Miniracewing banner

Flybot MiniRaceWing : le test par Ozcopter

L’aile FPV, déjà fort présente sur le continent Américain, arrivent chez nous. On voit fleurir les fabricants qui nous proposent généralement une structure entièrement en EPP / EPO.

Les voilures fixes et surtout les ailes sont mon dada, je préfère ce type de vol qui me donne plus de liberté et de sensations que le quad, mais c’est une affaire de gout.

J’ai découvert le projet de cette MiniRaceWing sur kickstarter, j’ai de suite aimé cette possibilité de pouvoir tester facilement différentes configurations et de pouvoir tester d’autres profils (pour ceux ayant accès à un fil chaud pour découper ses propres ailes).

Le point noir, c’est que ce genre d’ailes seront refusées en compétition, si on se base sur le même règlement qu’aux USA/Canada, à cause de la structure en carbon.

Contenu du kit

  • 2 demi-ailes en EPO très denses
  • 2 élevons en balsa qu’il faudra entoiler
  • 2 winglets démontables avec les vis de fixation
  • 1 fuselage en carbon semblable à un châssis de quad fpv avec différentes fixations pour la caméra
  • Des joncs de carbon qui serviront à renforcer l’aile ainsi que de clé d’aile
  • Des pièces en plastique pour fixer les ailes ensemble
  • 1 support moteur
  • 2 strap
  • 2 allonges pour les servos
  • Des spacers nylon et de la visserie de qualité en inox (Torx T10)
  • Des chapes à boule Kavan ainsi que de la corde à piano pour commander les élevons
  • Du vinyle de décoration
  • Un petit paquet de Haribo

Miniracewing unboxing

Miniracewing unboxing 2

Caractéristiques

Envergure : 95 cm

Longueur : entre 35 et 40 cm (possibilité de reculer ou avancer le moteur pour facilité le centrage)

Poids en ordre de vol : 500g – 800g (700g avec ma configuration)

Configuration

J’ai choisi, dans un premier temps, de suivre la configuration préconisée par le concepteur au niveau du groupe de propulsion. D’après eux, cette config est capable d’atteindre les 200 km/h.

  • Moteur : T-Motor – F80 2500KV
  • ESC : 60A (BlueSeries de chez Hobbyking)
  • Hélice : Graupner – CAM Speed Prop 5,5 x 5,5
  • Servos : Corona 929MG
  • Caméra fpv : Runcam Eagle
  • Caméra HD : Runcam 2
  • Émetteur vidéo : Eachine
  • LiPo : 1800mAh 4S

Comme sur toutes mes ailes, je mets un OSD avec GPS (voir tuto ici).

Montage

Pour cette étape je vous renvoie au manuel qui est très bien fait. Aucune difficulté n’a été rencontré et l’ensemble se monte en 2 soirées en prenant son temps.

Je vous conseille d’acheter un tournevis Torx T10 (disponible sur le site flybot ou chez bricomachin).

Tous les collages sont faits à la cyano, pensez à passer un coup de papier de verre sur le carbon ainsi que sur l’epo avant de coller.

J’ai utilisé du film de laminage papier (trouvé chez Lidl) appliqué avec un fer à repasser, pour faire les différents renforts (page 14). C’est solide, rigide et ça colle fort). Mais tout autre scotch renforcé fera l’affaire.

Presque toute l’électronique est logée dans le fuselage, l’ESC, bien que gros rentre tout juste, il est placé tout devant. Seul le gps est pour des raisons évidentes à l’extérieur.

Miniracewing vue iso

J’ai placé le VTX sur le coté, à voir s’il résistera aux possibles crashes, mais j’ai dû découper un peu de matière pour le loger.

Miniracewing vtx

Premier vol

Après un rapide check du sens de débattement, j’attrape l’aile par le bord d’attaque, pousse les gaz à 2/3 environ et lance l’aile dans son élément.

Elle part légèrement sur la droite, je prends de l’altitude, quelques coups de trim et c’est bon.

Mon tout premier ressenti est qu’elle est stable et on se croirait guidé par un rail, malgré le vent elle se fait que très peu chahuter.

Petit moment de stress, mon retour vidéo est catastrophique, je suis en plein milieu des champs mais où… mon GPS ne me donne aucune info (le GPS s’est décroché en vol, pour le retour vidéo le soucis venait du nouveau firmware de mon Vrx). Je tourne en rond, essaie de prendre des repaires sur ce spot que je ne connais pas, tout en ayant une image de très mauvaise qualité. Par chance le son du moteur me permet de revenir vers moi.

Après ce long moment de solitude,  je descends le stick de gaz, waow, elle accepte de voler très très lentement, j’évolue à raz du sol, à faible vitesse, elle est vraiment saine. D’autres ailes comme la bien connue Z-84 aurait décroché.

Avec cette hélice 5×5 le vol ne me semblait pas si rapide, bon ça vol vite mais je m’attendais à plus.

Bref pour un premier vol, je suis impressionné par cette aile qui n’est pas vicieuse pour un sous, limite un débutant, ayant déjà volé avec un autre avion pour avoir les bases, pourrait voler avec sans se faire peur, même si elle est capable de voler vite. De plus rien n’empêche de mettre une config plus gentille comme le propose Flybot sur son site.

Le crash test

Ben oui, fallait bien essayer, je dois avouer que je n’ai pas fait un crash violent, mais j’ai quand même percuter la terre à belle vitesse… Le système fusible à fait son boulot et hormis une trace d’hélice au bord de fuite de l’aile, rien n’était abîmé.

Les vols suivants

Après un nouveau covering fluo de l’aile, je pars refaire un autre vol avec une hélice graupner 5,5×5,5. Ça pousse déjà plus. J’ai toujours cette sensation de rail malgré le vent très fort. J’ai remis un peu plus de débattements que ce que préconise la notice et elle me plait encore plus car plus vive.

Elle est très précise aux commandes, le moteur donne un très bon compromis poids/puissance.

Bref je regrette d’avoir écourté mon dernier vol car l’esc ne voulait plus répondre, sinon j’étais parti pour vider des lipo toutes l’après-midi.

Lien utiles

Bilan

Ce que j’ai aimé :

  • Le carbon de qualité, pas un ersatz chinois
  • Le fraisage précis, tout tombe bien.
  • Visserie de qualité et des chapes à boules
  • L’EPO dense et solide bien qu’un peu lourd
  • La possibilité de régler facilement le centrage en bougeant le moteur ou en déplaçant le fuselage
  • La possibilité de régler facilement le calage moteur
  • Superbe plateforme pour étudier différents profils ou même configurations
  • Aile démontable
  • Le choix du profil
  • La stabilité, elle est vraiment pas vicieuse

Ce que j’ai moins aimé :

  • La fixation des winglets, j’ai peur que ça vieillisse mal et entraîne un flutter, mais pour le moment ça tient très bien. Au pire on trouve ce matériau dans les bricomachin et c’est assez simple d’en refaire ou simplement faire une ouverture et coller un écrou.

Miniracewing yellow

Je reviendrai rapidement avec une vidéo d’un vol complet avec des mesures de vitesse et en secouant la bête.

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 − 6 =