Drone-days logo

Drone-days 2017 3e édition

Pour la troisième année consécutive, ont lieu les Drone-days 2017. L’événement est organisé par la société Espace Drone et il cohabite, le temps d’un week-end, avec le salon Photo-Days dans un des palais de l’esplanade du Heysel à Bruxelles.

Une partie du palais 4 est investie par les Photo-Days où sont présents la plupart des distributeurs et grandes marques d’appareils photographiques et autres accessoires photographiques.

La partie restante du palais est complètement dédiée aux drones.

Une fois franchie l’arche qui sépare les deux salons, on voit que les organisateurs ont réalisé, avec leurs humbles moyens, un petit village d’irréductibles passionnés.

Au rayon des grandes nouveautés, j’ai pu rencontrer l’équipe de D2R (Drone to Rent), une société de Wavre qui met en location des appareils à usage privé ou professionnel et sur laquelle je réaliserai bientôt un article complet, tant l’idée m’a séduite.

En attendant, je vous invite à visiter leur site https://www.d2r.be/

Pour les grandes enseignes de distribution, nos voisins avaient fait le déplacement depuis Rouen. Chez Studiosport, on présentait un sous-marin FPV et une voiture radiocommandée en FPV qui déambulait dans les allées en distribuant des bonbons à tout le monde. Mon petit doigt me dit que 2017 sera un bon cru pour le FPV.

Le site de Studiosport : Studiosport.fr

https://www.facebook.com/pimousse.be/videos/1443991048975804/

Le milieu associatif est bien représenté également  dans cette édition des Drones-Days 2017.

Part belle est faite aux Racers, de manière très efficace, sur le stand officiel F3U.

Le trio Valérie, Fabrice et Gaétan (Redeos) fonctionne à merveille et leur stand ne désemplit pas vu l’engouement et la curiosité de nombreux visiteurs. Ils m’ont permis d’en savoir un peu plus sur les événements qui se profilent en 2017. Entre le championnat officiel F3U et le “Initiation Tour”, les week-ends vont être bien remplis!

Leur site : http://www.fpv-racing.be/

Merci pour votre accueil à tous les trois.

Petite interview du comité F3U Fpv-Racing, Belgian Championship – LBA/BML Gaetan Dexterity et Fabrice Facchin

Publié par Pimousse.be sur samedi 11 mars 2017

J’ai également pu rencontrer les organisateurs d’un grand événement qui aura lieu à Bruxelles, fin septembre 2017, sur l’esplanade du Mont des Arts à Bruxelles. Il est encore difficile d’en dire plus, vu que l’événement est toujours au stade de projet.

D’ailleurs voici le teaser !

Brussels Drone Festival

Drones United is proud to present the first Brussels Drone Festival in the heart of the European capital

Publié par Drones United sur vendredi 10 mars 2017

Au niveau pratique, j’ai pu essayer, en avant-première, les machines qui seront mises à disposition des novices qui viendront s’essayer dans la nouvelle salle indoor qui ouvrira ses portes en mai 2017 sur le site de Tour & Taxis.

Le matériel vient, en grande partie, de chez Furious FPV.

Publié par Didier Vannes sur samedi 11 mars 2017

Faut-il se déplacer jusqu’au Heysel ce dimanche afin de vivre l’ambiance de ces Drone-days? Je réponds assurément oui!

Quand on prend le temps de discuter avec les exposants, on apprend toujours et je suis reparti avec des idées plein la tête.

Merci également aux organisateurs de nous avoir donné l’occasion de faire participer nos lecteurs à un petit concours pour gagner des places pour cette édition.

Bonne balade si vous y allez!

 

ISDT Q6 PLUS – le mini chargeur de poche polyvalent.

Review du chargeur ISDT Q6 PLUS, un mini chargeur de poche super polyvalent et bien pratique.

Trouver un bon chargeur polyvalent relève toujours du défi et c’est également une question qui nous revient régulièrement.
ISDT va répondre à cette question récurrente et à nos attentes pour enfin nous apporter un mini chargeur tout en un assez performant!

Il propose une prise en charge d’un nombre impressionnant de batteries (y compris les LiPo HV – “haute tension”) dans un format de poche super pratique et léger.
De nombreux réglages sont présents et un affinage fin des paramètres nous apportent une liberté d’action assez impressionnante.

Spécifications du constructeur

Tension d’entrée: DC 7-32Vdc
Tension de sortie: 0-30Vdc
Courant de charge: 0.1-14.0A
Courant de décharge: 0.1-3.0A
Max Capacité de charge: 300W
Max Capacité de décharge: 8W
Courant d’équilibrage: 1A par cellule
Prise en charge de l’équilibrage des cellules: 2 à 6s
Prise en charge des batteries LiFe / lilon / LiPo (1-6s) / LiHv (1-6s) / Nimh / NiCd (1-16s) / Pb (1-12s)
Affichage: LCD IPS 2.4” (320 × 240)
Température de fonctionnement: 0 à 40 degrés
Température de stockage : -20 à 60 degrés
Dimensions: 80x80x33.5mm
Poids: 119g

Unboxing

Reçu dans le traditionnel emballage type sac poubelle avec une couche de papier mousse à l’intérieur.

Sorti du sac on découvre une petite boite qui tien en main.
Le packaging est simple et bien étudié.. d’un simple coup d’oeil on sait à quoi on aura à faire !

  

On ouvre la boite et caché sous une carte de visite (en papier) nous découvrons le mini chargeur.

La carte de visite en détail.. juste pour info !

Y a pas à dire, tout est pensé bien indiqué !

Sous le chargeur se cache des prises XT60 pour se faire ses propres cordons de raccord IN et OUT.

Tour du propriétaire

Sorti de son écrin, notre chargeur aux courbes généreuses.
Vêtu d’un plastique noir glossy sur le devant et mat à l’arrière (il existe aussi un modèle blanc), à la prise en main on ressent cette bonne impression de matériel qualité.

Vue du côté gauche, l’entrée de tension pour alimenter le chargeur.
Malheureusement il vous faudra l’alimenter par une source de tension extérieure comprise entre 7 et 32Vdc car il ne possède pas d’alimentation intégrée… Dans ce petit format de poche ce n’est pas très étonnant !

L’entrée IN est au format XT60 reste assez pratique si on veut charger des batteries de petites capacité au moyen d’une batterie de grosse capacité.. il suffit de connecter directement sa batterie XT60 dans le chargeur et il s’occupera du reste.

Sur la droite de la photo on distingue aussi un trou, au format mini jack, il permet de connecter un câble de mise à jour (non fourni)

Vue de l’arrière avec le ventilateur derrière la grille de protection.
Le ventilateur force un bon drainage du flux d’air lorsque le chargeur monte en température ou est fort sollicité.

Vue du coté droit, la sortie OUT au format XT60 et le connecteur d’équilibrage.
Attention au sens de la fiche d’équilibrage car la pin – (négatif ou gnd) se situe à gauche.

Petit Zoom sur la prise d’équilibrage, heureusement les détrompeurs sont là pour ne pas mettre la batterie dans le mauvais sens.

En dessous, pleins de grilles de ventilation pour permettre un bon brassage du flux d’air.

Petit, il tient dans la main !
Petit mais costaud car dans son dedans on retrouve un processeurs ARM cortex 32 bit pour une rapidité et précision dans les calculs et mesures.
Ce processeur est utilisé dans beaucoup de montages électronique, il est connu pour être puissant et stable.. bref il fera le job qu’on attend de lui.

80mm de long comme décrit dans les données constructeur.

80mm de large comme renseigné par le constructeur

32mm c’est à un poil de couille près comme la donnée constructeur (33,5mm)

125g hors connectique c’est 6g de plus que le poids renseigné par le constructeur (119g).

Fonctionnement et menus

On connecte une source d’alimentation (pour ma part une alim de15Vdc 10A) sur l’XT60 input et on fait péter le jus.
Le chargeur démarre en une fraction de seconde.

Une fois l’écran de boot disparu on tombe sur l’affichage principal.

Son écran LCD couleur de 2,4 pouces très pratique nous permet de voir d’un coup d’oeil les paramètres sélectionné ainsi que de suivre le bon déroulement de la charge.

Powered by “scOs”, le smart OS pour smart chargeur permet d’avoir une interface de gestion claire, pratique et colorée.
Une mise à jour via Pc est possible via un câble dédié (en option.. et qui dit en option, dit que je n’ai pas essayé).

Un coup de molette vers le bas et on obtient quelques infos supplémentaires.
Tension d’entrée, tension de sortie, température du chargeur, puissance emmagasinée, ???, nmbre de batteries chargées ce jour.

On appuie sur la molette pour rentrer dans le menu principal.
On bouge dans les menus avec la roulette, on rentre dans les sous-menus en cliquant sur la roulette.

Sous-menu d’action à effectuer (charge / décharge / mode storage)

Types de batteries prises en charge.

Tension de cellule réglable pour la charge (4.20V de base)

Tension minimum que l’on peut mettre par cellule.

Tension maximale que l’on peut régler par cellule.

Nombres de cellules prises en charge.
Notez que le chargeur détectera automatiquement le nombre de cellules présentes sur la batterie, néanmoins ce paramètre permet de forcer le batterie en cas de mauvaise détection.

Courant de charge minimum que l’on peut paramétrer.

Courant maximal de charge que l’on peut paramétrer.

Si on ne connecte pas la prise d’équilibrage de la batterie on sait tout de même charger.

Dès qu’on connecte une LiPo avec sa prise d’équilibrage les paramètres sont détectés.

On fait ses réglages de charge et on démarre en choisissant “start task”

Dès le démarrage de la charge, le fond d’écran devient rouge.
Le premier écran affiche les valeurs actuels en tension des cellules.

Le second écran affiche la résistance interne de chaque cellule.

Le troisième écran (en bougeant la molette vers le bas) affiche la tension d’entrée (15V), la tension de sortie (12,6V actuellement car cela fluctue en fonction de l’état de charge), la température du chargeur, la puissance totale placée dans la lipo, ??? , le nombre de charges total effectuées ce jour là.
Dans le gros bandeau rouge on retrouve le courant actuel de charge, le nombre de mAh déjà placé dans la batterie.
Tout au dessus, dans le petit bandeau rouge plus foncé, on retrouve le temps de charge, le nom du chargeur, un barregraphe qui affiche l’état de charge actuel.

A tout moment, en cliquant sur la roulette, on peut modifier le courant de charge ou arrêter la charge.

En mode décharge les réglages changent un peu.
On peut régler la tension minimale à laquelle on doit faire descendre les cellules, le nombre de cellules (automatique mais on peut forcer), le courant de décharge.

Le courant de décharge est réglable de 0,1A à 3,0A

Une fois qu’on démarre la décharge, l’écran devient rose dans ce mode.
Le ventilateur démarre directement pour drainer la chaleur générée par la décharge.
Notez que le ventilateur est assez bruyant, il fait le bruit d’un sèche cheveux qui serait allumé dans la pièce d’à côté.
J’avais demandé 3,0A de courant de décharge, pratiquement je n’ai jamais dépassé 0,4A…
Pratiquement, sur la 4S 3700mAh que j’ai utilisé pour faire ce test, je ne sais régler le courant de décharge que de 0,1A à 0,4A, au delà de 0,4A le chargeur reste bloqué à 0,4A de décharge même si je le règle à 3,0A
Le chargeur compte en négatif les mAh vu qu’on retire du courant en dehors de la batterie alors qu’en charge on en “ajoute”.

Comme pour la charge, a tout moment en cliquant sur la roulette on peut arrêter la décharge ou régler le courant de décharge… même si il reste à 0,4A… curieux, je vais devoir enquêter la dessus.

Accès au mode “storage”, avec le réglage de la tension à laquelle il faut placer les cellules (3,8V de base), le nombre de cellules (automatiquement détectées mais qu’on peut aussi forcer), le courant de décharge pour arriver à la tension de rangement “storage” (réglable de 0,1A à 14,0A)

Aussitôt démarré, le fond d’écran devient mauve et affiche les informations habituelles.
Le ventilateur démarre directement pour drainer la chaleur générée par la décharge.
Notez que le ventilateur est toujours aussi bruyant…
Comme dans le mode “décharge”, le chargeur me limite à 0,4A de courant de décharge et je ne sais pas décharger au delà même si je le place à 14,0A de décharge !
Le chargeur compte en négatif les mAh vu qu’on retire du courant en dehors de la batterie alors qu’en charge on en “ajoute”.

Comme pour les autres modes, à tout moment on peut régler le courant de décharge ou arrêter l’action.

Mesures

Parlons un peu mesures…

Dans un premier temps ce sera le test du courant, dans un autre temps le test tension (mais pour ce dernier je n’ai pas encore fait de connecteur donc il est reporté à plus tard)

Pour le test du courant, j’ai placé mon FLUKE 115 en série entre le chargeur et la LiPo.
Le but de ce test est vérifier que le courant demandé pour charger la LiPo soit bien celui délivré à la LiPo.

J’ai démarré une charge de la Lipo en demandant un courant de charge de 1,0A.
On constate que le chargeur réalise bien son travail.
Pratiquement le courant fluctue de quelques centaines de mA, le chargeur vérifie le courant de sortie et le corrige tout le temps en fonction de la tension.. Calculé par le processeur et passé en boucle PID.

La batterie était déjà bien chargée, lorsqu’elle arrive a la fin de charge le courant diminue pour atteindre zéro.
On constate que l’affichage suit la valeur réelle de sortie.

Ensuite j’ai changé de batterie LiPo en plaçant une plus grosse capacité afin d’envoyer un courant de charge plus important.
Dans cette configuration j’ai demandé un courant de charge de 4,0A.
On remarque que malgré les 4,0A réglés, le chargeur n’affiche que 3,9A mais charge bien à 4A.
Avec un réglage de 6,0A en charge, l’affichage m’indique 5,8A alors que le multimètre lit 6,0A.
Avec un réglage de 8,0A en charge, l’affichage m’indique 7,8A alors que le multimètre lit 8,0A.
Au delà (10A) l’affichage redevient normal et quand il indique 10A, le multimètre lit aussi 10A.
Rien de bien grave de toutes manières, à de si fortes intensité on est pas à quelques centaines de milliampères près 😉

L’écart de 100mA confirmé entre la sortie et le courant réel.

Pour le fun, quelques mesures thermique sur le chargeur lors d’une décharge de batterie.
On remarque que la chaleur est surtout concentrée sur le côté droit du chargeur (côté batterie).
La base des câbles, au niveau des connecteurs, chauffe aussi très légèrement.

Visualisation dans différentes gammes colorimétriques

Conclusion

Le ISDT Q6 plus est un très chouette petit chargeur.
Il répondra à bon nombre de vos attentes et sera capable de s’aligner sur la plupart de vos batteries.
Il permet de faire des réglages fins et offre une grande liberté dans ceux ci.
Les mesures et courant/tension de sortie sont tout à fait respectés, ceci étant l’idéal pour ne pas avoir une dégradation rapide de nos batteries.

En revanche, il n’a pas d’alimentation interne, a un ventilateur assez bruyant lorsqu’il se met en route, a un courant de décharge/storage bridé (qui sera surement libéré lors des futurs mises à jour) et son câble de mise à jour est en option (mais on travail déjà à la réalisation d’un câble diy).
Très satisfait globalement de ce chargeur; il a d’ailleurs déjà trouvé sa place dans la voiture pour mes longues sessions sur le terrain.

 Liens utiles

La mise à jour du firmware se trouve sur le site de ISDT
Le manuel d’utilisation en anglais se trouve sur le site de ISDT

Le chargeur ISDT Q6 plus sur la boutique banggood

Une alimentation 220V vers 12Vdc pour alimenter le chargeur

Review du Eachine E010S – Le tiny badass

Découverte du Eachine E010S un Mini (nano) drone pour un Maxi moment de FUN.

Coucou les biloutes !
Vous vous souvenez surement du build pour créer un nano drone FPV à partir d’un Eachine E010!?
Eachine a bien compris qu’il y avait un filon à exploiter et a sorti une version toute faite et “upgraded” de ce nano drone FPV,le Eachine E010S.
Vendu aux alentours de 50€ sans code promo, je suis certain qu’il vous séduira ! (moi en tout cas je suis sous le charme)
Pas besoin d’assembler, pas besoin de bricoler… on bind à sa radiocommande, on met ses lunettes ou masque FPV sur la tête et c’est parti pour un maximum de plaisir.

En ces jours pluvieux et venteux, ce petit nano racer est juste génial et excellent en intérieur.
On peut ainsi étancher sa soif de FPV même pendant les jours les plus mauvais, le tout sans bouger de son divan 🙂

Données technique

Un nano drone “brushed” 65mm moteur à moteur avec protection des hélices en ABS et une structure en carbone pour rigidifier.
Basé sur un contrôleur de vol F3 sous cleanflight avec récepteur radio intégré (et possibilité de mises à jour du contrôleur de vol)
Doté d’une caméra cmos 1/3 de 800TVL combinée à un émtteur 5.8GHz 40 canaux de 25mw (AIO)
4 moteurs type 615 coreless qui tournent à 59000 tours par minute.
1 batterie 1S (3,7v) de 150mAh en 45C
Tout cela pour un poids de 26g prêt à voler !

A savoir que ce nano drone se décline en 3 versions différentes à commander en fonction de sa radiocommande.
Il existe en récepteur DSM (spektrum, devo sous deviationtx), en Flsky et en Frsky (taranis, Q7,… en mode D8)

Unboxing

Assez déconcerté.. je commande un Eachine E010S et on me livre une boite de QX100… WTF???
  

J’ouvre la boite et… soulagement, je découvre un mode d’emploi pour un Eachine E010S !

On retire le mode d’emploi de la boite, tout est bien protégé dans la mousse.
On distingue un petit sac dans un interstice avec du petit matériel et sous le grand carré de mousse on espère trouver l’engin!

Bingo! Bien coincé, bien protégé et tout assemblé. On ne risque pas de le retrouver sous forme de puzzle.

Le petit sachet est retiré de l’ouverture.

Déballage du petit sachet.
2 élastiques pour maintenir la caméra, 2 mousses double face pour recoller la caméra, un set d’hélices orange de rechange, une clef usb qui permet de charger une lipo 1S et une clef en métal (non ce n’est pas une pièce de coupe-ongle) qui permet de retirer facilement les hélices quand on les remplace.

Le Eachine E010S sorti de la boite.. mignon tout plein !

Tour du propriétaire

Vue de face, l’antenne du récepteur radio n’est pas super bien placée mais n’est pas dérangeante car n’est pas face a la caméra.
 

Vue de côté. C’est propre… pas de fils qui débordent dans tous les sens.

Vue de derrière.

Vue de l’autre côté.

Vue du dessus et surtout de son antenne clover à 3 lobes.
L’antenne est assez légère et semble fragile.. Malheureusement avec du cuivre on doit faire un compromis entre léger et costaud.
En ce qui me concerne, dès qu’elle sera légèrement abîmée,je la remplacerait par un simple bout de fil taillé à la bonne fréquence de résonance.. Cela allégera un peu plus l’ensemble, le rendra plus compact et surtout on s’accrochera moins facilement en essayant de passer dans les tout petits endroits.

Vue du dessous.
Un logement dédié à la batterie a été spécialement prévu.
Attention une batterie 1S de 150mAh rentre tout juste dedans, n’espérez pas en installer une de plus grosse capacité.

Les moteurs coreless 615 (6mm de large, 15mm de long).

L’hélice vient s’emboîter sur l’axe du moteur.
Je n’ai pas du mettre de vernis a ongle ou de colle, ici les hélices tiennent super bien sur l’axe !

Bien qu’il ne fasse que 65mm moteur à moteur, les dimensions extérieures sont elles forcément supérieur.
Comptez environ 83mm de côté pour une hauteur de 33mm hors antenne (+34mm d’antenne = 67mm de haut)
 

 

Le poids du nano sans la batterie est de 20g et 25g avec la batterie (soit 1g de moins que le poids renseigné par le constructeur).
 

La batterie

Nous est fourni avec la machine une batterie 1S (3,8v) de 150mAh en 45C.
La connectique utilisée est de type 2pins 1,25mm … souvent utilisée sur de si petites machines (au cas où, on trouve facilement des connecteurs de remplacement — voir ici –)

Si vous souhaitez trouver d’autres batteries en remplacement (je vous donnerai le lien vers un pack de 5 + chargeur dans les liens utiles tout en bas de l’article) voici les dimensions:
Longueur: 25,5mm – Largeur: 17,7mm – épaisseur: 6,85mm – Poids: 4,8g
 

 

Avant d’effectuer le premier vol n’oubliez pas de charger la batterie.
Impatient??? ne vous inquiétez pas, de si petites batteries chargent très vite !
Connectez la batterie sur la clef usb fournie, enficher la dans un chargeur usb ou le port libre de votre pc.
Une led dans la clef usb s’allume durant la charge.

Lumière éteinte? débranchez la, placez la sur le nano et VOLEZ !

Programmes

Avant toute chose il faudra faire le bind avec votre radio.
Le bind se fait de manière très facile et est super bien expliqué dans la doc… je ne vais donc pas réexpliquer la procédure, il vous suffira de lire le manuel (qui se résume ici à une simple feuille).
Le bouton de BIND se situe devant la caméra, à la base de l’antenne radio.

Pour régler et mettre à jour (je n’ai pas essayé car le mien fonctionne très bien comme ça) le contrôleur de vol du Eachine E010S, il vous faut posséder le navigateur CHROME de Google et avoir installé l’application “Cleanflight” disponible sur ce dernier.

Je suppose qu’il est aussi possible de mettre Betaflight sur le contrôleur de vol mais pour un nano brushed je n’en vois pas l’intérêt.

On branche un câble usb entre le port usb situé derrière la caméra et son ordinateur, on laisse installer le driver et quand c’est prêt on appuie sur “connect” en haut à droite du programme.

La version du micrologiciel (firmware) qui se trouve dans celui en ma possession est la version cleanflight 1.13.0 pour contrôleur de vol type SPRACING F3.

Si toutefois vous avez fait une boulette, avez trop modifié les réglages et ne vous en sortez plus…
Voici le backup (dump) d’origine du Eachine E010S pour la version 1.13.0 de cleanflight.

Perso j’ai laissé les réglages de base sur cette machine… ça vol comme sur un rail !

Côté caméra

L’image de la caméra est juste nickel !
Les détails sont bien présents grâce aux 800TVL, le rendu couleur très bon, la gestion de la lumière se fait très bien.
Par contre l’image semble au format 4:3 ce qui l’allonge légèrement dans mes lunettes 16:9.
Cela ne procure aucune gêne à l’utilisation rassurez vous.

Sur le côté de la caméra on trouve un petit bouton poussoir qui permet de configurer la caméra.
1 appui court change le canal (fréquence), 1 appui plus long (1,5s) change de bande de fréquence , 1 appui très long (3s) la passe de PAL à NTSC et inversement (une led bleue s’allume à l’arrière de la caméra quand on est en mode NTSC).

L’émetteur intégré sur la caméra émet 25mW (maximum autorisé en Europe) dans la bande des 5,8GHz et possède 40 canaux.
Des Leds rouge situées à l’arrière de la caméra indique sur quelle canal / bande on se trouve.

On compte 8 canaux (fréquences) sur 5 bandes différentes réparties comme suit:

  • Bande A : 5865,5845,5825,5805,5785,5765,5745,5725 MHz
  • Bande B : 5733,5752,5771,5790,5809,5828,5847,5866 MHz
  • Bande E : 5705,5685,5665,5645,5885,5905,5925,5945 MHz
  • Bande F : 5740,5760,5780,5800,5820,5840,5860,5880 MHz (Fatshark)
  • Bande R : 5658,5695,5732,5769,5806,5843,5880,5917 MHZ (Raceband)

L’angle de vue de la caméra est donné à 150 degrés horizontal et 170 degrés de diagonale.
Pratiquement j’ai un rendu d’image très correct et sans vraiment de déformation pour un soit disant grand angle.

Autonomie

N’espérez pas voler des heures…
2 minutes 30 secondes en vol tranquille.
1 minute 30 secondes en vol gaz à fond !
C’est peu, mais avec une batterie de 150mAh il ne fallait pas espérer beaucoup plus… et c’est déjà pas mal !

N’hésitez pas à commander quelques lipos et un chargeur supplémentaire comme celui ci pour quelques € supplémentaires.. (le lien d’achat est — ici –)

Notez que les connecteurs sur les batteries sont différents que ceux d’origine.. Soit vous remplacez celui qui permet de brancher la batterie sur le Eachine E010S pour utiliser la batterie au plus court, soit vous utilisez les rallonges convertisseur fournies (ça rajoute un peu de poids mais c’est acceptable)

Quelques relevés additionnels

Mesure de la recharge de la batterie avec le chargeur usb fourni.
On charge à 510mA… entre 3 et 4C.

L’émetteur est configuré sur le canal fatshark 5 (F5 – 5820MHz)

Vue à l’analyseur de spectre sur toutes la bande vidéo 5645MHz – 5945MHz (300MHz de bande passante)
 

Vue limitée sur 80MHz de bande passante (5780MHz-5860MHz)

Vue thermique du E010S après un vol classique.
Vue de dessous

Vue de côté

Vue du dessus

En vidéo

Pensez à couper le son, cette vidéo sort BRUT de mon enregistreur intégré à mes lunettes skyzone !
Belle image n’est ce pas?

Conclusion

Génial, tout simplement génial !
Je m’amuse comme un gamin dans la maison avec ce petit nano brushed FPV !
Rien de plus à dire…

…sauf peut être son autonomie assez réduite de 2 min 30 sec en vol cool, qui descend à 1 min 30 sec si on est gaz à fond tout le temps !
Mieux vaut prévoir quelques batteries supplémentaires !!!

Liens utiles

Le manuel version Frsky

Le manuel version Flysky

Le manuel version DSM

Le nano drone Eachine E010S sur la boutique banggood

Le pack chargeur avec 5 batteries 1S 150Mah

4 sets d’hélices en remplacement (couleur au choix: rouge ou vert)

Photos supplémentaires

Questions/Réponses

Suite aux nombreuses questions, interrogation et demandes, j’ai décidé d’ajouter cette petite partie afin de donner réponse et de laisser une trace.

  1. Q: Est ce que le Eachine E010S est compatible avec ma taranis?
    R: Oui, il est compatible avec votre taranis à condition d’acheter le modèle E010S en Frsky et de choisir le mode D8 pour le modèle que vous allez configurer (dans le menu où se trouve l’option de bind sur votre taranis).
  2. Q: Est ce que le Eachine E010S est compatible avec mon smartphone?
    R: Non, ce petit drone n’est pas compatible avec votre smartphone sans y ajouter un dispositif spécifique de réception (comme par exemple le récepteur analogique OTG présenté dans cet article).
    Il n’est ni wifi, ni bluetooth, il se pilote avec une radiocommande de modélisme et son retour vidéo se capte avec un dispositif de réception vidéo analogique en 5.8GHz (récepteur dédié, lunettes ou masque d’immersion).
  3. Q: Comment puis je recevoir le signal vidéo du Echine E010S?
    R: Il faut utiliser un récepteur analogique 5.8GHz capable de recevoir un des 40 canaux sélectionnable sur l’émetteur du drone (qui se trouve sur la caméra).
    Vous pouvez utiliser des lunettes fatshark, skyzone, le Eachine goggle One, Eachine goggle Two (voir cet article), un récepteur dédié (comme celui présenté dans cet article), un écran avec récepteur intégré, un récepteur vidéo analogique OTG pour android (comme présenté dans cet article) ou tout autre dispositif capable de traiter ces signaux.
  4. Q:Peut on placer de plus grosses batteries sur le Eachine E010S pour augmenter l’autonomie?
    R: Certainement, mais elle ne rentrerons pas dans le logement prévu pour la batterie car il est tout juste pour celle d’origine. Il faudra la placer autrement… Gardez à l’oeil que plus la capacité de la batterie est grande, plus la batterie sera lourde, moins bonnes seront les réactions de cet appareil.
    — J’ai testé pour vous une batterie de JJRC H6C, LiPo 1S 380mAh nombre de C inconnus, poids 10,1g, autonomie un bon 5 min 30 sec, mais ça vol comme un gros cochon dodu !
    — Faites plutôt un compromis et optez vers du 250mAh, ça devrait le faire (à tester)
  5. Q: Dois je passer par un ordinateur pour configurer le Eachine E010S?
    R: Malheureusement oui, il vous faudra installer le programme cleanflight disponible sous chrome, comme expliqué dans l’article, pour au minimum vérifier que votre radiocommande est bien reconnue par le drone.
    Il vous faudra aussi vérifier que toutes les voies de votre radio envoie les bonnes valeurs sur les bons canaux et dans le bon sens (visible dans l’onglet “receiver” de cleanflight). Stick au plus bas la valeur doit être de 1000, au centre à 1500 et 2000 avec le stick au plus haut. Si les valeurs sont différentes, veuillez vous référer au manuel de programmation de votre radiocommande pour les ajuster (on appelle cela les “endpoint”).
    Pour le restant de la configuration, d’origine ce drone fonctionne déjà parfaitement !
  6. Q: Puis je faire des flips/rolls, de l’acro avec mon Eachine E010S?
    R: Oui vous pouvez, il faudra configurer le mode de vol horizon (stabilisé avec la possibilité de faire des flips/rolls) ou le mode acro (tout manuel) dans l’onglet “modes” de cleanflight. Vous pouvez très bien configurer un interrupteur 2 ou 3 positions de votre radiocommande, configurer 2 ou 3 modes de vol et passer d’un mode à l’autre en actionnant l’interrupteur dans le mode souhaité.
    Notez tout de même que ce petit racer manque un peu de puissance vu ses petits moteurs. Vous perdrez pas mal d’altitude pendant une figure, prévoyez de la place et de la hauteur pour essayer !
  7. Q: …
    R: …

Initiation au FPV

Vous avez envie de découvrir le FPV lors d’une initiation? 🐝
Vous avez plein de questions à nous poser?
Venez nous rejoindre à Perwez (Belgique) le temps d’une session indoor.
initiation FPV mars 2017 fiche event
Pour les initiés, vous êtes le bienvenue évidemment pour participer aux démos
avec nous et partager ce moment. Ça nous fera plaisir de vous revoir.

Important :

Machine en 1s et 2s maximum 💥😜
Attention prévoir une paire de baskets 👟différentes de vos chaussures du jour pour ne pas saccager le sol.
En collaboration avec le club : Les accros du servo
 
F640 5.8G FPV, tu as le look coco

F640 5.8G FPV, tu as le look coco

Au début, les lunettes F640 sont un modèle destiné au home cinéma. Un ingénieur les a un peu modifiées pour permettre la pratique du FPV. Lors d’une de mes nombreuses séances de recherche sur internet, je suis tombé par hasard sur ce modèle au look un tantinet futuriste. Ayant essayé les Cinemizer il y a quelques mois, j’ai décidé de passer commande de ces F640. Je ne m’attends pas aux mêmes résultats vu l’énorme différence de prix, on est bien d’accord.

Présentation

Qui n’a jamais rêvé d’un modèle ressemblant à ses lunettes de soleil pour pratiquer son hobby favori? Attention, j’entends par là un modèle design et léger.

A première vue, les F640 inspirent confiance rien que sur l’emballage.

F640 box

Le modèle est livré avec

  • F640 lunettes
  • Mode d’emploi en Anglais,
  • Sac de transport
  • Câble USB
  • Câble Audio
  • Adaptateur “Mask” pour les yeux
  • Câble RCA

F640 Accessoires

Les lunettes F640 sont équipés de deux écrans 4/3 qui ont une résolution de 654 x 480 chacun. Le FOV est de 32°. Il n’y pas de réglages inter pupillaire possible! L’immersion est possible à condition d’utiliser le masque en caoutchouc et le serre-tête pour permettre une pression régulière autour de vos yeux. Je n’ai pas été incommodé par le fait de porter les lunettes de cette manière.

F640 Accessoires mask

Par ailleurs, il y aussi des écouteurs intégrés aux branches des lunettes. Ceux-ci sont impossibles à retirer ou dissimuler.

Mesures et tests

Au niveau des dimensions, j’ai mesuré (L x l x H): 16.00 x 3.00 x 5.00 cm

F640 mesure

Le poids des F640 avec le masque est de 96g, comparé à mes Fatshark Dominator V3, il y a une grosse différence!

F640 vs Fatshark

L’alimentation des lunettes est fournie par une batterie de type LIPO de 960mAh. ce qui permet, en théorie, 3h non stop de visionnage. En réalité j’ai mesuré 1,5h lors des tests.

Les commandes se font par bouton poussoir dissimulé sous les branches de part et d’autre de la monture. Les connecteurs pour l’alimentation et le signal composite s’y retrouvent aussi.

Il y a de quoi commander la recherche manuelle des fréquences, l’allumage/extinction de l’électronique et le réglage du volume. Pas de réglage en revanche pour la luminosité et le contraste.

F640 commandes

Le connecteur d’antenne est de type RP-SMA.

F640 RP-SMA

Pour les tests, j’ai changé l’antenne bâton par une antenne moins élégante mais plus efficace.

F640 RP-SMA antenne

Vidéo

Conclusion

Il ne faut pas se voiler la face! Derrière ses airs de Cinemizer, les F640 restent un modèle bas de gamme. Il conviendra comme première paire de lunettes pour pratiquer le FPV sans se ruiner.

D’apparence élégante, les matériaux sont très fragiles et le plastique n’est pas de super qualité. Du moins si vous souhaitez faire le baroudeur avec. Si vous souhaitez les utiliser chez vous et les ranger systématiquement dans leur étui, il n’y aura, à mon sens, pas de soucis.

Les F640 sont disponibles ici FPV Google F 640  (Coupon : “vincentF640”)

Bons vols!