Review : VTX AKK X2P

Review : VTX AKK X2P

Hello la compagnie,

La marque AKK a décidé de nous faire confiance en nous envoyant en test quelques échantillons de ses produits.
Nous avons eu le plaisir de recevoir quelques modèles de VTX (émetteurs vidéo), voici le test d’un premier modèle le AKK X2P.
Bien que reçu gracieusement par la marque, nous testerons ce produit comme si nous l’avions acheté… rien ne sera caché, rien ne sera pardonné 😉

Voyons cela de plus près…

Fiche technique

Type de matériel: émetteur vidéo
Gamme de fréquences: 5.8GHz
Nombre de canaux: 40
Puissance d’émission: 25mW / 200mW / 500mW / 800mW
Tension de fonctionnement: 7Vdc à 24Vdc
Consommation: de 100mA à 300mA @ 12Vdc (consommation différente selon la puissance)
Portée vidéo: plus de 4km avec une antenne omnidirectionelle
Connection d’antenne: SMA / SMA pigtail (celle de notre test) / MMCX
Connexion de l’émetteur via JST 6pins
Dimensions: 28,5 x 20mm
Poids: 6,8g sans antenne
Fonctionnalités supplémentaires: SMART Audio, Pitmode, sortie 5Vdc 300mA

Unboxing

Une petite boite en carton épais, comportant le logo de la marque.
La boite est scellée par un fil plastique thermosoudé qui l’entoure entièrement, gage que le produit n’a jamais été déballé.


A l’arrière de la boite, un étiquette renseignant le modèle et ses options.
Ca reste simple, sobre, impeccable.

On déballe, on ouvre la boite par glissement vers le bas et là se dévoile notre émetteur vidéo.
Dans notre cas nous avons reçu la version SMA pigtail, c’est à dire avec le connecteur SMA déporté par un cable coaxial.
L’émetteur est entouré d’une mousse dense qui l’a protégé des chocs tout le long de son long parcours du fabricant à notre labo.

Vue de plus près de l’émetteur et de ses connexions.
SmartAudio/ Bec 5V pour l’alimentation d’une caméra, on a un full option sur cet émetteur.
Remarquez également que ce dernier peut aller de 25mW jusqu’à une puissance énorme de 800mW !!!
Tout est réunis pour couvrir une large gamme de besoins;

On retire la couche “émetteur” qui cache un pliage carton sous lequel se dissimule des choses 🙂

Sous la couche de carton on retrouve la câble d’alimentation et le manuel d’utilisation.
Attention, Aucune antenne n’est fournie avec l’émetteur… pensez à avoir du stock !

De plus près

Difficile de se rendre compte de la taille sur une photo, voici a quoi cela ressemble tenu dans ma petite main.
C’est petit, c’est propre, ça respire la qualité.
Cette photo montre l’arrière du vtx, sur l’étiquette apposée dessus nous avons toutes les informations nécessaires renseignées, connaitre la signification des ports de sortie est toujours très pratique et évite des heures de recherches.

Côté avant de l’émetteur, un petit affichage d’1 digit (à gauche de la photo) renseignera la bande de fréquence utilisée, le canal utilisé et la puissance utilisée.
Un petit bouton poussoir rectangulaire blanc (à droite de la photo) permettra d’opérer les réglages de l’émetteur.
En dessous, le grand connecteur blanc femelle accueillera le câble de connexion vers la caméra, l’alimentation, le smartaudio (optionnel).
On distingue, au dessus de l’afficheur 1 digit, un petit microphone qui permettra de renvoyer de l’audio en plus de la vidéo !
WAW!!! c’est le grand luxe cet émetteur… rien ne manque !

L’émetteur est entièrement entouré d’une gaine thermorétractable transparente…
Notez que si vous souhaitez utiliser le son embarqué via le microphone, pensez à dégager la gaine thermorétractable qui le recouvre sous peine d’avoir un son étouffé. Une fois la gaine dégagée autour du microphone, vous pouvez toujours placer un petit morceau de mousse acoustique pour diminuer l’effet de souffle du vent lorsque vous volerez à toute allure.

Nous avons reçu la version avec le connecteur SMA pigtail, c’est à dire déporté de l’émetteur via un bout de cable coaxial.
La prise sma femelle comporte deux trous de part et d’autre qui pourrons accueillir des vis de fixation.

Le câble qui relie l’émetteur aux différents éléments (caméra/alimentation/..) est pourvu d’une languette de sécurité qui empêche les arrachages ou déconnexions intempestives.

A l’autre bout du câble on retrouve un connecteur JST pour l’alimentation et une fiche JST qui pourra s’enficher sur un contrôleur de vol compatible (ou vers la caméra).
Les fils électrique qui compose cette allonge de câble sont en silicone!

Dimensions

Renseigné dans sa fiche technique à 28,5mm par 20mm, vérifions par nous même :
Bingo.. les dimensions sont respectées 🙂

 
La fiche technique ne renseigne pas la taille du coax pigtail reliant le connecteur d’antenne à l’émetteur, pallions à ce problème en mesurant par nous même :  57mm

Renseigné à 6,8g sans antenne, nous avons mesurés 8,4g pour la version pigtail sans le câble de raccordement et 10g avec celui ci.

Tests (un peu plus loin dans son fonctionnement)

Improvisons un petit banc de test.
Une alimentation de laboratoire stabilisée nous délivrera une tension constante pour nos test ce qui est bien meilleur qu’une batterie LiPo qui dérive en tension dans le temps du à sa décharge.
Un analyseur de spectre RF explorer pour analyser signaux et puissance (au travers d’un réducteur de puissance de 60dB).
Un petit wattmètre capable de monter à 8GHz alimenté par un powerbank (que j’ai fini par écarté du test car les mesures n’était pas probantes).
Notre caméra thermique.

NOTE IMPORTANTE: ne branchez jamais votre émetteur sans antenne ou charge fictive adaptée sur le connecteur d’antenne sous peine de le voir partir en fumée.


Analyse de spectre de la porteuse sur 5820MHz (canal F5).
Prenez en compte qu’aucune caméra n’a été connectée pour avoir une belle porteuse non modulée.

Suivi par quelques vue en chute d’eau sur 3 axes (fréquence/puissance/temps)

La porteuse 5820MHz est affichée sur une vue de 300MHz de large.
Le signal est propre, aucun pic d’émission fantôme n’est repéré sur l’entièreté de la bande FPV.

Puissance Vs Consommation

Petit relevé de la consommation mesurée en fonction des différentes puissances sélectionnées sur l’émetteur.
Le test a été effectué à 12Vdc pour comparer avec les renseignements fournis sur la fiche technique.

NOTE IMPORTANTE: ne branchez jamais votre émetteur sans antenne ou charge fictive adaptée sur le connecteur d’antenne sous peine de le voir partir en fumée.

79mA mesuré à 25mW  -> la fiche technique renseigne 100mA pour cette puissance

156mA mesuré à 200mW (ici on mesure même 317mW au lieu de 200mW) -> la fiche technique renseigne 180mA pour cette puissance

205mA mesuré avec 500mW sélectionné (600mW mesuré) -> la fiche technique renseigne 250mA pour cette puissance

223mA mesuré avec 800mW sélectionné sur notre émetteur (800mW mesuré) -> la fiche technique renseigne 300mA pour cette puissance

La consommation reste tout à fait correcte même à forte puissance et nous sommes chaques fois en dessous de la consommation renseignée sur la fiche technique.

Mesure thermique

Comme tout émetteur vidéo qui fonctionne, en émission ça dégage de la chaleur… beaucoup de chaleur!
Cependant j’ai été surpris de ne pas avoir eu des valeurs très élevées sans aucun flux d’air apporté (un drone en mouvement provoque un flux d’air qui refroidit le vtx et dans mon cas le vtx était juste posé sur le banc de test sans apport de ventillation)

Test de température @25mW.
L’émetteur a été placé en 25mW pendant 2 minutes… on tourne aux alentours de 40°C sans refroidissement.

Test de température @800mW.
L’émetteur a été placé en 800mW pendant 1 minute… on tourne aux alentours de 60°C sans refroidissement.

Manuel d’exploitation

En cas de perte ou si il est manquant dans la boite, une photo du manuel reste toujours utile :p

Je ne vais pas refaire une explication du fonctionnement de l’émetteur en français. C’est très facile à utiliser et très intuitif… appui court sur le bouton pour sélectionner le canal, long pour sélectionner la bande ou très long pour sélectionner la puissance.

Il restera à tester le PITMODE et le SMARTAUDIO… mais pour cela je dois trouver un controleur de vol avec OSD sous betaflight disponible. (à suivre…)

Conclusion

Ce petit émetteur compact est fabuleux tant par ses fonctions que par sa qualité de fabrication.
Il comporte toutes les options intéressantes qui sont à la mode à ce jour.
Il dispose d’une couverture standard en fréquence, d’une excellente stabilité, d’un spectre d’émission épuré, d’une consommation très correcte, de plusieurs puissances sélectionnable pour ravir tous les types de vols (à plusieurs, en race ou seul en longue distance)
Un combo parfait à placer dans vos racers, plateformes vidéo ou avions et ailes volantes).

Seuls “défauts” à lui reprocher (faut bien trouver quelque chose) c’est la gaine thermo qui recouvre le microphone embarqué et surtout le manque d’une bonne antenne FPV livrée avec ce dernier car si vous le branchez sans antenne, vous pourrez rapidement lui dire adieu !

Mais franchement… pour 16€ (prix au 23/03/2018) il serait difficile de se plaindre d’un produit d’une telle qualité empaquetant autant d’options !!!!

Liens intéressants

Lien vers le shop de AKK

Lien vers le produit (AKK X2P) sur le shop de AKK

Drones Lab Session : Flacs TPU, la protection homemade pour vos quads

Drones Lab Session : Flacs TPU, la protection homemade pour vos quads

Les cartes ou tous composants électroniques sont sensibles aux projections de particules humides. Comme vous avez pu le constater ces dernières viennent souvent s’inviter lors de nos atterrissages plus ou moins contrôlés… C’est un fait encore plus avéré quand on vole avec le sens de rotation des moteurs inversés (afin de garder une lentille de caméra propre) puisque les hélice vont emmener les projections vers les flancs du quad.

En plus du conformal coating (revêtement étanche des composants électroniques qui fera l’objet d’une prochaine vidéo 🙂 ), au Drones Lab nous avons poussé l’expérience un peu plus loin en fabriquant des flancs de protection très légers. Des premiers prototypes ont simplement été découpés et agrafés dans une nappe en plastique transparente.

Tout le monde peut donc facilement s’en fabriquer, pas besoin d’imprimante 3D ou autre pour ces premières versions. Un bout de nappe plastique, une paire de ciseau, une agrapheuse et on vole déjà en milieu hostile. A notre surprise ces prototypes faits main étaient déjà très résistants et fonctionnels.

C’est lorsque l’hiver arriva et que le froid rendit le plastique cassant (ça dépendra des caractéristiques du plastique de vos nappes) que nous avons poussé l’expérience au niveau suivant. Nous avions récemment fait l’acquisition d’une imprimante 3D. Après quelques essais d’impressions, notre choix s’est porté sur des pièces d’épaisseur de 0,4 mm en filament de type TPU. Le TPU est résistant, flexible et ne casse pas lorsqu’il est refroidi même à -20°C, nous avons testé… 😉

En impression 3D, les pièces sont évidemment réimprimables à souhait mais surtout d’une grande qualité et d’une grande précision. On peut y ajouter les ouvertures nécessaires au cable USB, vis de caméra et autres interstices. De plus, en 0,4mm d’épaisseur une impression prend à peine quelques minutes.

A l’heure actuelle nous ne pouvons que conseiller ce genre d’upgrade qui fait partie intégrante de toutes nos machines dès que le châssis s’y prête.

Pour une protection maximale contre les projections il est préférable d’effectuer un conformal coating en plus de placer les flancs en plastique. Il est possible une fois sa machine bien préparée de voler dans la neige ou sous la pluie comme nous le faisons souvent. On n’est cependant pas encore à 100% à l’abri d’un problème technique… à mon d’avoir une machine amphibie. Mais c’est déjà un grand pas en avant, surtout dans nos pays aux climats, disons humides.

Vidéo

Lien : Dones lab

Bons vols!

Yuneec HD Racer en preview

Yuneec HD Racer en preview

Le fabricant Yuneec a annoncé son HD Racer en janvier 2018 au CES à Las Vegas. J’ai toujours cette impression que les trucs sympas sortent après que les saisons indoors se terminent. L’appareil n’est pas encore commercialisé et on est le 17 mars 2018.

Yuneec HD Racer en preview

Le concept du Yuneec HD Racer, c’est le prêt à voler en sortant de la boite. Il est réservé à un vol intérieur et permet un retour FPV sur son smartphone ou sur une paire de lunettes compatible. Pour la comptabilité j’ai cherché l’info mais je ne l’ai pas trouvé.

Yuneec HD Racer en preview

On sait aussi que le Yuneec HD racer offre deux modes de vols. Le mode stabilisé et le mode accro.

Yuneec HD Racer en preview

L’ensemble fait penser à un Tiny Whoop amélioré.

Yuneec HD Racer en preview

APPAREIL
POIDS (CAMERA ET BATTERIE INCL. ) 65 g
BATTERIE 1S 550mAh LiPo
DIMENSIONS 135 x 130 x 45 mm (Lxlxh)
MOTEURS Brushed
TEMPS DE VOL 6 min
FRÉQUENCE VIDÉO 5.8 GHz
RADIOCOMMANDE
ÉMETTEUR ST6
GAMME DE FRÉQUENCE 2.4 GHz
DISTANCE DE TRANSMISSION (CONDITIONS OPTIMALES) 100 m
Camera
CHAMP DE VISION 117°
PIXELS 13 MP
MODES VIDÉO 1080p 60fps / 720p 60fps
DISTANCE ÉMISSION VIDÉO  80 m
LATENCE <100 ms

Aucune idée encore sur le prix, les compatibilités éventuelles entre les lunettes radio et autres…

Le site de Yuneec : Yuneec

A suivre…

 

TBS OBLIVION - Un nouveau venu dans le FPV Racing

TBS OBLIVION – Un nouveau venu dans le FPV Racing

120 km/h? 11 minutes de vol? Est-ce possible en 2018?

Et bien oui, du moins sur le papier avec le TBS Oblivion.

Bien que delà l’alourdit, il est conçu pour porter une caméra HD GoPro session ou un Hero 6. Il est livré avec deux supports différents.

On sort complétement du cadre habituel de Team BlackSheep et l’Oblivion est assez différent des Gemini et autre Vendetta.

TBS le vend comme un “ultra crash proof”, ce qui est certainement audacieux!

La structure du quad fait appel à un polymère composite injecté à la place de la fibre de carbone plus traditionnelle. Cela en fait un quad durable et facile à construire.

TBS OBLIVION - Un nouveau venu dans le FPV Racing

Le prix ? Le TBS Oblivion coûte environ 299€ en PNP.

TBS OBLIVION - Un nouveau venu dans le FPV Racing

La frame pèse 110g à nu et sera aussi disponible seule.

TBS OBLIVION - Un nouveau venu dans le FPV Racing

La version ready-to-fly (RTF) inclut une batterie, un chargeur, un TBS Tango, une mallette de transport et même quelques outils. Le coût est alors de 599€.

L’Oblivion accepte les modules de carte de type 20*20 ou 36*36.

En résumé pour la technique :

TBS OBLIVION - Un nouveau venu dans le FPV Racing

Temps de vol: 3-4 minutes typique, jusqu’à 11 minutes avec 1300mAh 4S.
Poids: 315g sans batterie
Moteurs: Custom Cobra CT-2205-2400kV
Batterie: 4S LiPo 1300mAh – 2200mAh
Hélice: Hélices HQ 5 × 4.5 × 3 V3 Tri-Blade
Contrôleur de vol: TBS Colibri F3 avec BetaFlight 3.3
ESC: BLHeli-S Multishot TBS PowerCube 20A 6S ESC
Caméra FPV: Caméra TBS Oblivion 650TVL FPV
Compatibilité du récepteur: compatible CRSF, S-Bus, Spektrum ™

Vidéo

Lien : Team Black Sheep

DJI Mavic Air : Le test

DJI Mavic Air : Le test

Une nouveau né dans la famille des Mavic, c’est le DJI Mavic Air!

J’ai bien dit la famille des Mavic car celui-ci n’est pas un Spark amélioré, mais un appareil à bras repliables comme les autres Mavic.

Présentation

Packaging nickel comme d’habitude chez DJI.

On y retrouve à l’intérieur :

  • La télécommande
  • La housse avec le DJI Mavic Air
  • La boite avec les modes d’emploi et les protections d’hélices
  • La boite des accessoires

La boites des accessoires contient :

  • Le chargeur et son câble aux normes EU
  • Un câble USB plat vers micro USB
  • Un jeu de stick de rechange
  • Le set de câbles pour votre télécommande afin d’y raccorder votre interface mobile

Caractéristiques

Poids net au décollage 433 g
Dimensions Plié:
168×83×49 mm (L×l×H)
Déplié:
168×184×64 mm (L×l×H)
Diagonale moteur à moteur 213 mm
Vitesse maximale en montée 4 m/s (S – mode)
2 m/s (P – mode)
2 m/s (Wi-Fi mode)
Vitesse maximale en descente 3 m/s (S – mode)
1.5 m/s (P – mode)
1 m/s (Wi-Fi mode)
Vitesse maximale 68.4 km/h (S – mode)
28.8 km/h (P – mode)
28.8 km/h (Wi-Fi mode)
Altitude maximale de service 5000 m
Temps maximum en vol 21 minutes
Distance de parcours maximale 10 km
Résistance au vent maximale 29 – 38 km/h
Angle maximum 35° (S – mode)
15° (P – mode)
Température autorisée de fonctionnement 0°C – 40°C
Fréquence d’utilisation 2.400 – 2.4835 GHz
5.725 – 5.850 GHz
Puissance de transmission 2.400 – 2.4835 GHz
CE: ≤19 dBm
5.725 – 5.850 GHz
CE: ≤14 dBm
Type de GPS GPS + GLONASS
Précision Verticale:
±0.1 m (avec système de Vision)
±0.5 m (avec GPS)Horizontale:
±0.1 m (avec système de Vision)
±1.5 m (avec GPS)
Mémoire interne 8 GB

NB : L’appareil en ordre de vol ne dépasse pas les 433g. L’appareil correspond bien à la classe des drones récréatifs.

Système de senseurs

Avant Précision : 0.5 – 12 m
Détection : 0.5 – 24 m
Vitesse de réaction: ≤ 8 m/s
Champ de vision (FOV): Horizontal 50°, Vertical ±19°
Arrière Précision : 0.5 – 10 m
Detection : 0.5 – 20 m
Vitesse de réaction: ≤ 8 m/s
Champ de vision (FOV): Horizontal 50°, Vertical ±19°
En-dessous Altitude : 0.1 – 8 m
Gamme de fonctionnement: 0.5 – 30 m
Conditions d’éclairage minimum Avant: Surface claire avec lumière minimale  (lux > 15)

Arrière: Surface claire avec lumière minimale (lux > 15)

En-dessous: Surface claire avec lumière minimale (lux>15) et réflexion (>20%)

Télécommande

Fréquences d’utilisation 2.400 – 2.4835 GHz
5.725 – 5.850 GHz
Distance maximale d’utilisation (Champ dégagé et pas de perturbations électromagnétiques) 2.400 – 2.4835 GHz:
CE: 2000 m
5.725 – 5.850 GHz:
CE: 500 m
Température de fonctionnement 0℃ – 40℃
Puissance d’émission 2.400 – 2.4835 GHz:
CE: ≤18 dBm
5.725 – 5.850 GHz:
CE: ≤14 dBm
Batterie 2970 mAh
Puissance de charge 1400 mA ⎓ 3.7 V (Android)
750 mA ⎓ 3.7 V (iOS)
Taille de l’interface maximale Max : 160 mm
Epaisseur: 6.5-8.5 mm
Type d’USB supportés Lightning, Micro USB (Type-B), USB-C

Une nouveauté sur la télécommande est l’insert des deux sticks dans le châssis.

Les sticks viennent se visser un à un.

Je n’ose imaginer si le stick glisse de mes doigts pour se retrouver dans l’herbe. Avec cette couleur quais impossible de le retrouver.

A noter aussi que votre GSM peux se charge via la télécommande mais très lentement pour un Iphone et normalement pour un Android.

 

CHARGEUR

Entrée 100 – 240 V, 50/60 Hz, 1.4 A
Sortie Main: 13.2 V ⎓ 3.79 A
USB: 5 V ⎓ 2 A
Voltage 13.2 V
Consommation 50 W

APP

Système de transmission vidéo Wi-Fi amélioré
Nom DJI GO 4
Qualités disponibles en direct Téélcommande:
720p@30fps
DJI Goggles:
720p@30fps
Latence 170 – 240 ms

Test

Pour ce test les conditions de vol devaient toutes être remplies. J’utilise l’application UAV Forecast pour me donner les infos d’après l’endroit où je me rends.

Retour vidéo

54m de distance à 1.2m du sol, image nickel.

518m de distance et 10 m de haut, retour vidéo sans soucis.

Fonctions

Pour vous représenter au mieux les fonctions, j’ai créer plusieurs mini clips. La qualité est brute sans retouche et vous avez la possibilité de les voir en 4K.

Quickshot

Les fonctions incluent dans le le Quickshot mode sont justes bluffantes!

Le mode Dronie : l’appareil s’en va en arrière vers le haut. L’altitude de fin est modifiable en cliquant sur l’icone de la fonction.

Le mode cercle : l’appareil tourne autour du sujet, ici à la distance minimale.

Le mode Spirale : l’appareil tourne autour du sujet et s’en écarte au fur et à mesure.

Le mode Rocket : l’appareil s’en va en ligne droite au dessus du sujet.

Le mode Boomerang : la plus réussie des fonctions, l’appareil s’en va et revient tout en conservant le sujet dans l’axe.

Le mode asteroid : pour moi un gadget, mais impressionnant. L’appareil fait un dronie puis arrivé à l’altitude de fin il prend des photos de l’environnent sous tous les axes.

Gesture

Ici avec ce mode vous avez la possibilité de piloter votre appareil avec vos mains. J en’ai testé que le mode déplacement avec la main.

Follow me

D’une simplicité étonnante et avec un mouvement très coulé, le DJI Mavic Air vous suit.

Vol

Le vol est sans surprise, il est très sain. La résistance au vent est plus que correcte. Je trouve néanmoins qu’en vol de proximité le Mavic Air est trop vif. J’entends par là, une distance de 3m à 1.5m d’altitude.

La vitesse est plus que satisfaisante. Certains étourdis l’enverrons même dans le décor si ils se font distraire par un tiers!

Mon bémol, l’autonomie, une fois en l’air on a envie d’utiliser toute les fonctions et de réaliser en un vol toutes les séquences du montage! Je vous conseille vraiment de partir sur un combo si vous décidez de l’acheter.

Conclusion

Au toucher j’ai été un peu refroidi par le côté très plastique du DJI Mavic Air. En volant avec l’appréhension a totalement disparue. C’est une terrible machine qui mérite de l’attention. Les fonctions sont très complètes et la qualité de l’image comblera le vidéaste amateur qui aura envie de professionnaliser son activité. L’encombrement en fait un partenaire privilégié pour les chasses à l’image.

L’appareil a été acheté ici en Belgique chez ZoneFPV51.com

Bons Vols!

RaGG-e 3inch Titch

RaGG-e 3inch Titch

Ragg-e est une marque anglaise destiné à ceux qui demandent : solidité et personnalisation. Le Ragg-e Titch répond néanmoins à une demande du public d’avoir un appareil plus léger que le WBX5, fleuron de la marque.

Ce build est destiné à ceux qui se posaient des questions. Nous avons franchis le pas pour vous en achetant un exemplaire.

Liste du matériel

Frame : RaGG-e Titch

Moteurs : Emax 1306/4000kv

Combo ESC/F4/VTX : HGLRC XJB F428-TX20 V2 Omnibus F4 Flight Controller 28A 2-4S Blheli_S ESC 25/100/200/350mW VTX

Caméra : Runcam Micro Swift

RX : FRSKY XM+

Présentation

145mm c’est sa taille en diagonale. On est toujours sur du HDPE (Polyéthylène haute densité).

Le poids reste raisonnable avec 56g.

La première version

Je suis parti sur un kit Emax avec leur F3 Magnum mini et des moteurs 1306-4000kv de la même marque.

Désenchantement total avec les moteurs, il va falloir rallonger les câbles.

Une fois les cables rallongés, j’ai un peu du chassîs pour y placer la fiche XT30e j’ai soudé au combo.

L’idée était de placer un VTX TX25 au cul de la Micro swift. Il impossible de tilter la caméra car elle se heurte à la F3 mini magnum.

Il m’a fallu découper dans le châssis car il n’est pas possible d’y placer correctement la lyre de la caméra Runcam Micro swift.

Après 2 exemplaires foireux de la F3 mini magnum, je suis parti sur un combo HGLRC avec VTX.

Le montage va beaucoup plus vite. Déception pour mon XT30 que j’aurai voulu souder à même l’ESC 4/1. Pas de bol, il est de l’autre côté de ma découpe.

Une petite découpe pour afficher le digit du VTX et une autre pour l’antenne.

Le changement de fréquences se fait par l’OSD

Vidéo

Conclusion

Sur le dernier Ragg-e nous avions été bluffé par la place et la manière dont les choses sont pensées. Sur ce dernier on se demande avec quels typse de composants le fabricant a été pensé cette frame. Car la liste qui est détaillée sur la fiche produit, ne correspond pas.

La caméra se retrouve à notre avis fort exposée. pour le reste, il faudra penser à ventiler au mieux le vtx. Pour le changement de fréquences ce modèle permets le changement par l’OSD via le combo choisit, un must!

Bons vols!