne idée et le concept à l’air de marcher. Je dis concept car les gens de Nuavion attendent d’avoir des demandent avant de se lancer dans la production.

A 1299€ le FLYKIT, n’est il pas possible de le faire sois-même? Dans mon cas à part la chaise de chez Décathlon je serais incapable au vu de mes connaissances de réaliser un kit aussi sophistiqué.

En tout cas au vu des premières réactions, ils bossent déjà sur une version pour le FPV racing. Patience!

Le lien : http://nuavion.com

Bons vols

AKK A3 – s’équiper FPV sans bricoler !

,

AKK A3 – s’équiper FPV sans bricoler !

Nous avons reçu en test de la part de AKK la petite caméra AIO (All In One) AKK A3.
Une petite caméra vraiment pas cher qui intègre un émetteur FPV 5.8GHz 40 canaux avec puissance switchable en 0  / 25mW / 50mW ou 200mW et équipé d’une antenne clover leaf RHCP à 4 lobes.
Pas besoin de souder, bricoler, s’énerver pour monter le FPV sur son modèle.. on connecte l’alimentation et c’est parti !!!

Caractéristiques technique

Type de caméra: caméra AIO (caméra + émetteur vidéo + antenne intégrés)
Capteur: 1/3″ CMOS
Format d’image: NTSC
Résolution d’image: 600TVL
Angle de vue (FOV): 120° horizontal / 150° diagonale
Illumination minimum: 1 lux
Tension d’entrée: 3,2 à 5,5v (1S)
Nombre de canaux: 40
Fréquence de l’émtteur: 5.8GHz
Audio: NON
Puissance de l’émetteur: 0 / 25 / 50 / 200mW (sélectionnable)
Antenne: clover leaf à 4 lobes en polarisation circulaire RHCP
Dimensions: 19,5 x 14mm
Poids: 5g

Unboxing

Nous avons reçu une petite boite noire, peu d’inscriptions sont disponibles dessus mais quelle importance? C’est le contenu qui compte 🙂
Quoi qu’il en soit, on sait ce qui se trouve à l’intérieur… packaging simple et efficace !
 

On ouvre la boite avec précaution et nous découvrons bien emballé dans son mousse une toute petite caméra pourvue d’une antenne.

En retirant la caméra de sa boite, dans le fond, une seconde couche de mousse protectrice laissant dévoiler un manuel d’utilisation (A LIRE!) et un câble de rallonge pour l’alimentation.

Vue rapprochée de ce qui se trouve en dessous de la deuxième couche de mousse.

Tour d’horizon

La micro caméra vue de face (oui je sais, j’ai laissé le capuchon de protection sur la lentille!)

Une vue d’un peu plus près, on voit bien l’antenne clover leaf à 4 lobes reliée à l’émetteur par un tout petit bout de coax (petit bout = moins de poids).
Les lobes de l’antenne sont assez fin mais je ne doute pas une seconde de l’efficacité vu la qualité de réalisation.
En exerçant une petite pression sur les lobes on remarque ils ne se déforment que très peu, ça respire la qualité.

La caméra AKK A3 AIO vu de dos.
On remarque directement un petit affichage alphanumérique led sur la droite de la photo, il servira à visualiser les réglages.

Vue de dos d’un peu plus près…

Vue du dessus.
discrètement placé en haut à gauche, au dessus de l’affichage alphanumérique, un micro bouton poussoir qui permettra de paramétrer la caméra.

Vue de côté.

Vue de l’autre côté.

Vue en contre plongée pour plus de détails sur le bouton de paramétrage.

Comme je suis un grand tête en l’air et qu’il y a 90% de chance que je perde le manuel d’utilisation, voici des photos qui permettront de laisser une trace numérique de celui ci (clickez pour zoomer, comme sur toutes les photos du site).

Mesures

Les dimensions dans le manuel étaient renseignées à 19,5 x 14mm pour 5g; vérifions la fiabilité des renseignements.
19,5 x 35,5 x 18,5mm au total du volume et antenne comprise.
Mais bel et bien 19,5 x 13,5mm sans compter l’antenne :p

Le poids est lui aussi parfaitement respecté et mesuré à 5,0g auquel vient se rajouter une petite chique si on utilise la rallonge d’alimentation.

utilisation

On branche une LiPo 1S (pour cela il faut utiliser la rallonge d’alimentation)et c’est parti.
Par défaut la caméra est paramétrée sur 0mW donc elle n’émet rien du tout !

Un appui d’environ 2 secondes sur le petit bouton situé au dessus de la caméra permet de rentrer dans le menu pour le choix du canal vidéo (la canal clignote). Une fois paramétré, si on ne touche plus, le canal arrête de clignoter et est paramétré.

Un autre appui de 2 secondes sur le petit bouton permet de rentrer dans le menu du choix de la bande de fréquence (5 bandes disponibles A – B – E – F – R (raceband). Une fois paramétré, si on n’y touche plus, la bande de fréquence arrête de clignoter et est paramétrée.

Un appui plus long +-5 secondes nous fait rentrer dans le menu du choix de la puissance.
Pour la valider, on ne touche plus à rien et l’écran arrête de clignoter.
0 : émetteur coupé (OFF)
– : 25mW
= : 50mW
3 barres : 200mW

Quand on est sorti de tout les paramètres, la caméra fait défiler les réglages.

Si on débranche l’alimentation de la caméra et qu’on la rebranche par la suite, la caméra garde les réglages en mémoire.
Donc, pour ne pas perturber les copains lorsqu’on vol à plusieurs, pensez à passer la puissance sur “0” – OFF avant de couper l’alimentation !

Qualité d’image

Franchement pour une micro caméra comme celle là l’image n’est pas mauvaise du tout.
Le FOV est grand et déforme légèrement l’image mais comme beaucoup d’autres caméras de ce genre.

Le changement de luminosité est très rapide ce qui est parfait pour évoluer en intérieur.

Mesures

J’ai réglé l’émetteur sur la fréquence 5820MHz (soit le canal F5 pour fatshark 5) avec une puissance de 50mW.
J’utilise toujours le même canal aussi bien pour voler que pour faire mes tests, question d’habitude !
Voici quelques captures de l’analyseur de spectre.
Avec un zoom sur le signal, on ne voit pas de porteuse audio (vu qu’il n’y en a pas).

Vue élargie sur toute la bande FPV.
On voit clairement qu’il n’y a pas de signaux parasites.. le signal est propre !

Vue 3D.

Une capture de plus avec marqueur.

Après deux ou trois petites minutes de fonctionnement, la caméra monte vite en température.
Notez qu’elle est simplement posée sur la table, aucune ventilation n’est effectuée.. par ocntre sur vos modèles elle sera plus facilement ventilée.

Consommation

Quelques mesures de consommation.
L’autonomie, quand à elle, dépendra de la Lipo que vous placerez pour alimenter…

Test de consommation avec l’émetteur sur “0” – OFF.
116mA avec une Lipo à — V (j’ai oublié de mesurer la tension)
Nouvelle mesure: 124mA @ 3,48V

Test de consommation avec l’émetteur sur 25mW.
340mA avec une Lipo à — V (j’ai oublié de mesurer la tension)
Nouvelle mesure: 375mA @ 3,4V

Test de consommation avec l’émetteur sur 50mW.
425mA avec une Lipo à — V (j’ai oublié de mesurer la tension)
Nouvelle mesure: 500mA @ 3,3V

Test de consommation avec l’émetteur sur 200mW.
600mA avec une Lipo à — V (j’ai oublié de mesurer la tension)
Nouvelle mesure: 800mA @ 3,2V

Le courant consommé par la caméra AIO sera fonction de la tension d’alimentation (soit la tension délivrée par votre LiPo). N’ayant pas mesuré la mienne avant le test (bhouuuuu pas bien!!), je l’ai estimée à environ 3.8Vdc.
Le constructeur affiche la consommation suivante dans ses spécifications technique:
– 0mW = Non communiqué
– 25mW = 250 à 510mA
– 50mW = 270 à 640mA
– 200mW = 330 à 740mA

Difficile de mesurer car la tension, la stabilité de la source d’alimentation sont très importantes et je ne dispose pas d’une alimentation de laboratoire (il va falloir que j’investisse du coup :/)

Conclusion

Toute petite et très légère, doté de puissance réglables, cette petite caméra AKK A3 AIO est super pratique, facile à monter sur tout type de modèles que l’on souhaiterait transformer en modèle FPV et s’adaptera à toutes conditions de vol (vol seul ou à plusieurs, de proximité ou à plus longue distance).
En lui ajoutant une petite batterie 1S ou en vous connectant à un élément de vote LiPo via la prise d’équilibrage, vous pourrez facilement la placer un peu partout.
Cette caméra est un must have à posséder dans sa trousse FPV !

Liens utiles

Le manuel d’utilisation de la caméra

Le lien vers le shop de AKK

DronePortal 2017 door Drone-Racing Belgium

,

Na een geweldige editie van het DronePortal evenement in 2016, pakte Drone-racing Belgium dit jaar uit met een nog straffere versie van hun indoorspectakel. De leden van Drone-racing Belgium waren zeker niet aan hun proefstuk toe. In de twee jaar dat ze actief zijn, hebben ze alles uit de kast gehaald om het FPV drone-racen vorm te geven in België. Met hun website (www.droneracingbelgium.be) bieden ze een ideaal platform om mensen samen te brengen, ideëen uit te wisselen en events te organiseren. Op het moment van schrijven staat de teller op 75 openbare events en 463 geregistreerde piloten. Door hun inzet en samen met de steun van de FPV-racing community zelf zijn er al vele mooie zaken gerealiseerd waaronder periodieke trainingssessies in de parkeergarage van C-Mine te Genk, een digitaal draadloos timing-systeem, enz.

DronePortal 2017 logo

Voor deze editie van DronePortal zijn er maar liefst 64 piloten uit 7 verschillende landen afgereisd naar DronePort te Brustem om het tegen elkaar op te nemen op een adembenemende indoor track. Net zoals vorig jaar was er veel aandacht besteed aan de racetrack, met dit keer als wereldprimeur volledig computergestuurde RGB LED-gates. Meer dan 50 verlichte trackonderdelen, 250 meter LEDstrip (goed voor 15000 LEDs), 1200 meter kabels en 5 DMX-controllers werden gebruikt om de track vorm te geven. De toeschouwers konden ook volop genieten van de races met een volledig zicht op de track én live-video die op grote schermen in de publieksruimte opgesteld stonden.

DronePortal 2017 badges

Deze keer ging het evenement door op zaterdag en zondag. Zaterdag stond volledig in het teken van kwalificatie. De snelste 12 piloten waren zeker van een kwalificatie voor de finalereeksen op zondag en mochten ’s avonds extra oefenheats vliegen op de in het donker verlichte track. De overige 4 piloten voor de finalereeksen werden op zondag door 3 extra kwalificatieheats geselecteerd.

Na de registratie, het uitdelen van de pilootbadges en de technische controle van de quadcopters, werd er een algemene pilotenbriefing gehouden waarin de regels voor iedereen duidelijk werden opgelijst. Het opzet van de kwalificaties was simpel: 4 heats van 3 minuten waarin je zoveel mogelijk rondjes moest zien te vervolledigen. Het slechtste resultaat werd geschrapt en de overige heats werden samengeteld tot een eindresultaat van de dag. Hieruit kwamen dan de eerste 12 gekwalificeerde piloten.

DronePortal 2017 public fpv screen

Doorheen de dag verliepen de heats quasi vlekkeloos. De enkele problemen met videosignalen waren dan ook meestal te wijten aan kapotte videozenders door crashes in vorige heats. De organisatie had ervoor gezorgd dat iedereen gebruik kon maken van een ground-station (de ontvanger van het videosignaal) met ClearView ontvangers. Deze ontvangers voorzien een beter videosignaal in moeilijke omgevingen zoals indoor en waren dus de perfecte keuze voor dit evenement.

Doorheen het evenement konden het publiek en de piloten ook genieten van een hapje en drankje. De hamburgers en pasta waren de perfecte toevoeging aan een reeds geslaagd weekend.

DronePortal 2017 snacks and drinks

DronePortal 2017 final line-up

Op zondag kwamen de overige piloten samen om te strijden voor de laatste 4 plekjes voor de finalereeksen. Rond de middag waren de 16 gekwalificeerde piloten gekend en kon er worden overgegaan naar de finalereeksen. Deze reeksen werden afgewerkt in een dubbel eleminatie toernooi format zodat één crash nog niet perse betekent dat je uit het toernooi ligt.

De buitenlandse piloten kwamen uiteraard niet voor een plekje in de middenmoot en dat zagen we ook in de 4 overgebleven piloten voor de laatste finalerace: twee nederlanders, een rus en een duitser streden om de podiumplaatsen. Tijdens de finale werd niet strategisch gevlogen maar meteen op de limiet geraced voor de eerste plaats. De nederlander Dino Joghi pakte (opnieuw) de overwinning! De winnaar van de editie van vorig jaar verlengde zijn titel als nummer één van DronePortal met een sterke reeks in de finale. Op nummer 2 kwam Bor (Gleb Shirshov), nummer 3 was Fullstick FPV (Martijn De Kemp).

DronePortal 2017 winner Dino Joghi

Een bloedstollend einde van een geweldig evenement!

Aftermovie door JaZzMaN251:

 

SaveSave

DronePortal 2017 by Drone-Racing Belgium

,

After a great edition of the DronePortal event in 2016, Drone-racing Belgium presents an even greater version of their indoor spectacle. The members of Drone-Racing Belgium aren’t just testing the waters. In the two years they are active, they gave everything they’ve got to shape the FPV drone-racing in Belgium. Their website (www.droneracingbelgium.be) offers an ideal platform to get people together, to share ideas and to organise events. At the time of writing, the counter is at 75 public events and 463 registered pilots. Because of their commitment and together with the support of the FPV-racing community, a lot of things have been accomplished including periodical trainingsessions in the parking lot of C-Mine in Genk, a wireless timing system, etc.

DronePortal 2017 logo

For this edition of Droneportal, a whopping 64 pilots from 7 different countries have travelled to Droneport in Brustem to compete against each other on a breath taking indoor track. Just like last year, a lot of attention has been paid to the racetrack, which featured worlds first computerized RGB LED-gates. More than 50 illuminated track objects, 250 meters of LEDstrips (around 15000 LEDs), 1200 meters of cable and 5 DMX-controllers were used to shape the track. The public could enjoy the races with a full view of the track and live-video feeds on big screens that were set up all around.

DronePortal 2017 badges

This time the event was held on saturday and sunday. Saturday was all about qualification. The fastest 12 pilotes were sure of a spot in the finals on sunday and got the chance in the evening to do extra practice heats on the night track. The other 4 qualified pilots were selected on sunday, where 3 extra qualifying heats were held.

After registration, handing out the pilot badges and technical inspection of the quads, a general briefing was held were the rules were clearly listed. The qualification format was easy: 4 heats of 3 minutes were pilots tried to fly as many complete laps as possible. The worst result got cancelled and the other heats were add up to an endresult. These results lead to the first 12 qualified pilots.

DronePortal 2017 public fpv screen

Throughout the day, running the heats went almost flawless. The few problems that arose were mostly due to faulty video transmitters from crashes in previous heats. The organisation provided groundstations (the receivers of the video signal) for every pilot with ClearView receivers. These receivers provide a better video signal in rough environments like indoors and were the perfect choice for this event.

Throughout the event the public and pilots could enjoy drinks and snacks. The burgers and pasta were a perfect match for this great weekend!

DronePortal 2017 snacks and drinks

DronePortal 2017 final line-up

On Sunday, the remaining pilots gathered to fight for the last 4 spots in the finals. Around noon, all 16 qualified pilots were known and the finals could take off! These heats were flown in a double elemination tournament scheme, so that one crash doesn’t mean you’re out of the tournament.
The foreign pilots apperantly didn’t travel that far for a position in the midfield. The final four contenders were from The Netherlands, Russia and Germany. During the final race there was no room for tactics. Everyone flew to the limit from start to end. Dutch pilot Dino Joghi (again) took 1st place! The winner from last years edition extended his title as the number one of DronePortal with a perfect final race! 2nd place went to Bor (Gleb Shirshov), in 3rd was Fullstick FPV (Martijn De Kemp).

DronePortal 2017 winner Dino Joghi

An exiting end of an amazing event!

Aftermovie by JaZzMan251:

SaveSave

SaveSave

SaveSave

Parrot Disco wing, le test

,

Article commencé en décembre 2016…Vous n’en n’aurez pas plus car le modèle que nous avions reçu était défectueux. Les précédents journalistes avaient crashé l’aile et la caméra était défectueuse.
Depuis décembre 2016, nous avons relancé le service relation publique de chez Parrot, sans succès! Nous sommes au mois de mai 2017. Il n’y a plus d’agence de relations publiques sur le Benelux qui gère les affaires de Parrot. Il est vrai qu’envoyer une aile depuis Paris à Bruxelles c’est quelque chose d’impossible en 2017!

Bonne lecture

Pim

Le début de 2017 sera Disco chez pimousse.be. Nous avons eu l’occasion de prendre la main pendant 2 semaines sur un exemplaire de démonstration de l’aile FPV de chez Parrot.

Disco Unboxing

Le cœur du système avec le module C.H.U.C.K.

La caméra est pilotable en X et en Y.

Accessoires

  • Casque FPV
  • Support pour smartphone
  • Télécommande

Application

ici sur Iphone.

Disco app

Vidéo

Voici une vidéo, avec la caméra défectueuse.

Conclusion

De notre avis, l’aile est un super produit pour se balader à son aise et découvrir vos contrées. Si votre législation locale le permet, bien entendu!

Le décollage est aisé. A une main, vous lancez l’aile comme une assiette et elle s’envole direct à 30 m en attendant vos instructions. Le vol embêtera très vite les pilotes expérimentés qui se retrouveront vite bloqués et frustrés de ne pas pourvoir faire un peu de voltige.

La partie FPV avec votre smartphone est fun mais il y a pas mal de latence observée. Une fonction marrante dans ce mode,  vous pouvez changer de vue entre la caméra de l’appareil et la caméra avant de votre téléphone. Dans ce cas, si vous fixez votre regard dans la direction d’où se trouve l’aile, un carré vert, comme un cible, apparaît à l’écran.

L’expérience aurait pu être plus immersive avec la grosse télécommande de Parrot, que nous avions reçue en test avec le Bebop 2, car il y avait une sortie HDMI dessus. Parrot a rendu l’usage de cette télécommande impossible avec les nouvelles mises à jour.

L’autonomie est plus que correcte avec 25 minutes par session. On en annonçait 45 🙁

Par contre claquer 1299€ dans ce produit, j’ai du mal.

Même si le R&D fut important, rien au niveau du marché ne justifie encore cet approche commerciale. Je n’encouragerai pas non plus dans l’achat de cette aile car vu le manque de communication du service relation publique de chez Parrot, on peut émettre des doutes sur la qualité du service après-vente de la société.

Bons vols!

Tutoriel : connecter un OSD sur une caméra AIO

,
AIO & osd banner

Les caméras AIO, sont ces petites caméras qui sont livrées avec un émetteur vidéos fixés au dos de la caméra.

Il est impossible à vue d’œil de récupérer votre signal vidéo pour y incruster un OSD. Et bien dans ce cas c’est possible!

Nous allons vous montrer comment faire.

Matériel nécessaire :

  1. Une caméra de type EF-01
  2. Une carte de vol avec fonction OSD

Il faut d’abord isoler l’endroit où passe le signal vidéo sur la AIO.

Dans ce cas, il sagit de la PIN la plus au dessus, objectif à gauche.

Il vous faudra supprimer cette jonction à l’aide d’abord de votre fer à souder en faisant fondre le plastique, et puis ensuite, à l’aide d’un pince coupante.

Viendra ensuite la soudure d’un bout de câble sur le VTX et un autre bout de câble sur la caméra.

AIO soudure VTX

AIO soudure caméra

Il ne vous reste plus qu’à connecter vous câbles en VIN et VOUT de votre carte pour faire un test avant le clean.

Vidéo

Bon mod 😉

Les filtres lowpass PT1 & le mode ANTIGRAVITY de Betaflight.

,

Depuis le passage à la version 3.1 de Betaflight, un nouveau mode de vol a été introduit, le mode Antigravity !

Mais le Mode Antigravity, c’est quoi ?

Ce mode a été implémenté par BorisB et permet de s’affranchir de certains filtres du Notch Filter, d’éliminer le phénomène de << PROPWASH >>  et de pallier à certains comportements désagréables que la frame peut avoir en vol sur des changements d’axe assez violents. Ils peuvent par exemple provoquer des effets de cabrage ou des rotations non contrôlées sur l’axe sollicité.

Il va permettre aussi d’améliorer la stabilité pendant le vol surtout pendant les phases où la frame passe par des transitions d’apesanteur.

Au début quand il a été disponible, presque toutes les modifications devaient passer par des commandes dans le CLI. C’est  toujours le cas, mais maintenant, elles sont plus accessibles et peuvent vraiment améliorer le comportement et l’expérience en vol.

Avant toute chose:

C’est préférable de partir sur des bases saines et d’une frame déjà optimisée sur certains points:

1/ Soft mount sur la carte de vol : ceux-ci par exemple.

2/ Soft mount pour les moteurs : ceux-ci fonctionnent très bien pour ma part après avoir testé d’autres modèles.

Les 2 précautions ci-dessus vont déjà permettre de diminuer grandement les vibrations dans le gyro.

Pour ce test, je suis parti sur mon armattan RaceSpec 210mm : la review est disponible ici

J’ai passé beaucoup de temps à régler les PID sur cette frame. Je suis également passé par la blackbox pour fignoler, mais je n’avais pas encore modifié les réglages des filtres et je pensais (à tort) ne plus pouvoir améliorer le comportement qui me semblait déjà assez optimal et en parfaite adéquation avec ce que je voulais.

Pour la configuration présente sur le RaceSpec:

  • Moteurs : Brother Hobby 2206-2600kv
  • ESC bee spring 30 amp multishot
  • Carte de vol F3V4 AIO
  • Hélices racecraft 5051 tripales
  • Lipo Tattu Square 4S 1300mah / 95C

Pour commencer on va modifier les filtres lowpass :

1/ La carte de vol doit être flashée en Betaflight 3.1.7 c’est mieux :-).

1a/ Attribuer le mode de vol Antigravity sur un inter ou autre.

1b/La modification des filtres est tout à fait possible et valable sans utiliser le mode Antigravity, mais les 2 me semble assez cohérent en vol.

2/ Ensuite, direction le CLI de Betaflight et tape la commande << get lowpass >> puis entrée

ANTIGRAVITY Betaflight 1

On peut voir ici la gestion des filtres lowpass standards dans Betaflight.

3/ On va changer la gestion des filtres du D avec cette commande : << set d_lowpass_type = PT1 >> puis entrée et ensuite save puis à nouveau entrée.

4/ Suite a cette modification on va faire un vol stationnaire de 30 secondes,  on pose et ensuite on contrôle si les moteurs ou les esc ne chauffent pas ! RAS dans mon cas…

Si après cette commande dans le CLI et le test en stationnaire les moteurs chauffent, il vaut mieux arrêter et traiter la cause éventuelle (soft mount ?).

5/ Si le point 4 est concluant, on décolle pour un vol cool en mode balade de 1min, on pose et on contrôle à nouveau si rien ne chauffe, si c’est le cas, tant mieux on continue…

6/ Maintenant, on va commencer à modifier les valeurs du gyro notch filter 1. On va passer la valeur de 400 à 0 puis ensuite save.

ANTIGRAVITY Betaflight 2

7/ Ensuite  on répète le point 4 et 5. Si le test avec la valeur à zéro n’est pas convaincant, il suffit d’être moins radical et de moins descendre(200) jusqu’à ce que le test soit concluant.

Après avoir modifié la première valeur sur le vol balade de 1 min, je commence à constater la modification du comportement surtout sur les changements d’axes.

8/ On va maintenant modifier la valeur du gyro notch filtre 2 de 200 à 0 et ensuite save.

9/ Ensuite on répète le point 4 et 5, oui je sais ça devient laborieux, mais ça en vaut la peine au final  😉

Encore une fois, si ça chauffe, il suffit de trouver la valeur appropriée à la configuration et aux composants utilisés.

Après le point 8, une grosse évolution sur le comportement se fait ressentir ça vole vraiment mieux, super réactif sur les changements d’axes, plus aucun propwash, que du positif…

10/ Direction l’onglet filter settings de Betaflight. A nouveau on va modifier la valeur D term Notch filter frequency de 260 à 0 et puis save.

ANTIGRAVITY Betaflight3

11/ Ensuite on répète le point 4 et 5 Attention ici,  car j’ai eu une mauvaise surprise à l’armement, la frame est devenue incontrôlable au décollage, donc, au premier essai, il vaut mieux reculer un poil plus 🙂 

La modification de la dernière valeur était trop radicale dans mon cas, je suis, au final, à 100 au lieu de zéro, mais cela va dépendre de la configuration.

12/ Il est possible également de modifier 2 autres valeurs sur ce mode ,j’ai conservé les valeurs de base qui sont :  set anti_gravity_thresh = 350
set anti_gravity_gain = 1.000 suivant ce que l’on souhaite, il suffit de les modifier, mais pour ça il faut tester c’est très personnel…

13/ On profite du nouveau comportement de sa frame 😉

CONCLUSION:

Cette modification demande pas mal de temps et de méthode, mais reste très positive sur le comportement en vol, elle apporte vraiment le plus qui manque quand on pense que tout est au point, mais demandera à être adaptée à la configuration.

Vidéo en cours de montage…

Mais voici un exemple (en Anglais)assez représentatif en attendant 😉

DemonRC NOX5R XL – Le Build made in EU

,

DemonRC NOX5R XL – Le build made in EU ou presque…

Salut les pottos,
Aujourd’hui je vais vous présenter un autre superbe build conçu pour le racing, le low-riding ou encore le freestyle.
Sa spécificité suprême est qu’il est presque entièrement Européen !
En effet, il n’y a pas que le châssis carbone qui est fabriqué en Europe mais aussi le contrôleur de vol et la plaque de distribution d’alimentation avec régulation et filtres intégrés.

Faites la “ola” au NOX5R XL produit par DEMONRC.

Spécifications constructeur pour ce châssis

Châssis carbone de 215mm moteur à moteur.
Poids de 80g
Bras en carbone 3k de 4mm
Tout le reste du châssis est en carbone 3k de 1,5mm

Liste des composants

Pour ce build j’ai utilisé la liste de composant suivante (clickez sur les composants pour être lié avec le site d’achat):

Unboxing du châssis

Le châssis arrive dans une enveloppe matelassée qui fait le taf !
Ne craignez pas les dégâts.. tout est bien emballé comme il se doit.

Dans l’enveloppe, une boite imprimée au logo du concepteur.

On ouvre la boite par dépliage…
Un petit sac noir, fermement scellé et des auto-collants.
On aime recevoir les petits plus comme des auto-collants du matos dédié à notre passion; perso j’en colle partout sur mes box à lipos.

Dans le petit sac noir, on retrouve nos pièces carbone parfaitement usinées et un petit sachet contenant toute la visserie nécessaire.

Une vue un peu mieux rangée du matos fourni.

Tout ensemble sur la balance voici ce que ça donne.
Le constructeur renseigne 80g, ici il faudra décompter le sachet zip qui emballe la visserie et la visserie supplémentaire qui a été ajoutée… bon on y est presque.

Tour du propriétaire

J’assemble le tout et je vous présente la bestiole…

Quelques heures plus tard, naissance de la bestiole.
Cela n’a pas été sans mal car j’ai du un peu adapter, il y a quelques petites aberrations dans le design de ce châssis.. hooo pas d’inquiétudes cela se corrige très facilement ! Je reviendrais sur ces corrections un peu plus tard…
Mais, y a pas à dire, elle est aussi jolie que sur la photo officielle.

Si vous souhaitez la version avec canopy, sachez que le .stl du canopy est disponible gratuitement au téléchargement sur la page produit de la frame. Il ne vous restera qu’à l’imprimer en 3D et de la monter.

Vue de devant, la caméra (ici une runcam eagle) est maintenue de part et d’autre par une vis de chaque côté.
La caméra vient en butée sur la plaque inférieur du châssis ce qui fait qu’il y a un peu d’angle d’origine… ce n’est pas plus mal car si la caméra redescend avec les vibrations, elle ne pointera jamais vers le bas.
Avec l’angle de vision offert par la caméra eagle, pas de soucis, même avec un peu de tilt d’origine on voit clairement l’horizon devant nous.
Les vis de part et d’autre permettent de donner plus d’angle à la caméra et ainsi la faire pointer directement vers le ciel si vous avez l’envie de voler comme une bête.

Une petite vue sexy prise en côté plongé :p
L’ensemble de la frame tient par des entretoises nylon et visserie alu.
Jusqu’ici je n’ai pas encore cassé mais je craint qu’avec un choc un peu violent le châssis se disloque.
Le jour où ça arrive, je passerai les entretoises en version aluminium.

Le cul cul de la bête.

Vue sur le bout de bras profilé et sur le moteur brotherhobby 2205 2800kv… ça va hurler sévère en 5S !
L’hélice montée ici est une dalprop 4×5045.

Le sandwich électronique.
Demon core en dessous (PDB filtré avec becs) et demon soul F4 au dessus.
En dessous et au dessus de la demon soul F4, sur les 4 vis de fixation, j’ai placé des petits joints o-ring afin de filtrer les éventuelles vibrations.

Vue de l’autre côté de la PDB, de gauche à droite j’ai placé alimentation caméra (12V) , alimentation émetteur vidéo (12V), un pont entre vidéo in et vidéo out car je n’ai pas d’OSD et alimentation contrôleur de vol (5V)

Les bras étaient renseignés en carbone de 4mm, il font 4mm.
Le carbone est de bonne qualité, bien usiné.

La top plate fait 1,5mm d’épaisseur comme renseigné.

Idem pour la bottom plate..
Félicitations, données constructeur respectées ! 🙂

Le châssis fait environ 36mm de haut (de la tête de vis top plate à la tête de vis bottom plate).

Mon build pèse 337g hors LiPo.
C’est dans la bonne moyenne.

Contraintes et Modifications

Première contrainte c’est l’emplacement de la batterie si on souhaite la placer en dessous du châssis pour abaisser le centre de gravité (sur le dessus il n’y a pas de problèmes).
Sous le châssis on retrouve bien deux passages pour la sangle batterie, mais le passage est bloqué par les bras…
Si on veut le faire passer un peu plus haut, par le dessus du sandwich bottom plate/bras/middle plate, il n’y a pas eu d’ouvertures usinées.
Pour fixer la batterie en dessous, il faudra simplement glisser la sangle batterie sous la PDB (si on en a une) ou sous le contrôleur de vol si il est seul dans le châssis.
 

La visserie alu bleu a beau être super légère et du plus bel effet, elle est aussi très fragile.
Un coup de clef en trop et c’est la casse assurée ! En général, il y a une vis supplémentaire en remplacement dans le sachet donc soyez tout doux sur le serrage !
Faites attention à utiliser la bonne clef de serrage car le centre de la tête allen (où l’on place la clef) a tendance à s’arrondir très très facilement.

Sur le centre du châssis, là où l’on place l’électronique ils ont aussi placé des entretoises nylon pour solidifier un peu le châssis qui tient qu’avec des entretoises nylon.

Seulement une fois que l’on a installé son électronique les entretoises sont bien trop grande et font bomber le top plate.
Il vous faudra délicatement couper les entretoises pour ajuster la top plate bien à plat.
Une autre astuce consiste à placer à l’avant et à l’arrière du châssis 4 entretoises aluminium de 30mm en remplacement des entretoises nylon, histoire d’être bien solide, et de supprimer les 4 entretoises centrales.

Un autre désavantage de tant d’entretoises et d’une telle prise en sandwich du contrôleur de vol, c’est que les vibrations seront beaucoup plus facilement transmises au contrôleur de vol!
J’ai donc monté le contrôleur de vol sur joints o-ring afin d’atténuer les vibrations.

Vous remarquerez également en analysant la photo que j’ai placé un filtre fpv supplémentaire sur l’alimentation caméra et émetteur vidéo (c’est le truc emballé dans la gaine bleue).
En fait, bien que le PDB soit déjà filtré, j’ai une tonne de parasites dans le flux vidéo dès que j’active les moteurs.. la vidéo est inexploitable si j’augmente les gaz.
Le placement d’un filtre dans la ligne d’alimentation FPV a supprimé les parasites définitivement !

A propos de l’électronique

J’ai choisis pour ce build de tester leur contrôleur de vol F4 appelé DEMON SOUL F4.
Il s’agit d’un contrôleur de vol haute performance aux calculs ultra rapide ce qui se traduit par une superbe tenue en vol et des réactions très rapides aux diverses sollicitations.
Compatible raceflight et betaflight, vous aurez l’embarras du choix pour faire vos essais.
Perso j’ai adopté betaflight car je ne m’y retrouvais pas avec raceflight (certaines incompatibilités entre le gui disponible sous chrome et le firmware proposé) .
Ce FC au format 36 x 36mm (30,5mm x 30,5mm pour les trous de fixation) pour 2mm d’apaisseur, possède un processeur F4 dernière génération cadencé à 192MHz, un gyro MPU6000 en SPI et toutes les entrées/sorties nécessaires (3 uarts, ppm/sbus, buzzer, vbat, etc…)

Voici le schéma de câblage de ce dernier.
La sérigraphie présente de part et d’autre du contrôleur de vol facilite la mise en place.

Franchement, c’est un contrôleur de vol que je recommande, j’apprécie vraiment beaucoup ses incroyables performances en vol et cerise sur le gâteau il est moins cher que la plupart des contrôleurs de vol haut de gamme.
Ne vous fiez pas au prix, ici on est aussi dans le très haut de gamme !

J’en ai profité pour, en même temps, tester le demon core v2.3.
PDB haut de gamme (plaque de distribution de l’alimentation), cette platine électronique facilitera le câblage des alimentations de la machine.
Ce PDB intègre aussi un bec 12v (600mA) disponible à partir d’une utilisation en minimum 4S, un bec 5v (400mA) disponible à partir de 2S et des filtres sur les alimentations.
De plus il permet aussi la connexion facile d’un OSD.
Il est protégé contre l’inversion de polarité, supporte de 2S jusque 8S, est au dimensions standard 36×36 pour 4,5mm d’épaisseur, ne pèse que 7g et supporte 120A en continu (180A en pic).

Le Demon Core v2.3 est présenté dans un sachet zip antistatique.
 

Vue du dessus et des composants qui le compose, on remarque pleins de condensateurs pour le filtrage des alimentations, deux régulateurs pour le 12V et 5V et une self.

Vue de derrière. La sérigraphie est présente sur les deux faces, c’est bien pensé et super pratique !

Un poids de 8g.

Voici les mesures réelles.
La PDB fait 36mm x 47mm, les trous de montage font 30,5mm x 30,5mm.
La hauteur totale de ce PDB avec l’épaisseur des composants comprise fait 4,3mm , mais le PCB de base ne fait que 1mm !
 

 

Notez que les courant de sortie disponible sur les becs diminuent avec l’augmentation de la tension d’alimentation, référez vous au tableau dans le manuel d’utilisation pour connaitre le niveau de charge acceptable à votre tension d’utilisation.
Faites un rapide calcul de votre consommation et assurez vous qu’elle soit acceptée par les becs !

Le manuel d’utilisation du pdb est ici

Ma petite contribution

Comme je souhaitais un support runcam pour faire une vidéo à bord, j’en ai rapidement modélisé un.
Au plus simple, au mieux et 40 degrés d’inclinaison !

Le fichier .STL de ce support.

Vidéo de vol

Premier vol d’essai du NOX5R XL pour voir le comportement de cette nouvelle machine en vol…

Conclusion

J’ai été séduit par le design de ce châssis, tout comme sa légèreté et sa modularité.
Il souffre de quelques petits défauts comme une visserie aluminium un peu trop fragile, des entretoises nylon qu’il faut raboter ou le manque d’une sangle batterie, mais ces petites défauts sont vite pardonnés une fois les modifications effectuées et le châssis mis en vol.
On appréciera la possibilité de télécharger un canopy ou des supports caméras au format .stl pour l’imprimer en 3d, mais on regrettera de ne pas en avoir un canopy fourni  de base avec le châssis.
Une fois en vol c’est époustouflant! les trajectoires sont fluides et naturelles, la machine est hyper réactive aux demandes et je n’ai pas constaté de comportement étrange sur les dizaines de LiPo qu’il a déjà absorbées.

Concernant l’électronique:
Vous pouvez acheter le “DEMON SOUL F4” et le “DEMON CORE PDB” les yeux fermés, vous serez séduit par les performances de ce contrôleur de vol et de cette carte de distribution d’alimentation très haut de gamme !

BIG UP au gestionnaire de DemonRC qui est très réactif et à l’écoute de ses clients !!!
Mes quelques requêtes envoyées au travers de facebook ont eu réponse et trouvé solution immédiatement (ou du moins très rapidement car j’envoie parfois des messages hors plage horaire).

Liens utiles

Le châssis chez DemonRC

Le manuel de montage du châssis

L’accès aux différents fichiers est disponible sur le site de DemonRC (supports gopro, canopy, etc…)

Le contrôleur de vol DEMON SOUL F4

Le pdb DEMON CORE 2.3

DemonRC sur facebook

TINY GATES “ASSEMBLE AND FLY”

Tiny Gates banner

J’ai découvert les TINY GATES à assembler chez Drone FPV Racer, un shop français spécialisé dans le matériel destiné au FPV racing. Il me fallait une solution vite montée que je puisse utiliser lors des session de vol en indoor. Celle-ci devait aussi être modifiable en cas de besoin et surtout personnalisable.

Présentation

Le kit arrive en caisse carton de 40 cm par 30 cm sur 25 cm de haut.

Tiny Gates Box

On compte 10 épaisseurs de 9 éléments en frigolite.

Tiny Gates planche

Au total on a :

  • 20 angles
  • 30 petits morceaux
  • 40 grands morceaux

Tiny gates count

Montage

Il est possible de réaliser à l’aide des photos du site

5 tiny gates identiques

Tiny gates 5

Ou de se laisser aller à d’autres formes

Tiny Gates homemade

Les dimensions intérieures sont tout à fait correctes pour les tiny et autres micros.

Tiny gates size 1

Tiny gates size 2

Il est possible de customiser ses Tiny gates. En les peignant ou en rajoutant des accessoires comme des LED par exemple.

Video

Indoor
En extérieur

Conclusion

Les fans de LEGO et autres constructions vont se réjouir. La seule limite sera votre imagination.

Au niveau solidité, elles ont encaissé pas mal lors des tests.

A l’usage, par contre, en démontant et remontant, j’ai déjà réussi à casser certains embouts.

Les TINY GATES “ASSEMBLE AND FLY” sont disponibles chez dronefpvracer au prix de 29,99€ soit un peu moins de 6€ la gate.

Le lien https://www.drone-fpv-racer.com/tiny-gates-assemble-and-fly-1344.html

Bons vols!

 

Fatshark Base HD la rumeur se propage

Fatshark Base HD

Premièrement, les Fatshark Base HD sont les dignes successeurs des Fatshark base SD. Une version vite oubliée. Ensuite, les Fatshark Base HD ont des écrans LCD capables de pouvoir restituer en 720p.

Le FOV de cette nouvelle paire de lunettes est inconnu, mais la rumeur parle de 35° comme le précédent modèle.

Spécifications :

  • Ecran LCD 720p
  • LIPO 2S 1000mah
  • Entrée HDMI
  • Port audio/casque
  • Un point d’ajustement intra-pupillaire
  • Ventilateur interne
  • Support 3D
  • Ajustement Luminosité/contraste
  • Système ventouse ou face-plate

Il n’y a pas de DVR intégré, et il faudra recourir à un récepteur externe ou une station, le tout connecté en HDMI. On dirait qu’elles ont été pensées et produites pour la nouvelle génération de retransmission en HD, comme le DJI Mavic ou le système Connex et son Falcore.

Prix annoncé : $350

Review sur YouTube :

Traduit de l’anglais avec l’autorisation d’Oscar Liang

http://intofpv.com/t-new-fpv-goggles-fatshark-base-hd

Vivement plus d’infos! Et hop une review des Rotor Riot!

Bons vols!