Drones Lab Session : Flacs TPU, la protection homemade pour vos quads

Drones Lab Session : Flacs TPU, la protection homemade pour vos quads

Les cartes ou tous composants électroniques sont sensibles aux projections de particules humides. Comme vous avez pu le constater ces dernières viennent souvent s’inviter lors de nos atterrissages plus ou moins contrôlés… C’est un fait encore plus avéré quand on vole avec le sens de rotation des moteurs inversés (afin de garder une lentille de caméra propre) puisque les hélice vont emmener les projections vers les flancs du quad.

En plus du conformal coating (revêtement étanche des composants électroniques qui fera l’objet d’une prochaine vidéo 🙂 ), au Drones Lab nous avons poussé l’expérience un peu plus loin en fabriquant des flancs de protection très légers. Des premiers prototypes ont simplement été découpés et agrafés dans une nappe en plastique transparente.

Tout le monde peut donc facilement s’en fabriquer, pas besoin d’imprimante 3D ou autre pour ces premières versions. Un bout de nappe plastique, une paire de ciseau, une agrapheuse et on vole déjà en milieu hostile. A notre surprise ces prototypes faits main étaient déjà très résistants et fonctionnels.

C’est lorsque l’hiver arriva et que le froid rendit le plastique cassant (ça dépendra des caractéristiques du plastique de vos nappes) que nous avons poussé l’expérience au niveau suivant. Nous avions récemment fait l’acquisition d’une imprimante 3D. Après quelques essais d’impressions, notre choix s’est porté sur des pièces d’épaisseur de 0,4 mm en filament de type TPU. Le TPU est résistant, flexible et ne casse pas lorsqu’il est refroidi même à -20°C, nous avons testé… 😉

En impression 3D, les pièces sont évidemment réimprimables à souhait mais surtout d’une grande qualité et d’une grande précision. On peut y ajouter les ouvertures nécessaires au cable USB, vis de caméra et autres interstices. De plus, en 0,4mm d’épaisseur une impression prend à peine quelques minutes.

A l’heure actuelle nous ne pouvons que conseiller ce genre d’upgrade qui fait partie intégrante de toutes nos machines dès que le châssis s’y prête.

Pour une protection maximale contre les projections il est préférable d’effectuer un conformal coating en plus de placer les flancs en plastique. Il est possible une fois sa machine bien préparée de voler dans la neige ou sous la pluie comme nous le faisons souvent. On n’est cependant pas encore à 100% à l’abri d’un problème technique… à mon d’avoir une machine amphibie. Mais c’est déjà un grand pas en avant, surtout dans nos pays aux climats, disons humides.

Vidéo

Lien : Dones lab

Bons vols!

2 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × quatre =