Review : Parrot BEBOP 2 et Cinemizer Zeiss le duo chic

Aujourd’hui, j’avais envie d’essayer une combinaison avec des produits que l’on voit partout sur les forums et groupes FB, comme le Bebop 2 avec Pablo et les lunettes Cinemizer sur le récent Drone Days sur les Champs Elysées à Paris.

BEBOP 2

J’ai contacté le constructeur français Parrot pour savoir s’il était possible d’avoir un Bebop 2 en prêt, histoire de me faire ma propre opinion sur cet appareil.

Pour moi, Parrot, c’était des car kits avant tout. J’ai découvert, en me rendant sur leur site, que ce fabricant avait plus d’une sérieuse corde à son arc. Mini-drones, casques audio et récemment une aile pour évoluer en FPV. Le tout, bien entendu, destiné à un très large public.

Le modèle présenté ici est le deuxième de la génération Bebop. Il est livré avec sa télécommande Skycontroller et deux batteries.

bebop-2-skycontroller-black

Le packaging est très pro et bien étudié. A l’ouverture de la boîte, on tombe sur une série de pictogrammes (en anglais) nous avertissant des dangers de la mauvaise utilisation de cet appareil.

img_0627

Un jeu d’hélices est déjà pré-installé.

img_0629

Faites très attention, dans la version que j’ai reçue, les hélices n’étaient pas au bon endroit. Il y a un sens et rien dans la notice ne m’a permis de trouver la solution au montage de celles-ci.

img_0635

J’ai dû me rendre sur le site de Parrot pour trouver un pictogramme correspondant à ma version.

La télécommande est imposante et lourde et il vous faudra utiliser la lanière livrée pour pouvoir la faire reposer autour de votre cou.

img_0630

J’y ai glissé mon iPad pour me permettre d’avoir le retour vidéo et les paramètres de l’application à portée de main. J’émets des doutes quant aux deux câbles d’antennes qui se baladent le long du bras. Les avoir intégrés aurait été plus propre.

img_0649

L’application préconisée dans le mode d’emploi a été remplacée par l’application Free Flight Pro, dont une partie du contenu est payante.

img_0155

La vue avec les instruments est épurée mais reste très pratique.

img_0151

Vous pouvez régler vos paramètres de vol selon que vous êtes débutant ou expert. Et, selon votre niveau, vous aurez plus ou moins de possibilités. Notamment dans le réglage de la vitesse maximum mais aussi (et c’est très intéressant) du débattement de l’appareil.

img_0152

Selon votre environnement et la législation en vigueur dans votre pays les paramètres de distance et d’altitude peuvent être adaptés.

img_0153

Un rappel des boutons est disponible à tout moment.

img_0156

Il s’agit, au premier abord, avec son look très profilé, d’un quadri rotor taillé pour la course. Il n’en est rien, c’est un vrai appareil destiné à la prise de vue.

img_0628

La caméra est d’ailleurs pilotable depuis le joystick droit. En pan comme en tilt.

Les connecteurs de batteries sont de type propriétaire, donc, oubliez vos Lipo en XT-60 et votre bon chargeur, il vous faudra passer par la solution Parrot.

img_0634

Le bemol: les batteries demandent un minimum d’attention en décharge. Vos vols ne pourront pas descendre en-dessous de 20% sous peine de ne plus pouvoir charger avec la solution Parrot. Une misère quand vous êtes modéliste et que que votre bon chargeur est devant vous et qu’il vous fait : »ben oui 🙂 »

Ce détail de batterie fut pour moi LE point négatif. Elles sont dites intelligentes, j’aimerais savoir jusqu’à quel point.

De plus, la connectique est tellement spéciale, qu’il vous faudra bricoler un adaptateur pour essayer de relancer vos Lipos. Attention aux courts-circuits!

Pour la partie vol, je me suis senti directement en confiance et prêt à en découdre. Le décollage se fait tout seul à l’aide d’un bouton. À ce moment-là, le Bebop 2 se positionne à plus ou moins 1m30 du sol en stationnaire et il attend vos instructions.

Au niveau de l’image, la qualité correspond à une GoPro 2, il est difficile d’affiner soi-même les paramètres de la vidéo comme de la photo. On filme en Full HD en 30fps grâce à un capteur CMOS de 14 mégapixels. Tout ce que vous désirez filmer et photographier se retrouve sur une mémoire interne qu’il vous faudra connecter à votre ordinateur en mettant le drone sous tension.

La résistance au vent est pas mal et l’appareil s’auto-stabilise en permanence grâce aussi à la puce GPS.

Ici un test par grand vent.

La résolution est correcte même si, par endroit, l’image se pixelise fortement, même en pleine lumière. Je n’ai rencontré aucune gêne lors du montage des vidéos.

banner-studiosport-pimousse

Cinemizer

Toujours en France, la société Microoled, basée à Grenoble, a repris les droits sur l’exploitation des lunettes Cinemizer Zeiss. Étant, à la base, le principal fournisseur des écrans de ces lunettes, ils ont décidé de les améliorer en tenant compte du retour des gens qui en achètent ou des testeurs.

Force est de constater que le produit est original et bien fini dans son ensemble. Il est design.

Il y a, sur chaque branche, un écouteur que vous pourrez ôter très facilement. Le rendu sonore est très correct. La monture est reliée à un boitier incluant une batterie et un réglage de volume pour les écouteurs. La recharge se fait par micro-usb. Sur chaque branche,  vous avez un arrêt pour bien caler les lunettes en fonction de votre morphologie. Pour la dioptrie, vous avez deux molettes de part et d’autre de la monture qui vous permettront d’ajuster entre -5 et +2 pour chaque oeil.

Pas besoin de lentilles supplémentaires.

Cinemizer 1

L’image dedans est nette avec des écrans 870 x 500 aux dimensions de 8mm x 5mm fabriqués par Microoled. Il vous faudra utiliser l’adaptateur (en option) pour vraiment profiter de l’effet d’immersion avec les lunettes et ainsi diminuer les lumières parasites du jour.

Cinemizer 2

De son côté, Raf du site http://fpvexplorer.be/ les ai eu en main et testé sur son système Connex HD. La latence est quasi nulle, les couleurs sont bien plus agréables que ses Fatshark HD2 et le prix n’est pas si éloignés de ce qu’il avait payé à l’époque sa monture avec un récepteur! Comme quoi il faut peut être laisser un peu le temps au produit de se démocratiser.

Quand au côté immersif c’est la débandade,on voit le jour en permancence, Notez qu’il existe une solution de type masque à ski pour les Cinemizer dispo ici http://www.getfpv.com/cinemizer-oled-ski-goggle-mod.html. mais bon, il faut encore passer à la caisse!

Cinemizer

Conclusion :

Si mes moyens le permettent c’est le genre de combinaison que j’achèterais pour ne pas faire comme tout le monde. L’envie de faire de la prise de vue est comblée par le BeBop 2, sans pour autant tomber dans le domaine du pro et risquer de faire concurrence aux professionnels de l’image. Il est à noter que, vu la puissance de déplacement du Bebop 2, il vous faudra passer le brevet pour pouvoir l’utiliser en toute légalité sur le sol belge. Les règles de survol seront toujours d’applications.

Les lunettes offrent le côté immersif fort à la mode et totalement innovant et pour un résultat très correct. Il suffit de connecter vos lunettes à la télécommande via le port HDMI (intégré) et vous voilà pilote de votre Bebop 2. Avec un tableau de bord et des informations très pratiques!

Le combo a un prix :

le Bebop 2, dispo ici: Bebop 2 pour 599€

les Cinemizer, dispo ici: Cinemizer pour 649€

Cela fait quand-même une belle somme! Surtout pour les lunettes, en sachant qu’ à titre de comparaison mes Fatshark Dominator V3 ont tout aussi bien rempli la mission pour 300€ de moins. Si les revendeurs de Cinemizer souhaitent un jour percer sur le marché, il faudra au moins s’aligner sur le montant de 400€ la monture avec tous ses accessoires.

Bon vol!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

11 + onze =