Eachine Fury - L'attaque des clones

Eachine Fury – L’attaque des clones

Après le test de la Miniracewing de Flybot, j’ai voulu tester la Eachine Fury, un des clones de cette superbe aile.. Connaissant déjà la marque Eachine pour ses multicoptères, je me suis commandé la Black Wing (test à paraître sur pimousse) et la Fury.

Elle utilise un fuselage en carbon du même style que la MRW ou les deux dernières ailes de TechOne.

Je suis parti du kit et non de la version PNP, mais ai utilisé la même motorisation (il y avait une belle promo sur le kit).

Déballage

L’ensemble est dans une jolie boîte en carton montrant le modèle. Elle pourra être utilisée pour son transport.

Eachine Fury unboxing

Contenu du kit

  • 2 demi-ailes en EPO
  • 2 winglets démontables
  • 1 fuselage en carbon déjà assemblé
  • 1 clé d’aile en carbon
  • De la tringlerie
  • 1 planche d’autocollants
  • 1 notice pour les réglages

Eachine Fury kit

Eachine Fury frame

Eachine Fury frame 2

Caractéristiques

  • Envergure : 103 cm
  • Longueur : environ 40 cm
  • Poids en ordre de vol sans la lipo et la cam HD : 533g

Configuration

J’ai choisi d’utiliser le kit moteur/esc disponible avec l’ensemble PNP.

  • Moteur : Racerstar 2216 2000kV
  • ESC : 40A (ZTW AL Beatles)
  • Hélice : 6×4 mais remplacée par une 7×4 pour plus vitesse
  • Servos : TowerPro SG92R
  • Caméra fpv : Foxeer HS1177
  • Caméra HD : Runcam 2
  • Émetteur vidéo : Eachine TX526
  • LiPo : 1800mAh 4S Turnigy Graphene

Comme sur toutes mes ailes, je mets un OSD avec GPS (voir tuto ici).

Montage

Rien de bien compliqué ici, j’ai mis 4h30 pour la préparer avec l’installation FPV.

J’ai commencé par fixer le moteur au châssis, mis l’esc en lui soudant 2 fils pour l’alimentation du BEC 10V, qui servira pour la caméra et le VTx, ainsi qu’un BEC 5V pour pour l’OSD. J’ai fait confiance (à voir dans le temps) à l’UBEC de l’ESC pour alimenter les servos.

Eachine Fury moteur

Ensuite, j’ai collé les servos dans les ailes en ayant au préalable centré ceux-ci avec la radio et visé le palonnier.

J’ai utilisé une radio FlySky i6x avec un petit rx X6B sur lequel j’ai directement soudé les allonges pour les servos et l’ESC. Je l’ai collé à l’arrière du fuselage.

Un petit trou a été percé à l’avant pour fixer le berceau de la caméra HS1177. Le micro minimosd sera collé près de la caméra, après l’avoir entouré de gaine thermorétractable pour éviter les courts-jus.

Eachine Fury frame 3

Le  VTx est fixé à l’avant sur le côté dans un premier temps, à voir s’il résistera aux possibles crashes. Comme toujours, je lui mets un petit refroidisseur en alu pour l’aider à dissiper la chaleur.

Le GPS est fixé à l’arrière sur un petit support fait en plastique et collé.

Je n’ai pas encore mis de servos dans les dérives, j’ai un doute sur un réel bénéfice.

Eachine Fury aile

Le profil a une épaisseur relative plus grosse que sur la miniracewing, il faudra plus de Watt pour arriver à la même vitesse.

Eachine Fury aile 2

Premiers vols

J’ai mis quelques crans de trim à cabré pour faciliter le lancer.

Après un rapide check du sens de débattement, j’attrape l’aile par le bord d’attaque, pousse les gaz à 2/3 environ et lance l’aile dans son élément.

Waow, elle part tout droit. Impressionnant pour un premier vol !

Je teste immédiatement quelques tonneaux, vol dos (qui tient en poussant très légèrement le stick de profondeur à piqué), pseudo décrochage avec élevons braqués à fond. Elle est bien gentille, pas vicieuse.

Moteur à fond ça avance bien mais il y a moyen de faire beaucoup mieux avec une hélice APC 7×4 (elles sont commandées).

Je ne vois pas le temps passé, porte aucune attention à mon OSD et hop plus de batterie. Atterissage avec coupure du retour vidéo à moins d’un mètre du sol. Je vais chercher la bête, ouf elle n’a rien et je remets une lipo et c’est reparti.

Toujours une grande facilité au lancement en l’attrapant par le bord d’attaque. Elle part tout droit dans son élément. Je décide de prendre un peu d’altitude pour voir son comportement et lâche les sticks avec environ 1/3 de gaz. L’aile vole toute seul pendant bien 10 secondes, sans tendance à partir d’un côté et piquer.

Le calage moteur me semble parfait tout comme le centrage qui est pas mauvais en étant sur le milieu voire l’arrière des repères.

Hâte de recevoir les hélices pour voir la vitesse qu’elle peut atteindre. Ici on arrive dans les 120/130 km/h pleins gaz.

Vidéo du premier vol avec hélice 6×4:

Vols suivants

Passage à une hélice APC 7×4… Dès qu’on pousse les gaz, le couple se ressent plus qu’avec l’ancienne hélice, elle a tendance à légèrement partir, mais rien de gênant, un mixage résoudra le problème ou un calage du moteur. Niveau vitesse c’est autre chose, en début de Lipo j’arrive proche des 180km/h, bref j’ai la banane.

J’ai enchaîné environ 15 vols, testé la solidité en prenant un arbre. Bilan les deux demi ailes se sont déboîtées, l’EPO a été marqué par les branches et une faiblesse apparaît (j’y reviendrai plus bas).

Bilan

Si vous voulez la voir bien vieillir, laminez la! Comme toutes les ailes en EPO, les branches et autres marquent facilement la matière.

Faites au moins le bord d’attaque et surtout la zone où se trouve le fourreau de clé d’ailes car c’est le seul point fragile que j’ai rencontré lors de mon crash.

J’ai vraiment été agréablement surpris par la qualité de l’ensemble, je pense en prendre une deuxième pour l’équiper d’un moteur et esc plus léger.

Je ne la conseillerais pas à un débutant car elle aime voler vite, bien qu’avec une configuration plus légère ça devrait le faire et pourquoi pas s’aider d’une carte de gestion de vol avec inav par exemple ou simplement un module de stabilisation voir même un récepteur avec stabilisation comme FrSky, entre autre, le fait.

Ce que j’ai aimé :

  • La qualité de l’ensemble
  • La possibilité de mettre des servos pour avoir des volets de dérive (à voir si utile)
  • Le prix tout doux
  • La possibilité de régler facilement le centrage en bougeant le support moteur
  • Aile démontable
  • Très stable et vol tendu

Ce que j’ai moins aimé :

  • Rien à dire pour le moment si vous laminez au moins la zone des fourreaux de clé d’ailes.

Lien utiles

Furious FPV Stealth Race VTX

Furious FPV Stealth Race VTX

Les produits Furious PFV sont connus dans le monde du FPV racing. Nous avons souvent eu l’occasion d’utiliser leurs produits lors de nos builds. Cette fois ci nous allons nous attarder sur leur dernière trouvaille, le VTX réglable par Smartphone.

Présentation

J’ai pas mal observé les copains avec leur VTX Tramp de chez Immersion RC. De mon côté, j’ai franchis le pas une seule fois. Je l’ai d’ailleurs un peu regretté car il fallait être équipé d’un Nand pour pouvoir rapidement paramétrer son Tramp.

Le fait que Furious FPV propose un modèle plus petit et paramétrable via une app sur un smartphone, me semblait l’occasion d’en acquérir un et d’en parler.

Furious FPV stealth race vtx unboxing

Un poids léger de 2,9g sans le module bluetooth et l’antenne.

Furious FPV stealth race vtx poids

La taille  du VTX le met juste en dessous du tramp de chez Immersion RC.

Furious FPV stealth race vtx taille

Les connections sont basiques. J’ai de mon côté renforcé la connexion UFL avec un point de colle chaude.

Furious FPV stealth race vtx cablage

Le VTX est réglable par son petit bouton en suivant une charte qui est décrite dans le manuel. Il est également possible de le régler via BF LUA script sur votre radio, je n’ai pas testé cette fonction car le script n’est pas installé sur ma Taranis.

Le plus est l’utilisation de l’application sur Smartphone (décrite dans la vidéo).

Vidéo

Conclusion

Le Furious FPV stealth race vtx est un bon produit et qui est innovant.

Là où je me méfie, c’est que chaque fois que j’ai acheté du Furious FPV, la semaine d’après ou le mois d’après, une nouvelle version de produits sortait.

La protection en température sur le VTX vous fera passer de 200 à 25mW si ce dernier venait à trop chauffer. Cette option est paramétrable. Ouf!

Le prix est attractif aussi :

En Chine : FuriousFPV STEALTH VTX RACE 5.8G 40CH 25mW-200mW

En Europe : Emetteur 5.8Ghz Stealth Race de Furious FPV

Bon je vous laisse, il faut que j’aille voir en vrai, si ça marche lors d’une session avec les potos.

Bons vols!

G601 – 360 camera : La Theta killer !

G601 – 360 panoramic camera : La Theta killer !

Salut les potes,
Pour changer de tous les tests RC et parce qu’on aime les choses hors standard, je vous propose un petit test d’une super caméra panoramique.
J’ai toujours beaucoup de plaisir à tester ces caméras hors norme, qui permettent de saisir chaque instant où qu’il soit autour de nous.
Je suis en possession de pas mal de caméras 360° panoramique et celle ci vaut vraiment le coup d’oeil.
Facile à emporter, d’une qualité d’image très convenable, au fonctionnement intuitif et au look très inspiré de la Ricoh Theta… elle a tout pour plaire et surtout détrôner cette Theta (surtout son prix 4 à 5x plus faible).

Alors “Let’s go…” faisons le tour de cette super petite caméra sportive panoramique au 360 sphérique.

Fiche Technique

Type de caméra: Full sphérique 720°
Capteur: CMOS (OV4689)
FOV des objectifs: 210° par objectif (2 objectifs)
Qualité d’image (HD 720p):
– photo: 5Mpix (3040 x 1520 ); 2Mpix (1920 x 960)
– vidéo: 1440 x 720 30FPS; 1472 x 736 60FPS
6 modes de prises de vue
Microphone avec réduction du bruit
CPU: INFOTM C23 (sous Linux)
Batterie intégrée: 1400mAh Lithium
Autonomie: plus de 2h d’enregistrement vidéo
Recharge et connection: micro USB (câble fourni, chargeur non fourni)
Wifi:  2.4GHz 802.11b/g/n (mot de passe initial 88888888) – AP6212
Paramétrages via application pour Android (720pano sur playstore) et IOS — les code QR a scanner sont dans le manuel d’utilisation
Partage des photos  et vidéos (Facebook / Youtube, avec intégration des métadatas) via l’application disponible sur Android et IOS
Support d’enregistrement: Micro SD (max 128G)
Buzzer intégré
Couleurs disponibles: Orange ou Noir
Dimensions: 127 x 44 x 27mm

Unboxing

On ne déroge pas à la tradition de l’emballage sac poubelle… On en a tellement l’habitude que le jour où ils changeront l’emballage on sera tout perdu.

La boite noire avec le design blanc.. sobre, net et élégant !
Seul un petit point de couleur orange se distingue sur la boite, il est là pour connaitre la couleur du boitier de la caméra contenue dans la boite.

Ouverture de la boite en glissant le couvercle vers le haut comme une boite à tartines, la caméra est bien coincée dans un écrin de mousse assez dense.
Une découpe a été faite dans cette mousse, qui épouse les formes de la caméra afin qu’elle reste bien coincée et protégée.

Lorsqu’on retire la caméra, on remarque qu’une couche supplémentaire de mousse a été placée afin de bien soutenir et protéger.
Sous la mousse une carton découpé et plié renferme le manuel d’utilisation.

Le long de l’écrin de mousse se trouve une longue boite en carton noir qui renferme le câble USB vers micro USB permettant la recharge.

Tour d’horizon

Toute vêtue de plastique au touché agréable, nous avons opté pour la couleur orange.
La caméra est malgré tout entourée d’une finition “aluminium anthracite” mais juste de couleur car elle aussi est en plastique.
A la prise en main on a l’impression d’avoir un produit de qualité et bien fini.

Sur la face avant de la caméra on retrouve des icones qui permettent de savoir, en s’illuminant, quel mode est activé; ainsi que le bouton qui permet de déclencher photo ou enregistrement vidéo.
Sur la tranche anthracite, on distingue discrètement le bouton de mise en service, d’activation du wifi et de sélection du mode photo/vidéo.

Prise en main elle ne parait pas immense. Un plastique noir glossy entoure l’objectif pour parfaire le design.

Même en la saisissant fermement (on la prend rarement comme cela), les deux objectifs restent bien dégagés  ce qui n’est pas le cas sur beaucoup de caméras panoramique !

Vue de plus près de l’un des deux objectifs.
Une vue large de 210° saisira tout ce qu’il se passe dans la demi sphère face a l’objectif.
Vu qu’il y en a un autre de l’autre coté qui saisira une autre demi sphère, la caméra reconstituera d’elle même une sphère complète… saisissant ainsi TOUT ce qu’il se passe autour de vous ! 😀

L’autre face de la caméra, nue de tout boutons… avec son second objectif (l’exacte copie de celui situé en face avant).

Un autre vue de la prise en main.

Zoom sur la tranche pour montrer le double objectif.
Ils ne ressortent que de +-5mm chacuns mais comme ils sont légèrement encastrés ils ne ressortent effectivement que de +-3mm de la partie la plus large, ce n’est pas énorme et ça laisse une impression globale de minceur à cette caméra.

Vue sur la tranche en plastique de couleur anthracite/aluminium avec tous ses petits trous.. je suppose que c’est pour permettre une bonne ventilation car on le verra plus loin que cette caméra chauffe un petit peu lors de l’utilisation.

Petit zoom sur les boutons cachés sur la tranche de la caméra.
Le bouton du dessus permet la mise en marche et l’arrêt, le bouton du milieu permet d’activer / désactiver le wifi et le bouton du dessous permet de passer du mode photo au mode vidéo.

Sous la caméra nous retrouvons de gauche à droite, le slot pour ajouter une carte micro SD, le filet 1/4 de pouce qui permettra de la fixer sur toutes sortes d’accessoires et le slot micro usb qui permet de recharger la caméra.
Remarque: l’usb ne sert actuellement qu’à recharger la caméra !

Utilisation & application

On reste appuyé 3 secondes sur le bouton de marche/arrêt présent sur la tranche de la caméra et elle se met en mode démarrage.
Il faudra attendre environ 9 à 10 secondes pour qu’elle soit opérationelle et prête à faire de l’imagerie.
Un double bip de confirmation, généré par un buzzer interne, se fait entendre dès que la caméra est prête à être utilisée.
Lorsque la caméra s’allume / est allumée, le bouton de marche/arrêt sur la tranche s’illumine en bleu ainsi que l’icone de mode photo ou vidéo dans lequel la caméra se trouve.

De base, une fois initialisée la caméra est pleinement fonctionnelle, mais pour utiliser son plein potentiel il faudra la connecter à l’application dédiée sous Android ou IOS.
Cette application permettra aussi de faire tous les réglages comme la qualité des photos et vidéos que l’on ne pourra malheureusement pas sélectionner sur la caméra elle même.
Les captures d’écran suivantes seront prises sous Android car je ne dispose pas de périphérique IOS !!!
Pour connecter la caméra à votre périphérique android procédez comme suit:
– initialiser votre caméra
– démarrer le wifi sur la caméra en appuyant sur la touche wifi présente sur la tranche (le bouton du milieu)… une fois le wifi démarré, l’icone wifi qui se trouve en dessous du bouton de capture sur l’avant de la caméra s’illuminera (clignotera) en bleu
– allumez votre dispositif android et démarrez le wifi de votre dispositif. (l’application “720pano” doit être préalablement installée et est disponible sur le playstore)
– connectez le point wifi nommé “Pano720-eaff”

– un code d’appairage sera demandé, introduisez le code “88888888” (8×8)
– démarrez l’application “720pano”, appuyez sur l’icone avec un petit appareil photo en haut à droite et BIMMMM on peut jouer 🙂

Par défaut, à l’ouverture du programme, on tombe sur les images sauvegardées dans la galerie du dispositif android sur lequel est installé le programme “720Pano”.

NOTE IMPORTANTE: l’application Android 720Pano est en anglais/chinois… pour le moment une grande partie des menus n’ont pas été traduits et sont toujours en chinois… difficile de savoir parfois à quoi ils servent!
Espérons qu’au minimum une version toute en anglais soit disponible rapidement :/

Dans l’écran principal en forme de bulle, faites glisser votre doigt pour vous déplacer dans l’image et explorez le monde qui se trouve autour de vous.

En bas à droite, l’icone permettant de rentrer dans le menus des réglages.
Comme averti ci plus haut, la majorité des menus ne sont pas encore traduits en anglais et sont toujours en chinois… difficile de comprendre la fonctionnalité de certains menus.

Voici tous les menus, beaucoup de réglages sont possibles !

Tout en haut à droite, une icone renseigne l’état de la batterie interne de la caméra.
Le petit chiffre situé à côté renseigne le nombre de fichiers disponible dans la mémoire de la caméra.

En bas à gauche de l’écran principal, une icone en forme de sphère permet d’ouvrir le menu des différents modes de vues.

Littleplanet, réalité virtuelle (a utiliser avec un masque style cardboard), sphère étendue,… quelques modes sympas sont disponibles!

Cette icone en haut à droite permet de passer d’un objectif à l’autre dans le mode de fonctionnement normal.
La bulle affichée est celle produite par un seul objectif; pour passer sur l’autre il faudra clicker dessus

Cette icone en haut à gauche permet de renverser l’image (tête en bas); Utile si on monte la caméra à l’envers comme par exemple sous un drone.

Cette icone permet de passer dans le menu “galerie”.

Le menu “galerie” permet d’accéder à la mémoire de la caméra mais aussi à celle du dispositif android que vous utilisez.
On peut sauvegarder les images/vidéos de la caméra vers la mémoire du dispositif android.

A l’ouverture du programme, ou si on revient en arrière après avoir accédé à la caméra, on peut aller dans les réglages propres destinés au programme.

Dans ce menu on peut choisir sa méthode de connexion (ici on utilis ele wifi), effacer le cache de l’application pour sauvegarder un peu de mémoire sur son dispositif android, vérifier si un nouveau firmware est disponible pour la caméra ou voir les informations relatives au programme lui même.

Pour arrêter la caméra, appuyez 3 secondes sur le bouton de marche/arrêt présent sur la tranche, deux bips se font entendre confirmant que la mise à l’arrêt de la caméra a été enclenchée.. elle s’éteint presque immédiatement.

Le manuel d’utilisation… il y a peu d’informations à l’intérieur mais l’utilisation étant très intuitive on a pas besoin de masses d’informations.

Autonomie

On connecte le cable USB / micro USB à la caméra d’un côté (micro USB), à un chargeur de smartphone/tablette ou à un PC de l’autre coté et cette dernière passe en mode charge. Pour avertir qu’elle est en charge, le bouton de marche/arrêt s’illumine en rouge.

Lorsque la caméra est complètement chargée, le bouton marche arrête s’illumine en vert.

Après une charge complète, j’ai allumé la caméra et démarré un enregistrement…
J’ai attendu, attendu, attendu et après 1h41 la caméra a fait 2 bips de clôture de l’enregistrement avant de s’éteindre.

Le test d’autonomie donne une idée.
Il a été réalisé wifi éteint et la caméra enregistrait sur une micro SD de 64Gb classe 10.

Poids et dimensions

Renseignée à 144 x 44 x 27 dans la fiche technique, voyons si ces informations se vérifient.
Nous avons mesurés 127 x 44 (parfaiiiiiit !!!) x 20mm
Pourquoi 20mm de large et pas 27mm ? car nous n’avons pas pris en compte le débordement des objectifs lors de notre mesure 😉

Tir corrigé et effectivement en prenant en compte l’objectif on est bien à 27mm de large !

Le poids n’était pas renseigné mais nous avons mesuré.
126g ! pas mal quand on prend en compte que la batterie est intégrée dans la caméra.

Ca chauffe !

Lors de l’utilisation on se rend compte que la caméra chauffe un petit peu.
C’est d’ailleurs surement pour cela que sur toute la tranche de la caméra (côtés et au dessus) est percée de petits trous… j’ose supposer que ces petits trous sont présent pour faciliter la circulation de l’air afin de favoriser l’évacuation de la chaleur.
Bon ça chauffe.. mais pas de quoi se brûler les doigts non plus…

Cette image thermique a été prise après 30min de fonctionnement en enregistrement.
 

Photo

Pour extraire les fichiers de la caméra vous devez soit passer par l’application Android/IOS, soit retirer la carte micro SD de la caméra pour la placer sur un autre dispositif tel qu’un PC.

Dans les paramètres de la caméra (disponibles via l’application), 2 résolutions d’image sont disponibles en mode photo.

Les images produites sont sauvegardées en .jpg
Comptez environ 1,64Mo par fichier image.

Exemple d’image prise en 3040×1520 soit au format 2:1

Chargée sur facebook ou en direct ça donne ceci (vous pouvez déplacer l’image avec votre souris):

Il faut suivre ce >>> LIEN <<<

 

 Vidéo

Dans les paramètres de la caméra (disponibles via l’application), 4 résolutions différents sont disponibles pour le mode vidéo.
1 mode proche du VGA (tout en bas), 2 modes HD (à vitesses de capture différentes) et un mode HD+ qui se retrouve entre la HD et la full HD.

Info: par défaut, la caméra scinde les enregistrements par tranche de 30 minutes !

Comptez 2,2Go par tranche de 30 minutes en 1920×960 30fps.
Soit +-78Mo la minute


.
Concernant le codec vidéo:
La caméra enregistre en Mp4.


La vidéo enregistrée fait 1920 x 960 au complet, soit les deux bulles dans l’image de cette taille.
L’image est donc en format 2:1 dans cette résolution.

Exemple de vidéo uploadée par l’application sur youtube.
L’application fait le stitching (recomposition et ajour de metadatas) pour youtube ou facebook directement, ça met du temps mais ça fonctionne très bien !

Partage des fichiers sur facebook / Youtube

Opération facile à effectuer depuis l’application et en quelques clicks seulement.

1. rendez vous dans la galerie de la caméra.
  
2. choisissez et ouvrez la vidéo que vous souhaitez partager.
3. téléchargez la sur votre dispositif.

4. déconnectez le wifi de la caméra et passez sur votre connexion internet.

5. rendez vous, cette fois, dans la galerie de votre dispositif.

6. choisissez et ouvrez la vidéo que vous souhaitez partager.
7. clickez sur l’option de partage.

8. Lancez la conversion et le partage (ça peut mettre du temps) en clickant sur “start to share”.

9. choisissez où vous souhaitez partager
 

Conclusion

Cette caméra est vraiment très fun à utiliser.
Sa bonne tenue en main, ses objectifs dégagés et sa relativement bonne qualité d’image en font un périphérique très appréciable à emmener un peu partout.
Grâce à cette caméra panoramique vous ne manquerez aucun moment, aucune action, où qu’elle se trouve autour de vous.

Juste génial pour capturer un panorama ou un environnement spécifique.
Prenez une photo d’un seul click et à la maison utilisez un masque VR pour vous immerger à nouveau dans ce lieu spécial que vous avez capturé… grâce au masque VR tourner la tête et regardez autour de vous comme si vous étiez sur place !

Embarquez la sur un drone pour vous sentir tel un oiseau à pouvoir regarder partout autour de vous lors du vol (grâce à la VR).

INFO: J’ai cru voir qu’une version full HD de cette caméra allait bientôt arriver :p

Liens intéressants

Le manuel d’utilisation

Le produit disponible sur le shop Banggood

Photos supplémentaires

 
 
 
 

FLYKIT - La première station mobile pour le FPV

FLYKIT – La première station mobile pour le FPV

Introduction

Qui n’a jamais rêvé de piloter son modèle RC avec un vrai manche à balais et un manette des gaz originale? Et si le système est mobile en plus? Ça changera des séances de simulateur à la maison!

Et bien le miracle est arrivé, et nous le devons à la firme Polonaise Nuavion.

Présentation

Le FLYKIT est un Kit mobile qui peut être utilisé pour contrôler un drone, un avion RC ou un simulateur de vol.

Le kit comprend le manche à balais, les pédales, la manette des gaz et le siège du pilote.

Avec un tel système, vous pouvez contrôler comme si vous étiez dans un avion ou un hélicoptère, au lieu d’un contrôle des doigts.

Le FLYKIT s’utilise de deux manières :

  • Sans modification avec votre émetteur RC via le Trainer port
  • Avec un module d’émission intégré JR/TURNIGY et FUTABA

Le contrôleur est compatible avec les derniers firmware OpenTx et Ersky9x.

L’ensemble se range dans un sac spécial et peut être pris partout où vous prévoyez de voler.
 Au-dessus de l’écran LCD, à partir de la gauche:
  • ID 0/1/2 interrupteur à bascule 3-pos,
  • Bouton dual-stable TRAINER,
  • GEAR interrupteur à 2 positions,
  • Interrupteur rotatif à 6 positions,
  • Interrupteur à genouillère AIL double-rate 2-pos,
  • Commutateur à genouillère double vitesse à 2 pôles ELV,
  • Interrupteur à bascule RUD double-rate 2-pos,

FLYKIT Switch

Près des boutons de réglage, il y aura un joystick – 2 axes avec un bouton-poussoir (p. Ex. Pour un contrôle cardan) et un potentiomètre coulissant de 100 mm de long placé sur le côté du boîtier du levier de poussée (p. Ex. Freins à air ou volets). En plus, nous avons mis deux boutons-poussoirs sur le levier de poussée, et un sur le manche de commande.

FLYKIT_MULTI-VIEW_V2.1

Vidéo

Conclusion

FLYKIT est une bonne idée et le concept à l’air de marcher. Je dis concept car les gens de Nuavion attendent d’avoir des demandent avant de se lancer dans la production.

A 1299€ le FLYKIT, n’est il pas possible de le faire sois-même? Dans mon cas à part la chaise de chez Décathlon je serais incapable au vu de mes connaissances de réaliser un kit aussi sophistiqué.

En tout cas au vu des premières réactions, ils bossent déjà sur une version pour le FPV racing. Patience!

Le lien : http://nuavion.com

Bons vols

Armattan CL Racing F4, une réelle alternative à la Betaflight F4 Boris B?

Introduction

L’arrivée en toute discrétion de la CL RACING F4 AIO BY ARMATTAN sur le marché est une habitude de communication pour Armattan. Si ça marche les gens en feront la pub! Et bien j’ai décidé de vous parler car j’équipe depuis deux bons mois tous mes builds avec cette carte.

J’ai monté pas mal de F3 Betaflight de Boris B et à chaque fois, cette carte qui s’annonçait un grand standard m’a déçu. Notamment aux niveaux des soudures sur les GND.

J’ai aussi essayé las Matek 405 et il manquait un truc. De plus, elles sont reparties en SAV suite à des défauts de composants, chose que je n’avais jamais eu sur une carte de vol.

Les HGLRC F4 v5 pro ne tenaient pas la route non plus en course, car le VTX n’est pas autorisé vu son absence d’homologation CE.

C’est en me baladant sur le site de Drone FPV racer, un shop Français pas trop loin des contrées Belges que j’ai trouvé la CL RACING F4 AIO BY ARMATTAN

Présentation

cl racing wiring

Caractéristiques

  • CPU – STM32F405RGT6  (F4)
  • MPU-6000
  • SD card slot
  • Bec 5v 1.2A
  • Bec 7.6v 1.2A
  • OSD betaflight intégré
  • Current Sensor intégré
  • 3 UARTS + USB
  • 5V LED Strip
  • 4 moteurs sur chaque coins
  • SBUS inverter
  • PPM et sat_rx séparé
  • Support du Smart Audio et TP pour VTX
  • Dshot Ready
  • VCP dédié

 

cl racing dessous

Vidéo

En Anglais, une courte présentation.

Les builds

Le Versus Quad One publié ici https://pimousse.be/index.php/2017/08/13/versus-quad-one-taille-race/

Le Simplex Ultralight, pas publié

Par contre le BEC de la carte ne suffira pas à votre Runcam Split, attention donc 😉

Conclusion

En fait, La carte de vol est en avance sur Betaflight, dans ce cas, car elle est conçue pour être entièrement fonctionnelle lorsque Betaflight 3.2  officiel sera publié.

Le buzzer fonctionne  depuis la première beta 3.2 et c’est un micro buzzer programmable.

Armattan n’a jamais essayé de monétiser les ventes des contrôleurs de vol. Donc, si vous vous demandez pourquoi le prix est si bas, c’est pour cela.

“C’est sympa d’avoir une petite marge, mais à la fin de la journée, nous sommes des constructeurs quad qualifiés. Les FC sont un produit simple pour nous, mais ils sont une marchandise très importante. Nous avons besoin de quelque chose de solide pour nos constructions et c’est tout.  Celle ci a été soigneusement testée et nous avons passé beaucoup de temps à mettre au point ce contrôleur de vol. ”

Il y a des rumeurs selon lesquelles le concepteur, Cheng Lin, a passé des mois en isolement complet sur ce design sur les montagnes tibétaines. Quand il est revenu, il avait une longue barbe, des ongles de pieds sales et rien que des chiffons pour vêtements. Mais il arborait aussi un grand sourire. À ce jour, Cheng n’a jamais parlé de ses moments isolés. Il semble imminent qu’il se prépare à un autre hiatus. On peut certainement s’attendre à voir de beaux designs à l’avenir, à mesure que la discipline évolue évolue, comme celui-ci.

Le lien : CL RACING F4 AIO BY ARMATTAN

Bons builds!

Lipobench.com – Le comparatif de batterie en ligne

Introduction

Vous connaissez le site Mini Quad test bench qui explore et synthétise les moteurs à destinations de nos quads et bien voici Lipobench

Ce site a la particularité de recenser les prix moyen mais aussi de livrer de vrais tests sur nos très chère batterie!

Présentation

Lipobench joue franc jeux avec ses lecteurs et explique ses méthodes de calculs et d’analyses.

Un exemple concret avec une LIPO courante la Tattu R-line 1300mAh 95c

Le comportement de votre LIPO durant 90 secondes

lipobench.comLa température de votre LIPO, le plus important dans ce cas-ci est de ne pas trop chauffer!

lipobench.com

Le comportement de votre LIPO entre 30A et 60A

lipobench.com

Le comportement à 80A

lipobench.com

Vidéo

Conclusion

Le site promet d’être intéressant et informatif. Bien que rédigé en anglais, Lipobench apportera de l’aide aux néophytes dans le choix de leurs futures LIPO. Le choix sera technique et non plus publicitaire.

Bons vols!

FPV Racing Games : le parc d’attractions FPV en plein air

Introduction

90 000m² c’est l’espace que dédie David Laborde à son activité : FPV Racing Games.

Le site est en Auvergne, en France. C’est juste un peu plus bas que Clermont Ferrand.

Bon c’est aps à côté de la porte, pour nous le spetits belges! mais bon! L’idée séduit!

Pratiquer le vol FPV en racer en forêt un must!

Vous vous souvenez de cette vidéo par quoi tout a commencé?

Présentation

Allez on se plonge dans l’univers de David 😉

3 espaces de vol pour le moment (enclos, circuit noir, circuit vert 1er partie)
Possibilité de location de lipos  (2S,3S,4S),
ou matériel fpv si vous n’en avez pas encore afin de les tester avant d’acheter (casques ou lunettes différents modèles (headplay, eachine, fatshark…).

Enclos (ouvert)

Terrain de 18mx24m sécurisé, fermé des quatre côtés par des filets. Tracé Blanc: Destiné à l’initiation et la découverte de l’activité pour les débutants. Il dispose d’un barnum muni de filets de protection à l’intérieur de l’enclos. Eléments de jeux et d’initiation.

Circuits vert et bleu (en Préparation : 1er partie)

Un peu de patience, ils seront prêts en début d’année prochaine.
Le tracé vert sera d’un niveau débutant, il s’agira d’une grande boucle autour de la prairie. Quelques obstacles, le but étant de maintenir son altitude et sa vitesse.
Le tracé bleu, d’un niveau intermédiaire: Il s’agira d’un véritable parcours de course avec obstacles et difficultés moyennes.

Circuit rouge (2018)

En préparation et prochain circuit: le plus technique. Il sera en place dès que les éléments gonflables seront arrivés. Pas moins de 550m de circuits.

6 Gom flags, 2 double Gom, 4 normal Gom, 1 start/finish Gom … puis 10 gates et 33 flags standards. Le circuit est tracé sur papier,  il ne reste plus qu’à réceptionner les éléments quand ils arriveront…

Circuit noir ( en sous bois ) (ouvert)

Peut-être pas le plus technique mais le plus risqué. Connaître sa machine, avoir confiance en soi, connaître ses limites et avoir le goût du risque seront des qualités nécessaires pour ce circuit. Les obstacles ne sont rien d’autre que des arbres et quelques éléments rapportés.

Et le petit dernier

Circuit CRAWLER FPV (automne 2017)

Découvrez une autre facette du FPV en conduisant un 4×4. Sans danger et tout aussi fun, nous vous proposons des circuits dédiés ou bien de prendre votre 4×4 et d’aller vous balader en forêt. Possibilité de louer le matériel sur place.

Vidéo

Merci à Nore FPV et Luc pour le petit cadeau qu'ils nous ont fait en venant chez nous (JU et moi même) et pour la vidéo, on ne s'y attendait pas… belle rencontre, on espère qu'il y en aura d'autres.

Publié par FPV Racing Games sur samedi 5 novembre 2016

Conclusion

L’idée séduit, la preuve en est que dès que j’ai eu vent du projet,  j’ai cherché sur le net les possibilités de logement aux alentours et des activités pour madame pendant que j’irai vider quelques LIPO.

Le concept me plait et on aurait bien aimer avoir ce terrain de jeux dans notre jardin!

Les prix sont démocratiques je trouve pour une activité où David, faut il le rappeler a tout plaqué pour se lancer. Les auto-entrepreneurs ne méritent que notre respect et notre admiration.

Se lancer en 2017 dans un concept comme celui-ci, il fallait oser.

Et il se diversifie encore, du moment que c’est du FPV et c’est tant mieux!

Avec la team Pimousse on en a déjà parlé aussi. On se loue un mobile-home et on y descend entre potes.

Affaire à suivre, donc…

Le lien : https://fpvracinggames.fr/