DemonRC NOX5R XL – Le Build made in EU

DemonRC NOX5R XL – Le build made in EU ou presque…

Salut les pottos,
Aujourd’hui je vais vous présenter un autre superbe build conçu pour le racing, le low-riding ou encore le freestyle.
Sa spécificité suprême est qu’il est presque entièrement Européen !
En effet, il n’y a pas que le châssis carbone qui est fabriqué en Europe mais aussi le contrôleur de vol et la plaque de distribution d’alimentation avec régulation et filtres intégrés.

Faites la “ola” au NOX5R XL produit par DEMONRC.

Spécifications constructeur pour ce châssis

Châssis carbone de 215mm moteur à moteur.
Poids de 80g
Bras en carbone 3k de 4mm
Tout le reste du châssis est en carbone 3k de 1,5mm

Liste des composants

Pour ce build j’ai utilisé la liste de composant suivante (clickez sur les composants pour être lié avec le site d’achat):

Unboxing du châssis

Le châssis arrive dans une enveloppe matelassée qui fait le taf !
Ne craignez pas les dégâts.. tout est bien emballé comme il se doit.

Dans l’enveloppe, une boite imprimée au logo du concepteur.

On ouvre la boite par dépliage…
Un petit sac noir, fermement scellé et des auto-collants.
On aime recevoir les petits plus comme des auto-collants du matos dédié à notre passion; perso j’en colle partout sur mes box à lipos.

Dans le petit sac noir, on retrouve nos pièces carbone parfaitement usinées et un petit sachet contenant toute la visserie nécessaire.

Une vue un peu mieux rangée du matos fourni.

Tout ensemble sur la balance voici ce que ça donne.
Le constructeur renseigne 80g, ici il faudra décompter le sachet zip qui emballe la visserie et la visserie supplémentaire qui a été ajoutée… bon on y est presque.

Tour du propriétaire

J’assemble le tout et je vous présente la bestiole…

Quelques heures plus tard, naissance de la bestiole.
Cela n’a pas été sans mal car j’ai du un peu adapter, il y a quelques petites aberrations dans le design de ce châssis.. hooo pas d’inquiétudes cela se corrige très facilement ! Je reviendrais sur ces corrections un peu plus tard…
Mais, y a pas à dire, elle est aussi jolie que sur la photo officielle.

Si vous souhaitez la version avec canopy, sachez que le .stl du canopy est disponible gratuitement au téléchargement sur la page produit de la frame. Il ne vous restera qu’à l’imprimer en 3D et de la monter.

Vue de devant, la caméra (ici une runcam eagle) est maintenue de part et d’autre par une vis de chaque côté.
La caméra vient en butée sur la plaque inférieur du châssis ce qui fait qu’il y a un peu d’angle d’origine… ce n’est pas plus mal car si la caméra redescend avec les vibrations, elle ne pointera jamais vers le bas.
Avec l’angle de vision offert par la caméra eagle, pas de soucis, même avec un peu de tilt d’origine on voit clairement l’horizon devant nous.
Les vis de part et d’autre permettent de donner plus d’angle à la caméra et ainsi la faire pointer directement vers le ciel si vous avez l’envie de voler comme une bête.

Une petite vue sexy prise en côté plongé :p
L’ensemble de la frame tient par des entretoises nylon et visserie alu.
Jusqu’ici je n’ai pas encore cassé mais je craint qu’avec un choc un peu violent le châssis se disloque.
Le jour où ça arrive, je passerai les entretoises en version aluminium.

Le cul cul de la bête.

Vue sur le bout de bras profilé et sur le moteur brotherhobby 2205 2800kv… ça va hurler sévère en 5S !
L’hélice montée ici est une dalprop 4×5045.

Le sandwich électronique.
Demon core en dessous (PDB filtré avec becs) et demon soul F4 au dessus.
En dessous et au dessus de la demon soul F4, sur les 4 vis de fixation, j’ai placé des petits joints o-ring afin de filtrer les éventuelles vibrations.

Vue de l’autre côté de la PDB, de gauche à droite j’ai placé alimentation caméra (12V) , alimentation émetteur vidéo (12V), un pont entre vidéo in et vidéo out car je n’ai pas d’OSD et alimentation contrôleur de vol (5V)

Les bras étaient renseignés en carbone de 4mm, il font 4mm.
Le carbone est de bonne qualité, bien usiné.

La top plate fait 1,5mm d’épaisseur comme renseigné.

Idem pour la bottom plate..
Félicitations, données constructeur respectées ! 🙂

Le châssis fait environ 36mm de haut (de la tête de vis top plate à la tête de vis bottom plate).

Mon build pèse 337g hors LiPo.
C’est dans la bonne moyenne.

Contraintes et Modifications

Première contrainte c’est l’emplacement de la batterie si on souhaite la placer en dessous du châssis pour abaisser le centre de gravité (sur le dessus il n’y a pas de problèmes).
Sous le châssis on retrouve bien deux passages pour la sangle batterie, mais le passage est bloqué par les bras…
Si on veut le faire passer un peu plus haut, par le dessus du sandwich bottom plate/bras/middle plate, il n’y a pas eu d’ouvertures usinées.
Pour fixer la batterie en dessous, il faudra simplement glisser la sangle batterie sous la PDB (si on en a une) ou sous le contrôleur de vol si il est seul dans le châssis.
 

La visserie alu bleu a beau être super légère et du plus bel effet, elle est aussi très fragile.
Un coup de clef en trop et c’est la casse assurée ! En général, il y a une vis supplémentaire en remplacement dans le sachet donc soyez tout doux sur le serrage !
Faites attention à utiliser la bonne clef de serrage car le centre de la tête allen (où l’on place la clef) a tendance à s’arrondir très très facilement.

Sur le centre du châssis, là où l’on place l’électronique ils ont aussi placé des entretoises nylon pour solidifier un peu le châssis qui tient qu’avec des entretoises nylon.

Seulement une fois que l’on a installé son électronique les entretoises sont bien trop grande et font bomber le top plate.
Il vous faudra délicatement couper les entretoises pour ajuster la top plate bien à plat.
Une autre astuce consiste à placer à l’avant et à l’arrière du châssis 4 entretoises aluminium de 30mm en remplacement des entretoises nylon, histoire d’être bien solide, et de supprimer les 4 entretoises centrales.

Un autre désavantage de tant d’entretoises et d’une telle prise en sandwich du contrôleur de vol, c’est que les vibrations seront beaucoup plus facilement transmises au contrôleur de vol!
J’ai donc monté le contrôleur de vol sur joints o-ring afin d’atténuer les vibrations.

Vous remarquerez également en analysant la photo que j’ai placé un filtre fpv supplémentaire sur l’alimentation caméra et émetteur vidéo (c’est le truc emballé dans la gaine bleue).
En fait, bien que le PDB soit déjà filtré, j’ai une tonne de parasites dans le flux vidéo dès que j’active les moteurs.. la vidéo est inexploitable si j’augmente les gaz.
Le placement d’un filtre dans la ligne d’alimentation FPV a supprimé les parasites définitivement !

A propos de l’électronique

J’ai choisis pour ce build de tester leur contrôleur de vol F4 appelé DEMON SOUL F4.
Il s’agit d’un contrôleur de vol haute performance aux calculs ultra rapide ce qui se traduit par une superbe tenue en vol et des réactions très rapides aux diverses sollicitations.
Compatible raceflight et betaflight, vous aurez l’embarras du choix pour faire vos essais.
Perso j’ai adopté betaflight car je ne m’y retrouvais pas avec raceflight (certaines incompatibilités entre le gui disponible sous chrome et le firmware proposé) .
Ce FC au format 36 x 36mm (30,5mm x 30,5mm pour les trous de fixation) pour 2mm d’apaisseur, possède un processeur F4 dernière génération cadencé à 192MHz, un gyro MPU6000 en SPI et toutes les entrées/sorties nécessaires (3 uarts, ppm/sbus, buzzer, vbat, etc…)

Voici le schéma de câblage de ce dernier.
La sérigraphie présente de part et d’autre du contrôleur de vol facilite la mise en place.

Franchement, c’est un contrôleur de vol que je recommande, j’apprécie vraiment beaucoup ses incroyables performances en vol et cerise sur le gâteau il est moins cher que la plupart des contrôleurs de vol haut de gamme.
Ne vous fiez pas au prix, ici on est aussi dans le très haut de gamme !

J’en ai profité pour, en même temps, tester le demon core v2.3.
PDB haut de gamme (plaque de distribution de l’alimentation), cette platine électronique facilitera le câblage des alimentations de la machine.
Ce PDB intègre aussi un bec 12v (600mA) disponible à partir d’une utilisation en minimum 4S, un bec 5v (400mA) disponible à partir de 2S et des filtres sur les alimentations.
De plus il permet aussi la connexion facile d’un OSD.
Il est protégé contre l’inversion de polarité, supporte de 2S jusque 8S, est au dimensions standard 36×36 pour 4,5mm d’épaisseur, ne pèse que 7g et supporte 120A en continu (180A en pic).

Le Demon Core v2.3 est présenté dans un sachet zip antistatique.
 

Vue du dessus et des composants qui le compose, on remarque pleins de condensateurs pour le filtrage des alimentations, deux régulateurs pour le 12V et 5V et une self.

Vue de derrière. La sérigraphie est présente sur les deux faces, c’est bien pensé et super pratique !

Un poids de 8g.

Voici les mesures réelles.
La PDB fait 36mm x 47mm, les trous de montage font 30,5mm x 30,5mm.
La hauteur totale de ce PDB avec l’épaisseur des composants comprise fait 4,3mm , mais le PCB de base ne fait que 1mm !
 

 

Notez que les courant de sortie disponible sur les becs diminuent avec l’augmentation de la tension d’alimentation, référez vous au tableau dans le manuel d’utilisation pour connaitre le niveau de charge acceptable à votre tension d’utilisation.
Faites un rapide calcul de votre consommation et assurez vous qu’elle soit acceptée par les becs !

Le manuel d’utilisation du pdb est ici

Ma petite contribution

Comme je souhaitais un support runcam pour faire une vidéo à bord, j’en ai rapidement modélisé un.
Au plus simple, au mieux et 40 degrés d’inclinaison !

Le fichier .STL de ce support.

Vidéo de vol

Premier vol d’essai du NOX5R XL pour voir le comportement de cette nouvelle machine en vol…

Conclusion

J’ai été séduit par le design de ce châssis, tout comme sa légèreté et sa modularité.
Il souffre de quelques petits défauts comme une visserie aluminium un peu trop fragile, des entretoises nylon qu’il faut raboter ou le manque d’une sangle batterie, mais ces petites défauts sont vite pardonnés une fois les modifications effectuées et le châssis mis en vol.
On appréciera la possibilité de télécharger un canopy ou des supports caméras au format .stl pour l’imprimer en 3d, mais on regrettera de ne pas en avoir un canopy fourni  de base avec le châssis.
Une fois en vol c’est époustouflant! les trajectoires sont fluides et naturelles, la machine est hyper réactive aux demandes et je n’ai pas constaté de comportement étrange sur les dizaines de LiPo qu’il a déjà absorbées.

Concernant l’électronique:
Vous pouvez acheter le “DEMON SOUL F4” et le “DEMON CORE PDB” les yeux fermés, vous serez séduit par les performances de ce contrôleur de vol et de cette carte de distribution d’alimentation très haut de gamme !

BIG UP au gestionnaire de DemonRC qui est très réactif et à l’écoute de ses clients !!!
Mes quelques requêtes envoyées au travers de facebook ont eu réponse et trouvé solution immédiatement (ou du moins très rapidement car j’envoie parfois des messages hors plage horaire).

Liens utiles

Le châssis chez DemonRC

Le manuel de montage du châssis

L’accès aux différents fichiers est disponible sur le site de DemonRC (supports gopro, canopy, etc…)

Le contrôleur de vol DEMON SOUL F4

Le pdb DEMON CORE 2.3

DemonRC sur facebook

TINY GATES “ASSEMBLE AND FLY”

J’ai découvert les TINY GATES à assembler chez Drone FPV Racer, un shop français spécialisé dans le matériel destiné au FPV racing. Il me fallait une solution vite montée que je puisse utiliser lors des session de vol en indoor. Celle-ci devait aussi être modifiable en cas de besoin et surtout personnalisable.

Présentation

Le kit arrive en caisse carton de 40 cm par 30 cm sur 25 cm de haut.

Tiny Gates Box

On compte 10 épaisseurs de 9 éléments en frigolite.

Tiny Gates planche

Au total on a :

  • 20 angles
  • 30 petits morceaux
  • 40 grands morceaux

Tiny gates count

Montage

Il est possible de réaliser à l’aide des photos du site

5 tiny gates identiques

Tiny gates 5

Ou de se laisser aller à d’autres formes

Tiny Gates homemade

Les dimensions intérieures sont tout à fait correctes pour les tiny et autres micros.

Tiny gates size 1

Tiny gates size 2

Il est possible de customiser ses Tiny gates. En les peignant ou en rajoutant des accessoires comme des LED par exemple.

Video

Indoor
En extérieur

Conclusion

Les fans de LEGO et autres constructions vont se réjouir. La seule limite sera votre imagination.

Au niveau solidité, elles ont encaissé pas mal lors des tests.

A l’usage, par contre, en démontant et remontant, j’ai déjà réussi à casser certains embouts.

Les TINY GATES “ASSEMBLE AND FLY” sont disponibles chez dronefpvracer au prix de 29,99€ soit un peu moins de 6€ la gate.

Le lien https://www.drone-fpv-racer.com/tiny-gates-assemble-and-fly-1344.html

Bons vols!

 

D2R rent logo

D2R – Drone to rent, Click, Choose, Fly

L’usage du drone commence à être très répandu en Belgique et D2R l’a bien compris.

Une société du Brabant Wallon, D2R met à disposition plusieurs types d’appareils, toutes gammes confondues.

Que ce soient des appareils de prise de vue, ou, on en parle moins, des appareils conçus pour faire des courses en immersion (FPV racing).

Le coût pour ces appareils neufs est souvent rédhibitoire et avant de passer l’étape ultime de l’acquisition, un test peut être une bonne idée.

Nous avons imaginé plusieurs cas de figure et c’est volontiers que Greg Billen, l’un des managers, a accepté de nous répondre.

D2R est une branche de la société DMS, qui est une société spécialisée dans les prises de vues par Drone.

Présentation

L’idée leur est venue afin de rentabiliser leur parc plus rapidement et de leur permettre de suivre une évolution technologique qui demande beaucoup d’investissements financiers pour être à jour.

Mais attention, tout se loue et il faudra être attentif aux conditions de location.

Premier cas de figure, je suis un particulier qui voudrait immortaliser le mariage de son meilleur ami le temps d’un week-end. Je pourrais louer un DJI Mavic pour un week-end en respectant les règles suivantes : pas plus de 10m de hauteur et sur terrain privé. Je dois souscrire l’assurance chez D2R avec une franchise qui équivaut à 5 jours de location, ou bien, j’assume moi-même les risques et, en cas de casse, je devrai payer la totalité du Mavic.

Deuxième cas de figure, je souhaiterais acheter un appareil et, vu sa valeur, j’aimerais l’essayer en profondeur avant d’effectuer une telle dépense. Les règles restent les mêmes que dans le premier cas de figure.

Troisième cas de figure, toujours dans le domaine récréatif. J’ai vu, au journal télévisé, des courses de FPV Racing et je souhaiterais y participer. Ça me botte à mort. Et bien, D2R permet, grâce à la location d’un kit complet (masque FPV, télécommande, racer et batteries), de se familiariser avec les exigences de la discipline.

Dans ces trois cas, l’envoi par la poste est possible, il n’est plus nécessaire de se déplacer jusqu’à leur bureau. Qu’on se le dise, les frais de port ne sont pas inclus dans leurs tarifs de location.

Quatrième cas de figure, je suis un professionnel. Faisant suite à la demande d’un de mes clients, je dois effectuer une mission avec des moyens plus importants. A nouveau, D2R permet de gérer cette demande. Mais attention cela ne vous déchargera pas des autorisations administratives auprès de la DGTA.

Gamme

Il y a deux catégories:

Récréatif

Blade Inductrix FPV

Drone Racer FPV RCTO

 

DJI MAVIC PRO

 

Professionnel

DJI Phantom 3 4k professionnel

Phantom 4 Pro

Inspire 2

Conclusion

La vocation première de D2R n’est pas la location sèche à tout prix. La start up propose un vrai concept. En faisant tourner son matériel plus régulièrement. Sur le long terme elle y gagnera et nous aussi. Il ne restera plus qu’à obtenir de l’aide de la part des assurances. Ceci permettra de faire diminuer les prix de location. L’intérêt et la sensibilisation du public jouera aussi et permettra un jour de démocratiser l’usage du drone en Belgique.

Le site de D2R est ici https://www.d2r.be/

Bons vols!

Tuning de PID

Introduction

Sur le net, on trouve presque autant de méthodes pour tuner les PID que pour fabriquer la pierre philosophale. Plusieurs méthodes existent, basées sur différents outils (comme la Blackbox), certaines sont complètes et d’autres abordent seulement une « partie » de la chose.

En voyant toutes ces méthodes, le petit druide, euh pilote que je suis s’est dit qu’il allait lire les infos sur comment faire pour le tuning PID, quels outils utiliser, etc… tout ceci dans le but de faire une méthode qui serait valable pour moi.

Je me suis notamment inspiré des informations données sur le site de Oscarliang, le blog de RC-Tidom et aussi sur AirSanglier (sanglier… quand je vous parlais de druide avant, on n’est pas loin finalement XD) et je me suis fait une marche à suivre pour tuner mes PID. Ensuite, il a bien fallu la mettre en pratique pour voir si c’était valable ou pas. Et il semblerait que ça le soit :D

Donc, ci-dessous, vous trouverez ce que j’utilise moi. C’est pas ZE méthode infaillible mais pour moi, ça a fonctionné donc je partage. Il se peut qu’il y ait des choses améliorables ou inutiles ou aberrantes mais je le répète, ça fonctionne et moi ça me suffit :D

Ce guide ne traite que les réglages du Pitch et du Roll. Pour le Yaw, personnellement, je continue à utiliser les valeurs par défaut de BetaFlight et ça me convient.

Contexte
  • Le tuning de PID a été fait sous BetaFlight 3.0.0.
  • Tout a été fait en AirMode
  • Les hélices utilisées étaient des tripales.
Prérequis

Dans un premier temps, il faut que vous ayez un multi déjà capable de voler. Ce guide n’aborde pas la configuration du multi au niveau de la calibration des moteurs ou autre, il faudra le faire vous-même auparavant avant.

Modes de vol

Vous pouvez configurer des modes de vol si vous le désirez mais il faut impérativement avoir l’Acro de disponible.
Il faut donc aussi savoir voler en Acro à vue de même que faire des flip/roll à vue.

PID

Ensuite, avant de commencer à tuner les PID, j’ai utilisé les valeurs par défaut de BetaFlight et j’ai déjà commencé par initialiser les paramètres entourés en rouge afin d’avoir :

  • Une réactivité qui me correspondait.
  • Vitesses de rotation Pitch/Roll qui étaient en adéquation avec ma manière de voler.
  • Une réponse des gaz qui était douce

Zoom avant (dimensions réelles: 1190 x 422)Image

TPA
En plus de ceci, j’ai mis le TPA à 0 pour qu’il n’influence pas le tuning par la suite.
Attention parce que suivant le multi que vous avez, si vous n’avez pas de TPA et que vous mettez les gaz à coin, il peut partir dans tous les sens (c’est le cas pour le mien donc j’ai dû faire gaffe).

 

Préparation

Pour faire les réglages de PID, il faut tester des valeurs différentes pour chaque paramètre (P, I et D) et voir jusqu’où on peut aller. Ça, vous le saviez, je sais… XD
Afin de faire ceci facilement, on va utiliser la partie Adjustments de BetaFlight Configurator afin d’assigner un switch de la télécommande pour pouvoir augmenter la valeur désirée. Personnellement, j’ai utilisé un switch qui revient à sa valeur « par défaut » dès que je ne le touche plus.

 

Télécommande

Dans un premier temps, il faut choisir un switch à utiliser sur la télécommande, le configurer et voir à quelle channel AUX il correspond sur BetaFlight Configurator.
Faites en sorte que lors que le switch est en position « par défaut », la valeur envoyée au multi soit de 1500 environ. Vous pouvez jouer sur l’offset dans la configuration de la télécommande.
Assurez-vous bien sûr que lorsque vous êtes en position haute du switch, la valeur passe à 2000.

 

BetaFlight Configurator – Adjustment

Afin de pouvoir utiliser le menu Adjustments sur la gauche, il faut passer en Expert mode. C’est une petite « case à cocher » tout près du bouton de connexion qui permet de faire la transition.

  1. Dans le menu Adjustments, on va configurer uniquement la première ligne.
  2. when channel
    Sélectionnez la channel AUX qui est liée à votre nouveau switch sur la télécommande.
  3. is in range
    Sélectionnez une plage entre 1800 et 2000
  4. then apply
    On va commencer par régler le P pour le Pitch donc sélectionnez Pitch P adjustment
  5. using slot
    Pas besoin de toucher ce paramètre
  6. via channel
    Là, il faut re-sélectionner la même channel que celle qui a été mise au point 1.
    Note: Il y a des explications sur comment configurer ceci sur le blog de RC-Tidom mais lui il utilise 2 switch différents, ce qui peut être dérangeant si vous êtes déjà presque au max du nombre de channels utilisés…

Voilà à quoi ça ressemble à la fin.
Zoom avant (dimensions réelles: 1081 x 117)Image

Une fois que vous avez mis toutes les bonnes valeurs, n’oubliez pas de cliquer sur Save en bas, ça aide généralement.

PID
Eh oui, y’a une « préparation » pour les PID !
Vous allez retourner dans BetaFlight Configurator, dans l’onglet PID Tuning et vous allez diviser par 2 toutes les valeurs P et I pour Pitch, Roll et Yaw. Il va sans dire que si ça ne tombe pas sur une valeur entière après la division, vous arrondissez vers le bas…
Pour le D, on va même diviser par 6 pour démarrer au plus bas !

Zoom avant (dimensions réelles: 1190 x 422)Image

Afin de vous faciliter les choses pour la suite, notez les valeurs modifiées dans un fichier à côté ou faites une capture d’écran de celles-ci.

Go tuning !

C’est parti, on va pouvoir y aller.Pour chaque valeur à régler, on va procéder d’une certaine manière, toujours en Accro !!
Si vous avez un buzzer sur votre multi, vous verrez qu’à chaque incrément de la valeur traitée via le switch attribué, vous entendrez un petit « bip ». ça permettra d’entendre où vous en êtes.Grossièrement, on va procéder comme suit (plus de détails seront donnés plus bas) :

  1. Connecter la batterie (télécommande allumée avant, bien évidemment).
  2. Armer
  3. Décoller
  4. Augmenter la valeur courante tout en faisant évoluer le multi d’une manière à contrôler que la valeur soit correcte ou pas.
  5. Se poser
  6. Désarmer
  7. NE SURTOUT PAS DEBRANCHER LA BATTERIE car ça aurait pour effet de reset la valeur que vous avez actuellement dans la FC et que vous avez augmentée via le switch
  8. FAIRE GAFFE A SES DOIGTS!!!!!
  9. Brancher au PC
  10. Récupérer la valeur (dans un fichier à côté ou via une capture d’écran)
  11. Remettre la valeur par défaut
  12. Sauvegarder
  13. Configurer la nouvelle valeur à paramétrer
  14. Repartir au point 2.

P

Pour trouver la bonne valeur pour P, on va augmenter celle-ci progressivement jusqu’à ce que le multi commence à osciller dans l’axe sur lequel on le règle. La valeur de P devra être en effet la plus élevée possible.
On pourrait simplement voler en stationnaire, augmenter la valeur jusque ça oscille et dire que c’est bon… mais non. C’est comme ça que je faisais au début mais ce n’est pas assez parlant, ça permet de trop augmenter la valeur et après, le comportement n’est pas top.
Ce que j’ai donc fait, c’est que je prenais un peu d’altitude (3-5m), que je coupais les gaz et que je les remettais pour pouvoir stopper la chute avant le sol. Et c’est le moment où les gaz sont remis qu’il faut bien surveiller pour voir oscillation il y a.
Une oscillation peut être visuelle mais le plus généralement c’est à l’oreille qu’on la détectera le plus tôt. Donc évitez peut-être de faire ce tuning dans un endroit trop bruyant ou avec un bon casque sur les oreilles.
Pitch

On va commencer par configurer le Pitch. Utilisez les informations données dans la section « BetaFlight Configurator – Adjustment » pour faire ceci. Sélectionnez donc Pitch P Adjustment dans la liste.Faites la petite manip expliquée ci-dessus jusqu’à ce qu’une oscillation se présente. Ensuite, posez, désarmez, branchez au PC, lisez et notez la valeur, remettez la par défaut et passez au paragraphe ci-dessous.

La valeur que j’avais moi était la suivante, 186 :
Zoom avant (dimensions réelles: 1190 x 422)Image

Roll

Maintenant qu’on a trouvé la valeur d’oscillation pour le Pitch, on va faire de même pour le Roll.
Allez dans la partie Adjustments et dans la liste déroulante, sélectionnez « Roll P Adjustement ».Faites la petite manip expliquée ci-dessus jusqu’à ce qu’une oscillation se présente. Ensuite, posez, désarmez et branchez au PC.La valeur que j’avais moi était la suivante (177) :
Zoom avant (dimensions réelles: 1190 x 422)ImageRésultat
Voilà, là, on a les valeurs d’oscillation P pour le Pitch et le Roll. Avant de passer à la configuration des valeurs suivantes, on va initialiser celles-ci correctement dans BetaFlight afin qu’elles puissent servir de « base » pour l’étalonnage des autres valeurs.
Vu que vous avez déjà la valeur « Roll P » affichée, multipliez celle-ci par 0.7, arrondissez vers le bas et mettez le résultat dans la case.Reprenez ensuite la valeur « Pitch P » que vous avez sauvegardée auparavant, multipliez là aussi par 0.7, arrondissez vers le bas et mettez le résultat dans la case.
A ce point, j’ai aussi repris la valeur de « Yaw P » par défaut de BetaFlight et je l’ai remise dans la case.
Zoom avant (dimensions réelles: 1190 x 422)Image
Cliquez sur Save et on passe à la suite.

 

D

On va maintenant attaquer le D. Pourquoi je ne passe pas au « I » avant ?… ben je me suis dit que comme le « I » c’était plus la correction dans le temps, j’allais d’abord faire le D.Pour la valeur D, on va l’augmenter progressivement comme pour P mais à l’inverse que là, on va tenter de la garder la plus bas possible ! C’est aussi pour cette raison qu’elle a été divisée par 6 et pas par 2 précédemment.

Au niveau de la manière de faire pour identifier si la valeur est correcte, ben vous allez faire des « flip » et des « roll » et voir comment le multi se comporte au moment de revenir à plat. S’il y a une oscillation lorsque celui-ci revient à plat, c’est que la valeur est trop basse et donc il faut l’augmenter. Et dès qu’il n’y a plus d’oscillation à la fin de la manœuvre, on arrête.

Comme expliqué avant, tout doit se faire en  Accro donc ça sera à vous de remettre le multi de niveau après une manœuvre. Vous devez maintenant comprendre pourquoi j’ai configuré les vitesses de rotation plus haut afin d’être à l’aise. Ça permettra d’une part d’être plus rapide dans les manœuvres et donc de ne pas prendre trop d’altitude pour les faire et d’une autre part, ça sera plus « brusque » à l’arrêt de la rotation (avec mes valeurs en tout cas) et donc c’est là que la valeur D sera la plus « utilisée » et que l’effet sera le plus flagrant.

Pitch

Pour régler le « Pitch D », retournez dans l’onglet Adjustments et sélectionnez Pitch D Adjustment dans la liste.C’est ensuite parti pour faire des flips en avant ou en arrière, c’est égal, il faut juste que vous soyez le plus à l’aise possible.
Dès qu’il n’y a plus d’oscillation, posez, désarmez, branchez au PC, lisez et notez la valeur, remettez la par défaut et passez au paragraphe ci-dessous.Moi j’avais la valeur suivante, elle est très peu montée, elle est passée de 3 à 4 :
Zoom avant (dimensions réelles: 1190 x 422)Image
Roll

Et hop, on passe au Roll pour le D. Retournez dans l’onglet Adjustments et sélectionnez Roll D Adjustment dans la liste.Faites des roll et augmentez la valeur D. Dès qu’il n’y a plus d’oscillation, posez, désarmez et branchez au PC.

La valeur que j’avais moi était la suivante, elle est cette fois-ci montée un peu plus haut que pour le Pitch :
Zoom avant (dimensions réelles: 1190 x 422)Image

Résultat

Tout comme pour la configuration du P, on a maintenant nos 2 valeurs de D, pour Pitch et Roll. Cette fois-ci, on ne va pas multiplier par un facteur quelconque, on va garder les mêmes valeurs.
Mettez-les donc tel quel dans les 2 cases associées. Cliquez sur Save pour enregistrer.
Zoom avant (dimensions réelles: 1190 x 422)Image
Bon ben il reste que le « I » à faire maintenant. Celui-ci permet de corriger l’erreur dans le temps. Le meilleur moyen pour arriver à trouver la bonne valeur, c’est d’induire une erreur dans le temps. Et pour faire ça, on va simplement ajouter du poids sous un des bras. Pour ma part, j’ai pris une batterie 3S 1300mAh que j’ai sanglée sous le bras avant droit.
L’idée, c’est de décoller en mode Angle (stabilisé), pour que le multi reste bien droit. Ensuite, on passe en mode  Acro et on regarde comment il réagit, comment il commence à dériver à cause du poids ajouté sous le bras. Et on augmente la valeur « I » jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de dérive dans l’axe (Pitch ou Roll) que l’on est en train de paramétrer.

 

Pitch

Retournez dans l’onglet Adjustments et sélectionnez Pitch I Adjustment dans la liste.Décollez en mode Angle et une fois que vous serez à une hauteur que vous jugerez suffisante, passez en mode Acro. Au début, le multi va sembler stable et garder son niveau puis il va commencer à doucement dériver. C’est là qu’on peut comprendre que l’erreur se manifeste dans le temps.
Ramenez-le au point de départ avant qu’il parte trop loin et augmentez un peu la valeur de « I ». Remettez le multi de niveau et observez. Répéter la manipulation jusqu’à ce que la dérive dans l’axe Pitch soit nulle.
Quand vous serez satisfait du résultat, posez, désarmez et branchez au PC. Regardez jusqu’où la valeur est montée (par curiosité) et cliquez sur Save pour l’enregistrer. Il sera en effet plus aisé de régler la valeur « I » pour le Roll avec une valeur « I » déjà bonne pour le Pitch. Le multi devrait de ce fait dériver uniquement dans l’axe Roll.Dans mon cas, j’arrivais à la valeur suivante :
Zoom avant (dimensions réelles: 1190 x 422)Image
Roll

Retournez dans l’onglet Adjustments et sélectionnez Roll I Adjustment dans la liste.Maintenant, on recommence la même manipulation que pour le Pitch, décollage en Angle, passage en  Acro, etc…

Quand vous serez satisfait du résultat et que vous ne constaterez plus aucune dérive, posez, désarmez et branchez au PC.

Résultat

Allez dans la partie PID Tuning et regardez la valeur. Remettez maintenant la valeur de « I » pour le Yaw et reprenez la valeur de pour le Pitch également et mettez-là à sa place.
Zoom avant (dimensions réelles: 1190 x 422)Image

Avant de cliquer sur Save, on va encore remettre les valeurs TPA comme elles étaient avant. Une fois que c’est bon, vous pouvez cliquer sur Save. On va maintenant retourner dans l’onglet Adjustments pour décocher la première ligne afin que cela n’interfère plus lorsque l’on utilise le switch associé sur la télécommande.

Vous devriez donc maintenant avoir un multi qui a des réactions assez correctes. Mais on va voir encore un peu plus loin maintenant…

Fine tuning
(A prononcer « faïne tiouningue »)

Maintenant qu’on a mis toutes les valeurs (à l’exception du Yaw, on est d’accord), ben elles vont maintenant travailler ensemble et donc peut-être qu’elles vont nécessiter quelques ajustements car elles vont s’influencer un peu.

Pour faire ce « fine tuning », vous avez plusieurs possibilités :

  • Utiliser la « blackbox » (voir article ici) pour détecter et supprimer les éventuelles oscillations
  • Y aller au ressenti et ajuster de temps en temps les valeurs manuellement.

Personnellement, j’ai choisi la 2e solution. J’ai vu que j’avais encore un peu d’oscillation Pitch et Roll lorsque je perdais de l’altitude et que je remettais les gaz. J’ai donc enlevé 3 à chaque valeur (arbitrairement) et j’ai vu que le comportement était mieux. Je pourrais maintenant utiliser la blackbox pour me faire une idée plus précise.

Ça me donne donc les valeurs suivantes, mais qui peuvent peut-être être encore affinées :
Zoom avant (dimensions réelles: 1190 x 422)Image

Voilà pour le tuto, j’espère qu’il vous sera utile :D

Merci à LuluTchab pour le partage et la rédaction

Tuto pour les débutants - Episode 7 - Batteries et sécurité

Tuto pour les débutants – Episode 7 – Batteries et sécurité

Episode 7 : Batteries et sécurité

La lithium polymère, aussi appelée LIPO, est de loin la batterie la plus courante aujourd’hui vu qu’elle a un haut ratio wattage/poids et qu’elle peut fournir beaucoup de courant. Donc nous allons parler uniquement de celle-ci.

Paramètres importants :

  1. Capacité
  2. C rating
  3. Décharge
  4. Charge
  5. Sécurité

Nombre de cellules :

  • Détermine combien de volts a la batterie. 3.7 v  (nominal) par cellule. 1, 2 ou 3 cellules est le plus courant pour les avions débutants

Capacité :

  • Quantité d’énergie stockée dans la batterie. Elle est habituellement exprimée en milliampères/heure ou mAh en abrégé.
  • Milli signifie 1/1000ème de. Donc, une batterie de 2000 mAh est la même qu’une batterie de 2Ah.
  • Si vous tirez 2 ampères de cette batterie, elle va durer 1 heure.
  • Si vous tirez 1 ampère, elle va durer 2 heures.
  • Si vous tirez 4 ampères, elle va durer ½ heure ou 30 minutes ou 1800 sec.

C rating :

  • C’est la  puissance que donne la batterie sans trop diminuer en voltage.
  • Le nombre d’ampères qu’elle peut donner dépend de la capacité de la batterie.
  • Pour calculer combien elle peut donner, vous prenez le c rating et vous le multipliez par le capacity rating.
  • Si vous avez une batterie 1000mAh et un c rating de 20, c’est 20 x 1, ce qui fait 20 ampères.
  • Il y a normalement 2 c rating : un pour la décharge continue et un pour le burst qui indique ce qu’elle peut donner en très  peu de temps (10 sec).

Décharger votre batterie :

  • Ne la déchargez pas trop. Les batteries LiPo n’aiment pas être déchargées complètement.
  • Une cellule complètement déchargée est à 3.0 v. Ne descendez jamais en-dessous de ça.
  • Si vous déchargez plus que le rating de la batterie, elle peut prendre feu.
  • La règle des 80% s’applique aussi aux batteries. Ne jamais décharger une batterie à plus de 80% de sa capacité. Si vous avez une batterie de 1000 mAh vous ne devrez jamais la décharger à plus de 800 mAh.

Charger les batteries :

  • Procurez-vous un chargeur capable d’afficher combien de mAh sont remis dans la LIPO.
  • Chronométrez vos vols. Si vous volez pendant 5 minutes et qu’ensuite vous chargez la batterie et y mettez 500 mAh, votre avion tirera 100mAh par minute. Ce qui signifie que vous pouvez voler pendant 8 minutes maximum.
  • Charge à 1c

Sécurité  de la batterie :

  • Si vous avez une batterie déformée/endommagée à cause d’un crash, placez-la et chargez-la dans un récipient résistant au feu. Jamais directement dans votre appareil.
  • Chargez-la dans un endroit dépourvu de combustibles.
  • Ne jamais laisser la batterie se charger sans pouvoir surveiller ce processus.
  • Dans le cas d’un dommage du à un crash ou autre, retirez la batterie prudemment et placez-là dans un endroit sûr pendant au moins une demie heure. Des cellules physiquement endommagées pourraient s’enflammer. Après suffisamment de temps pour assurer la sécurité, elles devraient être abandonnées conformément aux instructions fournies avec la batterie. Ne jamais tenter de charger une cellule endommagée sans se soucier des conséquences.
  • Toujours utiliser des chargeurs conçus pour un emploi spécifique, de préférence ayant une configuration spécialement destinée à votre pack de batteries. Beaucoup d’incendies se sont déclenchés en utilisant des chargeurs mal configurés. Ne jamais essayer de charger des cellules lithium avec un chargeur qui n’est pas spécifiquement destiné à charger des cellules lithium. Ne jamais utiliser des chargeurs conçus pour les batteries Nickel Cadmium.
  • Utilisez des systèmes de chargement qui surveillent et contrôlent l’état de charge de chaque cellule dans le pack. Des cellules mal équilibrées peuvent conduire à des désastres. Si la batterie montre des signes de gonflement, arrêtez le chargement, retirez-la et placez-la dans un endroit sûr à l’extérieur où elle peut s’enflammer sans faire de dégâts.
  • Le plus important, ne laissez jamais une batterie en charge toute une nuit sans surveillance. De sérieux incendies se sont déclarés comme ça.
  • N’essayez jamais de fabriquer votre propre pack de batteries à partir de cellules individuelles.

Choisir la bonne batterie :

  • Recommandations du fabricant.
  • Internet/forums/google
  • Les connecteurs – Soyez sûr qu’ils soient les mêmes ou bien vous devrez pouvoir souder.
  • Une plus grosse batterie vous permettra de voler plus longtemps mais affectera aussi les performances de votre avion.

Liens vers des articles utiles (Anglais):

Utilisez un Wattmètre

Batteries AMA Lipo Sécurité

Article traduit et reproduit avec l’accord de Flite test.

Vous pouvez trouver l’intégralité de l’article d’origine en anglais ici:

http://flitetest.com/articles/beginner-series-batteries-and-safety

MenaceRC Invader : une antenne patch qui vaut le coup d’oeil !

Découverte de l’antenne patch MenaceRC Invader.
La MenaceRC Invader est une petite antenne de type “patch” destinée à la réception vidéo de nos drones.
Pour moi, c’est de loin la meilleur antenne patch que j’ai pu tester jusque ici !
Elle est petite, légère, a un look sympa et offre de superbes performances.

Les antennes patch concentrent leur faisceau de réception droit devant, offrant un taux de réjection élevé derrière et sur les côtés.
Cela veux dire que l’on va très bien recevoir les signaux devant l’antenne (fort et loin), beaucoup moins fort les signaux se trouvant sur les côtés et encore moins fort les signaux situés derrière l’antenne.

Pour vous donner une idée dans la pratique: avec un émetteur 200mW, on l’entendra encore à 1,6km si il est situé devant l’antenne et seulement à 150m si il est situé derrière l’antenne.

En règle général on couple, sur un récepteur diversity, une antenne patch et une antenne clover leaf.
Cela permet d’utiliser la clover leaf pour les signaux proches situés tout autour de nous et d’utiliser l’antenne patch pour recevoir les signaux lointains (ou faibles) droit devant.

 

Spécification du constructeur:

Gamme de fréquences: 5645 – 5945 Mhz
Gain: 6.5 dBi
Polarisation droite ou gauche (LHCP ou RHCP) – choix de la polarisation lors de la commande
Connecteur SMA (directement compatible fatshark et skyzone)
Dimensions: 45mm x 41mm x 16mm
Poids: 11grams

 

Tour d’horizon

Vue de devant, le design est sympa et change de la traditionnelle patch au format carré.

Vue de derrière et de son connecteur SMA qui se connecte sans adaptateur sur fatshark et skyzone.

41mm de large (comme indiqué par le constructeur)

45mm de long (comme indiqué par le constructeur)

14mm (16mm indiqué par le constructeur) mais je n’ai pas tenu compte de la hauteur du point de soudure central sur l’antenne donc la taille est respectée.

Épaisseur du pcb: 1.6mm

Poids également respecté à 0,8g près

 

Comparatif

Je possède une antenne patch aomway, une eachine, une TBS et celle ci.. comparativement entre elles, la MenaceRC Invader est l’antenne qui m’offre les meilleurs performances.

Théoriquement elle offre 1.5dBi de plus qu’une TBS et 0.5dBi de plus que la eachine ou aomway.
Pratiquement j’ai, à distance équivalente entre l’émetteur et l’antenne, moins de glitchs avec l’antenne patch Invader !

Le jour où je reçois un appareil de mesure pour les antennes, je ne manquerai pas de faire des mesures comparative stricte pour démontrer réellement la différence plutôt que donner un avis personnel.

Liens utiles

Le produit sur la boutique MenaceRc

 

 

Fatshark 18650 headset battery case – autonomie +++ !

Salut les poulet(tes) !
Petite présentation rapide d’un accessoire super pratique pour de longues… très longues… sessions FPV.
Le boîtier fatshark pour mettre des batteries 18650 haute capacité.

Unboxing

Il serra rapidement fait…

La boite dans laquelle on reçoit la batterie.

Dedans on y retrouve uniquement la batterie, il n’y a pas de manuel explicatif.

Prise en main.. littéralement !

Tour d’horizon

Vue du boitier avec sa connexion vers l’alimentation des lunettes/masque.
Je l’ai testé avec succès sur Fatshark / Skyzone / Eachine goggle one + two.
Il est pourvu d’une prise type équilibrage JST-XH 2S qui permet d’alimenter un éventuel ventilateur (ex: celui des fatshark).
La taille du câble entre le le boitier et la prise d’équilibrage est de +-38mm tandis que le câble reliant le boitier au connecteur d’alimentation principal fait 60mm

Une trappe accessible de l’autre côté permet de placer 2 batteries de type 18650 à l’intérieur.
Des ressorts permettent de mettre en pression afin de donner de bons contacts d’alimentation à l’équipement.

Notez que la fermeture de la trappe est un peu difficile avec les batteries dedans.
Appuyez fermement pour fermer la trappe et verrouillez vous même le petit loquet plastique car avec les batteries à l’intérieur il ne se verrouille pas tout seul.

Renseignée aux dimensions de 78mm x 19mm x 45mm, nous avons mesurés 84,5mm x 23mmx  47mm .. ce n’est pas tout à fait pareil !
  

Le poids sur les sites qui le proposent à la vente l’estimaient à 60g, nous avons mesurés 40g à vide et 131g avec deux 18650 MECO de 4000mAh.
Si le poids ne pose aucun soucis, il n’est pas négligeable tout de même.

Un barregraphe à leds, de couleur bleu high-tech, permettant de visualiser l’état de la batterie est disponible sur la tranche.
Une pression sur le petit bouton (situé sous mon pouce) activera l’affichage le temps de l’appui.

Un peu plus grand et plus gros que la batterie d’origine des fatshark, il n’est pas trop dérangeant sur le bandeau de tête mais bien plus pratique que le traditionnel câble, bien connu des utilisateurs de skyzone, qui relie les lunettes à la LiPo dans la poche !

Quelles batteries mettre dedans?

Pour ma part j’ai mis des batteries Li-ion MECO 18650 4000mAh.
Elles ont l’avantage d’être peu cher (moins de 7€ pour 2), sont rechargeable plus de 500x , ont une protection en cas de surcharge, peuvent descendre plus bas que les LiPo lors de la décharge (2,75V) et m’offrent de longues heures en fonctionnement… pas certains qu’elles fassent exactement 4000mAh (je dirais plutôt de l’ordre des 3000mAh) mais c’est plus que suffisant pour être rassasié !
Difficile de dire exactement le temps de fonctionnement car je branche à l’utilisation et débranche quand je n’ai plus besoin du matériel… et tout dépend aussi du matériel (par exemple un diversity ou un grand écran de masque consomme plus qu’un récepteur unique sur un petit écran).
 

En cas de batterie faible (ce qui n’est pas encore arrivé), il me reste des Li-ion Trustfire 2500mAh.
Très bonne marque, super qualité aussi.

Pour vous donner une idée en terme de taille, voici une 18650 à côté d’une batterie standard AA 1.2V

Comment recharger?

Il existe plusieurs façons de recharger.

La plus simple, j’ai utilisé le chargeur de mes Eachine Goggle TWO.
C’est un chargeur pour Li-ion (car les goggle two utilisent aussi un pack à base de 2 Li-ion de 2200mAh), il est disponible à petit prix (7,5€) et il permet de recharger le pack en une fois sans retirer les batteries du boîtier.
Notez que ce chargeur est en prise UK, il faut rajouter un petit adaptateur UK vers EU pour l’utiliser dans nos prises… si vous achetez souvent en chine, vous en avez surement pleins qui trainent… pas certain qu’il soit livré avec !
 

 

une autre solution de charge consiste à utiliser un chargeur pour Li-ion dans lequel on place les batteries pour la charge. Il en existe de tout type (avec affichage ou simple comme ici).
Cela requiert de sortir les batteries du boîtier à chaque recharge ce qui est beaucoup plus contraignant !
 

Comparatif des dimensions pour vous faire une idée

De gauche a droite, batterie d’origine des fatshark attitude v2, batterie du Eachine goggle one, batterie du Eachine goggle two, le boitier fatshark pour 18650.

Une alternative plus compacte et moins cher

Une solution beaucoup moins cher et tout efficace (mais un peu moins longue en autonomie) consiste à ne pas acheter le boitier + 2 batteries, mais d’utiliser la batterie 18650 du Eachine Goggle Two (6,8€).
A l’intérieur ce sont deux batteries 18650 en série, d’une capacité de 2200mAh.
Moins encombrant que le boitier fatshark, un peu plus léger mais ça tient moins bien sur le bandeau de tête de nos lunettes… il n’y a pas de prise d’équilibrage pour alimenter un ventilateur et il n’y a pas de petit moniteur pour afficher le niveau d’alimentation

Liens utiles

Le boîtier Fatshark pour 18650 chez banggood
Le boîtier Fatshark pour 18650 chez studiosport

Batteries Li-ion:
2X Batteries Li-ion MECO 18650 4000mAh

Chargeurs:
Chargeur pour batteries Eachine Goggle Two (le plus facile) – attention il faut un adaptateur UK/EU
Chargeur pour batteries 18650 (il faut retirer les batteries du boîtier) – attention il faut un adaptateur UK/EU

Alternative:
Batterie 18650 pour Eachine Goggle Two

M4R – RaceOneX : un X210 à découvrir !

Made4Race – RaceOneX 210 le X210 à découvrir absolument !

Nous avons eu l’honneur de recevoir en test un super châssis carbone en X210 conçu par le shop désormais bien connu Made4Race.

Le RaceOneX est destiné et pensé principalement pour le racing.
Grâce à sa forme en X allongé, il permet un très bon verrouillage sur le pitch et des virages plus agressifs.
Le châssis de 210mm moteur à moteur permet de monter des hélices jusque 5 pouces, ce qui se révèle plus que suffisant pour assurer un bon compromis puissance/vitesse/autonomie.
Un poids réduit grâce à une conception relativement bien pensée, ainsi qu’une solidité à toute épreuve grâce à sa fabrication carbone fait de ce châssis un produit de choix pour le montage de votre prochaine machine !

Oui mais pas que…
Le RaceOneX a beau été conçu pour la course, il se révélera tout aussi performant en freestyle ou encore en low-riding 😉

[MEA CULPA ON]
Je tiens à remercier Made4Race pour ce superbe châssis parfaitement usiné et m’excuser pour le délais un peu long qu’il m’a fallu pour pondre cet article.

Un manque cruel de temps, des délais de livraison de matériel un peu excessif et une météo à la ramasse m’ont fait cumuler les retards (et comme j’aime tester le matériel dans ses retranchements avant de sortir un article…)
[MEA CULPA OFF]

Unboxing

Bien emballé dans son sac ZIP décoré et personnalisé, ce packaging change de la traditionnelle boite en carton.
En plus on a reçu pleins de chouettes trucs en cadeau dans le colis: des auto-collants, des straps batterie avec grip silicone et un petit mot doux ! Service au top !

Non vous ne rêvez pas!
Ils ont même eu la délicate attention de personnaliser notre bag <3

Dans le sachet principal tout est bien séparé.
Cerise sur le gâteau on reçoit avec un mode d’emploi très clair et là beaucoup de concurrents devraient en prendre de la graine.

Première pesée 98g, très convenable et il ne faut pas oublier que tout est encore emballé dans les petits sachets plastique.

Le skin

Afin d’avoir un châssis qui déchire et qui ne ressemble à personne d’autre, mon ami Mikel FPV m’a fait un super skin à appliquer sur ce châssis.
Autant vous dire qu’avec ce design qui claque, je ne passerai pas inaperçu lors des prochaines sessions !

Une finition chrome du plus bel effet et un design by Mikel FPV… j’adoooooore !

Tour d’horizon

ATTENTION nous avons utilisé notre skin perso pour le tour d’horizon.
Si vous souhaitez voir à quoi ressemble le châssis nu sans le skin, de nombreuses photos sont disponible sur la fiche produit du châssis.

Un châssis X allongé au format 210.

Design au top et look agressif qui ne laisse pas indifférent.

Profilé et utilisant peu de visserie, on a un équilibre parfait pensé pour la performance.

Sur l’arrière de la frame, on retrouve un trou de passage destiné à accueillir le connecteur d’antenne déporté d’un émetteur vidéo style IRC tramp.

Le support de caméra est prêt à recevoir les caméras au format 26x26mm standard et permet d’avoir un angle maximum d’environ 60 degrés.
Notez que pour fixer les touts derniers formats de caméras à double verrouillage (comme la runcam eagle ou owl plus), il vous faudra adapter un petit peu car le support du double verrouillage n’est pas prévu ici.

Sur la top plate, on a de jolies découpes tout en longueur et surtout deux trous (de part et d’autre du logo “fpv squad”) qui permettent la fixation d’un éventuel support pour caméra sportive.
Sur la droite, on peut apercevoir un passage de câble destiné à accueillir ceux de l’alimentation batterie, cela évite qu’ils se baladent du côté des hélices.

Le bout des bras, prêts à absorber les chocs, permettent de monter tout types des moteurs 22xx ou 23xx.
Avec de tels moteurs en bout de bras on aura performance et poussée maximum.

A l’intérieur du châssis, situé à l’arrière, on retrouve une plaque de carbone placée à la perpendiculaire.
Cette plaque servira à fixer votre émetteur vidéo, permettant un accès aisé à celui ci pour effectuer les réglages.
En même temps, elle sera un super renfort pour rigidifier en cas de crash.

Poids et Dimensions

On nous avais promis un racer en carbone 3mm… le défi est réussi !
La mesure a été prise à la base du bras.

La taille du carbone est respectée sur toute sa longueur.
Ici la mesure a été prise en bout de bras.

3mm mesuré pour la top plate à un cheveu près, avec cette épaisseur on a peu de chance d’avoir de la casse.

Presque 3mm pour la bottom plate.
Mon doigt a probablement glissé pendant la photo… de toutes façons les bras placés en dessous renforcent l’ensemble.
2,85mm pour la plaque du dessous, après avoir refait la mesure pour vérification.

Du côté de la cage qui accueillera toute votre électronique, on a de quoi faire.
125,5mm en longueur.

Au plus large de la cage on obtient 46,5mm.

Au milieu de la cage 38mm, elle est profilée donc difficile de donner un volume… mais ne vous tracassez pas, tout rentre dedans facilement.

En hauteur: un petit 43,9mm.

Le châssis assemblé et skiné, on obtient un poids de 96g.

Liste du matériel

Pour équiper ce superbe châssis, j’ai opté pour une configuration minimaliste qui se compose de :

Montage

On se met au boulot et on assemble le tout EASY grâce au mode d’emploi fourni!

Niveau visserie je dois dire que c’est un peu court, aucun rechange n’est fourni en cas de casse.

Plus j’avance et plus ce petit bonhomme me plait !

La F3 AIO (all in one – tout en un).
fonctionnant sous betaflight, elle intègre presque toute l’électronique nécessaire.
Contrôleur de vol F3 rapide (mais pas super rapide), Plaque de distribution de l’alimentation, connexion directe de la batterie avec moniteur courant/tension, affichage de la télémétrie dans le flux vidéo, alimentation 5 et 12V avec filtre anti-parasites, émetteur vidéo avec puissance sélectionnable 25/200/600mw et antenne déportée, nombreux ports d’entrée/sortie.

Quand on prends en compte toute l’électronique nécessaire, on se demande comment on arrive à un poids si réduit.

Au poids de la AIO on doit rajouter le connecteur d’antenne, le buzzer et la prise xt60.

Ayant une F3 AIO avec un câble un peu trop court pour placer le connecteur d’antenne vidéo à l’endroit prévu sur le châssis, je me suis servi de la plaque servant à fixer l’émetteur vidéo pour y fixer mon antenne vidéo.

Problèmes rencontrés

La visserie en aluminium est très jolie de son bleu azur, elle a aussi l’avantage d’être ultra légère… peut être trop !
J’ai réussi à casser deux vis en effectuant un serrage à la main et comme il n’y a pas de pièce de rechange car elle est comptée à l’unité près, j’ai du trouver une solution B pour récupérer des vis à droite à gauche.

Je ne l’avais pas montré dans la présentation mais voici le dessous du châssis, je l’ai volontairement placé dans la partie “problèmes rencontrés” car pour ma part c’est un ennui.
Ce châssis ne permet pas de placer une lipo en dessous.. pourtant j’aime avoir ma batterie en dessous pour abaisser au maximum le centre de gravité.
On est obligé de placer sa batterie sur la plaque supérieur, ce qui n’est pas très pratique car on ne trouvera plus la place nécessaire pour la runcam ou la gopro.

J’ai également placé le support de caméra dans cette partie car, même si le support convient parfaitement pour une caméra standard type HS1177, il ne convient pas du tout pour une caméra runcam eagle. On sait la fixer, mais même bien serrée elle bouge trop facilement de bas en haut et si on démarre un vol avec de l’angle, on le finit en pointant vers le bas… seule solution glisser une épaisseur en dessous de la caméra (ici j’ai glissé un peu de mousse) pour l’empêcher de descendre.

Prêt à décoller

Assemblé, monté et configuré. La bête est prête à effectuer son maiden.
Il est pas beau mon racer?

Avec un poids final RTF de 332g on peut difficilement faire mieux.
Peut être en remplaçant les esc par un 4 en 1.
Cependant, avec ce poids, on est vraiment dans le tout bon rapport poids/puissance.

Conclusion

Le M4R RaceOneX 210 en 5 pouces est de la toute bonne came !
Léger, agile, fluide, résistant, il conviendra à toutes les personnes désireuse de se monter un quad taillé pour la course mais ravira les freestyleurs ou low-rideurs !
J’ai été impressionné par son parfait comportement en vol… Aucunes vibrations, de la rapidité tout en légèreté et des virages bien sec.. c’est assez jouissif 🙂

Souffrant néanmoins de quelques défauts de jeunesse comme l’impossibilité de mettre la batterie sur le dessous (à moins d’adapter) ou une visserie de maigre qualité, on espère que ces petites améliorations feront l’objet d’une mise à jour pour devenir un “best seller”

Vidéo du maiden

NB: cette vidéo est un maiden (premier décollage), elle n’a pas été diffusée dans le but d’en mettre plein la vue mais créée pour vous démontrer le comportement tout à fait sain de ce châssis durant le vol.
Les PID sont ceux fournis de base dans betaflight 3.1.

Oui, je sais qu’on voit beaucoup l’herbe… mais n’ayant pas de place pour la caméra hd, j’ai placé une runcam HD au dessus de la batterie sans pouvoir lui donner un angle suffisant pour pointer correctement l’horizon durant le vol.

Pour le fun

Juste après le maiden j’ai rentabilisé mon dernier achat… voilà ce que ça donne.
Chauffe petite LiPo, chauffe…

Quelques autres photos de l’engin

         

Reptile S800 SKY SHADOW 820mm, aile pour le FPV

Présentation

La Reptile S800 est une aile destinée au FPV. Elle a une envergure de 820mm.

Le kit est complet à l’arrivée, il reste à tout assembler 🙂

Pour la partie électronique, on reçoit :

  • Moteur Sunnysky 2205-2300kv
  • 2 x Servos Emax
  • Caméra 600TVL CCD
  • VTX 200mw
  • ESC 25A 3-4s opto BLheli-s
  • Carte de distribution avec contrôleur de vol et stabilisateur

Montage

Pour coller les éléments, j’ai choisi d’utiliser l’époxy rapide. Il vous faudra coller un côté puis, insérer les tiges carbones dans le fuselage de la Reptile S800.

Reptile S800 Collage

Le tout assemblé prendra 12h pour bien sécher avant de pouvoir continuer. Veuillez aussi noter que je n’ai pas collé les retours d’ailes afin d’éviter de les endommager durant les manipulations ultérieures.

Reptile S800 Collage fini

Le support moteur est composé d’une plaque en balsa à coller sur la structure. Sur la plaque en carbone, il vous faudra visser les 4 entretoises avant de la coller sur la plaque en balsa. Le surplus de Cyano s’évacue facilement à l’aide de Méthanol.

Reptile S800 Collage support moteur

Pour bien faire tenir le moteur dans les entretoises, le frein filet bleu reste une valeur sûre.

Reptile S800 Collage support moteur frein filet bleu

Le moteur mis en place, on peut y souder l’ESC au bout de ses 3 câbles.

Reptile S800 Esc moteur

Sur la PDB rouge, vous venez déposer et souder le petit convertisseur 12v vers 5v. Une fois l’opération faite, vous pouvez souder le câble d’alimentation générale sur la PDB. Vérifiez que le contrôleur est bien alimenté en 5v en regardant si la LED rouge est bien allumée.

Reptile S800 carte de distribution

La tringlerie demandera aussi un peu de bricolage. Vous devrez forer vos trous au bon diamètre!

Reptile S800 tringlerie

Le kit FPV

Le VTX est un modèle bas de gamme avec dipswitch d’une puissance de 200mW. Il faut creuser un peu dans la structure pour le faire rentrer.

J’ai rajouté un filtre LC sur le circuit électrique qui alimentera la caméra et le VTX.

Ensuite, j’ai soudé, sur les bons conseils de Loke 3p, un Mini µOSD. Ce qui me permettra de localiser, par les points GPS, la position de l’aile en cas de perte et d’avoir un retour sur l’état de la batterie dans les lunettes.

Vous pouvez d’ailleurs suivre le tutoriel ici 👉 OSD standalone avec GPS

Mode de vol

Comme j’ai pris la version PNP de la Reptile S800, le mixage dans votre radio est inutile. Le contrôleur de vol le fait pour vous. Vous devrez, pour ce faire, sélectionner le mode Delta sur les dip switch.

Les différents modes de vol sont :

  • Manuel, LED éteinte
  • Accro, LED clignotante
  • Stabilisé, LED Permanente

Honnêtement, le contrôleur de vol ne sert à rien à part prendre de la place. Si votre aile est bien réglé et correctement trimmée, elle filera droit!

Vidéo

Conclusion

Cette aile est une tuerie! D’une part pour le prix plus qu’abordable et d’autre part, pour l’aide au pilotage qui y est incluse et qui est plus qu’ efficace.

Le kit n’est pas facile à assembler si vous n’avez jamais bricolé de maquettes dans votre vie. Tout est à faire dans cette aile. Tenez-en compte si vous souhaitez passer le cap.

Il vous faudra faire attention à bien centrer et équilibrer le poids sur votre Reptile S800. Les ailerons devront être un peu relevés d’origine pour pouvoir vous permettre de décoller la première fois.

Si c’était à refaire, je prendrais le châssis nu et je l’équiperais  autrement.

Le kit PNP est dispo ici  Wing Reptile

Voici un récapitulatif des pièces utilisées en plus:

  • le moteur a été remplacé par un 2500kv qui me restait en réserve comme celui-ci  Moteur
  • la caméra 600TVL est devenue une Runcam Eagle  Camera FPV
  • une réglette LED pour animer les chasings  LED RGB 3-4s
  • la caméra pour la prise de vue est une Firefly 7S 4k  Camera
  • GPS 8m micro µGPS
  • Mini µOSD pour la tension et retrouver l’aile en cas de crash  OSD
  • Filtre LC 2s-4s  Filtre LC

N’hésitez pas si vous avez des questions 🙂

Bons vols!